Version classiqueVersion mobile

Anthropologie

 | 
Edward Sapir

Première section. Culture et langage

La parole en tant qu’élément de la personnalité

Note de l’éditeur

Article publié pour la première fois sous le titre « Speech as a Personality Trait », American Journal of Sociology, vol. 32, no 6, 1927, p. 892-905. Édition Mandelbaum, p. 533-543.

Texte intégral

1Pour peu qu’on y regarde de près, on est frappé de la complexité des types de comportement humain ; rien n’est plus étrange, plus inexplicable, que les détails les plus ordinaires de la vie quotidienne. Ainsi la parole, qu’on peut analyser très finement du point de vue du comportement ; on peut même au cours de l’analyse dégager certaines idées applicables aux problèmes de la personnalité.

2Il y a une chose frappante dans la parole : bien qu’elle soit très difficile à analyser, elle nous sert souvent de guide dans la pratique. C’est peut-être un paradoxe, mais chacun sait, du plus humble au plus savant, que nous ne réagissons pas aux sollicitations du milieu conformément à notre seul savoir. On a plus ou moins d’intuition, certes, mais on sait toujours recueillir les impressions que fait sur nous la parole et s’en inspirer pour sonder intuitivement une personnalité. Quand un homme parle, nous dit-on, c’est qu’il veut faire part de quelque chose à quelqu’un. Ce n’est pas nécessaire. Il se propose de dire quelque chose ; mais ce qu’il dit peut être très différent de ce qu’il avait l’intention d’exprimer. Ce qu’il ne dit pas nous renseigne sur ce qu’il est, et nous serons bien avisés de ne pas fonder notre jugement uniquement sur la teneur explicite de ses paroles. Il faut lire entre les lignes, même si elles ne sont pas écrites noir sur blanc.

3Après avoir examiné la parole sous l’angle de la personnalité, j’en ai conclu qu’on pouvait l’aborder de deux manières ; il y a deux analyses différentes à faire, et elles se recoupent étroitement. Il faut d’abord faire la part de l’individu et de la société, dans la mesure où la seconde s’exprime par la bouche du premier. Il faut ensuite examiner les différents niveaux de la parole, du plus bas (la voix), jusqu’au plus élevé (la phrase). Nous disons bien d’ordinaire que le langage trahit l’homme, mais nous décomposons rarement cette apparente unité de comportement en ses éléments constitutifs. On a tendance à prêter des idées brillantes à des voix bien timbrées. On s’y laisse prendre de temps en temps, bien que la supercherie ne réussisse pas à tout coup. On pourrait analyser la parole sous toutes ses formes sans parvenir à mettre le doigt sur le point précis qui nous incite à juger la personnalité dans un sens ou dans l’autre. Pareils au chien qui connaît par cœur son chemin, nous savons ce qu’il faut en penser, mais nous ne savons pourquoi.

4Justifions d’abord l’analyse du premier genre, celle qui cherche à distinguer le social et l’individuel. Il n’y a pas besoin de chercher midi à quatorze heures pour prouver que la distinction s’impose. Nous autres humains n’existons pas en dehors de la société. Un homme au secret fait toujours partie de la société, car il pense, et ses pensées, même pathologiques, se sont formées avec l’aide de la société. En revanche, malgré tout l’intérêt qu’on leur porte, on ne rencontre pas de modèles sociaux à l’état brut. Prenez le plus simple d’entre eux : le mot « cheval », par exemple. Un cheval est un animal à quatre pattes qui se définit par la crinière et le hennissement ; mais en réalité le modèle social correspondant à cet animal n’existe pas à l’état pur. Ce qui existe, c’est le fait de dire « cheval » aujourd’hui, ou bien demain, ou bien hier. Chacun de ces événements est différent. Ils ont chacun quelque chose de particulier. D’abord la voix n’est pas la même. Le sentiment avec lequel j’articule le mot varie, et l’intensité de ce sentiment aussi. On voit bien pourquoi il faut distinguer le social et l’individuel : la société a ses modèles, ses façons d’agir toutes faites, ses « théories » sur le comportement, tandis que l’individu a sa manière à lui d’utiliser ses modèles, en leur donnant juste ce qu’il faut de personnel pour qu’ils deviennent les siens et ceux de nul autre que lui. Nous sommes si curieux de notre individualité, si prompts à voir en quoi les autres diffèrent de nous, fût-ce d’un iota, que nous guettons les variations affectant le noyau du comportement. Qui connaît mal le modèle ne prendra pas garde à ces variations, tant elles sont subtiles. Et pourtant elles revêtent une extrême importance pour nous en tant qu’individus ; nous risquons même d’oublier que s’il y a variation, il existe du même coup un modèle social collectif. Nous nous croyons souvent originaux ou anormaux ; nous reflétons simplement un modèle social auquel nous prêtons un minimum d’individualité.

  • 1 Les niveaux de parole (levels of speech) analysés par Sapir ne sont autres que les constituants d’ (...)

5Envisageons l’analyse du second genre, celle des niveaux de parole1. Si nous examinions comment les gens réagissent à la voix, et à ce qu’elle transmet, nous verrions qu’ils ignorent l’existence de ces différents niveaux. L’homme parle et ce faisant produit certains effets, mais on ne peut pas dire si c’est la voix qui produit ces effets ou bien les idées qu’elle exprime. Il y a plusieurs niveaux dans le comportement de la parole ; les linguistes et les psychologues considèrent chacun d’entre eux comme un phénomène réel, et nous devons les examiner pour nous faire une idée de la complexité du phénomène humain qu’est la parole normale. Je les examinerai donc dans l’ordre, en faisant au passage quelques remarques.

6Le premier niveau de parole, le plus élémentaire, c’est la voix. Elle fait partie de l’hérédité de l’individu, considéré en dehors de la société ; c’est le plus « bas » niveau en ce sens qu’il commence avec l’organisme psychophysique reçu à la naissance. La voix est faite d’un jeu complexe de réactions et, pour autant que je sache, nul n’a réussi à la décrire, ni elle, ni les changements qui l’affectent. Aucun livre, aucune étude ne classent les types de voix ; aucune nomenclature ne traite comme il faut de l’étonnante complexité des phénomènes vocaux. Et pourtant ce sont les subtiles nuances de la voix qui font juger la personne. En gros, la voix est une sorte de geste. Sous l’empire d’une pensée ou d’un sentiment, il nous est loisible de nous exprimer avec nos mains, ou bien à l’aide de tout autre geste, et la voix joue son rôle dans cet ensemble de gestes. Du point de vue que j’adopte, néanmoins, il est possible d’isoler la voix en tant qu’unité fonctionnelle.

7On pense d’ordinaire que la voix est un trait purement individuel ; or peut-on dire que nous la recevons en naissant et qu’elle ne varie pas au cours de notre vie ? N’y a-t-il pas du social en elle, autant que de l’individuel ? Nous imitons beaucoup, et nous le savons bien. Si l’on critique notre timbre naturel, nous essayons de le modifier, afin que l’organe de notre parole résonne agréablement aux oreilles de la société. Il y a toujours dans la voix un élément social, comme dans le geste. En dépit du caractère personnel et figé de la voix, nous adaptons inconsciemment notre larynx et nous modifions notre voix. Aussi, lorsque nous prétendons déceler la personnalité dans la voix, nous devons faire la part du social et de l’individuel. Sinon, nous encourons de graves erreurs de jugement. À entendre une voix rauque ou forcée, nous pourrions conclure que le locuteur est un rustre. Grossière méprise si l’homme appartient à une société qui vit en plein air, parle d’une voix rude et jure d’abondance. Cet homme avait peut-être naturellement une voix douce, signe d’un psychisme fin, qui s’est graduellement épaissie sous l’influence de la société. La personnalité que nous essayons de démêler se cache derrière ces manifestations explicites et il nous appartient d’utiliser des méthodes scientifiques pour atteindre la voix « naturelle », théoriquement pure. Pour dégager la personnalité d’une voix, il faut connaître exactement la part de l’individuel : constitution du larynx, respiration, et mille autres facteurs que les biologistes pourraient nous préciser. Ici, on nous dira : pourquoi attacher de l’importance à la qualité vocale ? Quel rapport avec la personnalité ? En fin de compte, la voix humaine est un produit naturel, un don de Dieu. Certes, mais ne peut-on pas en dire autant de toute la personnalité ? Dans la mesure où l’organisme psychologique forme un tout, nous sommes fondés à donner de l’importance à ce que nous appelons la voix, quand nous sommes à la recherche de ce que nous appelons la personnalité. Reste à savoir si la personnalité s’exprime aussi fidèlement dans la voix que dans le geste ou l’attitude. Peut-être la voix est-elle plus fidèle que l’une et l’autre. En tout cas, il est clair que les phénomènes nerveux qui déterminent l’émission vocale ne sont pas moins personnels que le tempérament nerveux qui commande la personnalité.

8Les problèmes des qualités vocales sont passionnants. Malheureusement notre vocabulaire est insuffisant pour qualifier toutes les formes qu’elle peut prendre. On dit que la voix est « fluette », « pâteuse », « haut perchée » ; on dit qu’elle est « nasale », par suite d’un défaut respiratoire. Si nous faisions un répertoire, nous verrions qu’il n’existe pas deux voix parfaitement identiques. Et nous sentons toujours que la voix trahit la personnalité. La voix est même un indice symbolique de la personnalité entière. Un jour viendra où, mieux au courant de la psychophysiologie de la voix, nous saurons justifier nos jugements intuitifs sur la qualité vocale par une analyse scientifique de l’émission vocale. Nous ne savons pas très bien ce qui rend la voix « pâteuse », « vibrante », « blanche » et ainsi de suite ; ce qui nous trouble dans une voix ; pourquoi il y a des voix indifférentes. J’ai écouté un jour le discours d’un président de college en décidant tout à coup qu’il n’avait rien à me dire d’intéressant. Les remarques avaient beau être judicieuses et pertinentes, sa personnalité ne pouvait m’émouvoir, parce qu’il y avait quelque chose dans sa voix qui ne me plaisait pas, quelque chose qui trahissait sa personnalité. Elle laissait entrevoir (à ma seule intuition) une certaine façon d’être, une certaine force qui, je le savais, étaient en désaccord avec mes idées. Je n’écoutais pas ce qu’il disait, je n’écoutais que sa voix. C’était stupide, peut-être, mais je crois que nous faisons tous la même chose et que nous avons raison, non pas intellectuellement, mais intuitivement. Il appartient donc à l’analyse intellectuelle de fonder en raison ce que nous savons par une démarche préscientifique.

9Essayer d’énumérer les différents types de voix n’avancerait pas à grand-chose. Disons simplement qu’au son d’une voix nous jugeons que l’homme est sentimental, qu’il est compatissant sans être sentimental, ou qu’il est cruel – il y a des voix d’une cruauté inouïe. On peut juger au son d’une voix qu’une personne a le cœur tendre, bien qu’elle ait le verbe haut. C’est le pain quotidien de notre expérience, mais on n’a pas l’habitude d’attacher de valeur scientifique à ces jugements. En fouillant bien, on pourrait, du moins en théorie, extraire le social et l’éliminer ; c’est une opération très difficile. Certaines personnes ont des voix agréables, mais c’est la société qui les a rendues telles. On pourrait essayer d’imaginer ce qu’elles auraient été sans cela. Cette qualité centrale, première, de la voix, a presque toujours une valeur symbolique. D’ailleurs ces symbolismes inconscients ne sont pas limités à la voix. Un froncement de sourcil est un symbole d’attitude. Étendre les bras, c’est offrir à notre entourage le symbole d’un changement d’attitude. De même, la voix est en grande partie la symbolisation inconsciente de l’attitude générale.

10Une voix peut connaître bien des accidents et perdre ainsi sa « forme prédestinée ». Malgré cela, elle reste à découvrir. Ces facteurs de destruction se rencontrent dans toutes les formes du comportement humain, et il faut en tenir compte, comme toujours en matière de comportement. La structure vocale originelle n’apparaît pas du premier coup ; il faut la mettre au jour en faisant éclater les structures sociales et individuelles qui la recouvrent.

  • 2 En anglais, l’intonation est à proprement parler l’ensemble des lignes mélodiques que le locuteur (...)

11Quel est le deuxième niveau de parole ? Ce que nous appelons la voix, c’est la voix proprement dite, plus d’innombrables variations du comportement qui s’entremêlent à la voix et lui donnent sa qualité dynamique. Le deuxième niveau, c’est la dynamique vocale. Deux sujets peuvent avoir deux qualités de voix très analogues et ne pas avoir du tout la même « voix », au sens où nous l’entendons d’ordinaire. C’est qu’on ne fait pas la différence entre la voix et la dynamique vocale. L’un des aspects les plus importants de cette dynamique, c’est l’intonation, domaine où le linguiste et le psychologue ont beaucoup à faire2.

  • 3 Il se trouve que la constatation est vraie aussi en français. En anglais, cette règle étroite s'ap (...)

12Le phénomène n’est pas simple. Il se situe à trois niveaux, qui se combinent pour former cette unité de modèle de comportement qu’on appellera l’« intonation individuelle ». Tout d’abord, il y a un élément social très important dans l’intonation, qu’il faut distinguer des variantes individuelles ; de surcroît, cet élément social est double. Certaines intonations sont indissociables du discours : si je dis par exemple : Is he coming ? (« Est-ce qu’il vient ? »), ma voix monte sur le dernier mot. Aucune raison naturelle ne justifie cela. On supposerait volontiers que cette habitude est naturelle, mais il suffit de comparer la dynamique d’un certain nombre de langues pour se convaincre qu’il n’en est rien. L’interrogation peut s’exprimer autrement : mots interrogatifs ou formes grammaticales spécifiques. La langue anglaise exige qu’on fasse monter la voix dans certains types de phrases interrogatives3 ; cette montée n’est donc pas réellement une manifestation individuelle, quoi qu’on en pense.

13Allons plus loin. Il existe un second niveau social dans l’intonation : la modulation vocale, en dehors de toute règle d’intonation. Dans une société donnée, la tessiture vocale se cantonne dans certaines limites. La société nous demande de nous limiter à une certaine gamme d’intonations et à certaines cadences précises, c’est-à-dire d’adopter certaines lignes mélodiques qui lui sont propres. Comparez la parlure d’un gentleman cultivé de la campagne anglaise et celle d’un fermier du Kentucky : la gamme de leurs intonations est nettement différente, même s’ils parlent sensiblement la même langue. Ni l’un ni l’autre n’osent se départir de leur modèle social d’intonation respectif. Et pourtant il n’est pas deux individus qui aient la même intonation. Quand il n’est pas « de chez nous », l’individu représente à nos yeux un type social. L’Américain du Sud, celui de la Nouvelle-Angleterre, celui du Middle West ont chacun leur intonation. Mais s’il appartient à notre propre milieu et s’il l’exprime fidèlement, alors c’est à l’individu en tant que tel que nous nous intéressons. Si nous avons affaire à des personnes qui partagent les mêmes habitudes sociales, nous nous intéressons aux légères différences d’intonation qu’ils manifestent, parce que nous en savons assez sur leur origine sociale commune pour évaluer ces menues différences. Il ne faut pas juger quelqu’un sur son intonation sans tenir compte de l’intonation de la communauté à laquelle il appartient ou de celle qu’il a héritée d’une langue étrangère. On ne connaît pas la parole d’un individu tant qu’on n’a pas situé son arrière-plan social. Si un Japonais parle d’un ton monocorde, il ne faut pas en conclure qu’il illustre le même type de personnalité qu’un de nos compatriotes parce que l’intonation est la même. À entendre la richesse mélodique du parler d’un Italien, nous risquons de conclure qu’il a un caractère passionné ou original. Pourtant, nous n’en savons rien tant que nous ne connaissons pas la façon dont parlent les Italiens et ce que la société italienne autorise en matière de mélodie vocale. Ainsi, chez un individu donné, il peut arriver qu’une courbe intonative très ample n’exprime pas grand-chose objectivement.

14L’intonation n’est qu’un aspect de la dynamique vocale. Le rythme joue aussi un rôle. Ici encore il faut distinguer plusieurs niveaux. Les rythmes premiers sont ceux de la langue maternelle ; ils ne sont pas le fait de l’individu. L’anglais a ses lois rythmiques. Les temps forts et les temps faibles sont très marqués. Ce n’est pas que les Anglais aiment marteler les phrases ; la langue est ainsi faite que les anglophones doivent obéir à son rythme et accentuer certaines syllabes dans certains mots ou groupes de mots au détriment des autres. Ce n’est pas le fait de toutes les langues. Si un Français accentuait ses mots à l’anglaise, on aurait lieu de penser qu’il est de tempérament nerveux. D’autre part, certains rythmes sont le fait des habitudes sociales de certains groupes et n’ont rien à voir avec les rythmes premiers de la langue. Certains groupes sociaux défendent, chez nous, d’accentuer fortement les syllabes ; d’autres le permettent ou l’exigent. La bonne société manifeste beaucoup moins de latitude dans le domaine de l’accentuation et de l’intonation que le public des manifestations sportives. Il y a donc deux sortes de rythmes à dominante sociale : les rythmes de la langue et les rythmes d’expression sociale. Et, une fois de plus, il existe des facteurs rythmiques individuels. Certains anglophones ont un rythme plus nerveux, ou bien accentuent plus nettement, allongent davantage les voyelles, abrègent les voyelles inaccentuées plus librement. Les variations individuelles du rythme s’ajoutent donc aux variations dictées par la société.

15Il existe d’autres facteurs dynamiques que l’intonation et le rythme. Par exemple, le débit de l’élocution. Beaucoup de sujets parlent de façon saccadée, par groupes de mots lancés maladroitement ; d’autres parlent sans interruption, même s’ils n’ont rien à dire. Pour ces derniers, ce n’est pas un problème de vocabulaire ; c’est une affaire de continuité d’expression linguistique. Il est des débits et des vitesses individuelles, des débits et des vitesses sociales. Nous sommes lents ou rapides par rapport à des normes sociales. Ici encore, on ne peut interpréter l’habitude individuelle qu’en fonction des normes sociales en vigueur.

16En résumé, le second niveau de comportement du langage a trait à plusieurs facteurs : intonation, rythme, continuité, vitesse, qu’il faut envisager sur deux plans : l’individuel et le social. Le niveau social à son tour se subdivise en deux : le niveau du modèle social qu’est le langage et le niveau des habitudes non linguistiques de manipulation de l’expression orale propres à tel ou tel groupe.

17Le troisième niveau de parole, c’est la prononciation. Ici encore on entend parler de « voix », alors qu’il s’agit de prononciation individuelle. Qu’un sujet ait une façon à lui de prononcer certaines consonnes et certaines voyelles (timbre particulier, par exemple) et nous incriminons sa voix, peut-être à tort. Dans la prononciation, il y a du social et de l’individuel. La société décrète que nous devons prononcer certaines consonnes et certaines voyelles précises qui sont pour ainsi dire les éléments de base d’une langue donnée. Peu de latitude nous est laissée. On sait que les étrangers qui apprennent l’anglais n’assimilent pas du premier coup les sons particuliers à cette langue. Ils utilisent les sons approchants qui leur ressemblent le plus dans la leur. Il ne faudrait pas tirer de ces fautes de prononciation des conclusions erronées sur leur personne. Cependant, il existe aussi des variantes phonétiques individuelles dont l’importance est capitale et qui sont souvent révélatrices de la personnalité.

  • 4 Usage dit aujourd’hui « hypocoristique » (N.d.T., 2020).

18L’un des chapitres les plus intéressants de la conduite du langage (chapitre qui reste d’ailleurs à écrire) est celui de la valeur expressive symbolique des sons, abstraction faite du sens référentiel des mots où ils apparaissent. Du point de vue linguistique, les sons n’ont aucun sens ; pourtant, si on les analyse selon la psychologie, on constate qu’il existe un rapport subtil, mais fugitif, entre la « vraie » valeur des mots et la valeur symbolique inconsciente des sons que prononcent les différents locuteurs. Les poètes le savent intuitivement ; ce que les poètes font consciemment en utilisant les ressources de leur art, nous le faisons inconsciemment à tout instant sur une échelle plus modeste, mais plus vaste. On a remarqué, par exemple, qu’il y a une utilisation des formes diminutives de la prononciation à des fins expressives. En parlant à un enfant, on change inconsciemment de « niveau de prononciation »4. Le mot tiny (« minuscule ») devient teeny. Aucune règle grammaticale ne justifie ce changement vocalique, mais le mot teeny paraît avoir une valeur symbolique plus prononcée que tiny et le symbolisme phonétique nous explique pourquoi. Lorsqu’on prononce le [i:] de teeny, il y a très peu d’espace entre la langue et la voûte du palais ; dans le [ai] de tiny, l’espace est très grand au contraire. En d’autres termes, cette fermeture correspond à un geste que l’on ferait pour concrétiser la notion, ou plutôt le sentiment de petitesse. Cet exemple de symbolisme diminutif est frappant parce qu’il a provoqué l’apparition d’un mot entièrement nouveau ; nous pratiquons constamment cette adaptation symbolique, mais moins ouvertement et à notre insu.

19Certaines personnes mettent dans les sons plus de symbolisme que d’autres. Un sujet peut zézayer, par exemple, parce qu’ainsi il symbolise à son insu certains traits qui le font passer auprès de ses connaissances pour un homme efféminé (sissy). Non pas qu’il ne puisse prononcer correctement les « s » ; son zézaiement est dû au fait qu’il est poussé à se trahir. Ce n’est pas un défaut de prononciation ; il existe bien un zézaiement dû à un tel défaut, mais il est différent du zézaiement symbolique. Il existe d’innombrables symbolismes articulatoires inconscients pour lesquels nous n’avons pas de terminologie usuelle. Mais on ne peut pas discuter utilement de ces variantes tant qu’on ne connaît pas la norme sociale de prononciation et les écarts qu’elle autorise. Lorsqu’on se rend dans un pays étranger pour consigner des impressions sur l’interprétation des voix et des prononciations, on n’a rien fait tant qu’on ne s’est pas astreint à examiner les normes sociales que transgressent les manifestations individuelles. Tel zézaiement peut être exigé par la société et n’avoir rien de commun avec le zézaiement à motivation psychologique que nous avons donné en exemple. Il n’existe aucune échelle absolue où faire entrer la psychologie de la voix, de l’intonation, du rythme, du débit ou de la prononciation des consonnes et des voyelles ; il faut déterminer au préalable, et dans chaque cas, l’arrière-plan social de la parole. Ce qui compte, c’est toujours l’écart, jamais la conduite objective en tant que telle.

20Le quatrième niveau de parole, celui du lexique, est primordial. Nous ne parlons pas tous de la même façon. Il est des mots que nous n’employons jamais. Il est des mots favoris que nous employons sans cesse. Le vocabulaire d’un sujet trahit sa personnalité, mais il faut faire la part des normes sociales. Certaines locutions ne sont pas usitées dans certains groupes ; d’autres portent la marque du lieu, du rang ou de la profession. Nous écoutons un sujet qui appartient à un groupe donné et nous sommes intrigués, peut-être séduits, par son vocabulaire. À moins d’être très perspicaces, nous risquons de confondre sa personnalité avec la diction usuelle de la société qu’il fréquente. La variation individuelle existe, mais ne peut être appréciée qu’en fonction de la norme sociale. Parfois, nous choisissons les mots parce qu’ils nous plaisent ; ou nous les évitons parce qu’ils nous ennuient, nous troublent ou nous font peur. Finalement, faire la part du social et de l’individuel dans la valeur des mots demande beaucoup de subtilité.

21Le cinquième et le dernier niveau de parole, c’est le style. On s’imagine trop souvent que le style est chose littéraire. Au contraire, c’est un attribut quotidien de la parole et il trahit à la fois l’individu et la société. Nous avons chacun notre style de conversation et de discours préparé. Il n’est jamais arbitraire ou indifférent. L’individu a toujours sa façon à lui, si élémentaire soit-elle, de grouper ses mots et ses membres de phrase. Il serait très difficile de séparer le social et l’individuel dans le style, mais c’est théoriquement une chose faisable.

22Résumons-nous. Pour cerner la personnalité d’un sujet d’après sa parole, nous avons plusieurs données à analyser : la voix ; la dynamique vocale, à laquelle appartiennent intonation, rythme, débit, vitesse ; la prononciation, le vocabulaire et le style. Considérons ces éléments comme autant de niveaux pour les modèles d’expression. On peut se faire une idée de la configuration individuelle de ces modèles (individual patterning*) d’après l’un de ces niveaux et généraliser le constat aux autres niveaux. Mais, objectivement, deux niveaux de parole (ou davantage) peuvent offrir soit une parenté d’expression, soit un contraste. Prenons un cas théorique. On sait que certains sujets, défavorisés par la nature ou par l’habitude acquise, élaborent des réactions de compensation. Reprenons l’exemple de l’homme efféminé qui zézaye ; son articulation efféminée a toutes les chances de subsister, mais d’autres aspects de sa parole, y compris la voix, peuvent trahir des efforts de compensation. Il affectera un modèle d’intonation masculin et, surtout, consciemment ou non, il choisira ses mots de manière à prouver qu’il est un homme. Nous avons là un conflit intéressant, manifesté intégralement par la conduite de langage. Il se passe ici ce qui se passe dans tous les types de comportement. On exprimera à tel niveau ce qu’on ne peut pas exprimer à un autre niveau ; on inhibera à tel niveau ce qu’on ne sait pas inhiber à tel autre niveau. Il en résulte une « dissociation » qui n’est rien autre, en dernière analyse, qu’un écart considérable d’expression entre des modèles fonctionnellement apparentés.

23Outre les conclusions particulières qu’on peut tirer des phénomènes de la parole à chaque niveau, il y a beaucoup à faire sur la psychologie de la parole à partir de l’ensemble des niveaux. Peut-être certains phénomènes vocaux insaisissables résultent-ils du croisement de divers modèles d’expression. On a parfois l’impression que la voix transmet deux choses, et existe sur deux plans : un plan « inférieur » et un plan « supérieur ».

  • 5 Voir la note de Sapir sur l’emploi qu’il fait des termes psychiatrique et psychiatrie, dans « Psyc (...)

24Il ressort de ce rapide examen qu’en analysant la parole individuelle niveau par niveau et en les replaçant chacun dans sa perspective sociale, nous nous ménageons une aide précieuse pour le travail psychiatrique5. En poussant assez loin l’analyse que nous venons d’esquisser, on aboutirait à des conclusions intéressantes au sujet de la personnalité. Spontanément, nous accordons une importance considérable à la voix et à la conduite de parole transmise par la voix. En général nous n’avons pas grand-chose à dire : « Cette voix me plaît » ou encore « Je n’aime pas sa façon de parler ». Il est difficile d’analyser la parole individuelle, en partie à cause de son caractère évanescent et surtout parce qu’on a beaucoup de mal à délimiter ses composantes sociales.

Notes

1 Les niveaux de parole (levels of speech) analysés par Sapir ne sont autres que les constituants d’un acte de parole à un moment donné (physiologie, articulation, sens, etc.) [N.d.T., 2020].

2 En anglais, l’intonation est à proprement parler l’ensemble des lignes mélodiques que le locuteur utilise pour exprimer diverses intentions. La voix monte ou descend, ou combine montée et descente selon certains schémas préétablis (N.d.T., 2020).

3 Il se trouve que la constatation est vraie aussi en français. En anglais, cette règle étroite s'applique seulement aux questions appelant une réponse par "oui" ou "non", et non pas à celles qui sont introduites par un adverbe interrogatif (N.d.T., 2020).

4 Usage dit aujourd’hui « hypocoristique » (N.d.T., 2020).

5 Voir la note de Sapir sur l’emploi qu’il fait des termes psychiatrique et psychiatrie, dans « Psychiatrie, culture et salaire minimum », t. I, p. 114, note 2 (N.d.T.). [Dans cette édition : Deuxième section. Culture et personnalité, Psychiatrie, culture et salaire minimum, La science contre l’homme].

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search