Version classiqueVersion mobile

« Parler librement »

 | 
Isabelle Moreau
, 
Grégoire Holtz

Postface

Isabelle Moreau et Grégoire Holtz

Texte intégral

1Au terme de ce parcours, il peut sembler vain de proposer une conclusion, tant la diversité des trajectoires étudiées paraît « rebelle » à tout effort de systématisation. Néanmoins, respecter la singularité de chaque configuration éditoriale n’empêche nullement de formuler quelques propositions sur la forme et la signification de la liberté de parole. Nous voudrions proposer ici un premier bilan de cette enquête : le résultat se veut provisoire mais suffisamment opératoire pour ouvrir le champ d’analyse à d’autres imprimés contemporains qui connaissent une aspiration similaire à la liberté de parole.

La relativité du « parler librement »

  • 1 Cette démarche est tributaire des micro-analyses de T. Cave, Pré-histoires : textes troublés au seu (...)

2L’analyse en situation des procédés d’écriture et de leurs effets a permis de reconstituer les conditions historiques, idéologiques et éditoriales qui, pour tel ou tel imprimé, sont à l’origine d’une prise de position polémique. Elle a démontré, nous semble-t-il, à la fois l’historicité du geste transgressif et la relativité des interdits qu’il met en cause : la liberté de parole est un objet relatif, en perpétuelle redéfinition, issu d’une trajectoire éditoriale singulière. Sa malléabilité notionnelle rencontre une instabilité linguistique caractéristique du français au tournant du xvie et du xviie siècle. Sa contingence est amplifiée par un contexte historique perturbé : au sortir de quarante années de guerres civiles, la pluralité des valeurs et des pouvoirs est perçue comme une source d’instabilité sur les plans politique et religieux. Les auteurs qui ont été analysés ici, tout en affirmant haut et fort leur scandaleuse différence, se situent précisément dans ce concert de voix discordantes. L’historicité du phénomène des transfuges, dont témoignent les parcours de Guillaume Reboul et d’Antoine Fuzy, rend compte des conditions de production et de réception de leurs imprimés, en les situant, d’un point de vue éditorial et idéologique, dans le contexte religieux des réformes. L’étude précise des stratégies d’énonciation révèle aussi la spécificité de ces prises de parole risquées, certes véhémentes contre leur confession d’origine, mais toujours singulières dans leurs modalités d’expression. La juxtaposition de micro-analyses, ancrées dans un contexte historique précis, permet d’inscrire la variété et la spécificité des manifestations du « parler librement » dans le cadre d’une plus longue durée, et nous l’espérons, d’en renouveler l’approche1.

  • 2 Nous n’avons abordé, dans ce volume, ni les bouleversements dans la poésie, ni l’évolution des usag (...)
  • 3 Cette première acception se rencontre encore au temps de la Pléiade, chez un poète comme Baïf : « V (...)
  • 4 Antoine Furetière, Dictionnaire universel [1690], réimp. Paris, SNL - Le Robert, 1978, 3 volumes. L (...)

3Toujours relative, la liberté de parole ne peut être définie par un contenu idéologique ou doctrinal précis : elle ne se comprend qu’en situation d’interlocution, elle n’existe que dans le dialogue qui s’établit, à un moment donné, entre une énonciation individuelle et ceux qui la reçoivent et l’évaluent d’un point de vue axiologique. Par exemple, il semble que l’emploi du terme « licence », synonyme de liberté, ait servi à indiquer le coefficient de liberté qu’un auteur s’arrogeait. La revendication ou l’accusation de « licence », au-delà des emplois poétiques qui n’ont pas été interrogés ici2, fonctionne comme l’indicateur d’une subversion en cours. Le mot connaît précisément à cette époque une subduction de sens, puisqu’il ne désigne plus, conformément à l’étymologie, une autorisation accordée de l’extérieur3, mais une autorisation que l’instance énonciative prend de sa propre initiative. De ce nouveau sens dérive l’acception péjorative de la licence : une permission dont on fait un usage abusif, un excès de liberté pour soi, comme la définira Furetière à la fin du siècle : « Licence, se dit aussi de l’abus de ces permissions qu’on étend au-delà de leur intention, ou de la liberté qu’on prend de soy-même. […] Ce libertin prend la licence de gloser sur l’Escriture, de l’interpreter à sa mode. »4 De l’autorité revendiquée à l’autorisation refusée, la licence est profondément ambivalente : si elle désigne la violence par laquelle un auteur tente d’agir sur la société ou certaines de ses institutions, elle ne peut faire l’économie de la violence par laquelle les institutions agiront, en retour, pour évaluer et juger l’énoncé sanctionné. Cette définition minimale de la liberté de parole comme « licence » n’est pas séparable d’une analyse des mécanismes d’action et de réaction qui structurent le moment de la publication.

Les lieux et les enjeux de la liberté de parole

4La violence verbale et/ou idéologique de la liberté de parole n’est pas un donné de fait, mais le produit d’une construction, elle-même évolutive. Elle est à situer dans une toponymie d’enjeux idéologiques et ne se comprend qu’en regard des protagonistes convoqués par la publication transgressive : auteur(s), censeurs, principaux acteurs sur la scène publique. Les enjeux du discours auctorial dissident recoupent, pour une part, les principaux conflits idéologiques du moment, opposant catholiques, « politiques » et réformés, mais aussi gallicans et ultramontains, ou encore jésuites, érudits et poètes libertins. Le terrain de l’écrit pamphlétaire n’est, cependant, pas le seul à se trouver investi. D’autres lieux possibles d’affrontement se dessinent en filigrane dans la production imprimée de l’époque : statut du témoignage du voyageur et de l’expérience personnelle, dans le champ scientifique ; réflexions sceptiques sur l’origine de l’homme, dans le champ philosophique, en contrepoint des thèses professées par l’orthodoxie chrétienne. Toutefois, si la liberté de parole s’affirme publiquement, la répression qu’elle peut encourir n’a pas systématiquement le retentissement d’un procès, tout comme sa victime n’endosse pas nécessairement le rôle du bouc émissaire. L’affaire Théophile de Viau est plutôt l’exception qui confirme la règle, au point de cristalliser sur le seul poète tous les enjeux de la liberté de parole. Dans ce scandale, cependant, une partie de l’affaire s’est réglée dans le secret des institutions, comme pour le jésuite Garasse, dont le sort s’est décidé au sein de la Compagnie de Jésus. Il en est de même des transfuges Antoine Fuzy et Guillaume Reboul, face aux pasteurs genevois et aux ministres nîmois, et dans un autre registre, du voyageur Leblanc, confronté aux exigences de la communauté érudite.

5Il n’y a d’expérience de la liberté que dans le rapport d’un individu à son institution d’appartenance, et dans la mise à l’épreuve de cette légitimité institutionnelle au sein de l’espace public. On ne peut étudier les enjeux idéologiques d’une publication sans prendre en compte ses répercussions sur la figure même de l’auteur, qui ne sort pas indemne de cette expérience. Le jésuite Garasse est un bon exemple d’une prise de risque excessive : ses prétentions à une autorité élargie en matière de censure et de répression des mœurs ont été sanctionnées par les instances royales de contrôle de l’écrit. Le désaveu public de la Compagnie de Jésus finit d’enlever à la personne de Garasse ce qui donnait autorité à sa prise de parole et rendait crédible son statut autoproclamé d’auteur. En politique comme en rhétorique, il existe une bienséance du discours public. On peut considérer, à l’inverse, la participation de La Mothe Le Vayer à la querelle sur la grâce comme un « coup » éditorial particulièrement réussi : alors qu’il n’est pas théologien, La Mothe Le Vayer prétend avoir autorité en ces matières doctrinales et s’autorise de la politique antijanséniste de Richelieu pour faire paraître une apologie de la philosophie antique. L’impunité dont a bénéficié l’érudit est la marque d’une autorité reconnue à la réception de l’imprimé, mais elle hypothèque en retour le sens que la communauté peut lui donner.

6Des espaces éditoriaux à ceux bien réels des institutions se joue l’affirmation de la persona auctoriale, mise en scène et mise en cause par l’imprimé subversif. Les textes-symptômes de la liberté de parole revendiquent et exhibent bien souvent des paroles fortement individualisées, mais dont l’identité n’est pas nécessairement évidente ou univoque. L’auteur est d’abord un nom permettant de rassembler un certain nombre de textes, de les délimiter, d’en exclure quelques-uns, de les opposer à d’autres. Cette fonction « classificatrice » du nom d’auteur assume un double rôle, littéraire et juridique : l’auteur est celui qui donne auctoritas à une thèse, en prend la responsabilité, en assume la paternité. Que la personne d’un auteur soit sujette à caution (La Boétie, Vincent Leblanc), ou change d’identité en même temps que de confession (Fuzy, Reboul), l’hésitation hypothèque dangereusement la légitimité de la prise de parole et les attentes qu’elle suscite au niveau de la réception. Dans le cadre des controverses interconfessionnelles, on ne peut être à la fois le garant, le défenseur et l’adversaire d’une thèse ou d’un parti, ce qu’est pourtant le transfuge, quel que soit son zèle, ou ses convictions du moment. La question de la « bonne » lecture, parce qu’elle touche au premier chef l’interprète autorisé, le censeur garant de l’orthodoxie, a constitué un angle fécond pour notre propre interprétation, soucieuse de comprendre de l’intérieur le processus d’autonomisation d’un locuteur et d’en cerner les critères d’actualisation.

La liberté de parole, les formes et le sens de l’excès

7Les analyses qui précédent, attentives aux différents enjeux de la publication, proposent une définition sociale de la liberté de parole : le « parler librement » se définit comme la violence par laquelle une personne privée se risque sur la scène publique et fait l’épreuve de sa légitimité personnelle et institutionnelle. Pour comprendre la violence qui a rendu spectaculaires ces trajectoires éditoriales, il est nécessaire d’en préciser les formes et le sens : si les manifestations lexicales de cette virulence sont variables d’un imprimé à l’autre, il faut aller au-delà, et dégager les divers modes de fonctionnement du « parler librement ». Par-delà l’hétérogénéité du corpus, deux grandes directions d’analyse se dessinent, qui permettent d’appréhender les imprimés dans leur dimension subversive.

8En premier lieu, la violence inhérente à la dynamique du « parler librement » peut être comprise comme un excès réactif, c’est-à-dire un excès indéterminé dans son contenu idéologique, mais identifiable à la cascade d’interprétations et de réponses que suscite sa puissance de transgression. Au-delà de la liberté de ton, modalité verbale de cette violence, mais insuffisante pour la définir, l’étude des visées et des moyens polémiques révèle l’instabilité idéologique d’un excès prompt à servir toutes sortes de causes. Le Discours de la servitude volontaire, par exemple, a été régulièrement instrumentalisé au cours de l’histoire pour son contenu politique explosif, tandis qu’à l’opposé les pamphlets religieux d’un Fuzy ou d’un Garasse font explicitement l’apologie d’une orthodoxie des plus répressives, mais par le biais d’une langue rabelaisienne et d’un excès verbal qui ont rendu ces imprimés non seulement inutilisables, mais même dangereux pour les ordres dont ils se réclamaient.

9Si le contenu idéologique en tant que tel n’est pas déterminant, l’essentiel ne réside pas tant dans le caractère iconoclaste d’un imprimé que dans sa capacité à susciter le débat, à provoquer une prise de position polémique. Il s’agit donc d’un excès inscrit dans une perspective militante : l’ensemble des publications que nous avons étudiées appartiennent à la catégorie hyperonyme du discours, compris dans sa visée performative. Tous ces textes, parce qu’ils s’inscrivent dans un environnement de polémique ou de propagande, ont en commun la volonté d’agir sur un public, de le convaincre du bien-fondé de la thèse soutenue. Ils sont particulièrement dépendants de leurs circonstances de publication et d’une configuration idéologique dont le rappel s’avère déterminant pour comprendre ce qui exactement suscite débat. C’est le cas du procès de Théophile de Viau, pour les pièces justificatives du poète comme pour les écrits d’un Garasse, parti en croisade contre le libertinage. C’est encore le cas de la publication pirate du récit du voyageur Vincent Leblanc, qui vaut acte de résistance contre le milieu des érudits et des philosophes libertins, grands consommateurs de littérature de voyage.

  • 5 Dans cette perspective, analyser la liberté de parole revient à reconstituer une archéologie des co (...)

10En second lieu, la violence inhérente à la dynamique du « parler librement » peut être comprise, non plus selon le prisme d’une idéologie militante, mais en fonction des paramètres qui structurent l’imprimé : code de référence et travail de différenciation à partir de, ou en réaction à, ce code. Les textes analysés, par-delà la diversité de leurs orientations idéologiques, connaissent un même processus de démarcation par rapport à un horizon d’attente donné5. Qu’il s’agisse de l’écriture canonique de la Compagnie de Jésus, de la tradition du franc archer, de la fable ovidienne, du genre scolaire de la declamatio, ou encore des références antiques aux philosophes païens, la liberté de parole résulte d’un travail de décalage opéré, parfois aux dépens de l’auteur, à partir d’un ordre donné, idéologique, institutionnel ou intertextuel. Notre démarche, privilégiant le singulier des études de cas, a démonté les ressorts de ce travail de singularisation qu’un auteur s’autorise et construit, par lequel une publication se réclame et se dégage en même temps du code dont elle dépend et sans lequel elle ne peut être comprise. C’est ce point de basculement, où l’imprimé apparaît étranger à son socle référentiel, qui a fait l’objet de toute notre attention.

11La parole libre s’exprime dans un décalage scandaleux : c’est une voix qui apparaît hétérogène sans pour autant être autonome. Notre travail a pu dégager trois stratégies de singularisation. La première est celle de l’appropriation ou du détournement d’autorités, illustrée par La Mothe Le Vayer à propos des récits de voyage. C’est un procédé de subversion par la manipulation discrète des sources, qui joue de la reprise et de l’amalgame pour mieux fondre les voix étrangères dans l’argumentaire singulier du locuteur et contribuer ainsi à l’élaboration d’un espace de franchise. La seconde stratégie, à l’œuvre dans le Dialogue IV du Cymbalum mundi, vise à brouiller les sources en les multipliant. Cette inflation référentielle participe au processus de médisance dont Garasse et Théophile sont, certes, les victimes mais qu’ils utilisent aussi pour affirmer leur propre liberté de parole. Enfin, à côté de ces stratégies de singularisation inscrites dans la sphère référentielle de l’énoncé, se dessine une stratégie de perturbation permanente des instances d’énonciation : un brouillage énonciatif qui, comme dans le Discours de la servitude volontaire, multiplie les potentialités libératrices du texte, laissant au lecteur le choix de sa propre révolte.

12Loin de s’opposer ou de s’exclure, ces deux directions d’analyse – d’une part, l’étude du discours dans ses capacités réactives et ses implications idéologiques ; d’autre part, l’analyse des codes (reprise et détournement) qui structurent l’énoncé et trahissent sa scandaleuse singularité – sont complémentaires. Sur le plan méthodologique, d’abord : si le versant de l’excès militant détermine une approche rhétorique, centrée sur les moyens mis en œuvre pour convaincre le public de la thèse développée, le versant de la singularisation détermine une approche poétique, centrée sur la composition et les stratégies spécifiques à chaque imprimé. L’analyse rhétorique est tournée vers le pôle de l’extériorité et ses enjeux idéologiques. L’analyse poétique est tournée vers le pôle de l’agencement interne du texte, compris dans ses relations avec un ensemble de codifications que l’auteur, de sa propre autorité, subvertit. L’une et l’autre explicitent la nature de la transgression : l’excès militant se conjugue à une écriture de la différenciation pour caractériser une parole subversive, suscitant une prise de position polémique. La transgression, d’un code ou d’une doxa, est bien au cœur de la liberté de parole : alors que l’excès militant est tourné vers l’extérieur et vers un public qu’il a pour objectif de convaincre, la construction de la singularisation est tournée vers l’intérieur et informe la composition du texte.

13Ces deux modalités se rejoignent pour désigner un au-delà de la liberté de parole, toujours confrontée à ses propres limites. Dans le premier cas, l’excès confine au silence : la voix de l’hybris est toujours sur le point de tarir, comme l’attestent et la voix de Théophile et celles des chiens du Cymbalum mundi ; ou bien elle court le risque de verser dans l’implicite, comme dans les démonstrations des philosophes libertins, où la partie la plus scandaleuse du raisonnement est laissée à l’interprétation personnelle du lecteur. Dans le second cas, la limite du jeu avec les codes est désignée par les imprimés eux-mêmes, dans l’inscription en creux du risque encouru, dans la conscience de la transgression expérimentée et de la répression qui guette. Cette réflexivité propre à la liberté de parole se donne à lire dans le recours au cryptage d’un La Mothe Le Vayer, quand elle n’emprunte pas les voies de l’invective et de l’insulte. Qu’il s’agisse de la tentation du silence ou de la mise en abyme du risque, les textes concernés par la liberté de parole apparaissent menacés, explicitant par des mécanismes de défense violents ou discrets leur précarité au sein de l’espace public.

  • 6 Étienne Pasquier, Recherches de la France [1560-1607], M.-M. Fragonard et F. Roudaut éd., Paris, Ch (...)
  • 7 Gabriel Naudé, Considérations politiques sur les coups d’Estat [1639], L. Marin éd., Les Éditions d (...)

14Menacés parce que menaçants : c’est là un invariant du « parler librement ». Tous ces imprimés mettent en péril, sinon le lien social, du moins la relation d’identité d’un auteur et son sentiment d’appartenance à sa communauté, comme à l’ensemble de la société. L’efficacité performative du discours engage une dynamique de violence réelle, qui est autant une condition qu’une limite à la liberté de parole. Victimes, les auteurs que nous avons étudiés sont aussi responsables de ce qu’ils génèrent en retour, quand la violence des mots provoque la violence des actes. Les contemporains sont parfaitement conscients du fait, et les premiers à souligner l’ambivalence de l’imprimé – présenté à la fois comme une des causes des dernières hérésies, comme un instrument d’agitation politique et, simultanément, comme un vecteur essentiel des idées nouvelles. À l’analyse des origines lexicales des guerres de Religion, par Étienne Pasquier6, répond, comme en miroir, le lien établi par le libertin Gabriel Naudé entre l’ébranlement subi par « les sectes et la religion », l’accroissement du nombre des « athées » et « le trop grand nombre de collèges, séminaires, étudiants, joints à la facilité d’imprimer et transporter les livres »7.

Notes

1 Cette démarche est tributaire des micro-analyses de T. Cave, Pré-histoires : textes troublés au seuil de la modernité, Genève, Droz, 1999, Postface, p. 179-181.

2 Nous n’avons abordé, dans ce volume, ni les bouleversements dans la poésie, ni l’évolution des usages de la langue : ces derniers ne sont pas encore fixés en ce début de xviie siècle et rendent compte d’une liberté de parole linguistique qui peut parfois croiser notre acception idéologique de la liberté de parole.

3 Cette première acception se rencontre encore au temps de la Pléiade, chez un poète comme Baïf : « Vouloir dire et n’avoir licence / De parler, c’est un grand tourment », Mîmes, Enseignements et Proverbes [1576], J. Vignes éd., Genève, Droz, 1992, I (V, 24).

4 Antoine Furetière, Dictionnaire universel [1690], réimp. Paris, SNL - Le Robert, 1978, 3 volumes. La Mothe Le Vayer revendiquait, dans les années trente, « une licence si independante et si affranchie, qu’elle fait gloire de n’avoir autre visee, qu’une naïfve recherche des veritez ou vraisemblances naturelles, ny plus important objet que [s]a propre satisfaction » (Dialogues, p. 15).

5 Dans cette perspective, analyser la liberté de parole revient à reconstituer une archéologie des codifications subverties ; le « parler librement » s’inscrit aussi dans le continuum de l’histoire littéraire française dont se moquait Borges : « […] avant de rédiger une ligne, un écrivain français veut se comprendre, se définir, se situer. L’Anglais écrit de manière innocente, le Français écrit, lui, en faveur de a, contre b, en fonction de c, en direction de d…  » J.-L. Borges, Le Paradoxe d’Apollinaire, Œuvres complètes, J.-P. Bernès éd., Paris, Gallimard (Pléiade), 1993, p. 1249.

6 Étienne Pasquier, Recherches de la France [1560-1607], M.-M. Fragonard et F. Roudaut éd., Paris, Champion, 1996, 3 volumes, VIII, 55, p. 1670 : « Le plus grand malheur qui puisse advenir en une Republique, c’est lors que, soit par fortune, soit par discours, l’on voit un peuple se bigarrer en mots de partialitez. […] Quand les Courtizans se cuidans mocquer voulurent appeler Huguenots ceux qui adheroient à l’opinion de Calvin, introduisans deux sectes d’hommes entre nous, l’un Papiste, et l’autre Huguenot, mots certes d’un tres-pernicieux presage, et que tout homme d’entendement pouvoit prognostiquer lors qu’ils furent premierement mis en usage ne pouvoir rien apporter qu’une entiere desolation de tout ce Royaume, laquelle nous avons depuis esprouvee. »

7 Gabriel Naudé, Considérations politiques sur les coups d’Estat [1639], L. Marin éd., Les Éditions de Paris, 1989, p. 135.

Auteurs

Allocataire moniteur à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne, membre associé de l’Institut Claude Longeon (UMR 5037), achève une thèse sur les stratégies d’écriture des libertins au xviie siècle.

Allocataire moniteur à l’Université de Paris IV, membre du CRLV, achève une thèse sur la pérégrination dans la littérature de voyage française du premier xviie siècle.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search