Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Socialdémocratie sort du piège*

Texte intégral

  • * Une version abrégée de ce texte a paru dans Libération du 20 mars 1995 sous le nom de Maurice Jury (...)

1"Je suis un vieux socialdémocrate", affirme Michel Rocard à L’Heure de Vérité (12.2.95). "Je suis socialdémocrate", avoue Lionel Jospin sur France-Inter (14.2.95). Mot à la mode ? Non, mot qui ne fait plus peur. Et pourtant... Les socialistes français ont souvent hésité à utiliser le terme de socialdémocratie. A cela au moins deux raisons, semble-t-il, philologique et historique.

2La première tient à la langue française. L’antéposition de l’adjectif social devant démocratie - comme d’ailleurs celle de national devant socialisme -correspond mal à la structure morphologique du français. Ce germanisme a donc, dès l’origine, été l’objet de transformation plutôt que de calque. Il suffit pour le montrer d’évoquer les traductions du discours marxiste au tournant des deux siècles. Que de tentatives pour essayer d’éviter le mot (qui n’était pas encore, précisons-le, piégé ni piégeant dans ses valeurs) ! Pour parler du socialisme à l’allemande ("Sozial Demokrat" s’appelle l’organe politique créé par Lassalle en 1863 et, six ans plus tard, c’est "Sozialdemokratische Arbeiterpartei" que choisissent Bebel et Liebknecht pour nommer leur parti), la plupart des socialistes français ou bien recourent aux anciennes désignations, bien françaises, des "démocs-socs" de 1848, ou bien gardent entre guillemets, plus ou moins, les mots allemands. Jaurès semble gêné dans ses formulations, comme par un réflexe de purisme. Il tourne autour du pot, essayant toutes les variantes. On lit sous sa plume, on entend dans ses meetings : "les socialistes démocrates" (1900), "le parti socialiste-démocrate" (1901), "la démocratie socialiste d’Allemagne" (1905).

3D’autres se refusent à traduire : suite au congrès du "Parti socialiste révolutionnaire démocratique international" de Zurich (1893), on voit fleurir dans les comptes rendus : "sozialdemokratie" et "sozialdemokraten".... Le calque "social-démocratie" apparait cependant en 1894, dans une citation de Bebel, avant de se répandre avec la traduction en 1899 du livre de Berstein, Socialisme théorique et Socialdémocratie. Pouget, le grand journaliste anarcho-syndicaliste du Père Peinard, passe par toutes ces nuances de la translation devant un terme décidément malaisé à franciser : "la Démoc-Soc allemande" devient "les Sozialdémocrats", bizarre amalgame allemand-français-anglais lancé par Pelloutier en 1893, et enfin "Social-démocrates" (1898). Il se trouve que cette difficulté de langue s’est compliquée d’autres réflexes, anti-allemands, nés ailleurs.

4Lisons Maurras : ce n’est pas sans ironie qu’il reprendra ces termes dans L’Action française, en les réaffublant de leurs caractères ou connotations germaniques, lorsqu’il parle, par exemple, de "sozial-démokratie", de la "bonté des Allemands social-démocrates" (1915) ou de "la vertu du progrès social-démocratique" (1933). Même francisés, les mots chez lui restent étrangers.

5Leur couleur, pendant tout ce temps, avait foncé puis blanchi. Développant l’héritage des valeurs fondatrices de la 2e Internationale (Zurich, 1893), la voici rouge dans les textes de Kautsky et de Lénine, où socialdémocrate signifie proprement "marxiste révolutionnaire". Telle est la valeur du terme russe qui désigne à la fin du 19e siècle les militants des "Unions de lutte" et du "Parti ouvrier social-démocrate" (1898). Contre les "économistes" opportunistes, Lénine lance de son exil sibérien sa brochure sur Les tâches des social-démocrates russes, bible des tenants d’un avant-gardisme lié aux masses mais coupé des "partis bourgeois". "La social-démocratie, y écrivait Lénine, [...] aspire à une révolution socialiste totale et, de ce fait, est irréductiblement hostile à tous les partis bourgeois". Mais les divergences entre bolcheviks et mencheviks s’accentuant sur ce point, les mots se sont mis à recouvrir "deux tactiques" divergentes (cf. Lénine, Deux tactiques de la social-démocratie dans la révolution démocratique, 1905). Bolcheviks comme mencheviks tenant ferme à l’étiquette, ce sont deux fractions social-démocrates (appelées "bolchevique indépendante" pour les premiers et "unifiée" pour les seconds) qui siègent à la Douma de 1913. Voici le terme écartelé. Afin de trancher net, Lénine, dans ses thèses d’avril 1917, exige de laver "le linge sale" et de renoncer à une appellation souillée par les "liquidateurs". Cela va s’opérer par étapes. L’adjectif "bolchevik" s’ajoute d’abord, entre parenthèses, au nom du parti épuré, puis le 7e congrès change sa dénomination en celle de "Parti communiste (bolchevik) de Russie". A partir de là, la fracture se fera, non plus entre une social-démocratie "révolutionnaire" (Staline, 1907) ou "de gauche" (Rosa Luxembourg) et une social-démocratie d’Europe occidentale, bourgeoise et réformiste, mais, plus simplement, entre communistes et social-démocrates. Le mot a perdu son caractère révolutionnaire et rejoint le clan réformiste.

6Sa valeur se retourne même carrément, avec le virage à droite de la socialdémocratie officielle allemande (1918, Noske, Ebert) et la dénonciation par Lénine de "la faillite de la 2e Internationale" et des "social-chauvins". En France, soumis aux boulets rouges du parti communiste, qui, pendant plus de dix ans, répétera le thème des "social-traitres", de la "social-trahison", du "social-pacifisme", du "social-patriotisme" et des "social-patriotes" dénoncés en 1920 au Congrès de Tours par Clara Zetkin et dans les conditions d’adhésion à l’Internationale communiste ramenées de Moscou par Cachin et Frossard comme dans celles imposées par Zinoviev, les socialistes larguent leurs amarres avec ce genre d’étiquette. Ils s’efforceront de distinguer socialisme démocratique, terme toujours positif, et socialdémocratie, terme absolument dévalué, longtemps entaché par l’assassinat de Rosa Luxembourg, et désignatif désormais du centre droit, voire du "social-fascisme". Le plan de De Man est ainsi qualifié de "social-fasciste" dans le premier numéro des Cahiers du bolchevisme (1932). "Le terme de social-démocratie est devenu un mot tabou capable de déchainer des réactions passionnelles à gauche autant qu’à l’extrême-gauche", écrit M. Rocard. Le socialdémocrate est typiquement le traitre à la Cause.

7Cet ostracisme va durer jusqu’au débat des années 1978-79. Une mise à plat des emplois et des définitions est alors apportée, aussi bien par A. Touraine, G. Claisse ou G. Martinet que par M. Jobert, par le trotskysme (Profils de la socialdémocratie, 1981) que par le CERES (D. Motchane) ou le socialisme autogestionnaire (M. Rocard). Plusieurs ouvrages paraissent à l’époque, faisant le point. Mentionnons le collectif Rocard, Martin, Martinet, Sandoz, D’Almeida et son "Qu’est-ce que la social-démocratie ?" (Que faire, 41, 1979) et surtout l’ouvrage-bilan d’A. Bergounioux et B. Manin : La social-démocratie ou le compromis, PUF, 1979.

8Le terme n’en est pas pour autant débarrassé des frayeurs et stigmatisations qu’il véhicule à gauche. G. Sarre écrivait en 1978 : "Qu’est-ce que la social-démocratie ? Un type de société où le capital s’assure de l’intégration consentie de la classe ouvrière à l’ordre établi". Pour les uns la socialdémocratie s’incarne dans H. Schmidt et le "modèle allemand" ; pour d’autres elle trouve sa meilleure voie dans le travaillisme, nécessitant des forces syndicales très organisées ; pour d’autres enfin, elle a été illustrée par un G. Mollet de triste mémoire. Il faut dire que l’étiquette de la social-démocratie est portée en France par des ex-SFIO (Lejeune, Muller) qui représentaient la droite (colonialiste) du parti (aujourdhui encore, un parti comme le PSD portugais n’est-il pas de centre droit, sans aucune attache avec le socialisme ?).

9La suspicion que l’usage du terme entretient demeure vivace. Du moins, le tabou redouté par M. Rocard se lève-t-il peu à peu. Il y faudra dix ans. Heureusement, dans l’Europe du Nord, les mêmes mots tiennent, tenacement, à s’ancrer à gauche. En parviennent en France les thèmes du "socialisme à la suédoise" (Palme), les exemples du Labour anglais (de Bevan à Callanghan). Qu’en France le tabou aujourdhui soit enfin levé dans les esprits, il faut en voir le signe dans l’évolution des emplois d’un congrès socialiste à l’autre. Alors qu’au congrès de Metz (1979), il ne saurait être question de s’avouer social-démocrate, à celui de Rennes (1990) la contribution Poperen utilise le terme à cinq reprises et sans complexe. Aujourdhui, J. Delors ayant ouvert la brèche, voici que, profitant de la tribune ouverte des présidentielles, les tenants du "socialisme démocratique" s’y engouffrent vaillamment.

10En 1979, résumant toute cette histoire, M. Jobert écrivait : "Il faut être latins, comme nous, pour tomber dans le piège des doctrines et des mots". La malédiction de 1920 semble s’être levée. Social-démocratie vient de sortir du piège de l’histoire. Mais il n’a pas encore de destinée.

Notes de fin

* Une version abrégée de ce texte a paru dans Libération du 20 mars 1995 sous le nom de Maurice Jury et le titre "La social-démocratie réhabilitée à gauche".

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search