Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mixité dans l’éducation

 | 
Rebecca Rogers

Partie 2. L’enseignement universitaire à l’épreuve de la mixité

Enseignement supérieur et mixité : la Suisse, une avant-garde ambiguë

Natalia Tikhonov

Texte intégral

1L’introduction de la mixité dans l’enseignement supérieur européen commence dans les années 1860 lorsque l’université de Zurich et la Sorbonne admettent leurs premières étudiantes. Au cours des décennies suivantes, la vague de la féminisation gagne progressivement les principaux centres universitaires de l’Europe. Les uns après les autres, les établissements académiques accueillent les femmes au même titre que les hommes. À la veille de la Première Guerre mondiale elles forment près d’un tiers des effectifs étudiants de certaines universités, alors que celles qui résistent toujours à la coéducation ne se comptent plus que sur les doigts d’une main… Les processus qui ont sous-tendu la transformation des alma mater traditionnelles en institutions modernes, à vocation scientifique et cosmopolite, ne peuvent être dissociés des changements profonds intervenus dans la composition du corps étudiant et de son élargissement au public auparavant absent des bancs universitaires, notamment aux femmes. En retraçant l’histoire de l’ancrage de la mixité dans le monde universitaire suisse, cette étude se propose de mettre en lumière les motivations, les stratégies et les modes d’intégration dans les milieux académiques des premières générations d’étudiantes et d’élucider les raisons de cette précoce acceptation de l’idée de l’instruction mixte.

Typologie des politiques universitaires à l’égard des femmes1

  • 1 Les arguments développés dans cette partie s’inspirent largement de ma communication « Les universi (...)

2Un bref regard sur le paysage universitaire suisse de l’époque est indispensable pour une meilleure compréhension des traits particuliers de sa féminisation. Au tournant du siècle passé, la Suisse possède un réseau universitaire dense et bien développé, avec sept établissements pour un pays de 3 315 000 habitants. Parmi ces hautes écoles on compte trois universités germanophones – la plus ancienne, l’université de Bâle, fondée en 1460, celle de Zurich, créée en 1833 et celle de Berne, qui date de 1834. L’espace universitaire francophone est composé des universités de Genève (1872), de Lausanne (1890) et de Neuchâtel (1909). Il existe également une université bilingue – celle de Fribourg, inaugurée en 1889. La création de la plupart des universités dans le courant du xixe siècle résulte de la transformation des anciennes académies urbaines en institutions universitaires cantonales, puisque dans la Suisse confédérale chaque canton garde ses compétences en matière d’instruction publique.

3En analysant les populations étudiantes de chaque haute école suisse, on distingue très nettement deux voies de leur féminisation. Un premier ensemble d’institutions se caractérise par cinq paramètres, à savoir une admission précoce des femmes se produisant souvent au moment même de la création de l’université, une croissance rapide des effectifs féminins, une grande ouverture aux étudiantes étrangères, une large proportion de ces dernières parmi les étudiantes et un fort taux de féminisation des facultés médicales et scientifiques. À cela s’ajoute un nombre relativement important de femmes occupant des postes d’assistantes et les premières nominations féminines aux postes de privat-docents et de professeurs. À ce profil correspondent trois universités en Suisse romande – celles de Genève, de Lausanne et, dans une moindre mesure, de Neuchâtel car plus jeune et de taille plus modeste –, ainsi que deux universités en Suisse alémanique – celles de Zurich et de Berne.

4Le deuxième groupe se caractérise par une admission plus tardive des femmes, à partir des années 1900, des restrictions à l’admission des étrangères et, par voie de conséquence, une prédominance de Suissesses (qui sont au demeurant très peu nombreuses au cours des premières décennies d’ouverture de ces universités aux femmes), la préférence accordée aux études littéraires et non médicales ou scientifiques par les premières générations d’étudiantes, et, hormis quelques exceptions, un accès tardif aux postes universitaires. On reconnaît ces traits dans le cas des universités de Fribourg et de Bâle. Les femmes y sont admises bien après leur fondation, à savoir seulement en 1890 à Bâle et en 1905 à Fribourg. L’admission des étudiantes y rencontre de vives réticences de la part d’autorités universitaires de tendance conservatrice qui redoutent la coéducation.

5L’une des raisons de cette attitude est à rechercher dans le fort attachement de ces alma mater aux valeurs religieuses – protestantes pour Bâle et catholiques pour Fribourg –, ce qui ne favorisait pas la généralisation de l’instruction mixte. Une autre raison relève de la crainte de se laisser littéralement envahir par des étudiantes étrangères, qui formaient au tournant du siècle près de 80 % des effectifs féminins des universités devenues mixtes. Ce sentiment de méfiance persistera bien au-delà de l’autorisation de s’immatriculer accordée aux femmes. Leur présence dans ces deux institutions ne dépassera pas une vingtaine d’inscriptions semestrielles jusque dans les années 1920, alors qu’ailleurs en Suisse les étudiantes se dénombraient par centaines. Du point de vue administratif, ce faible taux de féminisation s’explique par les règlements respectifs de ces deux universités, stipulant que seules les jeunes filles en possession de baccalauréats délivrés par les autorités cantonales pouvaient être admises en tant qu’étudiantes régulières. Nous verrons par la suite que l’organisation des études secondaires féminines en Suisse rendait difficile l’obtention de ces certificats. Ces restrictions furent levées dans les années 1920, époque à laquelle le flot des étudiantes étrangères était déjà tari. Toujours est-il que la politique d’admission sélective porta ses fruits jusqu’à l’éclatement de la guerre, en détournant d’office les étudiantes étrangères qui préféraient naturellement s’immatriculer là où des équivalences étaient plus facilement accordées.

  • 2 J’ai exposé plus longuement cette question dans mon article « Les étudiantes russes dans les univer (...)
  • 3 Précisons que du moins en théorie, les jeunes filles élèves du secondaire post obligatoire (ou seco (...)
  • 4 À Genève, l’École secondaire supérieure pour jeunes filles (ESSJF) ouvre ses portes en 1847, à Zuri (...)

6Pour comprendre cet extraordinaire afflux de femmes vers les cinq universités du premier groupe, il faut se pencher sur l’origine de la première génération d’étudiantes. L’analyse des listes des étudiants – registres nominatifs des étudiants immatriculés publiés semestriellement par toutes les universités suisses – démontre qu’entre 80 % et 90 % des étudiantes inscrites dans chacune de ces universités étaient des étrangères, la plupart originaires de l’Europe orientale, et plus particulièrement de l’Empire russe2. Les jeunes Suissesses n’ont pas profité de l’ouverture des universités aux femmes, en raison de l’inadéquation du système d’enseignement secondaire des filles aux exigences requises pour l’immatriculation dans une haute école. Comme ailleurs en Europe, les jeunes filles suisses ont longtemps été exclues des collèges et gymnases publics et n’avaient pratiquement pas d’accès aux enseignements des sciences et des langues anciennes, absents des programmes d’études des écoles supérieures des jeunes filles3. Ces établissements, fondés dans quelques villes suisses dans le courant de la deuxième moitié du xixe siècle, suite aux demandes croissantes en faveur de l’amélioration de l’instruction féminine, représentaient la seule et unique possibilité de poursuivre une éducation secondaire supérieure4. Or, les diplômes délivrés par ces écoles ne permettaient pas d’accéder à l’enseignement supérieur. De fait, on ne pouvait l’intégrer qu’au prix de cours facultatifs ou particuliers et d’une série d’examens d’entrée. Cette situation ambiguë persista jusqu’aux premières décennies du xxe siècle, lorsque plusieurs gymnases alémaniques s’ouvrirent aux filles et que des écoles de jeunes filles en Suisse romande commencèrent à accorder leurs cursus à ceux des garçons. Dès lors, il apparaît que, même si la mixité était admise en principe, la pratique, du moins en ce qui concerne les jeunes femmes suisses, en entravait l’application.

  • 5 Cependant, les étrangères étaient obligées de subir une épreuve de latin au cours de leurs études. (...)

7Paradoxalement, ces mêmes autorités universitaires se montraient beaucoup moins exigeantes à l’égard de jeunes femmes d’origine étrangère. Leurs certificats de fin d’études secondaires étaient acceptés sans épreuves supplémentaires et sans exigence formelle de maîtriser le latin au moment de l’admission5. La nature même du paysage universitaire suisse nous fournit des explications de cette ouverture précoce aux étrangers et aux femmes. L’offre universitaire y dépassait largement la demande nationale de l’enseignement supérieur. Rappelons qu’il s’agissait d’un pays d’à peine plus de trois millions d’habitants doté d’un réseau universitaire comprenant sept institutions. En raison de cette inadéquation, les universités suisses de l’époque trouvaient leur raison d’être en proposant des formations aux étudiants étrangers. Cette politique était d’autant plus sûre que les restrictions appliquées aux étrangers pour l’exercice des professions libérales en Suisse limitaient d’emblée la concurrence que les diplômés étrangers auraient pu exercer sur le marché du travail.

A l’assaut des alma mater : mères de familles genevoises et étudiantes « orientales »6

  • 6 À cette époque, les étudiantes de l’Europe de l’Est étaient fréquemment désignées comme « orientale (...)
  • 7 Le contexte de cette promotion et son rôle dans l’avancement des études et des carrières féminines (...)

8L’université de Zurich, à laquelle revient le mérite d’avoir été la première haute école suisse et européenne à ouvrir officiellement ses portes aux femmes, connut la présence d’auditrices à partir de l’année 1865 et, deux années plus tard, autorisa sa première étudiante régulière, la Russe Nadejda Souslova, à se présenter aux examens de doctorat. Après avoir suivi des études de médecine en qualité d’auditrice libre, entre 1861 et 1864 à l’Académie médico-chirurgicale de Saint-Pétersbourg et, à partir de 1865, à l’université de Zürich, elle souhaitait passer son doctorat. Ce cas était sans précédent, car seuls les étudiants réguliers pouvaient se présenter aux examens. Après consultation, le Sénat de l’université donna son feu vert et le 14 décembre 1867 la candidate obtint son grade de docteur en médecine7. La nouvelle loi sur l’admission des étudiants de 1872 ne fit que légaliser la situation de fait en accordant les mêmes droits aux deux sexes.

  • 8 La copie de cette lettre nous a été aimablement transmise par Franziska Rogger, archiviste de l’uni (...)
  • 9 En réalité, la toute première femme inscrite à titre exceptionnel à la faculté de médecine au semes (...)

9La concurrence traditionnelle entre les universités de Zurich et de Berne joue son rôle dans le développement des études supérieures des femmes : la première promotion de 1867 ne laisse pas les autorités bernoises indifférentes. Le doyen de la faculté de médecine, le professeur Christoph Theodor Aeby, adresse aussitôt un courrier au directeur du département de l’Instruction publique du canton, en l’informant du précédent zurichois et en le priant de donner des directives concernant l’admission des femmes à la faculté de médecine, au cas où une candidate aux études se présenterait8. Celle-ci ne tarde pas à arriver : la première étudiante régulière, Anna Galvis-Hotz, fille d’une Suissesse et d’un Colombien grandie à Berne, est immatriculée à la faculté de médecine à partir du mois d’avril 18729. En effet, la charte de l’université de Berne, adoptée en 1868, ne contient aucune référence explicite aux femmes : le terme employé pour désigner l’ensemble des étudiants immatriculés est die Studierenden qui englobe tous ceux qui font des études. En outre, cette charte ne contient pas d’exigences particulières quant aux diplômes du secondaire requis pour l’immatriculation. Tout un chacun âgé de 18 ans et ayant fréquenté un établissement d’études secondaires, en Suisse ou à l’étranger, peut devenir étudiant régulier de l’alma mater bernoise.

  • 10 H. Anneler, « Universität Bern », Les études des femmes dans les universités suisses, L’Association (...)
  • 11 « Reglement über die Bedingungen des Eintritts weiblicher Studierender in die Hochschule vom 11 Feb (...)

10Cependant, le règlement officiel concernant l’admission des femmes n’apparaît que suite à l’arrivée d’une vingtaine de jeunes Russes, anciennes étudiantes de l’université de Zurich, obligées de quitter cette institution suite à un édit impérial promulgué en mai 1873. Craignant une politisation excessive de ces étudiantes et leur rapprochement avec des révolutionnaires exilés, le tsar Alexandre II décide de mettre fin à la croissance de la communauté russe de Zurich en ordonnant la non-reconnaissance des diplômes de toutes celles qui n’auraient pas quitté la haute école de cette ville au 1er janvier 1874. Près d’un quart des étudiantes concernées par ce décret décident de poursuivre leurs études à Berne. Le 25 octobre 1873, le Sénat de l’université de Berne adopte un règlement provisoire autorisant l’admission de certaines étudiantes à condition que les candidates obtiennent des avis favorables de la commission constituée spécialement à cet effet et composée d’un membre de chaque faculté10. En février 1874 suit le règlement définitif qui fixe les conditions d’admission des femmes. Toutefois, à la différence des dispositions antérieures, ce règlement exige que les futures étudiantes présentent une lettre de la part de leurs répondants légaux confirmant leur accord11. Cette clause est maintenue jusqu’en 1901 et c’est seulement après cette date que les conditions d’immatriculation des deux sexes deviennent totalement égalisées.

  • 12 Les instances, telles que le Grand conseil ou le Conseil d’État, citées dans ce texte, représentent (...)
  • 13 Une analyse plus détaillée de la pétition et du contexte sociohistorique dans lequel elle fut élabo (...)
  • 14 H. Duchosal, La genèse de l’enseignement public féminin à Genève, Genève, Payot, 1922, p. 27.

11L’histoire de l’admission des femmes à l’université de Genève est particulièrement intéressante par sa singularité sur le plan suisse. Sur la lancée du vaste débat suscité en 1870-1872 par la réforme de l’instruction publique, la féministe genevoise Marie Goegg fait parvenir en octobre 1872 au Grand conseil12 une pétition munie des signatures de trente femmes, désignées dans le texte comme « Genevoises, mères de famille », demandant l’égalité d’accès à l’université pour les femmes13. Grâce aux interventions de l’aile progressiste le parlement genevois accepte l’amendement suivant : « Les conditions d’entrée à l’académie sont identiquement les mêmes pour les deux sexes », et un article additionnel est voté. Cette nouvelle disposition est reprise dans l’article 140 de la loi sur l’instruction publique du 19 octobre 1872, qui transforme l’académie de Genève, fondée par Calvin en 1559, en université. Des femmes sont donc admises à l’université de Genève dès sa création. Une fois de plus, ce sont des étrangères qui profitent de l’esprit libéral des alma mater suisses, car le système genevois d’instruction publique ne possède pas de structures scolaires permettant aux jeunes filles d’accéder à l’université. C’est seulement en 1900, près de trente ans après la démarche des mères de famille genevoises, qu’un enseignement complémentaire comprenant le latin, destiné à raccorder le programme de l’École secondaire pour jeunes filles (ESJF) à celui de l’université, est mis sur pied. À partir de 1909, les jeunes filles ont la possibilité, au sortir de la seconde classe de l’École, de passer dans la deuxième classe du collège de Genève et de préparer leurs examens de maturité à côté des jeunes gens. Enfin, en 1922, le département de l’Instruction publique du canton de Genève crée une véritable section gymnasiale au sein de l’ESJF permettant aux élèves, selon Henri Duchosal, qui fut à sa tête entre 1909 et 1933, de « prendre un diplôme qui leur ouvre enfin toutes larges les portes de l’université »14.

  • 15 Cité par S. Meylan, « Lausanne. Au temps de l’Académie », Les études des femmes dans les université (...)

12Les débuts de l’admission des femmes à l’université de Lausanne sont à plusieurs égards semblables à ceux de Genève. L’entrée officielle des étudiantes coïncide avec la date de la transformation de l’Académie de Lausanne en université en 1890, alors que le principe de l’admission des femmes à l’Académie a été accepté par le Conseil d’État sur requête quatre ans auparavant. En 1885, un père de famille originaire du canton de Vaud, désireux de s’établir à Lausanne à son retour de l’étranger, écrit à un professeur de l’Académie pour solliciter l’admission de sa fille et de l’une de ses amies comme étudiantes régulières à la division des sciences mathématiques de la faculté des sciences. Quelques mois plus tard, le 11 janvier 1886, le département de l’Instruction publique informe le recteur de l’Académie que la demande a été transmise au Conseil d’État et que « celui-ci a été unanime pour admettre, le cas échéant, des élèves du sexe dans les facultés de l’Académie, à la condition qu’elles subissent au préalable un examen d’admission »15. Quant aux jeunes filles concernées par cette requête, il semblerait qu’elles n’ont pas exécuté leur projet, du moins pas à Lausanne, car leurs noms ne figurent pas dans les listes des étudiants immatriculés. En revanche, quelques jeunes femmes, une Russe et une Suissesse de Fribourg, profitent aussitôt de cette ouverture pour s’inscrire en tant qu’étudiantes régulières à la faculté des sciences.

  • 16 Ibid., p. 170.

13Lorsque le 6 mai 1890 le Grand conseil du canton de Vaud vote une nouvelle loi sur l’instruction supérieure qui transforme l’Académie de Lausanne en université, son article 35 stipule que « les conditions d’admission sont les mêmes pour les deux sexes ». Notons, que, contrairement aux débats du Grand conseil genevois, les parlementaires vaudois passent sous silence la raison de l’introduction de cette nouvelle clause, adoptée presque sans discussion par le pouvoir législatif. Une contemporaine appelée à rédiger dans les années 1920 un texte sur les femmes à l’université de Lausanne observe que « l’entrée des étudiantes à l’Académie a fait si peu de bruit qu’on l’ignore »16. Or, en réalité, toutes les jeunes femmes désireuses de s’instruire n’étaient pas traitées de la même manière. Malgré ce que disait la loi, les jeunes filles qui avaient reçu une instruction secondaire dans le canton de Vaud ne pouvaient pas se faire immatriculer, car aux yeux des autorités leur formation n’était pas suffisante pour suivre des cours universitaires. Les seules femmes inscrites régulièrement à l’université de Lausanne pendant les premières années de son existence provenaient de cantons ou de pays où les études secondaires, sur la base des attestations délivrées et selon les cas, étaient jugées plus ou moins équivalentes à celle des garçons vaudois. Dès 1894, le département de l’Instruction publique du canton de Vaud se soucie de cette irrégularité et décide de reconnaître l’équivalence des diplômes d’études secondaires aux jeunes Vaudoises. Une section préparant aux études universitaires est créée à l’École supérieure communale de jeunes filles de Lausanne. En 1899, le diplôme de cette école est reconnu par les facultés des sciences et des lettres, puis par la faculté de droit. Enfin, dès 1916, en devenant équivalent à la maturité fédérale, ce diplôme donne accès aux études médicales. Malgré ces possibilités, le nombre d’étudiantes lausannoises demeure très faible jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale et le principal apport en effectif féminin provient de l’étranger.

  • 17 Voir M. Guye, « Université de Neuchâtel », Les études des femmes dans les universités suisses, op.  (...)
  • 18 Arrêtés du Conseil d’État de Neuchâtel, 12 avril 1878, p. 214-215.

14La plus jeune université helvétique, celle de Neuchâtel, inscrit le principe de coéducation dans son règlement au moment de la transformation de l’Académie en université en 1909. Cependant, l’entrée officielle des femmes à l’Académie a déjà eu lieu en 1878, grâce à une décision du Conseil d’État de ce canton. Lorsque au printemps de 1878, Louise Lebet, âgée alors de 16 ans, demande à être auditrice à l’Académie, le règlement de l’institution n’a pas prévu un cas pareil. La loi régissant cette institution ne dit rien d’explicite sur la question de la présence féminine. Selon les articles concernant l’immatriculation, les candidats doivent être âgés de 17 ans révolus et être porteurs du certificat de maturité ou d’un titre jugé équivalent, obtenu en Suisse ou à l’étranger. Or, la jeune Neuchâteloise n’a pas encore atteint cet âge-là. C’est son père qui prend alors l’initiative en s’adressant directement au département de l’Instruction publique17. D’autres demandes émanant des « dames locales » y sont également parvenues. Ces requêtes suscitent des controverses au sein du corps professoral et sont alors renvoyées au Conseil d’État. Le 12 avril 1878 cet organe tranche le problème en stipulant que « considérant qu’il n’y a aucun motif de fermer notre établissement cantonal d’instruction supérieure aux élèves de sexe féminin, le Conseil arrête : les personnes de sexe féminin sont admises à suivre les cours de l’Académie et du Gymnase aux mêmes conditions que les autres élèves et étudiants »18.

15Ces démarches sont menées avec une grande rapidité et déjà en ce même mois d’avril Mlle Lebet est la première femme à pénétrer dans l’Académie en qualité d’auditrice. Se destinant à une carrière d’enseignante, cette pionnière obtient le brevet pour l’enseignement secondaire quelques semestres plus tard. Elle est suivie par d’autres jeunes filles neuchâteloises inscrites comme auditrices dans l’espoir de devenir enseignantes. L’absence d’étudiantes régulières pendant ces années s’explique, comme ailleurs en Suisse, par l’insuffisance de la formation secondaire dispensée à l’École supérieure de jeunes filles. Il faudra attendre les modifications des dispositions relatives aux inscriptions adoptées en 1897, et notamment l’élargissement de l’admission aux enseignants du primaire et du secondaire, pour que le statut d’étudiante soit régularisé. Cette révision des règlements est suscitée par l’inscription en tant qu’étudiante au séminaire de français moderne d’une jeune femme suisse allemande dont la formation préalable avait satisfait aux conditions d’immatriculation. Les autres auditrices se sentent alors en état d’infériorité et sollicitent les autorités universitaires de se pencher sur leur sort. En outre, l’École supérieure de jeunes filles de Neuchâtel subit deux réorganisations, en 1897 et en 1901. Les développements apportés favoriseront l’accès des filles à l’Académie et contribueront à augmenter les effectifs féminins. Ainsi, à l’ouverture de l’université en 1909, l’admission des femmes se trouve-t-elle déjà inscrite formellement dans les statuts. À la différence des autres hautes écoles du pays, la présence de Suissesses à l’Académie et, par la suite, à l’université de Neuchâtel est toujours numériquement plus importante que celle des étrangères.

16La plus ancienne université de Suisse, celle de Bâle, est parmi les plus réticentes à admettre les femmes dans ses murs. Au printemps 1889, un citoyen bâlois établi à Zurich et marchand de soie de son état, Eduard Frey-Stampfer, prépare le retour de sa famille dans sa ville natale. Voulant assurer l’avenir de sa fille, l’aînée de treize enfants, il adresse une lettre au département de l’Instruction publique du canton de Bâle en sollicitant son admission à l’université. La jeune Emilie Frey, ayant réussi les examens de la maturité zurichoise, désire s’immatriculer à la faculté de médecine. Après avoir résidé à Zurich, ville où les études supérieures des femmes étaient déjà acceptées depuis deux décennies, la famille Frey escompte retrouver le même accueil à Bâle. Or, à cette date, la haute école bâloise n’a pas encore connu de précédent et la lettre suscite une vive polémique au sein du Sénat de l’université. Malgré de fortes divergences entre les partisans et les adversaires de l’admission des femmes, les exemples des autres universités helvétiques prennent le dessus. Ne voulant pas être taxée de conservatrice, l’université de Bâle réglemente les études féminines le 8 mars 1890, en autorisant l’admission des jeunes filles scolarisées dans ce canton.

17Enfin, l’université de Fribourg est celle qui connaît à cette époque la moindre présence féminine. Les jeunes filles fribourgeoises attendent plus longtemps que celles des autres cantons universitaires avant de se livrer aux études supérieures. Cependant, en matière d’éducation, Fribourg occupe une place de choix puisqu’une école primaire de filles, fondée en 1514, figure parmi les plus anciennes de la Suisse. À la création de l’université en 1889, il existe seulement une école secondaire normale pour les filles dont le diplôme n’y donne pas accès. Et bien que les auditrices soient présentes dans les salles de cours à partir de 1895, aucune demande émanant des jeunes filles désireuses de devenir des étudiantes à part entière n’éveille l’attention sur ce problème à Fribourg. Cependant, au vu de la féminisation croissante des autres universités du pays, la question de l’admission d’étudiantes régulières préoccupe pendant plusieurs années le Sénat académique de l’alma mater. Après plusieurs votes négatifs, les hésitations sont enfin vaincues et en 1905 l’université annonce l’ouverture de ses portes aux étudiantes âgées de 18 ans révolus et en possession d’un diplôme de bachelier ès lettres ou un certificat de maturité délivré par les autorités cantonales. En règle générale les titres étrangers n’étaient pas jugés équivalents et les jeunes filles venues d’ailleurs étaient censées suivre des études préparatoires dans le canton de Fribourg afin d’être qualifiées pour l’immatriculation. Pour que les jeunes filles de Fribourg puissent obtenir le certificat nécessaire pour l’inscription, un lycée bilingue à l’Académie de Sainte-Croix voit le jour en 1904, et quelques années plus tard ses diplômées commencent à affluer à l’université.

Rythmes de la féminisation

18D’après le témoignage du graphique ci-dessous, on peut observer que la présence de femmes dans les universités helvétiques commence à devenir significative durant la dernière décennie du xixe siècle. Leur proportion constitue 9 % du total des effectifs étudiants en 1890-1891, pour doubler en l’espace de dix ans et atteindre 21 % en 1900-1901. La décennie suivante connaît la plus forte présence féminine de toute la période considérée, lorsque les femmes forment entre 23 % et 27 % du corps étudiant. De tels chiffres ne seront atteints de nouveau que dans les années 1970 !

Évolutions des effectifs des universités suisses, 1876-1930
Source : nos calculs sur la base des données contenues dans les Listes des autorités, professeurs, étudiants et auditeurs / Verzeichnisse der Behörden, Lehrer, Anstalten und Studierenden de chacune des universités suisses ; E. Kuhne, « Statistiques universitaires suisses de 1876 à 1896 », Suisse universitaire, n° 11, 1896 ; Schweizerische Hochschulstatistik / Statistique des études supérieures en Suisse, 1890-1935, Berne, Bureau fédéral de statistique, 1935.

19Au semestre d’hiver 1906-1907 le nombre d’étudiantes est à son apogée : 1 840 femmes sont immatriculées dans l’ensemble des universités suisses, dont 1 702 étrangères et seulement 138 Suissesses. La masse des étudiantes étrangères est essentiellement composée de celles venues de l’Europe orientale, et plus particulièrement de l’Empire russe, dont la plupart sont de confession judaïque, et, dans une moindre mesure, catholique ou luthérienne et appartiennent aux minorités ethniques de l’Empire. Référons-nous de nouveau au semestre d’hiver 1906-1907, lorsque sur 1 702 étrangères immatriculées, les ressortissantes de l’Empire russe sont au nombre de 1 539, soit 84 % du total des inscriptions féminines. Parmi les autres étrangères, les contingents les plus importants sont ceux des Bulgares, des Allemandes, des Autrichiennes et des Françaises.

  • 19 Les raisons de ce reflux d’étudiantes et la composition ethnique du corps étudiant féminin au sorti (...)

20Durant les années qui précèdent la Grande Guerre, les effectifs féminins sont en régression : ils passent de 22 % en 1909-1910 à 15 % en 1913-1914, et à 11 % au sortir de la guerre, en 1918-191919. Par la suite, leur nombre demeure stable, oscillant entre 12 % et 15 % du total des inscriptions, jusqu’aux années 1930, date à laquelle s’arrête notre enquête. La proportion des étudiantes se maintient à ce niveau jusqu’aux années 1960, lorsqu’on assiste à la fois à la généralisation de l’enseignement secondaire mixte et de l’accès des femmes aux études supérieures.

« The Republic of Switzerland is showing the way »20

  • 20 Ce titre est emprunté à un texte rédigé par Marie Zakrzewska, fondatrice de New England Hospital fo (...)

21Les témoignages et les avis favorables des professeurs suisses ayant enseigné aux premières générations d’étudiantes servirent de référence lors de l’adoption de la mixité dans d’autres universités, en Europe ou outre-Atlantique.

22C’est vers leurs collègues des universités suisses que les professeurs des universités allemandes se tournèrent pour chercher conseil lorsque, à partir des années 1890, la présence des auditrices libres dans leurs auditoires commença à se généraliser. Mais déjà en décembre 1869, bien avant la question de l’admission des femmes dans les universités allemandes, le Sénat de l’université Julius-Maximilian de Würzburg adresse une demande de renseignement à l’instance analogue de l’université de Zurich, souhaitant connaître l’expérience de cet établissement en matière d’admission des femmes aux études médicales. La réponse du Sénat zurichois, datée du 5 février 1870, est révélatrice de l’attitude bienveillante à l’égard des étudiantes. Elle se termine de la manière suivante :

  • 21 Cité en allemand dans Les études des femmes dans les universités suisses, op. cit., p. 287-288.

Disposant maintenant d’une expérience de six ans en la matière, la Faculté considère avec sérénité la solution du problème social posé par l’admission des femmes à l’université. La Faculté est d’ailleurs convaincue que le goût du travail et le comportement plein de tact des dames qui étudient dans ses murs, de même que la formation politique et la tranquillité d’esprit des étudiants suisses en général peuvent être portés au crédit du bon résultat de cette intégration.21

  • 22 Cité par F. Bridges, « Coeducation in Swiss universities », The Popular Science Monthly, vol. 38, f (...)

23Les échanges de renseignements subséquentes continuent à refléter les avantages de l’introduction de la mixité en Suisse. Citons l’exemple du questionnaire adressé en 1897 par le professeur berlinois Adolf Kirchhoff aux diverses facultés suisses : malgré quelques réserves à l’égard des étudiantes, la plupart des réponses n’ont reflété que des expériences positives de la coéducation. Et lorsque la question de l’admission des femmes se pose à l’ordre du jour à Vienne, dans les années 1890, c’est à Zurich que se dirigent quelques universitaires de la capitale autrichienne chargés d’étudier les possibilités de l’instruction mixte22.

  • 23 H. Bowditch, « The medical education of women », The Boston Medical and Surgical Journal, 10 juille (...)
  • 24 H. Webster, « Our debt to Zurich », The World’s Congress of Representative Women, M. Wright Sewall (...)

24Dès l’arrivée des premières étudiantes américaines en Suisse, au début des années 1870, leurs témoignages commencent à apparaître sur les pages des revues populaires et des quotidiens américains, tels The Nation, The Popular Science Monthly ou encore The Atlantic Monthly. Ces récits alimentent le débat sur les bienfaits et les méfaits de la coéducation au moment de la montée de l’intérêt public pour les études supérieures des femmes. Ainsi, la réussite de l’introduction de l’instruction mixte en Suisse, et plus particulièrement à Zurich, est-elle évoquée par des partisans de la coéducation lors des débats sur l’ouverture aux femmes de l’école de médecine de la prestigieuse université de Harvard23. Enfin, les expériences des anciennes étudiantes de l’université de Zurich font l’objet des communications présentées lors des congrès qui ont fait date dans l’histoire du mouvement féministe international, comme The World’s Congress of Representative Women, tenu à Chicago en 1893 dans le cadre de la World’s Columbian Exposition, ou encore le Premier congrès russe de l’éducation des femmes, organisé à Saint-Pétersbourg sous les auspices de la Ligue russe de l’égalité des droits des femmes en 191424.

D’étudiante à professeur : parcours professionnels dans le monde académique

  • 25 Si les statuts des assistants et des professeurs n’ont guère évolué jusqu’à nos jours, il serait ju (...)

25Avant de conclure cet aperçu, soulignons une autre particularité de l’appropriation du savoir académique par les femmes. En effet, la Suisse ne se retrouve pas seulement parmi les pays pionniers de l’introduction du principe de la mixité dans le monde universitaire, mais joue également ce rôle en matière de mixité dans les professions de l’enseignement supérieur. Au vu du grand nombre d’étudiantes fréquentant les hautes écoles helvétiques au tournant du siècle, il n’est guère étonnant d’apprendre qu’à cette époque les femmes diplômées étaient déjà présentes parmi les assistants, privat-docents25 et même les professeurs de la plupart des institutions universitaires. Parmi celles-ci on remarque une forte prédominance des diplômées d’origine étrangère, ce qui reflète la composition du corps étudiant des universités suisses.

  • 26 Toutes les données statistiques relatives aux femmes employées dans les universités sont basées sur (...)

26L’université de Genève est la première à voir des femmes intégrer le corps enseignant. Les premières assistantes sont engagées à la faculté de médecine au début des années 1890, quelque vingt ans après l’ouverture des portes de l’alma mater genevoise aux femmes26. Lausanne emboîte le pas en 1897, en nommant la première assistante à la clinique chirurgicale. En Suisse alémanique, les premières assistantes apparaissent également au sein des facultés médicales : en 1876 une Russe à l’Institut anatomique et physiologique de l’université de Berne et dans les années 1890 à Zurich.

27À la différence de ces quatre institutions marquées par une forte fréquentation féminine, les universités de Neuchâtel, de Fribourg et de Bâle connaissent un afflux d’étudiantes moins important qui se traduit par une plus faible présence des femmes dans leurs corps enseignants. Les raisons de ce clivage sont à rechercher dans les caractéristiques communes à ces universités, à savoir une ouverture moindre à l’élément étranger, une admission plus tardive des femmes, et, dans le cas neuchâtelois et fribourgeois, leur petite taille et l’absence d’une faculté de médecine, qui est, rappelons-le, le principal pôle d’attraction pour les premières générations d’étudiantes. Ainsi, à Neuchâtel, on ne relève que trois étudiantes ayant pratiqué l’assistanat à la fin des années 1920. Toutes les trois sont de nationalité suisse ; deux travaillent au laboratoire de botanique et une au laboratoire de chimie. En analysant les choix de facultés des étudiantes à Neuchâtel, nous avons constaté que la plupart optent pour des études de lettres, alors que le recours à l’assistanat au sein de cette faculté n’était pas répandu. L’université de Bâle, peu féminisée mais dotée d’une faculté de médecine, a engagé ses premières assistantes en 1898, à l’hôpital pour enfants rattaché à cette faculté. Enfin, l’attitude plus réticente des autorités universitaires fribourgeoises à l’égard des étudiantes, évoquée plus haut, explique le fait qu’aucune femme n’ait été nommée assistante, privat-docent ou professeur à l’université de Fribourg au cours de la période étudiée.

28La présence des femmes dans les postes intermédiaires, comme celui de privat-docent, est déjà nettement moins prononcée. Pour la plupart des assistantes, la carrière universitaire s’arrête là, sans entraîner de promotion dans la hiérarchie académique. À la différence des postes d’assistants, ouverts également aux étudiants pas encore diplômés, l’occupation du poste de privatdocent nécessite la possession du grade de docteur ou, dans les universités alémaniques, d’habilitation, alors qu’un bon nombre d’étudiantes de l’époque arrêtaient leur parcours universitaire en obtenant des grades intermédiaires, tels que la licence ou le diplôme. Toutefois, le doctorat était loin de garantir l’accès à ce poste. Le nombre de privat-docents au sein d’une faculté étant plus restreint que celui d’assistants et l’ouverture de ces postes plus rare, la concurrence pour accéder au statut de privat-docent était nettement plus rude. À ces facteurs il faudrait ajouter une certaine réticence de leurs collègues à admettre les femmes dans le bastion de la transmission du savoir traditionnellement masculin. Enfin, les étudiantes promues au rang de docteur pouvaient être également détournées de la poursuite de leur carrière académique par la précarité du statut de privat-docent, les rétributions étant fort modestes et l’accès au professorat incertain.

  • 27 Les données sur les privat-docents genevoises m’ont été aimablement fournies par l’ancienne archivi (...)

29C’est l’université de Genève qui enregistre en 1896 la première demande émanant d’une femme – en l’occurrence Ida Welt, originaire de la Galicie autrichienne mais de nationalité américaine, docteur ès sciences physiques de cette même université – de donner un cours magistral en qualité de privatdocent. Le recteur demande alors le préavis du Sénat de l’université. La loi ne fait aucune distinction de sexe pour l’accès à l’enseignement universitaire, mais plusieurs professeurs trouvent la chose regrettable et souhaitent une modification des dispositions légales. Une démarche dans ce sens est évitée de justesse, grâce au vote prépondérant du recteur, le juriste Alfred Martin. Cette pionnière est suivie par une vingtaine d’autres femmes qui enseignent à Genève en tant que privat-docents pendant la période qui nous intéresse, réparties entre les facultés de médecine, des sciences et des lettres27.

  • 28 Les études des femmes dans les universités suisses, op. cit., p. 198-199.

30Alors que le nombre d’assistantes et d’étudiantes en possession d’un doctorat à l’université de Lausanne est comparable à celui de Genève, aucune femme n’y intègre les rangs de privat-docents au cours des premières décennies de son existence. Néanmoins, on apprend d’une source de l’époque qu’aucune femme n’y a non plus demandé l’autorisation d’enseigner à ce titre28. Il est fort probable que les autorités universitaires lausannoises n’auraient pas fait d’objection à la nomination d’une personne qualifiée de sexe féminin. Cette situation est essentiellement due, à notre avis, au manque d’encouragement de la part du corps professoral, lequel aurait pu créer un précédent et entraîner d’autres femmes à s’engager dans cette voie, ainsi qu’à la réticence des femmes diplômées à se consacrer à une carrière académique à long terme.

  • 29 Sa carrière universitaire sera brève. N’ayant plus de forces pour lutter contre la malveillance du (...)
  • 30 En dépassant le cadre chronologique de notre enquête, notons qu’Elsa Mahler accède au poste de prof (...)

31En Suisse alémanique, c’est la juriste Emilie Kempin-Spyri, spécialisée dans le droit romain, anglais et américain, qui est, en 1892, la première à être promue au rang de privat-docent à la faculté de droit de l’université de Zurich, après quatre années de tractations au Sénat universitaire au sujet de l’habilitation des femmes. À part cette pionnière au destin tragique29, quatre autres femmes, deux Suissesses et deux Allemandes, accèdent aux postes de privatdocent jusqu’en 1930. La situation est similaire à Berne, où six anciennes étudiantes ont reçu leur habilitation. Ici, la voie fut ouverte par Anna Tumarkin, la première à être promue au rang de privat-docent à la faculté des lettres de l’alma mater bernoise, en 1898. Nous reparlerons de sa carrière plus bas, lorsqu’il sera question des femmes professeurs. Enfin, deux femmes passent leurs examens d’habilitation et sont nommées privat-docents à l’université de Bâle : la slaviste d’origine russe, Elsa Mahler30, en 1928, et l’économiste suisse Salomé Schneider en 1929.

32L’université de Neuchâtel occupe la place intermédiaire parmi les universités analysées. Bien que les assistantes y soient principalement présentes à la faculté des sciences, les femmes privat-docents apparaissent dans un premier temps au sein de la faculté des lettres. La voie est ouverte par la Française Rose Rigaud, auteur d’une thèse de doctorat portant sur les idées féministes de Christine de Pisan. Elle enseigne la littérature française du xvie siècle pendant près de dix ans, entre 1922 et 1931. Sa collègue, l’Italienne Rosita Leuba-Provenzal, qui a accompli ses études ailleurs et est arrivée à l’université de Neuchâtel en 1927, y restera vingt-trois ans en enseignant la langue et la littérature italiennes.

  • 31 Le parcours d’Anna Tumarkin est admirablement éclairé par Franziska Rogger dans son ouvrage pionnie (...)

33Malgré une relative ouverture aux femmes dans les échelons inférieurs de la hiérarchie universitaire, le passage aux positions professorales demeure nettement plus difficile à réaliser. Seules deux femmes y ont accédé, mais seulement en qualité de professeurs extraordinaires. La première femme qui enseigne à la chaire professorale dans une université suisse est une ressortissante de l’Empire russe d’origine juive, Anna Tumarkin31. Elle étudie la philosophie à Berne dans les années 1890 et, en 1900, âgée seulement de 23 ans, elle devient la première femme en Suisse à être admise dans l’enseignement universitaire en qualité de privat-docent. À partir de 1906, elle est nommée professeur extraordinaire de philosophie à l’université de Berne et occupe cette chaire jusqu’à sa retraite en 1943. Malgré sa longue carrière universitaire, sa réputation internationale et le respect de ses pairs, Anna Tumarkin n’a jamais accédé à l’ordinariat – à cette époque-là les milieux universitaires n’étaient pas encore prêts à confier une chaire professorale à une femme…

  • 32 À la différence du professeur ordinaire, un professeur extraordinaire qui enseignait dans une unive (...)
  • 33 Les universités alémaniques pratiquaient à cette époque l’engagement des anciens privat-docents com (...)

34La seule haute école de l’ensemble universitaire romand à connaître la nomination d’une femme au poste de professeur pendant les premières décennies de sa féminisation est celle de Genève. En 1918, après de longues années passées à l’université de Genève en tant qu’étudiante, assistante et privatdocent, Lina Stern, Juive originaire d’une province balte de l’Empire russe, est nommée en qualité de professeur extraordinaire à la chaire de chimie physiologique nouvellement créée à la faculté de médecine. Sa nomination ne suscite pas de controverses parmi ses collègues masculins, d’une part du fait que le terrain a déjà été préparé par de nombreuses assistantes et privat-docents de sexe féminin et, d’autre part, du fait que sa chaire, étant seulement celle de professeur extraordinaire, suscitait moins de convoitises de la part des autres universitaires32. En 1925, elle répond à un appel à occuper la chaire de physiologie à l’université de Moscou, car les démarches prises à Genève pour transformer sa chaire extraordinaire en chaire ordinaire se sont soldées par un échec. Il faudra attendre quatre décennies pour qu’une femme soit nommée professeur ordinaire. Quant aux autres institutions suisses, la première professeur titulaire33 de Zurich sera nommée en 1922, Neuchâtel et Bâle auront leurs premières femmes professeurs extraordinaires à la fin de la décennie 1930, Fribourg dans les années 1940 et Lausanne attendra sa première nomination féminine jusqu’à la fin des années 1950.

***

35Pour dresser le bilan de l’entrée de la mixité dans l’enseignement supérieur suisse, revenons aux interrogations posées dans l’Introduction de cet ouvrage collectif. Les stratégies mises en œuvre varient selon les universités. Elles vont d’une demande collective adressée au pouvoir législatif du canton de Genève par des représentantes du mouvement féministe naissant à des requêtes ponctuelles soumises directement aux autorités universitaires et émanant soit d’étudiantes elles-mêmes – surtout si elles viennent de l’étranger –, soit de leurs pères, quand la famille réside en Suisse. Cette demande d’instruction supérieure formulée par les femmes a rencontré un accueil favorable de la part des hautes écoles suisses et l’égalité de l’admission a été inscrite dans leurs règlements peu après l’apparition des premières étudiantes. Cependant, certaines universités, à savoir celles de Bâle et de Fribourg, ont été plus restrictives quant à l’admission des jeunes femmes étrangères ayant reçu une instruction secondaire dans leurs pays d’origine. Mais dans ce contexte, ce n’est plus le principe de l’ouverture aux femmes mais de l’ouverture aux étrangers qui est en jeu.

  • 34 La recherche sur les parcours professionnels des diplômées russes s’est inscrite dans le cadre de m (...)
  • 35 Les résultats de cette enquête inédite ont été présentés dans ma communication « The benefits of fo (...)

36Les blocages qui persistent après l’entrée des femmes dans le monde du savoir universitaire se situent, en Suisse, en amont et en aval des alma mater. En amont, dans les structures de l’enseignement secondaire des jeunes filles, très lentes à s’adapter et à accorder leurs cursus aux exigences de l’admission dans les universités. En aval, dans le monde du travail n’offrant que des débouchés très limités aux femmes docteurs, scientifiques, littéraires, juristes ou avocates. La situation est quelque peu différente pour des étrangères éduquées dans les universités helvétiques. Bien que l’étude des parcours des premières générations de diplômées reste à accomplir, nos recherches sur les Russes34 et les Américaines35 ayant obtenu des grades universitaires en Suisse témoignent des carrières professionnelles d’un grand nombre d’entre elles dans leurs pays d’origine, où la féminisation de certains secteurs de l’emploi étaient déjà en route. À la lumière de ces faits, il nous paraît légitime d’affirmer que les premières étudiantes suisses étaient avant tout guidées par des motivations personnelles, sans rapport direct avec l’exercice des professions, alors que leurs consœurs étrangères avaient des objectifs professionnels plus concrets.

  • 36 Cet aspect de l’univers des étudiantes a reçu un développement plus détaillé dans mon article sur l (...)

37L’introduction de la mixité a suscité des transformations dans le fonctionnement des institutions universitaires à la fois suisses et étrangères. D’une part, l’accueil et la place réservés aux femmes dans les milieux académiques suisses témoignent d’une évolution de leur perception en tant que camarades d’études ou collègues de travail. De nombreux témoignages nous donnent à penser que l’idée du quotidien universitaire mixte était relativement bien acceptée par l’ensemble des étudiants, confrontés désormais au sexe opposé non seulement dans les salles de cours, les laboratoires et les bibliothèques, mais aussi dans de nombreuses activités culturelles, récréatives et associatives36. L’attitude des enseignants universitaires à l’égard des femmes présente une certaine ambivalence : largement favorables à l’idée de les compter parmi leurs disciples et assistantes, ils ont été beaucoup plus réticents à accepter leurs nominations à des chaires universitaires. Il semblerait que les compétences et le prestige social associés à des échelons supérieurs de la hiérarchie universitaire ont gardé leur caractère sexué tout au long du xxe siècle…

38D’autre part, comme nous l’avons démontré plus haut à partir des exemples provenant de l’Allemagne, des États-Unis ou de l’Empire russe, l’ouverture des institutions universitaires suisses aux femmes a exercé une influence positive sur les milieux favorables à l’introduction de la mixité dans les établissements d’enseignement supérieur à l’étranger et a contribué à la reconnaissance du statut de l’étudiante. Parmi les vecteurs de diffusion, relevons l’expertise des professeurs suisses sollicités par leurs collègues étrangers en vue de l’introduction de la mixité au sein de leurs institutions respectives ou encore les expériences universitaires des pionnières, relatées dans la presse étrangère, que ce soit dans des revues ouvertement féministes, des revues spécialisées à caractère scientifique ou des publications destinées à un public plus large.

39Pour conclure, livrons-nous à quelques réflexions sur le quantitatif et le qualitatif dans l’histoire de la mixité de l’enseignement supérieur suisse. Les statistiques rassemblées aujourd’hui sur des institutions particulières ou sur l’ensemble des universités suisses permettent d’affirmer que la féminisation de l’enseignement supérieur y a été parmi les plus précoces et les plus importantes sur le plan numérique. Plus rien n’est donc à prouver du point de vue quantitatif. En revanche, le côté qualitatif de ce processus de féminisation présente encore quelques zones d’ombre. Combien y eut-il de diplômées par rapport au nombre total des immatriculations féminines ? Combien de branches d’études, de spécialisations ou de sujets de thèses choisis selon le désir de transformer les rapports de sexes existants ou, au contraire, en conformité avec le modèle masculin plus valorisé ? Combien de cas d’abandon d’études et pour quelles raisons ? Combien de carrières réussies et à quel prix ? Combien d’attentes et de projets échoués car incompatibles avec les normes sociales de l’époque ? Seules des études plus détaillées, qui sauront trouver la bonne mesure entre les aspects quantitatifs et qualitatifs de la mixité, apporteront des réponses.

Notes

1 Les arguments développés dans cette partie s’inspirent largement de ma communication « Les universités suisses, pionnières de l’introduction de la mixité dans l’enseignement supérieur (1870-1930) » présentée à la journée d’études « Écoles et mixités » organisée à l’université Lumière - Lyon 2 en 2000 dans le cadre des Études interdisciplinaires Masculin/Féminin. Ce texte a paru dans Houel et Zancarini-Fournel éd. 2001.

2 J’ai exposé plus longuement cette question dans mon article « Les étudiantes russes dans les universités suisses à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle : les raisons d’un choix » (Tikhonov 2000).

3 Précisons que du moins en théorie, les jeunes filles élèves du secondaire post obligatoire (ou secondaire supérieur) avaient la possibilité de s’initier aux sciences. En réalité, cet enseignement était très lacunaire et le temps dévolu à la formation scientifique des filles fort réduit.

4 À Genève, l’École secondaire supérieure pour jeunes filles (ESSJF) ouvre ses portes en 1847, à Zurich en 1875.

5 Cependant, les étrangères étaient obligées de subir une épreuve de latin au cours de leurs études. Cet examen pouvait avoir lieu aussi bien en Suisse que dans leur pays d’origine.

6 À cette époque, les étudiantes de l’Europe de l’Est étaient fréquemment désignées comme « orientales ».

7 Le contexte de cette promotion et son rôle dans l’avancement des études et des carrières féminines ont été amplement traités dans les sources de l’époque et dans l’historiographie. Voir entre autres : V. Böhmert, Das Studieren der Frauen mit besonderer Rücksicht auf das Studium der Medizin, Leipzig, Otto Wigand, 1872, p. 1-5 ; H. Rohner, Die ersten 30 Jahre des medizinischen Frauenstudium an der Universität Zürich. 1867-1897, Zurich, Juris Druck, 1972, p. 17-19 ; T. N. Bonner, To the Ends of the Earth. Women’s Search for Education in Medicine, Cambridge (MA), Harvard University Press, 1991, p. 33-37.

8 La copie de cette lettre nous a été aimablement transmise par Franziska Rogger, archiviste de l’université de Berne.

9 En réalité, la toute première femme inscrite à titre exceptionnel à la faculté de médecine au semestre d’hiver 1868-1869 est la Berlinoise Ernestine Schroer. Toutefois, elle n’a pas bénéficié du statut d’étudiante régulière et sa position à l’université n’a jamais été légalisée. Elle est suivie par la Russe Catherine Gontcharoff, étudiante en médecine à la Sorbonne, qui, pendant la période agitée de la Commune de Paris, se réfugie à Berne de 1870 à 1871.

10 H. Anneler, « Universität Bern », Les études des femmes dans les universités suisses, L’Association suisse de femmes universitaires éd., Zurich, Rascher & Cie, 1928, p. 92.

11 « Reglement über die Bedingungen des Eintritts weiblicher Studierender in die Hochschule vom 11 Februar 1874 », Gesetze und Dekrete des Cantons Bern, Berne, Stämpfli und Co., 1874, § 3a.

12 Les instances, telles que le Grand conseil ou le Conseil d’État, citées dans ce texte, représentent les parlements des cantons respectifs. Dans la Confédération helvétique, chaque canton possède son parlement et est souverain, entre autres, en matière d’éducation.

13 Une analyse plus détaillée de la pétition et du contexte sociohistorique dans lequel elle fut élaborée se trouve dans mon article « Le rôle des parents dans l’accès de jeunes filles à l’enseignement supérieur en Suisse à la fin du xixe siècle » (Tikhonov 2003).

14 H. Duchosal, La genèse de l’enseignement public féminin à Genève, Genève, Payot, 1922, p. 27.

15 Cité par S. Meylan, « Lausanne. Au temps de l’Académie », Les études des femmes dans les universités suisses, op. cit., p. 175.

16 Ibid., p. 170.

17 Voir M. Guye, « Université de Neuchâtel », Les études des femmes dans les universités suisses, op. cit., p. 246-247.

18 Arrêtés du Conseil d’État de Neuchâtel, 12 avril 1878, p. 214-215.

19 Les raisons de ce reflux d’étudiantes et la composition ethnique du corps étudiant féminin au sortir de la guerre sont développées dans mon article sur les universités suisses (Tikhonov 2001, p. 31-32).

20 Ce titre est emprunté à un texte rédigé par Marie Zakrzewska, fondatrice de New England Hospital for Women and Children, à l’occasion du retour à Boston, en 1872, de son ancienne élève, Susan Dimock, fraîchement promue au rang de docteur en médecine à l’université de Zurich. Voir A. Vietor éd., A Woman’s Quest : the Life of Marie E. Zakrzewska, M. D., New York, W. W. Norton, 1924, p. 359.

21 Cité en allemand dans Les études des femmes dans les universités suisses, op. cit., p. 287-288.

22 Cité par F. Bridges, « Coeducation in Swiss universities », The Popular Science Monthly, vol. 38, février 1891, p. 530.

23 H. Bowditch, « The medical education of women », The Boston Medical and Surgical Journal, 10 juillet, 1879, p. 67-68 ; « Women at Zurich », ibid., 7 août, 1879, p. 212-213 ; « The experiment at Zurich », ibid., 25 septembre, 1879, p. 453-454 ; J. Putnam, « Women at Zurich », ibid., 16 octobre, 1879, p. 567-568.

24 H. Webster, « Our debt to Zurich », The World’s Congress of Representative Women, M. Wright Sewall éd., Chicago et New York, Rand et McNally & Company, 1894, p. 693-695 ; S. Panteleeva, « Na putjah k vysšemu obrazovaniju. V Zurikhe s 1864 po 1875 gg. » [Vers l’enseignement supérieur. À Zurich de 1864 à 1875], Trudy I-go Vserossijskogo S’ezda po Obrazovaniju Ženščin, Saint-Pétersbourg, Rossijskaja Liga Ravnopravija Ženščin, 1914, p. 63-66. Je remercie Denise Karnaouche d’avoir attiré mon attention sur ce texte.

25 Si les statuts des assistants et des professeurs n’ont guère évolué jusqu’à nos jours, il serait judicieux d’apporter quelques précisions concernant celui de privat-docent, propre au monde universitaire germanique, dont on ne retrouve plus d’équivalent exact à l’heure actuelle. Cette position permettait à de jeunes enseignants en possession d’un doctorat et, pour la Suisse alémanique, d’un diplôme d’habilitation, de faire leurs preuves dans l’enseignement universitaire sans recevoir de salaire fixe. Ils étaient rétribués uniquement par le montant des frais d’inscriptions perçus pour leurs cours, au prorata du nombre d’étudiants. Une pareille précarité de statut nécessitait soit une situation financière aisée du privat-docent, soit un cumul de différentes tâches universitaires. Précisons que la possession d’un doctorat ou l’exercice d’assistanat ne garantissaient pas l’accès au poste de privat-docent. Parfois, plusieurs années s’écoulaient entre l’obtention du grade de docteur ou de l’habilitation et la nomination à ce poste.

26 Toutes les données statistiques relatives aux femmes employées dans les universités sont basées sur mes analyses des Listes des autorités, professeurs, étudiants et auditeurs / Verzeichnisse der Behörden, Lehrer, Anstalten und Studierenden publiées semestriellement par les universités suisses.

27 Les données sur les privat-docents genevoises m’ont été aimablement fournies par l’ancienne archiviste de l’université de Genève, Josette Wenger.

28 Les études des femmes dans les universités suisses, op. cit., p. 198-199.

29 Sa carrière universitaire sera brève. N’ayant plus de forces pour lutter contre la malveillance du milieu universitaire et les pressions familiales, Emilie Kempin-Spyri finira sa vie dans un asile psychiatrique, âgée de 48 ans. Voir S. Streiter, « Die Rechts und Staatswissenschaftliche Fakultät », Ebenso neu als kühn. 120 Jahre Frauenstudium an der Universität Zürich, Verein Feministische Wissenschaft éd., Zurich, eFeF Verlag, 1988, p. 176-182.

30 En dépassant le cadre chronologique de notre enquête, notons qu’Elsa Mahler accède au poste de professeur extraordinaire de langue et littérature slaves en 1938, en devenant la première femme professeur de l’université bâloise.

31 Le parcours d’Anna Tumarkin est admirablement éclairé par Franziska Rogger dans son ouvrage pionnier consacré aux premières étudiantes de l’université de Berne. Voir F. Rogger, Der Doktorhut im Besenschrank. Das abenteuerliche Leben der ersten Studentinnen - am Beispiel der Universität Bern, Berne, eFeF Verlag, 1999, p. 164-175.

32 À la différence du professeur ordinaire, un professeur extraordinaire qui enseignait dans une université suisse recevait un traitement plus modeste et était engagé pour des contrats renouvelables de durée déterminée.

33 Les universités alémaniques pratiquaient à cette époque l’engagement des anciens privat-docents comme professeurs titulaires, dont le statut était encore moins enviable que celui des professeurs extraordinaires.

34 La recherche sur les parcours professionnels des diplômées russes s’est inscrite dans le cadre de ma thèse de doctorat, consacrée à la présence des étudiantes originaires de l’Empire russe dans les universités suisses avant la Première Guerre mondiale (Tikhonov 2004).

35 Les résultats de cette enquête inédite ont été présentés dans ma communication « The benefits of foreign study : american women in Swiss universities before 1914 » au congrès annuel de l’American Historical Association tenu à Chicago en janvier 2003.

36 Cet aspect de l’univers des étudiantes a reçu un développement plus détaillé dans mon article sur les universités suisses (Tikhonov 2001, p. 32-34).

Table des illustrations

Légende Évolutions des effectifs des universités suisses, 1876-1930Source : nos calculs sur la base des données contenues dans les Listes des autorités, professeurs, étudiants et auditeurs / Verzeichnisse der Behörden, Lehrer, Anstalten und Studierenden de chacune des universités suisses ; E. Kuhne, « Statistiques universitaires suisses de 1876 à 1896 », Suisse universitaire, n° 11, 1896 ; Schweizerische Hochschulstatistik / Statistique des études supérieures en Suisse, 1890-1935, Berne, Bureau fédéral de statistique, 1935.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1805/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

Auteur

Assistante au département d’histoire économique et sociale de l’Université de Genève

© ENS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540