Version classiqueVersion mobile

Les langues en débat dans une Europe en projet

 | 
Zorana Sokolovska

Conclusion

Langues, idéaux et institutions

Texte intégral

1Les idéaux existent et circulent dans la société sous la forme discursive de solutions à des situations problématiques. Ils représentent ainsi des buts à atteindre. Les idéaux sont constitutifs de la société et la font avancer en inspirant et en nourrissant des prises d’initiatives, de décisions et d’actions qui doivent permettre d’atteindre ces buts. Le plurilinguisme est le tout dernier idéal en matière linguistico-communicative pour une compréhension et une coopération réussies en Europe. Il est articulé à l’idéal européen visant la réalisation de l’unité de l’Europe. En même temps, l’idéal de l’État-nation ne perd pas en vigueur et par conséquent, l’idéal monolingue demeure, implicitement ou explicitement, ancré dans le sens commun.

2Cet ouvrage a montré la tension continue entre les tendances à la poursuite de l’idéal des États-nations et les tendances à l’accomplissement de l’idéal de l’Europe par l’étude de la manière dont cette tension est transposée sur le terrain des langues. Tout au long des chapitres ont été exposées la construction, la négociation et l’appropriation d’un ensemble d’idéaux linguistiques, éducatifs et politiques, ainsi que leur mobilisation pour la création et la gestion d’une réalité sociale. Ce travail a mis en lumière le rôle des institutions internationales dans le modelage de ces idéaux et la manière dont ces derniers deviennent porteurs des idéologies étatiques qui alimentent les rouages de l’institution.

3Sans chercher à mettre en cause les différentes institutions et leurs discours, ce travail a puisé dans un idéal scientifique caractérisé par la volonté d’apporter une lumière critique sur ce qui organise notre existence au moyen d’une remise en question du « bon sens » qui régule la société. Cette démarche relève d’une sociolinguistique qui considère que les pratiques langagières et les discours sur les langues ne peuvent être compris sans la prise en compte de l’ordre social dans lequel ils émergent.

L’idéal européen et l’idéal de l’État-nation dans les débats sur les langues

4Cet ouvrage représente une généalogie des débats sur les langues au sein du Conseil de l’Europe. C’est également une généalogie des espaces et des événements discursifs, ainsi que des conditions politico-économiques. À travers son approche sociolinguistique et discursive des institutions internationales, cet ouvrage contribue à la sociolinguistique du plurilinguisme, et plus particulièrement à l’étude des idéologies sur la diversité des langues, de leur existence et de leur pratique. Il montre de plus la manière dont ces idéologies deviennent structurantes des espaces sociaux. Notre intérêt a été porté sur des textes officiels de l’institution en tant que produits des processus idéologiquement et institutionnellement conditionnés. Le travail analytique a permis : 1) d’exposer la manière dont le discours sur les langues produit par le Conseil de l’Europe est déterminé par un ensemble d’idéologies en articulation et en (dis)continuité les unes avec les autres et 2) de montrer comment ces idéologies participent à la conception des keywords et à la construction d’un discours constitutif de la société et des opinions. Ce travail a permis de comprendre la construction du discours sur les langues en tant que construction d’un terrain d’exercice de pouvoir ; il a fourni des éléments de compréhension sur la manière dont les acteurs institutionnels et politiques mobilisent et promeuvent une certaine imagination – construite et cultivée – des langues, du plurilinguisme et de la diversité linguistique pour l’exercice du pouvoir. La démarche généalogique a permis d’observer la création et l’évolution d’un « bon sens » sur des pratiques linguistiques. La généalogie proposée dans cet ouvrage recouvre une période importante, mais il s’agit également de la considérer dans sa continuité et aussi en tant que point de départ d’autres créations et évolutions. En même temps, les différents événements discursifs examinés dans ce travail constituent une contribution à la compréhension des discours historiquement situés et la manière dont ils rendent compte des préoccupations politico-linguistiques ancrées dans différentes temporalités et dans une perspective « européenne ».

5La conception des langues, de la diversité linguistique et du plurilinguisme au sein des différents espaces du Conseil de l’Europe est à comprendre en relation avec la construction des « langues » lors de l’établissement des États-nations et en lien avec les logiques de maintien des langues légitimes grâce au marché linguistique de l’État (Bourdieu 2001). Ainsi, une tension fondamentale sous-tend la promotion de la diversité, une tension entre le régime monolingue, nécessaire à la préservation de l’homogénéité étatique, et la diversité des langues, menace pour la centralisation et l’unité de l’État. Ces discours sont également à situer dans le contexte du « postnationalisme », à savoir un contexte sociohistorique marqué par l’émergence d’une économie globalisée et la création d’une sphère publique et politique internationale, dans laquelle la diversité des langues, entre autres, devient un paradigme acceptable et souhaitable. Enfin, ces discours sont à comprendre en lien avec l’émergence des institutions internationales notamment à la fin de la seconde guerre mondiale et avec une visibilité et une légitimité renouvelées à la fin du xxe siècle.

6La tension continuelle entre les tendances à la poursuite de l’idéal des États-nations et les tendances à la réalisation de l’idéal de l’Europe a été identifiée dans les rencontres fondatrices et les premiers travaux du Conseil de l’Europe. En effet, avec l’appui des différents mouvements pro-européens, le Conseil de l’Europe a été créé en réunissant au début – et pendant quatre décennies – des États de l’Europe occidentale. Afin de les faire coopérer et les réunir au sortir de la seconde guerre mondiale, dans un contexte d’hostilités interétatiques fortes dans lequel les différences étaient accentuées, le Conseil de l’Europe réunit ces États dans une plate-forme institutionnelle internationale autour de ce qu’ils ont en commun et s’engage dans la mise en place d’une image de l’Europe. Fondé dans l’après-guerre, le Conseil de l’Europe voit également le jour au tout début de la guerre froide. Ainsi, les États membres se trouvent face à un double enjeu dans leurs efforts de coopération : préserver la stabilité et la paix nouvellement acquises sur leurs territoires, et se positionner par rapport aux puissances contemporaines, notamment aux États-Unis et au bloc soviétique. Se dégage ainsi une tension entre une prise de position et de décision en tant qu’entités étatiques indépendantes et/ou en tant qu’« Europe », tension qui a persisté et persiste encore. Cette dichotomie est également reflétée dans la structuration bicéphale du Conseil de l’Europe, produit de concessions et de compromis entre les courants fédéralistes et unionistes : le Conseil de l’Europe est composé d’un Comité des ministres qui favorise les échanges intergouvernementaux dans une dynamique fédéraliste et une Assemblée parlementaire qui permet de concrétiser la volonté unioniste. Le fonctionnement entre les deux instances a été imaginé sous la forme d’une collaboration active. Le Comité des ministres est néanmoins doté d’un pouvoir décisionnaire, tandis que l’Assemblée parlementaire représente un espace délibératif. Il s’agit donc d’une collaboration hiérarchisée et dont la structure même reproduit la tension entre l’Europe comme unité et les États comme entités distinctives, ainsi que, en quelque sorte, la primauté des États sur l’Europe. Cette hiérarchie est reproduite de manière récurrente dans les (sous-)comités et les (sous-)commissions respectifs de ces deux organes principaux.

7Ce travail a montré comment la tension entre l’attachement à l’idéal des États-nations et la volonté d’atteindre l’idéal européen se traduit dans la construction du discours sur les langues et sur l’enseignement-apprentissage des langues. En effet, dans le contexte des premières années de travail du Conseil de l’Europe, les langues émergent comme des enjeux pour la coopération culturelle et pour la préservation du « commun », dont l’existence crée l’argument justifiant la nécessité d’un rapprochement interétatique. La pluralité des langues est admise comme étant un obstacle à la compréhension et à la coopération en Europe, mais en même temps, les langues sont des traits distinctifs et ainsi emblématiques des États-nations membres du Conseil de l’Europe qui, par conséquent, font partie du « commun » et doivent être préservées dans l’esprit de la mission institutionnelle du Conseil de l’Europe. De ce fait, les langues, à la fois dans leur pluralité et dans leur spécificité, doivent devenir un élément unificateur des États membres et de l’Europe. Dès les années cinquante, la question des langues a été examinée dans différents espaces du Conseil de l’Europe. Ce sont principalement des espaces qui traitent des affaires culturelles et éducatives, leurs mandats ne précisant pas les compétences dont ils disposent pour examiner la question spécifique des langues. Il y a donc une sorte d’accessoirisation des langues, et une reproduction du paradigme essentialisant qui (r)établit le lien entre langue et culture, ainsi qu’une réattribution des langues au domaine de l’éducation devenu un espace légitime de production de consommateurs-producteurs de la diversité des langues légitimes.

8Le « commun » a été conçu comme intrinsèquement divers, composé de différents éléments étatiques dont les langues font partie. Comme tel, il a été la base sur laquelle la culture européenne et le patrimoine culturel commun ont été construits. Ainsi, seules les langues reconnues par les États pouvaient être prises en considération dans la culture et le patrimoine européens. Les langues ne sont donc pas un patrimoine culturel en soi, mais elles font l’objet d’un processus discursif – la patrimonialisation – qui vise à les construire comme telles, et par ailleurs, à les gérer, au travers du discours de protection et de la préservation des langues. La patrimonialisation crée le « commun », tout en préservant les distinctions étatiques au sein de ce « commun ». Processus discursif et donc pratique sociale, la patrimonialisation des langues des États membres du Conseil de l’Europe vise à (re)construire et à négocier les valeurs et identités sociales et culturelles, étatiques et « européenne[s] ». En revanche, il s’agit d’un processus discursif et d’une pratique sociale sélectifs, car, dans ce cas spécifique, seules les langues officielles des États membres sont construites comme « patrimoine culturel commun ». Cette « inclusion sélective » (Berrey 2015, p. 8) est régulée dans le cadre de l’application de la Convention culturelle européenne, premier traité multilatéral dans le domaine de la coopération culturelle en Europe. L’élaboration de cet instrument positionne le Conseil de l’Europe comme un acteur ayant le pouvoir de définir le patrimoine et donc le passé, dans lequel il puise pour (ré)assigner des valeurs et des significations à la fois au passé, au présent et au futur.

9En même temps, les langues sont l’objet d’un processus discursif d’opérationnalisation, grâce à leur conception comme des outils de préservation, car c’est par leur « étude » que le patrimoine culturel commun va être préservé. Une articulation des logiques patrimonialisantes et identitaires, d’une part, et, d’autre part, des logiques opérationnalisantes et alimentant également le débat sur l’institution d’une communauté linguistique européenne par l’application d’un bilinguisme franco-anglais ou encore sur l’enseignement de l’espéranto. Les débats sont les loci de confrontations de différentes façons d’imaginer l’Europe et son positionnement sur la scène internationale. Ces confrontations ont lieu sur le terrain discursif des (dés)avantages liés à l’adoption d’une langue de communication internationale, vivante ou artificielle. L’échec des propositions de communication qui mettaient en avant l’usage d’une seule langue a préparé le terrain pour le discours sur une communication réalisée dans plusieurs langues.

10La diversité des langues existantes en Europe a donc été appréhendée à la fois comme un obstacle à la communication nécessitant des solutions et comme une richesse culturelle qu’il fallait protéger et préserver. Les acteurs institutionnels se sont ainsi engagés dès les années soixante dans la déconstruction des barrières. Les langues ont à cet effet été notamment conçues comme des outils de communication dans la diversité linguistique, dorénavant patrimonialisée et considérée comme iconique de la société européenne. Ainsi la diversité linguistique s’établit comme un keyword indexant l’existence contemporaine et historique de multiples langues – officielles – sous la forme d’une ressource pour la réalisation de la coopération interétatique. Cette prise de position (r)évolutionnaire a trouvé sa matérialisation et sa diffusion grâce à l’adoption de la Résolution (69)2 par le Comité des ministres. En revanche, l’exclusion des langues des migrants, des langues minoritaires, des langues d’autres États européens qui n’étaient pas encore membres du Conseil de l’Europe est également matérialisée. Le discours sur la diversité linguistique prenant appui sur le discours sur le patrimoine culturel commun, est également à l’origine d’une inclusion sélective des langues. De ce fait, les fondements discursifs de la conception de la diversité linguistique comme ressource pour la coopération ont créé les conditions pour une différenciation linguistique et sociale par la prise en compte de certaines langues et de certaines réalités et pratiques linguistiques, mais pas de toutes. Ces fondements discursifs sont ainsi porteurs de la différenciation linguistique et sociale. De cette manière, la catégorie « langue » au sens de « langue officielle d’un État-nation » a été continuellement renforcée et, pendant longtemps, les langues officielles ont été les seules langues « légitimes » de la diversité linguistique, jusqu’à la construction de la catégorie « langues régionales ou minoritaires » avec l’élaboration de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Cette dernière est un traité international et donc un instrument juridique de régulation des langues et des locuteurs. Elle est par ailleurs un terrain dans lequel l’idéal de la construction d’une Europe dans une logique de décentralisation de pouvoir est une fois de plus entré en tension avec l’idéal des États-nations par rapport auxquels un groupe devient une « minorité ». Le texte de la charte s’inscrit également dans une logique de patrimonialisation, cette fois-ci des langues régionales ou minoritaires. Le discours sur les langues régionales ou minoritaires sous-tend la création de nouvelles catégories et participe à la fois à la déconstruction et à la construction des différences linguistiques. La charte vise la gestion de l’existence et de la pratique des « langues régionales ou minoritaires » par l’instrument juridique qu’elle représente et au moyen du terme « plurilinguisme » mobilisé pour la régulation et le contrôle de la copratique et de la coexistence des langues qui ne devait pas se faire au détriment des langues officielles. L’exclusion de la prise en compte des langues des migrants a une fois de plus été validée. Une sorte d’ouverture dans la considération d’autres catégories de langues a, semble-t-il, été atteinte avec l’organisation de l’Année et de la Journée européenne des langues (et non pas des langues européennes). Néanmoins, organisés au niveau européen et servant à célébrer à la fois l’Europe et la diversité des langues, les États se les approprient (et ce, annuellement dans le cas de la JEL) au niveau national, voire local. On identifie ainsi une fois de plus la tension entre la résistance des nationalismes et la recherche de l’Europe, qui est également à retrouver dans la conception et dans l’appropriation du plurilinguisme. En effet, le dernier chapitre a mis en évidence d’une part la manière dont le plurilinguisme, défini depuis la Recommandation no R(98)6 comme une compétence communicative linguistiquement composite, est mobilisé au service de la réalisation de l’idéal de la coopération européenne et d’autre part, comment, par son appropriation, il devient majoritairement le terrain de la préservation des prérogatives étatiques et, dans une moindre mesure, des prérogatives des minorités. Dans cette appropriation, un rôle a également joué par la conception des langues, et notamment du plurilinguisme, comme des outils de démocratie, pour une citoyenneté démocratique en Europe (Rec[2008]7), mais aussi pour le (r)établissement des démocraties dans les États admis en tant que membres au Conseil de l’Europe après 1989.

Des idéaux en tension dans la conception renouvelée de l’éducation

11Pour la mise en œuvre de l’ensemble des processus discursifs et donc pour leur réalisation en tant que pratiques sociales, l’enseignement-apprentissage des langues a été un objet de travail expert et institutionnel dès le début des années soixante. Des experts sont sollicités afin d’élaborer et de légitimer une conception renouvelée de l’enseignement des langues en termes de démocratisation et de l’apprentissage des langues vu comme une libéralisation et une responsabilisation individuelle. Les experts s’engagent ainsi dans la production d’un savoir adaptable à tous, valable pour tous et qui vise une émancipation des apprenants. La communication est mise en avant comme une compétence d’interaction verbale et de socialisation interpersonnelle. La conception de l’apprenant idéal faisant le libre choix d’apprendre des langues selon ses besoins, ses intérêts et ses motivations, a été sous-tendu par les logiques néo-libérales émergeantes de l’époque, selon lesquelles il s’agit de se détacher des formes collectives de gouvernement et d’exercer sa liberté individuelle. Cela signifie également une prise de responsabilité dans ses propres réussites ou ses échecs, et leur interprétation à travers le prisme de l’investissement (in)suffisant dans son propre capital humain. La responsabilisation individuelle se réalise dans des conditions favorables créées par les mesures réformatrices dans le domaine de l’éducation, mais également par la possibilité de libre circulation des capitaux et de compétition économique internationale. La conception de l’apprenant idéal coïncide alors avec la recherche d’une réduction des barrières, entre autres, linguistiques, et ce, au moyen de différents accords internationaux, qui permettront le mouvement à travers les frontières et l’ouverture globale des marchés. De cette manière, un projet d’Europe néo-libérale s’élabore sur le terrain des langues. Cela coïncide avec une autre dimension ajoutée au profil d’apprenant idéal lors de l’élaboration du discours au cours des années quatre-vingt-dix : la dimension de citoyen. Cette dernière permet la transposition de l’approche institutionnelle néo-libérale des langues et de leur apprentissage au projet politique de construction d’une entité et d’une collectivité politiques européennes post 1989. Néanmoins, alors que la compétition internationale est vue comme saine, car elle encourage la compétitivité, les États néo-libéraux ont besoin de mobiliser une sorte de nationalisme pour survivre et pour devenir, être et rester un acteur compétitif sur le marché global, et afin d’établir un climat positif de coopération. Ce nationalisme imprègne le discours expert sur l’apprentissage libéralisé et libre des langues lorsqu’il est entextualisé dans les différentes phases de sa trajectoire dans les espaces discursifs du Conseil de l’Europe dans lesquels les représentants parlementaires ou gouvernementaux des États membres se l’approprient. Ainsi, la liberté de choix de langue(s) est à nuancer : la liberté est régulée et le choix est contraint ; ce qui compte comme langues à apprendre, à célébrer et à réguler reste bel et bien du ressort des États. Les conditions politiques de la pratique de l’apprentissage libre passent par les États qui eux-mêmes tendent à reproduire les idéologies langagières qui les ont vus naître. Ainsi, promu par le Conseil de l’Europe, le discours sur le plurilinguisme reste un instrument aux mains des États-nations, leur servant d’outil de régulation, de contrôle et de catégorisation des langues, des locuteurs et des territoires (étatiques). De cette façon, il mène à des hiérarchisations linguistiques et sociales qui peuvent résulter dans l’inclusion ou dans l’exclusion sociale. Par conséquent, les espaces scolaires continuent à être des espaces de reproduction des inégalités par la mise en œuvre des processus discursifs légitimés par le Conseil de l’Europe. Se dégage ainsi une tension entre le discours sur l’individualisation des pratiques linguistiques et leur collectivisation, sous une forme étatique, ou encore sous une forme « européenne », via le rôle conçu de l’éducation pour la réalisation de la citoyenneté démocratique en Europe. Quant au plurilinguisme, tel qu’il est défini à présent dans le CECR, il représente une forme de label qui contient l’ensemble des conceptions des langues et de leur enseignement et apprentissage. Il peut aussi être interprété comme une solution gagnant-gagnant, qui permet : 1) aux individus d’avoir une liberté (de choix) – théorique – dans l’apprentissage et l’usage des langues, 2) aux États-nations de maintenir leurs prérogatives et donc leur place sur la scène internationale, et 3) de poursuivre l’idéal européen. Mais il devient alors un instrument de gouvernementalité des individus, pris dans l’articulation et la tension entre l’idéal des États et l’idéal de l’Europe.

12La diversité linguistique et le plurilinguisme sont donc conçus comme des moyens de préserver l’usage et l’existence des langues nationales, mais également de gérer la place des langues régionales ou minoritaires, ou encore de l’anglais. En effet, la question (de la gestion) de l’apprentissage et de l’usage grandissants de l’anglais en Europe apparaît dès les premiers débats sur les langues au Conseil de l’Europe. Identifié comme le résultat du rôle des États-Unis dans la reconstruction économique de l’Europe et de l’ouverture des marchés créant la possibilité de la libre circulation des capitaux et des personnes, l’apprentissage quasi exclusif de l’anglais en Europe se pose comme une question linguistique, mais aussi politique, à maîtriser et à gérer. Dans un premier temps, il s’agissait notamment de la gestion de l’impérialisme grandissant de l’anglais face à l’impérialisme en déclin du français. Dans le contexte de la phase de globalisation des années quatre-vingt-dix où l’anglais a été institutionnellement désigné comme la lingua franca, il s’agissait de la gestion de l’omni-usage de l’anglais face aux autres langues européennes, de grande ou de moindre diffusion. Dans ce contexte, le plurilinguisme et la diversité linguistique prennent la forme d’instruments pour sa gestion, pour la préservation des prérogatives étatiques et pour la poursuite de l’idéal de l’Europe unie dans sa diversité. Ainsi, si le concept de lingua franca est lié à des questions de pouvoir et d’intérêts (Fishman 1994), il en va de même avec le plurilinguisme et la diversité linguistique.

Keywords et exercice de pouvoir à travers le discours

13L’objectif de cet ouvrage n’était pas de proposer une description des keywords – et encore moins une définition –, mais de comprendre les keywords dans leur construction idéologique et dans leur historicité. Ce travail est ainsi une généalogie discursive (sans pourtant prétendre à l’exhaustivité) des keywords, et des processus discursifs et des idéologies sous-jacentes qui les ont modelés. Parmi les keywords que nous avons pu identifier dans la généalogie discursive, langue, patrimoine culturel, diversité linguistique et plurilinguisme sont ceux qui sont structurants et porteurs du discours du Conseil de l’Europe dans le domaine des langues.

14L’analyse du discours, par l’analyse des keywords, permet la considération de ces derniers comme contributeurs à la construction d’un discours d’autorité et à l’exercice du pouvoir. Suivant les théories sur le rôle de langue dans la politique symbolique (Edelman 1964, 1977), la création des keywords peut être appréhendée comme la création d’un vocabulaire, voire d’un langage, à travers lequel les individus peuvent voir et comprendre le monde. Les keywords sont donc un prisme à travers lequel une perception spécifique de réalité est mise en avant et que les mots-clés servent en même temps à justifier. La fabrication du sens des keywords apparaît ainsi comme une fabrication du sens du monde (cela renvoie également aux enjeux idéologiques de la nomination). Le prisme du Conseil de l’Europe est celui d’une Europe linguistiquement diverse et de citoyens plurilingues. Les keywords, attachés à des croyances et à des perceptions particulières, participent ainsi au modelage de l’opinion publique qui voit, par le biais du discours, une diversité linguistique égalitaire et un plurilinguisme librement pratiqué en Europe. Le pouvoir de l’ancrage d’une telle opinion provient de l’autorité de l’institution, mais aussi du fait que les keywords ne sont pas considérés comme politiques, tout en structurant des croyances, des opinions politiques et des espaces sociaux légitimés par l’institution qui les produit. La stabilisation institutionnelle du sens des keywords (ce que nous avons désigné par fixité, malgré la fluctuation en pratique) est donc un processus constitutif de l’exercice du pouvoir. Les keywords deviennent ainsi des symboles (politiques) et associent plusieurs idéologies, dans une seule perspective, en apparence nouvelle et unifiée. Mais, derrière cette façade unifiée, les keywords peuvent simultanément exprimer plusieurs perspectives et se propager de manière parfois contradictoire (le plurilinguisme qui encourage l’anglais, ou le français, ou celui qui encourage uniquement les langues de grande/moindre diffusion, etc.).

15Dans l’introduction de cet ouvrage, nous avons posé comme objectif la compréhension de ce qui fait que le discours institutionnel sur les langues, la diversité linguistique et le plurilinguisme détient une forme d’autorité et dicte une orthodoxie. Cela a invité à une réflexion sur la façon dont le pouvoir institutionnel est exercé au moyen du discours et sur la manière dont des idées gagnent de l’influence et arrivent à influencer des opinions et des pratiques à travers le discours et la langue, cette dernière étant un élément constitutif du discours et dotée d’un aspect considérablement politisé. Les différentes analyses ont montré que les acteurs institutionnels et politiques, par leur discours, ont contribué à la création et au maintien de situations problématiques pour lesquelles ils proposaient en même temps des solutions. Ainsi, il s’agissait de créer les croyances en ce qui est correct, les perceptions de ce qui est un fait ou non, et les comportements attendus de la part des personnes. L’institution modèle la demande en même temps qu’elle modèle l’offre de solution. Elle modèle les attentes des personnes en même temps qu’elle modèle les moyens de satisfaire ces attentes. Lorsque les croyances sont en danger, ces mêmes institutions ont des solutions (qui prennent la forme de recommandations ou de traités, ou d’instruments de référence). Par cette synchronisation, un lien est établi entre ceux qui exercent le pouvoir et ceux qui le subissent, créant ainsi la situation d’un exercice de pouvoir symbolique.

Les institutions internationales repensées

16Les institutions internationales sont devenues des producteurs légitimes des discours sur la diversité et la multiplicité dans les conditions politico-économiques actuelles. Dans ce cadre institutionnel, la diversité linguistique et le plurilinguisme sont l’objet d’une création continue, à la fois en relation avec les États-nations et l’Europe. Les institutions internationales se posent alors comme le champ de production spécialisé qui crée et maintient le marché et détient le monopole. La diversité linguistique et le plurilinguisme s’établissent alors comme le « bon sens », enraciné, naturalisé, célébré et valorisé et donc difficile à remettre en question. Dans ce contexte de production discursive, la diversité linguistique et le plurilinguisme deviennent les nouveaux instruments de mesures par rapport auxquels d’autres pratiques sont évaluées. Pris pour acquis en raison de la logique communément répandue qu’ils contribuent à délégitimer des hiérarchies et des inégalités déjà existantes, le plurilinguisme et la diversité linguistique prennent également la forme d’instruments de régulation, d’exclusion et d’inclusion des langues et des locuteurs et deviennent des sources de catégories sociales selon la possession du plurilinguisme (il)légitime.

17La construction du discours se présente ainsi comme un processus institutionnel de fabrication du sens d’un ensemble de keywords, à partir des idéologies sous-tendues dans ceux-ci. Le discours est le terrain de reproduction des États, mais aussi le terrain de reproduction de l’institution internationale (inter-étatique) sur et dans lequel les États réorganisent leurs stratégies et se positionnent sur la scène internationale. Dans ce sens, les institutions internationales représentent le cheval de Troie pour les nationalismes. Le pouvoir symbolique des institutions inter-nationales est conditionné par / puise dans le pouvoir des États-nations.

18Par la réflexion faite au sujet des institutions internationales, du rôle prédominant des États-nations et de la gouvernementalité des individus au nom de la liberté (de choix), cet ouvrage contribue à la compréhension de la manière dont un ensemble de relations de pouvoir animent la et résultent de la production du discours institutionnel. Il montre comment le discours sur la diversité linguistique et le plurilinguisme, malgré la rhétorique égalitaire, prend la forme d’un instrument de reproduction des inégalités et des catégories sociales, et du pouvoir de la majorité (Blommaert et Verschueren 1998). Les textes sont constitutifs de et contraints par les mécanismes régulateurs d’une institution internationale qui les produit quotidiennement et à travers lesquels elle se reproduit. Dans le cas du Conseil de l’Europe, il s’agit notamment de la production des recommandations qui sont une prise de position et des traités qui sont à la fois une prise de position et des instruments de régulation. Les liens d’intertextualité et d’interdiscursivité observés lors de la démarche généalogique contribuent donc à la reproduction des inégalités et du pouvoir au moyen de la production textuelle.

19Par l’approche critique des discours institutionnels sur les langues, sur la diversité linguistique et sur le plurilinguisme, a été mis en question et en discussion le rôle des institutions interétatiques et notamment celui du Conseil de l’Europe. Néanmoins, le but de ce travail n’est en aucun cas de mettre en cause l’institution, les acteurs politiques ou le travail institutionnel ou expert qui y est réalisé. Il s’agit plutôt de l’envisager avec une prise de distance critique, pour ce que le Conseil de l’Europe est, au sein des logiques politiques et structurelles qui le caractérisent. L’objectif poursuivi n’est pas non plus d’affirmer en quoi consistent le « bon » plurilinguisme ou la « bonne » diversité linguistique, ou encore de développer un argumentaire pour telle ou telle politique linguistique (inter)nationale. Au contraire, l’ouvrage démontre comment le plurilinguisme est, tout comme le monolinguisme à une certaine époque, un terrain de débats d’idéologies et d’instrumentalisation – tout en étant un instrument d’une certaine ambivalence – afin de préserver les rapports de pouvoir existants. Enfin, il ne s’agit pas de contribuer à la célébration et à la valorisation de la diversité des langues non plus, mais de proposer une réflexion critique qui invite à repenser l’idée du plurilinguisme comme égalitaire et libérateur. Ce travail propose de prendre en compte, dans la démarche généalogique de la compréhension du discours et en mettant en lumière les logiques d’effacement et d’iconisation, ce qui est exclu et passé sous silence, de voir la diversité de la diversité en problématisant les imaginations partielles et acquises comme non problématiques maintenant pourtant les différences linguistiques et sociales.

© ENS Éditions, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search