Version classiqueVersion mobile

Le sentiment linguistique chez Saussure

Que pouvait-on comprendre par sentiment de la langue à l’époque de Saussure ?

Gilles Siouffi

Texte intégral

1Dans la contribution que Saussure a apportée à la linguistique, deux notions font aujourd’hui l’objet d’une réévaluation heureuse : celle de sujet parlant et celle de sentiment linguistique.

2La notion de sujet parlant apparaît dans les années 1890, et elle est d’emblée vue par l’auteur lui-même comme une notion cardinale. Citons Saussure : « La conquête de ces dernières années est d’avoir enfin placé non seulement tout ce qui est le langage et la langue à son vrai foyer exclusivement dans le sujet parlant soit comme être humain soit comme être social » (« Nouveaux documents », s. d., Saussure 2002, p. 130). Cette phrase propose implicitement un programme, mais ancre également la problématique dans une évolution des cadres de pensée dont il serait intéressant d’essayer de dessiner plus précisément les contours.

3L’articulation entre la notion de sujet parlant et celle de sentiment linguistique est explicite dès le début chez Saussure, comme l’atteste la citation suivante, tirée des notes de la « Troisième conférence à l’université de Genève », de novembre 1891 : « Rappelons que tout ce qui est dans le sentiment des sujets parlants est phénomène réel » (ibid., p. 185). Comme nous l’indiquions dans l’introduction de ce volume, c’est essentiellement, pour les non-spécialistes, la publication des Écrits qui a permis d’attirer l’attention sur la présence forte, chez Saussure, de ces deux motifs, alors qu’ils sont moins visibles dans la version publiée du Cours. Pour autant, les notes de l’édition de Rudolf Engler font apparaître de nombreuses occurrences de ces expressions en relation avec la perception des unités (préfixes, etc.), ce qui fait de sentiment un terme clé de l’analyse (voir Appendice B du Cours : « L’analyse subjective et la détermination des sous-unités » ; Saussure 1967, p. 253).

4Une préoccupation importante de Saussure est de savoir ce qui est réel dans la langue et dans son fonctionnement. À ce titre, on pourra mettre en rapport deux citations, l’une extraite des notes de la conférence de novembre 1891, proche de la précédente, l’autre des notes du Cours. Voici la première : « Ce qui est réel, c’est ce dont les sujets parlants ont conscience à un degré quelconque ; tout ce dont ils ont conscience et rien que ce dont ils peuvent avoir conscience » (« Notes sur la morphologie », 1891-1894, Saussure 2002, p. 183). Et voici la seconde, qui associe explicitement sentiment et sujet parlant : « Ce qui est dans le sentiment des sujets parlants, ce qui est ressenti à un degré quelconque, c’est la signification et on pourra dire alors que le concret réel, pas du tout si facile à saisir dans la langue = ce qui est ressenti, ce qui à son tour = ce qui est significatif à un degré quelconque » (II R 42 / SM II 61, Saussure 1967-1968, vol. I, p. 238).

5Il se crée apparemment un lien fort, chez Saussure, entre ce qui est ressenti par le sujet parlant, ce qui est significatif, et ce qui est réel, concret. Pour y parvenir, il fait appel la plupart du temps à la dimension du conscient, même s’il lui arrive aussi de parler d’inconscience, comme nous le verrons : « Réalité = fait présent à la conscience des sujets parlants » (Saussure 2002, p. 186-187).

6On pourrait multiplier les citations, et il y a danger à ne s’appuyer de la sorte que sur des citations séparées. Notre objectif ici sera assez simple, et assez factuel. Même si la notion de sentiment linguistique acquiert chez Saussure une signification et une opérativité qui lui sont propres, il est raisonnable de penser qu’elle n’est pas sortie tout armée de son cerveau. Si, comme il l’affirme, « la conquête de ces dernières années » (2002, p. 130) a été précisément, vers 1890, de mettre en avant le sujet parlant comme être humain (au sens d’individu, alors), et comme être social, Saussure a bien dû s’appuyer sur des réflexions préexistantes. Le problème, ainsi que le souligne Testenoire (2018, p. 15, n. 4), est que Saussure avait l’habitude de ne pas mentionner ses lectures, et plus encore lorsqu’il ne s’agit pas de linguistique. Il est difficile, dès lors, d’être sûr de soi lorsqu’on parle d’« influence ». De fait, une lecture superficielle de ses écrits (dont nous ne connaissons toujours pas l’entièreté) peut faire naître à l’esprit l’idée d’analogies avec des penseurs légèrement antérieurs ou contemporains. On pense à trois en particulier : dans l’ordre de naissance, Émile Littré (1801-1881), Michel Bréal (1832-1915), et Hermann Paul (1846-1921). Chez tous trois, on trouve des réflexions sur ce qu’on pourrait appeler de façon générique et floue, à ce stade, le « sentiment de la langue », dans des sens parfois fort distincts de ce qu’on trouve chez Saussure. Le premier, notamment, Émile Littré, s’il utilise le terme sentiment de la langue, le fait en partant d’objets d’étude – diachroniques – radicalement éloignés de ceux de Saussure, et même, pourrait-on dire, antithétiques. Pour autant, on trouve chez Saussure (dans les notes publiées de l’édition d’Engler), de nombreux passages où le linguiste s’intéresse à la différence d’analyse d’une forme, selon qu’on se réfère à son sentiment « latin » ou « français » (voir Fadda 2013a, Reichler-Béguelin 1995 pour ce qui ressortit à l’étymologie), les expressions « sentiment latin » et « sentiment français » renvoyant à la façon dont les locuteurs du latin ressentent leur langue dans l’état de langue concerné. Le deuxième, Michel Bréal, a fait également usage du syntagme sentiment de la langue (voir Courbon 2012), et de façon générale, il y a beaucoup à tirer de la partie subjective de son approche de la sémantique. Enfin, on reconnaît aujourd’hui, même si cela reste peu documenté, l’influence que Hermann Paul (chez qui l’on rencontre la notion de Sprachgefühl) a pu avoir sur toute une génération de linguistes dont Saussure, le linguiste allemand ayant acquis dans les années 1890 une notoriété considérable. D’autres penseurs contemporains peuvent être mobilisés, comme William Dwight Whitney (1827-1894), mais nous nous en tiendrons aux trois premiers.

7Nous ferons donc dans un premier temps une revue de ce qu’on peut dire de la mobilisation du terme sentiment de la langue (puisque sentiment linguistique ne s’y trouve apparemment pas) chez Littré, Bréal, et quelques autres grammairiens de tradition française. Dans un deuxième temps, nous explorerons la notion de Sprachgefühl telle qu’elle a été utilisée dans la tradition allemande, et notamment chez Paul. Et dans un troisième temps, nous tenterons de dégager en quoi Saussure a renouvelé le questionnement sur ce dont on peut investir les expressions sentiment de la langue et sentiment linguistique par rapport à son époque. Ces réflexions, à leur tour, feront naître des questions. Parmi celles-ci, on peut d’ores et déjà en formuler au moins trois. La première est de savoir si le sentiment linguistique est d’ordre conscient ou inconscient, pour les auteurs cités, et notamment pour Saussure, et de quelle manière le rapport entre la conscience et l’éventuelle « inconscience » peut se décrire. La deuxième est de savoir si le sentiment linguistique doit rester de nature, ou d’opérativité, essentiellement synchronique, ou s’il est possible de le mobiliser pour rendre également compte d’évolutions – ou de ruptures – diachroniques. Enfin, on peut se demander si le sentiment linguistique doit être strictement cantonné à la sphère individuelle, autrement dit s’il doit être maintenu dans sa dimension « subjective », adjectif fréquemment utilisé par Saussure, ou s’il est possible d’en étendre l’opérativité au-delà des limites du sujet parlant, d’une manière qui pourrait être communautaire, sociale, ou historique, ce qui rejoint la question sur la diachronie. Autant de questions qui, naturellement, ne pourront ici qu’être posées, et situées, dans l’espace restreint de cette contribution.

1. Le sentiment de la langue selon Émile Littré

8Le terme sentiment a connu au xixe siècle une grande popularité dans la langue française, qui fait écho avec celle, en allemand, du terme Gefühl. En français classique, sentiment a plutôt le sens d’« opinion », « avis », comme le montre son usage chez les remarqueurs sur la langue française qui ont suivi Vaugelas, et la grande quantité d’ouvrages relevant du genre de l’essai qui font figurer dans leur titre le mot sentiments au pluriel (Sentimens de l’Académie françoise sur la tragi-comédie du Cid, 1637). Toutefois, la construction d’une opposition entre deux modes de connaissance, par la raison et par l’intuition, est ancienne et remonte au moins à la fin du xviie siècle. On pourrait citer à ce propos cette phrase emblématique de Malebranche : « Je distingue entre connaître par idée claire et connaître par sentiment intérieur » (Malebranche 1979, I, p. 782), que Littré utilise d’ailleurs pour exemplifier le mot sentiment dans son dictionnaire.

9C’est à l’époque romantique, naturellement, qu’une vision élargie du sentiment apparaît. On trouve chez Chateaubriand le syntagme sentiment de la langue (voir Principato 2003), dans une continuité manifeste avec des syntagmes tels que sentiment de la nature, sentiment de la musique ou sentiment de la poésie. Charles Nodier utilise le syntagme sentiment de la parole (Nodier 1834, p. 257) pour l’opposer, dans sa recherche d’une linguistique des origines, à l’artifice introduit par l’écriture.

10L’Histoire de la langue française de Littré est un recueil d’articles parus dans le Journal des savants, la Revue des deux mondes et le Journal des débats, avec une introduction originale. Sa première édition date de 1862, et l’ouvrage sera vite réédité. Il apparaissait en effet sans doute comme la première synthèse permettant au grand public francophone d’avoir une idée générale de l’histoire de sa langue et de ses évolutions.

11Pour un lecteur d’aujourd’hui, l’Histoire de la langue française de Littré est un ouvrage plutôt déconcertant. Les considérations d’histoire externe y sont articulées avec ce qu’on appelle aujourd’hui l’histoire interne de façon parfois aventurée, et la spéculation y occupe une grande place. Mais Littré part malgré tout de la philologie, à laquelle il applique un esprit positiviste issu d’Auguste Comte. Comme le relève Alain Rey (2008, p. 201), il s’agit pour lui de partir des formes, et ce que lui apporte la philologie, c’est leur comparaison. Il transporte ainsi cet esprit de comparaison depuis les sciences naturelles (et notamment la médecine, autre grande influence chez lui) vers l’histoire. L’objectif est donc de partir des rapports. Mais comment les interpréter ? C’est ici qu’intervient l’appel au sentiment. Littré se fait « une religion de l’expérience », écrit Rey (ibid., p. 204). La philologie lui offre non pas matière à la découverte d’un système linguistique, mais des traces. Et ces traces, nous ne sommes plus sûrs de la manière de les interpréter. Littré postule ainsi un décalage dans la compréhension des formes. C’est sur l’hypothèse d’une différence qu’il s’appuie pour avancer sa théorie du sentiment. Et ici, sa vision de l’histoire des langues, comme chez Nodier (mais l’idée date au moins du xviiie siècle), s’appuie sur la supposition d’un état foncièrement différent de ces mêmes langues qui a précédé l’écriture et toutes les modifications introduites par la culture. Ainsi, pour lui, lorsqu’on parle d’une langue quelconque, il est nécessaire de distinguer au moins deux états : l’état dont nous sommes les témoins, et un autre état, reculé, auquel nous n’avons plus accès si ce n’est par le biais des traces que nous livre la philologie, et qui était fondamentalement autre.

12À cette différence entre deux états de langue s’ajoute l’évolution des langues qui, par le biais des interventions des grammairiens, progressent malgré tout vers un état plus stable, en voie de « fixation » (et ici aussi l’idée remonte au moins au xviiie siècle). « Il est évident que le sentiment n’est pas le même chez ceux qui usent d’une langue fixée et chez ceux qui usent d’une langue naissante », écrit-il (Littré 1863, t. I, p. 339). Et voici comment il considère le phénomène général du changement :

Quand on suit depuis la plus haute antiquité les langues indo-germaniques auxquelles nous appartenons, on les voit constamment tendre à changer leur système grammatical. À chaque mutation le sentiment de la syntaxe se perd davantage, les affinités analogiques se rompent, et l’on peut répondre que, de ce côté, plus une langue est ancienne, moins elle offre de ces irrégularités et moins elle est barbare. (ibid., p. 311)

13Position à la fois radicale et paradoxale, mais qui s’inscrit bien dans la tendance générale de Littré à la généralisation brutale, qui peut le conduire à adopter, pour reprendre une formule d’Alain Rey, des positions « illusoirement simple[s] » (2008, p. 224).

14Toujours est-il que, sur ce postulat d’une altération du sentiment entre deux états de langue posés comme différents tout en restant dans une continuité, Littré va décliner l’application du terme à divers types de perception. C’est ainsi qu’il va parler du sentiment des cas, par exemple (1863, t. II, p. xxxii-xxxv), du sentiment du changement des voyelles (ibid., p. 121), du sentiment des raisons (p. 106) du sentiment de l’emploi correct, du sentiment des longues et des brèves (p. xxiii). Sans, à notre connaissance, qu’il le définisse vraiment, le terme sentiment va s’offrir à lui comme une manière commode d’aborder les phénomènes linguistiques en sortant de la perspective strictement descriptive donnée par la philologie. Néanmoins, en dépit du caractère parfois suggestif de ses propositions, on ne peut pas dire que nous nous trouvions véritablement dans le cadre d’un raisonnement linguistique, comme c’est le cas chez Paul.

15Les divers types ponctuels de sentiment appliqué aux formes peuvent en venir à se synthétiser dans un sentiment de la grammaire, puis dans un sentiment de la langue :

Dans une langue à cas, et pendant l’époque où le peuple qui la parle a le sentiment de sa grammaire, le besoin de la clarté oblige à observer exactement les conditions que les désinences expriment. Mais dans une langue dont les déclinaisons se défont et à l’époque de la transition où le sentiment d’une telle grammaire se perd de plus en plus, le besoin de la clarté, bien loin de reconstituer les cas, et de remonter vers des formes qu’on abandonne, conduit incessamment à la désuétude des formes significatives. (p. 439)

16Comme on le voit, ce sentiment de la grammaire est susceptible de changer dans le temps, ce qui suppose peut-être un parallélisme entre les modifications du sentiment et les évolutions de la langue. Toutefois, on ne lit pas chez Littré, à notre connaissance, de réflexion sur la manière dont ce sentiment peut s’exercer. Tout au plus fait-il appel ici au « besoin de clarté ». Plus haut, nous trouvions l’évocation d’affinités analogiques. Mais le point de vue du locuteur n’est pas réellement approfondi. En réalité, les faits d’histoire externe viennent rapidement en renfort de la postulation du changement affirmée de prime abord :

Ce n’est qu’au xve siècle que l’on s’est mis à joindre les pronoms [nous dirions aujourd’hui déterminants] possessifs masculins avec des noms féminins commençant par une voyelle ou par une h. muette, singulier solécisme dû à ce que, le sentiment de la langue s’étant affaibli durant les longues calamités de ces temps, l’oreille, moins subtile, ne se contenta plus à aussi peu de frais qu’auparavant. (p. 83)

17Visiblement, Littré considère que le « sentiment de la langue » est susceptible de s’altérer comme la langue elle-même, et qu’il est peut-être même sensible à des conditions historiques. On mesure à partir de ce type de propositions de quel poids pèse encore, de son temps, la vision de ce que peut être l’état correct d’une langue. Lorsqu’il parle du sentiment du vieux latin (p. 14), il est possible qu’il y voie une forme de « vérité de la langue » antérieure aux séries d’événements qui ont ensuite précipité le latin vers l’issue fatale d’être une « langue morte ». De fait, la transformation du latin classique en autre chose (alors souvent nommé bas latin) est une source d’interrogation majeure pour la culture moderne, au moins depuis le Glossarium ad scriptores mediae et infimae latinitatis de Du Cange (1678), qui a bouleversé la vision qu’on pouvait avoir à l’époque du latin. Pour Littré comme pour beaucoup de ses contemporains, cette histoire reste (sans doute inconsciemment) difficile à admettre. À rebours de toute vision continuiste, les états de langue semblent s’offrir à lui comme des ensembles cohérents soutenus par le sentiment qu’en ont les locuteurs.

18Au final, le terme sentiment s’offre sans doute comme une des caractéristiques du système terminologique, s’il y en a un, de l’Histoire de la langue française de Littré. Il est présent vingt-six fois dans le tome I, vingt-quatre dans le tome II. Le terme est particulièrement récurrent dans les introductions, ce qui témoigne d’une potentialité théorique, sans néanmoins que des contours précis lui soient donnés.

19On peut alors faire l’hypothèse que Littré s’est emparé de la popularité, dans l’esprit du temps, d’un mot à la mode qu’il a peut-être volontairement maintenu dans une saisie vague, souple, mais qui était évocatrice pour l’époque. Il est possible aussi qu’il se soit nourri de quelques antécédents. En 1868, en effet, il préfaça une nouvelle édition de la Grammaire historique d’Auguste Brachet, dont la première édition date de 1844, ouvrage couronné par l’Académie française, et qui allait être inscrit au programme du Conseil supérieur de l’Instruction publique en 1880. Cet ouvrage contient des formules qui rappellent ce que nous avons lu dans l’Histoire de la langue française, bien qu’en moins grand nombre. Ainsi : « C’est vers le onzième siècle que le sentiment latin de l’accentuation latine se perd définitivement » (Brachet 1867, p. 80) ; ou encore : « Le neutre disparut, et on ne peut qu’en approuver la suppression, car la langue latine avait tout à fait perdu le sentiment des raisons qui à l’origine avaient donné à tel objet plutôt le neutre que le masculin, et le bas latin en réunissant celui-ci à celui-là, préparait cette simplification du langage, que les langues romanes ont adoptée » (ibid., p. 156). Le champ d’application était morphologique, comme cela sera souvent le cas chez Littré (avec la phonétique et, dans une moindre mesure, la syntaxe). L’objectif est visiblement de commenter l’appareil de formes que présentent les langues. Mais on remarque ici que c’est la langue, pour Brachet, qui est sujet de ce sentiment, langue-sujet volontiers dotée de préférences, comme il pouvait être l’usage à son époque, dans le sillage de certains grammairiens romantiques allemands après Humboldt.

20Comme le relève Pierre Boutan (2012), il a existé un mouvement collectif, dans la seconde moitié du xixe siècle, et surtout après 1870, pour introduire une dimension historique dans l’enseignement de la grammaire. En 1874, Brachet fait ainsi paraître une Nouvelle grammaire française fondée sur l’histoire de la langue. L’objectif est d’être plus scientifique, et surtout de ne pas faire reposer l’enseignement de la grammaire sur l’apprentissage mécanique de règles au demeurant difficiles à retenir. Dans cette Nouvelle grammaire, on ne trouve pas d’accent supplémentaire mis sur le sentiment, par rapport à la précédente Grammaire, dont la matière est reprise et élargie. Selon Boutan, d’ailleurs, on ne trouve pas d’originalité bien grande dans cet ouvrage. Mais ce dernier rapproche les publications de Brachet de ce que propose Bréal, dont il souligne le rôle dans les institutions de l’Instruction publique après 1871 (voir également Lüger et al. éd. 2012).

21Du côté de la théorie, Bréal constitue en effet, sans doute, un jalon. Et c’est sur quelques mots à propos de Bréal que nous terminerons ce premier aperçu de Littré. On sait que Saussure suivit les cours de Bréal à l’École des hautes études et au Collège de France en 1880 (Joseph 2012, p. 274 ; De Palo 2016).

22Dans l’Essai de sémantique, le terme sentiment compris dans un sens linguistique ou avec une application linguistique est de fait assez présent. Certaines formulations font penser à Littré. « Là aussi le sentiment présent de la langue n’est point d’accord avec l’histoire », écrit par exemple Bréal pour commenter la morphologie de verbes anglais (1897, p. 59). Ailleurs, on trouve ce passage :

Nous avons dans nos grammaires françaises une règle qui peut, au premier abord, paraître arbitraire, mais qui n’en repose pas moins sur un juste sentiment de la langue. Il est défendu d’employer un mot en qualité de complément de deux verbes, si ceux-ci exigent des cas différents. (ibid., p. 50).

23On voit ici que, si Bréal mobilise le sentiment de la langue, c’est pour défendre les règles, alors fréquemment attaquées pour leur incohérence. Tandis que le mouvement n’était pas net chez Littré, Bréal semble déplacer le recours au sentiment de la langue depuis la diachronie vers l’analyse synchronique, pour solliciter des termes qu’il n’utilise pas.

24Dans un autre texte – un article de 1897 pour la Revue des deux mondes – évoquant des erreurs de lecture accomplies dans l’histoire, il consacre un long passage aux effets de l’altération phonétique, surtout observable dans les noms propres, mais aussi dans les mots de la langue. Il écrit à ce propos :

L’altération phonétique, loin de lui nuire [au mot], lui est favorable, en ce qu’elle cache les rapports qu’il avait avec d’autres mots restés aux premières étapes de la route ou partis dans des directions différentes. Mais alors même que l’altération phonétique n’est pas intervenue, la valeur actuelle et présente du mot exerce un tel pouvoir sur l’esprit, qu’elle nous dérobe le sentiment de la signification étymologique. (Bréal, cité par Desmet et Swiggers 1992, p. 312)

25Les développements donnés à ce passage enchaînent avec une articulation où Bréal va aborder ce qu’il appelle « le côté subjectif du langage ». Ce côté subjectif, il l’introduit par le biais d’une petite image empruntée au théâtre, mais où figure en bonne place le terme sentiment, à côté de celui d’expérience :

S’il est vrai, comme on l’a prétendu quelquefois, que le langage soit un drame où les mots figurent comme acteurs et où l’agencement grammatical reproduit les mouvements des personnages, il faut au moins corriger cette comparaison par une circonstance spéciale : l’impresario intervient fréquemment dans l’action pour y mêler ses réflexions et son sentiment personnel, non pas à la façon d’Hamlet qui, bien qu’interrompant ses comédiens, reste étranger à la pièce, mais comme nous faisons nous-mêmes en rêve, quand nous sommes tout à la fois spectateur intéressé et auteur des événements. Cette intervention, c’est ce que je propose d’appeler le côté subjectif du langage. (ibid., p. 313)

26Il est visible, dans un tel passage, que Bréal conçoit bel et bien qu’il existe une expérience de la langue chez ceux qui en font usage, et que cette expérience peut être active. Pour autant, on ne peut que remarquer que le terme sentiment, mobilisé de façon frappante dans les quelques citations mentionnées, reste au final assez peu présent quantitativement dans son travail, par rapport à Littré, et surtout par rapport à Saussure. Dans l’Essai de sémantique, Bréal consacre en revanche un chapitre à l’analogie, terme, il faut le dire, marqué par une longue histoire dans le champ scolastique, et qui témoigne de son souci de « dénaturaliser » la langue et d’y mettre en évidence le rôle des différentes actions que peut y exercer l’esprit (voir Aarsleff 1981).

2. La notion de Sprachgefühl chez Hermann Paul

27Le nom de Paul se rencontre peu dans les textes de Saussure. Pourtant, les similarités entre certaines de leurs approches n’ont pas manqué d’intriguer les observateurs. Dans les années soixante-dix, en plein mouvement structuraliste, et en plein essor de la grammaire générative, des commentateurs ont commencé à pointer qu’on trouvait chez Paul des préfigurations d’une bonne partie des principes de la linguistique moderne (voir la liste donnée par Cherubim 1973, p. 316-318). Pour Koerner (1972, p. 280), Paul est après Whitney l’auteur qui a le plus influencé les idées de Saussure. Il rapporte que, selon Rudolf Engler, une note manuscrite de Saussure, apparemment non publiée, constatait qu’un exemplaire des Prinzipien der Sprachgeschichte (1880) de Paul demeurait à portée de main du linguiste genevois (Koerner 2008, p. 115, n. 30). De fait, selon Joseph (2012, p. 324, 341, 377), il existe des notes manuscrites de Saussure des années 1880 qui citent Paul. Ce dernier fait partie, avec d’autres philologues allemands, du matériau d’étude de Saussure, même s’il semble moins cité que ses homologues.

28Antal (1985) met au contraire en doute que certaines oppositions saussuriennes telles que langue parole ou synchronie diachronie, puissent être reliées au travail de Paul, comme le fait Koerner. Pour lui, un certain nombre d’idées saussuriennes ne sont pas à relier directement à Paul, mais à quelques-uns de ses relais, comme Misteli, qui fit un compte rendu de la deuxième édition des Prinzipien en 1887, ou à un « air du temps » dans lequel de nombreux autres penseurs auraient joué un rôle, dont Émile Durkheim (1858-1917). Sans dénier que l’influence de Paul soit « évidente » (obvious ; ibid., p. 128), il insiste sur les différences, notamment en ce qui concerne le sens des « dichotomies », selon lui propre à Saussure, et sur le sens qu’on peut donner à langue par rapport à Sprachusus. Toutefois, avec le recul apporté par la publication d’écrits que ne pouvait pas connaître Antal, il apparaît que sa critique des rapprochements opérés par Koerner s’appuie sur une façon de voir Saussure aujourd’hui dépassée. S’il observe entre Paul et Saussure un « fossé infranchissable » (ibid. ; nous traduisons) et voit Paul comme désespérément « psychologique » (ibid.), c’est aussi qu’il n’a pas pu réaliser quelle importance Saussure donnait à l’individu.

29Le fait que Paul ait placé au centre l’individu a été bien mis en évidence par Weinreich, Labov et Herzog (1968) :

  • 1 « Since the individual psyche is seen as the locus of the associations and connections between lang (...)

Puisque la psychè individuelle est vue comme le lieu des associations et des connexions entre les éléments du langage, nous mesurons pourquoi Paul fait de l’individu le lieu premier de l’existence d’une langue, allant même jusqu’à pousser la logique à l’extrême et affirmer qu’on doit distinguer autant de langues qu’il y a d’individus. (p. 104 ; nous traduisons1)

30Pour Paul, toujours d’après eux, la description de la langue ne doit pas se contenter d’énumérer et de juxtaposer les éléments qui la forment, mais décrire les relations entre ces éléments : et pour ce faire, on doit passer par les représentations (Vorstellungen), qui s’appuient sur des perceptions conscientes ou inconscientes. Aujourd’hui, on tend à réévaluer l’importance qu’a eue la publication des Prinzipien der Sprachgeschichte sur des penseurs très variés (Chen 2018).

  • 2 « In dem Innern der Artikel […] glaubte der Verfasser dieses Wörterbuchs, und ich denke mich recht, (...)

31Le terme essentiel de Paul qui nous intéressera ici est celui de Sprachgefühl. Lexicologiquement parlant, il fait partie du paradigme des termes en –gefühl qui ont été à la mode dans la seconde moitié du xixe siècle en allemand. Il se trouve dans le dictionnaire de Heinrich Campe (1807), non pas dans la liste des mots formés sur Sprache (dans lesquels on relève pourtant Sprachgebrauch), mais dans la préface, et singulièrement pour justifier la démarche lexicographique de l’ouvrage : « Dans les articles […] l’auteur de ce dictionnaire a cru, et je pense avoir raison, comme tout autre écrivain, être autorisé à suivre son propre sentiment de la langue » (ibid., p. xvii ; nous traduisons2). Dans les années soixante-dix et quatre-vingt, plusieurs travaux (Eppert 1976, Knobloch 1980, Olt et Disselkamp 1986) ont tenté de rassembler les éléments permettant de se faire une meilleure idée du développement de la notion de Sprachgefühl au cours du xixe siècle. Ils citent notamment les noms de August Schleicher (1821-1868) et de Rudolf Hildebrand (1824-1894) parmi ses utilisateurs.

32De fait, au cours du xixe siècle, les mots formés sur Gefühl ont donné lieu petit à petit à un travail de théorisation et de terminologisation. C’est ainsi qu’on trouve la notion de Formgefühl, « sentiment de la forme » chez le philosophe Friedrich T. Vischer (1807-1887), ou celle de Lebensgefühl, qu’on peut traduire par « empathie », chez l’historien de l’art nettement plus tardif Heinrich Wölfflin (1864-1945) (voir Fortis 2015, p. 167-168). Fortis cite le philosophe de l’art Theodor Lipps (1851-1914), pour qui (Raumästhetik und geometrisch-optische Täuschungen, 1897) le parallèle peut être nettement établi entre cette sensibilité formaliste et le Sprachgefühl, terme que Fortis glose en « sentiment qui régule nos productions linguistiques » (ibid., p. 169). « Ces sentiments, qui sont des modalités de l’appréhension de règles inconscientes, ont aussi en commun de ne pas reposer sur une remémoration à l’identique d’expériences passées, parce que chaque cas auquel ils ont affaire est différent », écrit Fortis en paraphrasant Lipps (ibid.). De façon générale, Tchougounnikov (2016) a montré l’importance du paradigme du sentiment dans toute la linguistique psychologique allemande (et russe) du xixe siècle, et voit dans le Sprachgefühl la notion centrale qui permet aux penseurs de l’époque d’interpréter les phénomènes du langage du point de vue épistémique et esthétique.

33De fait, ces termes en –gefühl traduisent bien la préoccupation, issue du subjectivisme romantique, d’une époque marquée par la recherche d’une psychologie. Ce « tournant affectif » (Romand et Tchougounnikov, à paraître), qu’on peut faire remonter aux travaux pionniers de Johann Friedrich Herbart (1776-1841 ; voir Samain 2014), a concerné un grand nombre de penseurs, ce qui a entraîné une véritable effervescence autour des termes issus de la psychologie. « À côté des représentations, les psychologues allemands admettent l’existence d’entités psychiques non objectivables, les sentiments (Gefühle), dont le rôle est de mettre en rapport et de “colorer” les contenus représentationnels de façon à les différencier », écrivent Romand et Tchougounnikov (2009, p. 13).

34Hermann Paul a essayé d’organiser en concepts une description linguistique qui était alors souvent fluctuante à son époque. Dans ses Prinzipien der Sprachgeschichte, il a notamment mobilisé quelques termes composés en Sprach-. Le premier est Sprachzustand (« état de langue », Paul 1975, p. 24), dans un passage qui, selon Koerner (2008, p. 125), a été retiré après la première édition. Selon Hopper (2020, p. 87), le Sprachzustand de Paul est plutôt à comprendre comme un état stabilisé de langue impossible à décrire en tant que tel, mais commode dans un objectif philologique. Selon lui, on est loin de la construction théorique saussurienne de l’état de langue. On relève également Sprachusus (« usage », Paul 1975, p. 19), ce dernier étant caractérisé par un certain degré d’uniformité en dépit de différences individuelles ; ou encore Sprachstufe, Sprachperiode, sans parler, bien évidemment, de Sprachgeschichte (« niveau de langue », « période de langue », « histoire de la langue »). Une question fondamentale que se pose Paul, en effet, est de distinguer les effets de l’individuel et du collectif dans ce qui concerne la langue et éventuellement les faits de changement qui la touchent – question qu’on retrouvera chez Saussure posée de façon plus synchronique.

35C’est lorsqu’il évoque l’observation que le linguiste peut faire de ses propres usages (Selbstbeobachtung), que Paul fait apparaître la notion de Sprachgefühl (ibid., p. 30). Selon lui, en pratiquant l’introspection, le linguiste peut constituer son sentiment linguistique (Sprachgefühl) en méthode, mais doit rester prudent. En effet, le changement linguistique se réalise pour lui en dessous du niveau de la conscience (p. 50). C’est là un premier point permettant de dire que le Sprachgefühl ne relève pas de la psychologie ; en outre, pour Paul, il s’agit d’un sentiment partagé.

36L’idée fondamentale de Paul, si on peut la retracer, est que chaque création linguistique est le fait d’un individu (p. 17), et que l’objet réel de la recherche linguistique est la totalité des manifestations de l’activité de langage dans les interactions de tous les individus (p. 24). Nous citerons ici un assez long passage, dans la traduction qu’en a proposée Alexis Michaud, malheureusement devenue inaccessible :

Toutes les déviations du sens occasionnel examinées ci-dessus portent en germe de véritables changements de sens. Dès qu’elles se répètent avec une certaine régularité, ce qui n’était qu’individuel et momentané devient peu à peu général et usuel. La frontière est mouvante entre ce qui relève du sens purement occasionnel et ce qui est inscrit dans le sens usuel d’un mot. Du point de vue de l’individu, le passage vers le sens usuel est entamé lorsque, dans l’emploi ou la compréhension du mot, le souvenir d’une précédente occurrence joue un rôle ; le terme de l’évolution est atteint lorsque ce souvenir entre seul en compte, lorsque l’emploi du mot et sa compréhension ont lieu sans qu’il soit nécessaire de repasser par l’ancien sens usuel. (Paul, Prinzipien, VII, § 61, traduction A. Michaud)

37Voilà qui dessine un parcours qui parle étonnamment aux spécialistes contemporains du changement linguistique.

38Même si le point de vue de Paul est explicitement « psychologique », certains commentateurs notent (Fertig, cité par Auer et al. éd. 2015, p. 221-228) qu’on trouve chez lui de puissants aperçus sur le rôle de l’analogie dans l’innovation, et sur les différentes modalités d’exercice de la concurrence entre formes traditionnelles et formes innovantes, entre tendances assimilatrices, rétroaction des formes anciennes sur les formes nouvelles, et tendances au pur remplacement. Pour John Joseph (2012, p. 227), le concept d’analogie, qui associe la similarité dans la forme et la similarité dans le sens ou dans la fonction, fait partie des héritages que Saussure retira de l’enseignement des néo-grammairiens.

39Welcomme (2012), qui a décrit l’histoire des conceptions de l’analogie avant Paul (chez Wilhelm Scherer, Georg Curtius, Karl Brugmann, Berthold Delbrück et Hugo Schuchardt), relève qu’un point commun à tous ces penseurs est d’avoir placé l’analogie au centre de leur travail, mais que, avec la deuxième génération, l’analogie a cessé de regrouper seulement les exceptions aux lois phoniques pour devenir « un concept permettant d’expliquer les formes existantes », ce qui lui donne une valeur nettement plus positive (ibid., p. 89). Chez Paul, le concept acquiert une ampleur nouvelle, au moyen notamment de la distinction entre Analogiebildung, analogische Neubildung, et analogische Neuschöpfung (p. 95-96). Il s’agit pour lui, dans l’aspect créateur qu’il repère dans l’analogie, de cerner plus précisément ce qui relève authentiquement de l’analogie et ce qui relève de la créativité. Pour Welcomme, un aspect essentiel de l’innovation théorique que Paul apporte sur ce point est qu’il la relie à la dimension de l’individu. Et elle cite une phrase significative qui l’illustre : « die reelle Sprache existiert nur im Individuum » (« la langue réelle n’existe que dans l’individu » ; Paul 1877, p. 325, cité par Welcomme 2012, p. 112). Cette phrase est-elle une source cachée de la phrase de Saussure citée en introduction, extraite des notes pour la conférence de novembre 1891 ? Nous ne saurions l’affirmer, mais la similarité est troublante.

40Une question essentielle, cependant, apparaît rapidement dans ce cadre de pensée : la vie du langage – si nous pouvons faire usage d’une telle métaphore, bien d’époque et critiquée tant par Bréal que par Saussure – montrée ainsi, est-elle une histoire dont les acteurs sont des agents conscients ou inconscients ? Où trouver un témoignage probant de ces opérations dont Paul suppose l’existence ? Le problème essentiel du Sprachgefühl, tel que le postule Paul, est que, fondamentalement, on n’a accès qu’au sien propre, ou plutôt au sien en tant que linguiste, ce qui suppose déjà une légère dissociation pouvant exposer à distorsions. Paul mentionne bien le rôle possible des enfants dans l’émergence de nouveaux usages – enfants précieux en ce qu’ils sont des usagers « naïfs » de la langue –, mais semble laisser la question empirique malgré tout en suspens.

41Sur ces questions de conscience ou d’inconscience, Itkonen (2011) oppose la filiation d’une lecture du côté de l’inconscient du Sprachgefühl, représentée par Saussure, à celle d’une lecture par le conscient, qui donnera la réflexion sur la norme élaborée par Coseriu, qu’on peut comprendre (c’est notre lecture) en partie comme une conscientisation du sentiment linguistique. Chez Saussure (voir ici même Nyckees), c’est l’aspect inconscient qui prime. Saussure a visiblement le même point de départ que Paul, en peut-être moins clair au sens où ses développements (ou suggestions) ménagent sans doute davantage de possibilités.

42Dans le domaine germanique, le terme Sprachgefühl continuera d’être exploité, comme chez Georg von der Gabelentz (1840-1893) ou Jacob Wackernagel (1853-1938). Pour Gabelentz, dont l’influence sur Saussure est jugée « incontestable » par Coseriu (1967, p. 99), qui mène entre les deux linguistes une comparaison serrée, tournant sur certains points à l’avantage de Gabelentz, qu’il juge injustement oublié, le Sprachgefühl est massgebend, « crucial », d’importance massive, dans le changement linguistique (Gabelentz 2016, p. 34). Gabelentz emploie souvent, également, le terme Sprachbewusstsein (« conscience de la langue »), comme ceux en –gefühl : Lautgefühl, Analogiegefühl, ou etymologisches Gefühl (« sentiment du son », « sentiment de l’analogie », « sentiment étymologique »)… Quant à Wackernagel, il considère, dans son approche de la syntaxe du grec et du latin, qu’il faut imaginer un Sprachgefühl spécifique pour chacune de ces langues (Wackernagel 1924, p. 166 et p. 224, notamment pour le Sprachgefühl « grec »). Un autre relais est l’ouvrage du néerlandais Jacobus Van Ginneken (1877-1945), traduit en français en 1907 sous le titre Essai de linguistique psychologique, et dans lequel la notion est sollicitée à propos de la phonologie ; Glaser (1930) la mobilise à propos de l’emprunt ; Kainz (1943-1944) y consacre un petit ouvrage, avant sa Psychologie der Sprache (1954 et 1965). Visiblement, la notion demeure dans le paysage de ce qui se publie en linguistique.

  • 3 « Ist Berufung auf das “Sprachgefühl” berechtigt? ». Nous traduisons.
  • 4 « Als Sprachgefühl bezeichnet man das intuitive, unreflektierte und unbewusste Erkennen dessen, was (...)
  • 5 « Die Berufung auf Sprachgefühl kann ja, offensichtlich, nur berechtigt sein, wenn es Gründe gibt, (...)
  • 6 « It is precisely this Sprachgefühl, this intuitive notion about linguistic structure which, togeth (...)

43En 1980, la Deutsche Akademie posa la question de concours : « L’appel au “sentiment de la langue” est-il justifié ? »3. Hans Martin Gauger et Wulf Oesterreicher furent les lauréats. Dans leur texte, ils proposent de limiter l’utilisation du concept de Sprachgefühl à la norme transrégionale et à la dichotomie correct / incorrect : « Sous le terme de sentiment de la langue on décrit la reconnaissance intuitive, non réfléchie et inconsciente de ce qui est perçu comme linguistiquement correct et approprié » (Gauger et Oesterreicher 1982, p. 14 ; nous traduisons4) ; et : « La référence au sentiment linguistique ne peut, bien entendu, être justifiée que s’il existe des raisons de voir dans le sentiment linguistique un témoin fiable de la correction linguistique »5. On voit bien, d’après ces positions, que la notion est relue à l’aune de la grammaire générative et transformationnelle, alors en plein essor. De fait, avec ce terme, ou sous des termes équivalents, l’idée qu’un appel à un « sentiment linguistique » peut être légitime pour un linguiste se retrouvera assez fréquemment dans l’écho qui sera donné aux premiers travaux de Chomsky. Dans un compte rendu de Syntactic Structures, Lees écrit par exemple : « C’est précisément ce Sprachgefühl, cette notion intuitive de la structure linguistique qui, avec les phrases d’une langue, constitue la base empirique de l’analyse grammaticale » (Lees 1957, p. 399 ; nous traduisons6). Cette lecture pose la question de la normativité qui peut être attachée au concept de Sprachgefühl, lequel non seulement peut reposer sur une compréhension étroite des usages, mais servir ensuite d’outil normatif.

44Olt et Disselkamp reconnaissent qu’il s’agit d’un concept difficile à cerner, mais tentent d’en proposer une définition. Pour eux, « le sentiment de la langue, tel qu’il peut se saisir (sans clarification conceptuelle), est une capacité, liée à l’individu, de se donner des éclaircissements sur des incertitudes linguistiques et même sur des choses claires » (Olt et Disselkamp 1986, p. 109 ; nous traduisons). Ils citent des tests menés dans les années soixante-dix auprès de professeurs d’école, notamment, destinés à parvenir à une appréhension du « correct » (richtig), et donnent comme équivalent possible instinktives Wissen (qu’on pourrait traduire par « connaissance instinctive », ou « connaissance intuitive »).

45À observer comment le concept a vu son utilisation perdurer dans la tradition germanique, sans doute relancé, dans les années soixante-dix, par sa proximité avec la notion de compétence, on mesure la différence avec la tradition francophone, où il n’existe pas de semblable continuité autour de la notion de « sentiment linguistique ».

46Mais le Sprachgefühl a également fait son chemin tel quel, comme emprunt, dans nombre de textes anglophones. Le mot figure dans sa forme d’origine dans nombre de dictionnaires récents de l’anglais, tel le Merriam-Webster, qui le date comme emprunt à l’allemand de 1894, ou le Collins en ligne, dans lequel il est glosé par « a natural hability with, or instinct for using, a language » (« l’instinct du maniement d’une langue »), ce qui est un sens assez différent de ce qu’on a pu rencontrer jusqu’ici. Certains, pour autant, ont choisi de le traduire. Edward Sapir (1921) utilise le terme form-feeling (« sentiment de la forme »), lequel, selon Fortis (2015), a peut-être comme source la lecture de Paul, ou l’utilisation de Formgefühl (« sentiment de la forme ») en esthétique chez Vischer, ou encore, éventuellement, l’influence de Saussure.

47Au total, la liste des penseurs marqués par le concept allemand de Sprachgefühl, que celui-ci soit repris de Paul, d’une source antérieure à Paul, ou qu’il ait été remanié par des successeurs, est visiblement longue, et plus longue même qu’on ne pense. Pour qu’on puisse faire la part précise des influences et des coïncidences, il faudrait sans doute faire un travail très minutieux, pièce à pièce, sur les publications, les dates, les lectures – travail qui, on le sait, incite toujours à la prudence, tant il dépend du matériau, et de ce que les penseurs ont bien voulu dire. On peut aussi s’appuyer sur l’impact général qu’ont eu certaines publications. Même Antal estime qu’il est « peu probable que nous trouvions un seul linguiste après Paul qui n’ait été marqué par les Prinzipien der Sprachgeschichte d’une manière ou d’une autre » (1985, p. 128 ; nous traduisons). De façon générale, comme linguistes marqués par ce qu’il nomme le tournant « affectif » des sciences du langage au milieu du xixe siècle, Romand met côte à côte Steinthal, Paul, Sigwart, Wundt, Lipps, Stricker, Ginneken, Gomperz, Saussure, Bréal, Troubetzkoy, Jakobson et Sapir. Éventail vaste, riche de nuances, mais qui invite à envisager malgré tout une certaine communauté d’inspiration autour de ce qu’on nommera – de façon ici plus vague que jamais – le « sentiment linguistique ».

48Une question qui se pose ensuite est celle de la concurrence des termes. Sprachgefühl s’est visiblement installé et terminologisé dans la tradition germanique, quitte à susciter des interrogations, comme en témoigne la question de la Deutsche Akademie, et exporté dans une certaine mesure chez certains linguistes américains. Mais il a vite rencontré des concurrents idiomatiques, comme feeling (« sentiment ») et intuition (« intuition »). Selon Fortis, d’ailleurs, Sapir semble employer indifféremment feeling et intuition. Ce dernier terme, la plupart du temps, sera davantage usité (voir Derkx 2015). En anglais comme en français, un paramètre va jouer, qui est la commodité du terme, sa plus ou moins grande idiomaticité, sa souplesse conceptuelle, ou encore (à l’inverse), sa faculté à se prêter à un réglage terminologique précis.

3. Les questions saussuriennes

49À présent que nous avons recensé quelques usages des termes sentiment et Sprachgefühl appliqués aux questions linguistiques chez ses prédécesseurs, il nous reste à caractériser en quoi Saussure a marqué une étape décisive dans la conceptualisation du « sentiment de la langue », ou du « sentiment linguistique », et de quelle manière il a explicité quelques-unes des questions qui pouvaient rester pendantes à son propos. Celles-ci, grosso modo, sont au nombre de trois : le sentiment linguistique concerne-t-il la diachronie ou la synchronie ? Est-il d’ordre conscient ou inconscient ? Concerne-t-il l’individu ou la collectivité ? À ces trois questions principales, on peut en ajouter d’autres, comme celle du périmètre exact des faits linguistiques concernés par le sentiment linguistique. Saussure traite essentiellement de morphologie, et d’analyse des formes (la morphologie étant pour lui centrale dans l’approche de la langue), mais peut-on aller au-delà ? Enfin, on peut se demander, à la lecture de Saussure – c’est une question qui traverse le collectif réuni ici – si le sentiment linguistique peut véritablement être un concept, ou s’il doit rester synonyme d’une manière souple d’aborder les faits linguistiques, distincte des efforts scientifiques d’objectivation engagés par les linguistes. Peut-on faire entrer le sentiment linguistique dans un système terminologique par le biais d’un réglage ? C’est une question qui appelle sans doute des prises de position personnelles, tout en posant un problème épistémologique majeur.

50Sur la question de la synchronie et de la diachronie, la position de Saussure paraît assez nette. Pour lui, la synchronie est accessible au sentiment linguistique, mais la diachronie définit un autre ordre d’approche des phénomènes. « La linguistique diachronique étudiera […] les rapports reliant des termes successifs non aperçus par une même conscience collective, et qui se substituent les uns aux autres sans former système entre eux », trouve-t-on dans le Cours (Saussure 1967, p. 140). Autre démarche, donc, qui suppose méthode, là où le sentiment linguistique fait défaut. On lit encore :

Il n’y a pas de commune mesure entre l’analyse des individus parlants et celle de l’historien, bien que tous deux usent du même procédé : la confrontation des séries qui présentent un même élément. Elles se justifient l’une et l’autre, et chacune conserve sa valeur propre ; mais en dernier ressort celle des sujets importe seule, car elle est fondée directement sur les faits de langue. (ibid., p. 251)

51Tout se passe comme si, autrement dit, il y avait deux linguistiques l’une à côté de l’autre : celle de l’« historien », qui consiste en un examen objectif et distancié des séries de faits, et celle de l’authentique linguiste, qui repose sur l’analyse – une analyse que, précisément, Saussure renvoie, sous le nom d’« analyse subjective », à la compétence du sujet parlant : « L’analyse des unités de la langue, faite à tous les instants par les sujets parlants, peut être appelée analyse subjective » (ibid.).

52Saussure l’indique explicitement : pour lui, c’est l’analyse qui l’emporte in fine, car seule la synchronie forme système, ce système étant d’abord fondé sur un sentiment d’unité. « Il semble que toute diversité rompe l’unité et soit défavorable au sentiment linguistique » (I R 2.56 /SM I 28), écrit-il à propos de l’Ablaut (« alternance vocalique »), type de variante significative, avant de préciser : « Mais par sa régularité, par le mouvement vocalique radical, elle [la variation que constitue l’Ablaut] contribue à vivifier le sentiment de la racine pour l’ensemble des sujets parlants » (ibid.).

53Et c’est ici, sans doute, qu’on peut pointer une limite inattendue dans la conception que Saussure a eue du sentiment linguistique. Synchronie, système, sentiment : trois concepts annoncés singulièrement par un s à l’initiale, et qui semblent chez lui installer une solidarité de principe. Mais sur quelle valeur différentielle le sentiment linguistique s’appuie-t-il véritablement ? Saussure suppose que cette analyse des valeurs ne se fait qu’en synchronie, et au sein d’un nombre limité de formes. C’est ici, sans doute, qu’on peut introduire une vision différente de la diachronie que celle qu’il s’était construite, influencé sans doute qu’il était par les grands empans diachroniques à partir desquels travaillait la philologie de son temps. On pourrait au contraire postuler que c’est dans les moments de changement, précisément (changement de sens, changement de forme, changement de valeur), que l’efficience du sentiment linguistique se trouve le plus vérifiée. Il ne s’agirait pas alors de partir de diachronies longues, mais de diachronies courtes, voire très courtes, ou, sans trop risquer l’oxymore, de diachronies quasiment synchroniques.

54Sur le caractère conscient ou inconscient du sentiment linguistique tel que l’a vu Saussure, sans doute la discussion est-elle biaisée, aujourd’hui, par l’orientation particulière qu’a donnée la psychanalyse à ce qui relève de l’« inconscient » (voir l’importante réflexion de Michel Arrivé, par exemple 2008, p. 125-147). Si l’on s’en tient aux sens les plus ordinaires du substantif conscience mécaniquement opposé à son envers inconscience, on pourra remarquer, avec Depecker (2009b, p. 109), que les deux se trouvent appliqués aux mécanismes du langage. Cette application simultanée crée-t-elle une contradiction ? Sans doute faut-il plutôt imaginer, chez Saussure, le postulat d’un continuum, que le linguiste avait d’ailleurs explicité dès ses premières conférences de 1891. « La notion de conscience est éminemment relative, de sorte qu’il ne s’agit de deux degrés de conscience dont le plus élevé est encore de l’inconscience pure, comparée au degré de réflexion qui accompagne la plupart de nos actes » (Saussure 2002, p. 159). Le langage, autrement dit, aurait pour caractéristique d’installer ce continuum, à la différence de la plupart des autres comportements ou actes humains, qui discriminent plus facilement.

55Pour expliquer la postulation de ce continuum, qui rend la question du caractère conscient ou inconscient du sentiment linguistique indécidable, on peut avancer que, d’une part, la conception abstraite et large que Saussure se faisait de la langue la rendait propice à « héberger », pour ainsi dire, des ressources cachées de fonctionnement, ce qu’il traduit en faisant souvent de la langue quasiment un sujet, et que, d’autre part, Saussure avait visiblement une vision très nette de la différence qui existe entre ce qu’il appelle un « grammairien » et un « sujet parlant ». Le premier explicite les choses, le second les vit plutôt, tout en étant capable, à certains moments, de passer à des descriptions métalinguistiques. Peut-être est-ce en comparant et distinguant le sentiment linguistique du grammairien de celui du sujet parlant « ordinaire » que Saussure a été amené à postuler le caractère labile du sentiment linguistique, toujours à même de naviguer entre ce qu’il appelle dans le Cours l’« ordre intuitif », axe des relations entre éléments de la langue que le sujet parlant construit, et le plan des réalisations discursives. Pour lui, en tout cas, le sentiment du sujet parlant l’emportera toujours sur le sentiment du grammairien, ce qui donne malgré tout chez lui la prééminence à l’inconscience.

56Une autre question que fait émerger plus explicitement la réflexion de Saussure sur le sentiment linguistique est également celle du caractère individuel ou collectif de ce sentiment. Ici, il est sans doute important de rappeler que la réflexion de Saussure prend place dans un contexte avant tout marqué par les études psychologiques. Ce courant est majoritaire chez les Allemands, qui entrent parfois, comme Paul, dans des suppositions assez poussées sur la mémoire et sur la confrontation à la nouveauté. Cet aspect est sans doute présent chez Saussure, mais on remarque que, chez lui, le sens du collectif vient vite dépasser ces investigations. Le collectif – et nous nous appuyons ici sur l’analyse de Loïc Depecker (2009b) – semble se définir non pas comme une entité globale (parce que Saussure ne croit pas en l’existence d’un esprit supra-individuel), mais comme la somme de ce qui se déroule dans chaque individu pris séparément, ce qui le rend compatible avec le caractère individuel, mais en pratique interchangeable, du sentiment linguistique. Ici encore, sans doute pas de contradiction. La « collectivisation », si l’on peut dire, du sentiment linguistique contribue d’ailleurs à en renforcer le caractère inconscient, par neutralisation et abstraction, jusqu’à former ce qu’il appelle une « intelligence collective ». Raffaele Simone (2006) considère que l’apport essentiel de Saussure est d’avoir voulu faire de la linguistique une géométrie assez abstraite fondée sur une théorie du langage, autrement dit des postulats généraux assumés comme vrais sans démonstration, mais que manque singulièrement dans l’édifice l’« appareil d’instrumentation analytique », autrement dit les procédures, les protocoles de recherche, les conventions de représentation des phénomènes, ce qui rend difficile d’envisager la possibilité d’une authentique « linguistique saussurienne ». On peut aussi estimer qu’il est difficile de fonder une linguistique sans les distinctions fondatrices qu’il a proposées et tenter de remettre à l’honneur les exemples empiriques que le Saussure indo-européaniste a mis au service de sa théorie du langage, ce qui demande un tout autre travail.

*

57Dans ces pages, nous avons essayé de présenter quelques sollicitations des termes sentiment de la langue et Sprachgefühl avant Saussure ou à peu près dans le même temps. De fait, l’appel au sentiment, au Gefühl semble bien avoir marqué l’approche, tant artistique que scientifique, des phénomènes dans lesquels l’homme est confronté à des faits objectivables à partir du milieu du xixe siècle. Chez Littré, le sentiment de la langue fait clairement partie de ces interventions supposées, non démontrées, qui viennent au secours d’un raisonnement conduit d’avance et dont on perçoit bien la possible fragilité. Les vues de Littré, reposant sur la saisie de vastes empans de la chronologie, et notamment de sections très peu documentées de cette chronologie, sont audacieuses, mais essentiellement suggestives. Elles permettent de se projeter dans un temps qui demeure sinon difficilement accessible. D’une manière étonnante, ce caractère de projection du sentiment linguistique se révèle aussi chez Saussure.

58Toutefois, on note chez Littré une suspicion à l’égard d’un « sentiment » qui serait par trop spontané et se dispenserait des connaissances. Nous sommes encore à un moment où la coupure épistémologique entre le savant et le profane est trop importante pour qu’un philologue puisse faire fond sur une donnée vue comme aussi peu fiable. Nous rejoignons donc Valentina Bisconti, pour qui « la réhabilitation du sentiment épilinguistique se révèlera un apport majeur des théories de Michel Bréal et de Ferdinand de Saussure », et pour qui « le débat sur le partage des rôles entre professionnels de la langue et locuteurs traverse la science du langage de cette fin de siècle, la question étant de savoir quelle instance est apte à fournir une expertise sur les formes linguistiques et leurs usages » (2018, p. 38). Bréal, comme Saussure, a été convaincu du rôle des facteurs subjectifs dans le langage. Utilisant la métaphore de la scène, il donne à sa théorie sous-jacente une allure plus dynamique, sans doute, que ce qu’a proposé Saussure avec son système.

59Paul est probablement celui qui a le plus directement influencé Saussure, et chez qui, sous le nom de Sprachgefühl, les potentialités de la notion de sentiment linguistique sont, avant Saussure, les plus grandes. Nous avons vu qu’après lui (ainsi que d’autres), le terme s’était durablement installé dans la tradition des linguistes germaniques, ou du moins de ceux qui tenaient le plus à l’ancrage psychologique installé par Paul. Dans les années soixante-dix et quatre-vingt, certaines réutilisations de la notion de Sprachgefühl ont rejoint ce que la grammaire générative a nommé competence (avec des sens variés, parmi lesquels celui de « compétence jugée fiable »). Chez Saussure également le sentiment linguistique est jugé fiable, même s’il paraît parfois conduire à des analyses qu’on pourrait qualifier d’erronées d’un autre point de vue, de celui du grammairien ou de l’historien de la langue. Il est fiable parce qu’il est réel.

60Dans une dernière partie, nous avons suggéré que l’observation de ce que Saussure a fait de la notion de sentiment linguistique n’empêchait pas de poser plus explicitement quelques questions restées implicites avant lui et même chez lui (dans l’état actuel de nos connaissances) : la question de l’application à la synchronie ou à la diachronie du sentiment linguistique, celle de son caractère conscient ou inconscient, et celle de son caractère individuel ou collectif. Comme l’ont fait remarquer de nombreux commentateurs, la distinction diachronie / synchronie, chez Saussure, revêt avant tout un caractère heuristique, se situant au plan du modèle. Or, le sentiment linguistique tel que le pense Saussure fait visiblement partie de ces tentatives d’élaboration d’un accès à l’empirique qu’il a conçues. Il est même peut-être, à ce titre, un guide, ou un mode d’accès à l’objet d’étude (Béguelin 2016). Il est donc normal qu’il y ait un léger défaut d’emboîtage dans ces deux parties de l’édifice métalinguistique de sa théorie, et qu’il n’y ait pas foncièrement contradiction dans le fait que, si sur le plan du modèle l’opposition synchronie / diachronie paraît difficilement dépassable, s’agissant du réel, l’approche synchronique n’interdit pas qu’on y inclue un certain sens du changement. Le débat conscient / inconscient peut se gloser de manière un peu similaire, révélant d’ailleurs une porosité avec le débat individuel / collectif. Dans le premier cas, Saussure propose explicitement l’idée d’un continuum. Dans le deuxième cas, on se trouve face à un raisonnement circulaire si l’on se place au niveau de généralité envisagé par Saussure. Comme Saussure n’a jamais mis en place de protocole d’étude précise de ce qu’il appelle sentiment linguistique, la question, d’une certaine façon, ne peut se résoudre par lui autrement qu’en postulant une force collective résultant de la somme des sentiments linguistiques individuels, ces derniers étant conçus de manière assez abstraite, sauf si le contenu du sentiment linguistique se déduit « mathématiquement » des pratiques effectives.

61Au total, on peut en revenir au constat duquel on était parti : le sentiment linguistique ne fait pas partie de ces concepts, termes ou notions que la postérité a détachés du corpus saussurien pour en faire des fondements théoriques. On peut s’en étonner dans un premier temps, mais il y a peut-être une raison plus profonde. Faut-il en déduire qu’on ne pouvait pas bien comprendre ce que Saussure appelait sentiment linguistique à son époque ? Dans cette contribution, nous avons essayé de montrer qu’il y avait au contraire un environnement favorable à la diffusion et à la compréhension du terme – sans doute avec de nombreux risques de malentendus, dus pour l’essentiel à l’omniprésence de la psychologie, visible chez Paul, par exemple. Saussure a modulé ce qu’il entendait par sentiment linguistique en jouant sur la contiguïté de ce terme avec ce qu’on trouvait de manière diffuse chez des prédécesseurs ou des contemporains, et sur les incertitudes (les questions que nous avons évoquées) dans lesquelles ceux-ci l’avaient laissé.

62Ainsi, il en a fait un concept à part. Son caractère assez abstrait, qui l’apparenterait à la structure de l’édifice métalinguistique des fondements (auquel appartiennent les termes de signe, système, signifié, langue, parole, etc.) explique que le domaine d’application qui est évoqué chez Saussure soit assez étroit : la morphologie, essentiellement (conditionnée à l’analyse). Mais nombre de domaines dans lesquels nous pourrions aujourd’hui envisager de mobiliser la notion – en la sortant de sa stricte obédience saussurienne – ne paraissent pas mentionnés, pour autant qu’on en puisse juger, comme la syntaxe, la sémantique, la graphie… Par ailleurs, on ne trouve pas – semble-t-il ici aussi – de véritable définition (oppositionnelle) du sentiment linguistique chez Saussure. On voit bien que la notion est chez lui centrale, mais on doute qu’elle relève véritablement de l’appareil conceptuel. Mais était-ce bien nécessaire ?

63Si l’on part de l’idée que le parcours suivi par Saussure a consisté, depuis un exercice empirique de la grammaire comparée avec une méthode personnelle, à passer par une élaboration théorique inspirée par cette expérience et aussi par les déboires rencontrés dans la réception du Mémoire, et à s’atteler à une confirmation méthodologique à partir d’exemples tirés des langues anciennes et des langues modernes (Cours I-III), on pourra peut-être s’expliquer ce caractère intermédiaire du sentiment, peut-être également transversal.

64Si certains concepts puissamment définis et développés par Saussure ont pu durablement marquer la postérité, il n’en a pas tout à fait été de même pour le sentiment linguistique. Et il est étonnant que ce champ ait été si peu défriché par la suite. Tout porte à croire, en effet, que Saussure souhaitait passionnément se donner les moyens d’avoir accès à cette dimension. Si chacun doit prendre à Saussure ce dont il a besoin et ce qu’il croit comprendre, pour notre part, nous détacherions volontiers cette pièce.

Notes

1 « Since the individual psyche is seen as the locus of the associations and connections between language components, we realize why Paul isolates the individual as the primary carrier of language, and brings the argument to its logical conclusion by asserting that we must distinguish as many languages as there are individuals ».

2 « In dem Innern der Artikel […] glaubte der Verfasser dieses Wörterbuchs, und ich denke mich recht, eben so gut, als jede andere Schriftsteller, befugt zu sein, seinem eigenen Sprachgefühle zu folgen ».

3 « Ist Berufung auf das “Sprachgefühl” berechtigt? ». Nous traduisons.

4 « Als Sprachgefühl bezeichnet man das intuitive, unreflektierte und unbewusste Erkennen dessen, was als sprachlich richtig und angemessen empfunden wird ».

5 « Die Berufung auf Sprachgefühl kann ja, offensichtlich, nur berechtigt sein, wenn es Gründe gibt, im Sprachgefühl, einen verlässlichen Zeugen für Sprachrichtigkeit zu erblicken ».

6 « It is precisely this Sprachgefühl, this intuitive notion about linguistic structure which, together with the sentences of a language, forms the empirical basis of grammatical analysis ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search