Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

De gauche à droite, le balancier radical*

Texte intégral

  • * Article paru, légèrement raccourci, sous le nom de Maurice Jury, dans Libération du 16 décembre 19 (...)

1Deux familles politiques se disputent en France l’étiquette radical, les "valoisiens" qui font partie de la "majorité" parlementaire actuelle et les "radicaux de gauche" qui faisaient partie de l’ancienne "majorité présidentielle". Ne voilà-t-il pas que l’équilibre maintenu entre eux (aux premiers le "parti" et l’étiquette simple, aux seconds le "mouvement" et l’étiquette spécifiée) se trouve remis en cause par les radicaux de gauche. Nulle possibilité, évidemment, pour eux de pouvoir se prévaloir d’un "parti radical" (les tribunaux leur donnent tort). Et pourtant retrouver le mot pur, dans sa verdeur native est bien tentant. On s’appellera donc Radical, affirme M. Hory, sans "parti" ni "mouvement", radical tout court, fièrement. Cela sonne bien et peut se claironner fort.

2Verdeur native ? On pourrait le croire en relisant Marx ou Blanqui. Venu de l’anglais avec la république de Cromwell, le mot signifie encore, pour Marx en 1843, "qui saisit les choses à leur racine". Radical vient en effet de radix, la racine, par une dérivation bas-latine. Dans l’usage des "radicaux exclusifs" de la Monarchie de Juillet (blanquistes), lesquels se retrouvèrent, au sein du Comité des clubs démocratiques radicaux, à la pointe de la révolution de 1848, la désignation agite le drapeau rouge. Et pourtant... Dès les années 1830 deux emplois se contredisent. Il faut ajouter qu’à la différence des autres pays et des autres langues il s’est passé en France un de ces accidents de l’histoire qui poussent les emplois des mots au-delà de leurs frontières : en 1835 le mot républicain a été interdit (dans une loi sur la presse de septembre 1835). "Les partisans obstinés de la république se virent contraints de désigner leurs doctrines et leur parti sous des expressions adoucies, et énergiques encore sans être séditieuses", expliquera le lexicographe F. Wey, dans L’Illustration du 10 juin 1848. Radical s’est donc trouvé assurer pendant une douzaine d’années la suppléance de républicain. Ainsi, aux élections de 1837, c’est la "gauche radicale" (bourgeoisie libérale : le banquier Laffitte, le savant Arago, l’avocat Dupont de l’Eure) qui représente les républicains au parlement et c’est Le National de Marrast qui s’affiche comme le journal "radical". Avec eux, nous sommes déjà bien loin de Blanqui.

3Cette ambivalence - qui fait que le terme peut être ressenti à la fois comme révolutionnaire et comme modéré, désir de changer radicalement les choses et face légale et légaliste (sa valeur anglaise) d’un républicanisme mis au ban -permet aux romantiques de s’en emparer : "Si le radical, c’est l’idéal, oui, je suis radical", écrira Hugo à Lamartine (21 juin 1862). Littré définit radical par "qui travaille à la réforme complète, absolue de l’ordre politique dans le sens démocratique". Le radicalisme français s’est enté sur cette tradition parlementariste. De Carnot à Gambetta, la filiation non-révolutionnaire et la tentation centriste sont visibles. Des déclarations populistes de type quarante-huitard revendiquent la tradition républicaine ("Nous ne vous en voudrons jamais de nous appeler des républicains radicaux", lance Gambetta à ses adversaires, le 28 février 1873) et exigent "l’application la plus radicale du suffrage universel" (quoique sans vote féminin !) dans le programme de Belleville d’avril 1869 ; mais les alliances préférées du terme sont "patient", "prudent" et surtout "légal" : c’est une "république radicale et loyale" que propose Gambetta. "Nous sommes des radicaux légaux" (13 février 1876).

4Un pas de plus et c’est le flirt avec l’opportunisme, puis carrément la "coalition opportuno-radicale" des années 1880-90, dont se moquera Barrès. La valeur du terme serait-elle menacée ? Des intransigeants lui donnent des leçons d’anti-opportunisme. Gambetta se défend en jouant sur les mots : "Quel est l’homme public [...] qui consentirait à reconnaitre et à dire qu’il fait de la politique inopportuniste ?" (réponse à Rochefort, 27 mars 1881). A l’extrême-gauche, les mots font insulte. Louise Michel parlera de "ces sommeils" où "grandissent les opportunismes". Déchiré entre intransigeance et opportunisme, radical est-il condamné ? Afin de maintenir ou reprendre des distances, l’habitude se prend, dès 1881, d’ajouter à radical l’adjectif socialiste en les soudant d’un trait d’union. Tony-Révillon, à cette date, est présenté aux élections par un Comité radical-socialiste anti-opportuniste. La dérive centriste bloquée, Ferry abandonnera le mot au profit de républicain de gouvernement.

5Radical s’efforce alors de recoller à gauche. A la fin du siècle, on insiste sur des étiquettes rénovées : celle de "vrais radicaux", celle de "néo-radicalisme" (1893) et, bien sûr, celle de radical-socialiste. C’est un peu tard. Des habitudes polémiques ont été prises. Le Parti ouvrier accuse ensemble le socialiste Millerand et le "solidariste" Léon Bourgeois de noyer le socialisme "dans on ne sait quelle bouillabaisse radico-fumisto-nationaliste" (16 juillet 1898). Entre "radicaux" (à l’époque, deux groupes parlementaires au moins revendiquaient déjà l’étiquette), un accord politique se concrétise par l’addition des deux usages sous la bénédiction de la "Délégation des gauches" et dans l’unité du combat anticlérical.

6Avec le nouveau siècle et le virage de Clemenceau, ex-intransigeant devenu conciliant sur sa droite et briseur de grévistes et de vignerons, radical, même accolé à socialiste, dérive à nouveau vers la droite et devient synonyme de républicain modéré, voire conservateur. Rappelons-nous Péguy : "Je n’inclinerai pas mon idéal socialiste devant les substitutions, les altérations, les abâtardissements du radicalisme politique, devant les adultérations du radical-socialisme, devant les limitations de l’opportunisme" (mars 1904). Même le mot radicalisé joue en sens inverse... de son sens d’origine : "Si M. Jules Guesde avait été d’abord plus facile, [...] tout le socialisme se serait sans doute radicalisé", c’est-à-dire affadi (Mermeix, 1906). Maurras peut triompher, qui définit ainsi le radicalisme de Gambetta, puis de Combes et de Ferry : "Etatisme pour dominer. Anticléricalisme pour pervertir. Opportunisme pour n’être pas balayés" (9 octobre 1909). Pour Isvolski, en 1914, un radical est "un doctrinaire rendu raisonnable par l’exercice du pouvoir".

7On voit donc qu’à la jointure des siècles, sa famille lexicale est sévèrement marquée (à l’exception de l’adverbe, qui demeure extrémiste). Mais dans deux directions "radicalement" divergentes : Radical se veut gardien du rouge révolutionnaire : ainsi dans la traduction de Rosa Luxembourg par Bracke, qui définit les "bolcheviks" comme "l’aile radicale du mouvement ouvrier russe" (1922). A la même époque, et depuis quelques années, le radis est le symbole de la démagogie et des compromissions financières et politiques. N’est-il pas "rouge à l’extérieur, blanc à l’intérieur, et toujours dans l’assiette-au-beurre" ?

8Où en est-on avec ces connotations ? D’autres silhouettes magiques bougent dans l’ombre des mots : Edouard Herriot, Pierre Mendès-France, quelques "jeunes-turcs"... Aujourdhui, Bernard Tapie, demain Bernard Kouchner. Bonne chance au feuilleton "Radical" !

Notes de fin

* Article paru, légèrement raccourci, sous le nom de Maurice Jury, dans Libération du 16 décembre 1994.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540