Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Race, un mot qui a perdu la raison*

Texte intégral

  • * Chronique parue dans Mots, 32, septembre 1992, p. 105-107.

1Tout le monde dit que la race et la raison sont cousines germaines par l’étymologie. Ces deux termes viendraient du verbe latin reri, ratus, qui signifie compter, calculer, ranger, valider, par le substantif ratio, rationem qui désigne l’estimation d’un rapport et la méthode pour y arriver, en particulier le classement selon un ordre à respecter. "Pro rata parte", chez Cicéron, vise une distribution proportionnelle ("à raison de..."). Ratiocinari, c’est calculer, peser, juger. Famille de mots rationnelle et raisonnable (rationalis, fondé en raison), raisonnante et raisonnée, où aucune décision ne se prend à la légère. C’est cela être "déterminé", aux deux sens du mot... D’où, raison (de rationem) qui désignait dans l’ancienne France aussi bien l’ensemble des comptes (cf. un "livre de raison") que le discours et l’explication, déroulements logiques d’arguments aboutissant à une conclusion. Tout cela suppose, dirait Descartes, la faculté de "bien juger", au-delà des passions. Il faut savoir raison garder.

2Le problème avec race est qu’on ne lui voit pas d’antécédent latin direct. Le mot n’a sans doute rien à voir avec les étymons que pourraient constituer raz ("cap" - d’origine phénicienne ? - ou courant marin dans un détroit), l’ancien verbe racer ("courir", d’origine celtique), rasse ("incursion", du germanique reisa, voyage) ou encore racemus, la "grappe" latine. On a supposé plutôt une lointaine source slave (Darmesteter) et/ou un traitement en bas-latin identique à celui qui a abouti à ses équivalents des dialectes italiens : razza, rassa, lesquels désignent soit une espèce (animale ou végétale), soit une convention de famille ou de métier. Un ancien provençal rassa se serait appliqué au 12e siècle à une bande de comploteurs.

3Mais d’où viennent en filiation directe ces razza, rassa et donc rasse (ainsi qu’on écrivait le mot au 15e siècle) ? Sans doute, selon les étymologistes, d’une analogie populaire sur les féminins de la déclinaison régulière en a (rosa, rosam) : les formes ratio, rationem se seraient transformées en *ratia, *ratiam... Bref, petite tache dès le départ sur le cousinage des germes, entre raison, héritage bien balisé du latin classique, et race, transfuge, bâtard ou métis comme quantité de mots et de parlers de notre langue.

4Leur sens paraisssait au départ pourtant bien apparenté. De même que la raison, la "rasse" était signe d’un classement. Chez Commines, elle désigne toute espèce d’animaux et de fruits (1498). Sous-catégorie de l’espèce chez Buffon (1749), le mot servira aussi à classer les hommes jusqu’à aujourdhui. C’est en ce sens naturaliste que Voltaire, d’ailleurs antiraciste avant la lettre, s’exprime dans son Essai sur les moeurs et l’esprit des nations (1756) : "La race des nègres est une espèce d’hommes différente de la nôtre, comme la race des épagneuls l’est des lévriers".

5Dans cette application aux humains d’une classification, à la recherche de critères distinctifs, le mot a interrogé plus spécialement leur origine géographique. Jean Lemaire de Belges écrivait en 1512 : "Il estoit extrait de la mesme rasse et païs des Turcs". Entre la souche terrienne et la souche familiale, entre sol et sang, il n’y a qu’un pas. La rasse ou race réfère alors à la lignée ("stirps generis") en diachronie, ascendants et descendance, et au clan en synchronie, ensemble de même parenté ("familia"). La voici justement glosée en latin juridique par le "sang", symbole premier de filiation, dans la définition que nous transmet encore l’Indice des Droits royaux et seigneuriaux de François Ragueau, publié en 1583 : "La Race : Gens, sanguis, stirps generis, familia quae ab ejusdem ultimi genitoris sanguine". On parlera donc des rois de la première, de la seconde et de la troisième "races", tel Eusèbe de Laurière qui a rassemblé entre 1706 et 1723 les textes des souverains capétiens sous le titre de Recueil chronologique des Ordonnances des Rois de France de la troisième race. Dans le même ordre d’idées, le terme sert aussi au comptage des générations : "Les familles royales les mieux établies, constate Bossuet, vivent à peine quatre ou cinq races". Aucune valeur ethnique ne semble accompagner cette représentation des humains, déroulement de filiations familiales plus ou moins perverti par ce que Léon Poliakov appelle le "mythe généalogique".

6Aucune vraiment ? Comment expliquer sans des confusions multiples (culminantes chez Boulainvilliers) le succès de l’ancienne distinction opérée entre Gaulois asservis et Francs nobles - "race illustre fondée par Dieu même", affirme un prologue de la Loi Salique rajouté au 8e siècle -, distinction qui cèdera la place dans les manuels républicains au mythe celtique de "nos ancêtres les Gaulois" ?

7Quoi qu’il en soit des généalogies et des confusions mythiques, deux types d’emploi majeurs paraissent solliciter le mot race jusqu’à l’époque classique : la notion de classement dans des catégories sur critère naturel (ou moral), la notion de lignée familiale à origine génitale commune, qu’elle soit ou non fabulée. L’irraisonné ne viendrait-il pas de l’identification de ces deux usages ? "Dieu s’apprête à te joindre à la race parjure", s’écrie le grand prêtre Joad dans l’Athalie de Racine, confondant sous ce nom des clans juifs différents dont la ressemblance consiste non dans le sang mais dans le parjure. S’agit-il pourtant d’une simple "race des parjures" ? L’ambigüité demeure ; car il existe aussi un parjure de race, puisque la malédiction descendra de génération en génération...

8Dans la cohabitation des emplois les plus divers, le mot devient banal, presque sans aspérité. Il sert, du 17e au 19e siècles, aussi bien à nommer une postérité au sens classique (race des Atrides, race d’Abraham), qu’une nation (race française), que la spécification animale (cf. Darwin) et, "par extension et abusivement" comme disent les dictionnaires, toutes sortes de communautés, réelles ou idéelles (race des esclaves, race des héros). Et puis Gobineau vint, qui, dans son Essai sur l’inégalité des races humaines (1853), parla de "race aryenne" - "L’Aryen est le Prométhée du genre humain", chantera Hitler - pour dire communauté (supérieure, bien entendu) de culture indo-européenne. Pris au mot, il fut habillé en militant des thèses physiologistes. Catégorisation et mythe des origines, sélection et ethnie se mélangèrent ; et les Juifs, selon la description qu’en donnera Mein Kampf, se mirent à "empoisonner le sang des autres"...

  • 1 Cf. Mots, 33, "Sans distinction de... race", décembre 1992, 400 p. (Actes du colloque "Le mot race (...)

9De nos jours encore, le métissage des sens est à l’oeuvre dans l’usage du mot race. Les derniers évènements de Los Angeles ont tourné à l’émeute "raciale", affirment les journaux. Il s’agissait d’affrontements entre "noirs", "hispaniques" et "asiatiques", les premiers reconnaissables à leur peau, les seconds à leur jargon, les troisièmes à leurs moeurs... Heureusement, la Constitution française ordonne de ne pratiquer aucune "distinction d’origine, de race ni de religion". Un mot aussi douteux serait-il de trop ? Vu qu’il n’y a pas de réponse linguistique, la livraison de Mots de décembre 1992 s’efforcera au moins d’éclaircir la question1.

Notes

1 Cf. Mots, 33, "Sans distinction de... race", décembre 1992, 400 p. (Actes du colloque "Le mot race est-il de trop dans la Constitution française ? Une controverse", Palais du Luxembourg et Sorbonne, 27-28 mars 1992).

Notes de fin

* Chronique parue dans Mots, 32, septembre 1992, p. 105-107.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540