Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mixité dans l’éducation

 | 
Rebecca Rogers

Partie 2. L’enseignement universitaire à l’épreuve de la mixité

Les femmes dans l’université allemande : le cas de la Kaiser-Wilhelms-Universität de Strasbourg

Nathalie Hillenweck

Texte intégral

  • 1 Par rapport à l’Allemagne, les travaux relatifs à l’admission des femmes dans les établissements d’ (...)
  • 2 Ainsi, Bonn, Wurzbourg, Erlangen-Nuremberg, Fribourg entre autres disposent de leur propre histoire (...)

1Au cours du dernier tiers du xixe siècle, avec l’expansion du premier mouvement féminin, la question de l’entrée des femmes à l’université prendra une importance croissante. En Allemagne, plus qu’en France1, les chercheuses se sont intéressées à l’introduction de la mixité dans les universités allemandes, analysant les résistances qu’elle a soulevées, sa mise en pratique et les conséquences qui ont en résulté. Depuis les années 1980 et 1990, elles ont ainsi réalisé nombre d’études sur l’histoire des femmes – étudiantes ou enseignantes - à l’université2.

  • 3 Comme ouvrage de référence, on citera : J. E. Craig, Scholarship and Nation Building : The Universi (...)

2Or, durant la période qui connaît l’entrée progressive des femmes à l’université (1890-1908), qu’en est-il de l’université de Strasbourg alors capitale du Reichsland Alsace-Lorraine, annexé par l’Allemagne ? La Kaiser-Wilhelms-Universität avait été créée par le décret impérial du 11 décembre 1871 avec l’idée d’en faire un modèle et un lieu de rayonnement de la culture allemande. Si l’histoire de l’université dans la période allemande y compris dans sa dimension sociale a fait l’objet d’importantes études3, les femmes demeurent ici aussi les grandes absentes. Ainsi, cette contribution se propose de fournir quelques éléments de réponse à des questions restées ouvertes jusqu’à présent.

3Comment dans le contexte général des revendications féminines se présente le cas de l’université de Strasbourg ? Quelles sont les positions de certains professeurs strasbourgeois face à ce débat qui traverse les milieux universitaires à la fin du xixe siècle ? Et enfin comment s’effectue au niveau institutionnel le processus d’admission des femmes à la Kaiser-Wilhelms-Universität, à quelles résistances, notamment administratives, au sein de l’université ou du pouvoir se heurtent-elles avant d’être reconnues comme les égales des hommes ?

Les premières revendications des femmes en faveur de l’accès à l’université : entre nécessité économique et valorisation des « spécificités féminines »

  • 4 E. T. Nauck, op. cit., p. 12.
  • 5 En 1888, l’Association féminine générale allemande adresse aux différents gouvernements régionaux ((...)
  • 6 On trouve trace de ces campagnes dans les archives strasbourgeoises : elles contiennent une lettre (...)

4C’est vers 1860 qu’à l’instar d’autres pays occidentaux le mouvement féminin prendra réellement son essor en Allemagne. L’Association féminine générale allemande (Allgemeiner deutscher Frauenverein) créée en 1865 réclame l’accès des femmes aux études supérieures dès 18674. Mais c’est surtout à partir de la fin des années 1880 que se posera de façon accrue la question de l’admission des femmes à l’université5, notamment par le biais de pétitions initiées par l’Association féminine générale allemande à l’adresse des sphères dirigeantes6.

5L’un des motifs essentiels invoqués par le mouvement féminin de l’époque pour justifier la demande d’accès aux études supérieures est d’ordre économique. La situation démographique – plus de femmes que d’hommes, tendance au mariage à la baisse chez les hommes – contraint nombre de femmes qui n’auront pas la possibilité de ce fait d’assurer les fonctions traditionnelles d’épouse et de mère à subvenir elles-mêmes à leurs besoins. De là émane la revendication de leur permettre l’accès à un large éventail de professions, dont celles qui exigent une formation universitaire. Les femmes de la bourgeoisie sont dans une plus grande mesure touchées par ce phénomène que les milieux ouvriers où les femmes exercent déjà bien souvent une activité à l’extérieur du foyer (Gnauck-Kühne 1891, p. 1-7).

6Par ailleurs, les revendications du mouvement féminin ont également pour objectif l’amélioration de l’enseignement des jeunes filles. Helene Lange, une des figures de proue du mouvement avec Gertrud Bäumer, réclame une meilleure formation des enseignantes afin qu’elles puissent plus largement participer à l’instruction des jeunes filles dans les écoles qui leur sont réservées, les femmes étant, selon Lange, plus à même que les hommes d’accompagner le développement des jeunes filles. Dans la même perspective, c’est au nom de l’épanouissement de qualités spécifiques, que les femmes mettraient au service de la société dans le cadre de leur « mission culturelle historique », qu’Helene Lange revendique l’accès à une meilleure instruction. L’argument de la complémentarité des sexes et le concept de maternité spirituelle ou sociale qui en découle servent de fil conducteur aux revendications du mouvement féminin. Celui-ci dans sa composante majoritaire ne remet donc pas en cause l’ordre établi et n’a pas pour objectif prioritaire d’accorder l’égalité des droits aux hommes et aux femmes. Les revendications en faveur de l’accès des femmes à l’enseignement supérieur argumentent à partir des qualités féminines pour insister sur la nécessité de former des gynécologues femmes auxquelles les patientes confieraient plus volontiers leur santé et leurs préoccupations qu’aux hommes.

Pour ou contre l’admission des femmes à l’université : les attitudes au sein du milieu universitaire

  • 7 L’éditeur du recueil, A. Kirchhoff, met lui aussi l’accent sur l’évolution positive qui a eu lieu e (...)

7Les revendications des femmes se heurtent bien entendu à des résistances de la part des professeurs. Si dans les années 1870 ce sont les adversaires à l’entrée des femmes dans les universités qui prédominent, on assiste en l’espace de trente ans à une évolution vers des attitudes un peu plus favorables. Ainsi, vu l’importance des débats suscités par la question, paraît en 1897 un recueil intitulé Die akademische Frau dans lequel 122 auteurs – en premier lieu des professeurs d’université mais aussi des écrivains et des enseignants de l’enseignement primaire supérieur féminin – sont invités à exprimer leur avis sur la question (Kirchhoff 1897). L’analyse du recueil montre effectivement l’évolution qui a eu lieu à ce sujet. À la question de savoir si les femmes sont « aptes » à suivre des études universitaires, la majorité répond par l’affirmative (Frevert 1986, p. 121-122)7. Cependant, seule une petite minorité s’exprime sans restriction aucune en faveur de l’accès des femmes à l’université, la plupart émettent des réserves et des objections surtout lorsqu’il s’agit de l’exercice concret de la profession, dans le domaine juridique et médical notamment.

8On trouve des résistances plus ou moins fortes parmi les professeurs de médecine par exemple qui sont concernés au premier chef par la question. Nombre d’entre eux s’appuient précisément sur leur discipline et des arguments d’ordre biologique pour justifier leur attitude. À cet égard, il nous semble intéressant de présenter les positions de deux professeurs, de gynécologie et de droit, ayant exercé à Strasbourg.

  • 8 H. Fehling, Die Bestimmung der Frau, ihre Stellung zu Familie und Beruf. Rektoratsrede gehalten am (...)
  • 9 En effet, les femmes ont été admises à l’université de Bâle en 1890. C’était l’une des dernières un (...)

9Le professeur de gynécologie Hermann Fehling s’exprime en tant que recteur, à l’occasion de l’anniversaire de l’université de Bâle le 12 novembre 1891, sur « la mission de la femme et sa position par rapport à la famille et à la profession »8. Dans le contexte universitaire suisse, il a déjà été confronté à la question de l’accès des femmes à l’université9. Plus tard, il enseignera à Strasbourg et sera chargé comme recteur de l’université d’accueillir en novembre 1908 les premières étudiantes inscrites de plein droit à la Kaiser-Wilhelms-Universität de Strasbourg. Dans son discours de novembre 1891, il se place de son point de vue de médecin en éclairant d’une part l’apport des femmes à sa discipline et en analysant d’autre part leur constitution physique pour en tirer des conclusions quant aux effets psychologiques et sociaux qui en découleraient si elles faisaient des études ou exerçaient une profession.

10Voulant vérifier le postulat des partisans de l’émancipation des femmes, selon lequel il n’y aurait pas de différences entre hommes et femmes, Fehling étudie les constitutions masculine et féminine. L’essentiel de son argumentation est connu, il note les différences physiques, nerveuses, le développement spécifique de chaque sexe. Il attache une importance particulière au cycle féminin et aux effets qui en résulteraient quant à l’humeur et aux aptitudes des femmes. La réflexion serait chez elles facilement influencée par les émotions, elles auraient des difficultés à distinguer l’essentiel de l’accessoire. Les femmes sont donc dans cette perspective appelées à remplir les fonctions d’épouse et de mère au sein du foyer. On trouve ici un exemple parmi d’autres de la construction sociale du corps de la femme à travers le discours médical.

11Toutefois, si Fehling souligne que l’exercice d’une profession par les femmes n’est pas souhaité, il ne l’exclut pas complètement et expose les conditions dans lesquelles elles peuvent accéder aux études de médecine. Elles doivent avant tout remplir les mêmes pré-requis que les jeunes hommes, c’est-à-dire disposer de l’examen de maturité. Par ailleurs, Fehling se prononce contre une spécialisation des femmes, dès le début des études, en gynécologie et pédiatrie auxquelles la majorité des étudiantes semblent se destiner : il redoute qu’une féminisation de ces domaines entraîne leur déclassement. De même, il s’oppose à des établissements de formation réservés aux étudiantes. Il craint en effet que l’enseignement uniquement assuré par des femmes soit trop restrictif et ne réponde pas aux critères de diversité nécessaire à une bonne formation. Sous-estimant la portée du changement en cours, il pense que la présence féminine dans les universités et par conséquent dans la profession de médecin restera un phénomène exceptionnel.

12Au final, il prône plutôt une formation plus qualifiée pour les sages-femmes afin de rendre le métier plus attrayant pour les femmes. Si nécessité il y a d’exercer une profession, « la femme ne doit jamais oublier sa différence de constitution ». Les activités d’enseignante, d’infirmière, de vendeuse et de comptable lui paraissent aussi des métiers appropriés.

  • 10 H. Fehling, Wundinfektion und Wundbehandlung im Wandel der Zeiten und Anschauungen. Rede gehalten a (...)

13Dix-sept ans plus tard, en 1908, lors de son discours de prise de fonction en tant que recteur de l’université de Strasbourg, il renvoie à la position qu’il avait prise en 1891 et reconnaît qu’« aujourd’hui on ne discute plus du droit de la femme à exercer une profession », mais il reste quelque peu sceptique notant qu’« il est encore prématuré de dresser un bilan de ce qu’elle – la femme – a accompli dans ce domaine »10. Sans être hostile, l’attitude de Fehling est partagée entre la défense du rôle traditionnel de la femme, qu’il justifie par de nombreux arguments, et un certain pragmatisme : dès 1891 il reconnaît, certainement contre sa conviction profonde, que les femmes peuvent être contraintes à exercer une profession. En 1908 il reste toujours quelque peu réservé tout en s’adaptant à l’évolution des mentalités. Ceci n’empêche toutefois pas sa femme d’appartenir comme d’autres épouses de professeurs au Verein für Frauenbildung d’Alsace-Lorraine, une association qui œuvre en faveur d’une meilleure instruction des jeunes filles.

  • 11 P. Laband dans Kirchhhoff 1897, p. 28-30.

14Du côté des juristes, nous trouvons dans le recueil Die akademische Frau la position de Paul Laband, éminent professeur de droit exerçant à Strasbourg. Il ne dénie absolument pas aux femmes les facultés intellectuelles nécessaires pour poursuivre des études de droit. Il pense qu’elles pourraient même enrichir les sciences juridiques sur le plan de la recherche. En revanche, il les considère comme inaptes à exercer les métiers du droit tels que juge ou avocat car, selon lui, dans la société de l’époque, la prise de parole en public par les femmes passe pour être inconvenante. Leur émotivité, leur manque de force de caractère et de clarté d’esprit les rendraient incapables d’exercer les fonctions de juge. Elles auraient trop facilement tendance à céder aux sentiments que pourrait leur inspirer un inculpé, voire à être séduites par son physique avantageux11.

  • 12 I. Costas, « Der Kampf um das Frauenstudium im internationalen Vergleich. Begünstigende und hemmend (...)
  • 13 En mars 1901, Ida Democh a été la première femme allemande à avoir été inscrite à l’ordre des médec (...)

15Dans cette dernière partie de son argumentation, Laband apparaît comme représentatif de nombre de juristes opposés à l’accès des femmes à leur domaine. Les études et les métiers du droit exigent selon l’avis général un haut degré de rationalité, de neutralité et une grande clarté de jugement, des qualités dont les femmes seraient, conformément à une conception largement répandue, dépourvues. De fait, les études de droit passent pour être particulièrement peu féminines (Huerkamp 1996, p. 274-287). C’est ainsi que même lorsque les femmes sont officiellement admises dans les universités allemandes, leur présence dans les facultés de droit reste réduite à la portion congrue. Le droit est la filière par excellence pour parvenir aux positions prestigieuses notamment au sein de la haute fonction publique. Les préjugés envers les femmes associés à la volonté des hommes de conserver leur position de pouvoir pourraient expliquer l’opposition durable du milieu juridique à l’entrée des femmes12. Ce n’est qu’en 1922 que l’on ouvre la profession de juge aux femmes alors qu’elles sont citoyennes à part entière – disposant du droit de vote – depuis 1919. Dans un contexte globalement difficile, l’accès à la profession de médecin aura été plus rapide13 qu’aux métiers juridiques, la médecine ayant bénéficié des luttes et des revendications des femmes depuis plus longtemps que le droit, un domaine entièrement à conquérir.

Strasbourg : des premières auditrices libres aux premières étudiantes

L’arrivée des premières auditrices libres

  • 14 Il semblerait qu’il n’y ait pas eu de femme-médecin à la faculté de médecine de Strasbourg avant la (...)
  • 15 Selon l’article 77 des statuts de l’université « sont autorisés à suivre les cours publics et privé (...)
  • 16 À côté du Plenum, l’assemblée plénière de l’université constituée de l’ensemble de ses professeurs, (...)
  • 17 Voir la pétition mentionnée plus haut initiée par l’Association féminine générale allemande en 1888

16Comme dans d’autres universités allemandes, c’est aussi la faculté de médecine qui, à Strasbourg, semble avoir été concernée la première par la question de l’admission des femmes14. En 1873, une étudiante d’origine russe aurait demandé l’accès à la faculté de médecine qui s’est à l’époque prononcée contre la présence des femmes en tant qu’étudiantes immatriculées ou en tant qu’auditrices libres15. Cette position est alors approuvée par le Sénat académique16. Si en 1889, la faculté de médecine reste toujours opposée à la présence des femmes17, en revanche, en 1898 elle donne une suite favorable à une requête du chancelier allemand. Celui-ci souhaite permettre aux femmes et aux hommes qui ont assisté en tant qu’auditeurs/auditrices libres aux cours et travaux dirigés l’accès aux épreuves médicales. En l’espace de vingt-cinq ans, les positions majoritaires au sein de l’université et de la faculté de médecine de Strasbourg semblent donc avoir suivi une évolution similaire à celle qu’a connue le milieu universitaire allemand dans le reste du Reich.

  • 18 ADBR dossier AL 103, paquet n° 146.

17Toutefois en cette fin de siècle, l’inscription des femmes en tant qu’étudiantes reconnues de plein droit est encore loin d’être atteinte. Un premier pas sera tout juste franchi en 1899 lorsqu’on leur accordera le droit d’être auditrices libres. Dans une lettre datée du 15 juin 1899, l’Association des institutrices d’Alsace-Lorraine sollicite le recteur et le Sénat de bien vouloir autoriser les institutrices enseignant dans les écoles supérieures de jeunes filles et disposant d’une expérience professionnelle de plusieurs années à suivre les cours magistraux et les séminaires de l’université18. Elles motivent leur requête par le fait qu’une formation universitaire est nécessaire pour toutes celles qui désirent se qualifier en tant qu’Oberlehrerinnen, une possibilité qui leur est accordée en Alsace-Lorraine depuis 1898. Cette mesure, qui permet aux institutrices répondant à certains critères de perfectionner et de poursuivre leur formation, a été introduite en Prusse en 1894.

  • 19 Voir note 15.
  • 20 Voir lettre du 21 juillet 1899 du recteur au curateur de l’université. L’article 3 de la loi du 28 (...)

18Vraisemblablement dans un souci de mise en conformité avec la réglementation relative à la qualification des Oberlehrerinnen, le Sénat donne une suite favorable à la requête des institutrices et abroge la décision prise en 187319 afin d’ouvrir l’université aux femmes20. Ainsi les premières auditrices libres sont admises lors du semestre d’hiver 1899-1900.

19Dans la perspective d’harmoniser la réglementation concernant leur admission, le Sénat propose en février 1900 d’admettre en tant qu’auditrices libres entre autres les Allemandes en possession de l’examen de maturité ou du certificat d’aptitude à l’enseignement. Afin de simplifier les démarches, c’est au recteur qu’est laissé le soin de vérifier ces divers certificats. Les femmes en mesure de fournir la preuve des pré-requis nécessaires se verront attribuer un livret d’inscription. Celles qui le désirent pourront, lorsqu’elles quitteront l’université, obtenir un certificat de sortie.

20Ce sont ces dernières dispositions qui suscitent les protestations de quelques professeurs qui, soit encore réticents à la présence féminine dans l’université, soit par principe, se voient limités dans leur liberté d’accepter ou non les femmes à leurs cours. Ils invoquent la difficulté de s’opposer à une décision prise par le recteur d’admettre une auditrice libre alors qu’eux-mêmes peuvent être hostiles à la présence des femmes. En outre, les livrets d’inscription et les certificats de sortie mentionnés font également l’objet de critiques dans la mesure où ils peuvent susciter à l’extérieur de l’université et chez les intéressées elles-mêmes l’impression qu’elles font partie de l’université, or cela ne saurait être le cas que ce soit pour les femmes ou les hommes auditeurs libres. Ces réactions font ressortir l’importance accordée à la liberté de l’enseignant et donc à la possibilité d’exercer un droit de véto sur la présence des femmes dans ses cours. Par ailleurs, l’esprit de corps, le sentiment d’appartenir avec les seuls étudiants inscrits à la communauté universitaire renforce chez l’un ou l’autre professeur, semble-t-il, son opposition à l’entrée des femmes.

  • 21 Voir R. Kaestel-Sidler, op. cit., p. 65. Elle fait référence aux souvenirs d’un neuropsychiatre str (...)
  • 22 Seront admises les femmes qui ont passé avec succès leur examen de maturité dans un gymnase alleman (...)

21Cependant ces quelques critiques n’apparaissent pas comme un frein majeur à l’admission des auditrices libres. Le Sénat modifie en juillet 1900 les conditions d’admission de ces dernières en tenant compte des suggestions et critiques émises par certains membres du corps enseignant. Les enseignants pourront exercer leur liberté d’accepter ou de refuser des femmes. Les cours fermés à ces dernières seront signalés dans la liste officielle par un astérisque21. Elles recevront un livret spécifique d’auditeur libre, ainsi qu’à la sortie de l’université, des attestations officielles sur leur demande mentionnant les cours qu’elles ont suivis22.

  • 23 Kaiser-Wilhelms-Universität, Amtliches Verzeichnis des Personals und der Studierenden, tome II, liv (...)

22Jusqu’en 1903, les auditrices libres font l’objet d’une rubrique à part dans le registre des étudiants où elles apparaissent de façon nominale. À partir du semestre d’hiver 1902-1903, elles sont comptabilisées par faculté dans les statistiques semestrielles de manière anonyme sous la catégorie auditrices libres23.

  • 24 Les chiffres entre parenthèses correspondent aux effectifs selon les facultés, dans l’ordre : théol (...)

Étudiants, auditeurs et auditrices libres à la Kaiser-Wilhelms-Universität (1899-1908)
Note 2424

  • 25 Nous ne disposons pas des éléments nécessaires pour expliquer ces fluctuations, ni pour présenter l (...)

23Les effectifs des auditrices libres subissent des fluctuations importantes et dépassent le nombre d’auditeurs libres en 190425. Ils resteront relativement élevés, entre 100 et 150 inscrites, jusqu’en 1913, où ils baisseront de façon importante, pour remonter vers la fin de la guerre.

  • 26 E. Heuss-Knapp, Souvenirs d’une Allemande de Strasbourg. 1884-1934, Strasbourg, Éditions Oberlin, 1 (...)

24Parmi les noms des premières auditrices libres nous rencontrons celui d’Helene Bresslau, la future femme d’Albert Schweitzer, ainsi que celui de Else Gütschow, enseignante, citée par Elly Heuss-Knapp, fille du professeur Knapp et épouse du futur président de la République fédérale allemande Theodor Heuss. Elle présente Else Gütschow comme la première étudiante strasbourgeoise. En 1906, elle épouse le professeur Ernst Polaczek et meurt en couches en 1908. Elle a publié un guide de la cathédrale de Strasbourg26. Elle est également active au sein du Verein für Frauenbildung, l’association pour l’éducation féminine.

25L’essentiel des effectifs féminins fréquente la faculté de philosophie qui regroupe notamment les lettres, les langues et l’histoire, suivie de loin par la faculté de médecine. Leur proportion est très faible en faculté de droits et sciences politiques. Si les hommes se concentrent aussi en faculté de philosophie, ils sont néanmoins répartis de façon plus homogène dans les autres disciplines.

Vers l’immatriculation des premières étudiantes

  • 27 ADBR, dossier AL 103, paquet n° 147.

26De 1903 à 1908, les démarches entreprises tant par les instances de l’université que par certaines auditrices libres viseront à autoriser à l’immatriculation de plein droit des femmes. Un premier courrier daté du 30 juillet 1903 adressé au recteur et au Sénat de l’université émanant du doyen de la faculté de médecine attire l’attention sur le fait que la réglementation en vigueur concernant les auditrices libres ne fait pas mention de l’article 48 des statuts de l’université fixant les conditions d’admission. De ce fait, les auditrices libres qui répondent à ces critères, c’est-à-dire qui sont en possession de l’examen de maturité d’un établissement habilité à le délivrer, sont défavorisées dans la poursuite de leurs études par rapport à leurs collègues masculins. Elles peuvent être exclues de l’un ou l’autre cours par certains enseignants. Par ailleurs, les étudiantes autrichiennes ne peuvent valider dans leur pays les semestres effectués à Strasbourg. Ainsi, dans un désir d’équité et dans l’intérêt de l’université, la faculté de médecine propose le traitement égal des étudiants et des étudiantes et donc l’admission des femmes répondant aux critères de l’article 48. Elle fait remarquer que les universités voisines du pays de Bade ont déjà emprunté cette voie sans qu’il n’ait été fait mention de problème à ce sujet27.

  • 28 Un courrier du 5 janvier 1904 du recteur aux membres du Sénat confirme bien la nécessité d’obtenir (...)
  • 29 À cette fin, le recteur se fonde aussi sur la réglementation qui entre en vigueur en 1903 dans les (...)

27Le recteur informe le curateur qu’en novembre 1903 le Sénat s’est prononcé en faveur de la proposition de la faculté de médecine. Il prie en conséquence le curateur de bien vouloir solliciter l’autorisation du Statthalter –le gouverneur – pour mettre en œuvre cette disposition et abroger la réglementation précédente relative aux auditrices libres28. L’argument selon lequel les universités du sud de l’Allemagne, dont Fribourg et Heidelberg, avaient déjà autorisé l’accès des femmes au sein de leur établissement est régulièrement repris29. Les deux universités du pays de Bade ont en effet été les premières à inscrire officiellement les femmes en 1899-1900.

  • 30 Voir : U. Scherb, op. cit., p. 114-117 ; E. T. Nauck, op. cit., p. 22-25.

28Comme ailleurs, au cours du dernier tiers du xixe siècle, la question des femmes à l’université y a été abordée à plusieurs reprises. Après plusieurs « navettes » entre l’université de Fribourg, qui souhaite une réglementation en la matière valable pour l’ensemble du Reich, et le ministère de la Justice, des Cultes et de l’Instruction publique de Karlsruhe, celui-ci promulgue le 28 février 1900 le décret autorisant l’admission des femmes à Fribourg et Heidelberg à condition qu’elles soient en possession de l’examen de maturité délivré par un établissement allemand30. Le pays de Bade passe pour avoir été l’un des Länder les plus libéraux en matière d’éducation féminine. L’instauration du premier gymnase de jeunes filles à Karlsruhe en 1893 par l’association Réforme de l’éducation féminine (Frauenbildungsreform) en est la preuve (Huerkamp 1996, p. 47). Pour le ministère concerné, il devient dès lors difficile de refuser l’accès des femmes aux universités de la région.

29Si côté badois, c’est le gouvernement du Land qui a donné le signal définitif en faveur de l’ouverture des universités aux femmes, côté strasbourgeois, c’est plutôt le pouvoir de Berlin qui semble avoir fait obstacle à une admission plus précoce des femmes à l’université.

  • 31 ADBR, dossier AL 103, paquet n° 147.
  • 32 Le ministère d’Alsace-Lorraine est dirigé par un secrétaire d’État qui a son siège à Strasbourg et (...)
  • 33 ADBR, dossier AL 103, paquet n° 147.
  • 34 ADBR, dossier AL 103, paquet n° 146.

30En effet, dans une série de courriers datant du 14 janvier 1904, du 23 juillet 1904 et du 24 mai 190531, le Statthalter d’Alsace-Lorraine demande au ministère des Cultes, de l’Instruction publique et des Affaires médicales à Berlin de bien vouloir prendre position par rapport à la requête exposée. Un groupe de six auditrices libres des facultés de médecine, de droit, de mathématiques et sciences de la nature et ayant passé l’examen de maturité dans un gymnase ou gymnase réal de garçons écrit au ministère d’Alsace-Lorraine32, en juillet 1905 pour demander l’immatriculation au même titre que les étudiants33. Elles réitèrent leur demande auprès du Sénat de l’université en novembre 190534 qui leur assure son soutien. Même les éditions de la Strass-burger Post du 23 et 24 novembre 1905 font mention de cette démarche. Ni la demande du Sénat, ni celle des auditrices libres n’obtiennent une réponse positive d’aucune des instances sollicitées.

  • 35 ADBR, dossier AL 103, paquet n° 147.

31En avril 1906, le ministère des Cultes, de l’Instruction publique et des Affaires médicales de Berlin répond enfin directement au Statthalter que les négociations concernant l’admission des femmes dans les universités prussiennes ne sont pas encore achevées, ce qui fait obstacle à une prise de décision au niveau alsacien. L’Association allemande des institutrices catholiques et l’Association féminine catholique adressent également une longue requête argumentée au secrétaire d’État qui se trouve à la tête du ministère d’Alsace-Lorraine35.

32Ce n’est que le 27 juin 1908 que le ministère d’Alsace-Lorraine donne au curateur le feu vert pour que la question de l’immatriculation des femmes à l’université de Strasbourg soit à nouveau soumise à examen. À cette fin, une entrevue est prévue pour début juillet entre le représentant du curateur, Stadler, le recteur Fehling et le directeur du conseil supérieur des écoles, institution qui gère l’instruction publique dans le Reichsland.

  • 36 Nous n’avons pas l’occasion ici de présenter les réformes du secondaire féminin et leurs répercussi (...)

33Sans doute les choses étaient-elles aussi en train de se débloquer au niveau berlinois pour que le ministère d’Alsace-Lorraine donne la permission de réexaminer la question de l’immatriculation des femmes. En effet, en août 1908 paraissent les décrets qui autorisent l’accès officiel dans les universités prussiennes des femmes en possession d’un examen de maturité. La question de l’immatriculation des femmes était étroitement liée à la réforme de l’enseignement secondaire féminin. Or cette dernière a suscité de nombreuses discussions entre les différents protagonistes : dirigeants politiques, corps enseignant et mouvement féminin, d’où l’aboutissement tardif de l’ensemble des négociations36.

  • 37 ADBR, dossier AL 103, paquet n° 147.
  • 38 Art. 48a : « Les personnes de sexe féminin peuvent être immatriculées à la condition qu’elles aient (...)
  • 39 Voir Strassburger Post, 24 septembre 1908 ; Strassburger Neueste Nachrichten, 17 octobre et 2 novem (...)

34Le Strassburger Post annonce dès le 14 août 1908 l’admission des femmes à l’université de Strasbourg, c’est néanmoins juste avant le début du semestre d’hiver, le 12 octobre 1908 que paraissent dans le Gesetzblatt für Elsass-Lothringen, (journal qui publie les textes législatifs relatifs à l’Alsace-Lorraine) les décrets37 qui autorisent l’immatriculation des femmes. À cette fin, l’article 48 des statuts de l’université fixant les conditions d’accès a été modifié et complété par un ajout : l’article 48a précisant les conditions d’admission des femmes38. La nouvelle est à diverses reprises relayée par la presse locale39.

Les premières étudiantes

  • 40 Pour plus de détails sur le recrutement des étudiantes selon le milieu social et la confession, voi (...)

35En novembre 1908 sont donc accueillies les premières femmes officiellement inscrites à la Kaiser-Wilhelms-Universität. Un bref article des Strassburger Neueste Nachrichten du 31 octobre présente les vingt-six premières étudiantes. Elles seront finalement au nombre de trente et une dans le registre de l’université. Neuf sont inscrites à la faculté de philosophie, sept en médecine, sept également en mathématiques et sciences de la nature, trois en droit et sciences politiques. Dans leur très large majorité, elles ont passé leur examen de maturité à Strasbourg. Seize sont de confession protestante, sept sont catholiques et trois juives. Elles sont issues de milieux socialement favorisés : leur père est soit fonctionnaire, notamment enseignant ou pasteur, soit commerçant40. Le journal note en particulier que ces premières étudiantes ont une moyenne d’âge supérieure à celle des jeunes hommes. Seules deux des vingt-six inscrites ont passé l’examen de maturité dans l’année. Elles ont entre 19 et 36 ans. On peut à cet égard souscrire aux propos du journal qui souligne l’énergie qu’ont dû déployer la majorité de ces femmes, les difficultés qu’elles ont dû surmonter pour accéder de plein droit à l’université.

36Le discours du recteur Fehling, rapporté partiellement par la Strassburger Post du 5 novembre 1908, laisse transparaître une certaine ambivalence qui confirmerait ses positions précédentes. Ce n’est certainement pas sans quelques réserves qu’il note le caractère particulier de cette journée. Il insiste sur le fait qu’au sein de l’université les étudiantes perdront désormais les privilèges qui pouvaient leur être accordés jusque là par les professeurs. Certes, étudiants et étudiantes ont les mêmes droits et les mêmes devoirs sur le plan universitaire ; toutefois, pour ce qui est du commerce entre hommes et femmes, le recteur tient à préserver les différences entre les sexes. Aux étudiantes il refuse le droit d’adopter les modes de comportements propres à nombre d’étudiants : fumer ou fréquenter des bars. Il renvoie ici vraisemblablement aux corporations étudiantes caractéristiques de la vie universitaire allemande. Les étudiants, quant à eux, sont priés de manifester à l’égard de leurs camarades féminines le respect que tout homme cultivé se doit de montrer envers une femme instruite.

  • 41 Sources statistiques : Kaiser-Wilhelms-Universität, Amtliches Verzeichnis des Personals und der Stu (...)

Étudiantes inscrites à la Kaiser-Wilhelms Universität (1908-1918)
Note 4141

37On constate une augmentation du nombre d’étudiantes tout au long des dix années qui suivent. Il continue de croître pendant la guerre à l’exemple de l’évolution qui a lieu dans d’autres universités allemandes. De fait, les hommes forment le gros des effectifs au niveau des inscriptions mais sont massivement enrôlés dans la guerre. Ainsi, dans les années 1917-1918, Huerkamp estime qu’il y a globalement un tiers de femmes dans les universités allemandes (Huerkamp 1996, p. 76). La répartition par discipline ne varie pas, les deux facultés les plus prisées par les étudiantes demeurant la philosophie et la médecine.

  • 42 N’oublions pas à cet égard de mentionner la présence d’étudiantes étrangères, d’origine russe notam (...)

38Si l’on assiste à une lente augmentation du nombre d’étudiantes, cela ne signifie toutefois pas qu’elles poursuivent et achèvent leurs études à l’université de Strasbourg. Un suivi précis s’avérerait nécessaire mais un coup d’œil sur les noms contenus dans les registres montre des fluctuations au fil des années42. On rencontre pendant trois ou quatre semestres les mêmes noms d’étudiantes, d’autres sont inscrites par intermittence. Plutôt rares semblent celles qui mènent leurs cursus jusqu’au bout. Ainsi nous avons l’exemple d’une certaine Marie Marthe Riss qui, inscrite dans la première promotion féminine officielle en 1908, est présente de façon continue dans les registres jusqu’au semestre d’été 1915 où son nom est suivi du titre de docteur. Elle apparaît ensuite dans le registre du personnel de l’université comme assistante à l’institut de botanique.

39Ces mouvements peuvent être dus à divers facteurs : certaines étudiantes partent peut-être poursuivre leurs études dans une autre université. On peut aussi supposer qu’elles sont en ces années-là encore un certain nombre à commencer des études sans avoir forcément une finalité professionnelle en tête, leur but étant alors plutôt d’approfondir leur culture générale. L’âge d’entrée dans la vie conjugale ayant augmenté depuis le xixe siècle, les études peuvent alors être conçues comme une période de transition enrichissante avant le mariage. Nombre de jeunes filles de la bourgeoisie correspondent à ce cas de figure (Frevert 1986, p. 116-119).

***

40Cette première approche de l’introduction de la mixité à l’université de Stras-bourg pendant la période wilhelminienne laisse entrevoir des analogies avec les évolutions qui ont lieu dans d’autres universités du Reich. D’une fermeture totale dans les années 1870-1880, on évolue vers l’ouverture progressive de l’université aux femmes qui se contentera en un premier temps de les accueillir comme auditrices libres. Elles sont majoritairement présentes dans les filières qui mènent aux professions de l’enseignement et de la médecine. Strasbourg se situe ici dans la lignée des universités prussiennes qui avaient déjà admis les auditrices libres deux ou trois ans auparavant. C’est aussi une disposition prussienne adoptée plus tard dans le Reichsland relative à la qualification des Oberlehrerinnen qui a été un facteur important dans le processus d’entrée des femmes à l’université.

41L’admission officielle des femmes s’avérera être un parcours long et difficile qui fait ressortir l’importance du lien qui unit l’université de Stras-bourg, université impériale, au pouvoir de Berlin. En effet, dès sa création l’université est placée sous l’autorité du Chancelier par le biais du curateur, plus tard sous celle du Statthalter, le représentant de l’empereur à Strasbourg. Or il semblerait que la question des femmes fait apparaître une tension entre la volonté et l’intérêt de l’université et sa soumission au pouvoir berlinois. En effet, au début du xxe siècle les auditrices libres et les institutrices semblent soutenues par les doyens de faculté et le Sénat de la Kaiser-Wilhelms-Universität pour revendiquer l’immatriculation au même titre que leurs camarades masculins. La comparaison réitérée à diverses reprises avec les universités du sud de l’Allemagne qui avaient déjà admis les étudiantes est destinée à souligner le retard pris en la matière par Strasbourg et les inconvénients qui en résultent. Malgré ces efforts, la question ne sera résolue que lorsque les pourparlers entre les divers acteurs auront abouti du côté de la Prusse.

  • 43 S. Jonas, « La ville de Strasbourg et son université » op. cit., p. 17-55.
  • 44 Comme figures intéressantes à cet égard, on pourrait mentionner Elly Heuss-Knapp, Helene Dominicus, (...)

42La pratique de la mixité, restée dans l’ombre jusqu’ici, demanderait à être éclairée à travers l’étude des rapports entre étudiants et étudiantes ou l’existence éventuelle d’associations. Par ce biais, on pourrait aussi aborder le versant féminin de l’histoire sociale de la ville de Strasbourg en reconstituant par exemple les réseaux de femmes engagées au niveau municipal dans le domaine social et éducatif et qui, pour certaines d’entre elles appartiennent au milieu universitaire, soit qu’elles ont elles-mêmes fréquenté les bancs de l’université, soit qu’elles sont filles ou épouses de professeurs. Les cercles masculins notamment autour du maire de Strasbourg Rudolf Schwander, influencés par la pensée du protestantisme social de Friedrich Naumann, ont déjà été en partie étudiés43. En revanche, du côté féminin, l’essentiel du travail reste à faire. Il est manifeste que les réseaux féminins et masculins sont en relation notamment par le biais des liens du mariage ou de filiation mais aussi d’amitié qui unissent ces divers protagonistes44.

Notes

1 Par rapport à l’Allemagne, les travaux relatifs à l’admission des femmes dans les établissements d’enseignement supérieur français restent ponctuels. Il semblerait toutefois que les femmes côté français ont eu accès plus tôt aux universités qu’en Allemagne. Il n’est plus besoin de rappeler le nom de Julie Daubié, première femme à obtenir le baccalauréat, à Lyon en 1861. Au cours des années 1860, plusieurs facultés, notamment de province, ouvrent leurs portes aux femmes alors que la Sorbonne tarde à leur permettre l’accès. Voir C. Lecuyer, 1996 ; E. Charrier, L’évolution intellectuelle féminine, thèse pour le doctorat en droit, Paris, Éditions Albert Mechelinck, 1931.

2 Ainsi, Bonn, Wurzbourg, Erlangen-Nuremberg, Fribourg entre autres disposent de leur propre histoire des femmes. Voir A. Abele-Brehm, Frauenstudium an der Friedrich-Alexander-Universität Erlangen Nürnberg, Erlangen, Universitätsverlag, 1995 ; H. Hessenauer, Etappen des Frauenstudiums an der Universität Würzburg (1869-1939), Neustadt an der Aisch, Degener 1998 ; A. Kuhn, 100 Jahre Frauenstudium : Frauen der Rheinisichen Friedrich-Wilhelms-Universität Bonn, Dortmund, Ebersbech 1996 ; E. T. Nauck, Das Frauenstudium an der Universität Freiburg, Beiträge zur Freiburger Wissenschafts und Universitätssgeschichte, Fribourg-en-Brisgau, Verlag Eberhard Albert Universitätsbuchhandlung, 1953. Ute Scherb, historienne à l’université de Fribourg-en-Brisgau, est en voie de publier une nouvelle histoire des femmes dans cette université.

3 Comme ouvrage de référence, on citera : J. E. Craig, Scholarship and Nation Building : The University of Strasbourg and Alsatian Society. 1870-1939, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 1984 ; S. Jonas, A. Gerard, M.-N. Denis et F. Weidmann, Strasbourg, capitale du Reichsland Alsace-Lorraine et sa nouvelle université. 1871-1918, Strasbourg, Éditions Oberlin, 1995.

4 E. T. Nauck, op. cit., p. 12.

5 En 1888, l’Association féminine générale allemande adresse aux différents gouvernements régionaux (Landesregierungen) une pétition en faveur de l’accès des femmes aux professions médicales et de l’enseignement. Voir H. Ries, Geschichte des Gedankens der Frauenhochschulbildung in Deutschland, Inauguraldissertation zur Erlangung der philosophischen Doktorwürde und naturwissenschaftlichen Fakultät der Westfälischen Wilhelms-Universität zu Münster in Westfalen, Westerstede, Druck Eberhard Ries, 1927, p. 93.

6 On trouve trace de ces campagnes dans les archives strasbourgeoises : elles contiennent une lettre datée du 18 mai 1889 provenant du ministère d’Alsace-Lorraine adressée au curateur de la KaiserWilhelms-Universität. Elle demande aux facultés de médecine et de philosophie de prendre position par rapport à une pétition envoyée par l’Association féminine générale allemande à tous les gouvernements des Länder allemands réclamant l’accès des femmes aux universités et aux diplômes universitaires. Archives départementales du Bas-Rhin [ADBR], dossier AL 103, paquet n° 147.

7 L’éditeur du recueil, A. Kirchhoff, met lui aussi l’accent sur l’évolution positive qui a eu lieu en la matière. Il relève que les adversaires radicaux à l’accès des femmes à l’université sont en franche minorité (Kirchhoff 1897, p. x). Voir H. Ries, op. cit., p. 119.

8 H. Fehling, Die Bestimmung der Frau, ihre Stellung zu Familie und Beruf. Rektoratsrede gehalten am Jahresfeste der Universität Basel den 12 November 1891, Stuttgart, Verlag von Ferdinand Enke, 1892.

9 En effet, les femmes ont été admises à l’université de Bâle en 1890. C’était l’une des dernières universités suisses à accorder ce droit aux femmes, alors que l’université de Zurich leur a ouvert ses portes en 1864 et que la Suisse fait plutôt figure de pionnière en la matière. Voir N. Tikhonov dans ce même ouvrage. Ute Scherb souligne à ce propos que Bâle était l’université géographiquement la plus proche de l’Allemagne. Elle suggère peut-être par là que l’influence allemande a joué un rôle dans le retard bâlois par rapport à d’autres établissements suisses. U. Scherb, « “Principielle Bedenken” akademische und staatliche Willensbildung auf dem Wege zum Frauenstudium an der Universität Freiburg », Freiburger Universitätsblätter, n° 145, 1999, p. 111, note 8.

10 H. Fehling, Wundinfektion und Wundbehandlung im Wandel der Zeiten und Anschauungen. Rede gehalten am Stiftungsfest der Kaiser-Wilhelms-Universität am 1 Mai 1908, Strasbourg, J. H. E. Heitz (Heitz & Mündel), 1908, p. 5.

11 P. Laband dans Kirchhhoff 1897, p. 28-30.

12 I. Costas, « Der Kampf um das Frauenstudium im internationalen Vergleich. Begünstigende und hemmende Faktoren für die Emanzipation der Frauen aus ihrer intellektuellen Unmündigkeit in unterschiedlichen bürgerlichen Gesellschaften », A. Schlüter 1992, p. 119-121.

13 En mars 1901, Ida Democh a été la première femme allemande à avoir été inscrite à l’ordre des médecins (Huerkamp 1996, p. 231).

14 Il semblerait qu’il n’y ait pas eu de femme-médecin à la faculté de médecine de Strasbourg avant la période allemande. Voir R. Kaestel-Sidler, Historique de l’accession de la femme à la profession médicale. Le rôle de la faculté de médecine à Strasbourg, thèse présentée pour le doctorat en médecine, diplôme d’État de médecine générale, université Louis Pasteur, faculté de médecine de Strasbourg, 1991, p. 64.

15 Selon l’article 77 des statuts de l’université « sont autorisés à suivre les cours publics et privés : les étudiants immatriculés et inscrits sur le registre d’une faculté ainsi que tous ceux qui figurent sur le registre spécial art. 48 » et « toutes les autres personnes qui ont obtenu des maîtres intéressés la permission de suivre les cours. Cette autorisation peut être retirée à tout moment pour motifs spéciaux par décision du Sénat ». Ministère de la Guerre (état-major général), Organisation politique et administrative et législation de l’Alsace-Lorraine, tome I, Organisation politique et administrative, Paris, Imprimerie nationale, 1918, p. 268. Pour la version allemande : Ministerium für Elsass-Lothringen, Gesetzblatt für Elsass-Lothringen, 1908, n° 17, p. 105. Or le Sénat a en 1873 précisément décidé de retirer l’autorisation accordée par l’enseignant d’assister à son cours, si celle-ci était attribuée à une personne de sexe féminin. Voir ADBR, dossier AL 103, paquet n° 147.

16 À côté du Plenum, l’assemblée plénière de l’université constituée de l’ensemble de ses professeurs, le Sénat académique est une des instances de représentation de l’université. Il se compose du recteur élu pour un an, du prorecteur, des doyens des facultés, d’un professeur ordinaire élu par faculté. Ministère de la Guerre (état-major général), op. cit., p. 256-257.

17 Voir la pétition mentionnée plus haut initiée par l’Association féminine générale allemande en 1888.

18 ADBR dossier AL 103, paquet n° 146.

19 Voir note 15.

20 Voir lettre du 21 juillet 1899 du recteur au curateur de l’université. L’article 3 de la loi du 28 avril 1872 concernant l’université de Strasbourg, stipule que « l’université est placée sous la haute direction et la surveillance du Chancelier » (plus tard du Statthalter). « Pour l’exercice direct de cette surveillance, pour l’exercice des droits de l’université, notamment aussi en ce qui concerne la gestion économique et financière, il sera institué un curateur qui exercera ses fonctions d’après les instructions du Chancelier ». Ministère de la Guerre (état-major général), op. cit., p. 252.

21 Voir R. Kaestel-Sidler, op. cit., p. 65. Elle fait référence aux souvenirs d’un neuropsychiatre strasbourgeois, Alfred Hoche, qui note qu’en 1902 le nombre « d’étoiles » (astérisques) n’étaient plus que de 13 alors qu’il était encore de 26 pour 337 cours durant le semestre d’été 1901.

22 Seront admises les femmes qui ont passé avec succès leur examen de maturité dans un gymnase allemand, un gymnase réal ou une école réale supérieure et, pour ce qui est des facultés de philosophie, de mathématiques et de sciences naturelles, les femmes en possession du certificat d’aptitude à l’enseignement. L’examen de maturité, Reifeprüfung, (l’équivalent du baccalauréat), délivré par l’un des types d’établissements secondaires mentionnés, donnait accès à l’université. Les différents types d’établissements (gymnase, gymnase réal, école réale supérieure) correspondent à des orientations différentes de l’enseignement, classique ou moderne.

23 Kaiser-Wilhelms-Universität, Amtliches Verzeichnis des Personals und der Studierenden, tome II, livre 5 (1896-1900) et tome II, livre 6, 1901-1905.

24 Les chiffres entre parenthèses correspondent aux effectifs selon les facultés, dans l’ordre : théologie catholique, théologie protestante, droit et sciences politiques, médecine, philosophie, mathématiques et sciences de la nature. Les tirets indiquent qu’il n’y avait pas d’auditeurs libres dans la faculté concernée.

25 Nous ne disposons pas des éléments nécessaires pour expliquer ces fluctuations, ni pour présenter les profils des auditrices libres : s’agit-il vraiment essentiellement d’enseignantes ou aussi d’autres types de publics correspondant à une interprétation plus large des décrets de l’université ? Voir Huerkamp 1996, p. 75-76. Jusqu’en 1903 on peut se faire une idée un peu plus précise des auditrices libres strasbourgeoises dans la mesure où leur nom apparaît dans les registres parfois suivi de la mention « institutrice ». Ainsi pendant le semestre d’été 1901, sur 20 auditrices libres inscrites, 11 sont suivies de la désignation « institutrice », une de celle de « directrice » (Schulvorsteherin). Celles-là correspondent vraisemblablement au cas de figure des enseignantes désirant se qualifier en tant que Oberlehrerin.

26 E. Heuss-Knapp, Souvenirs d’une Allemande de Strasbourg. 1884-1934, Strasbourg, Éditions Oberlin, 1996, p. 56 et 136. J.-Y. Mariotte, ancien archiviste de la ville de Strasbourg, a assuré la traduction du livre de souvenirs et fourni un index précieux sur le milieu intellectuel et politique allemand dans lequel évoluait E. Heuss-Knapp.

27 ADBR, dossier AL 103, paquet n° 147.

28 Un courrier du 5 janvier 1904 du recteur aux membres du Sénat confirme bien la nécessité d’obtenir l’autorisation du Statthalter en personne pour la mise en œuvre de la nouvelle réglementation et l’abrogation de l’ancienne dans la mesure où les décisions précédentes de juillet 1900 concernant les auditrices libres avaient reçu elles aussi l’aval du Statthalter. ADBR, dossier AL 103, paquet n° 146.

29 À cette fin, le recteur se fonde aussi sur la réglementation qui entre en vigueur en 1903 dans les universités bavaroises favorables à l’admission des femmes.

30 Voir : U. Scherb, op. cit., p. 114-117 ; E. T. Nauck, op. cit., p. 22-25.

31 ADBR, dossier AL 103, paquet n° 147.

32 Le ministère d’Alsace-Lorraine est dirigé par un secrétaire d’État qui a son siège à Strasbourg et est structuré en quatre sections

33 ADBR, dossier AL 103, paquet n° 147.

34 ADBR, dossier AL 103, paquet n° 146.

35 ADBR, dossier AL 103, paquet n° 147.

36 Nous n’avons pas l’occasion ici de présenter les réformes du secondaire féminin et leurs répercussions sur l’enseignement en Alsace-Lorraine. C’est toutefois par le biais de cette réforme que sont pour la première fois institués en Allemagne de façon officielle des établissements spécifiques (Studienanstalten) pouvant conduire les jeunes filles à l’examen de maturité.

37 ADBR, dossier AL 103, paquet n° 147.

38 Art. 48a : « Les personnes de sexe féminin peuvent être immatriculées à la condition qu’elles aient passé avec succès l’examen de maturité dans une école secondaire allemande reconnue par l’État et dont le cycle d’études est de neuf années (gymnase, gymnase réal ou école réale supérieure) ou dans une autre école officiellement déclarée équivalente à un des établissements susmentionnés. Exceptionnellement, des femmes ne remplissant pas les conditions de l’alinéa 1er peuvent être immatriculées, si elles fournissent la preuve que la culture scientifique et morale acquise par elles dans une école étrangère équivaut au degré de maturité exigé pour l’obtention du certificat de maturité dans une école secondaire allemande dont le cycle d’études est de neuf années. Dans ce cas, l’immatriculation est subordonnée à l’assentiment du curateur. Par le seul fait de l’immatriculation, les femmes n’acquerront pas le droit de se présenter aux examens institués par l’État ou par les Églises ni à l’examen du doctorat, ce droit ne saurait résulter que des seuls règlements de ces examens et promotions. Les femmes ne pourront être inscrites sur le registre spécial. » Ministère de la Guerre (état-major général), op. cit., p. 262-263.

39 Voir Strassburger Post, 24 septembre 1908 ; Strassburger Neueste Nachrichten, 17 octobre et 2 novembre 1908 ; Freie Presse, 27 octobre 1908.

40 Pour plus de détails sur le recrutement des étudiantes selon le milieu social et la confession, voir Huerkamp 1996, p. 24-40. On constate outre un recrutement dans les milieux favorisés une sur-représentation des étudiantes juives et une sous-représentation des étudiantes catholiques.

41 Sources statistiques : Kaiser-Wilhelms-Universität, Amtliches Verzeichnis des Personals und der Studierenden. Au semestre d’été 1910, les femmes apparaîtront dans une catégorie spécifique des statistiques. Entre parenthèses : la répartition dans l’ordre selon les facultés de théologie catholique, protestante, droit et sciences politiques, médecine, philosophie, mathématiques et sciences de la nature.

42 N’oublions pas à cet égard de mentionner la présence d’étudiantes étrangères, d’origine russe notamment.

43 S. Jonas, « La ville de Strasbourg et son université » op. cit., p. 17-55.

44 Comme figures intéressantes à cet égard, on pourrait mentionner Elly Heuss-Knapp, Helene Dominicus, fille du professeur Hermann Fehling et femme d’Alexander Dominicus, maire-adjoint de Rudolf Schwander, ou encore Helene Bresslau, fille du professeur d’histoire Harry Bresslau et future épouse d’Albert Schweitzer.

Table des illustrations

Légende Étudiants, auditeurs et auditrices libres à la Kaiser-Wilhelms-Universität (1899-1908)Note 2424
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1807/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Étudiantes inscrites à la Kaiser-Wilhelms Universität (1908-1918)Note 4141
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1807/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

Auteur

Maître de conférences d’allemand en langues étrangères appliquées à l’Université Marc Bloch, Strasbourg

© ENS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540