Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Union sacrée*

Texte intégral

  • * Chronique parue, sous le nom de Maurice Milan et le titre "De l’unité nationale", dans Libération (...)

1Avec le vote massif des députés français, appuyant le 16 janvier dernier leur gouvernement face à la crise du Golfe, des mots autrefois entendus sont revenus en masse. Mais pourquoi à l’expression "Union sacrée", proposée ce soir-là (naïvement ?) par les journalistes, les politiques en ont-ils préféré d’autres, telle "cohésion nationale" ? (A3, 20h). P. Mauroy parle comme s’il contournait une difficulté de langage : "C’est un moment d’unité nationale, je ne dis pas d’union nationale mais d’unité nationale" (A3, 21h30). A. Juppé lui emboite le pas, un quart d’heure plus tard en répondant à la question "Pourquoi avez-vous approuvé cette résolution ?" posée par J.-M. Cavada : "Pour des raisons d’unité nationale". Et J. Lacaze reprend, de son côté, l’autre locution socialiste : "Il est inadmissible que nos soldats ne sentent pas la cohésion nationale qui est derrière eux" (A3, 22h30). Unité ou cohésion, oui. Union, non. Pourquoi ?

2A cause de l’Histoire. Le Monde venait opportunément de rappeler l’"union sacrée" de 1914 ("La tradition pacifiste", 13-14 janvier 1991). Et c’est bien cet arrière-plan qui était présent dans l’éviction du mot. L’Histoire a donné à union la valeur de rassemblement volontaire en vue d’actions communes et de responsabilités partagées, alors qu’unité ou cohésion font appel à l’image de la France en soi, à une solidarité "de nature", indubitable. Se situant au-delà des partis, De Gaulle prônait l’"union nationale" au nom de l’"unité française" (Mémoires de guerre, L’Unité, ch. 3, 1956). Aussi l’"union sacrée", mêlant les deux valeurs pour un rassemblement sans nuance autour du drapeau, est-elle ressentie comme un piège par les partis. Poincaré en relançait la formule après Viviani au lendemain de l’assassinat de Jaurès, le 4 aout 1914, et si Barrès vint à l’enterrement c’est au nom de cette "union sacrée". Ce qui a été redouté est son prolongement en 1918. Certains croient, écrit à l’époque Charles Gide, "que la lutte des classes sera abolie grâce au maintien de l’Union sacrée".

3Voilà pourquoi aujourdhui ces termes marqués d’histoire sont maniés avec des pincettes. Pour preuve la conclusion que F. Mitterrand, qui s’y connait, donne à son allocution, ce fameux 16 janvier 1991 : après avoir invoqué la "cohésion nationale", c’est "l’unité" (à "préserver") qui clôt, tout naturellement, le message. Echos au Sénat : "Sans renoncer à nos convictions, nous entendons faire prévaloir la cohésion nationale sur la division" (J. Lecanuet) ; "L’heure est à l’unité nationale" (Ch. Pasqua). Pour parler d’"union sacrée" de nos jours, il faut ou bien n’en pas sentir, par ignorance ou désir d’oubli, les références et connotations historiques, ou bien vouloir redonner à "union sacrée" la connotation mystique que l’expression possédait il y a plus d’un siècle (L’abbé Mouret de Zola invoquait encore "l’union sacrée de Jésus et de son Eglise"). Serait-ce le cas de F. Léotard qui, toujours ce 16 janvier 1991 (cf. Libération du 17), appelle, seul, les Français à l’"union sacrée" ?

Notes de fin

* Chronique parue, sous le nom de Maurice Milan et le titre "De l’unité nationale", dans Libération du 12 février 1991, p. 15.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540