Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Sidaïque, philologie ou analogie ?*

Texte intégral

  • * Chronique parue dans Mots, 17, octobre 1988, p. 231-233.

"L’attitude la plus honnête qu’on puisse avoir à l’égard de la maladie [...] consiste à l’épurer de la métaphore" (Susan Sontag, La maladie comme métaphore, Paris, Le Seuil, 1980, p. 9).

1La création récente (1986) du terme sidaïque et sa diffusion généralisée sont-elles de simples phénomènes de mode sans conséquence ou bien, à l’inverse, des prises de position idéologiques ?

2Ce qui surprend dans la création de sidaïque est que ce terme est de construction tout à fait anormale. Il ne correspond pas aux règles spontanément appliquées jusqu’à nos jours par les locuteurs français natifs. Il est antiphilologique. Je m’explique : en français aucune base à finale en a n’a été de manière naturelle suffixée en aïque ; il faut pour cela la présence de voyelles déjà palatalisées, par exemple dans des racines grecques ou latines antécédentes (laïos, arkhaïos, héroïkos, hebraïos-hébraïkos, museios et musaïcum, judaïcum, prosaïcum, etc.) : l’hiatus est déjà présent dans la source elle-même.

3Depuis le 16e siècle au moins, le français a, comme on dit, "horreur de l’hiatus". Ce rejet, qui se traduit, en prosodie classique de manière consciente (Boileau, Art poétique, I, 108) et, de manière inconsciente, dans la post-position des sujets pronominaux à initiale vocalique ("viendra-t-il", qu’en-dira-t-on"), oblige les initiateurs de mots qui sentent bien leur langue à insérer un t dit d’épenthèse ou de transition (ou parfois une autre consonne, cf. hugolien) entre les deux voyelles mises en contact, ici le a de la base et le i du suffixe. Cette loi de construction est constatée quasi en permanence, qu’elle s’inspire de la suffixation grecque (soma / tique, systéma / tique), latine ou bas-latine (aqua / tique, luna / tique), qu’elle utilise un t "latent" (probléma / tique, robo / tique) ou qu’elle étende la régulation de manière arbitraire mais générale aux suffixés modernes comme média / tique, cyberné / tique ou bureau / tique.

4Il n’y a que trois causes possibles qui puissent expliquer une suffixation en aïque. La première serait l’influence sur les locuteurs des habitudes d’une langue étrangère (modèles gréco-latins, ou bien aujourdhui anglo-américains) - mais cela ne peut être le cas pour SIDA, sigle français complètement inversé en anglais. La seconde serait que le créateur du mot et ses diffuseurs ne possèdent pas le français dans leur héritage maternel et restent étrangers à ses structures profondes - mais n’est-ce pas faire la pire injure à M. Guillaume Faye, le lanceur à ma connaissance du terme, à MM. Holleindre, Bachelot et Le Pen, ses premiers diffuseurs dans les médias, que de les soupçonner d’avoir perdu le sens de la langue française ? Il reste Sa troisième raison. La voici : ces initiateurs en langage ont laissé dans ce type de terme la loi des analogies et des connotations sociales prendre le pas et l’emporter sur les lois de la formation normale des mots français.

5Ainsi, dès ses premiers moments de propagation, sidaïque est né politique. Si ce mot est tordu, c’est pour d’autres raisons qu’une simple volonté de dénomination scientifique. Malformation qui révélerait alors d’autres motivations que linguistiques. Lesquelles ?

6Il faut ici rappeler ce qu’en linguistique on appelle connotation. Au sens large, le terme désigne tout ce qui déborde la signification d’un mot. Plus particulièrement, il réfère à des pré-requis affectifs. Né cousin immédiat de judaïque, hébraïque, mosaïque, le mot sidaïque est tordu de naissance par des connotations antisémites. Cela est si vrai que la réaction a été immédiate. Roger Cans, dans Le Monde du 3 février 1988, parle d’une "équation maléfique [...] au moment, où l’on tente de réhabiliter non plus le mal lui-même, véritable fléau moderne, mais ceux qui en sont victimes sans être pour autant coupables". Mme Escoffier-Lambiotte avait déjà opté pour sidatique (Le Monde, 20 janvier 1988), après Jacques Julliard qui parlait de "psychose sidatique" (Le Nouvel Observateur, 5 juin 1987). De son côté, le Commissariat général de la langue française a proposé sidéen, terme bien formé (cf. paludéen), en écartant même sidatique, senti encore trop proche des mots à réfractions antisémites. On le voit bien, certaines appellations constituent les enjeux, les lieux mêmes des conflits sociopolitiques.

7Pour les adversaires de sidaïque, il s’agit d’éviter que le terme "n’entre dans l’usage", accompagné de ses arrière-plans malsains. Pour le clan propagateur, il faut au contraire l’imposer en tant que norme de langue, tout en entourant son emploi de signes idéologiques qui viennent le connoter jusqu’en mémoire. C’est ainsi que j’interprète les propos suivants de M. Bachelot jetés en vrac et comme en passant au sujet des "étrangers" qui se présentent aux frontières : "On va leur expliquer qu’ils ne peuvent pas tout faire dans leur vie sexuelle ou dans leur vie quotidienne. Les tatouages, les percées des oreilles, l’acupuncture, [pour] ceux qui sont israélites le problème de la circoncision, les rasoirs mécaniques. De tout cela, il faut qu’ils se méfient" (entretien à Libération, 13 février 1987). En plus cru, on trouve dans un des tracts dits "lycéens" qui circulent depuis deux ans des affirmations comme : "Communauté juive et SIDA sont liés [...]. Une bonne partie de la communauté juive de Paris est séropositive" (cité dans Le Matin, 29 mai 1987). Une brochure diffusée par une toute innocente Ligue nationale contre le péril vénérien affirme : "Un fait est frappant : il existe une dermatose rare, faite de taches et de nodules - le sarcome de Kaposi -, qui se voit surtout chez les israélites de plus de soixante ans" (ibid.). Et ne serait-ce pas M. Holleindre qui aurait lancé l’équation "sidaïque - judaïque" ? Ne nous trouvons-nous pas alors, avec ce simple mot, devant l’un des signes d’une campagne de type raciste, dont le numéro 2 de J’ai tout compris daté de février 1987 et rédigé par M. Guillaume Faye serait le point de départ ? Son titre, de connotation à la fois "branchée" et révisionniste : "SIDA. Bonjour l’holocauste"... Tel est le contexte de naissance de sidaïque.

8Rien n’est innocent dans la maitrise du lexique des dénominations à incidences sociales, car on pense avec les mots qui nous sont donnés et les représentations inconscientes auxquelles ils participent.

Notes de fin

* Chronique parue dans Mots, 17, octobre 1988, p. 231-233.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540