Version classiqueVersion mobile

Les valeurs de la science

 | 
Clémentine Gozlan

Annexes

Texte intégral

Annexes méthodologiques

Annexe 1. Les structures d’évaluation en France : un aperçu

1Comité national du CNRS (CoNRS) : créé en 1945 et placé sous la responsabilité du CNRS, le CoNRS évalue les chercheurs et les équipes de recherche labellisées par le CNRS. Ses membres sont en partie élus et en partie nommés. Une partie de ses missions est reprise par l’AERES, mais cette structure reste en place après sa création. Chaque organisme de recherche dispose également de ses commissions d’évaluation.

2Comité national d’évaluation (CNÉ) : mis en place par Laurent Schwartz en 1984, le CNÉ était une autorité administrative qui avait pour mission d’évaluer les universités françaises. Ses membres étaient nommés. Le CNÉ disparaît à la création de l’AERES.

3Conseil national des universités (CNU) : le CNU est une instance nationale de régulation des carrières universitaires. Il se prononce sur les mesures individuelles relatives à la qualification, au recrutement et à la carrière des universitaires. Ses membres sont en partie élus et en partie nommés. L’AERES n’a pas vocation à évaluer les individus, et cette structure reste en place à sa création.

4Mission scientifique et technique (MST) : cette instance, rattachée au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, évaluait les équipes universitaires. Elle existait depuis les années 1980 et a pris d’autres dénominations au cours du temps, telles que Mission scientifique, technique et pédagogique (MSTP) et Mission scientifique universitaire (MSU). Ses membres sont nommés. La structure disparaît avec la création de l’AERES.

Annexe 2. Sources, méthodes et principes d’anonymat

  • 1 Pour reprendre le titre de l’ouvrage de Michèle Lamont How Professors Think ? (2009).

5Plus de quatre-vingt-dix entretiens ont été réalisés entre 2011 et 2015. Si la plupart d’entre eux sont conduits avec des membres de l’AERES et des évaluateurs qui interviennent pour elle, cette agence ne constitue pas un isolat social ; j’ai aussi enquêté auprès des représentants des SHS d’autres institutions : associations savantes, membres du CNU, du CoNRS. Pour mettre en regard l’évaluation à l’AERES avec des pratiques antérieures, j’ai interviewé des responsables de la Mission scientifique du ministère, dissoute à la création de l’agence. Ces entretiens approfondis permettent de comprendre « comment pensent les professeurs »1 : ils portaient principalement sur la façon dont les scientifiques se représentent l’activité d’évaluation, leur définition de ce qu’est la qualité en recherche, les projets de réforme éventuels qu’ils nourrissent pour leur discipline.

6J’ai également travaillé par observation directe, en assistant aux réunions hebdomadaires d’une commission interne à l’AERES, qui s’est tenue de septembre 2011 à janvier 2012. Dénommée « séminaire sur les indicateurs en SHS », elle avait pour objet de proposer de nouveaux instruments d’évaluation. Un deuxième terrain d’observation, plus ponctuel, a eu lieu début 2014. Il s’agissait du suivi in situ d’un comité d’évaluation AERES dans un centre de recherche d’une université de la banlieue parisienne, afin d’observer la production du jugement en action et l’usage que font les évaluateurs des instruments d’évaluation dispensés par l’agence.

7D’autre part, l’AERES publie sur son site internet une abondante documentation, telle que des rapports d’activité, des documents sur la déontologie de l’évaluation, des documents de cadrage sur l’évaluation des unités de recherche… Ces sources offrent des points de repère utiles, pour retracer l’évolution méthodologique de l’évaluation, mais j’ai principalement travaillé grâce aux archives personnelles que m’ont confiées les enquêtés. Y figuraient des comptes rendus de réunions internes, des documents consignant leurs prises de position, leurs correspondances avec différents acteurs investis dans le processus évaluatif, des documents à destination des évaluateurs, produits à titre individuel par les représentants de certaines disciplines à l’AERES. Ces archives ont souvent été recueillies après les entretiens : plusieurs enquêtés ont accepté à ma demande – moyennant mon engagement à respecter les règles d’anonymat – de me transmettre leurs dossiers d’archives personnelles. Pour réinscrire les procédures d’évaluation dans une histoire un peu plus longue, j’ai aussi collecté des archives publiques et personnelles de membres du Comité national du CNRS et de la Mission scientifique du ministère.

8Internet a été un réservoir de sources écrites précieux, notamment quand il s’est agi de trouver des prises de position tenues publiquement par les enquêtés, et de repérer des lignes de fracture au sujet de l’évaluation scientifique. J’ai par exemple consulté les motions des sections du CoNRS et du CNU sur l’évaluation, ainsi que des documents à caractère moins institutionnel, pensées libres ou pamphlets recueillis sur des blogs publics, sur les sites d’associations savantes, de disciplines, de syndicats – afin de recenser les argumentaires déployés par des académiques pour discréditer ou justifier certains instruments d’évaluation scientifique.

9J’ai enfin produit des outils d’objectivation quantitative à partir de matériaux qualitatifs. Une première base de données restitue les trajectoires professionnelles d’un panel de membres de l’AERES qui organisent directement l’évaluation de la recherche. Elle permet de comprendre à quels types de scientifiques est confiée la mise en œuvre de l’action publique. La seconde base recense les critères d’évaluation présents dans un échantillon d’une cinquantaine de rapports d’évaluation de laboratoires de recherche, mettant en lumière la pluralité des échelles de valeurs des scientifiques.

10La présentation des résultats de mon enquête tout au long de l’ouvrage obéit à des règles d’anonymat, tant pour désigner le genre des personnes concernées que leur discipline d’appartenance. Les effectifs de certaines catégories de personnels de l’AERES sont très restreints et celles-ci sont majoritairement composées d’hommes, si bien que la féminisation du titre de leur fonction permet d’identifier le peu d’enquêtées l’ayant occupée. Dans ces cas, j’ai choisi systématiquement le masculin, à la seule fin de préserver leur anonymat. Ce choix concerne notamment les fonctions de délégué coordinateur et de cadre administratif. J’ai conservé le genre des délégués scientifiques, car ils représentent une population suffisamment nombreuse et mixte pour que leur anonymat soit préservé. Lorsqu’il s’agissait de désigner de façon générique les enquêté.es, ou les acteurs.trices de l’évaluation scientifique, j’ai employé le masculin singulier ou pluriel, pour faciliter la lecture.

11La plupart du temps, la mention de la discipline précise de l’enquêté dans les passages qui reproduisent des notes d’observation ou des extraits d’entretien aurait compromis son anonymat. J’ai adopté un code qui ne prétend en aucun cas refléter l’épistémologie des disciplines, mais qui scinde les délégués selon leur appartenance aux « sciences humaines » (art, histoire, littérature, langues, linguistique, philosophie), ou aux « sciences sociales » (économie, gestion, géographie, droit, psychologie, science politique, sciences de l’information et de la communication, sociologie). Je leur ai ensuite adjoint aléatoirement un numéro chacun, ou une lettre, dans le cas des délégués coordinateurs et des directeurs de section, afin qu’ils soient clairement différenciés à la lecture du texte. Je n’indique leur discipline précise d’appartenance que lorsqu’elle permet d’éclairer le phénomène que je cherche à expliquer et lorsque cette indication ne compromet pas l’anonymat – dépendant notamment du nombre d’enquêtés appartenant à la catégorie concernée (les évaluateurs ou « experts » sont particulièrement nombreux, tandis que les délégués coordinateurs, voire les directeurs de section, le sont moins).

Annexe 3. Analyse des correspondances multiples : l’espace des positions des scientifiques à l’AERES

Typologie des variables employées dans l’ACM

Variables actives
Nom Modalités Descriptif
normale oui/non Normalien
Agreg oui/non Titulaire de l’agrégation
decorations oui/non Distingué par : Palmes académiques, et/ou ordre du Mérite, et ou/Légion d’honneur
prime_exc oui/non Titulaire de la prime d’encadrement doctoral et de recherche (PEDR), ou de la prime d’excellence scientifique (PES)
dir_lab non/1lab/2lab Directeur de laboratoire de recherche
entrepr_instit oui/non Fondateur de centre de recherche, de réseau de recherche, de revues scientifiques, de structures liées à l’enseignement (exemple : IUFM)
dir_depart_univ oui/non Doyen, directeur de département ou d’unité de formation et de recherche (UFR) à l’université
dir_ED oui/non Directeur d’école doctorale
VP_univ oui/non Vice-président recherche ou vice-président formation et vie universitaire de l’université
mbre_CS_univ oui/non Membre du conseil scientifique de l’université
mbre_CA_univ oui/non Membre du conseil d’administration de l’université
mbre_CS_hors_univ oui/non Membre du conseil scientifique d’autres établissements que l’université (exemples : Maison des sciences de l’homme, organisme de recherche, etc.)
respo_edit Non/ comit_scient_revue/ dir_revue Responsabilité éditoriales. comit_scient_revue : Membre du comité scientifique ou du comité de rédaction d’une ou plusieurs revues. dir_revue : Directeur d’une ou plusieurs revues ou d’une collection de presses universitaires.
form_etranger oui/non Formé (équivalent master et/ou doctorat) à l’étranger
prof_invit non/ pays_angl/ pays_non_ang Professeur invité (un an minimum) à l’étranger. Pays_angl : Invité dans un ou des pays anglo-saxons (États-Unis, Grande-Bretagne, Canada) Pays_non_angl : invité dans d’autres pays.
respo_pol_admin oui/non Membre titulaire de commissions ou institutions ministérielles (exemples : Commissariat au plan, directeur scientifique de la MSTP)
expert_eval_min oui/non Expert ponctuel pour des instances ministérielles d’évaluation de la recherche (exemples : MSTP, CNE)
membr_cnu oui/non Membre d’une section du Comité national des universités (CNU)
publi_angl pas_pub_ang/ peu_pub_angl/ nbreu_pub_angl Publie en anglais (non, peu, beaucoup)
presid_soc_sav oui/non Membre de la direction d’une ou plusieurs sociétés savantes ou d’association(s) professionnelle(s) de la discipline
jury_agreg oui/non Membre du jury d’agrégation
Variables illustratives
Nom Modalités Descriptif
presid_univ-post_aeres oui/non Président d’université après le ou les mandats à l’AERES
instit_cnrs_post_aeres oui/non Directeur ou directeur scientifique adjoint d’un institut du CNRS après le ou les mandats à l’AERES (INSHS dans notre cas)
presid_CNU oui/non Président d’une section du CNU
IUF oui/non Membre de l’Institut universitaire de France

12Ces quatre dernières variables ont été traitées en tant que variables illustratives – c’est-à-dire qu’elles n’interviennent pas dans les traitements quantitatifs, au risque de biaiser leurs résultats –, pour deux raisons principales : soit elles concernent un nombre trop restreint d’individus, soit elles sont relatives à leur position après leur(s) mandat(s) à l’AERES. Dans ce second cas, elles n’interviennent pas au moment de leur nomination à l’agence, mais sont des indices permettant de prolonger la caractérisation de ces acteurs et de leurs trajectoires.

13Enfin, j’ai aussi cherché à savoir si les profils des membres nommés à l’agence évoluaient en fonction du moment où ils s’y sont investis (à la création de l’AERES, ou quelques années ensuite), mais cette variable est apparue très peu discriminante et n’a pas été prise en compte. Il est possible qu’une analyse sur un temps plus long – prenant en considération la composition de l’HCERES, le successeur de l’AERES – soit plus concluante.

Contribution des modalités aux dimensions

Dim 1 Dim 2 Dim 3 Dim 4
presid_soc_sav_oui 16 0,6 0,5 9,5
prime_exc_oui 8,4 0,6 0,1 1,4
presid_soc_sav_non 6,2 0,3 0,2 3,8
nbreu_pub_angl 5,3 0,3 0,2 8,9
agreg_non 4,7 1,8 0,2 1,9
decorations_oui 4,7 3,1 1,7 4,1
normale_oui 4,5 0 2,6 1,2
respo_edit_non 4,2 0 2,2 1
pas_pub_ang 4 4,5 1 1
VP_univ_oui 3,5 0 0 5,6
dir_lab_2lab 3,1 3,5 0,8 1,6
entrepr_instit_oui 3,1 1,5 3,7 9,7
prime_exc_non 2,9 0,2 0 4,9
dir_depart_univ_oui 2,8 7 4,5 6,2
mbre_CA_univ_oui 1,5 1,5 3,9 7,2
dir_ED_oui 1,4 1,3 10,8 9,5
expert_eval_min_oui 1,2 9,7 4,4 1,9
respo_edit_dir_revue 0,7 3 6,1 3,4
mbre_CS_hors_univ_oui 0,7 2,6 0 7,3
jury_agreg_oui 0,6 7,8 1,5 1,9
prof_invit_non 0,5 1,2 0,1 8
dir_lab_non 0,4 0 5,4 7,8
prof_invit_pays_non_ang 0,2 8,3 1,2 6,2
peu_pub_angl 0,2 9,7 1,5 3,7
membr_cnu_oui 0,1 1,8 8,2 4,9
resp_pol_admin_oui 0 6,7 9,2 6,6
membr_cnu_non 0 1,1 5,1 3,1

Pourcentage d’inertie des dimensions

Dim 1 Dim 2 Dim 3 Dim 4
12,21 % 10,53 % 9,91 % 9,03 %

Documentation de l’AERES

Annexe 4. L’organisation de l’AERES

Annexe 4. L’organisation de l’AERES

Source : Archives de l’AERES, Délégation à la communication, 23 mars 2010.

14Assisté d’un secrétariat général, un président nommé par décret dirige l’agence. Un certain nombre de conseillers (aux affaires juridiques, à la formation et à la qualité, aux affaires internationales) l’entourent. Le président est également à la tête de l’instance décisionnelle de l’agence, à savoir le conseil, composé de vingt-cinq membres nommés, issus majoritairement mais non exclusivement de la profession académique. Ce conseil a pour missions principales de débattre des activités de l’agence et de la politique générale d’évaluation, d’entériner les procédures et les critères d’évaluation.

15Le président de l’AERES propose la nomination des directeurs des trois sections opérationnelles, respectivement chargées de conduire et d’organiser l’évaluation des établissements (section 1), des unités de recherche (section 2) – sur laquelle porte plus spécifiquement mon enquête, dans la mesure où elle questionne les transformations de l’évaluation de la recherche –, des formations et des diplômes (section 3). Chaque directeur de section est assisté par une déléguée administrative – ce sont très majoritairement des femmes qui assurent le déroulement administratif des activités de leur section de rattachement.

16Les directeurs sont des chercheurs et des universitaires. Ils nomment les personnels qui composent leur section, à savoir, pour les sections 2 et 3, trois coordinateurs scientifiques, représentant chacun un grand ensemble disciplinaire (sciences humaines et sociales, sciences du vivant, et sciences dures – appellation qui a ensuite été transformée en « sciences et technologies », pour ne pas, par contraste, stigmatiser des sciences « molles »). Ces coordinateurs organisent le travail des délégués scientifiques qu’ils nomment. Ces derniers représentent à l’AERES leur discipline scientifique d’appartenance, et nomment des comités d’experts externes à l’agence, pour conduire l’évaluation des laboratoires et des formations relevant de leur spécialité académique.

Annexe 5. « De la préparation d’un comité de visite à la rédaction du rapport d’évaluation. Préparation et déroulé d’un comité de visite », 2008

Étape 1

  • Prendre connaissance de la liste des Unités de recherche qui vous sont attribuées si possible avant le 1er Juillet 2008.
  • Faire une recherche bibliographique rapide pour déterminer le périmètre scientifique de l’Unité et identifier ses axes de recherche.
  • Contacter le directeur de l’unité pour obtenir des renseignements complémentaires :
    • Organigramme de l’Unité ;
    • Nombre et axes de recherche des équipes ;
    • Section du CNU à laquelle est rattachée la majorité des enseignants-chercheurs de l’Unité ;
    • La liste des collaborateurs et des personnalités pouvant avoir un conflit d’intérêt[s] ;
    • Prendre connaissance des rapports d’évaluation précédents pour connaître les recommandations qui avaient été faites pour la préparation du précédent contrat quadriennal ;
    • Décider du nombre de participants au comité de visite en fonction de la taille de l’unité et de son hétérogénéité/homogénéité thématique.

Étape 2

  • Identifier les unités du même site dont les périmètres scientifiques sont proches et qui pourraient être évaluées par le même comité de visite ;
  • Décider du nombre de comités d’évaluation pour les unités qui vous sont affectées.

Étape 3

  • Dresser une liste de personnalités scientifiques françaises et étrangères susceptibles de participer au comité de visite comme président ou comme expert.

Étape 4

  • Contacter vos homologues chargés de la même Unité chez nos partenaires, c’est-à-dire :
    • Le directeur scientifique adjoint pour les Unités CNRS ;
    • Le chargé de mission de l’INSERM pour les Unités INSERM ;
    • Le chef de département de l’INRA pour les Unités de l’INRA ;
    • Le directeur de centre INRIA [Institut national de recherche en informatique et en automatique] ;
    • Le correspondant de l’Université ou de l’établissement concerné.
  • Échanger avec nos partenaires sur le choix du Président du comité de visite et de ses membres (c’est au final le délégué scientifique de l’AERES qui décide).

Étape 5

  • Prendre contact avec la personnalité pressentie comme Président(e) du comité de visite pour :
    • lui demander si elle accepte de coordonner la visite ;
    • lui demander ses disponibilités en matière de dates ;
    • l’informer de ce que l’AERES attend du comité, et en particulier des délais à respecter concernant la rédaction et l’envoi du rapport ;
    • l’informer qu’il devra participer à une réunion de notation en mars 2009.
  • Déterminer et fixer la date de la visite du comité de visite en fonction de la disponibilité du directeur de l’Unité de recherche et de celle de nos partenaires (DSA [directeur scientifique adjoint] CNRS, chargé de mission INSERM ou chef du département de l’INRA,…).

Étape 6

  • Informer le directeur de l’Unité de la date retenue pour le comité de visite ;
  • Définir avec le Directeur de l’Unité et le Président du comité de visite un programme qui aura été cadré préalablement ;
  • Envoyer un message de confirmation au Président du comité et à nos partenaires (correspondant de l’établissement, DSA CNRS, chargé de mission INSERM, chef de département de l’INRA, directeur de centre de l’INRIA…) ;
  • Informer le délégué coordinateur de la date retenue pour le comité de visite et de l’identité du Président en attendant la GED [gestion électronique des documents].

Étape 7

  • Contacter les autres experts qui sont pressentis pour faire partie du comité de visite pour leur demander :
    • si il/elle accepte de participer au comité de visite ;
    • si il/elle est disponible à la date qui a été fixée pour le comité de visite.
  • Trouver d’autres experts en cas de refus.

Étape 8

  • Communiquer la composition et la date du comité au Délégué Coordinateur de l’AERES afin qu’il demande
    • au président de la section du CNU à laquelle est rattachée l’Unité (section principale) de proposer un expert qui soit disponible à la date fixée pour la visite (même chose pour les partenaires comité national, commission scientifique spécialisée…).

Étape 9

  • Le délégué scientifique établit une « Fiche Unité » regroupant l’ensemble des informations utiles au bon déroulement de la visite :
    • Intitulé de la visite ;
    • Nom et coordonnées du directeur ;
    • Lieu, date, et horaire de la visite ;
    • Noms et coordonnées des membres du comité (experts, CNU, CN…, délégué scientifique) ;
    • Noms et coordonnées des observateurs ;
    • Ordre du jour et programme.
  • Un certain nombre d’informations (coordonnées des experts…) pourraient être renseignées automatiquement avec la GED.

Étape 10

  • La section 2 contacte par courrier les présidents de l’université et les directeurs d’organismes pour que, s’ils le souhaitent, certains aspects particuliers puissent être ajoutés à la lettre de mission envoyée au président du comité de visite. La réponse arrivera aux délégués coordinateurs.

Étape 11

  • Communiquer la « Fiche Unité » et le « Programme de la visite » à la « chargée d’évaluation de l’AERES » afin qu’il/elle s’occupe de l’organisation logistique de la visite (ordre de mission, transports…).
  • Communiquer la « Fiche Unité » et le « Programme de la visite » au directeur de l’unité en lui demandant :
    • De bien vouloir assurer la logistique de la visite au niveau local (réservation de chambres d’hôtel en accord avec les personnes concernées, transport des membres de l’unité, repas…) et communication de l’information adéquate à tous les membres du comité ;
    • De bien vouloir envoyer aux membres du comité et à l’observateur AERES une version papier du rapport de l’unité (dossier unique).
  • Communiquer la « Fiche Unité » et le « Programme de la visite » au président et aux membres du comité de visite en leur indiquant :
  • Que les rapports leur seront envoyés par le directeur de l’unité ;
  • Que l’AERES les contactera prochainement pour organiser leur transport ;
  • Que le rapport du comité devra parvenir à l’AERES au plus tard 2 semaines après la visite et que ce rapport devra être rédigé selon les recommandations existantes dans le carnet de visite des unités de recherche.

Étape 12

  • Participer comme observateur à la visite sur le site.
  • Il sera indispensable au préalable :
    • de préciser le rôle du délégué scientifique de l’AERES qui ne doit pas être un « observateur » comme les autres ;
    • De mieux cadrer le programme de la visite en particulier en s’assurant que toutes les équipes disposent d’un temps comparable ;
    • De préciser le rôle et le mode d’intervention des tutelles de l’unité.

Étape 13

  • Prendre connaissance du pré-rapport du comité de visite ;
  • Faire éventuellement des modifications pour le rapport ;
  • Le rapport est envoyé au délégué coordinateur pour première validation ;
  • Le DS [délégué scientifique] coordinateur envoie au président d’université (avec copie au directeur de labo), au représentant des organismes de recherche partenaires, le rapport pour remarques (cet envoi est fait par courrier et par mail, une copie est envoyée directement au directeur de laboratoire) ;
  • Le DS intègre éventuellement les modifications, le reste des remarques est en annexe ;
  • Validation par le délégué coordinateur.

Étape 14

  • Organiser une réunion de restitution avec plusieurs présidents de comité de visite (une quinzaine environ), quelques DS et le DS coordinateur pour arriver à une notation des unités […].

17Source : Archives personnelles, Délégué coordinateur, « Déroulé évaluation 22-05-08 », 2008.

Annexe 6. Le référentiel de l’AERES : « Organisation et vie de l’entité de recherche »

Critère 4. Organisation et vie de l’entité

Champ d’application du critère d’évaluation

18Ce critère doit permettre d’apprécier le mode de fonctionnement de l’entité. Il porte entre autres sur l’organisation de la vie scientifique et matérielle des personnels, sur la gestion et la mutualisation des moyens financiers, sur le processus de prise de décision, sur l’existence d’un projet scientifique, sur l’utilisation d’outils de suivi de sa mise en œuvre et, de façon générale, sur tout ce qui contribue à la bonne marche de l’entité et à la dynamique scientifique prévue par son projet.

Faits observables

19Parmi les faits à prendre en compte dans ce critère, on retiendra notamment :

  • l’existence d’objectifs ou d’une stratégie scientifique pour la période écoulée ;
  • l’organisation en équipes ou en thèmes de l’entité de recherche ;
  • l’existence de plateformes ou de moyens mutualisés (des fonds documentaires, par exemple) ;
  • l’animation scientifique et les interactions entre équipes, thèmes et disciplines ;
  • le processus de prise de décision et les personnels impliqués ; l’existence d’un conseil de laboratoire, d’un organigramme fonctionnel, d’un règlement intérieur, d’assemblées générales des personnels, de clés de répartition du budget ;
  • la place des ingénieurs, des techniciens, des administratifs, des personnels accueillis à titre temporaire (CDD, par exemple) dans le dispositif de recherche au sein de l’entité ;
  • la communication interne et externe ;
  • l’affichage d’une politique de recrutement ;
  • la démarche Qualité-Environnement-Hygiène-Sécurité et son articulation avec l’activité de recherche et de formation ;

Indices de qualité

20Parmi les indices de qualité associés à ces faits observables, on pourra notamment apprécier :

  • la réalisation des objectifs énoncés ou les modalités de mise en œuvre de la stratégie pour la période écoulée ;
  • l’adéquation de la structuration de l’entité à une logique scientifique cohérente ;
  • l’accessibilité des ressources mutualisées ;l’accessibilité des ressources mutualisées ;
  • l’existence de structures d’animation scientifique transversales, l’incitation à l’émergence d’équipes, de thèmes ou de programmes innovants ;
  • la représentativité des personnels dans les instances de pilotage, la collégialité des décisions, la fréquence des réunions, la pertinence des clés de répartition budgétaire au vu de la politique scientifique de l’entité de recherche ;
  • la mutualisation des services techniques ;
  • la politique des ressources humaines en matière de formation et de mobilité des personnels ;
  • la clarté de l’affichage de la politique scientifique et des programmes de recherche (mise à jour régulière du site web, qualité de la lettre d’information, etc.) ;
  • l’adéquation des locaux aux activités scientifiques de l’entité et aux besoins des personnels ;

21Source : Critères d’évaluation des entités de recherche : le référentiel de l’AERES, version du 21 février 2013, p. 14.

Notes

1 Pour reprendre le titre de l’ouvrage de Michèle Lamont How Professors Think ? (2009).

Table des illustrations

Titre Annexe 4. L’organisation de l’AERES
Crédits Source : Archives de l’AERES, Délégation à la communication, 23 mars 2010.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/17670/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 246k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search