Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Les retournements de popularité*

Texte intégral

  • * Communication aux Journées de sciences politiques sur "La popularité politique", INP, Paris, octob (...)

1Une tradition philologique bien ancrée, quoique schématisante, distingue en français dans les termes d’origine latine deux types de vocabulaire, les mots dits "populaires" et les mots dits "savants". Les premiers - souvent courts, c’est-à-dire raccourcis - ont subi tous les avatars de l’évolution phonétique générale, bas-latine, romane puis française (amuïssements et syncopes, déplacements d’accent, allongements vocaliques et diphtongaisons, palatisations et nasalisations etc.), qui ont fait passer l’un des créoles à base latine parlés entre le 4 et le 8e siècles au statut de roman (peut-être) puis d’ancien français. Les seconds - termes plus longs et mieux conservés au regard de leur étymon - sont constitués par les emprunts des relatinisations successives dues tant au jargon d’église qu’à celui des juristes conservateurs ou des scientifiques novateurs. C’est ainsi que l’on trouve en français moderne des filières en doublet appartenant à ces deux séries : hôtel et hôpital, païen et paganisme, droit et direct, chaise et cathédrale, royal et régalien, on et hominien, gaine et vagin, eau et aquatique, croix et crucifix, loi et légalité, frêle et fragile, etc. De cette double lignée viennent peuple, aboutissement "populaire" de pueple, pueble, issus de populu(m), et popularité, issu directement de popularitàt(em).

2Popularité fait donc partie d’une série "savante". Cela s’assortit de deux corollaires. D’une part, nous constatons que l’introduction du terme en français est un phénomène relativement récent, du 15e siècle pour popularité, du 12e pour populaire (mot dit "semi-savant") ; d’autre part, le terme garde, à ces origines, les valeurs de sens, plébéienne et paternaliste, qu’il avait en latin républicain puis impérial.

LA POPULARITÉ PLÉBÉIENNE

  • 1 Dans Jeux et sapience du Moyen Age, Gallimard, Pléiade, 1951, p. 857-909.
  • 2 "Toute popularité se fust versée et tournée contre la noblesse"(15e s.), cité dans F. Godefroy, Di (...)

3D’un sémantisme à la ressemblance de peuple, lequel s’est ajusté aux strates paysannes, marchandes et artisanales du moyen-âge et n’est plus entendu comme ensemble des habitants d’une cité ou ensemble des citoyens libres d’un pays ("Res publica res populi", la chose publique est l’affaire de tous, disait Cicéron), popularis et popularitas désignent ce qui est propre ou relatif à ce peuple, ramené à la plèbe, qui représente un seulement des trois "états" de la France dans le Quadrilogue invectif d’Alain Chartier1. Le Populaire (adjectif substantivé au 12e siècle), c’est le commun, voire la "populace", et la popularité, d’abord adversaire de la noblesse2, est devenue le signe du commun.

4Calques latins évidents, car ils rappellent le popularis de Cicéron, plus près de plebs que de populus. Les gens du peuple (les "populaires" dit encore Alain Chartier en 1422) sont tous ceux qui ne sont ni de noblesse ni d’église. La popularité est l’aspect plébéien des êtres.

  • 3 La plupart des citations françaises qui vont suivre nous ont été fournies par la banque "Frantext" (...)

5C’est bien cette absence de distinction sociale, ce partage des "mondains labours" avec le grand nombre, par opposition à l’aristocratie du pouvoir réservé, du titre, de la cléricature puis de l’argent, à l’élite des nantis rangée à part, que l’on retrouvera dans les attestations de popularité trouvées en français classique3.

6Le Père Garasse, dans sa diatribe contre la Doctrine curieuse des beaux esprits ironise ainsi à propos de la supériorité que ces derniers confèrent aux croyances professées par un petit nombre d’adeptes :

"Vous vous ventés d’estre peu en nombre de vostre creance, et vous vous ventés de vos ordures : il est vray que vous estes peu en nombre, aussi les parricides sont en petit nombre et si sont fort meschans : je vous conseille doncques de ne nous plus reprocher la popularité de notre creance, et ne vous plus glorifier de vostre petit nombre qui est encore plus meschant qu’il n’est petit" (édition de 1623, livre 2, section 12).

7On voit bien ici la "popularité" s’opposer en tous points au "petit nombre". La popularité d’une croyance est d’être partagée par le plus grand nombre et non pas cantonnée à une élite. Aussi populaire joue-t-il parfois à l’inverse de célèbre (au sens ancien de solennel, propre aux célébrations). A la déesse fêtée pour elle-même (la "celebris dea" de Cicéron) s’opposent les fêtes et les jeux vulgaires donnés en pâture à la plèbe ("populare munus", chez Cicéron).

8Dans le 18e siècle français, la plupart des attestations du terme rendent un son tout à fait analogue, y compris celle de l’abbé Prévost avancée par certains dictionnaires pour dater l’évolution sémantique : "La popularité, le plaisir de me voir environnée, à la porte de l’église, par une foule de misérables, étoient un attrait charmant pour mes yeux", fait-il écrire dans ses Lettres anglaises (édition de 1751, tome 2, lettre 42). Traduire ce popularité en lui attribuant le sens qu’il a acquis en anglais dès le 17e siècle de "faveur populaire" est peut-être anticiper sur une mutation en France plus tardive. Je préfère, pour ma part, gloser soit par "encanaillement" soit par "bain de foule". Cest le fait d’être plongé dans la masse, de côtoyer les petites gens et de se fondre dans la bousculade, ici de se retrouver, inconnu sans doute, au milieu des pauvres et des mendiants, qui est décrit dans cette "lettre". La popularité ou l’art d’être peuple, comme tout le monde, ni original ni remarqué, bref non "populaire", pris au sens d’aujourdhui ?

LA POPULARITÉ PATERNALISTE

9Une seconde acception, très différente, situe la popularité, à titre de qualité, à l’intérieur d’un individu. Sa popularité consiste dans sa "bonté", la générosité dont il fait preuve, le souci qu’il prend du bien du peuple, les qualités de compréhension et de largesse qui lui sont reconnues, première forme d’une renommée "populaire", puisque c’est par là que le terme glissera vers son sens moderne. A ce propos, la base de données du Trésor de la Langue française avance des attestations tirées de Bernardin de Saint-Pierre et de Louis-Sébastien Mercier. Les voici :

"Les parisiens et les étrangers admirent la statue équestre de Henri IV, et tous s’accordent à le prendre pour le modèle de la bonté et de la popularité" (Mercier, Tableau de Paris, édition de 1782, tome 1-4, chapitre 50).

10Cette application au peuple de la bonté du souverain se retrouve à l’identique chez Bernardin de Saint-Pierre :

"Le peuple n’affectionne dans son prince qu’une seule qualité, c’est sa popularité" (Etudes de la nature, édition de 1784, tome 3, étude 14).

  • 4 "Affabilité" est encore une glose pour "popularité" que l’on trouve dans l’édition de 1840 du Dict (...)

11Le contresens serait facile. Car il ne s’agit pas encore ici, pour l’essentiel, de la renommée du souverain, mais de sa générosité envers ses sujets. On est pourtant tout près du renversement des valeurs linguistiques (déjà en gestation chez Tacite, où popularitas hésite entre l’affection portée au peuple et celle qu’on aimerait obtenir de lui). Elles suivront la mutation des valeurs socio-politiques, lorsque le roi aura besoin d’une "popularité" venant des autres, d’une légitimation par la "vox populi". Dans les années 1780, ce renversement n’est pas encore parvenu à son terme. Pour preuves, ces autres attestations de Bernardin de Saint-Pierre, où "popularité" signifie très exactement gentillesse, urbanité, tact, bonne intelligence, affabilité4 :

"Ils vivoient en bonne union avec leurs égaux, et avec popularité avec leurs citoyens" (Ibid., tome 2, étude 10)
"Paul, charmé de la popularité du gouverneur, lui dit : ‘ je désire être votre ami, car vous êtes un honnête homme ’." (Paul et Virginie, édition de 1787, p. 1269).

12Avec les prémices révolutionnaires, l’ambigüité sémantique et le flou du sens s’introduisent. La générosité perd son caractère spontané au profit du calcul de renommée, du besoin d’être reconnu généreux, puis du simple besoin d’être reconnu, distingué, admiré ou aimé des humbles. Témoin, la jeune Mme de Staël, fille de Necker :

"Vainement l’exemple récent de la Suède, où votre majesté n’avait trouvé d’obstacles que dans ce premier ordre de son royaume, vainement la raison disait qu’il fallait fonder la puissance du roi sur sa popularité" (Lettres de jeunesse, 1789, tome 1).

13Il est visible ici que la popularité, contre l’aristocratie du "premier ordre" devenue réfractaire, consiste à rechercher l’appui du peuple, donc sans doute à pratiquer une générosité dont on attend en retour un soutien politique. Preuve à contrario que cette citation de Marat, un an plus tard :

"Dupe et de ses hauteurs simulées et de sa fausse popularité, il ne tarda pas à flatter les courtisans qui pouvaient le maintenir en place, à trahir le peuple qui avait fait sa réputation, et à lui faire perdre les droits qu’il semblait travailler à lui rendre" (Les pamphlets, 1790, "Appel à la nation").

14Ici, les courtisans étant préférés au peuple, la "popularité" est à la fois fausse (souci également "simulé" du bien du peuple) et pourtant obtenue ("réputation"). Comme précédemment, nous sommes dans les deux sens en même temps, interne (générosité, même falsifiée) et externe (renommée, même mal acquise).

15Ambigüité du don et du reçu, cela est peut-être aussi le cas dans tel discours de Mirabeau, dont Mme de Staël nous rapporte sans doute les termes exacts, vu leur triple insistance :

"Mirabeau attaquait le ministre en son absence, tout en louant sa bonté, sa générosité, sa popularité, avec un respect trompeur singulièrement redoutable" (Considérations sur la Révolution française, édition de 1817, tome 1, 2e partie, p. 207).

16Et ne serait-ce pas encore cette valeur floue, déjà archaïque, à mi-chemin entre la qualité d’humanité qu’on montre et la célébrité qu’on en acquiert, qui inspire cette réflexion de Napoléon : "Mon cher, qu’est-ce que la popularité, la débonnaireté ?" (Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène, édition de 1823, p. 272) ? Peut-être aussi gardons-nous les traces des deux valeurs dans le portrait de Sainte Elisabeth tracé par Montalembert, où la popularité est tour à tour associée à "bonté" puis à "tribut d’humble amour et d’intime confiance", à "caractère" puis à "reçu" :

"Cet incident donne une idée si juste de la bonté et de la popularité de son caractère, ainsi que des moeurs de l’époque, que nous le raconterons en détail" (Histoire de Sainte Elisabeth, édition de 1836, chapitre 12)
"Il manque quelque chose à la gloire humaine des saints qui n’ont pas été entourés de cette popularité touchante, qui n’ont pas reçu, en même temps que les hommages de l’église, ce tribut d’humble amour et d’intime confiance qui se paie sous le chaume, au coin du feu de la veillée, de la bouche et du coeur des simples et des pauvres" (Ibid., Introduction).

LA POPULARITÉ "RENOMMÉE"

17Le pas qui est allé du don (la "bonté") au reçu (l’"amour" des humbles, puis l’estime générale) et de l’anonymat à la célébrité s’était franchi, si l’on en croit le lot des citations tirées de la banque de l’INaLF, dans les premières années de la décennie 1790. Mme de Staël, la première semble-t-il, l’effectue en toute clarté au sein de son propre discours : la popularité n’est plus dans ce que l’on donne mais dans ce que l’on reçoit :

"Voilà donc Monsieur De Lameth obtenant les mêmes hommages, la même popularité qui me flattaient tant pour mon père" (Lettres de jeunesse, 1790, tome 1).

18Elle persévère quelques pages plus loin en transcrivant :

"Je veux qu’au moins ma popularité te serve, et je trouve enfin trop pénible de ne pas t’associer [= apporter en aide] dans une circonstance aussi difficile ce que je puis avoir de moyens" (Lettres de jeunesse, 1791, tome 1).

19La popularité dont on bénéficie est promue "moyen" de gouvernement.

20A partir de cette date, nous sommes peu ou prou dans le sens moderne. Marat, victime de la calomnie, s’en fait ainsi l’écho :

"D’excellents citoyens scandalisés de vous voir courir à la maison commune pour dénigrer l’ami du peuple, en le peignant comme un fou atrabilaire, un ennemi de la nation, [...], demandent quelles sont vos vues en abusant de la sorte d’un reste de popularité pour diffamer le plus zélé défenseur du peuple" (Les pamphlets, "A maître Jérôme Pétion", 1792).

21La popularité s’acquiert, s’entretient ou se perd ; elle se juge désormais à l’aune de la largeur d’une réputation et de la force politique que celle-ci confère. Robespierre l’encadre par l’"autorité" et l’"ascendant", Necker s’en servait comme levier d’un "pouvoir" :

"Elle est bonne pour la cour, elle est bonne pour le pouvoir exécutif dont elle augmente l’autorité, la popularité, l’ascendant" (Robespierre, Discours, "Sur la guerre", 1792)
"M. Necker sentait à quel danger il s’exposait, en s’arrogeant ainsi un pouvoir fondé sur sa popularité" (Mme de Staël, Considérations sur la Révolution française, édition de 1817, le partie, p. 201).

22Tout lien avec les qualités intrinsèques propres à la bonté et à la sociabilité passe au second plan ; on recherche, à travers elles mais aussi par d’autres moyens moins avoués, la popularité pour les bienfaits qu’elle apporte, on en profite, on en joue ; ou, au contraire, on en rougit et on peut aller jusqu’à la sacrifier par honnêteté politique ; ne serait-elle pas devenue, à la limite, le salaire de la démagogie ?

"Qui, contre l’intrigant défend la vérité,
En dût-il perdre un peu de popularité,
Sert, sachant l’estimer et parfois lui déplaire,
Le peuple pour le peuple et non pour le salaire"
(Laya, L’Ami des loix, 1793, acte 3, scène 3).

"Lorsqu’il vit sa popularité bien établie, il se livra, sans contrainte, à toute la violence de son caractère" (Mme de Genlis, Les chevaliers du Cygne, édition de 1795, p. 135).

"Combien vos chefs de partis ne doivent-ils pas rougir, en se voyant préconisés, élevés sur le pinacle d’une popularité inconstante et capricieuse" (Crèvecoeur, Voyage en Pennsylvanie, édition de 1801, p. 330).

"M. Necker ayant sacrifié sa popularité tout entière à la défense des principes d’une monarchie libre et limitée, M. De La Fayette devait être dans ce jour le premier objet de l’affection du peuple [...]. Et certes ce n’était pas dans cette espérance, mais par attachement à son devoir, qu’il avait sacrifié volontairement en treize mois une popularité de vingt années [...]. M. Necker regrettait amèrement cette popularité qu’il avait, sans hésiter, sacrifiée à ses devoirs." (Considérations sur la Révolution française, édition de 1817, tome 1, partie 2, p. 298)

"M. Necker a joui de la plus grande popularité qu’aucun homme ait eue en France [...]. Jamais il n’adopta les moyens de popularité généralement reçus alors : il n’était point mal vêtu" (Ibid., partie 3, p. 450).

23A la suite de Mme de Staël, Benjamin Constant fait un grand usage du terme en politique, lequel devient le pendant plébéien, à tout le moins bourgeois, des "faveurs" ou des "disgrâces" royales. Il se lie de plus en plus à l’importance de la représentation nationale et à la montée politique du peuple :

"Cette situation les jette dans une double dépendance, celle de la popularité et celle de la faveur" (Principes de politique, édition de 1815, p. 155).

"L’élection populaire leur donne le besoin de la popularité, et les reporte vers sa source, en fixant les racines de leur existence politique dans leurs possessions" (Ibid, p. 46).

24Les historiens de la Révolution française ont stabilisé le terme sur le même registre :

"Le temps des disgrâces était pour lui le temps de la popularité : il devenait alors par ses refus l’allié de l’assemblée, qui se déclarait son soutien" (Mignet, Histoire de la Révolution française, 1824, tome 1)

"Ce fut elle [la ‘ masse ’] qui, d’après une conviction toujours libre, souvent spontanée, décida des délibérations et décerna la popularité" (Ibid.).

25Chez les écrivains "de droite", la popularité, décernée par les "basses classes", les "masses", le vulgaire, au bénéfice de la "médiocrité", s’oppose souvent - mais pas toujours - à la "faveur", à la "renommée", à la "gloire", à l’"électivité", termes réservés à certaines élites :

"Plus je vais, plus je méprise la popularité et ceux qui la recherchent [...]. Une seule est digne d’être ambitionnée, c’est la popularité parmi l’aristocratie de l’intelligence, je la nommerais volontiers l’électivité" (Alfred de Vigny, Journal d’un poète, 1831)

"On a beau dire, la popularité qui semble élargir le génie, le vulgarise, parce que le vrai beau n’est pas dans la masse, surtout en France" (Gustave Flaubert, Correspondance, 1846)

"Vous n’êtes pas populaire : quoi de plus simple, la popularité n’étant en toutes choses que le cachet de la sottise et la couronne de la médiocrité" (Jules Sandeau, Mademoiselle de la Séglière, édition de 1848)

"J’ai pu comparer dans ma vie la renommée littéraire à la popularité. La première pendant quelques heures m’a plu, mais cet amour de renommée m’a passé vite. Quant à la popularité, elle m’a trouvé indifférent, parce que dans la révolution j’ai trop vu d’hommes entourés de ces masses qui, après les avoir élevés sur le pavois, les précipitaient dans l’égout" (Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, 1848, 4e partie, livre 2)

"Les moyens de démonstration dont je me sers étant exclusivement scientifiques, cela m’a habitué à ne compter sur aucune espèce de popularité, le milieu dans lequel j’opère n’étant, évidemment, pas de la compétence du grand nombre" (Gobineau, Correspondance avec Alexis de Tocqueville, 1854)

"Dans cette dispute pied à pied de la gloire et de la popularité" (Edmond et Jules Goncourt, Charles Demailly, édition de 1860)

"Il y a des gloires sans popularité comme il y a des popularités sans gloire" (E. et J. Goncourt, Journal, 1866)

26Magnifiée par certains romantiques (Montalembert), disqualifiée chez d’autres (Chateaubriand), la popularité devient un sujet d’exercices littéraires. Dans les années 1830, elle sert de thème à des poèmes et même de titre à des pièces de théâtre. Contre : en 1838, on joue La popularité de Delavigne au Théâtre français. Pour : Frédéric Ozanam n’hésite pas à écrire à cette même date : "Immortalité, popularité, ce sont les deux présens divins dont les poètes ont été faits dispensateurs" (Essai sur la philosophie de Dante, 1838, première partie).

27Ce thème, devenu très vite la proie des humoristes, fait florès chez les pamphlétaires anti-vantards puis anti-votards :

"Je suis une puissance..., un pouvoir... Rien n’égale ma popularité" (Eugène Scribe, Bertrand et Raton, 1833, acte 2, scène 10)

"Avant de paraitre en personne dans le pays, je préparai la popularité de mon nom et le succès de ma candidature" (Louis Reybaud, Jérôme Paturot à la recherche d’une position sociale, 1842, partie 2)

"Son enthousiasme bruyant, infatigable, les poignées de mains qu’il prodiguait aux ouvriers, lui avaient acquis une sorte de popularité" (Jules Sandeau, Sacs et parchemins, 1851).

  • 5 Anne Ancelin Schützenberger, La sociométrie, Paris, éditions universitaires, 1972.

28On le voit, le terme, à la différence de célébrité et de gloire, ne perd pas contact avec ses origines "populaires", voire populacières. ("L’analyse de la popularité, écrit G. Gurvitch dans son Traité de sociologie, renvoie l’observateur à un ensemble de déterminations qui, dans toute la force du terme, peuvent être qualifiées de ‘ sociales ’"). C’est très minoritairement que certains parlent d’une "popularité" à l’intérieur de cercles restreints, à moins que le terme prenne délibérément une valeur technique, comme dans le coefficient ou indice de popularité que la sociométrie a mis au point il y a une quarantaine d’années5.

LA POPULARITÉ MESURÉE

29On a observé qu’à partir de la Monarchie de Juillet et de 1848 la popularité a partie et histoire liées avec les problèmes du pouvoir et, de plus en plus, avec les habitudes électorales, dont elle va suivre l’évolution.

30Jusqu’à entrer en concurrence avec l’élection elle-même ! La "sondocratie" moderne, ou démocratie des sondages, a mis au point des cotes et des indices qui jugent du "degré de popularité" de l’homme politique. Aucun des dictionnaires consultés ne date une expression aussi courante que "cote de popularité". Remonter à l’exclamation d’Ovide : "Quota pars laudis !" (quelle faible part de popularité !) serait forcer une filiation qui n’est qu’indirecte. Certes la "cote" a bien pour origine la "quota pars" juridique (la part attribuée à chacun, en latin médiéval), devenue "quotte part" chez Montaigne. On parle usuellement de "cotes" sociales au début de notre siècle : "cote d’amour", "cote personnelle", "avoir la cote". De son côté, Péguy soupesait le "capital de popularité" de Jaurès : "Il peut y perdre une bonne partie de son capital de popularité, sa seule, sa précieuse fortune, car tous ces socialistes sont de grands capitalistes de popularité" (L’Argent, 1913). Mais la liaison avec l’idée d’évaluation et un instrument de mesurage est un phénomène récent.

31A ce propos Gurvitch invoque Moreno : "La popularité se mesure, nous enseigne Moreno, par le nombre de choix positifs reçus par un individu pour un test donné" (Traité de sociologie, 1968). Mais il s’agit de "choix positifs" à l’intérieur d’un groupe donné : popularité restreinte des sociométriciens.

32La popularité est aujourdhui soumise aux sondages représentatifs de toute la population. Ainsi en 1963 :

"Il est même des cas où l’opinion est pratiquement la seule arme des grévistes [...]. Ce qui a poussé le gouvernement à la conciliation à l’égard des mineurs en mars et avril 1963, c’est sans doute moins le manque de charbon que la situation intenable des députés de la majorité et que la baisse de sa popularité, démontrée par les sondages d’opinion publique" (J.-D. Reynaud, Les syndicats en France, A. Colin, 2e édition, 1966, p. 143).

33Les deux usages, technique et groupai, général et "populaire", se rejoignent donc dans la moderne "cote de popularité" qui monte et descend sur tous les baromètres politiques. Mais ceci est une autre histoire, qui aura un jour sa philologie sociale.

Notes

1 Dans Jeux et sapience du Moyen Age, Gallimard, Pléiade, 1951, p. 857-909.

2 "Toute popularité se fust versée et tournée contre la noblesse"(15e s.), cité dans F. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française, Paris, Bouillon, 1902.

3 La plupart des citations françaises qui vont suivre nous ont été fournies par la banque "Frantext" de l’Institut national de la Langue française (CNRS, Nancy) mise sur réseau informatique par Jacques Dendien, sous la direction de Bernard Quémada.

4 "Affabilité" est encore une glose pour "popularité" que l’on trouve dans l’édition de 1840 du Dictionnaire des dictionnaires français de Napoléon Landais.

5 Anne Ancelin Schützenberger, La sociométrie, Paris, éditions universitaires, 1972.

Notes de fin

* Communication aux Journées de sciences politiques sur "La popularité politique", INP, Paris, octobre 1990.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540