Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mixité dans l’éducation

 | 
Rebecca Rogers

Partie 2. L’enseignement universitaire à l’épreuve de la mixité

Les femmes dans les sciences ou les débuts de la recherche sociale empirique en Allemagne

Elke Kleinau
Traduction de Céline Grasser et Nathalie Hillenweck

Texte intégral

1Cette contribution tentera de retracer l’entrée des femmes dans la recherche scientifique, plus particulièrement dans le domaine du travail social au début du xxe siècle. L’hypothèse émise par Theresa Wobbe à propos des femmes et de la sociologie, à savoir qu’elles sont toutes deux des « nouveaux arrivants » dans le système scientifique traditionnel s’applique également au cas des femmes et du travail social (Wobbe 1997). Mais alors que la sociologie s’est rapidement développée pour devenir une discipline scientifique autonome et reconnue, le caractère scientifique du travail social a été et est encore parfois remis en question. Contrairement aux premières sociologues qui ont franchi dans les années 1920 les obstacles du parcours universitaire que sont la thèse de doctorat et l’habilitation, les pionnières dans le domaine du travail social n’ont qu’exceptionnellement et dans le cadre d’une trajectoire inhabituelle bénéficié d’une formation universitaire. De ce fait, la communauté scientifique ne les a pas reconnues comme faisant partie des siens. Cette double difficulté constitue peut-être la raison pour laquelle les premiers travaux de recherche portant sur les questions liées au travail social n’ont reçu qu’un accueil réservé au niveau du discours scientifique de l’époque et qu’ils ne sont actuellement pour ainsi dire jamais mentionnés dans les aperçus historiques relatifs au domaine socio-éducatif. Ces travaux, souvent au carrefour de plusieurs disciplines, constituent cependant des études empiriques tout à fait novatrices réalisées dans les domaines de recherche concernant les femmes, le genre, la jeunesse et la famille. À l’aide de quelques exemples, je vais d’une part retracer le parcours scientifique des chercheuses et d’autre part analyser les sujets d’étude retenus par celles-ci ainsi que les approches méthodologiques choisies pour les aborder.

Les carrières scientifiques féminines

2Comme on le sait généralement, l’accès régulier aux formations universitaires est fermé aux femmes en Allemagne jusqu’au début du xxe siècle. Cela signifie que la plupart des femmes dont il sera question ici n’ont pas reçu de formation académique au sens classique du terme. Même des femmes qui ont obtenu le titre de docteur comme Alice Salomon et Marie Baum ont acquis la majeure partie de leurs connaissances par des voies détournées et particulières : à travers des lectures individuelles et des études autodidactes, grâce à l’aide privée de professeurs d’université favorables à l’ouverture des études supérieures aux femmes, en faisant des études à l’étranger, ou encore en participant en tant qu’auditrices libres à des manifestations universitaires. Les formations des femmes sont donc extrêmement hétérogènes. Fille d’un procureur née en 1850, Elisabeth Gnauck-Kühne, qui sera au tournant du siècle une des représentantes les plus connues du mouvement bourgeois d’émancipation des femmes, achève ainsi sa formation scolaire régulière à 14 ans, fréquente ensuite une école normale de jeunes filles, et passe à 17 ans le certificat d’aptitude à l’enseignement avec la perspective d’obtenir un poste dans un établissement scolaire permettant aux futures enseignantes d’acquérir une formation pratique. En 1875, elle s’établit à son compte et ouvre un « institut d’enseignement et d’éducation pour les jeunes filles des classes supérieures » à Blankenburg-en-Hartz. En 1895, elle obtient avec l’aide de Gustav Schmoller, qui est professeur d’économie politique à l’université de Berlin, l’autorisation du ministère prussien de l’Éducation et des sciences d’étudier les sciences sociales. Après la fin de ses études couronnées de succès, elle se fait connaître du public par une série de recherches sur les femmes – plus précisément sur la question des ouvrières. Elle connaît notamment le succès avec une étude quantitative et qualitative sur les conditions des ouvrières dans l’industrie papetière (Brehmer et Ehrich 1993, p. 89-90).

3Née en 1872, Alice Salomon est issue d’une famille de commerçants juifs aisés. Son souhait de fréquenter une école normale de jeunes filles après la fin de sa scolarité dans une école supérieure de jeunes filles (établissement pour filles dispensant un enseignement primaire supérieur) rencontre un refus de ses parents. En 1893 – à l’âge de 21 ans –, elle devient collaboratrice bénévole au sein des Groupes d’assistance sociale de femmes et de jeunes filles à Berlin. Après la mort de leur fondatrice Jeannette Schwerin, Alice Salomon prend en 1899 la direction des groupes. À partir de 1902, elle étudie – bien qu’elle ne puisse faire valoir ni baccalauréat, ni certificat d’aptitude à l’enseignement – l’économie politique à l’université de Berlin, entre autres auprès de Gustav Schmoller et de Max Weber. Ses études s’achèvent en 1906 avec l’obtention d’un doctorat en économie politique. Sa thèse a pour titre Les causes de la différence de rémunération entre le travail des hommes et celui des femmes. En 1908, elle fonde à Berlin une école sociale féminine qui n’est certes pas la première de ce genre mais la première qui soit interconfessionnelle. Il s’agit d’une institution où les femmes peuvent en deux ans obtenir une qualification en vue d’exercer une activité professionnelle dans le domaine du travail social. Les écoles sociales féminines sont reconnues en 1918 comme écoles spécialisées d’État, et sont de ce fait les établissements précurseurs des actuelles écoles supérieures spécialisées dispensant un enseignement dans le domaine socio-éducatif et du travail social. En 1925, Alice Salomon crée à Berlin l’Académie allemande du travail social et socio-éducatif féminin, une institution analogue aux établissements d’enseignement supérieur avec son propre département de recherches pour la formation et le perfectionnement des assistantes sociales, des animatrices de jeunesse, des éducatrices de jeunes enfants et des enseignantes des écoles professionnelles. C’est dans le cadre de cet établissement qu’apparaît la série de travaux de recherches en sociologie de la famille en douze volumes éditée par Alice Salomon, Permanence et bouleversements de la famille contemporaine (Brehmer et Ehrich 1993, p. 223-225). Aucune des femmes de la première génération n’est parvenue au grade universitaire de professeur. Leur carrière professionnelle s’achève le plus souvent comme chargées de cours dans une des écoles sociales féminines nouvellement fondées. La plus haute distinction universitaire qu’ait obtenue l’une des pionnières du travail social est le grade de docteur honoris causa en médecine, attribué en 1932 à Alice Salomon.

  • 1 La première inspectrice du travail est Else Richthofen, qui n’a exercé sa fonction que pour une cou (...)

4Née en 1874, fille d’un médecin et d’une féministe, Marie Baum suit également un parcours professionnel qui la mène relativement loin. Après avoir étudié la chimie et la biologie à Zurich, elle devient en 1902 la deuxième inspectrice du travail d’Allemagne, et contrôle principalement le travail à domicile des femmes et des enfants1. Outre son engagement en faveur de l’assistance et de la politique sociales, elle est également active au sein du Parti démocrate allemand (DDP). De 1919 à 1926, elle travaille au ministère du travail du pays de Bade comme conseillère dans le domaine de l’assistance sociale. En 1928, elle est nommée chargée de cours sur les questions sociales à l’université de Heidelberg. Mise à la retraite par les dirigeants nazis, elle retrouve son poste après guerre (Brehmer et Ehrich 1993, p. 21-23).

Le contexte scientifique au sein duquel naissent les premiers travaux féminins de recherche sociale empirique

  • 2 Ceci est également confirmé indirectement par l’étude d’Iris Schröder portant sur le mouvement d’ém (...)

5Au tournant du siècle, la recherche sociale empirique ne bénéficie pas encore d’un cadre institutionnel très développé. Tout comme leurs homologues masculins, les femmes qui désirent effectuer des recherches dans ce domaine sont alors plutôt impliquées dans des mouvements réformateurs extra-universitaires, parmi lesquels on retiendra en premier lieu l’Association pour la politique sociale créée en 1872 et l’Association pour l’assistance publique et privée fondée en 1880. Ces deux organismes, qui comptent parmi leurs membres actifs des professeurs d’université comme Ferdinand Tönnies, Werner Sombart ou Gustav Schmoller, ont notamment pour objectif, en initiant et en menant à bien des études scientifiques, de contribuer à une amélioration de la législation et une rationalisation des procédures administratives. La politique et l’assistance sociales ne sont pas, dans l’empire allemand, des thèmes qui suscitent l’intérêt du courant dominant des sciences sociales, axé plutôt sur la théorie que sur l’expérience2. De ce fait, Tönnies, Sombart et Schmoller apparaissent, de même que Max Weber, comme des personnes de référence pour tous ceux qui s’intéressent à la recherche sociale empirique. Schmoller en particulier soutient fortement les femmes dans leurs projets. Elisabeth Gnauck-Kühne, à qui il a servi de mentor scientifique, lui dédicace expressément son étude, Einführung in die Arbeiterinnenfrage (Introduction à la question des ouvrières) parue en 1905. « Je désirerais rappeler ici toute ma reconnaissance et mon admiration à l’égard de cet érudit qui, avec beaucoup de générosité, m’a permis d’accéder à l’étude des sciences sociales alors que les universités étaient encore fermées aux femmes », écrit-elle dans sa préface (Gnauck-Kühne, 1905).

  • 3 Voir également S. Hering, « Die Anfänge der Frauenforschung in der Sozialpädagogik », Sozialpädagog (...)
  • 4 Sur le parcours scientifique d’Edith Stein, voir Wobbe 1997, p. 69-87 et 1996.

6Il est certes difficile de nier que les professeurs mentionnés aient encouragé les femmes et leurs travaux considérés à l’époque comme marginaux. On ne peut toutefois s’empêcher de relever, avance Sabine Hering, que ces femmes et leurs études se présentent au départ comme un soutien arrivant à point nommé dans la lutte pour l’instauration d’un nouveau champ scientifique au sein du canon traditionnel des disciplines, mais que cette solidarité est pour ainsi dire à sens unique3. Ces messieurs les professeurs apprécient d’avoir des étudiantes reconnaissantes et studieuses, mais ne contribuent pas vraiment à l’élargissement de la diffusion de leurs travaux ou au perfectionnement de leur formation universitaire. Ces femmes ne sont pas considérées par leurs mentors comme susceptibles d’assurer la relève scientifique, ce qu’illustre bien la biographie d’Edith Stein. Husserl, son directeur de thèse, l’apprécie certes en tant qu’assistante privée, mais ne lui propose pas de passer l’habilitation et ne la soutient pas dans ses cinq tentatives pour obtenir l’autorisation d’enseigner (venia legendi) dans une université allemande, qui toutes restent vaines4.

Les thèmes et les méthodes des premières études empiriques portant sur la jeunesse, les femmes et le genre

  • 5 M. Baum et A. Westerkamp, Rhythmus des Familienlebens. Das von der Familie täglich zu leistende Arb (...)
  • 6 D. Hansen-Blancke, Die hauswirtschaftliche und Mutterschaftsleistung der Fabrikarbeiterin, Eberswal (...)

7Parmi les thèmes abordés dans ces études figurent la situation sociale des ouvrières, des femmes au foyer, des domestiques, des femmes travaillant à domicile, des immigrées et des prostituées. La série éditée par Alice Salomon, Permanence et bouleversements de la famille contemporaine, qui nous intéresse plus particulièrement ici, analyse sous divers angles le travail salarié et familial des femmes, autrement dit leur double charge de travail. Dans leur ouvrage Rhythmus des Familienlebens (Le rythme de la vie familiale), Marie Baum et Alix Westerkamp étudient par exemple le déroulement de la vie quotidienne de trente-huit familles à l’aide d’un questionnaire élaboré. Les deux auteurs mettent non seulement en relief l’importance existentielle de la famille pour la socialisation des enfants et la stabilisation du mari, mais font également un relevé détaillé des attentes complexes auxquelles se sentent confrontées les mères de famille5. Dora Hansen-Blancke analyse à l’aide de données recueillies auprès d’infirmières et d’assistantes sociales affectées dans huit grandes entreprises le travail domestique des ouvrières, et compare les résultats de cette analyse avec les données qu’elle a elle-même collectées au sein de la petite entreprise de son mari6. D’autres travaux portent sur les conditions de vie familiale de femmes divorcées, de mères actives élevant seules leurs enfants, de petits élèves fréquentant les jardins d’enfants, et de sans-abri, ou encore s’intéressent aux conditions de vie des jeunes au sein des familles urbaines. L’une de ces études porte explicitement à la composition des budgets familiaux, une autre à la mise à contribution des enfants en matière de tâches domestiques. Toutes ces études se distinguent par la diversité des méthodes utilisées. Les chercheurs et chercheuses – deux études ayant été réalisées par des hommes – commencent par dresser un état des travaux existants signalant les lacunes à combler, puis abordent leur sujet de recherche en mettant en œuvre des méthodes quantitatives et qualitatives. Questionnaires standardisés et entretiens font partie de leurs outils de recherche au même titre que l’observation participante. Ces chercheurs/chercheuses accordent une importance particulière au quotidien du travail des femmes, incluant dans leurs analyses les conditions de logement et le travail domestique, tout en s’intéressant aux effets psychologiques de la double journée de travail, du déracinement et du chômage.

8Que ces études soient pour l’essentiel oubliées actuellement dans le discours socio-éducatif général, est dû au statut marginal des chercheuses qui apparaissent comme des « savantes “aux pieds nus” », selon Elisabeth Meyer-Renschhausen qui présente ainsi l’exclusion des femmes et de leurs travaux de recherches du champ scientifique institutionnel (Meyer-Renschhausen 1996, p. 370). Si je souscris dans le fond à cette analyse, qui recouvre en partie celle de Sabine Hering, je voudrais néanmoins évoquer ici une autre possibilité qui demanderait à être vérifiée à partir de biographies professionnelles : pour certaines de ces femmes, l’université n’apparaît peut-être tout simplement pas comme un lieu de travail attractif. Elles peuvent lui préférer d’autres cadres d’enseignement et de recherche comme les académies pour le travail social et socio-éducatif, nouvellement créées, même si celles-ci n’atteignent jamais la réputation des vieilles universités traditionnelles. Il ne s’agit en aucun cas de minimiser l’exclusion des femmes des institutions scientifiques, toutefois on peut noter que les études analysant les parcours professionnels des femmes présentent bien souvent ces derniers, de manière partiale, comme des trajectoires ascendantes contrariées. Peut-être le moment est-il venu de s’intéresser davantage aux intérêts et aux motivations qui poussent les femmes à se former dans des institutions extra-universitaires, ainsi qu’à leurs apports scientifiques.

  • 7 G. Krolzig, Der Jugendliche in der Großstadtfamilie. Aufgrund von Niederschriften Berliner Berufssc (...)
  • 8 La « sincérité » de ces sources a souvent été remise en cause. Toutefois, les rédactions demandées (...)

9L’historienne Christina Benninghaus a récemment montré dans son ouvrage sur les jeunes filles issues de la classe ouvrière sous la République de Weimar que les travaux initiés par Alice Salomon dans Permanence et bouleversements de la famille contemporaine sont actuellement encore tout à fait en mesure de stimuler des études sociologiques et historiques sur la famille, la jeunesse et le genre (Benninghaus 1999). Les jeunes filles et jeunes femmes de la classe ouvrière n’ayant pour ainsi dire pas laissé d’autobiographies, Christina Benninghaus utilise notamment comme sources des rédactions scolaires d’élèves des écoles professionnelles berlinoises, qui ont été rassemblées par Günter Krolzig à la fin des années 1920 dans le cadre d’une étude empirique sur la jeunesse dans les grandes villes7. Sous la République de Weimar, l’objectif de la recherche sociologique et socio-éducative sur la jeunesse était de rassembler des données susceptibles de trouver un usage pédagogique au sein des institutions sociales spécialisées dans la prise en charge des jeunes. Dans ce but ont été recueillies des informations sur les conditions de vie et de travail, les habitudes de loisirs, l’orientation professionnelle et les attentes en termes d’avenir de jeunes issus des classes défavorisées, les chercheurs ayant concentré leur attention sur les filles et les garçons de 14 à 17 ans inscrits dans les écoles professionnelles nouvellement créées8.

  • 9 A. Salomon et M. Baum éd., Das Familienleben der Gegenwart. 182 Familienmonographien, Berlin, 1930 (...)
  • 10 Frédéric Le Play parle de familles stables et de familles désorganisées. Voir F. Le Play, Les ouvri (...)
  • 11 Voir A. Salomon et M. Baum éd., op. cit., p. 16.

10Les autres travaux de la série publiée par Alice Salomon pourraient de la même manière également servir de sources à des études sociologiques ou historiques sur la famille et le genre. Le premier volume, Das Familienleben der Gegenwart (La vie familiale à l’époque contemporaine), soutient par exemple la thèse, qui est encore d’actualité aujourd’hui, de la menace d’une désintégration de la famille, et postule qu’une analyse de la situation en vigueur à partir de données scientifiques est « une condition préalable à la mise en place de toute politique culturelle et sociale planifiée »9. Dans les cinq pages d’instructions adressées aux enquêteurs, les éditrices du volume, Alice Salomon et Marie Baum, tentent d’élaborer des critères permettant de déterminer si une famille est stable ou en voie de désorganisation. La terminologie qu’elles emploient se fonde sur la typologie de la famille du sociologue français Frédéric Le Play (la famille « stable » ou unie étant opposée à la famille désunie ou « désorganisée »)10. Contrairement à Le Play qui considère la situation économique comme le critère déterminant en matière de stabilité familiale, Alice Salomon et Marie Baum estiment que d’autres facteurs sont plus importants à cet égard. La cohésion de la famille moderne ne résulte plus en premier lieu de la propriété et, « pour la plus grande partie de la population, elle ne repose plus non plus sur une communauté de production ou d’exploitation familiale ». La question est bien plus de savoir si, « là où la propriété et l’entreprise familiales ne constituent plus les facteurs décisifs en matière de cohésion, d’autres forces prennent le relais pour assurer le maintien de la famille et le lien entre ses membres »11. On constate d’ores et déjà que pour les deux chercheuses, la « crise » de la famille ne signifie pas une perte de sa fonction, mais plutôt une transformation de celle-ci.

  • 12 Ibid., Annexe II, Permanence et bouleversements de la famille contemporaine. Directives à l’intenti (...)

11D’un point de vue méthodologique, cette étude s’attaque à un domaine vierge. Avec l’aide d’un grand nombre de collaborateurs bénévoles (des enseignant(e)s, des fonctionnaires travaillant dans le domaine social, une employée de l’office pour la protection des jeunes, des collaborateurs d’organismes caritatifs publics et privés, ainsi qu’un étudiant d’origine paysanne), sont recueillies par le biais de l’observation participante des données concernant les domaines suivants : histoire de la famille, domicile et conditions de logement de celle-ci, scolarité et activité professionnelle des parents, état de santé et état nutritionnel de chacun des membres de la famille, conditions économiques (recettes, dépenses, économies, dettes), participation à la vie intellectuelle, loisirs et distractions, buts éducatifs des parents, relations entre les conjoints, rapport avec leurs enfants, avec d’autres membres de la famille, conditions de scolarité et de formation des enfants, etc.12 Les familles interrogées doivent – dans la mesure du possible – être informées des objectifs scientifiques de l’enquête. Les contributions des élèves d’une classe d’un établissement de formation d’éducatrices de jeunes enfants viennent élargir l’échantillon étudié, les histoires familiales qu’elles rédigent faisant en outre l’objet de commentaires de la part des enseignantes. Cette méthode a permis la réalisation d’un total de 182 monographies familiales, pour lesquelles ont été interrogées des familles issues de diverses classes sociales, et vivant dans des petites ou des grandes villes, à la campagne, dans différents endroits du pays. Ont été retenues en priorité au sein de l’échantillon les familles qui pouvaient être considérées « comme représentatives d’un aspect de la vie sociale », comme par exemple « les familles des élèves d’une classe d’école », « celles habitant la [même] rue, le [même] pâté de maisons, le [même] immeuble dans une grande ville », ou encore les familles d’une [même] entreprise, d’une [même] cité, ou d’une [même] portion de rue au sein d’un village (p. 378).

12Les diverses monographies sont très hétérogènes sur le plan qualitatif et nous en apprennent souvent moins sur la vie familiale des personnes interrogées à proprement parler que sur les représentations idéales que se font les enquêteurs de la famille stable ou de la famille en voie de désorganisation. La consommation d’alcool du père, les visites fréquentes au café et les aventures extra-conjugales de la mère sont presque toujours jugées comme des signes de déclin, de même que l’absence d’un parent. Si l’on assiste à une fixation indéniable des enquêteurs sur le type de la famille dite « intacte », ceux-ci ne peuvent cependant – à leur grand étonnement, semble-t-il – faire autrement que de classer dans cette catégorie certaines familles « où il manque un parent », ainsi une veuve de guerre et ses quatre filles. Les représentations de la famille sont dominées par des valeurs issues de la bourgeoisie instruite : la prise en commun des repas, la célébration des fêtes en famille, le désir d’instruction, la volonté d’accès aux biens culturels que sont le théâtre, les magazines, les voyages et le cinéma. Ce sont surtout les élèves de l’établissement de formation d’éducatrices de jeunes enfants qui reprennent ces valeurs à leur compte dans leurs récits autobiographiques. Une élève originaire d’une famille de fonctionnaires de classe moyenne note ainsi :

Nous n’avons pas suffisamment d’argent pour aller au cinéma, au théâtre ou à une conférence, ou pour nous payer des confiseries, des séjours de vacances ou un luxe quelconque. Je vois un danger pour notre famille dans le fait que mes parents doivent se consacrer exclusivement à leur subsistance, qu’ils n’ont jamais eu ni le temps, ni l’argent pour accéder aux biens culturels, et qu’au bout du compte, ils en ont perdu le goût. (p. 103)

***

13Qu’est-ce qui, dans le fond, qualifie l’Académie allemande du travail social et socio-éducatif féminin pour mener à bien la tâche d’analyser scientifiquement la perte ou le changement de fonction que connaît la famille moderne ? Fortement influencées par la notion de « maternité spirituelle », Alice Salomon et Marie Baum partent de l’idée que les femmes porteraient un intérêt fondamental aux questions liées à la famille et s’appuient sur les qualifications particulières des femmes proches de l’Académie qui, en tant qu’enseignantes, animatrices pour la jeunesse ou fonctionnaires travaillant dans le social sont sur le plan professionnel constamment en contact avec des problématiques familiales. Ces femmes sont, selon elles, habituées à entrer en relation avec « des familles provenant des couches les plus diverses de la population », et à « prendre en compte leurs réussites comme leurs échecs ». Leur pratique professionnelle leur permet de développer « l’art de se mettre dans la peau des membres d’une famille étrangère ». Elles doivent pour ainsi dire « élaborer une méthode relationnelle leur permettant de comprendre une situation inconnue en faisant preuve de pénétration et de pénétrer cette situation en faisant preuve de compréhension » (p. 10). C’est pour ces raisons que le groupe de femmes qui soutient l’Académie féminine se sent d’une certaine manière appelé à réaliser une telle étude.

14La thèse de la « maternité spirituelle » défendue par le mouvement féminin bourgeois attribue aux femmes en raison des « caractéristiques propres à leur sexe » une aptitude particulière pour les activités dérivées du métier de mère. Les femmes semblent ainsi prédestinées à travailler avec les enfants, les personnes âgées, malades ou ayant besoin d’aide. Selon Alice Salomon et Marie Baum, ces compétences pour le travail social pratique les qualifieraient également pour effectuer des recherches scientifiques dans le même domaine. Les femmes seraient intuitivement sensibles à certaines situations sociales. Il ne fait aucun doute que l’on dispose avec cette étude d’un riche fonds de monographies familiales qui n’a jusqu’à présent pas été exploité à sa juste mesure. En ce qui concerne la prétendue objectivité ou authenticité de ce matériau, il convient cependant de retenir ici aussi que les sources ne rendent pas compte des réalités passées, mais reflètent « des constructions passées de ces réalités » (Conrad et Kessel 1994, p. 16). La manière dont se déroulait « réellement » la vie familiale dans les classes moyennes et ouvrières au cours des années 1920 ne pourra nous être transmise par ces sources qu’indirectement, à travers le regard d’hommes et de femmes issus de la bourgeoisie allemande et intéressés par des questions socio-éducatives.

Notes

1 La première inspectrice du travail est Else Richthofen, qui n’a exercé sa fonction que pour une courte durée et a par la suite épousé Edgar Jaffé, enseignant à l’université de Heidelberg. Voir Meyer-Renschhausen 1996, p. 357 et suivantes.

2 Ceci est également confirmé indirectement par l’étude d’Iris Schröder portant sur le mouvement d’émancipation des femmes et la réforme sociale parue récemment : Arbeiten für eine bessere Welt. Frauenbewegung und Sozialreform. 1890-1914, Francfort-sur-le-Main, Campus, 2001.

3 Voir également S. Hering, « Die Anfänge der Frauenforschung in der Sozialpädagogik », Sozialpädagogik im Blick der Frauenforschung, B. Friebertshäuser, G. Jakob et R. Klees-Möller éd., Weinheim, Beltz, 1997 (Einführung in die pädagogische Frauenforschung, 3), p. 31-43, plus particulièrement p. 42.

4 Sur le parcours scientifique d’Edith Stein, voir Wobbe 1997, p. 69-87 et 1996.

5 M. Baum et A. Westerkamp, Rhythmus des Familienlebens. Das von der Familie täglich zu leistende Arbeitspensum, Berlin, 1931 (Forschungen zu Bestand und Erschütterung der Familie in der Gegenwart, V).

6 D. Hansen-Blancke, Die hauswirtschaftliche und Mutterschaftsleistung der Fabrikarbeiterin, Eberswalde, 1932 (Forschungen…, XII).

7 G. Krolzig, Der Jugendliche in der Großstadtfamilie. Aufgrund von Niederschriften Berliner Berufsschüler und -schülerinnen, Berlin, 1930 (Forschungen…, IV).

8 La « sincérité » de ces sources a souvent été remise en cause. Toutefois, les rédactions demandées aux élèves par les chercheurs travaillant sur la jeunesse étant anonymes et non notées – à la différence des travaux scolaires « normaux » –, on peut tout à fait les considérer comme des témoignages autobiographiques.

9 A. Salomon et M. Baum éd., Das Familienleben der Gegenwart. 182 Familienmonographien, Berlin, 1930 (Forschungen, I), p. 9.

10 Frédéric Le Play parle de familles stables et de familles désorganisées. Voir F. Le Play, Les ouvriers européens. Études sur les travaux, la vie domestique et la condition morale des populations ouvrières de l’Europe. D’après les faits observés de 1829 à 1855, Tours, Mame, 1878 (2e édition).

11 Voir A. Salomon et M. Baum éd., op. cit., p. 16.

12 Ibid., Annexe II, Permanence et bouleversements de la famille contemporaine. Directives à l’intention des enquêteurs, p. 377-384.

Auteur

Professeure d’histoire de l’éducation à l’Université de Cologne

Céline Grasser (Traducteur)
Nathalie Hillenweck (Traducteur)

© ENS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540