Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mixité dans l’éducation

 | 
Rebecca Rogers

Préface. Le fait, le droit et le symbole

Geneviève Fraisse

Texte intégral

1L’actualité du débat sur la mixité s’accorde avec le temps des premiers bilans. Deux ou trois décennies ont passé depuis la généralisation de la mixité dans les écoles, l’enseignement universitaire et les concours de recrutement. La possibilité des premières analyses concorde avec la prise de conscience provoquée par la controverse sur la parité politique. La comptabilité numérique inhérente à la réforme de la parité a influencé le regard porté sur l’institution scolaire. Pour autant « mixité » et « parité » ne sont pas des mots synonymes ; pas plus l’un ou l’autre de ces termes, d’ailleurs, ne peut être un équivalent de l’égalité, principe absolu de la démocratie et de toute utopie. On dira plus loin comment ces mots sont des illustrations utiles à la pratique de l’égalité ; comment la mixité est porteuse de sens, de valeur.

2Pour ne pas céder à la confusion terminologique, rien de tel que la réalité historique et géographique. La mixité scolaire fut un objectif politique et social pour certains, a obéi à une nécessité institutionnelle pour d’autres. La coéducation des sexes fut un rêve du xixe siècle, rêve subversif ou rêve raisonnable selon les acteurs de l’histoire de l’école. En revanche, la mixité, déjà présente dans quelques petites écoles de campagne, se développa au xxe siècle au gré de la rationalité géographique et budgétaire, et même sa généralisation après les années 1970 se fit sans grand bruit politique. Le pragmatisme ministériel fit cause commune avec le rêve égalitaire. Tout le monde fut content, ceux qui voulaient simplifier l’organisation de la scolarité pour tous jusqu’à 16 ans et ceux qui dénonçaient une séparation des sexes archaïque et discriminante.

3Mais avant, au temps de la bataille pour ou contre la mixité à l’école, le débat était polysémique. La religion pouvait trouver à redire à un rapprochement physique trop grand des sexes, la religion catholique plus que la protestante. Il faut s’amuser des arguments tout en sachant qu’ils imprègnent toujours certaines convictions d’aujourd’hui. La sexualité bien sûr, était un souci ; on l’appelait le péché et le mélange des sexes se nommait promiscuité. Cette trop grande proximité inciterait à une sexualité précoce et désordonnée, hors des conventions sociales des adultes. Elle détournerait aussi de la concentration intellectuelle et de l’attention au savoir. Mixité et instruction pourraient être contradictoires. Bien évidemment, les partisans de la mixité savaient retourner les arguments, prédire que la proximité des sexes permettrait de se connaître et ainsi de savoir équilibrer les relations humaines et l’apprentissage des savoirs. Mais alors leurs adversaires ne manquaient pas de crier à la concurrence déloyale, à la rivalité malsaine entre filles et garçons ; à la rivalité tout court, dois-je dire. Morale religieuse et domination masculine alimentèrent ainsi la bagarre idéologique. La victoire revint cependant à la démocratie ; nous savons aujourd’hui que la mixité scolaire va clairement de pair avec un égal accès au savoir.

4L’histoire de l’égalité des sexes s’est ainsi frayée un chemin vers une mixité scolaire comme condition, comme bonne condition pour offrir les mêmes chances aux deux sexes. Mais, désormais, nous avons conscience que coexistent deux réalités d’apprentissage à l’école, le désir de savoir et le désir de l’autre ; et que ces deux réalités s’harmonisent ou se font concurrence suivant l’histoire individuelle de chacune et de chacun. On sait aussi que l’histoire collective marque ces deux désirs d’une dimension de genre, perpétuant, pour finir, les inégalités entre hommes et femmes. Soulignons qu’un égal accès n’est pas une garantie de résultat identique. Le croisement des désirs et des pouvoirs met continûment le principe d’égalité à rude épreuve.

5Ainsi, la mise en place du mélange des filles et des garçons ne mène pas à une comptabilité numérique ordonnée et rassurante. Les filières scolaires sont toujours déséquilibrées, les avenirs des filles ne sont pas à la hauteur de leurs études, les représentations des garçons vacillent devant l’avantage momentanée des filles, les professeurs hésitent à séparer parfois les sexes pour leur donner confiance… Les analyses actuelles répertorient désormais avec finesse les données du problème, données à la fois contradictoires et paradoxales. La mixité est-elle bonne ou mauvaise pour l’égalité des sexes ? À l’heure des premiers bilans, la controverse est désormais installée et les solutions se font attendre. La mixité est une condition pour réaliser l’égalité, mais ce n’est pas une solution en soi. Controverse signifie qu’au regard d’un objectif partagé officiellement par tout le monde, celui de l’égalité des sexes, les moyens pour y parvenir font l’objet de disputes et d’affirmations contraires. Faut-il renforcer ou assouplir les règles de la mixité ? Si nous avons cru que la mixité était une image de l’égalité des chances, si d’ailleurs nous le croyons encore, force est de constater après trois décennies de mixité scolaire effective, que les résultats sont contrastés, si ce n’est décevants au regard de la vie après l’école, du marché de l’emploi et des lieux de décision.

6Il n’y avait aucune raison de croire l’école hors du champ social des inégalités, ici des inégalités entre les sexes. La mixité est nécessaire, mais pas suffisante pour dissoudre des inégalités chroniques. Mais en France, nous aimons neutraliser par des mots les réalités républicaines ; on en fait ainsi des symboles. « Mixité » est un terme français, intraduisible en anglais par exemple. Le terme « coeducation » est utilisé encore aujourd’hui en langue anglaise quand pour nous c’est désormais un mot désuet. Mixité correspond parfaitement à ce que nous nommons en France la neutralité scolaire. Du coup, toute sexuation de la situation scolaire, toute analyse de la réalité décalée des filles et des garçons se cogne à la croyance en cette neutralité, synonyme, c’est entendu, d’égalité. Devait-on prendre, en conséquence, la mixité pour un principe ? La réponse est clairement non.

7L’égalité est un principe de la démocratie. La mixité est une condition, disais-je plus haut, pour réaliser l’égalité. De ce point de vue, la mixité se rapprocherait de la parité qui est, à proprement parler, un instrument pour évaluer et fabriquer de l’égalité. La parité ne saurait, elle non plus, être un principe. C’est un outil, doublé d’une fonction imaginaire qui a permis la cristallisation politique que nous connaissons. La mixité n’est pas un principe puisque sa réalisation ne peut garantir la production d’égalité. La mixité est sans doute une condition, en tous cas un fait, un fait d’expérience à partir duquel le principe d’égalité est mis en œuvre. Nous pouvons aussi penser la mixité comme une valeur humaine et existentielle. La mixité n’obéit pas à une comptabilité stricte, telle la parité ; elle est un seuil d’expérience qui nous permet de l’oublier, c’est-à-dire d’en vivre.

8Le mélange des sexes exige alors, étape suivante, qu’on discute du contenu des savoirs dispensés par l’école, comme du contenu des politiques menées par les gouvernements. Là encore la neutralité masque une sexuation du monde, de la pensée et de l’action.

Auteur

Philosophe, directrice de recherche au CNRS et « professeure associée » à l’Université américaine de Rutgers

© ENS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540