Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mixité dans l’éducation

 | 
Rebecca Rogers

Partie 1. Questions, questionnements et états des lieux

Coéducation, gémination, co-instruction, mixité : débats dans l’Éducation nationale (1882-1976)

Michelle Zancarini-Fournel

Texte intégral

  • 1 Thèse en cours de Stéphanie Vansinghel (sous la direction de Françoise Thébaud) sur l’introduction (...)

1Après son inscription dans les textes réglementaires en 1976, la mixité scolaire s’est imposée comme une évidence. Depuis « l’affaire des foulards » en 1989, elle est cependant l’objet de discussions et de remises en cause. Il s’agira ici de distinguer les concepts et les débats marquants qui enregistrent ou qui initient des changements susceptibles de transformer les rapports entre les sexes. J’en distinguerai trois, intitulés – respectivement et chronologiquement – coéducation (fin du xixe - début du xxe siècle), gémination (dans l’entre-deux guerres) et mixité (dans les années 1960-1970). Seul le terme coéducation est présent dans toute la période considérée. La contribution qui va suivre esquisse une histoire de l’usage et de la définition des termes coéducation, gémination et mixité dans les documents concernant l’Éducation nationale. Je ne considérerai donc ici que les discours et les normes et non les pratiques dont l’histoire reste encore largement à faire pour le xxe siècle1.

La coéducation théorisée dans la seconde moitié du xixe siècle

2En France, au xixe siècle, la ségrégation et la séparation des sexes sont la norme. Refusant la présence conjointe des deux sexes dans le même espace éducatif, la conception française dominante s’explique par le poids de l’Église catholique et la volonté de l’État républicain d’arracher les filles à l’influence de l’Église, sans remettre en cause les différences entre les sexes, qui, depuis la Révolution française, se fondent sur l’idée d’une « nature féminine » spécifique et sur le rôle d’épouse et de mère des futurs citoyens. Cependant, dès la loi Guizot de 1833, des classes mixtes fonctionnent dans l’enseignement primaire, là où n’existe pas d’école spécifique pour les filles. L’emploi du substantif mixité, comme le phénomène, est relativement récent. Bien que Le Grand Robert note l’apparition du terme mixité en 1842, le dictionnaire Le Littré en 1877 ne le mentionne pas ; en revanche, le néologisme coéducation y figure défini comme une « éducation en commun », l’exemple donné étant celui « de la coéducation des sexes aux États-Unis ». Gabriel Compayré dans son Histoire critique des doctrines de l’éducation en France, publiée en 1879, admet que la coéducation est possible pour les filles du peuple à l’âge de la scolarité primaire (elle se pratique de fait dans les communes rurales), mais pas pour les filles de la bourgeoisie :

  • 2 G. Compayré, Histoire critique des doctrines de l’éducation en France, Paris, Hachette, 1879, p. 32 (...)

Pour les classes inférieures de la société et sur les bancs de l’école primaire et jusqu’à un certain âge la promiscuité ne nous déplaît pas. Mais quand il s’agit d’une culture haute et plus raffinée, quand les élèves appartiennent à un rang plus élevé, il nous semble impossible de donner le jeune homme pour camarade à la jeune fille : ce mélange froisserait des pudeurs, des répugnances instinctives et produirait plus de mal que de bien.2

  • 3 M. Riot-Sarcey, La démocratie à l’épreuve des femmes, Paris, Albin Michel, 1994.
  • 4 F. Rochefort 1995. L. Klejman et F. Rochefort, L’égalité en marche. Le féminisme sous la IIIe Répub (...)

3Le débat sur l’éducation des filles, lancé par Condorcet lors de la Révolution française, et repris par les saint-simoniennes en 1830 et 18483, revient sur la scène publique avec la constitution d’un mouvement féministe qui revendique la mixité et l’égalité des sexes dans la République4. Différents congrès féministes en 1878, 1889 et 1900 prônent la coéducation en s’appuyant sur des exemples de pays étrangers, en particulier des États-Unis. Mais ces vœux de congrès ont un impact limité.

  • 5 P. Nora, « Le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson, cathédrale de l’école primaire », Les (...)

4La question de la coéducation est présente dans les deux éditions de cette « cathédrale de l’école primaire » selon l’expression de Pierre Nora, qu’est le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson, diffusé dans les Écoles normales et les établissements scolaires, guide théorique et pratique pour une élite enseignante5. Lieu de mémoire de l’école laïque et républicaine, le Dictionnaire n’introduit pas le mot mixité, mais le terme coéducation. La différence de traitement de ce vocable entre les deux éditions – quelques lignes seulement dans la première édition en 1882, plusieurs pages en 1911 – montre à quel point la coéducation a pris une place importante, au début du xxe siècle, dans le débat public. Le changement enregistré dans ce « miroir du monde » (Pierre Nora) correspond à l’âge d’or du premier féminisme qui se diffuse dans les rangs des institutrices comme le montrent les débats et les vœux du congrès des Amicales des instituteurs en 1905, publiés dans l’édition de 1911 du Dictionnaire.

  • 6 IVe Congrès des Amicales d’institutrices et d’instituteurs publics de France et des colonies, Lille (...)
  • 7 Ibid., intervention du député Carnaud, ancien instituteur, p. 81. Sur les débats voir Frédéric Mole (...)

5La coéducation ne doit pas être limitée à une co-instruction « expédient permettant de donner l’instruction primaire à des filles et des garçons dans un local unique »6. La coéducation favorise elle « la fin des haines de sexes, des préjugés ». Un des arguments évoqués souligne que « chaque sexe doit conquérir les qualités de l’autre » ce qui préfigure en fait une conception naturaliste de chaque sexe. Cependant, des voix dissonantes s’élèvent pour combattre la coéducation (ici dans un sens équivalent à mixité) qui « fait ressembler les filles aux garçons et les garçons aux filles en les coulant dans le même moule »7. Position traditionnelle, conforme à l’esprit du siècle, qui montre la vigueur de certaines oppositions. L’article « Mixtes quant au sexe (écoles) » de l’édition de 1911 du Dictionnaire Buisson précise qu’il doit y avoir, dans les écoles mixtes, une « communauté d’intérêts » entre instituteur et institutrice, en mettant en avant la nécessité de liens familiaux entre les deux (sœur/frère, mari/femme ou père/fille), position qui reflète le compromis noué par le républicanisme autour de « l’égalité dans la différence » et du rôle spécifique des filles et des femmes dans la famille.

  • 8 J.-N. Luc, L’invention du jeune enfant au xixe siècle. De la salle d’asile à l’école maternelle, Pa (...)

6La coéducation n’a pas été seulement théorisée au tournant des xixe et xxe siècles. La co-instruction fut appliquée pour les jeunes enfants dans les salles d’asile, puis, à partir de 1881, dans les écoles maternelles8, ainsi que dans les écoles de villages de moins de 500 habitants (loi de 1886) où le petit nombre d’enfants exige le regroupement des sexes, séparés en principe dans la classe et dans la cour de récréation, instaurant ainsi une co-instruction par défaut qui perdure en partie dans « l’entre-deux-guerres », transformée et légitimée par la « gémination » des classes.

Gémination et classes mixtes dans « l’entre-deux-guerres »

  • 9 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des députés, 8 février 1933, rapporteur du projet (...)

7Dès 1922, une circulaire du ministre de l’Instruction publique Léon Bérard autorise la présence des filles dans les classes de première et de philosophie des lycées de garçons, autorisation étendue en 1926, sans problème, aux classes élémentaires de ces mêmes lycées. Mais sur la question de la « gémination » des écoles rurales, c’est-à-dire le regroupement, dans les écoles à effectif réduit, par âge (et non par sexe) des garçons et des filles – le débat parlementaire dure près de sept ans. Dans les classes dites « géminées », l’institutrice est censée s’occuper des plus petits, alors que l’instituteur prend en charge les plus grands (garçons et filles ensemble). En effet la loi de 1886 prévoyait que dans le cas d’une classe mixte, l’enseignement serait donné par une institutrice. La première proposition de légaliser les écoles géminées existantes de fait (2 000 environ), date du gouvernement Herriot en 1926. Le Sénat, en 1930, autorise la transformation d’écoles spéciales (de filles) à effectif réduit en écoles mixtes à une ou deux classes. En 1931, le Journal Officiel précise qu’il y a en France 63 423 écoles dont 6 390 mixtes dirigées par un instituteur et 17 605 écoles mixtes dirigées par une institutrice. En 1933, le constat est fait à la Chambre que plus de la moitié des communes ont une école mixte et que la nécessité de changer la loi de 1886 – qui prévoyait une école spéciale pour les filles pour les communes de plus de 500 habitants – s’impose9. Les justifications données à l’organisation pédagogique des classes géminées par le ministre de l’Éducation nationale en février 1933 sont intéressantes à plus d’un titre :

Le cours préparatoire, le cours élémentaire sont assurés par une institutrice mariée, mère de famille le plus souvent, comprenant la nature et l’âme de l’enfant, sachant diriger ses premiers pas vers la voie du savoir, sachant l’aimer et lui inculquer les premiers éléments de l’instruction et de la morale. Avec le système des écoles géminées nous confions les plus petits à une mère. C’est vous dire le résultat qu’on peut en attendre.

8Les institutrices ne sont pas considérées comme des professionnelles, mais comme des mères réelles ou potentielles : il y a donc naturalisation du personnel féminin. C’est leur rôle d’épouse (de l’instituteur) et de mère qui est mis en avant. Il est précisé aussi que les cours d’éducation ménagère et de couture sont donnés dans les deux classes par l’institutrice : « Nous ne saurons perdre de vue le rôle de la Femme dans la famille, cellule de la société ».

  • 10 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des députés, 9 février 1933, Louis Duval-Arnould, (...)
  • 11 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des députés, 9 février 1933, Gabriel Péri, p. 495- (...)

9Pourtant, bien qu’il n’y ait pas d’écart avec les normes sociales, ce point de vue est violemment attaqué. Le terme coéducation résonne de façon sulfureuse à travers le souvenir de Cempuis évoqué à la tribune par un député de Paris10. Seuls les députés communistes soutiennent par un amendement (rejeté) le principe de la coéducation11. Le ministre de l’Éducation nationale se défend :

On a voulu voir, dans cet essai, l’introduction dans notre enseignement de la coéducation. Sans vouloir entrer dans une discussion pédagogique sur les écoles mixtes et les défauts de la coéducation, il nous suffit de dire que ni dans les écoles mixtes, ni dans les écoles géminées la coéducation n’a été autorisée par les règlements. Non ce n’est pas l’introduction de la coéducation dans nos classes, mais simplement dans l’intérêt des élèves et des familles, l’introduction du coenseignement, de la co-instruction.

  • 12 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des députés, 7 février 1933, Louis Marin, p. 452.
  • 13 Journal officiel, Débats parlementaires, 7 février 1933, p. 450.
  • 14 Ibid., p. 455. Voir Albisetti 1999.

10La discussion à la Chambre des députés en février 1933 porte en fait, en grande partie, sur l’enseignement de la couture et des tâches ménagères (une heure par semaine) pour ce qui concerne les classes des « grands »12. Dans la suite des débats la coéducation est définie comme « le mélange des sexes en classe et en récréation »13. Un autre des arguments avancés est celui de la condamnation par le Vatican des écoles géminées par l’encyclique de Pie XI, Divinius illius Magistri en 192914 : la coéducation des sexes est fondée sur « un naturalisme négateur du péché originel ». La droite catholique ferraille longuement contre la gémination des écoles rurales. Xavier Vallat dénonce l’influence des francs-maçons de la Ligue de l’enseignement.

  • 15 MEN, circulaires du 26 mai 1933, du 31 août 1933, du 6 novembre 1933 et du 23 novembre 1933.

11Plusieurs circulaires précisent ensuite le sens de la loi adoptée le 12 février 193315 et rappellent les règlements qui :

  • 16 MEN, circulaire du 31 août 1933.

constituent la simple application de certains principes de décence, les petites filles seront d’un côté de la classe, les garçons de l’autre ; la cour sera partagée autant que faire se peut […]. Tout mon effort – effort commandé par une loi, la loi Roustan – tendra à nommer dans les écoles géminées des ménages d’instituteurs.16

12On est donc loin de la mixité ou de la coéducation prônée au début du siècle par les institutrices des groupements féministes universitaires.

13On a beaucoup discuté entre 1926 et 1933 sur les principes, les mérites et les inconvénients de la coéducation et de la gémination dans les écoles rurales, sans mettre en avant, dans les débats parlementaires, le fondement de cette loi qui est la nécessité dans cette période de crise de faire des économies pour le budget de l’État. Le décret du 5 juin 1934 précise la nécessité de réaliser des économies dans l’enseignement primaire élémentaire en instituant, au-dessous du seuil de 35 élèves une classe mixte.

  • 17 MEN, circulaires d’application du 31 août 1933, du 6 novembre 1933 et du 23 novembre 1933, décret d (...)

14Dans les années 1920-1940, s’élaborent donc des modèles de mixité, écarts à la norme scolaire de séparation des sexes, qui concernent non seulement les élites lycéennes et étudiantes (qui ne sont pas l’objet de cette étude) mais également un certain nombre d’élèves de l’enseignement primaire dans les nombreuses écoles primaires dites « géminées » en zones rurales, mais aussi dans certains quartiers urbains17. Dès les années 1930, on constate cependant, dans les discours institutionnels, une insistance sur le rôle spécifique des filles et des femmes, avec le développement des cours d’enseignement ménager. Le régime de Vichy, en les rendant obligatoires pour les filles du primaire et du secondaire, accentue le phénomène.

Mixité ou coéducation dans le processus de massification scolaire de l’après Seconde Guerre mondiale

  • 18 J. Henry, « Les problèmes de la mixité à la colonie », Bulletin de la fédération des directeurs des (...)
  • 19 Enfance, 1958, n° 4-5 ; L’École des parents, 1964, n° 4. En 1964 la Fédération nationale des parent (...)
  • 20 Archives nationales, 771182.

15Après la Seconde Guerre mondiale, la question de la mixité est de nouveau mise sur l’agenda politique pour ce qui concerne la gestion des colonies de vacances18. Le débat est poursuivi dans une série de revues pédagogiques modernistes jusqu’au milieu des années 196019. C’est aussi une des préoccupations de l’Éducation nationale dans le cadre de la préparation du IVe Plan et de l’établissement d’une carte scolaire20.

16Par mesure d’économie, la « gémination » conseillée dans les écoles primaires dès 1933, l’est dans l’enseignement secondaire par la circulaire du 3 juillet 1957. Cependant il faut noter dans ce texte que le terme coéducation – à côté de celui de gémination ou de « sexes mélangés » – est encore présent dans le texte officiel :

  • 21 Circulaire du 3 juillet 1957, Bulletin officiel de l’Éducation nationale, n° 28, 11 juillet 1957, p (...)

Bien conduite, elle procure d’inappréciables satisfactions, celles surtout qui donnent une plus vive émulation des intelligences, une formation commune des caractères qui peut rendre les jeunes filles plus simples, plus objectives, les jeunes gens plus discrets, plus policés, tous plus compréhensifs, plus généreux […].21

  • 22 Acta apostilicae sedis, 24-27 février 1958.
  • 23 C. Courtois, Coéducation et mixité, Bruxelles, Éditions Le nœud de Carrick, 1967.
  • 24 Les Cahiers de l’INAS, 1965, La coéducation.

17Le terme mixité, acclimaté par le débat pédagogique, apparaît dans la circulaire du 3 juillet 1957. L’Église condamne une nouvelle fois ce qu’elle nomme la « coéducation des sexes »22, alors que dans le même temps des pédagogues chrétiens s’interrogent sur les bienfaits de la coéducation et de la mixité23. La réforme de 1959 légalise les lycées mixtes nouvellement construits. En 1965, les administrateurs de l’Éducation nationale se penchent sur la coéducation. Leur réflexion s’appuie sur les travaux des psychologues qui distinguent des phases différentes dans la maturité des garçons et des filles. Cependant une inspectrice générale souligne que l’enseignement dispensé dans les lycées mixtes est calqué sur l’enseignement des garçons et non des filles. Tous, par le bilan de leurs pratiques dans des établissements mixtes, insistent sur le fait que la coéducation ne pose pas de problème spécifique et qu’elle donne une meilleure connaissance de l’un ou l’autre sexe. Elle est présentée comme une conséquence de l’évolution de la société24.

  • 25 Comités d’action lycéens, Les lycéens gardent la parole, Paris, Seuil, 1968, p. 133-134.
  • 26 « CAL Enghien », ibid., p. 101.

18Au cours de la crise de mai-juin 1968, lycéens et lycéennes des comités d’action publient des propositions pour créer « de nouveaux rapports sociaux au lycée » ; la question de la mixité, première des revendications, est très présente. L’argumentation sur les bienfaits de la coéducation s’est déplacée de la pédagogie égalitariste à la fin du xixe siècle à la liberté sexuelle25. Si la mixité, réclamée par les lycéens et les lycéennes, apparaît alors comme un progrès, une différenciation est perçue par eux entre le masculin et le féminin, lisible en particulier dans leurs propositions pour l’éducation physique où se distinguent activités des filles et des garçons26. Dans la décennie 1970, le terme « mixité » se banalise et l’emporte sur celui de « coéducation ».

  • 27 Loi 75-620 du 11 juillet 1975 relative à l’éducation, publiée au Journal officiel du 12 juillet 197 (...)
  • 28 Décret 76-1301 du 26 décembre1976.
  • 29 Décret 76-1303 du 28 décembre 1976.
  • 30 Décret 76-1304 du 28 décembre 1976.
  • 31 L’expression est de M. Crubellier, L’enfance et la jeunesse dans la société française. 1800-1950, P (...)

19Il est souvent écrit que la mixité est légalisée en 1975 par la loi Haby27. En fait, dès l’article premier de la loi, l’enfant – qui devient l’élève lorsqu’on parle du collège – est présenté comme un être neutre, asexué. En réalité, ce n’est pas dans la loi de 1975 mais dans les décrets de 1976 que la mixité est introduite à tous les degrés : pour l’élémentaire il est précisé que « les classes maternelles et primaires sont mixtes » (article 10)28 ; les collèges eux « dans le cadre de la scolarité obligatoire, dispensent à tous les élèves ayant suivi leur formation primaire, une formation secondaire à caractère général y compris dans ses aspects professionnels. Ils sont ouverts indifféremment aux élèves des deux sexes » (article Ier)29.Pour les lycées, il est précisé à propos de l’admission des élèves (article 9) que « tout enseignement et toute spécialité professionnelle, sous réserve des dispositions du Code du travail, sont admissibles aux élèves des deux sexes »30. Les décrets en fait n’instaurent pas la mixité – le terme n’apparaît pas – ; ils autorisent la présence conjointe des deux sexes dans l’enseignement et l’organisation de classes mixtes. Nous pouvons donc nous interroger sur la réalité de l’appréciation de l’historien Maurice Crubellier sur la « confusion des sexes »31. Énoncée, au nom de l’universalisme, sous forme de la neutralité, elle conduit à considérer l’élève comme un être neutre, asexué.

***

20A étudier les différentes approches de la question de la différence des sexes dans des textes officiels de l’Éducation nationale sur un siècle, on constate une mutation du vocabulaire et des termes employés pour définir la coéducation (fin xixe - début xxe siècle), la gémination des classes (entre-deux-guerres) et la mixité (après les décrets d’application de la loi Haby de 1975). Il apparaît que le débat sur la coéducation – entendue comme pédagogie égalitaire – lancé par les premières féministes, et relayé par les institutrices et instituteurs avant 1914, réapparaît de façon récurrente dans le très contemporain avec des arguments curieusement semblables ; inversement, entre 1914 et 1975, derrière les discours sur les avantages et les méfaits de la coéducation, de la gémination puis de la mixité, se dissimulent des arguments économiques qui sont au fondement des politiques de l’État. C’est particulièrement vrai dans les longs débats qui ont abouti à la loi de 1933 sur la gémination des classes des écoles rurales. Après 1957, avec l’arrivée des enfants du baby boom dans l’enseignement secondaire et la massification scolaire, la mixité s’impose sans débat théorique, mais avec une volonté de rationaliser l’implantation des classes et des établissements.

  • 32 Résolution du Congrès FCPE de la Rochelle, juin 1998.
  • 33 Xavier Darcos, réponse à une question orale à l’Assemblée nationale, mars 2003.

21Les études des sciences sociales ont permis de déconstruire la notion de neutralité de la mixité, terme qui s’est imposé dans les années 1970-1980, en soulignant à la fois l’inversion historique des résultats selon les sexes et le rattrapage du retard des filles, mais également les inégalités persistantes dans les orientations et les carrières féminines (Durand-Delvigne et Duru Bellat 1998). Dans l’histoire immédiate, le terme de coéducation est remis au goût du jour, mais avec un sens tout autre : la Revue des parents présente un dossier sur « la coéducation une idée neuve », mais la coéducation est définie ici comme le « partage des responsabilités éducatives entre la famille et les autres éducateurs potentiels »32. La mixité de l’espace scolaire est aujourd’hui remise en cause par certaines familles, mais aussi par un ministre de l’Éducation nationale envisageant la non-mixité comme une solution possible aux violences scolaires33. Le quotidien Le Monde, en généralisant sans doute un peu la situation, a titré le 7 janvier 2003 : « La mixité scolaire à l’épreuve du sexisme dans les établissements ». Encore aux marges, tous ces faits, constatés par des études sociologiques récentes, montrent que la fiction d’un espace scolaire mixte qui serait par définition égalitaire est à repenser. La situation actuelle démontre également qu’il est indispensable de ne pas penser la mixité uniquement sur le plan scolaire, indépendamment du reste d’une société modelée par un bouleversement en profondeur de « la valence différentielle des sexes », selon l’expression de Françoise Héritier. L’enjeu des débats sur la coéducation pour les féministes du xixe siècle est identique à celui sur la coexistence des filles et des garçons, des hommes et des femmes, dans un espace commun mixte, élément majeur des relations entre les sexes dans les sociétés démocratiques du xxie siècle.

Notes

1 Thèse en cours de Stéphanie Vansinghel (sous la direction de Françoise Thébaud) sur l’introduction de la mixité dans la région Provence-Côte d’Azur.

2 G. Compayré, Histoire critique des doctrines de l’éducation en France, Paris, Hachette, 1879, p. 321.

3 M. Riot-Sarcey, La démocratie à l’épreuve des femmes, Paris, Albin Michel, 1994.

4 F. Rochefort 1995. L. Klejman et F. Rochefort, L’égalité en marche. Le féminisme sous la IIIe République, Paris, FNSP, 1989.

5 P. Nora, « Le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson, cathédrale de l’école primaire », Les lieux de mémoire, tome 1, La République, Paris, Gallimard, 1984, p. 373.

6 IVe Congrès des Amicales d’institutrices et d’instituteurs publics de France et des colonies, Lille, 1905. Intervention de M. Aman, p. 63.

7 Ibid., intervention du député Carnaud, ancien instituteur, p. 81. Sur les débats voir Frédéric Mole : « 1905 : la coéducation des sexes en débat », Clio, histoire, femmes et sociétés, 18, 2003, p. 43-63.

8 J.-N. Luc, L’invention du jeune enfant au xixe siècle. De la salle d’asile à l’école maternelle, Paris, Belin, 1997.

9 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des députés, 8 février 1933, rapporteur du projet de loi, p. 448-449.

10 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des députés, 9 février 1933, Louis Duval-Arnould, p. 488. Une expérience conséquente de coéducation a été menée, à partir de 1880 et pendant quatorze ans, par Paul Robin, anarchiste bakouninien et malthusien, dans un orphelinat à Cempuis dans l’Oise où « les garçons et les filles de quatre à seize ans furent élevés en commun, en grande famille, dans la plus grande liberté possible […] ». L’expérience, unique en son genre, fut condamnée, son créateur révoqué et l’établissement fermé en 1894, après une violente campagne de presse contre « le système pornographique de la coéducation des sexes ». Christiane Demeulenaere-Douyère, Paul Robin (1837-1912). Un militant de la liberté et du bonheur, Paris, Publisud, 1994. Voir aussi id., notice « Paul Robin », dans Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, M. Cordillot, C. Pennetier et J. Risacher (dir.), vol. 44, Biographies nouvelles, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997, p. 365-369.

11 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des députés, 9 février 1933, Gabriel Péri, p. 495-496.

12 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des députés, 7 février 1933, Louis Marin, p. 452.

13 Journal officiel, Débats parlementaires, 7 février 1933, p. 450.

14 Ibid., p. 455. Voir Albisetti 1999.

15 MEN, circulaires du 26 mai 1933, du 31 août 1933, du 6 novembre 1933 et du 23 novembre 1933.

16 MEN, circulaire du 31 août 1933.

17 MEN, circulaires d’application du 31 août 1933, du 6 novembre 1933 et du 23 novembre 1933, décret du 5 juin 1934.

18 J. Henry, « Les problèmes de la mixité à la colonie », Bulletin de la fédération des directeurs des colonies de vacances laïques, 1949, n° 61.

19 Enfance, 1958, n° 4-5 ; L’École des parents, 1964, n° 4. En 1964 la Fédération nationale des parents d’élèves se prononce pour la mixité.

20 Archives nationales, 771182.

21 Circulaire du 3 juillet 1957, Bulletin officiel de l’Éducation nationale, n° 28, 11 juillet 1957, p. 2293-2295.

22 Acta apostilicae sedis, 24-27 février 1958.

23 C. Courtois, Coéducation et mixité, Bruxelles, Éditions Le nœud de Carrick, 1967.

24 Les Cahiers de l’INAS, 1965, La coéducation.

25 Comités d’action lycéens, Les lycéens gardent la parole, Paris, Seuil, 1968, p. 133-134.

26 « CAL Enghien », ibid., p. 101.

27 Loi 75-620 du 11 juillet 1975 relative à l’éducation, publiée au Journal officiel du 12 juillet 1975.

28 Décret 76-1301 du 26 décembre1976.

29 Décret 76-1303 du 28 décembre 1976.

30 Décret 76-1304 du 28 décembre 1976.

31 L’expression est de M. Crubellier, L’enfance et la jeunesse dans la société française. 1800-1950, Paris, Armand Colin (U), 1979.

32 Résolution du Congrès FCPE de la Rochelle, juin 1998.

33 Xavier Darcos, réponse à une question orale à l’Assemblée nationale, mars 2003.

Auteur

Professeure d’histoire contemporaine à l’IUFM, Lyon

© ENS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540