Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mixité dans l’éducation

 | 
Rebecca Rogers

Partie 4. Mixité des formations / mixité professionnelle

Filières de formation sexuées, métiers « féminins » et politiques de mixité professionnelle

Roland Pfefferkorn

Texte intégral

1En 2001, quelques semaines après l’adoption d’une nouvelle loi sur l’égalité professionnelle, le 9 mai, les pouvoirs publics décident de lancer en Alsace une initiative en faveur de la mixité professionnelle dans l’industrie et le bâtiment. Une journée intitulée « Les femmes dans l’économie alsacienne » est organisée à Strasbourg le 28 juin 2001 par la Préfecture (Délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité et Direction régionale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle) et la Région Alsace. Cette initiative s’explique par l’amélioration conjoncturelle de la situation économique régionale et les difficultés grandissantes des entreprises régionales à trouver de la main-d’œuvre dans certains secteurs économiques. À l’occasion de cette journée animée par un conseiller en communication, quatre ateliers de 45 minutes chacun présentent, « deux fois dans l’après-midi », différentes actions locales : une « opération Femmes de chantier » (sic) destinée à la découverte des métiers du bâtiment par des femmes demandeuses d’emploi ; une expérience menée à l’usine automobile Peugeot de Mulhouse permettant à des femmes d’accéder à des postes « traditionnellement masculins » ; un exemple de politique de qualification de femmes dans le textile ; et enfin une action de formation interne destinée à « accroître la polyvalence des femmes ». Le document de présentation de cette journée donne les précisions suivantes :

  • 1 Plaquette de présentation du colloque organisé à Strasbourg le 28 juin 2001 : « Les femmes dans l’é (...)

L’amélioration de la conjoncture a été moins profitable aux femmes. En même temps, certaines entreprises sont confrontées à de réelles difficultés de recrutement alors que les réserves de main-d’œuvre ne sont pas épuisées […]. À partir de ces constats, les réflexions sur la mixité dans les entreprises, entamées il y a une dizaine d’années, sont remises à l’ordre du jour.1

2Un ensemble de mesures en faveur de la mixité professionnelle avait en effet été mis en œuvre vers 1990, un peu pour les mêmes raisons. On peut cependant s’interroger tant sur les raisons que sur les effets de ces mesures de mixité professionnelle. On peut se demander si elles ont vraiment été profitables aux femmes. Le mot d’ordre, « L’égalité en marche » qui figurait sur le document de présentation déjà cité guide-t-il vraiment ces politiques ?

3Nous analyserons dans ce chapitre les politiques de mixité professionnelle mises en œuvre en Alsace au cours des années 1990 après en avoir situé le contexte dans le cadre de la France. Nous les examinerons en mettant l’accent sur leurs caractéristiques, leurs limites et surtout leurs contradictions. La mixité professionnelle préconisée par les pouvoirs publics et les entreprises vise à faire en sorte que des femmes entrent désormais dans des secteurs d’activité, des professions ou des postes traditionnellement masculins. Mais s’agit-il vraiment de tous les types d’emplois traditionnellement occupés par des hommes, y compris des postes prestigieux, ou au contraire s’agit-il plutôt d’emplois délaissés par des hommes ? Dans l’exemple cité plus haut, l’objectif semble être de faire face à la pénurie d’hommes affectant ces secteurs, qualifications ou postes en partie à cause du caractère peu attrayant de ce type d’emplois.

4Bien qu’au cours des dernières décennies l’emploi des femmes se soit un peu diversifié, il reste massivement concentré dans quelques professions. Certes, depuis les années 1960, la concentration a fortement reculé dans certains secteurs (professions juridiques, du commerce et de la gestion, de la santé, etc.), et dans les filières y conduisant. La mixité, au moins sur le plan des effectifs, est devenue la règle dans certaines formations et dans certaines professions, mais elle n’a que très peu progressé ailleurs. C’est pourquoi, avant d’analyser les politiques de mixité professionnelle, nous allons tout d’abord faire le point sur la sexuation des filières de formation et leur évolution et préciser l’ampleur de la concentration des femmes dans quelques professions.

Des filières de formation qui restent fortement sexuées

5La progression des effectifs féminins dans l’enseignement secondaire fonde partiellement la croyance en la réalisation effective d’une « égalité des chances » à l’école suivant les sexes. Cependant le regard se modifie dès lors que l’on dépasse l’examen des seules données chiffrées globales. Car les meilleurs résultats scolaires d’ensemble des filles cachent un certain nombre de différences et d’inégalités importantes et persistantes suivant les filières qu’il importe d’examiner dans le détail (Bihr et Pfefferkorn 2002, p. 22-33).

Des filières fortement sexuées dans l’enseignement secondaire…

6Les résultats obtenus dans les différents baccalauréats de l’enseignement général, technologique et professionnel permettent d’avoir un bon aperçu du caractère fortement sexué des différentes filières scolaires. Au total, au cours des vingt dernières années, 10 % seulement des bachelières ont décroché un bac à dominante mathématiques et sciences physiques contre environ 25 % des garçons. En 2000, ces pourcentages sont encore respectivement de 12 % et 21 %. La part des filles parmi ces bacheliers avait fortement progressé durant les années 1970 (de 26 % en 1969 à 40 % en 1981), mais, depuis vingt ans, on observe une stagnation à ce niveau, voire un repli. En 2000, nous sommes toujours à ce niveau : respectivement 40 % et 42 % dans les nouvelles séries Mathématiques et Physique-chimie. Entre temps, au cours des années 1980, on avait même enregistré un recul sensible (35 % en 1990). Le taux de réussite des filles dans ce type de filière est, en revanche, comme pour la quasi-totalité des baccalauréats, supérieur à celui des garçons : l’écart atteint environ 5 points en 2000 (tableau 1). Cette moindre présence des filles dans les sections scientifiques qui ouvrent la voie vers les filières d’études supérieures les plus valorisées socialement (écoles d’ingénieurs, écoles de commerce, facultés de médecine, etc.) aura bien sûr des répercussions sur la féminisation de la plupart de ces dernières.

Tableau 1. Baccalauréat 2000 : pourcentage de filles parmi les admis et taux de réussite des filles et des garçons
Source : MEN, Note d’information, n° 01-24, 2001. Cité par A. Bihr et R. Pfefferkorn 2002, p. 34.

7La proportion de filles parmi les bacheliers des séries alliant formation mathématique et formation technologique est plus faible encore (33,6 % de filles en Biologie-écologie et 8,5 % en Technologie industrielle). Les nouvelles générations de filles, continuent en effet à se diriger vers les filières déjà fortement féminisées. En 2000, on trouve près de 83 % de filles parmi les bacheliers littéraires et 64 % parmi les bacheliers de la série Sciences économiques et sociales. Cette dernière filière se féminise progressivement depuis sa création, de même que le baccalauréat Sciences de la vie et de la terre qui a vu la part des filles passer de 51 % en 1994 à 59 % en 2000.

8Les différentes filières du bac technologique sont encore plus sexuées que celles de l’enseignement général. Globalement, comme pour l’ensemble des filières générales, les filles y sont majoritaires, mais les sections STI (Sciences et techniques industrielles) comptent à peine 7 % de filles en 2000 alors que les sections STL (Sciences et techniques de laboratoire) en comptent 55 %, et les STT (Sciences et techniques du tertiaire ») 66 %. Cependant un examen plus détaillé nous montre des écarts encore plus importants. Certaines sections industrielles, comme la section Arts appliqués, sont amplement féminisées : cette dernière comporte même 68 % de filles. C’est dire que les autres sections sont quasi exclusivement masculines : en énergétique, électrotechnique ou électronique, le taux de filles parmi les bacheliers varie en 2000 de 1,7 % à 4 %. À l’opposé, certaines sections tertiaires ne recrutent presque que des filles : 95,5 % des bacheliers de la section Sciences médico-sociales et 90 % des bacheliers Action et communication administrative. La part des filles est par contre un peu plus réduite pour les baccalauréats Comptabilité et gestion et Action et communication commerciales, avec respectivement 61 % et 60 % de filles.

9Les mêmes tendances se retrouvent pour les baccalauréats professionnels plus récemment créés : globalement 10 % de filles se retrouvent dans les sections Production (industrielle et agricole), mais elles sont cantonnées dans les filières alimentaires ou textiles, par exemple Bio-industries de transformation ou Matériaux souples (de 60 % à 98 % de filles). Les filières Services du bac professionnel comprennent 70,5 % de filles, mais quelques sections, plus valorisées, sont essentiellement masculines : métiers de la sécurité, restauration, exploitation des transports et vente-représentation comprennent respectivement 90 %, 66 %, 62 % et 57 % de garçons. Les bacs professionnels prolongent en fait un phénomène de ségrégation par filière observé lui aussi depuis longtemps dans l’enseignement technique court : schématiquement, aux garçons, les filières industrielles, artisanales et commerciales ; aux filles, les sections Habillement et les CAP et BEP tertiaires (employé de collectivité ou de commerce, secrétariat et professions de santé).

… et dans l’enseignement supérieur

  • 2 M. Ferrand, F. Imbert et C. Marry, « Normaliennes scientifiques et polytechniciennes : des destins (...)

10Toutes filières confondues, depuis quatre décennies, environ 60 % des garçons titulaires du baccalauréat poursuivent une première année d’études supérieures dans une filière scientifique ou technique contre à peine plus de 20 % des filles2. Cette tendance persiste.

  • 3 MEN, Notes d’information, n° 00-20, 2000 ; n° 00-42, 2000 ; n° 01-16, 2001.

11Dans l’enseignement technique court (de niveau bac + 2 ou bac + 3) on retrouve les clivages déjà relevés plus haut pour les bacs technologiques et les bacs professionnels. Les Instituts Universitaires de Technologie (IUT) restent des bastions masculins. Les filles ne représentent que 39 % des effectifs totaux et 20 % des étudiants des spécialités du secteur secondaire, avec cependant plus de la moitié des étudiants en chimie ou en génie biologique, mais à peine 4 % à 6 % en génie industriel et maintenance, génie mécanique et productique, génie électrique et information industrielle. Dans les sections tertiaires elles sont légèrement majoritaires dans l’ensemble (55 %). Mais on trouve moins de 16 % de filles en informatique, contre 70 % à 85 % en information-communication, ou dans les carrières juridiques et sociales. Les Sections de techniciens supérieurs (STS) scolarisent un peu plus de filles que de garçons. Mais, comme dans les IUT, on observe de très fortes différences suivant les sections. Ajoutons encore que les IUT et les STS de l’enseignement public (où les garçons sont majoritaires) sont des filières courtes relativement valorisées, où l’entrée est filtrée (admission sur examen d’un dossier) ; or la part des filles admises dans ces filières reste nettement inférieure (45 % en 2000) à leur part parmi l’ensemble des bacheliers généraux et technologiques (plus de 56 %) alors qu’elles obtiennent en moyenne de meilleurs résultats. Dans les écoles paramédicales et sociales (écoles d’infirmières, d’assistantes sociales, etc.) le recrutement est par contre très majoritairement féminin : on y trouve plus de 80 % de filles. Au total, à série de baccalauréat et mention équivalentes, les jeunes filles abordent cependant plus souvent, toutes filières confondues, des études supérieures courtes que les jeunes gens3.

  • 4 RERS, éditions 1999 et 2000.

12À l’université, on rencontre en 2000 plus de filles (55 %) que de garçons (tableau 2). Mais leur part baisse en passant du 1er et du 2e cycle (respectivement 56 % et 57 %) au 3e cycle (50 %). Elles sont, en outre, fortement concentrées dans certaines disciplines, notamment en lettres (73 %), dans les langues (74 %) ou encore dans les sciences humaines et sociales (66 %). Elles représentent aussi les deux tiers des étudiants en médecine ou en pharmacie. Enfin, elles sont largement majoritaires en droit et sciences politiques (62 %), en AES (59 %) et dans les sciences de la nature et de la vie (57 %). En revanche, elles ne représentent toujours qu’une part réduite des étudiants en Sciences et structure de la matière (34 %), en STAPS (32 %) et en Sciences et technologie, sciences pour l’ingénieur (22,5 %)4.

Tableau 2. Pourcentage de filles dans les effectifs universitaires
Source : MEN, Note d’information, n° 01-30, 2001.Cité par A. Bihr et R. Pfefferkorn 2002, p. 37. Légende – AES : Administration économique et sociale ; STAPS : Sciences et techniques des activités physiques et sportives ; IUT : Instituts universitaires de technologie.

  • 5 Le lecteur trouvera des éléments précis sur ces dimensions que nous nous contentons de mentionner i (...)

13Les progrès incontestables de la scolarisation des filles restent donc entravés par le maintien d’une très forte inégalité entre hommes et femmes suivant les filières. Cette discrimination de fait prend d’autant plus de sens qu’elle se cumule par la suite avec un autre phénomène : une dévalorisation relative des diplômes des femmes quand elles se présentent sur le marché du travail. En effet, toutes les données disponibles montrent que, quels que soient les diplômes obtenus, ils procurent tendanciellement moins d’avantages aux femmes qu’aux hommes. Une telle dévalorisation des diplômes des femmes peut s’apprécier de différentes manières : d’abord suivant l’accès (ou le non-accès) à un emploi et suivant le temps nécessaire pour y arriver ; ensuite suivant le statut et la nature de l’emploi occupé (l’emploi est-il stable ou au contraire est-il précaire ou à temps partiel contraint ?) ; selon les perspectives de carrières envisagées et réalisées et selon l’adéquation entre formation et emploi (l’emploi correspond-il à la nature et au niveau de la formation suivie ?) ; enfin, selon le niveau de rémunération obtenu, à diplôme équivalent5.

14Si les jeunes femmes, quelle que soit leur origine sociale, tirent généralement un meilleur profit du système de formation initiale, l’avantage relatif qu’elles acquièrent se dilue à l’entrée dans la vie active et elles occupent moins fréquemment que leurs camarades de sexe masculin les emplois les plus prestigieux. La ségrégation scolaire entre adolescents et adolescentes n’est pas sans rapport avec leur ségrégation ultérieure sur le marché du travail entre secteurs et professions différents, la première préparant et justifiant par anticipation la seconde.

Des emplois et des métiers fortement sexués

15Dans certains métiers traditionnellement « masculins », l’entrée des femmes reste encore marginale même si elle se développe. On assiste à une hausse régulière de l’emploi des femmes depuis 1960, à la fois sur des postes qualifiés nécessitant une formation et des diplômes et sur des postes non qualifiés ou dont la qualification n’est pas reconnue. L’examen de la répartition selon le sexe dans les différents groupes de Professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) est à cet égard instructif.

La concentration des femmes dans quelques professions

  • 6 INSEE, INSEE Première, n° 785, juin, Enquête sur l’emploi de mars 2001, p. 50.
  • 7 Une 32e PCS regroupe les chômeurs n’ayant jamais travaillé : là aussi nous rencontrons une majorité (...)
  • 8 Ibid., p. 50.

16En 2001, sur les six grands groupes de PCS, l’un est très majoritairement féminin : le groupe des employés (avec 76 % de femmes). Au sein de ce groupe, quatre des cinq PCS sont composées essentiellement de femmes, alors qu’à l’inverse la PCS « policiers, militaires » est masculine à près de 90 %6. Le groupe des professions intermédiaires comporte une petite moitié de femmes (48 %), mais au sein de ce groupe le clivage entre les différentes PCS est très grand puisque en dehors des « professions intermédiaires administratives des entreprises », les six autres divisions se partagent entre celles qui sont massivement occupées par des hommes (techniciens ; contremaîtres et agents de maîtrise ; membres du clergé) et celles qui, à l’opposé, sont fortement féminisées. À ce niveau plus fin de la nomenclature, on peut observer qu’au total sur les 31 PCS7, une seulement, en dehors du groupe des employés et des professions intermédiaires, comporte une majorité de femmes (54 %) : la catégorie des « professeurs et professions scientifiques » (tableau 3). La part des femmes parmi les ingénieurs et cadres techniques d’entreprise reste inférieure à 15 %8.

Tableau 3. PCS : Professions et catégories socioprofessionnelles les plus féminisées
Source : INSEE, op. cit., p. 50. Cité par A. Bihr et R. Pfefferkorn, 2002, p. 88.
Précision : ces 14 catégories sont celles regroupant le plus grand nombre de femmes actives en valeur absolue et sont classées en fonction de leur taux de féminisation. Les autres 17 catégories ne sont pas mentionnées ici.

17À un niveau plus fin encore, hormis les huit PCS (sur 31) où les femmes sont majoritaires, sur les 455 professions détaillées qui composent la nomenclature des PCS, une vingtaine seulement comportent une majorité de femmes : deux catégories d’« aides-familiaux », cinq catégories de petits commerçants, deux professions libérales (dont les psychologues) ainsi que… les « artisans coiffeurs, manucures, esthéticiens » et les « artisans teinturiers blanchisseurs » ; les bibliothécaires, les cadres de la documentation du secteur privé et les professeurs d’art (hors établissements scolaires) ; et quelques professions ouvrières : dans la chimie, le textile, la confection, le cuir, le nettoyage pour l’essentiel. Tous secteurs confondus, les femmes ouvrières sont bien moins nombreuses que les hommes, mais elles sont tout de même plus d’un million et demi. Les deux tiers d’entre elles sont classées parmi les ouvrier(e)s non qualifié(e)s. Au total, la moitié des femmes actives font partie du groupe des employées. On arrive à 70 % en y ajoutant les professions intermédiaires.

  • 9 Voir les études déjà anciennes de M. Huet, « La concentration des emplois féminins », Économie et s (...)

18La diversification professionnelle des femmes est beaucoup plus faible que celle des hommes. Sur les 455 professions détaillées, une vingtaine continuent à regrouper à elles seules 45 % des femmes qui travaillent. De ce point de vue, les changements intervenus depuis 1980 sont minimes et contradictoires9. La concentration des emplois des femmes dans quelques professions est un élément de fragilité considérable, d’autant plus que leur activité s’est surtout développée au sens de catégories dominées tant sur le plan hiérarchique que salarial (Fortino 2002).

19Mais on assiste en même temps, par-delà le clivage hommes-femmes, comme l’a bien analysé Danièle Kergoat, à une véritable dualisation de l’emploi des femmes, à « l’irruption d’une opposition de classe entre les femmes, pour la première fois directe et non plus médiée par les hommes » (Kergoat 1998, p. 322), la situation d’une partie des femmes disposant de ressources économiques, culturelles et sociales s’opposant nettement à celle de l’autre partie, de plus en plus grande, qui va se précarisant et s’appauvrissant. Depuis 1968, la part des femmes actives comptabilisées dans la catégorie « cadres et professions intellectuelles supérieures » a été multipliée par quatre. Elle est passée de 2,5 % à 10,5 % en 2001. Les femmes ont réussi à accéder à de nouvelles professions qui auparavant étaient exclusivement masculines. Certaines de ces professions se sont même massivement féminisées, qu’on pense par exemple à l’enseignement, aux professions juridiques ou médicales. Parallèlement, au cours des deux dernières décennies, nous avons assisté à un glissement des emplois non qualifiés du secteur industriel vers les services, et vers les femmes. Le tertiaire rassemble en 2001 les trois quarts des emplois non qualifiés, ou considérés et rémunérés comme tels, contre la moitié en 1982. Résultat : 60 % des 5 millions d’emplois non qualifiés sont désormais occupés par des femmes, contre 52 % en 1982. Ils se sont massivement développés au cours des années 1980 et 1990 dans le domaine des services directs aux particuliers et dans la grande distribution. Enfin, 30 % de ces emplois sont à temps partiel, contre 16 % en 1982, et 17 % sont des emplois précaires, contre 4 % en 1982 (tableau 4).

Les caractéristiques des professions fortement féminisées

  • 10 J. Gottely, « Les professions sociales et la multiplication de leurs tâches », Données sociales, IN (...)

20Une grande partie des professions occupées par les femmes sont soit des professions centrées autour de la famille ou de l’éducation, soit des professions qui érigent d’une manière ou d’une autre la « féminité » en qualité professionnelle. La division sociale du travail réserve ainsi aux femmes, en premier lieu, les professions qui socialisent les activités, les capacités et les vertus qui sont traditionnellement les leurs au sein de l’univers domestique, notamment dans leurs fonctions ménagères et éducatives. Ainsi, les assistantes sociales ou les conseillères en économie sociale et familiale sont quasi exclusivement des femmes (avec des taux supérieurs à 90 %). De même, les éducateurs de jeunes enfants ou les aides médico-psychologiques comptent aussi plus de 80 % de femmes. Une seule formation parmi les professions sociales, celle d’éducateur technique spécialisé, compte une minorité de femmes (à peine 20 %), ce qui s’explique par la qualification professionnelle technique de base exigée (menuisier par exemple)10. Par ailleurs, la même division sociale du travail réserve aux femmes des professions exigeant des vertus soi-disant féminines. Qu’il s’agisse de l’infirmière, de l’esthéticienne, de la vendeuse ou de la secrétaire, on les veut en effet de préférence dévouées, discrètes, soignées, disponibles et, bien sûr, compétentes. Dans leurs activités professionnelles les femmes sont conduites/contraintes à investir les qualités et vertus exigées d’elles dans l’univers domestique. Par les professions qu’elle leur réserve, la division sociale du travail inscrit les femmes dans des relations de subordination qui métaphorisent celles qu’elles connaissent traditionnellement dans l’univers domestique.

Tableau 4. Évolution de l’emploi non qualifié de 1982 à 2001
* Lire le chiffre 5 de la 1re ligne du tableau de la manière suivante : le pourcentage de femmes a augmenté de 5 points de 1982 à 2001, autrement dit la part de femmes est passée de 64 à 69 %.
Source : INSEE, INSEE Première, n° 796, 2001. Cité par A. Bihr et R. Pfefferkorn, 2002, p. 90.

  • 11 J. Bué, « L’organisation du travail des femmes », Travail et emploi, n° 49, 1991, p. 46-51.

21L’analyse de l’organisation et des conditions de travail permet de mettre en évidence trois dimensions de l’organisation du travail qui sont fortement marquées suivant les sexes : la liberté du travailleur d’organiser son activité et la marge de manœuvre qu’il s’autorise par rapport aux consignes reçues ; l’importance des communications dans l’exercice de son travail ; enfin, l’importance des pouvoirs hiérarchiques11.

  • 12 Voir S. Lecomte, « L’accès à l’emploi : un mirage pour les assistantes maternelle », Travail, genre (...)

22Une partie des emplois d’exécution féminins sont situés, plus souvent que ceux des hommes, dans des organisations du travail peu formalisées, notamment dans les services rendus aux particuliers (gardes d’enfants, nettoyage, etc.). D’après certaines enquêtes, les professions de concierge, de femme de ménage ou d’assistante maternelle permettraient aux femmes qui les exercent, certes dans une relative solitude, d’accéder à une autonomie relative dans le cadre d’un travail pour l’exécution duquel il y a par définition peu de consignes à donner et pas ou peu d’organisation collective. Cependant ces activités ne donnent le plus souvent qu’un « statut salarial flottant » aux femmes de milieux populaires qui les exécutent. Ce statut se caractérise par des conditions de travail très hétérogènes, un fréquent recours au travail au noir, et un mélange diffus et contradictoire fait, d’une part de « solidarité », de proximité et d’informalité familiale et, d’autre part de réglementation et de domination salariale. De plus, la relation salariale est fréquemment neutralisée par des dons, par le silence sur les questions financières et l’occultation du travail effectué. Mais, comme le remarque Sarah Lecomte, « la mise en activité n’est alors synonyme ni d’accès à un statut professionnel, ni d’accès à un statut social »12.

  • 13 M. Gollac et S. Volkoff, Les conditions de travail, Paris, La Découverte, 2000 ; B. Appay et A. Thé (...)

23À l’opposé, on assiste dans d’autres secteurs du tertiaire (grande distribution, restauration, etc.) à la mise en place de nouvelles formes de rationalisation des activités qui sont davantage l’objet du contrôle ou de la programmation. Il en résulte un accroissement de la pénibilité, une intensification de la pression du travail et, corollaire, l’apparition de nouvelles pathologies comme par exemple les douleurs articulaires des caissières ou le stress qui est une contrepartie fréquente de la dimension relationnelle du travail effectué. Les conditions de travail des ouvriers et des employées tendent en effet à se rapprocher, notamment sur le plan de la pénibilité et de la souffrance qui en résulte, même si les atteintes à la santé des employées non qualifiées sont moins spectaculaires et moins facilement identifiables que celles de certains ouvriers non qualifiés de l’industrie ou du bâtiment13.

  • 14 D. Kergoat et al., Les infirmières et leur coordination, 1988-1989, Paris, Éditions Lamarre, 1992.
  • 15 P. Alonzo et O. Liaroutzos, « Secrétaires, des carrières à la traîne », Maruani dir., Paris, La Déc (...)

24Dans le cas de postes de travail plus complexes impliquant davantage de responsabilités et de savoir-faire, le plus souvent l’autonomie des femmes n’est pas reconnue. C’est par exemple le cas des secrétaires, plus généralement des employées administratives d’entreprise, des aides maternelles ou des infirmières. Pour les femmes de ces secteurs, marqués en partie à l’origine par le bénévolat, voire le sacerdoce, il a fallu rompre avec l’idée que le dévouement ou la gentillesse seraient des qualités typiquement ou naturellement féminines, et par conséquent sans valeur professionnelle. Le slogan des manifestations des infirmières en grève illustre cette volonté de rupture : « Ni bonnes, ni nonnes, ni connes »14. De même, le travail de bureau des secrétaires dont l’augmentation de la qualification est constatée objectivement, ne se traduit que rarement par une reconnaissance statutaire et/ou salariale15. Par ailleurs la « déqualification féminine » résulte aussi, on le voit avec les ouvrières de l’électronique, du fait que les compétences effectives des femmes ne sont pas reconnues par les entreprises en tant que qualification.

  • 16 INSEE, op. cit., p. 50.
  • 17 Voir M. Bulard, « Désert féminin dans les lieux de pouvoir. Sexisme ordinaire au travail », Le mond (...)

25Les femmes salariées occupent moins souvent que les hommes des positions professionnelles élevées. En 2001, elles ne constituent toujours que 36 % des cadres administratifs et commerciaux d’entreprise et 34 % des cadres de la fonction publique16. Ces chiffres ont toutefois progressé considérablement ces vingt dernières années. Cependant, quand les femmes sont cadres, d’autres facteurs de discrimination sont à l’œuvre. On observe notamment deux grandes différences par rapport à leurs homologues hommes. Elles ont moins de contacts avec des interlocuteurs extérieurs à l’entreprise et elles ont moins souvent des responsabilités hiérarchiques au sein même de l’entreprise. Elles progressent aussi moins vite que les hommes sur le plan de leur rémunération. Enfin, elles interviennent plus rarement dans l’avancement de leurs subordonnés17.

Les politiques de mixité professionnelle18

Le contexte

26C’est à partir du début des années 1970 que les pouvoirs publics se sont engagés formellement dans la voie de politiques favorables à une plus grande égalité entre hommes et femmes sur le plan du travail et de l’emploi. La question de la mixité professionnelle a été posée plus tardivement et de manière particulièrement ambiguë.

27Le principe de l’égalité de rémunération entre hommes et femmes pour un même travail a été posé par la loi du 22 décembre 1972. Cependant, cette loi n’a pas été suivie d’effets pratiques. Ce constat a conduit dix ans plus tard à l’adoption de la loi Roudy du 13 juillet 1983, qui porte modification au Code du travail et au Code pénal et cherche à dépasser la simple affirmation du principe de l’égalité de la rémunération. Cette nouvelle loi s’inscrit pour la première fois dans une logique de promotion effective de l’égalité. Elle était a priori plutôt bien conçue et aurait pu avoir des effets positifs. Mais elle n’avait prévu aucune sanction pénale en cas de non-application, pas même des amendes comme dans le cas de la loi sur la formation professionnelle. Elle permettait notamment la mise en œuvre de « plans pour l’égalité professionnelle » bénéficiant d’une aide financière de l’État. Mais, à son tour, cette loi s’est traduite par peu d’effets concrets puisque treize entreprises seulement dans toute la France ont signé un tel plan dans les années suivantes. De plus, dans les rares entreprises concernées, comme l’a montré une recherche de terrain,

  • 19 Y. Duret, É. Fries Guggenheim et M.-C. Rebeuh, Rapport final. Les femmes et la mécanique en Alsace. (...)

toutes les femmes désireuses d’en profiter [sic] n’ont pas toujours été servies ; les formations n’ont pas toujours été de nature à permettre une réelle promotion professionnelle ; et malheureusement, là où la formation a permis d’acquérir une réelle qualification, toutes les femmes n’ont pas forcément pu [obtenir] une promotion, un gain de responsabilité ou de salaire.19

  • 20 Voir G. Doniol-Shaw et al., Les plans d’égalité professionnelle, étude bilan, 1983-1989, Paris, La (...)

28Ces plans pour l’égalité professionnelle sont restés pour l’essentiel lettre morte20. Par la suite, des « contrats pour la mixité des emplois » destinés aux entreprises de moins de 200 salariés et signés individuellement par les salariées concernées ont pris le relais et ont été mis en place par le ministère des affaires sociales en juillet 1987. Sans davantage de succès.

29La prise de conscience des années 1983-1985 ne dure pas et ne se traduit pas vraiment dans les faits. Les dispositifs spécifiques de la politique de l’emploi destinés aux femmes restent marginaux tant du point de vue du nombre de bénéficiaires que des montants budgétaires qui y sont consacrés. Ces derniers n’ont jamais dépassé 1 % de la politique active de l’emploi. Il s’agit essentiellement de mesures symboliques ou de mesures ponctuelles. Seuls le programme de lutte contre le chômage des femmes, la mise en place des Bureaux d’accompagnement individualisé vers l’emploi créés en 1985 dans les Centres d’information sur les droits des femmes (CIDF) et les mesures NOW (New Opportunities for Women) initiées par la Communauté européenne en 1990, s’inscrivent dans une perspective à moyen terme en faveur de l’emploi des femmes. À la fin des années 1980, le 23 novembre 1989, un accord national interprofessionnel sur « l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes » est encore signé. Cet accord réaffirme le principe « à travail égal, salaire égal » et vise à diversifier les professions féminisées habituellement occupées par les femmes, notamment en favorisant l’orientation des jeunes filles vers les « formations industrielles ». Mais cet accord vise en fait d’abord d’autres objectifs.

30Au même moment, à la fin des années 1980, l’Union des industries métallurgiques et minières (UIMM), menait une campagne de promotion nationale sur le thème : « Les femmes et la mécanique ». Le recours à l’emploi de femmes était envisagé par l’organisation patronale de ce secteur, en raison des avantages spécifiques que les entreprises comptaient en retirer : d’une part répondre à une pénurie de main-d’œuvre, qualifiée et non qualifiée et, d’autre part, abaisser le niveau des salaires. C’est dans ce contexte que les pouvoirs publics ont, par exemple, soutenu, dès la fin des années 1980, les initiatives des entreprises alsaciennes du secteur de la mécanique qui cherchaient à recruter des femmes sur des emplois qualifiés. C’est cet exemple que nous présentons ci-après.

Une politique de féminisation d’emplois « traditionnellement masculins »

  • 21 Le contrat mixité des emplois dans les PME-PMI, créé en 1987, est une mesure individuelle qui perme (...)

31Les entreprises alsaciennes connaissaient à la fin des années 1980 une importante pénurie de main-d’œuvre déterminée fortement par la concurrence transfrontalière exercée par les entreprises allemandes et suisses, plus particulièrement dans les secteurs de la mécanique et du travail des métaux. Les entreprises françaises étaient par conséquent intéressées par les actions de formation financées par les pouvoirs publics et proposées aux chômeuses disposées à s’orienter vers de nouveaux travaux industriels. Ces expériences de formation se sont déroulées avec l’appui de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE), de l’Association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA), de la Direction du travail et de l’emploi, et de la Délégation aux droits des femmes. Dans ce cadre, des mesures spécifiques de soutien (contrats de retour à l’emploi, contrats de qualification) et des aides financières (Fonds national de l’emploi, contrats mixité21) ont été mises en œuvre. Le cas d’une entreprise qui a effectivement embauché un certain nombre de soudeuses après leur formation a été largement médiatisé par la presse régionale. Cette entreprise sous-traitante de l’industrie automobile avait en effet un besoin notable de personnel sur des postes de soudeurs, traditionnellement occupés par des hommes. Mais la proximité de son bassin d’emploi (Wissembourg) avec un important centre industriel allemand (Karlsruhe) amenait les ouvriers qualifiés masculins, et notamment les soudeurs, à occuper des emplois nettement mieux rémunérés dans le pays voisin, quitte à augmenter le temps de déplacement quotidien domicile-travail.

  • 22 Y. Duret, É. Fries Guggenheim et M.-C. Rebeuh, op. cit., p. 119-121.

32Dès 1990, les chercheurs qui ont suivi ces expériences auprès d’une dizaine d’entreprises alsaciennes notaient, au terme de leur investigation, que les résistances des milieux professionnels masculins, qu’il s’agisse des collègues de travail ou des supérieurs hiérarchiques, pouvaient être vaincues dès lors que les entreprises voulaient se donner les moyens d’une véritable politique de mixité des emplois. Il est vrai qu’il s’agissait plutôt d’entreprises modernes et dynamiques de taille moyenne ou grande. La seule crainte des chercheurs résidait alors dans le caractère conjoncturel et fragile du besoin de main-d’œuvre des entreprises de ce secteur22. (Les mêmes interrogations peuvent au demeurant être formulées à propos de l’initiative lancée à l’été 2001, en raison du retournement conjoncturel spectaculaire frappant les économies allemande et alsacienne – davantage que l’économie française prise dans son ensemble – dans la seconde moitié de l’année 2001 et au début de 2002.) Quelques années plus tard, en 1994, une autre étude réalisée dans la même région frontalière pour la Direction régionale du travail et de l’emploi et la Délégation régionale aux droits des femmes s’est penchée sur la situation des femmes dans trois secteurs de l’artisanat (alimentation, bâtiment et bois). Cette étude portant sur de petites entreprises connaissant aussi des difficultés relatives de recrutement aboutissait à des conclusions opposées et soulignait les obstacles auxquels les filles risquaient de se heurter dans ces branches. Elle émettait un certain nombre de doutes quant à la pertinence des nouvelles politiques de formation destinées aux filles. Face aux difficultés rencontrées par les femmes, les auteurs se posaient les questions suivantes en conclusion de leur travail :

  • 23 M.-C. Rebeuh et M. Niss, Mixité dans les entreprises de l’artisanat en Alsace, Strasbourg, CACÉREQ (...)

Est-il opportun de pousser les filles à se lancer, vaille que vaille, dans des voies qui leur demandent beaucoup de volontarisme et qui les confrontent à des obstacles presque insurmontables ? […] Est-il raisonnable de prendre la responsabilité d’inciter d’autres jeunes filles sans s’assurer des débouchés professionnels qu’elles trouveront au bout de leur formation ?23

33Les réserves des chercheurs s’expliquent par le fait que les entreprises de ces trois secteurs sont caractérisées par leur faible dimension et leur caractère plus ou moins familial. Les valeurs traditionnelles, notamment les valeurs machistes, étaient a priori plus difficiles à bousculer dans ce contexte.

  • 24 F. Crézé et al., Mixité et partage du travail, 2 vol., Strasbourg, CA-CÉREQ Alsace et BETA - univer (...)
  • 25 Ibid.
  • 26 M. Forté et al.,» De la division sexuée au partage du travail ? », Travail et emploi, n° 74, 1998, (...)

34Quelques années plus tard, à l’occasion d’une nouvelle étude24, les chercheurs qui se sont penchés sur les politiques de mixité menées dans les entreprises industrielles alsaciennes notent que leurs interrogations sur la mixité professionnelle étaient désormais devenues étrangères aux préoccupations des employeurs. Désormais, le changement de conjoncture aidant, le recrutement des femmes est explicitement envisagé en raison des « opportunités d’économies salariales à exploiter »25. Ces chercheurs ajoutent que la mixité n’intéresse les entreprises que dans la mesure où elle permet « d’exprimer une concurrence entre hommes et femmes dont une diminution du coût du travail est attendue »26. Ils signalent notamment « des cas où une féminisation d’emplois antérieurement masculins a permis de ne pas relever les salaires comme il aurait été nécessaire de le faire pour attirer de la main-d’œuvre masculine ». Ils notent cependant que la sexuation des emplois et des postes de travail au sein des entreprises n’est pas pour autant abolie : « La raison majeure qui la justifie est l’application du principe “à travail égal, salaire égal” dont on peut déduire qu’“à travail inégal, salaire inégal”… ». En effet tant que les femmes seront concentrées sur certains postes ou dans certaines activités il sera plus facile de justifier des salaires inférieurs à ceux des hommes présents dans d’autres secteurs ou emplois.

***

35Nous retiendrons d’abord de ces expériences de mixité professionnelle menées dans certaines entreprises industrielles alsaciennes et soutenues par les pouvoirs publics que les préoccupations des employeurs ne visent pas la mixité du travail en soi ou l’égalité professionnelle entre hommes et femmes. À moins qu’il ne s’agisse d’égalité par le bas… Leur objectif est en premier lieu de trouver du personnel qualifié (et non qualifié) au moindre coût. C’est dans cette perspective que les politiques publiques en faveur de la mixité professionnelle ont été mobilisées par ces entreprises. Ces politiques peuvent en effet contribuer à l’augmentation de la concurrence entre salariés afin de faire baisser le coût du travail. Rappelons cependant que cet objectif n’est pas forcément contradictoire avec celui qui consiste à se doter d’une organisation du travail, et notamment d’une classification professionnelle sexuée, permettant de justifier l’écart de salaire entre hommes et femmes au détriment de ces dernières.

36Enfin, il convient de s’interroger aussi sur un élément fondamental qui continue à opposer massivement les hommes et les femmes sur le marché du travail, du moins les hommes et les femmes vivant en couple et plus particulièrement ceux et celles ayant des enfants. Cet élément n’apparaît jamais clairement dans les études des chercheurs en sciences du travail que nous avons consultées (sauf une fois de manière implicite) : c’est la disponibilité des unes et des autres en termes de temps consacré à l’activité professionnelle. Cette disponibilité en temps est en étroite relation (inverse !) avec le temps consacré au travail domestique dans son ensemble. Nous retrouvons ici la réalité fortement différenciée selon les sexes de l’appréhension sociale du temps : les femmes et les hommes entretiennent en effet des rapports très inégaux aux temps de travail professionnel, de travail domestique et de temps libre, de plus, le temps du travail domestique structure l’ensemble des temps des femmes (Hirata et Senotier 1996). En effet, contrairement aux femmes qui, quelle que soit leur qualification professionnelle, ont traditionnellement à faire face à des charges domestiques nettement plus lourdes, les hommes professionnellement qualifiés, par exemple les soudeurs, peuvent accepter plus facilement l’augmentation du temps de déplacement domicile-travail qui découle de l’emploi frontalier dans l’industrie allemande ou suisse en raison, précisément, de leur faible implication dans l’espace domestique. Cette augmentation du temps total consacré à l’activité professionnelle (et au déplacement domicile-travail) est la contrepartie à payer, par les hommes, pour obtenir des salaires plus élevés dont ils peuvent bénéficier. La contrepartie à payer par les femmes étant leur assignation prioritaire, voire exclusive, au travail domestique. C’est par ce biais aussi que se construisent différemment et inégalement les places respectives des hommes et des femmes dans les emplois, de même que leurs possibilités inégales de négocier leur niveau de rémunération.

  • 27 Ibid., p. 54.

37Les entreprises alsaciennes ont été amenées à remplacer les soudeurs hommes par une main-d’œuvre féminine disponible, parfois à la recherche d’un emploi, en cassant au besoin les représentations sexistes par rapport au type de travail, considéré jusqu’ici comme masculin, en participant à une politique de formation et en bénéficiant de surcroît de l’appui des pouvoirs publics. Ces femmes, une fois formées et qualifiées, risquent moins d’échapper au marché du travail local parce qu’elles sont, comme le signale incidemment l’un des articles, « à la recherche d’emplois de proximité »27. Cette moindre disponibilité des femmes par rapport aux emplois frontaliers nettement mieux rémunérés (mais qui prennent davantage de temps en raison de l’augmentation du temps de transport), tient d’abord aux contraintes qui pèsent sur elles dans la sphère domestique en raison d’un partage largement inégalitaire du travail réalisé dans cette dernière. Leur disponibilité permanente pour la famille les place ainsi dans un rapport de force plus défavorable que les hommes.

Notes

1 Plaquette de présentation du colloque organisé à Strasbourg le 28 juin 2001 : « Les femmes dans l’économie alsacienne ».

2 M. Ferrand, F. Imbert et C. Marry, « Normaliennes scientifiques et polytechniciennes : des destins improbables ? », Regards sociologiques, n° 9-10, 1995, p. 101. Voir aussi le texte de Michèle Ferrand dans le présent ouvrage.

3 MEN, Notes d’information, n° 00-20, 2000 ; n° 00-42, 2000 ; n° 01-16, 2001.

4 RERS, éditions 1999 et 2000.

5 Le lecteur trouvera des éléments précis sur ces dimensions que nous nous contentons de mentionner ici brièvement dans Bihr et Pfefferkorn 2002, p. 44-55.

6 INSEE, INSEE Première, n° 785, juin, Enquête sur l’emploi de mars 2001, p. 50.

7 Une 32e PCS regroupe les chômeurs n’ayant jamais travaillé : là aussi nous rencontrons une majorité de femmes (60 %).

8 Ibid., p. 50.

9 Voir les études déjà anciennes de M. Huet, « La concentration des emplois féminins », Économie et statistiques, n° 154, 1983 ; et O. Marchand, « Les emplois féminins restent très concentrés », Données sociales, INSEE, 1993, p. 495-503.

10 J. Gottely, « Les professions sociales et la multiplication de leurs tâches », Données sociales, INSEE, 1993, p. 541-547. Voir aussi J. Ion et J.-P. Tricart, Les travailleurs sociaux, Paris, La Découverte, 1992.

11 J. Bué, « L’organisation du travail des femmes », Travail et emploi, n° 49, 1991, p. 46-51.

12 Voir S. Lecomte, « L’accès à l’emploi : un mirage pour les assistantes maternelle », Travail, genre et sociétés, n° 2, 1999, p. 89.

13 M. Gollac et S. Volkoff, Les conditions de travail, Paris, La Découverte, 2000 ; B. Appay et A. Thé-baud-Mony éd., Précarisation sociale, travail et santé, Paris, IRESCO/CNRS, 1997.

14 D. Kergoat et al., Les infirmières et leur coordination, 1988-1989, Paris, Éditions Lamarre, 1992.

15 P. Alonzo et O. Liaroutzos, « Secrétaires, des carrières à la traîne », Maruani dir., Paris, La Découverte, 1998, p. 59-70 ; S. Hamon-Cholet et al.,» Secrétaire, un métier qui s’est adapté à la généralisation de la bureautique », Premières synthèses, DARES, n° 08-1, 2000.

16 INSEE, op. cit., p. 50.

17 Voir M. Bulard, « Désert féminin dans les lieux de pouvoir. Sexisme ordinaire au travail », Le monde diplomatique, mai 1999, et les références données dans cet article.

18 Les éléments de cette partie sont tirés de Pfefferkorn 2002a, p. 87-109.

19 Y. Duret, É. Fries Guggenheim et M.-C. Rebeuh, Rapport final. Les femmes et la mécanique en Alsace. Contexte, opportunités, résistances, Strasbourg, CA-CÉREQ Alsace – université Louis Pasteur, août 1990, p. 11.

20 Voir G. Doniol-Shaw et al., Les plans d’égalité professionnelle, étude bilan, 1983-1989, Paris, La Documentation française, 1989.

21 Le contrat mixité des emplois dans les PME-PMI, créé en 1987, est une mesure individuelle qui permet d’accorder une aide financière de l’État à une entreprise favorisant l’insertion d’une femme dans un métier traditionnellement masculin.

22 Y. Duret, É. Fries Guggenheim et M.-C. Rebeuh, op. cit., p. 119-121.

23 M.-C. Rebeuh et M. Niss, Mixité dans les entreprises de l’artisanat en Alsace, Strasbourg, CACÉREQ Alsace – université Louis Pasteur, juillet 1994.

24 F. Crézé et al., Mixité et partage du travail, 2 vol., Strasbourg, CA-CÉREQ Alsace et BETA - université Louis Pasteur, juin 1997.

25 Ibid.

26 M. Forté et al.,» De la division sexuée au partage du travail ? », Travail et emploi, n° 74, 1998, p. 61.

27 Ibid., p. 54.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. Baccalauréat 2000 : pourcentage de filles parmi les admis et taux de réussite des filles et des garçonsSource : MEN, Note d’information, n° 01-24, 2001. Cité par A. Bihr et R. Pfefferkorn 2002, p. 34.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1815/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Tableau 2. Pourcentage de filles dans les effectifs universitairesSource : MEN, Note d’information, n° 01-30, 2001.Cité par A. Bihr et R. Pfefferkorn 2002, p. 37. Légende – AES : Administration économique et sociale ; STAPS : Sciences et techniques des activités physiques et sportives ; IUT : Instituts universitaires de technologie.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1815/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Tableau 3. PCS : Professions et catégories socioprofessionnelles les plus féminiséesSource : INSEE, op. cit., p. 50. Cité par A. Bihr et R. Pfefferkorn, 2002, p. 88.Précision : ces 14 catégories sont celles regroupant le plus grand nombre de femmes actives en valeur absolue et sont classées en fonction de leur taux de féminisation. Les autres 17 catégories ne sont pas mentionnées ici.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1815/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Tableau 4. Évolution de l’emploi non qualifié de 1982 à 2001* Lire le chiffre 5 de la 1re ligne du tableau de la manière suivante : le pourcentage de femmes a augmenté de 5 points de 1982 à 2001, autrement dit la part de femmes est passée de 64 à 69 %.Source : INSEE, INSEE Première, n° 796, 2001. Cité par A. Bihr et R. Pfefferkorn, 2002, p. 90.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1815/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 440k

Auteur

Professeur agrégé de sciences sociales à l’Université Marc Bloch, Strasbourg

© ENS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540