Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Petite suite en vert*

Texte intégral

  • * Chronique parue dans Mots, 39, juin 1994, p. 114-116.

1Le rouge est marqué du "sang des martyrs". Le blanc faisait rêver au monarque déchu. Le noir a fait le deuil de l’anarchie, après celui des canuts en révolte. Le jaune a disqualifié les briseurs de grève. Prenons donc à son tour le vert au sérieux.

  • 1 "Le drapeau vert portant le mot IRLANDE est placé en évidence" (Manifestation du 17 mars 1848. Cf. (...)
  • 2 La couleur verte est le signe distinctif des "aspirants" au compagnonnage.
  • 3 Cf. Guillaume Sainteny, Us Verts, Paris, PUF, 1991, p. 6-9 (Coll. "Que sais-je ?").

2Il a ses référents et ses opposants antiques. On sait que la couleur a servi au nuancier sportif et politique dans la Rome impériale, comme plus tard à Byzance. S’y opposaient des clans colorés de blanc, de rouge, de bleu comme de vert. Relativement populiste dès cette époque, le vert a teint aussi les étendards les plus différents, celui de l’islam, celui de l’Irlande, ceux du compagnonnage... A qui appartenaient les drapeaux verts qui côtoyaient les rouges et les tricolores dans les manifestations de la rue parisienne de février à mars 1848 ? Les témoignages des contemporains hésitent entre l’expression de revendications irlandaises1 et la manifestation au grand jour de certaines corporations ouvrières2. Au siècle suivant, entre les Rouges et les Blancs affrontés en Russie, des verts agrariens ont tenté aussi de se faire une place. De nos jours, le "Vert" est devenu le signe translinguistique principal des mouvements écologistes, "du Green Party" anglais de 1973, des "Grünen" allemands de 1980, des "Grona" suédois (1981), "Grônne" danois (1983) et "Groenen" hollandais (1983) aux "Verdes" portugais de 1981 puis espagnols de 1984, aux "Verts" français (1982-84) et à la "Federazione delle Liste verdi" italienne de 19863.

  • 4 Publié par le Centre mondial d’études et de recherches sur le Livre Vert, Tripoli, 1984, 108 p.

3Côté islam, la couleur n’est pas uniquement religieuse, comme l’étendard du Prophète. Elle se prête à toutes sortes de connotations positives. Le vert est en arabe synonyme d’humide et de frais et antonyme de sec. Un "barrage vert" est un reboisement luttant contre l’extension du désert. En leur temps, El Khadafi a publié son Livre vert4 et Hassan 2 lancé sa "marche verte" à la conquête des territoires du Sud. Sous le signe du Prophète, certes, mais aussi des institutions politiques.

  • 5 Témoignage chrétien, 6 mars 1993, p. 3

4Des "marches vertes" d’un autre type (paysan) ont sillonné l’Europe, telle celle des agriculteurs espagnols qui envahirent Madrid au début de mars 1993. Ceux qui en France s’efforcent à la culture "bio" ou au "tourisme vert" sont dénommés les "agroverts"5. Le souci d"’espaces verts" a pris du service dès 1951 (Panorama du monde, 56, avril 1951). Sans oublier le candidat Lecanuet qui avait peint en vert-jeune sa campagne de 1965...

5Mais prenons en exemple le seul mois de juin de l’année 1992. Aucun n’est plus caractéristique de la mode ambiante. La conférence mondiale, dite Sommet de la Terre, s’ouvre à Rio, justement ce mois là. Dans tous les journaux, le vert pousse avec verdeur. Petit florilège, qui commence avec une nouvelle revue, Valeurs vertes (1er numéro, juin 1992) et voit prospérer les titres les plus "verts" dans la nouvelle collection de chez Dunod, Stratégie verte. Un label vert, protecteur de marchandises écologiques, est lancé en France le 25 juin 1992. Quelques titres d’articles de même date suffiront à montrer l’éventail des emplois :

  • 6 Le Nouvel Observateur, 11 juin 1992
  • 7 Le Monde, 16 juin 1992
  • 8 Midi Pyrénées, 5 juin 1992
  • 9 Ouest France, 9 juin 1992
  • 10 Le Parisien 92, Hauts de Seine, 9 juin 1992
  • 11 Que Choisir, Juin 1992
  • 12 Le Canard enchainé, 24 juin 1992
  • 13 Le Monde, 25 juin 1992
  • 14 Le Quotidien de Paris, 24 juin 1992
  • 15 Le Figaro éco, 24 juin 1992
  • 16 Le Parisien, 24 juin 1992
  • 17 Valeurs vertes, 1, juin 1992, p. 14
  • 18 Ibid, p. 12
  • 19 Quademi, "Discours de l’écologie", Printemps 1992, p. 13
  • 20 Libération, 3 juin 1992
  • 21 Le Figaro, 3 juin 1992

"La chasse aux khmers verts" (lire écolos intégristes)6
"Au royaume de la voiture verte" (lire véhicule électrique)7
"La voiture verte est ‘ bleu EDF ’" (id.)8
"A Sao Paulo, le business est ‘ vert ’" (lire qualité de l’eau)9
"Carburant vert : Rueil montre l’exemple" (lire sans plomb)10
"La vie en vert" (lire gestion écologique des ordures)11
"Bientôt, les centrales nucléaires Vertes !" (lire non polluantes)12
"Poubelles vertes" (lire ramasseurs d’emballages et déchets)13
"Ségolène Royal lance l’emploi vert" (lire métiers de l’environnement)14
"Chômeurs de longue durée : 35.000 ‘ emplois verts ’" (id.)15
"35 000 petits boulots verts" (id.)16
"les communes préservent leur patrimoine vert" (lire arbres)17
"Verts : malaise" (lire le Parti écologiste)18
"Les mots et les verts" (lire tous les écologistes)19
"La diplomatie sera verte ou ne sera pas" (lire environnementaliste)20
"Les nouveaux habits verts des industriels (académiques + écologistes)21

  • 22 Attestations dans Valeurs vertes et Quaderni, op. cit.
  • 23 Philippe Charrier, "Apprendre à gérer l’incertain", propos recueillis dans Quademi, op. cit., p. 1 (...)

6Et que dire de la base devenue préfixe éco-, tellement à la mode dès cette même époque (éco-taxe, écoproduit, éco-emballage, éco-industrie, écosphère, écosystémique, écodéveloppement, eco-based-competitor, éco-communication)22. Au congrès de Rio, le représentant croate parle d’"écocide" (12 juin 1992). En France, chaque parti traditionnel fait dans le vert. Michel Rocard a tenté de lancer écosocialisme dès 1990, puis est venu son mot d’ordre : "L’écologie oui, l’égologie non !". Il ne s’agit pas que de mode, de stratégie ou, mieux encore, de philosophie politiques. Derrière les mots, une angoisse réelle et déjà ancienne, en voie de s’universaliser, fait que "les savants scrutent l’atmosphère depuis des dizaines d’années avec une patience digne du Désert des Tartares"23.

Notes

1 "Le drapeau vert portant le mot IRLANDE est placé en évidence" (Manifestation du 17 mars 1848. Cf. Rémy Gossez, Les ouvriers de Paris (1848-1851), Livre 1, "L’organisation ouvrière", tome 3, dact, Sorbonne, Section d’Histoire, s.d., p. 506.

2 La couleur verte est le signe distinctif des "aspirants" au compagnonnage.

3 Cf. Guillaume Sainteny, Us Verts, Paris, PUF, 1991, p. 6-9 (Coll. "Que sais-je ?").

4 Publié par le Centre mondial d’études et de recherches sur le Livre Vert, Tripoli, 1984, 108 p.

5 Témoignage chrétien, 6 mars 1993, p. 3

6 Le Nouvel Observateur, 11 juin 1992

7 Le Monde, 16 juin 1992

8 Midi Pyrénées, 5 juin 1992

9 Ouest France, 9 juin 1992

10 Le Parisien 92, Hauts de Seine, 9 juin 1992

11 Que Choisir, Juin 1992

12 Le Canard enchainé, 24 juin 1992

13 Le Monde, 25 juin 1992

14 Le Quotidien de Paris, 24 juin 1992

15 Le Figaro éco, 24 juin 1992

16 Le Parisien, 24 juin 1992

17 Valeurs vertes, 1, juin 1992, p. 14

18 Ibid, p. 12

19 Quademi, "Discours de l’écologie", Printemps 1992, p. 13

20 Libération, 3 juin 1992

21 Le Figaro, 3 juin 1992

22 Attestations dans Valeurs vertes et Quaderni, op. cit.

23 Philippe Charrier, "Apprendre à gérer l’incertain", propos recueillis dans Quademi, op. cit., p. 105.

Notes de fin

* Chronique parue dans Mots, 39, juin 1994, p. 114-116.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540