Version classiqueVersion mobile

Anthropologie

 | 
Edward Sapir

Deuxième section. Culture et personnalité

La personnalité

Note de l’éditeur

Note de l’éditeur : article publié pour la première fois sous le titre « Personality », Encyclopædia of the Social Sciences, New York, Macmillan, 1934, vol. 12, p. 85-87. Édition Mandelbaum, p. 560-563.

Texte intégral

1Le mot de « personnalité » désigne ordinairement trop de choses pour entrer utilement dans une discussion scientifique, à moins qu’on ne dise clairement ce qu’il recouvre dans un contexte donné. Parmi les significations usuelles, il y en a cinq qu’on peut isoler avec fruit : ce sont celles qu’utilisent respectivement la philosophie, la physiologie, la psychophysiologie, la sociologie et la psychiatrie. Du point de vue philosophique, la personnalité est la conscience subjective d’un moi qui ne se confond pas avec les autres objets observables. Physiologiquement, c’est l’organisme de l’individu vu sous l’angle des conduites qui le différencient des autres organismes humains. Du point de vue de la psychophysiologie descriptive, on dira que la personnalité est l’être humain en tant que totalité instantanée de réactions physiologiques et psychologiques, entre lesquelles on ne cherche d’ailleurs aucune ligne de partage. Sociologiquement, le mot a surtout une résonance symbolique : la totalité des conduites qui donnent un sens à l’individu en société et le distinguent des autres membres de la communauté, dont chacun incarne, sous forme d’une configuration unique, d’innombrables modèles culturels. Pour le psychiatre, la personnalité est l’individu isolé de l’ensemble psychophysiologique et considéré comme un système réactionnel stable. La philosophie traite la personnalité comme un point fixe de l’expérience ; la physiologie et la psychophysiologie comme un système réactionnel aux possibilités indéfinies, tout en posant entre les états une relation de continuité et non pas d’identité. La sociologie considère la personnalité comme une accumulation progressive, et la psychiatrie comme un système invariable de réactions. Les quatre premières définitions n’ajoutent rien de nouveau à des concepts comme « moi », « organisme », « rôle individuel » et « rôle social ». La plus difficile à comprendre, mais la plus importante, est la définition psychiatrique : la personnalité est stable et typologiquement définie pour longtemps, sinon pour toute la vie. Le psychiatre ne nie pas que l’enfant en révolte contre son père et l’adulte qui, plus tard, professe des opinions subversives, sont deux personnes différentes ; mais il note avec intérêt qu’il peut dégager de la somme des conduites adultes et infantiles le même arrière-plan de réactions physiques et psychiques. Il fonde la stabilité de la personnalité sur un système complexe d’équivalences de conduites : concepts de sublimation, de transfert affectif, de rationalisation, de libido et de relations du moi. On ne sait pas encore à quel stade de l’histoire de l’organisme humain il est bon de considérer la personnalité comme un système accompli, à partir duquel on peut négliger les accidents ultérieurs de l’évolution psychophysiologique. Il est impossible de dire jusqu’à quel stade de la vie on peut faire remonter le concept de système invariable sans provoquer un conflit bouleversant avec l’inconstance manifeste et apparemment illimitée des conduites individuelles. Si cette conception de la personnalité doit survivre, il lui faut combattre efficacement cette notion de croissance additive vers laquelle notre intelligence pratique doit essentiellement se porter. Le concept de personnalité tel que l’entend le psychiatre recouvre le système réactionnel propre à l’enfant encore épargné par la culture, ensemble de tendances réactionnelles voulues par l’hérédité et par les situations pré- et post-natales où il est jeté, jusqu’au moment où les modèles culturels modifient perpétuellement la conduite. La personnalité est un système de modèles réactionnels en germe, et de tendances envers des modèles, qui prennent forme peu après la naissance, ou bien au cours de la deuxième ou de la troisième année. Étant donné qu’on ne sait pas bien si les modèles se modifient ou non au cours de l’existence individuelle ou phylogénique, il serait aventureux de vouloir à tout prix situer le moment où la personnalité se fixe.

2La genèse de la personnalité dépend étroitement de la constitution anatomique et physiologique de l’individu, mais celle-ci n’explique pas tout. Les facteurs de transformation qu’on peut classer grossièrement dans la catégorie des influences psychosociales de l’enfance sont au moins aussi importantes que les facteurs biologiques congénitaux. Il n’est pas question, étant donné l’état de nos connaissances, d’évaluer l’importance relative de ces deux catégories d’influence. On n’a aucun moyen de les isoler, et il est raisonnable de dire que, du point de vue génétique, le moindre aspect de la personnalité résulte d’une longue et subtile interaction entre les deux.

3À coup sûr, la taille, la carrure, le physique en général, influent sur la personnalité. Il convient toutefois de remarquer que l’importance du physique est double. Il peut être lié organiquement à des tendances ou à des traits psychologiques ; il peut aussi servir consciemment ou non de mesure symbolique aux relations qu’entretient l’individu avec autrui, et il appartient alors de plein droit au domaine social. Exemples de détermination physique du premier genre : la relation que Kretschmer* a cru discerner entre le physique trapu, appelé « pycnique », et la personnalité cyclothymique qui, sous sa forme psychotique, se manifeste par la démence maniaco-dépressive ; inversement, le physique « asthénique » et le physique « athlétique » seraient liés à la personnalité schizothymique qui, sous le coup d’un conflit ou d’un traumatisme, peut dégénérer en schizophrénie. Exemple de détermination du second genre, mis en lumière par Alfred Adler* et son école : le sentiment d’infériorité que nourrissent en secret les gens de très petite taille et leur effort incessant pour vaincre ce sentiment en développant des facultés compensatoires comme l’intelligence et la perspicacité, capables de donner au moi une satisfaction seconde que refuse le sentiment d’infériorité physique. Ces deux théories sur la genèse de la personnalité ont sans doute un grand fond de vérité, mais on en a fait trop grand cas.

4Les hypothèses les plus fructueuses et les plus savantes émises jusqu’ici sont celles de Freud et de son école ; d’après les psychanalystes, la personnalité comporte trois régions : le ça, entité première, héritage de pulsions ou désirs ; le moi, qui se développerait sur le ça, au fur et à mesure que s’élabore la conscience du réel ; le surmoi, ensemble de forces favorisées par la société qui empêchent l’individu de satisfaire directement les désirs du ça. L’interaction de ces zones de la personnalité, principalement déterminée par le jeu des relations familiales auxquelles le sujet a dû s’adapter dans ses premières années, donne naissance à d’innombrables types de personnalité. Les psychanalystes n’ont pas élaboré de typologie systématique ; il leur a suffi d’émettre des hypothèses particulières fondées sur la clinique. L’école freudienne a fourni nombre d’éléments intéressants et a mis au jour les mécanismes fondamentaux de la personnalité. Il est indéniable qu’une affection immodérée pour la mère ou une jalousie féroce envers un frère aîné ou un frère cadet peuvent marquer la personnalité pour la vie entière.

  • 1 Voir sur ce point l’article sur les « types psychologiques » de Jung, t. I, p. 133-136 (N.d.T., 20 (...)

5On a tenté de faire des typologies fondées tantôt sur des facteurs innés, tantôt sur des critères expérientiels. La plus remarquable est sans doute celle de Jung*. C’est lui qui a opposé introvertis et extrovertis : les premiers aiment à se couper du réel pour trouver, à l’intérieur d’eux-mêmes, leur sens des valeurs et leur identification personnelle ; les seconds évaluent l’expérience en fonction de ce que l’environnement leur propose directement. Cette opposition, certes, correspond à une réalité profonde ; mais malheureusement de nombreux psychologues superficiels ont tenté d’interpréter la pensée de Jung à l’aide de critères inconsistants. En outre, Jung divise la personnalité en quatre fonctions : pensée, sentiment, sensation et intuition : les deux premières sont appelées « rationnelles », les deux autres « irrationnelles ». Il vaudrait mieux dire « organisées » et « inorganisées », ce serait moins trompeur. Cette classification fonctionnelle, selon Jung, recoupe la dichotomie introverti-extroverti. La valeur et le champ de ces concepts demandent à être analysés précisément et ce n’est pas chose facile1. Il y a beaucoup à retenir dans cette classification, et on peut espérer la concilier avec les théories dynamiques de Freud et d’Adler.

6Ce qu’il faut faire, à l’heure actuelle, c’est surtout analyser et comparer de très près les images de la personnalité individuelle. Il existe une relation primordiale entre la culture et la personnalité. D’une part, il est indiscutable que les différents types de personnalité influencent profondément la pensée et l’action de toute la communauté. En outre, alors que les anthropologues et les sociologues ne pensent pas que les formes d’interaction sociale façonnent les différents types de personnalité, certaines formes de conduite sociale, même si l’individu s’y adapte plus ou moins, se fixent de préférence sur certains types de personnalité précis. Les modèles agressifs de type militaire, par exemple, ne conviennent pas à toutes les personnalités ; les subtilités de la littérature ou de la science ne conviennent qu’à des personnalités hautement différenciées. Si la science sociale n’a pas réussi à rattacher les modèles culturels à des modèles de personnalité productifs, c’est que les phénomènes sociaux sont complexes et que l’étude des relations entre l’individu et la société est encore balbutiante. Mais on prend conscience de plus en plus que l’étude approfondie de la personnalité est primordiale pour le sociologue.

7L’influence de la société sur la personnalité doit finir par marquer petit à petit la psychologie des cultures. Ainsi la culture eskimo, contrairement à la plupart des cultures indiennes du nord de l’Amérique, est extrovertie ; la culture hindoue correspond en gros à la personnalité de la pensée introvertie ; celle des États-Unis est franchement extrovertie, et favorise la pensée et l’intuition au détriment du sentiment ; enfin les cultures méditerranéennes sont davantage axées sur la sensation que celles de l’Europe septentrionale. Les sociologues n’apprécient guère cette façon d’appliquer à la culture les classifications psychologiques, mais il faudra nécessairement en passer par là.

Notes

1 Voir sur ce point l’article sur les « types psychologiques » de Jung, t. I, p. 133-136 (N.d.T., 2020). [Dans cette édition : Deuxième section. Culture et personnalité, Les types psychologiques dans la théorie de C. C. Jung].

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search