Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Rénovateur, rénovation, comment faire neuf ?*

Texte intégral

  • * Chronique parue, sous le nom de Maurice Milan et le due "De la rénovation", dans Libération du 15 (...)

1Certains termes, dont l’entrée en politique est ancienne, ont été récemment remis au gout du jour, ne serait-ce que par certain journaliste de Libération, relativement initiateur dans l’attribution, aux communistes contestataires du PCF, d’étiquettes comme "rénovateurs", "refondateurs", "reconstructeurs". Le jeu s’est même étendu, par plaisanterie, jusqu’à des troncations finales : les néos, les rénos, les néo-rénos ("Qu’y aura-t-il après les rénovateurs, les néo-réno ?", s’interroge Pierre Mauroy dans Vendredi, 14 décembre 1990), voire les néos-néos ("C. Pasqua [...] se demande si le RPR n’aurait pas mieux fait de laisser les néos-néos seuls face à eux-mêmes" dans Libération, 6 janvier 1991).

2Mode ancienne ? Certes ! Au point que plusieurs analyses de textes politiques allant de la Révolution française à nos jours ont montré que l’adjectif "nouveau, nouvelle" est l’un des moins marqueurs qui soit. Les discours, de droite comme de gauche, en sont farcis en permanence et, du coup, rien n’est plus banal qu’un usage que l’on s’imaginait renforçatif et caractérisant...

3Témoins, les socialistes du siècle dernier, cultivant sans en être conscients l’ambiguïté de termes qui peuvent se référer aussi bien au renouvellement cyclique (refaire, ranimer l’ancien) qu’à l’innovation inaugurale (susciter du neuf), d’où ce sémantisme à mi-chemin : rénover, c’est greffer du neuf sur de l’ancien. Tel était déjà le néo-socialisme ou le néo-méthodisme de Jaurès, à la fois "renouvelant" et novateur, dont procède notre rénovateur actuel.

4La rénovation, après la seconde guerre mondiale, a d’abord touché l’économie. Elle a suivi redressement et reconversion, ces clés du mendésisme. Son lexique inspire aujourdhui les discours politiciens. Chez les socialistes, il balaye les courants : dès 1987, L. Jospin "nourrit un grand dessein. Histoire de montrer qu’il n’a pas été que l’honnête gestionnaire du parti de Mitterrand. Ce projet a un nom : rénovation." (Nouvel Observateur, 11 janvier 1990). D’autres ruent à l’heure présente dans les brancards du PS ; ces "rénovateurs socialistes" appellent "à un renouveau de la démocratie" ; "à droite comme à gauche, on n’entend plus qu’un seul mot qui tient lieu de projet : la rénovation" (Le Monde, 14 décembre 1990).

5Passons à droite, en effet : le mot court. M. Noir cherche un "renouveau de notre vie politique nationale", fidèle au projet des "rénovateurs" du printemps 89 (Le Monde, 7 décembre 1990). M. Barzach souhaite, dans son ombre, que "quelqu’un qui représente la rénovation puisse accéder à la candidature à la présidence de la République" (Le Monde, 14 décembre 1990), après avoir vainement tenté de "mener la rénovation de l’intérieur" (Libération, 6 janvier 1991). Et les néo-slogans pleuvent, attachés eux aussi à un "grand dessein" : "C’est à cette condition, s’écrie M. Noir, que pourra naitre de nouveau le gout de croire ensemble à quelque grand dessein et à l’espérance d’une nouvelle démocratie" (Le Monde, 7 décembre 1990). L’étiquette électorale est trouvée.

6Au parti communiste, le pullulement des dénominations sème ironiquement le brouillard. Que signifie d’ailleurs nouveau, quand G. Marchais entend "donner un souffle nouveau au communisme" alors que C. Fiterman souhaite "un parti communiste d’un type nouveau" (d’après Le Monde, 16 octobre 1990). Les journalistes s’efforcent de distinguer les rénovateurs d’autres dissidents ; et les militants suivent tant bien que mal. Lire C. Fiterman derrière "refondateur" et M. Rigout, F. Damette ou C. Poperen derrière "reconstructeur" est assez vain, tant le paysage politique change vite (de mots). "Il ne s’agit plus aujourdhui de reconstruire, estime C. Poperen, mais de faire du nouveau" ; "L’heure n’est plus à la reconstruction ou re-fondation [...] mais à une recomposition de la gauche" (Libération, 13 décembre 1990).

7Que deviendront toutes ces "rénovations" néo-socialiste, néo-démocrate, néo-communiste et néo-néo ? Lisez les journaux...

Notes de fin

* Chronique parue, sous le nom de Maurice Milan et le due "De la rénovation", dans Libération du 15 janvier 1991, p. 37.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search