Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Des mots en histoire*

Texte intégral

  • * Communication au colloque "Qu’est-ce qu’on ne sait pas ? Histoire et historiographie du 20e siècle (...)
  • 1 Cité par Tzvetan Todorov, Théories du symbole, Paris, Seuil, 1977, p. 353.
  • 2 Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1967, p. 117.

1"L’esprit de la nation se reflète dans la langue", disait Humboldt en 18211. Ce que veut dire cet aphorisme, si on laisse de côté son aspect nationalitaire, c’est qu’il n’existe pas d’univers de signes hors société ni hors histoire. Opposer une linguistique "pure et dure", réfugiée dans la construction de systèmes synchroniques, et une histoire grand ouverte au temps des hommes est ce qu’il faut, d’entrée, refuser, car il n’y a entre elles, par définition, aucune interaction étudiable. Le structuralisme ne s’est-il pas construit sur une évacuation de la diachronie ? "Le linguiste, écrit Saussure à propos de l’état de langue, [...] doit faire table rase de tout ce qui l’a produit et ignorer la diachronie [...]. L’intervention de l’histoire ne peut que fausser son jugement"2.

2Nous en sommes bien revenus. Tellement revenus qu’on accuse aujourdhui certains linguistes de se mêler de tout. Ne vont-ils pas jusqu’à considérer qu’il ne peut y avoir de mot sans histoire ? D’autres diront qu’il n’y a pas d’histoire sans mots, ou qu’il n’y a peut-être d’histoire que de mots... Sur ce thème, je voudrais lancer deux propositions simples, qui me paraissent référer à deux visions différentes des rapports langue et histoire sociale, la première de type "paralléliste", le seconde de type "interactioniste" :

  1. Les mots, plus peut-être que tout autre produit social, sont des reflets ou, mieux, des témoins de l’histoire et de la société.
  2. Toute pratique politique est tissée d’appropriations langagières et les mots, acteurs et rédacteurs d’histoire, y sont compromis à tel point qu’il n’existe nulle part - y compris dans la taxinomie des sciences sociales - de code assez neutre pour rendre clair l’opaque du discours.

LES MOTS, REFLETS ET TÉMOINS D’HISTOIRE

  • 3 Emile Benveniste : "Il faut entendre discours dans sa plus large extension : toute énonciation sup (...)

3Les critiques que R. Barthes ou M. Pêcheux faisaient aux historiens ont été émises par certains historiens eux-mêmes. Je pense, par exemple, à A. Dupront, R. Robin, J. Guilhaumou, trois générations à reconnaitre, chacune à sa manière, que, grande dévoreuse d’archives donc de discours, l’historiographie française faisait l’impasse sur le problème central d’une théorie de l’archive en tant que discours et du discours en tant que production orientée, pour ne pas dire production idéologique3. Pour elle, pensent-ils, les énoncés documentaires sont transparents ; à travers eux s’effectue sans problème l’accès aux référents recherchés. Traverse obligée, mais le temps d’une lecture. Il suffit de savoir la langue... "Pour l’historien, conclut Régine Robin, le discours n’existe pas".

  • 4 R. Robin, "Le champ sémantique de féodalité dans les cahiers de doléances de 1789", Bulletin du Ce (...)

4Comme si les mots ne se chargeaient pas, dans leur énonciation - domaine exploré à tous moments par l’historien - des valeurs et couleurs que leur confèrent les enjeux, les projets et les pré-requis en présence... Ainsi des mots féodalité et propriété en 17894. La définition de féodalité en dictionnaire ne dit rien sur l’usage dominant à l’époque. Or voilà un terme qui se trouvait assimilé à l’Ancien Régime d’une manière telle qu’il était imprononçable par les nobles. La charge négative dont l’investissait la bourgeoisie avait saturé son usage, d’où son absence dans les cahiers de la noblesse. A sa place, le mot à la mode était propriété, brandi comme étendard par la bourgeoisie et repris par la noblesse jusque dans le principe : "La propriété est un droit sacré". Ce dernier terme a donc au moins en 1789 deux types d’emploi : pour la noblesse, il sert de substitut revalorisant à féodalité ; pour la bourgeoisie, il désigne le droit de possession et succession sans aucun rapport seigneurial. "La noblesse, écrit R. Robin, va défendre le système féodal à travers des énoncés construits dans un lexique qu’elle rejetterait en d’autres temps".

5Cet exemple simple a l’intérêt de rendre clairs plusieurs enseignements :

  • "Les mots changent de sens selon les positions tenues par ceux qui les emploient"5. Disons au moins qu’ils obéissent à des stratégies discursives.
  • L’affrontement de ces intérêts, places et stratégies impose, dans un rapport de forces décelable au sein des usages langagiers, des sollicitations ou des tabous d’emploi qui évoluent avec la conjoncture.
  • Conclusion générale : "Les caractères d’extériorité à l’individu et de coercition par lesquels Durkheim définit le ‘ fait social ’ apparaissent dans le langage avec la dernière évidence"6.
  • Conclusion particulière : au sein du même mot - ici propriété - plusieurs "contenus" s’entrecroisent. Les mots sont le lieu de postulations sémantiques antagoniques. (A la même époque Babeuf n’opposait-il pas un dictionnaire des "Palais" à un dictionnaire des "cabanes" ?)
  • 7 Cité dans Michel Pêcheux, L’inquiétude du discours, Paris, éd. des cendres, 1990, p. 247 (texte de (...)
  • 8 Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française, tome 6, Paris, A. Colin, 1930 [HLF].
  • 9 "Les idiomes n’ont qu’une vie de reflet" (F. Brunot, HLF, tome 6, 1, rééd. 1966, p. VI).
  • 10 La citation exacte de F. Brunot est la suivante : "La langue est le fait social par excellence", " (...)
  • 11 Cf. Françoise Helgorsky éd., Le français moderne, "Autour de l’Histoire de la langue française de (...)

6Heureusement, les historiens, depuis fort belle lurette, ne sont pas aussi naïfs, les linguistes non plus. M. Pêcheux a même vu l’origine d’une linguistique historienne critique dans l’exégèse des textes sacrés et, en passant des textes aux langues, dans le grand courant des études philologiques, dans le prolongement duquel s’inscriraient l’ethnolinguistique et la sociolinguistique actuelles7. Mais la vie et la mort de ce qui est langue dans l’histoire présupposent la vision de deux mondes en retentissements réciproques, mais de deux mondes séparés, celui du social et celui du verbe. F. Brunot, affirmant en 1924 : "Il n’est pas un phénomène d’ordre matériel ou intellectuel qui n’ait retenti dans le monde des mots"8, se donnait pour tâche de "montrer le lien entre le développement de la pensée et le développement du vocabulaire". Cette "philologie sociologique" (Brunot, 1924) - qu’on en juge par "retenti" et par "lien" dans les citations précédentes - fait de la langue le "reflet" d’une culture sociale, comme chez Humboldt9. La langue, répètera L. Febvre en 1926, "reflète avec une fidélité unique l’état général de la civilisation aux diverses époques"10. Vision de type "paralléliste"11, que L. Febvre corrigera par sa sensibilité à l’hétérogénéité des temps et à la conflictualité des milieux dénonciation. Parallélisme où Saussure trouve sa coupure fondatrice entre "linguistique interne", domaine réservé, et "linguistique externe", domaine dévolu à la sociologie et à l’histoire.

  • 12 Georges Matoré, La méthode en lexicologie, Paris, Didier, 1953.
  • 13 E. J. Hobsbawm, L’ère des révolutions, Paris, Fayard, 1961, p. 9.

7Or dire qu’il y a reflet du social dans les mots, même s’il s’agit d’infrastructure et de superstructure comme chez certains marxistes, est loin d’épuiser la complexité de leurs rapports. Plus sapirien, G. Matoré12 invoque l’existence de véritables "mots témoins" (Brunot 1928, "Les mots témoins de l’histoire") qui recèleraient, au centre des réseaux lexicaux où ils s’insèrent, toute la richesse cognitive d’une époque. "Les mots, écrit E. J. Hobsbawm, sont des témoins qui parlent souvent mieux que les documents"13. Suffit-il de les presser pour en faire sortir, tout clair, le jus de l’histoire ?

  • 14 Cf. François Récanati, La transparence et l’énonciation. Pour introduire à la pragmatique, Paris, (...)
  • 15 Charles Morris : "Un signe est expressif si le fait de sa production est lui-même un signe" (1946) (...)

8En fait, ce "témoignage" des mots est l’inverse d’une transparence. Si G. Matoré trouve, par exemple, dans le "champ notionnel" qui tourne autour d’art et artiste vers 1830 l’une des "clés" de l’époque, c’est en postulant l’existence d’une époque hors conflits, consensuelle à ravir dans la contemplation de sa culture. Il construit, ce faisant, un mythe. Un bon témoin est, à l’inverse, un révélateur de malaises, d’antagonismes, et le plus grand service qu’il puisse rendre est d’avouer son opacité, ses masques, son impuissance ou son insécurité, ses doubles jeux, ses implicites, bref son "énonciation". Voilà une notion importante que les linguistes ont ajoutée à leur panoplie14. Il faut entendre par là non seulement la présence d’un sujet dans son discours mais toute prise en considération d’un signe dans sa valeur expressive15 au site même de sa production.

  • 16 M. Tournier, "Le peuple quarantehuitard, un outil de classe", dans Des mots sur la grève. Propos d (...)

9S’il est un mot-témoin à retourner sur le gril du questionnement contextuel, c’est bien le mot peuple. Prenons-le en 184816. Il arrive en tête des formes lexicales, avec près de 600 occurrences, dans un corpus représentatif de 192 000 mots. Mais de quoi témoigne-t-il ? D’une vision unifiante de la "nation", d’un grandissement mythique de la classe ouvrière ? Non, par son déchirement sémantique comme par son flou dans les deux tiers des cas, il témoigne de l’affrontement même des idéologies en présence et des services politiques qu’il rend. Le voici unanimiste et pacifiste dans la bouche de Lamartine, classiste et révolutionnaire dans celle de Blanqui, les deux à la suite chez Hugo, les deux ensemble chez Louis Blanc, d’emploi généralisé chez les hommes politiques, d’emploi rare chez les travailleurs manuels, qui lui préfèrent ouvriers, mot dont ils sont plus sûrs... Peuple n’a rien à dire en soi. D’ailleurs, le plus souvent, il n’avoue pas ses référents. C’est sa gêne à l’emploi (ou son culot) qui fait témoignage. Sa valeur n’est pas dans sa signification en dictionnaire, voire ses dénotations en discours ; elle tient aux actes dénonciation qui le produisent ou l’évitent, aux enthousiasmes et aux méfiances qu’il engendre, etc.

  • 17 Un exemple parfait de comparaison entre des usages français et allemands dans leurs sites d’énonci (...)

10On comprend pourquoi F. de Saussure ait tenu à larguer les amarres pour donner bon vent à la linguistique structurale. Empêtré dans ses sites contradictoires dénonciation et son indécidabilité sémantique héroïsante, peuple devient inétudiable en tant que signe de langue. Mais tirons de cet exemple une conclusion pratique inverse de celle de Saussure. Tenons bon aux amarres ; la langue en soi n’est qu’une fabrication de linguiste ; c’est le réel historiquement proféré, donc construit par les mots, qui doit être d’abord étudié17.

  • 18 Roger Chartier, "Différence entre les sexes et dominadon symbolique". Annales ESC, 4, juillet 1993 (...)

11Découvrir dans certains mots des témoins d’histoire, même pris sur le fait de jouer avec l’opaque au sein des discours, c’est continuer à penser qu’ils sont des "reflets", même brouillés, de la société. On va aujourdhui plus loin. En disant, par exemple, que le sens nait des emplois et non l’inverse, que les raisons d’être des mots habitent au coeur de leur être de raison, que le diachronique fait la vie même du synchronique, que langue et société sont fondamentalement constitutives l’une de l’autre. Les mots sont histoire et l’histoire est mots, jusque et surtout dans ces déchirures qui font leur commune genèse. R. Chartier dirait plus joliment que "la construction discursive du social" va de pair avec "la construction sociale du discours"18.

LES MOTS, ACTEURS ET RÉDACTEURS D’HISTOIRE

  • 19 Deux ouvrages majeurs ont ouvert la voie aux études dans ce domaine : Jacques Driencourt, La propa (...)
  • 20 Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, p. 103-113.

12S’il est un exemple d’interaction productrice, voire de fusion intime du langage et de la société, c’est dans l’espace public de la politique qu’on le trouve. La politique n’est-elle pas l’art de s’approprier le champ des signes ? Cela commence par la parole. Rien de plus évident que l’effort, en tous temps, des hommes de pouvoir et des institutions dirigeantes pour mettre à leur service les canaux de la communication19. P. Bourdieu l’a bien montré : celui qui prend la parole en public a saisi un sceptre qui le légitime20. Investir les médias, parole et image, s’y faire connaitre et s’en faire reconnaitre est, aujourdhui plus que jamais, la première ambition des conquérants et des dominants.

13Plus insidieux est l’effort de la politique pour prendre la langue. Et pourtant est-il un pouvoir en place qui ne fasse enseigner à tous une "langue légitime" ou, au moins, le respect de sa légitimité ? Pour prendre les choses autrement, réfléchissons sur les notions mêmes de prononciation, de grammaire, de définition et de terminologie, de niveaux de langue, de francisation, de parler correct, d’orthographe... Depuis l’édit de Villers-Cotteret jusqu’aux décrets Toubon, de la promotion d’un français officiel à la défense puriste du "patrimoine", il existe en France toute une tradition de la langue d’Etat, unificatrice et axiologisée. Et que dire des hommes politiques, ces incorrigibles définisseurs, approprieurs voire voleurs de signes ? Tout postulant au pouvoir s’efforce d’imposer son propre dictionnaire (qu’on pense, par exemple, aux efforts de Le Pen pour introduire dans l’usage ses néologismes sidaïque ou établissement). Parle dans ma langue, tu penseras comme moi...

  • 21 Tel est le "nationalisme apaisé", dont témoigne, sous la direction de P. Nora, un ouvrage comme Le (...)

14On peut en dire autant de l’histoire. N’est-elle pas co-fabricatrice, avec la langue "légitime", d’identification et de cohésion nationales21 ? A elles deux, elles forment la mémoire collective dont nous sommes investis.

  • 22 M. Pêcheux définissait l’"interdiscours" comme un déjà-là : "Ça parle toujours, avant, ailleurs et (...)
  • 23 M. Tournier, "Texte propagandiste et cooccurrences. Hypothèses et méthodes pour l’étude de la slog (...)
  • 24 Sur des exemples de connotation de proximité, cf. Groupe Saint-Cloud, Présidentielle. Regards sur (...)
  • 25 Cf. Mots, 21, décembre 1989, "Langues de bois ?"

15Car qui dit loi, pédagogie, répétition, dit investissement de nos mémoires personnelles et des réflexes mentaux (ou politiques) que celles-ci commandent. R. Barthes par provocation affirmait que la langue est "fasciste". Oui, elle n’est pas à nous ; elle pense à notre place. Il faut être écrivain pour sortir du degré zéro de l’écriture... Qu’avons-nous dit, en prenant la parole dans la langue des autres ? Que savons-nous de l’effet des mots que nous prononçons22 ? Jusqu’où vont nos mots et où ne vont-ils pas, contrairement au projet que nous avions sur eux ? Qu’est-ce qu’un sens sinon l’investissement que d’autres ont fait sur nous ? Voilà bien des questions qui permettent de définir ce qu’est la propagande ; l’effort systématisé pour occuper notre mémoire et, par l’entremise des mots, des mythes et de leurs liaisons, inculquer des stéréotypes discursifs au service d’autres stéréotypes, tout en courtcircuitant notre décodage critique23... Reprenons l’exemple de Le Pen. L’un de ses outils rhétoriques est ce qu’on appelle "connotation de proximité" : même sans lien logique, à force d’être impliqués dans les mêmes énoncés répétés, les mots s’imprègnent les uns des autres. C’est ainsi qu’immigration, comme juif en des temps plus anciens, se charge, quasi à notre insu, des péchés du monde24. C’est ainsi, dans un autre contexte, euphorisant, que socialisme a pu faire rêver. Heureusement qu’à partir d’un certain degré de saturation les stéréotypes n’agissent plus, tournent tout seuls et peuvent produire cet échec de la propagande qu’est la "langue de bois"25...

  • 26 Cf. John Austin, Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil, 1970 (texte de 1962).
  • 27 "J’ai décidé d’être candidat à la présidence de la République" (R. Barre, avril 1988). Variante : (...)

16Parmi les mots dont les politiques cherchent à s’emparer ou qu’ils s’efforcent d’imposer, certains pourraient être rangés dans une classe particulière, les "performatifs26 historiques". Avec eux, l’interaction marche dans l’autre sens ; loin de refléter l’histoire, ils la font. Il ne s’agit pas d’évoquer ici des aléas providentiels du type "nez de Cléopatre" : pas plus qu’un coup de chasse-mouche n’a déclenché les guerres d’Algérie, "Vive le Québec libre !" n’explique le mouvement indépendantiste au Canada. Certes il a existé de vrais énoncés performatifs (de la proclamation des Droits de l’Homme au J’accuse de Zola ou à l’Appel du 18 Juin, la série en est longue), mais aucun n’a de caractère hasardeux ; ils s’inscrivent tous soit au terme de pré-construits qui les légitiment, soit dans des rituels de performativité sociale. Parlons d’abord des seconds. Dire : "j’ai décidé d’être candidat à la présidence de la République"27 fait partie des rituels d’auto-intronisation qui sont des faits historiques en soi. Il faut que certains mots soient prononcés pour qu’un acquis ait eu lieu. Qu’ils suivent la loi constitutionnelle ou la coutume, qu’ils dépendent de l’enjeu politique ou de la mise en scène des médias (ceux-ci préparent, font attendre et sacralisent ce type d’évènement langagier), ces mots sont l’évènement et déjà ses conséquences. Moins médiatiques (quoique...), mais plus décisifs encore, les "oui" et les "non" comptabilisés lors d’un référendum ou les noms propres lors d’une élection. Les paroles affichées ont, dans ce cas, valeur d’actes "illocutionnaires", dirait Austin, c’est-à-dire ici socialement engageants. On suit sur l’écran l’inscription de l’histoire politique en train de se faire par mots, posés et interposés. Toute société, consciemment ou non, s’articule ainsi sur des formules, dont le caractère sacré est lié au fait qu’elles sont logiquement suivies d’enregistrement, premier degré de l’obéissance. Les mots, instigateur d’un pas d’histoire, portent alors cette "vérité d’instauration" dont parlait E. Souriau à propos d’esthétique.

  • 28 Cf. J. Guilhaumou, "La Terreur à l’ordre du jour (juillet 1793-mars 1794)", Dictionnaire des usage (...)

17D’autres performatifs façonnent aussi l’histoire. Ils ne ressortissent pas au genre rite mais plutôt à la néologie : je veux parler des "mots d’ordre". Qu’on pense à "salut public" ou à "la terreur à l’ordre du jour"28. Je renverrai pour illustration de ce thème aux travaux de Jacques Guilhaumou sur la fabrication et la circulation des mots d’ordre et sur les porte-paroles révolutionnaires ou les "missionnaires-patriotes" qui font "parler la loi". Ces derniers ne s’autorisent pas de leur légalité mais du seul prestige révolutionnaire, et leurs mots d’ordre ont poussé l’histoire. On pourrait en dire presque autant des slogans ("Tout le pouvoir aux Soviets !"), des sentences populaires ("A mort Untel.. !"), que l’histoire les ait ou non sanctionnés. Ils ont pouvoir sur des foules, se traduisent en conséquences positives ou négatives (qu’on pense à "Algérie française !"), bref, plus que d’en témoigner, ils antécèdent et façonnent la conjoncture.

18L’histoire est aussi, dans un tout autre sens, tissée de mots. Que faisons-nous ici, sinon parler ? L’histoire, comme tout récit ou commentaire, doit bien un jour ou l’autre se faire phrases. Cette réalité banale touche un problème très délicat : comment parler du passé, donc des mots qui ont servi à nous le transmettre, dans les mots qui sont nôtres aujourdhui, et qui, pour nombre d’entre eux, sont les mêmes ? C’est le problème fondamental de l’anachronisme. Il se subdivise en plusieurs :

  • On le sait, toute lecture d’archive est une traduction. Comment traduire alors, quand s’est perdue la "compétence", au sens linguistique du terme ? Bernardin de Saint-Pierre écrit, dans ses Etudes de la nature (1782) : "Le peuple n’affectionne dans son prince qu’une seule qualité, c’est sa popularité". Humour d’auteur ? Méfions-nous des mots les plus évidents ; le contresens nous guette. Heureusement, voici une citation du même ouvrage qui permet de rectifier notre sémantisation spontanée : "Ils vivaient en bonne union avec leurs égaux et avec popularité avec leurs citoyens". Oui, popularité, à l’époque, avait la valeur de gentillesse, urbanité, bonne intelligence, bonté. Le mot caractérisait l’acte de donner et non celui de recevoir. Et pourtant, à la même époque, populaire est polysémique et, dans les traductions de l’anglais, popularité signifie déjà célébrité. Comment donc interpréter ce témoignage de Robespierre qui, dans un discours "sur la guerre" de 1792, mettait la popularité sur le même plan que l’autorité reconnue par les autres et que l’ascendant exercé sur les autres. Sens moderne ou sens classique ? Nos clés d’aujourdhui ouvrent mal les portes du discours.
  • Comment traduire aussi lorsqu’on ignore le producteur de signes dans son projet sur le sens, le site de production avec ses référents et surtout l’interprétation du destinataire et sa réponse (absents des archives, eux, sauf rare co-texte de réception). Les clés de la communication ne sont jamais toutes dans nos mains. Celles du sens reçu sont, la plupart du temps et pour toujours, perdues et on s’imagine trop vite que celui-ci coïncidait avec le sens du discours dit...
  • A l’autre borne, en quelle langue traduire ? Avec les mêmes mots (à redéfinir) ou avec d’autres (à inventer) ? Prenons l’exemple du terme classe. Il pullule au 18e siècle29. Tout est classe dans la société. Condillac parle au pluriel de "classes d’artisans", les "corps de métier", de "classes de marchands", les "communautés", et, dans le même discours, il oppose l’une à l’autre deux "classes de citoyens" : les "propriétaires" et les "salariés" (Le commerce et le gouvernement, 1776). Voilà donc un terme fonctionnant à deux niveaux, multipliant et dichotomisant. Pour nous, appuyés sur ce type de documents, en quels termes parler de classe ? Si l’on reprend la même forme en l’investissant d’une troisième valeur (socio-économique, idéologique...), il s’agira forcément d’un concept neuf, absent à l’époque dans les esprits sinon dans la réalité sociologique. On court le risque de la confusion rédactionnelle, entre citation et commentaire. A quelle "classe" en sommes-nous ? Inventer de nouveaux marqueurs de catégorie déplace le problème mais ne le résout pas. Car l’historien court le risque de ne plus se faire comprendre. Il se trouve alors écartelé entre deux attitudes d’écriture, l’anachronisme et l’ésotérisme, l’utilisation d’un vocable déjà là mais reconceptualisé dans une configuration sémantique de son cru, et l’invention formelle d’un néologisme classificateur.
  • 30 La NRF, 55, 1925, p. 66.

19Quoiqu’il en soit, anachronique ou ésotérique, l’historien des classes sociales doit à tous moments tenir la distinction entre vocabulaire opéré et lexique opératoire, tout en sachant par ailleurs que sa terminologie scientifique elle-même est "située" et conjoncturelle : "Ce n’est jamais le passé qui explique le présent, mais le présent qui explique le passé [...]. Ce qui arrive modifie sans cesse l’intention et la portée de ce qui est arrivé", disait Jacques Rivière30. Ce travail du temps s’effectue jusque dans les terminologies. Et cela est vrai pour toute la langue, qui est notre présent appliqué au passé. C’est avec notre langue, dans tous ses mots, que nous jaugeons l’histoire. Aussi l’historien est-il conduit à parler au moins deux langues à la fois, sur ses deux portées temporelles, à en être conscient et à le faire savoir...

  • 31 Sur interdiscours et dialogisme, cf. Tzvetan Todorov, Mikhaïl Bakhtine, Le principe dialogique, Pa (...)
  • 32 Cf. M. Tournier, "Immigrés ou immigration ? Mitterrand, Chirac et les autres", Mots, 27, juin 1991 (...)

20– En cela, tout locuteur est historien. Il parle à la fois plusieurs sens, le sien et ceux des autres, les valeurs que son expérience détermine et celles qui lui ont été inculquées. Tout discours est un "interdiscours". La réalité du langage, c’est l’existence d’un "dialogisme"31 généralisé, qui va du discours aux signes. Tous les mots, disait Bakhtine sont "déjà habités" ; tous portent des "accentuations", des "évaluations" affectives ; tous sont à la fois passé et présent ; tout signe est de part en part idéologique. Nous avons voulu, par exemple, traiter des propos sur l’immigration échangés lors de l’élection présidentielle de 1988. D’où l’idée première de définir l’"immigré" à priori. Par recours au dictionnaire ? Réponse du Petit Larousse : "Qui a quitté un pays pour s’établir dans un autre". Mais qu’est-ce qu’un pays ? "Le territoire d’une nation". Et une nation ? La communauté installée sur un même territoire et possédant une unité. Alors, un territoire ? Une étendue dépendant d’un Etat. Et un Etat ? Une nation organisée, etc. Disons, pour couper court, la France. Donc, d’après le standard français, un antillais, un canaque à Paris, tout enfant d’étrangers né en France n’est pas un immigré... Cela c’était la langue officielle, susceptible d’ailleurs d’évoluer avec les lois... Nous cherchions l’usage, les usages recouverts par le mot. Par qui, par quoi étaient-ils "habités" ? Dans les propos de l’un ou l’autre des candidats et d’un public à l’autre, ces usages variaient. L’immigré est-il toujours un étranger ? Les étrangers sont-ils tous des immigrés ? En conséquence, nous n’avons pu gérer que le flou et le fluent, l’intuitif... Et cela fut d’autant plus difficile que deux discours politiques s’opposaient nettement, l’un en "immigrés", l’autre en "immigration", deux mots sans innocence, imprégnés de présupposés contraires, pour une apparence de référent identique32.

21Si l’on prend les lexies, le problème se complique du figement morphologique. A quel moment la séquence de plusieurs mots est-elle universellement sentie comme un seul mot ? Que l’on trouve "parti socialiste" chez Lamartine ou même chez Benoit Malon, de quoi cela est-il exactement le signe, vu qu’il n’existe pas, à leurs époques, de "parti" au sens moderne ? Est-ce que la lettre de "luttes de classes" rencontrée chez l’historien Millet en 1824 serait marxiste avant le concept, quand on sait qu’il s’agit des classes multiples du Tiers-Etat insurgé contre les deux autres ordres ? "C’est la lutte des classes, écrit Guizot, lutte qui remplit l’histoire moderne" (Histoire de la civilisation en Europe, 1828). Même question : n’avons-nous que la forme sans le fond ? "L’Europe moderne est née, poursuit lui-même Guizot, de la lutte des diverses classes de la société". Il semble qu’il n’y ait encore là ni figement ni concept ("diverses" sont les classes). Bref, nous ne disposons d’aucune compétence linguistique pour définir à partir de quand une lexie s’est figée et dans quel sens. Conclusion, n’en déplaise à Saussure : le linguiste qui ne fait pas l’effort d’être historien passe à côté de sa propre langue... C’est ce qui a permis d’écrire, dans un très sérieux dictionnaire étymologique, que "gréviste" serait dû à Chateaubriand...

  • 33 J. Dubois, Le vocabulaire politique et social en France, de 1869 à 1872, Paris, Larousse, 1962.
  • 34 Cf. M. Tournier, Des mots sur la grève, Paris Klincksieck, 1993, p. 17-81.

22Enfin, tout cela se complique encore du fait de la présence de la diachronie dans la synchronie. Au sein d’une même communication, tous les discours ne sont pas à la même heure. Jean Dubois avait remarqué combien, sous la Commune, les mots des anciens quarante-huitards comme Delécluze correspondaient mal à ceux des jeunes révolutionnaires, anarchistes ou marxistes33. Tandis que les uns parlaient "monopoleur", "réacteur", "blouse", "paupérisme" ou "La Sociale", les autres juraient par "L’internationale", les "gens de Versailles", le "collectivisme" ou les "comités grévistes". Il en est de même à l’intérieur des signes : où en était le mot parti au moment où s’est fondé le POF ? Regroupement flou de partisans ou de clients, structure politique hiérarchisée de cotisants militants ? Les deux ensemble, bien évidemment. Il suffit de lire Le Nouveau Parti de B. Malon pour s’en rendre compte. Tout au long du 19e siècle, les deux postulations sémantiques de grève (l’ancienne, chômage subi par celui qui est "sur le sable" et recherche du travail, et la nouvelle, refus volontaire et collectif de travailler) non seulement se côtoient mais fonctionnent de conserve34. Dialogisme de deux époques, la révolue et la projetée, tel est toujours le présent du sens...

23Et cela est d’autant plus impalpable que ce qui est mort dans le passé, et dans le projet des mots, c’est l’avenir qui n’a pas pu être. Nous ne rencontrons dans les faits que ce qui a réussi, ce qui est devenu histoire. L’interdiscours foisonne, sans le savoir, d’innombrables sens non aboutis, que nous ne saurons jamais. A quand une histoire des illusions sémantiques perdues ?

POUR UNE LINGUISTIQUE DES HISTORIENS

  • 35 Régine Robin, Histoire et linguistique, Paris, A. Colin, 1974, p. 8.

24Le récit historique lui-même en deviendrait-il irracontable, piégé qu’il est par ses propres mots ou par les bruits et les silences qu’il rencontre. Rassurez-vous, il ne s’agit pas, écrivait déjà, il y a vingt ans, R. Robin à la suite de R. Barthes, de "mer la recherche"35...

  • 36 Exemples : "Les Jaunes : un mot-fantasme à la fin du 19e siècle" ; "Du Grand jour au Grand soir", (...)
  • 37 Isabelle Stengers, "Savons-nous lire le message du sable ?", Diogène, "Qu’est-ce qu’on ne sait pas (...)

25Malgré les obstacles ou grâce aux richesses du dialogisme à situer et de l’interdiscours à questionner, on peut en effet rêver. Imaginer une histoire générale des usages linguistiques, vus du côté des historiens, cette fois, et non des linguistes, et imaginer des histoires particulières (dont certaines ont pris le départ) : pour exemples, celle des institutions linguistiques, celle des performatifs historiques ou, plus largement, des évènements langagiers, une histoire du discours politique, bien sûr, une "étymologie sociale" aussi, qui s’intéresserait au contexte de naissance des formes et des significations et répondrait à la question non pas "d’où ce mot est-il tiré ?" mais "pourquoi tel mot a-t-il ‘ pris ’ et non tel autre, et pour répondre à quelle nécessité ou quel fantasme"36... Nous venons de parler de grève. D’autres invoquent le sable de lïnconnaissance37. Poursuivons la métaphore. Les mots ne sont pas grains de sable dans le vent de l’histoire ; ils sont le vent et l’histoire.

Notes

1 Cité par Tzvetan Todorov, Théories du symbole, Paris, Seuil, 1977, p. 353.

2 Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1967, p. 117.

3 Emile Benveniste : "Il faut entendre discours dans sa plus large extension : toute énonciation supposant un locuteur et un auditeur, et chez le premier l’intention d’influencer l’autre en quelque manière" (Problèmes de linguistique générale, 1, Paris, Gallimard, 1966, p. 241).

4 R. Robin, "Le champ sémantique de féodalité dans les cahiers de doléances de 1789", Bulletin du Centre d’analyse de discours de Lille 3, PUL, 2, 1975, p. 61-86 ; "Discours politique et conjoncture", inédit. R. Robin rappelle que J. Jaurès avait, le premier, décelé ce jeu des nobles sur le mot propriété : "Ils empruntaient ainsi sa formule magique à la Révolution bourgeoise pour persévérer dans les abus du passé" (Histoire socialiste de la Révolution française. La Constituante, Paris, éditions sociales, 1969, p. 284).

5 C. Haroche, P. Henry, M. Pêcheux, "La sémantique et la coupure saussurienne : langue, langage, discours", Langages, 24, décembre 1971.

6 Antoine Meillet, Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Champion, 1975, p. 230 (texte de 1905).

7 Cité dans Michel Pêcheux, L’inquiétude du discours, Paris, éd. des cendres, 1990, p. 247 (texte de 1977).

8 Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française, tome 6, Paris, A. Colin, 1930 [HLF].

9 "Les idiomes n’ont qu’une vie de reflet" (F. Brunot, HLF, tome 6, 1, rééd. 1966, p. VI).

10 La citation exacte de F. Brunot est la suivante : "La langue est le fait social par excellence", "un produit de la collectivité", qui "reflète, par conséquent, avec une fidélité unique, l’état des esprits, des moeurs, de la vie aux différentes époques", cité dans Le français moderne, 49-2, avril 1981, p. 128 et 161 (texte de 1924).

11 Cf. Françoise Helgorsky éd., Le français moderne, "Autour de l’Histoire de la langue française de Ferdinand Brunot", 49-2, avril 1981.

12 Georges Matoré, La méthode en lexicologie, Paris, Didier, 1953.

13 E. J. Hobsbawm, L’ère des révolutions, Paris, Fayard, 1961, p. 9.

14 Cf. François Récanati, La transparence et l’énonciation. Pour introduire à la pragmatique, Paris, Seuil, 1979.

15 Charles Morris : "Un signe est expressif si le fait de sa production est lui-même un signe" (1946). Cité dans Récanad, op. cit., p. 94.

16 M. Tournier, "Le peuple quarantehuitard, un outil de classe", dans Des mots sur la grève. Propos d’étymologie sociale 1, Paris, Klincksieck, 1993, p. 83-125.

17 Un exemple parfait de comparaison entre des usages français et allemands dans leurs sites d’énonciation est donné par Martin Hummel dans son étude de "Deux mots témoins de l’histoire : Cadre et Kader", Cahiers de lexicologie, 63, 1993-2, p. 43-76.

18 Roger Chartier, "Différence entre les sexes et dominadon symbolique". Annales ESC, 4, juillet 1993, p. 1002.

19 Deux ouvrages majeurs ont ouvert la voie aux études dans ce domaine : Jacques Driencourt, La propagande, nouvelle force politique, Paris, A. Colin, 1950 et Serge Tchakhotine, Le viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1952, rééd. 1968.

20 Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, p. 103-113.

21 Tel est le "nationalisme apaisé", dont témoigne, sous la direction de P. Nora, un ouvrage comme Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 7 vol., 1984-1994.

22 M. Pêcheux définissait l’"interdiscours" comme un déjà-là : "Ça parle toujours, avant, ailleurs et indépendamment" (L’inquiétude du discours, p. 43).

23 M. Tournier, "Texte propagandiste et cooccurrences. Hypothèses et méthodes pour l’étude de la sloganisation", Mots, 11, 1985, p. 155-187.

24 Sur des exemples de connotation de proximité, cf. Groupe Saint-Cloud, Présidentielle. Regards sur les discours télévisés, Paris, Nathan-INA, 1995, p. 170, 171, 179, 184, 186-187.

25 Cf. Mots, 21, décembre 1989, "Langues de bois ?"

26 Cf. John Austin, Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil, 1970 (texte de 1962).

27 "J’ai décidé d’être candidat à la présidence de la République" (R. Barre, avril 1988). Variante : Tai décidé de présenter ma candidature à la présidence de la République" (E. Balladur, janvier 1995). Performatif négatif : "J’ai décidé de ne pas présenter ma candidature à la présidence de la République" (J. Delors, décembre 1994). Semi-performatif : "Je suis prêt à me porter candidat à la présidence de la République" (J. Lang).

28 Cf. J. Guilhaumou, "La Terreur à l’ordre du jour (juillet 1793-mars 1794)", Dictionnaire des usages socio-politiques, fasc. 2, Paris, Klincksieck, 1987, p. 127-160.

29 Sur ce sujet, se reporter à Marie-France Piguet, "Classe". Histoire du mot et genèse du concept, des Physiocrates aux historiens de la Restauration, Lyon, PUL, 1996, 196 p.

30 La NRF, 55, 1925, p. 66.

31 Sur interdiscours et dialogisme, cf. Tzvetan Todorov, Mikhaïl Bakhtine, Le principe dialogique, Paris, Seuil, 1981.

32 Cf. M. Tournier, "Immigrés ou immigration ? Mitterrand, Chirac et les autres", Mots, 27, juin 1991, p. 107-116.

33 J. Dubois, Le vocabulaire politique et social en France, de 1869 à 1872, Paris, Larousse, 1962.

34 Cf. M. Tournier, Des mots sur la grève, Paris Klincksieck, 1993, p. 17-81.

35 Régine Robin, Histoire et linguistique, Paris, A. Colin, 1974, p. 8.

36 Exemples : "Les Jaunes : un mot-fantasme à la fin du 19e siècle" ; "Du Grand jour au Grand soir", dans M. Tournier, op. cit., p. 181-236.

37 Isabelle Stengers, "Savons-nous lire le message du sable ?", Diogène, "Qu’est-ce qu’on ne sait pas ?". 169, 1995, p. 180-196.

Notes de fin

* Communication au colloque "Qu’est-ce qu’on ne sait pas ? Histoire et historiographie du 20e siècle", Paris, UNESCO-CHEVS, 15-16 mars 1995.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540