Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

À la naissance des partis français. Quelques repères terminologiques*

Texte intégral

  • * Des extraits de ce texte ont paru dans le tome 14 de l’Histoire de la langue française, chapitre " (...)

1Quiconque plonge dans les conflits de la fin du 19e siècle est surpris de l’importance des "étiquettes". Chez les socialistes, par exemple :

  • 1 Le Parti Ouvrier, 26 octobre 1894 [PO].

"Il est apparu ces derniers temps, écrit E. Wailly, une nouvelle variété de socialistes. Nous avions déjà les socialistes blanquistes, guesdistes, allemanistes, possibilistes, révisionnistes et autres istes... Nous avons maintenant les socialistes nationalistes"1.

2Une certaine confusion règne dans les appellations. Témoin, cette protestation de même source :

  • 2 PO, 20 décembre 1894.

"Ladite presse, confondant notre parti avec la ‘ Fédération des groupes socialistes révolutionnaires du 13ème ’ et l’Union des Travailleurs socialistes révolutionnaires du 13ème’, lesquels groupes appartenaient à la ‘ Fédération des républicains socialistes indépendants ’ [...] prête à l’Union fédérative du Centre’ des actes qui sont le fait des organisations précitées"2.

3Nous n’allons pas entreprendre ici de démêler l’écheveau de toutes les organisations, souvent encore fluides d’ailleurs, qui se constituent localement et nationalement. Efforçons-nous de voir clair sur l’essentiel : quels sont les pôles principaux des lexies qui les désignent ?

  • 3 Voir l’article précédent, "Grammaire de la dénomination des partis au début de la 3e République", (...)
  • 4 Exemple : "Association internationale des Travailleurs".

4La dénomination d’un groupe politique, tel "Parti ouvrier français" (1882, 1893) réunit en général deux ou trois éléments à fonction différente. Se présente en premier un substantif à valeur de collectif regroupeur3, auquel s’agrègent des déterminations : Parti. Vient ensuite un adjectif (ou un groupe d’adjectifs, ou un substantif), indicateur des regroupés : ouvrier, dans le cas présent. Un troisième terme peut clore la séquence en localisant, plus ou moins largement, la désignation : français se rajoute ainsi officiellement à "Parti ouvrier" en 1893 (l’ordre des deux types de déterminants peut s’inverser)4.

  • 5 Exemples : "Défense nationale", nomination gouvernementale gambettiste de 1870-71 (lexie reprise e (...)
  • 6 Exemples : "Action française" (monarchistes, Maurras 1899, mais on trouve des "Comités d’Action fr (...)
  • 7 Les désignants spatiaux ne fonctionnent pas seulement au plan national ; ils servent aussi à étiqu (...)
  • 8 Outre L’Education Sentimentale, juste-milieu apparait encore chez Proudhon en 1865 : "le système d (...)
  • 9 Seul le mot gauche se prête aisément aux expansions. Signalons par exemple au parlement et au séna (...)

5Quelques dénominations n’obéissent pas à ce modèle : celles-ci débutent par un mot-thème dynamisant comme Action, Défense, Ordre, Concentration, Sillon, et servent soit à des appellations gouvernementales5 soit à des ralliements idéologiques6. Porté en tête de séquence, le mot-thème tient lieu à la fois de collectif et de signe de reconnaissance. A l’exception de cette série et de celle, habituelle depuis la Restauration, des désignants de type spatial7 (droite, gauche, centre, extrême gauche, extrême droite - mais juste-milieu a disparu en 18488 -, de leurs combinaisons (centre-gauche) et de leurs expansions9, la plupart des dénominations suivent le même schéma que "Parti ouvrier français". Si bien qu’en évoquant les noms collectifs autour desquels s’agrègent les déterminants, on pourrait faire le tour des forces politiques en présence. Ces noms servent soit à la désignation globale, soit à l’organisation interne des regroupements sociopolitiques.

PARTI, ENTRE FÉDÉRALISTES ET CENTRALISATEURS

6On a pu faire l’hypothèse que parti avait pris son sens moderne sous l’influence d’exemples anglais, américains ou allemands. Mais un emprunt ne rend pas compte de l’évolution des mentalités et des techniques politiques qui s’est produite de façon plus ou moins parallèle dans les pays occidentaux. C’est en fait le substrat historique qui a partout bougé. Tout en gardant le flou de ses anciennes acceptions (on disait en 48 le "parti Barbès", le "parti social", le "parti des honnêtes gens"...), le mot évolue avec le jeu parlementaire et les embryons d’organisation qui s’ébauchent. Cette évolution conduit certains militants jusqu’à la conception du groupe homogène discipliné et, par là, parti se trouve tout naturellement pris dans la querelle intra-socialiste des centralisateurs et des fédéralistes. Un simple nom collectif devient ainsi, entre 1880 et 1905, le lieu même de conflits d’idées.

  • 10 A. Prost, Vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885 et 1889, Paris, PUF., 1974, p. 3 (...)
  • 11 A cette acception large semble s’opposer celle de M. Block : "Le groupe de citoyens, qui, poussés (...)

7"Le terme n’a pas encore le sens strictement partisan qui est aujourdhui le sien... On emploie ce terme dans un sens large : regroupement de l’ensemble d’une tendance, une famille spirituelle en quelque sorte"10. Cette impression d’un emploi général est celle-là même que colportent les dictionnaires du temps11. Témoin E. Littré qui définit parti par "union de plusieurs personnes contre d’autres qui ont un intérêt, une opinion contraires" (1863-1877). Mais cela n’est-il pas un héritage, parfois déjà en voie d’archaïsation ?

  • 12 "Ce terme, employé couramment (dans les années 1890) désigne les groupes divers intéressés au déve (...)
  • 13 "Les intellectuels du parti Dreyfus" (Pujo, L’Eclair, 19 décembre 1898) ; "la presse du parti de D (...)
  • 14 "Avec les grands mots de défense nationale, d’intérêt sacré de la Patrie, on ferme la bouche aux r (...)
  • 15 "Chez nous, le parti qui s’intitule nationaliste est composé de tous les réacteurs qui n’osent plu (...)
  • 16 "Le vocable ‘ parti noir ’ recouvrait l’Eglise militante, des moines aux curés [vers 1901]". (M. R (...)
  • 17 Ferry, discours d’Epinal, 24 juillet 1887.
  • 18 "Vous nous accusez quelquefois d’agir en auxiliaires du parti révolutionnaire" (Cavaignac, cité pa (...)
  • 19 "Scandales du Panama, symptômes de l’agonie commençante du parti opportuniste" (Millerand, 12 Févr (...)
  • 20 "Il n’y a qu’un maitre, c’est le parti régnant" (Maurras, Action Française, 1er mars 1910 [AF]).
  • 21 "Les hauts faits du parti de l’ordre" (Louise Michel, lettre du 15 avril 1875) ; "Le choix des rep (...)
  • 22 "Il n’y a plus que deux partis en présence : le premier ne mérite d’autre nom que celui de l’oliga (...)
  • 23 "Le parti de la démocratie et de l’anarchie excelle dans les euphémismes" (Maurras, Gazette de Fra (...)
  • 24 "Nous avons sacrifié nos impulsions, nos arguments de polémique, nos tentations d’homme de parti, (...)

8Héritage d’importance. On nommait parti toutes sortes de regroupements d’intérêts comme de doctrine, aux frontières socio-politiques mal définies, tels le "Parti colonial"12, le "parti Dreyfus" ou "parti de Dreyfus"13, le "parti militaire"14, le "parti nationaliste"15, le "parti noir" ou "parti clérical"16, le "parti de l’étranger"17, le "parti révolutionnaire"18 ; le "parti opportuniste"19, le "parti régnant"20, le "parti de l’ordre"21, le "parti de la ploutocratie"22, le "parti de la démocratie et de l’anarchie"23, etc. C’est dans ce sens qu’il faut encore prendre l’expression "être homme de parti" : être dévoué à certains intérêts de clan, au mépris de l’intérêt de tous24.

  • 25 Cf. F. Brunot, Histoire de la Langue française, tome 9, 2e partie, ch. 3, p. 821-826. [HLF].
  • 26 Sauf dans le discours maurrassien, parsemé des expressions "les luttes rythmiques des partis" (Le (...)
  • 27 Millerand : "Le parti socialiste est légitimement à la tête du parti démocratique" (12 février 189 (...)

9A examiner ces lexies dans leur contexte, on pourrait croire que parti est utilisé préférentiellement avec une valeur péjorative, comme il était de mise un siècle plus tôt25. Il n’en est rien26. Le rejet d’un clan, l’horreur des fractions sont bien davantage le fait du déterminant que du collectif. En effet, avec des déterminants pris en bonne part, parti ne porte aucune péjoration. C’est le cas avec socialiste27 : J. Jaurès célèbre "ce grand parti socialiste qui combat en ce moment d’un bout à l’autre du monde" (octobre 1898).

  • 28 Sans discipline de vote et, parfois, avec multi-appartenance. Un exemple de ce sens parlementaire (...)
  • 29 "Il y a des groupes dans cette chambre", dit le président de l’Assemblée (JO, séance du 24 janvier (...)
  • 30 Exemple : L’"Alliance républicaine démocratique" des Waldeckistes (Carnot, Caillaud, Barthou, Poin (...)
  • 31 Exemples : L"’Union Républicaine" de Gambetta (1881-82) puis de Waldeck-Rousseau après la mort de (...)
  • 32 Le "Bloc Républicain" (1899), dit "Bloc des gauches" (alliance des républicains et des socialistes (...)
  • 33 Exemples : vers 1881, le "parti républicain" comprenait la "gauche républicaine", l’"Union républi (...)
  • 34 Témoin, La Libre Parole : "Il y a au Palais Bourbon toute une bande de droitiers." (5 novembre 189 (...)
  • 35 Coalition boulangiste (1888-1889) allant du radical Rochefort à Déroulède et qui formera un "Comit (...)
  • 36 "Le parti radical est tombé dans la marmelade bourgeoise, parce que c’était un parti de bourgeois, (...)
  • 37 Millerand : "Le seul moyen de refaire l’union du parti républicain, c’était de l’appeler à se grou (...)

10Cette utilisation large et floue de parti, pour désigner un ensemble de partisans ou carrément un groupe de pression, peut se restreindre au plan parlementaire jusqu’à s’attacher aux regroupements tactiques auxquels les députés acceptent d’appartenir28. Mais, dans ce rôle, particulier, les collectifs les plus utilisés, outre le générique officiel de groupe29, sont alliance30, union31, bloc bien sûr32, et surtout les désignants de type spatial qui règnent en maitres sur les Assemblées33. Dans le courrier parlementaire des journaux, pas de jeu plus joué que la distribution de ces étiquettes entre les députés34. Lorsque parti arrive sous la plume, la confusion est toujours faite entre le groupe parlementaire désigné et la famille politique dont il est plus ou moins bien l’expression, jeu de recouvrements qui affecte toutes les tendances : "parti national"35, "parti radical"36 et, bien sûr, "parti républicain" et "parti socialiste"37.

  • 38 A. Prost, VPE, p. 33.
  • 39 "Il ne suffit pas d’avoir le ferme propos de faire du parti républicain un parti à la fois de prin (...)
  • 40 Réédition Collection Points, Paris, Seuil, 1979.

11Ces derniers exemples font saisir sur le vif la montée organisatrice, liant en bas et en haut comités et parlementaires, qui anime à la fin du siècle les différents courants politiques. "Parfois, parti désigne une organisation, au moins embryonnaire : tous les républicains, certes, mais en tant qu’ils se sont donné des comités, des journaux, bref, un appareil"38. Cette notion plus moderne apparait déjà avec la volonté de resserrer les rangs, autour du scrutin de liste et d’un projet non utopique, manifestée par Gambetta39 et se théorise en 1901, avec l’ouvrage pionnier d’Ostrogorski : La Démocratie et l’organisation des partis politiques (1901)40 qui analyse des modèles anglais et américains.

  • 41 Barrès ironise sur cet emploi : "‘ Je ne connais que mon parti ’. Lisez : ma réélection" (Dans le (...)
  • 42 Cf. M. Rebérioux, RR ?, p. 111 et p. 51-52. On a même mis au point, pour la première fois aux légi (...)
  • 43 Article 1 du règlement adopté au Congrès de Marseille en 1903. En fait, "dans les années 1900 le p (...)

12Parti est le terme qui a paru, aux hommes politiques, le mieux répondre à la promotion irréversible du suffrage universel et à la nécessité d’organisations nationales appuyées sur un réseau de comités locaux. Parti devient synonyme de machine électorale et, au-delà, moyen d’accès au pouvoir d’Etat41. C’est ainsi que le "Comité républicain du Commerce, de l’Industrie et de l’Agriculture" (esquissé en avril 1897 et fondé en mars 1899), noyau des ententes radicales et républicaines42 pousse à la constitution d’un "Parti républicain-radical". Rejoint dans ce projet par le "Comité d’action pour les réformes républicaines" (1898), il convoque un congrès constitutif d’où sortira en juin 1901 le "Parti républicain radical et radical-socialiste", composé de "comités, ligues, unions, fédérations, sociétés de propagande, groupes de Libre Pensée, loges, journaux et municipalités"43 : définition attrape-tout.

  • 44 Plusieurs modèles étrangers de parti socialiste ont précédé le Parti Ouvrier Français. Citons, à l (...)
  • 45 Cf. la discussion sur la "discipline" rapportée ainsi par Blum : "Il y a, disait le Comité, deux d (...)
  • 46 C. Willard, Socialisme et Communisme Français, Paris, A. Colin, 1967, p. 51 [SCF].

13A la motivation électoraliste qui préside à l’unification des radicaux en parti s’est ajoutée, chez certains socialistes de tendance marxiste, l’influence de la social-démocratie allemande, soumise, elle, à la pression bismarkienne44. Aussi le "Parti ouvrier" de Guesde et Lafargue se fonde-t-il, dès 1882, sur une discipline centralisatrice45, "premier parti français de type moderne, avec des organisations locales et régionales, une direction nationale, un programme national"46.

  • 47 "L’homme opiniâtre qui lui avait donné son nom [au guesdisme] l’avait aussi soumis à une sorte de (...)
  • 48 "Cette dernière forme de bourgeoisisme [...] ces idées ennemies qui, sous leur ancien nom de fédér (...)
  • 49 Congrès de Marseille, 20-31 octobre 1879. Cf. Blum, COSF p. 391-491. Le congrès de Marseille propo (...)
  • 50 Congrès National des Syndicats Ouvriers, compte-rendu officiel, Lyon, Imprimerie nouvelle, 1887, p (...)
  • 51 Cité par B. Malon, Oeuvres complètes, Le Nouveau Parti, Paris, Derveaux, tome 1, 1881, p. 101 [NP]

14Mais ce sens "caporaliste", pour reprendre une expression de Mermeix47, reste une exception à l’époque. Les tribulations de "Parti ouvrier" et "Parti socialiste", de 1876 à 1905, montrent que l’optique fédéraliste tant combattue par Guesde ces années-là48 restait majoritaire chez les socialistes. Ce qui explique la fortune des termes fédération et confédération jusqu’au plan politique. Le premier titre donné en 187949 à la première organisation socialiste nationale n’est-il pas très exactement : "Fédération du Parti des Travailleurs socialistes de France" ? Le collectif apparemment dédoublé pose un problème : "Fédération du Parti", d’autant plus qu’on retrouve ce type d’emboitement à plusieurs reprises dans d’autres contextes sociopolitiques, comme en octobre 1886, au congrès syndical de Lyon : "Le congrès [...] pense arriver, par ces discussions avec les chambres syndicales, à un meilleur groupement du parti ouvrier"50. La "Commission provisoire" de 1879 émettait la résolution suivante : "Les citoyens soussignés, tous membres du parti ouvrier socialiste, décident de constituer un groupe"51.

15Si l’on répartit, selon les trois phases dégagées plus haut, les éléments des séquences évoquées, on trouve les distributions suivantes :

16Si l’on établit une équivalence entre ces séquences et celle de :

  • 52 Le vieil autonomisme ouvrier antipolitique et cette valeur sociale de "parti" s’exprimeront encore (...)

17on s’aperçoit que parti occupe la place du mot classe. Fonctionnant exactement comme lui, dans un entourage équivalent, n’aurait-il pas un sens voisin, insuffisamment mis à jour, absent des dictionnaires ? Le Parti, ce serait la classe volontariste, s’organisant pour sa promotion politique et sa défense sociale52.

  • 53 NP, p. 18. - Les socialistes "travaillent à la formation d’un parti des exploités distinct des par (...)
  • 54 Lequel parle plutôt de "parti révolutionnaire" (Cf. NP, p. 86).
  • 55 "Puisque nous sommes venus pour organiser le grand parti du travail, dit Fournière, ami de Malon, (...)

18Cet apport très spécial de sens est parfaitement théorisé par Benoit Malon dans son Nouveau Parti (1881) : "On a protesté contre la dénomination de ‘ quatrième état ’ appliquée au prolétariat, et nous-mêmes nous l’abandonnons, comme pouvant prêter à une confusion, et nous préférons la simple appellation de parti ouvrier socialiste"53. Ce parti-prolétariat imposant une scission sociale pourrait correspondre aux thèmes de Lafargue54, dont Malon s’inspire, et de Guesde55. En fait, sur le plan de l’organisation politique elle-même, il n’en est rien.

  • 56 Cité par E. Dolléans, Histoire du Mouvement ouvrier, Paris, A. Colin, 1957, tome 1, p. 360 [HMO].

19Le vieux débat de la 1ère Internationale est plus que jamais présent : "La question qui divise l’Internationale, écrivait la Société Jurassienne en 1873, se résume dans ces deux termes : fédéralisme ou centralisme. Deux programmes de rénovation sociale sont en présence : l’un conçoit la Société future sous la forme de l’Etat populaire centralisé (Volksstaat) ; l’autre la définit, au contraire, la libre fédération des libres associations industrielles et agricoles"56. Marx contre Proudhon.

  • 57 Blum, COSF, p. 424.
  • 58 Et pourtant, c’est dès le Congrès de Lyon (1878) que l’appellation "Parti Socialiste Ouvrier" avai (...)

20Lieu du débat sur le plan de l’organisation politique, le mot parti se situe au coeur de cette lutte d’influences. Au Congrès de Reims (1881), "Jules Guesde devenait, contre le fédéralisme théorique et pratique de Malon et de Brousse, le représentant de la centralisation et de l’unité"57. Contre lui, au congrès Japy (1899), Marpaux défendra encore "un projet d’union socialiste sur les bases du fédéralisme". Nous comprenons mieux pourquoi, face à un P.O.F. centralisé, Brousse et Allemane reprennent le terme de "fédération"58 dans le titre principal de leur organisation de 1883, la "Fédération des travailleurs socialistes", dont le sous-titre devient "Parti ouvrier socialiste révolutionnaire", ancienne appellation, en première place au congrès de Saint-Etienne, qui a été simplifiée en "Parti Ouvrier" par les guesdistes au Congrès de Roanne (1882).

  • 59 En fait, un flou entre les deux acceptions (classe volontariste et organisation de classe) existe (...)

21Cette séparation entre un titre et un sous-titre, quelle que soit la hiérarchie adoptée pour les déterminations est bien le signe que, vers 1882, en milieu socialiste, parti pouvait fonctionner comme fédération. Il avait donc imperceptiblement glissé de l’acception "classe s’organisant" à celle d’ "organisation de classe"59. Le Mouvement Socialiste, en décembre 1899, parlera d"’organisation politique et économique du Prolétariat en parti de classe pour la conquête du pouvoir et la socialisation des moyens de production et d’échange". La visée devient précise et le programme clair. A la fin du siècle, un parti structuré est un outil de pouvoir.

  • 60 "Les allemanistes décidèrent que le titre ancien, devenu sous-titre, ‘ reprendrait la place qu’il (...)
  • 61 "Cette société, sans être secrète, est suffisamment fermée pour rejeter le terme de ‘ parti ’ et r (...)
  • 62 Le groupe de l’ "Alliance communiste" créé en 1896 (Déjeante).
  • 63 Dénommée d’abord "Fédération des socialistes indépendants" (Cf. PO, 5 novembre 1894) alors qu’elle (...)
  • 64 La lexie "Comité central" prise dans la mouvance blanquiste puis guesdiste est connotée par les th (...)

22Au cours de la dernière décennie, chez les socialistes, parti remplace désormais fédération, et de manière assez généralisée. Cela se vérifie pour les allemanistes fédérateurs mais séparés des broussistes, comme pour les vaillantistes centralisateurs, disciples de Blanqui, dans les deux nouveaux partis qui voient le jour : le "Parti ouvrier socialiste révolutionnaire" (qui reprend l’ancien sous-titre de la F.T.S.)60 et le "Parti socialiste révolutionnaire", transformation légalisée du "Comité révolutionnaire central" blanquiste de 188161. 1902 enfin : on n’utilise plus, nationalement, que le nom de parti, aussi bien pour baptiser le "Parti socialiste de France" (septembre 1902), issu de l’ "Unité socialiste-révolutionnaire" réalisée à Ivry entre les guesdistes, les vaillantistes et quelques transfuges allemanistes62, que pour baptiser le "Parti socialiste français" (mars 1902), réunissant autour de Jaurès à la fois la F.T.S. de Brousse, la "Confédération des socialistes indépendants"63 et certaines fédérations régionales. Mais les divergences demeurent : le premier est dirigé par un "Conseil central" ou "Comité central"64 et une "Commission exécutive" très puissante ; le second animé par un "Comité interfédéral" aux pouvoirs assez lâches...

  • 65 Une exception, confirmant la règle : les anarchistes, opposés à la construction d’un parti, formen (...)
  • 66 Parmi les "six régions autonomes" qui constituent en 1879 la "Fédération du Parti des Travailleurs (...)
  • 67 Voir dans la suite de cet article l’étude du vocabulaire syndical. - Précisons aussi que huit "féd (...)
  • 68 Avec le "Parti socialiste" unifié S.O.I.F. de Jauges et de Guesde (avril 1905, Congrès du Globe), (...)

23Parti, totalement circonvenu par la politique, se généralise, on le voit, chassant par étapes des titres nationaux les collectifs fédération65 et confédération - titres régionalisés, comme union fédérative66, ou qui triompheront, sur le plan social, en accompagnant "bourse" et "syndicat"67 -, assumant, en fin de compte, à lui seul la double tradition organisatrice des socialistes, en même temps que les usages parlementaires et électoraux qui se sont installés. Parti est devenu un terme-clé de la 3e République. L’unification complète des socialistes en 1905 se fera sous son égide68.

LES TERMES DE L’ORGANISATION INTERNE

24Des collectifs accompagnateurs de parti et de fédération nous en avons vu au passage un bon nombre. Alors que plusieurs portent une couleur idéologique certaine : mouvement, courant, école, tendance, fraction, d’autres sont d’abord des outils circonstanciels de regroupement : comité, groupe, cercle, section... Dans ce champ de la micro-organisation, le vocabulaire puise aux anciennes traditions, révolutionnaire, maçonnique, internationaliste ou tout simplement républicaine. Il n’y a pas jusqu’au mot ligue, que l’extrême-droite va s’annexer. La néologie formelle et l’emprunt sont rarissimes.

  • 69 La revue de Lagardelle s’appelle Le Mouvement Socialiste. Le Mouvement Social est le périodique de (...)
  • 70 Le groupe des députés socialistes allemands est tout naturellement désigné, en traduction, par la (...)

25Si mouvement reste, sur le plan proprement politique, relativement peu utilisé69, courant, tendance, école, et plus encore le vieux routier international de fraction70, servent à opposer les clans d’idées.

26L’emploi de courant est des plus vagues : "Ce n’est pas avec les dissertations sur le plus ou moins de perfection de tel rouage politique qu’on fera naitre dans le pays un de ces courants d’opinion devant lesquels les Parlements sont forcés de s’incliner" (Barrès, Le Courrier de l’Est, 2 mars 1889). Mais il peut se faire plus précis lorsqu’il s’agit de l’étranger : "M. Chamberlain s’était fait fort de noyer dans le courant ‘ khaki ’, sous le déluge des grands mots, des phrases patriotiques et des invectives véhémentes, l’opposition libérale et les résistances ouvrières" (P. Louis, La Revue Socialiste, n° 191, novembre 1900, p. 586). Un mouvement (général) peut contenir plusieurs courants (particuliers) : "Les deux courants qui caractérisent le mouvement du prolétariat agricole de la Belgique s’y trouvaient représentés [au Congrès de Waremme]" (PO, 29 janvier 1898).

27Tendance, d’usage d’abord flou (les "tendances chrétiennes-sociales", PO, 7 janvier 1895 ; les "tendances anti-trade-unionistes", MS, 1900, p. 256) devient un terme officiel précis à la S.F.I.O. en 1907, lorsqu’il s’agit de la représentation proportionnelle des "tendances" à la commission administrative permanente du parti (Cf. C. Willard, SCF, p. 80).

28Pour école, terme encore fréquent, rappelons le texte célèbre de la Charte d’Amiens de la C.G.T. : "La .C.G.T groupe, en dehors de toute école politique, tous les travailleurs conscients de la lutte à mener pour la disparition du salariat et du patronat". (Confirmation de l’article 2 des Statuts de la C.G.T. de 1895). Au Congrès de Tours (1896), les syndicalistes se plaignaient de l’intrusion d’ "écoles politiques" (Cf. Claverie, MS, septembre 1900, p. 309). A droite, on parlait de l’ "école sociale catholique" de R. de La Tour du Pin. "L’école interventionniste des socialistes chrétiens" est évoquée par A. Liesse (La Question Sociale, Paris, Flammarion, 1894, p. 133).

29Quant à fraction, ce terme est, de loin, le plus fréquemment employé, en mauvaise part quelquefois mais pas toujours : "Leur programme politique [des Girondins socialistes] les dispose aux compromissions avec les fractions radicales-capitalistes" (PO, 3 novembre 1894) ; "nous voulons que les différentes fractions socialistes [...] puissent faire un pas dans cette voie d’union" (Zévaès, Congrès de la salle Japy, 1899) ; "les diverses fractions bourgeoises" (Jaurès, discours de Lille, 1900) ; "la fraction du socialisme français à laquelle j’appartiens" (Jaurès, Amsterdam, 1904) ; "le fractionnement du Parti socialiste, suivi de nouvelles dislocations de chaque fraction" (PO, 22 janvier 1898) ; "Le Parti Ouvrier Français [...] restait seul ainsi, en face de toutes les autres fractions socialistes" (Lagardelle, MS, novembre 1900, p. 579).

  • 71 Cf. Say et Chailley, Supplément au Nouveau Dictionnaire d’économie politique, 1897, p. 14-15. - Mo (...)
  • 72 "Art. 7 : les sections sont ainsi organisées : un président et un vice-président, un secrétaire [. (...)
  • 73 Cf.PO, 28 octobre 1894.
  • 74 Tel le "Groupe d’études sociales des ouvriers et employés des chemins de fer" qui intervient dans (...)
  • 75 Cf. PO, 28 octobre 1894.
  • 76 Ainsi dans le "projet d’organisation unitaire" de Guesde et Vaillant : "Les groupes d’une même com (...)

30A l’exception de tendance, aucun de ces mots trop flous n’est utilisé dans le vocabulaire structurel des partis ; la micro-organisation partisane n’a pas non plus saisi au vol l’image proposée par Most au congrès de fondation de l’"Association internationale des ouvriers socialistes révolutionnaires", qui s’est tenu à Londres en juillet 1881 : Most recommandait la constitution de petits groupes qui devaient se souder entre eux "comme les cellules d’un nid de guêpes"71. Les Français restent fortement tributaires de l’héritage révolutionnaire, et l’on parle de sections, voire de sectionnaires jusque dans les statuts72. Outre son emploi parlementaire spécial, groupe est plutôt réservé à gauche à la nomination d’organismes particuliers : "groupes (et groupements) corporatifs", "groupes de la Jeunesse socialiste", adhérents à la "Fédération des Groupes de la Jeunesse socialiste"73, "groupes d’études sociales"74, "Groupe l’Egalité", organisation féministe qui réclame des "prud’femmes" en 189475. Une réunion de groupes socialistes pourra former une section76. Mais les deux termes d’emploi majeur, tant à gauche qu’à droite, demeurent comité et cercle.

  • 77 Le "Comité général exécutif" de la Fédération socialiste de 1879, sans pouvoir de contrôle suffisa (...)
  • 78 A ne pas confondre avec le "Comité d’entente" de novembre 1898 qui lie des socialistes et des répu (...)
  • 79 Tant à gauche qu’à droite d’ailleurs. Ex. : "Notre parti entreprend de renfermer dans son sein l’e (...)

31Comité répond à deux types d’emploi différents, au sommet des organisations et à leur périphérie. Au sommet, on peut parler de "comité central" évidemment, mais aussi de "comité général" ou de "comité national"77. Les partis s’entendent entre eux à l’aide de "comités", tels le "comité Cadet" antiboulangiste, qui lie socialistes et radicaux, ou le "comité de vigilance" (automne 1898), lequel se transforme en "Comité d’entente socialiste", sous l’impulsion d’Allemane, en janvier 189978. D’autres comités fonctionnent à la base, "électoral", "républicain", "socialiste", "de propagande", "d’action", "d’études", etc.79.

  • 80 Blum, COSF, p. 406. - Des universités populaires se sont dénommées "cercles laïques" (à Beauvais, (...)
  • 81 PO, 9 novembre 1894. Extension métonymique de "cercle".
  • 82 Drumont, LP., 8 novembre 1894. Autre son de cloche : "On a crié "Vive Esterhazy !" C’est la conséq (...)
  • 83 Valois et certains membres de l’Action française fondent en janvier 1912 les "Cahiers du Cercle Pr (...)

32La fortune de cercle s’apparente à celle de comité mais le terme, non électoraliste, vise à des hauteurs plus intellectuelles. On se le dispute à droite comme à gauche : au congrès de juillet 1880 (Salle de I’Alhambra) Jean Grave représente les "cercles" anarchistes ; des "cercles d’études collectivistes" ont été "fondés depuis le commencement de 1878 sous l’inspiration de Guesde et de ses amis"80. Quand Allemane arrive à Saint-Claude, on lui fait visiter le "Cercle du Parti", il est reçu au "Cercle du Travail" et inaugure à Oyonnax le "Cercle des Travailleurs"81. Waldeck-Rousseau espère beaucoup du "Grand Cercle républicain" qu’il fonde en mars 1898. A droite, ce sont des "cercles catholiques" qui se créent, plus ou moins sous l’inspiration apolitique d’Albert de Mun : "On a prétendu que les Cercles Catholiques étaient un foyer de conspiration. C’est là une accusation peu justifiée. Les gens de coeur qui s’étaient groupés autour d’A. de Mun étaient tout à fait en dehors et au-dessus des partis politiques"82. Il n’est pas jusqu’au "Cercle Proudhon" que se partagent soréliens et activistes83. Il n’est donc pas acquis, malgré l’usage ultérieur orienté de "comitards" et de "cercleux", que comité soit de gauche et cercle de droite.

ENTRE LIGUE ET SYNDICAT, UN ESPACE POLÉMIQUE

  • 84 On trouve encore en 1897 un projet de "Parti agraire" d’extrême-droite : "Le Parti agraire d’extrê (...)
  • 85 Cf. D. Riazanof, Introduction historique au Manifeste Communiste, Paris, Costes, 1953, p. 1-39.
  • 86 Bakounine fonde alors son "Alliance internationale de la Démocratie socialiste" (1868). Cf. E. Hal (...)
  • 87 Dès 1887, Cambon félicite Ferry : "Votre crânerie [...] vous vaudra une sorte de popularité qui pe (...)
  • 88 La "Ligue des Droits de l’Homme" a été précédée, dix ans auparavant, par une "Association (ou "Soc (...)

33Pendant longtemps, à l’instar des termes dévolus tant à la dénomination globale (parti84) qu’à l’organisation interne, ligue a été d’emploi politiquement non spécifique ou mal spécifié. Les historiens parlent toutefois du "temps des ligues" pour caractériser la montée nationaliste puis monarchiste. A droite, on assiste en effet, entre 1880 et 1905, à un phénomène progressif de captation lexicale (équilibrant la captation pro-républicaine de parti). Ligue était pourtant un terme encore plein de souvenirs de gauche. La 1ère Internationale est née de la "Ligue des Communistes" (1847), elle-même héritière de la "Ligue des justes"85 ; la "Ligue de l’Enseignement" date du Second Empire (Jean Macé, 1866) ; en 1867, L. Blanc, Hugo, Garibaldi et J -Smart Mill fondent à Genève la "Ligue de la Paix et de la Liberté", à laquelle Bakounine propose une collaboration refusée86. Mentionnons encore la "Ligue du Midi" gambettiste (1870), une "Ligue d’action républicaine" radicalisante (née vers 1900)87 et surtout la "Ligue pour la Défense des Droits de l’Homme" ou "Ligue des Droits de l’Homme" conçue par L. Trarieux en plein procès Zola et fondée le 4 juin 189888. Le Parti Ouvrier félicite en 1898 les verriers d’Albi et de Carmaux d’avoir créé une "ligue de résistance contre les ennemis coalisés de l’usine prolétarienne" (PO, 1er janvier 1898). Le Comité Central jette en 1892 "les bases d’une ligue qui comprendra toutes les fractions du parti socialiste" (Le Cri du Peuple, 31 décembre 1892). Le Congrès radical-socialiste de Marseille ne souhaite-t-il pas encore en 1903 la fédération des comités et des ligues ?

  • 89 Fondée le 18 mai 1882 "dans la plus parfaite orthodoxie républicaine" (Z. Sternhell), la Ligue fut (...)
  • 90 M. Rebérioux, RR ?, p. 21-22.
  • 91 Une confusion semble apparaitre chez H. Guillemin entre "Ligue des Patriotes" (Déroulède) et "Ligu (...)
  • 92 "Le ‘ Congrès antisémite ’ de Lyon (1896) prône l’organisation de ligues populaires "(LP, 1er nove (...)
  • 93 Cf. C. Amureras, Dictionnaire politique et critique, Paris, Cité des Livres, tome 1, 1932, p. 6-7. (...)
  • 94 Et aux "bonapartistes des ligues plébiscitaires", comme le dit Barrès dans L’Appel au Soldat (1900 (...)
  • 95 "L’égoïsme des partis étant collectif et féroce, toute la générosité des personnes y est mise en c (...)
  • 96 Des "Ligues Anti-Maçonniques" publient en 1904 des listes de maçons.

34Cependant, bénie par Hugo, la "Ligue des Patriotes", gambettiste en 188289 et reconstituée en 1893 sous le nom de "Ligue patriotique des français", se voit réactivée par Déroulède avec sa première appellation, en septembre 1898, contre le "régime des mandarins et des mandrins"90. Lemaitre et Coppée renchérissent sur l’appel de Déroulède aux "saintes baïonnettes de France" en créant, en janvier 1899, la "Ligue de la patrie française"91. Dès 1890, Drumont avait mis sur pied sa "Ligue antisémite", que Guérin fait dériver vers la violence à partir de 189692. Enfin l’Action française fonde en janvier 1905 la "Ligue d’Action française", qui tient son premier Congrès en 1907. Des groupes et une fédération d’étudiants l’avaient précédée93. Mais, on le voit, c’est le mot ligue qui essaime. Des boulangistes aux royalistes94, il devient signe de reconnaissance, nationaliste et anti-républicain. D’où sa péjoration progressive dans les milieux républicains, qui évolue parallèlement à celle des partis dans les milieux monarchistes... ou anarcho-syndicalistes95. Le Cri du Peuple met dans le même panier les "ligueulards et les nationalistes" (10 novembre 1898) ; Combes partira en guerre contre les "moines ligueurs" (1904). Ligue et ses dérivés portent désormais les connotations nationalistes puis monarchistes, xénophobes aussi depuis l’Affaire Dreyfus et antimaçonniques96, qui réapparaitront en 1934. Les ligues au pluriel sont de droite.

  • 97 Guérin parle du "Syndicat des Pétroleurs" qui pratique "l’accaparement du pétrole" (LP, 18 novembr (...)
  • 98 Delahaye stigmatise "tout un syndicat politique sur qui pèse l’opprobre de la vénalité" (21 novemb (...)
  • 99 P. Miquel, Histoire de la France, Verviers, Marabout, tome 2, 1979, p. 108-109.
  • 100 Le premier, semble-t-il, Castelin dénonce à la Chambre, le 18 novembre 1896, les machinations d’un (...)
  • 101 Zola, relevant le défi du mot, intitule ainsi son article du Figaro du 1er décembre 1897 qu’il ter (...)
  • 102 Le protestant Scheurer-Kestner, vice-président du Sénat "a la tête classique des vieux ligueurs hu (...)

35Au-delà de partis et de ligues, qui ont choisi leur camp, tout un ensemble de collectifs fortement connotés répond aux besoins de la polémique politique. Le plus surprenant est, à la fin du siècle, un emploi très spécifique de syndicat, preuve que le terme n’a pas encore conquis sa place prépondérante dans l’organisation ouvrière. Cet emploi de syndicat est surtout un outil de droite. Outil de dénonciation à multiples usages : contre les raffineurs de pétrole97, contre les panamistes et chéquards du Parlement98, contre les banquiers pro-républicains (vers 1880) : "On appelait le ‘ syndicat ’ dans les milieux d’affaires de la droite catholique un petit groupe de protestants et d’israélites qu’on accusait le régime républicain de favoriser, en échange du financement de ses campagnes électorales"99. Enfin, l’éloquence et la presse nationalistes fourmillent, au moment de l’Affaire, de "syndicat Dreyfus" "syndicat israélite"100 ou "le syndicat" tout court101, et de "syndicataires"102. Etrange amalgame dans l’esprit des polémistes de droite des valeurs de "vénal", "républicain", "protestant", "juif" et "antimilitariste"...

  • 103 PO, 19 février 1898.
  • 104 LP, 9 novembre 1894.
  • 105 PO, 19 novembre 1896.
  • 106 PO, 9 novembre 1894. Il s’agit du clergé. Cf. ce voeu collectif : "Les membres du Groupe d’études (...)
  • 107 "Les chambres brulent ce qu’elles ont adoré : Etat-major, Cavaignac, Dupuy, Mercier, Méline et la (...)
  • 108 Allemane, PO, 5 février 1898.

36A syndicat semble bien répondre bande et clique dans le vocabulaire polémique de la gauche. Qu’on en juge : "La bande Drumont, Guérin et consorts faisait apposer sur les murs un chaleureux appel ‘ aux français ’ [...] : ‘ Condamnez Zola [...] ou nous vous dénonçons au syndicat juif ’"103. Certes Casimir-Périer est accusé par Drumont de "livrer la France à la bande judéo-allemande"104 ; mais ce sont les socialistes surtout qui dénoncent "les bandes interlopes qui vivent du patriotisme"105, "les projets d’accaparement de la bande noire"106, "la bande militaro-jésuitique"107, et, au-delà, "tout le haut banditisme international"108.

  • 109 Exemple : PO, 9 janvier 1898.
  • 110 "Moins de chapelles en istes, qui désorientent les ouvriers" (Briand à Lafargue, 11 janvier 1892).
  • 111 "La horde (le ‘ vieux parti républicain ’) a mis la main sur les emplois, sur les profits" (Maurra (...)
  • 112 Lexie lancée par Challemel-Lacour en 1893 contre les "terroristes", en prélude aux "lois scélérate (...)
  • 113 PO, 16 décembre 1894. - Gambetta utilisait "faction" pour désigner le "cléricalisme" : "ce qu’il f (...)
  • 114 "Pour qu’il y ait des partis politiques, il faut que la liberté donne aux populations le moyen d’a (...)

37D’usage politiquement moins orienté, les collectifs clan, chapelle, faction, secte, horde connaissent des fortunes diverses, la plupart du temps péjoratives. On dénonce le "clan radical"109, les "chapelles" socialistes110, la "horde"111 républicaine, la "secte guesdiste" bien sûr, et la "secte abominable" (les anarchistes)112, mais c’est plutôt le vieux mot révolutionnaire faction qui ressort pour caractériser "la faction guesdiste113 accusée d’"obstructionisme". Faction double fraction, mais en sous-entendant une possible violence114.

  • 115 Phalange peut désigner aussi la Franc-Maçonnerie. Pottier souhaitait en 1875 devenir "un des compa (...)

38Il faut faire une place toute particulière aux désignants de type héroïque, phalange et armée presque toujours, eux, pris en bonne part. Phalange au début de la 3e République est un collectif glorifiant de gauche : "Une phalange de résolus fera comprendre que nous sommes la force" (PO, 1er novembre 1894) ; "notre phalange révolutionnaire" (PO, 5 février 1898) ; "il arrivera surement un jour que les phalanges qu’il aura mobilisées, dressées à la chasse au youtre, lui glisseront des mains" (PO, 11 mars 1895). En 1909, Montehus chante encore la "phalange ouvrière"115 - Armée est souvent aussi employé comme un collectif héroïque, dans les expressions, par exemple, de "mener le bon combat dans l’armée socialiste" (Cri du Peuple, 11 novembre 1894), "rentrer dans l’armée universelle du Prolétariat" (PO, 12 février 1898), "Vive l’armée des Travailleurs !" (PO, 23 février 1898). On en file même la métaphore jusqu’à plus soif : "L’armée socialiste compte plusieurs brigades [...]. Elle a besoin de soldats d’avant-garde et de centre" (Le Prolétaire, 28 janvier 1882). Cette métaphore charrie d’ailleurs des relents historiques : à la suite d’une défaite électorale à Lille, Guesde s’écriera : "C’est avec notre armée au complet [le parti], voire accrue, que nous nous préparons à une très prochaine revanche" (Congrès d’Amsterdam, 18 aout 1904). La traine de ces deux collectifs généraux abrite d’autres termes tout aussi héroïques. L’appellation de "Jeunes Gardes" concerne aussi bien socialistes que sillonistes, celle de "Chevaliers" habille maçons comme travaillistes ; des "Conseils de guerre" animent, pour la gloire et non pour l’infamie, l’"Oeuvre des Cercles" d’A. de Mun.

  • 116 C’est en novembre 1925 que la métaphore se muera en collectif politique avec le "Faisceau" du mona (...)
  • 117 Le calque est purement nominal. Les "Knights of Labour", qui comptaient 700 000 membres en 1886, s (...)
  • 118 Société secrète active jusqu’en 1877 qui s’est fondue dans le P.O.F. de Guesde. Cf. Theodor Zeldin (...)
  • 119 Cf. M. Rebérioux, RR ?, p. 43. - Signalons encore la tentadve de Guérin pour rebaptiser sa ligue l (...)

39Toutes ces dénominations n’ont rien de vraiment original. Rarissimes sont les collectifs, même polémiques, qui sont empruntés à l’étranger ou néologiques. Le "Fascio Operaio" italien (1871), malgré les modèles antiques qu’affectionnent certaines éloquences de tribune et que révèle encore l’emploi héroïque de phalange et d’armée tant à droite qu’à gauche ne fait guère d’émule immédiat116. Sauf à l’extrême-droite. C’est la doctrine du "faisceau" prônée par le Marquis de Morès dès 1894 dans Le Secret des changes (Intégration nationale sur fondement d’antisémitisme). Echo dans la Libre Parole : "Cette misérable aventure [la mise en cause d’Esterhazy] eut tout au moins pour effet de grouper en faisceau les forces essentiellement françaises" (Monniot, 13 janvier 1898). En février 1902, dans son discours au banquet des "Jaunes", Lanoir proclamera sa détermination d’unir en "faisceau" les travailleurs autour du slogan "Patrie, famille, travail" (Cf. Sternhell, DR, p. 402). A gauche, le seul fonctionnement emprunté concerne l’utilisation de "section française" dans les Internationales. Seul calque évident aussi : celui de la "Chevalerie du Travail française" (imitant le "Noble order of the Knights of Labour" américain) dont un précédent existe en Belgique, alliance semi-secrète créée en novembre 1893 entre des anarcho-syndicalistes et des socialistes de toutes tendances117. Seules inventions verbales, enfin, outre les métaphores agrestes déjà mentionnées : les chantiers de la Chevalerie du Travail après ceux de la Maçonnerie, des clubs comme la "Marianne" de Thivrier118 et les noms de baptême des nouvelles loges du Grand Orient, toujours aussi poétiques ("L’Aurore" à Uzès) ou inspirées par l’humanisme positiviste ("Le Progrès-Humanité" à Saint Ambroix119. Se prolonge ainsi le courant nominateur des sociétés secrètes, républicaines, maçonniques et compagnoniques du 19e siècle. Mystiques aussi : des "Rose-Croix" fleurissent. Mais l’intrusion de cette poésie dans le domaine sociopolitique reste minoritaire, voire marginale.

UNE MODE QUI SE RÉPAND, LE SIGLE

  • 120 Par exemple dans l’amendement Majot, "les éléments constituants de la C.G.T. devront se tenir en d (...)
  • 121 Cf. Compte rendu du Congrès de 1906, p. 170-171.
  • 122 On a préféré dire "L’Internationale" à l’"A.I.T.". Blum, Jaurès, comme Malon, disent parfois "Part (...)
  • 123 Signalons une ambigüité (faite exprès ?) à propos de F.F., qui peut désigner en 1896 aussi bien Fé (...)

40Il est pourtant une habitude toute nouvelle qui se répandra comme une épidémie avec le nouveau siècle, malgré le refus opposé par les orateurs de style classique, tel Jaurès, c’est la siglaison des nominations politiques. Dès sa création à Limoges en 1895, la Confédération Générale du Travail s’est appelée la "C.G.T."120 et la Charte d’Amiens en 1906 assume définitivement le sigle121. Alors que les orateurs préfèreront pendant des années, à la tribune, diminuer la longueur des titres en ne gardant que le collectif et/ou certains déterminants, les raccourcis nominaux s’opposant ainsi à la siglaison122, journalistes et publicistes cèdent plus aisément à une mode qui permet d’allier facilité, précision et rapidité dans la désignation d’un groupe ou d’une personnalité123. Il faut toutefois attendre le début du 20e siècle pour constater l’irréversibilité du mouvement de siglaison politique.

  • 124 Le syndicalisme contre le Socialisme, Paris, Ollendorf, 1907, p. 299-300.
  • 125 Cf. Catalogue analytique de 1904, p. 88-91, p. 160-167, et le 12e Cahier de la 5e série, mars 1904 (...)
  • 126 M. Leclercq, E. Girod de Fléaux, Ces Messieurs de la C.G.T., Paris, Ollendorf, 1908.
  • 127 A l’époque se répandaient d’autres dérivés sur sigles analytiques, tels técéfiste (membre du Touri (...)
  • 128 La bataille syndicaliste, 21 juillet 1914.

41Le dépouillement des journaux politiques fait apparaitre une rareté des sigles au cours des années 1890, aussi bien dans La Libre Parole que dans Le Parti Ouvrier. A part "P.O." (1900) et le très ancien sigle "R.F.", on ne trouve, tout compte fait, guère de sigles dans le Père Peinard (1889-1902) ; aucun ne se rencontre dans la brochure de Blum sur les congrès ouvriers et socialistes (1901) : d’où un suremploi dans ce texte des désignants nominaux pluriels (les "guesdistes", les "possibilistes", les "allemanistes", les "marxistes", etc.). Mais, quelques années plus tard, les sigles commencent à se montrer plus nombreux, chez Mermeix par exemple, dans cette citation de Guesde, au Congrès de Lille en 1904 : "Le mot grève générale sert d’arme [...] aussi bien contre le P.S. de F. que contre le P.S.F."124. Témoin, le Mouvement Socialiste, où l’on trouve couramment dès 1900 les désignations P.O.F., P.S.R., P.O.S.R., C.G.T, R.P. (représentation proportionnelle), C.G. (Comité général) et, bien sûr, U.P. (Universités Populaires), sigle très accueilli aussi dans les Cahiers de la Quinzaine, en écho à Guieysse, et son Catalogue125. Celui-ci, dû à Péguy, commence par évoquer le nom des partis en toutes lettres, puis il se lasse et cède à la facilité du journalisme : "P.O.F." (p. 50) puis "P.O.S.R." (p. 53) viennent faire écho aux interventions du Congrès de la Salle Wagram (1900), dont certaines photos d’époque montrent des pancartes ornées de divers sigles socialistes. En 1908, "C.G.T." apparait en titre de livre126 et le dérivé cégétiste127 voit le jour. Il y a eu un moment concurrence entre cégétiste et cégétéiste, mais c’est le premier terme qui deviendra usuel : en 1914, où plus d’un député à l’Assemblée aura coutume de se plaindre des "abominables cégétistes"128.

42Dans l’énonciation ces sigles resteront longtemps de type analytique, chaque initiale étant épelée ; pas de prononciation "Pof", "Psu", "Ac" ni "Up". Freinages ? Non la mode a vite progressé, en ce début du 20e siècle. La presse parisienne en est l’avant-garde, et provinciaux ou étrangers de s’étonner. Témoin ce petit dialogue de 1900 ainsi rapporté :

  • 129 Les Annales politiques et littéraires, 7 octobre 1900, p. 230.

"- Rendez-moi le service de m’instruire. Qu’est-ce que le P.O.F. ?
- C’est le Parti ouvrier français.
- Et le P.S.R. ?
- C’est le Parti socialiste révolutionnaire...
- L’Alliance communiste, c’est l’A.C. ?
- Vous y êtes.
- C’est très curieux... et c’est vraiment très ingénieux"129.

  • 130 Cf. les textes cités par M. Rebérioux, Jaurès. La classe ouvrière, Paris, Maspero, 1976, p. 127-12 (...)

43Signe des temps : Jaurès, qui parlait encore en 1905 de la "Confédération du Travail" par raccourci nominal, accepte enfin le sigle "C.G.T." dans son discours de 1908130.

Notes

1 Le Parti Ouvrier, 26 octobre 1894 [PO].

2 PO, 20 décembre 1894.

3 Voir l’article précédent, "Grammaire de la dénomination des partis au début de la 3e République", et Mots, 2, mars 1981, p. 51-72.

4 Exemple : "Association internationale des Travailleurs".

5 Exemples : "Défense nationale", nomination gouvernementale gambettiste de 1870-71 (lexie reprise en 1914) ; "Défense républicaine", nomination gouvernementale waldeckiste de 1899-1902 (lexie prononcée aussi par Jaurès) ; "Ordre moral", nomination des deux ministères De Broglie sous la présidence Mac-Manon et formulée par De Broglie lui-même ; "Concentration républicaine", méthode de gouvernement reposant sur une majorité unissant opportunistes et radicaux, formule de Ferry (Le Havre, 1883), reprise par Brisson (1885), Dupuy (1893), efficace jusqu’en 1896, invoquée encore en 1898. Mais il existe aussi une "concentration socialiste" que Brousse oppose à l’"unification" et identifie à la "fédération" (articles du Prolétaire, 30 avril et 7 mai 1892).

6 Exemples : "Action française" (monarchistes, Maurras 1899, mais on trouve des "Comités d’Action française" dès 1897) ; "Action libérale populaire" (catholiques "ralliés", J. Piou et baron Reille, 1901) ; "Action populaire" (catholiques sociaux, intéressés par les syndicats, père Desbuquois) ; "Action catholique de la Jeunesse française" (Albert De Mun, 1886). - Une création moderniste brise peut-être avec les traditions nommantes qui se sont instaurées : le "Sillon", (M. Sangnier), revue devenue mouvement entre 1894 et 1899, organisant des sillons régionaux, une "Jeune Garde", puis la "Jeune République" (1912).

7 Les désignants spatiaux ne fonctionnent pas seulement au plan national ; ils servent aussi à étiqueter les nuances à l’intérieur du même clan : "Si l’extrême gauche du parti a pu redouter l’unité, l’extrême-droite n’a jamais eu d’intérêt à la voir proclamée" (Lagardelle, Le Mouvement Socialiste, 1900, p. 683) [MS].

8 Outre L’Education Sentimentale, juste-milieu apparait encore chez Proudhon en 1865 : "le système de juste-milieu politique et d’anarchie économique des bourgeois" (cité par Jean Dubois, Le Vocabulaire politique et social de 1869 à 1872, Paris, Larousse, 1962, p. 329). [VPS].

9 Seul le mot gauche se prête aisément aux expansions. Signalons par exemple au parlement et au sénat, la "gauche républicaine" (groupe de Grévy et Ferry, opportunistes ou "républicains de gouvernement", 1880), la "gauche radicale" (radicaux modérés, d’abord opposés aux opportunistes comme Brisson et Goblet en 1879, puis acceptant la "concentration républicaine" comme Floquet en 1888), la "gauche démocratique" (groupe radical du Sénat (1891) puis de la Chambre (1900). - A droite, peu d’appellations officielles, à part la "droite constitutionnelle" créée par J. Piou en 1890 et transformée en "droite républicaine" en mars 1893.

10 A. Prost, Vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885 et 1889, Paris, PUF., 1974, p. 33. [VPE]

11 A cette acception large semble s’opposer celle de M. Block : "Le groupe de citoyens, qui, poussés par leur intérêt, adoptent la nouvelle formule, forment le noyau du parti [...]. Des théoriciens surgissent et bientôt des chefs, et le parti est formé [...]. Une nation peut renfermer de nombreux partis ; mais généralement, pour gouverner, plusieurs sont obligés de se fusionner en ajoutant quelques formules à leur ‘ platform ’" (Dictionnaire général de la politique, 1874, tome 2, p. 507). En fait parti n’accède au sens moderne qu’avec la notion d’assises locales et nationales et le paiement d’une cotisation individuelle (Cf. projet Guesde-Vaillant, MS, 1900, p. 686-687), où l’on trouve le néologisme "cotisant").

12 "Ce terme, employé couramment (dans les années 1890) désigne les groupes divers intéressés au développement de la colonisation. En novembre 1890, a été créé le Comité de l’Afrique française qui associe hommes politiques, intellectuels, officiers "pour développer l’influence et le commerce français". En 1895 est fondée l’Union coloniale... C’est en 1892 qu’est fondé à la Chambre un "groupe colonial" (J.-M. Mayeur, Les débuts de la 3e République 1871-1898, Paris, Seuil, 1973, p. 225-226 [D3R]). E. Etienne est encore célébré en 1905 comme "le fondateur, le chef aimé du Parti colonial" (H. Guillemin, Nationalistes et nationaux, Paris, Gallimard, 1974, p. 48 [NN]).

13 "Les intellectuels du parti Dreyfus" (Pujo, L’Eclair, 19 décembre 1898) ; "la presse du parti de Dreyfus" (Maurras, Le Soleil, 10 aout 1900).

14 "Avec les grands mots de défense nationale, d’intérêt sacré de la Patrie, on ferme la bouche aux rares législateurs qui veulent présenter quelques timides objections [...]. On pourrait objecter au parti militaire qu’en cette matière il est orfèvre" (PO, 19 novembre 1896).

15 "Chez nous, le parti qui s’intitule nationaliste est composé de tous les réacteurs qui n’osent plus se montrer sous leur véritable aspect" (PO, 17 juin 1900).

16 "Le vocable ‘ parti noir ’ recouvrait l’Eglise militante, des moines aux curés [vers 1901]". (M. Rebérioux, La République radicale ? (1898-1914), P., Seuil, 1975, p. 67 [RR ?]) ; "Le parti clérical s’était désespérément agité" (Blum, La Revue Blanche, 1er avril 1900). - A un congrès de la Bourse du Travail de Paris, en 1902, le S.E.C.I., syndicat catholique d’employés, fut accusé d’être un "syndicat noir" et exclus.

17 Ferry, discours d’Epinal, 24 juillet 1887.

18 "Vous nous accusez quelquefois d’agir en auxiliaires du parti révolutionnaire" (Cavaignac, cité par La Libre Parole, 14 janvier 1898 [LP]).

19 "Scandales du Panama, symptômes de l’agonie commençante du parti opportuniste" (Millerand, 12 Février 1898).

20 "Il n’y a qu’un maitre, c’est le parti régnant" (Maurras, Action Française, 1er mars 1910 [AF]).

21 "Les hauts faits du parti de l’ordre" (Louise Michel, lettre du 15 avril 1875) ; "Le choix des représentants du parti ‘ de l’ordre ’ dans les assemblées électives" (Delahaye, LP, 19 novembre 1896).

22 "Il n’y a plus que deux partis en présence : le premier ne mérite d’autre nom que celui de l’oligarchie et de la ploutocratie" ; "le parti de la ploutocratie est incapable de trouver cet idéal" (Millerand, 12 février 1898).

23 "Le parti de la démocratie et de l’anarchie excelle dans les euphémismes" (Maurras, Gazette de France, 4 juin 1900).

24 "Nous avons sacrifié nos impulsions, nos arguments de polémique, nos tentations d’homme de parti, si vous tenez à employer ce mot, à une idée générale, à l’intérêt de la collectivité" (Drumont, LP, 19 novembre 1897).

25 Cf. F. Brunot, Histoire de la Langue française, tome 9, 2e partie, ch. 3, p. 821-826. [HLF].

26 Sauf dans le discours maurrassien, parsemé des expressions "les luttes rythmiques des partis" (Le Soleil, 31 décembre 1899), "l’égoïsme des partis" (AF, 24 aout 1912), "les idées des partis, les idées diviseuses" (AF, 5 avril 1913), "le règne des partis" (AF, 30 mai 1914), "un esprit de parti forcené" (AF, 24 juillet 1914), "le régime des partis" (AF, 21 février 1914).

27 Millerand : "Le parti socialiste est légitimement à la tête du parti démocratique" (12 février 1898).

28 Sans discipline de vote et, parfois, avec multi-appartenance. Un exemple de ce sens parlementaire de "parti" : Cavaignac intervient à la Chambre en 1897-1898 au nom d’un "parti républicain progressif" pour faire chorus avec la droite contre le "Syndicat" (Dreyfus) et "défendre l’armée".

29 "Il y a des groupes dans cette chambre", dit le président de l’Assemblée (JO, séance du 24 janvier 1884.

30 Exemple : L’"Alliance républicaine démocratique" des Waldeckistes (Carnot, Caillaud, Barthou, Poincaré, Rouvier) d’octobre 1901, cadre d’un regroupement ministériel à prolongements extra-parlementaires.

31 Exemples : L"’Union Républicaine" de Gambetta (1881-82) puis de Waldeck-Rousseau après la mort de Gambetta, l’ "Union démocratique" citée plus haut (Cf. RR ?, p. 64), l’ "Union des gauches" vers 1900 également. Drumont se moque de la "vieille formule" "antédiluvienne" de l’"Union conservatrice" de Cassagnac (LP, 13 novembre 1897) et les socialistes révolutionnaires se défient de l’ "Union socialiste" pratiquée entre les "politiciens en herbe" : "au nom d’une union politico-socialiste [...] ils essaient de capter la confiance de la masse électorale" (PO, 28 décembre 1894).

32 Le "Bloc Républicain" (1899), dit "Bloc des gauches" (alliance des républicains et des socialistes), victorieux aux élections de 1902 et appuyé jusqu’en 1905 sur la "Délégation des gauches", son outil parlementaire (désigné à la proportionnelle des élus). Guesde et Vaillant ironiseront sur les réformes du "Bloc" et les "socialistes du bloc bourgeois" (discours d’Amsterdam, 1904). - Le Bloc est aussi le nom d’un hebdomadaire de Clemenceau paru en 1901 et 1902.

33 Exemples : vers 1881, le "parti républicain" comprenait la "gauche républicaine", l’"Union républicaine", la "gauche radicale" et l’"extrême-gauche" (socialistes). "Ces étiquettes ne désignaient d’ailleurs que des groupes parlementaires dont les membres gardaient une pleine liberté de vote et menaient volontiers des intrigues individuelles" (P. Barrai, Les Fondateurs de la Troisième République, Paris, A. Colin, 1968, p. 54-55 [F3R]). Dans la Chambre de 1885, un "Manifeste des droites" s’oppose au "Manifeste de quelques républicains d’extrême-gauche", deux clans entre lesquels évoluent les opportunistes (A Prost, VPE, p. 163-164).

34 Témoin, La Libre Parole : "Il y a au Palais Bourbon toute une bande de droitiers." (5 novembre 1894) ; "Quelques repus du centre ont eu le toupet d’applaudir" (19 novembre 1896) ; "L’extrême-gauche applaudit ce discours de Brisson" (14 janvier 1898).
Blum décrit ainsi le personnel politique de 1896 : "Le hasard des circonstances, des combinaisons et des intérêts poussait l’un de la gauche radicale à la gauche démocratique, ramenait l’autre du radicalisme avancé aux confins du centre droit..." ("Les élections de 1902", avril 1902, article écrit pour la Revue de Paris).
Gambetta écrivait dans L’Avenir national, le 30 juillet 1869 : "La gauche ! ce mot a un sens précis, déterminé, limité ; il indique et définit un parti politique de composition homogène, d’origine identique, de principes communs" (texte dans P. Barrai, F3R, p. 71-73). Pour une mise au point complète, cf. les Actes du Colloque de Montpellier, juin 1973 : "Droite et gauche de 1789 à nos jours", Université P. Valéry, 1975.
A. Siegfried conclut que ce n’est pas, à cette époque, la question sociale qui sépare gauche et droite mais l’anticléricalisme. (Cf. J.-P. Azema, M. Winock, La 3e République. Paris, Calmann-Lévy, 1976, p. 167-172).

35 Coalition boulangiste (1888-1889) allant du radical Rochefort à Déroulède et qui formera un "Comité du parti national".

36 "Le parti radical est tombé dans la marmelade bourgeoise, parce que c’était un parti de bourgeois, de privilégiés, qui voulaient non point faire la révolution prolétarienne mais se faire un piédestal pour obtenir une de ces sinécures comme certains chefs du parti radical en ont obtenu" (Ebert, Congrès Japy, 1899).

37 Millerand : "Le seul moyen de refaire l’union du parti républicain, c’était de l’appeler à se grouper sur un programme d’action" ; "Aux élections générales de 1893, le parti socialiste est entré en scène" (12 février 1898).

38 A. Prost, VPE, p. 33.

39 "Il ne suffit pas d’avoir le ferme propos de faire du parti républicain un parti à la fois de principes et pratique, un parti de gouvernement ; il faut à ce parti un programme net" (Bordeaux, 26 juin 1871).

40 Réédition Collection Points, Paris, Seuil, 1979.

41 Barrès ironise sur cet emploi : "‘ Je ne connais que mon parti ’. Lisez : ma réélection" (Dans le cloaque, Paris, 3e éd. Emile-Paul, 1914, p. 91).

42 Cf. M. Rebérioux, RR ?, p. 111 et p. 51-52. On a même mis au point, pour la première fois aux législatives d’octobre 1885, la "discipline républicaine", ou règle électorale de report des voix entre opportunistes et radicaux. Cf. J.-P. Machelon, La République contre les Libertés ?, Paris, Presses de la FNSP, 1976, p. 307, note 15.

43 Article 1 du règlement adopté au Congrès de Marseille en 1903. En fait, "dans les années 1900 le parti radical [...] apparait moins comme un parti que comme une fédération très souple de comités et de sociétés de pensée qui quadrillent la France entière" (J. Touchard, La gauche en France depuis 1900, Paris, Seuil, 1977, p. 43).

44 Plusieurs modèles étrangers de parti socialiste ont précédé le Parti Ouvrier Français. Citons, à la suite d’E. Halévy, en Allemagne, outre le "Verein" (Union) de Lassalle (1963), le "Socialdemokratische Arbeiterpartei" de Bebel et Liebknecht (1869), en Belgique le "Parti ouvrier socialiste flamand" (1878) et le "Partido socialista obrero" espagnol de 1879. En Angleterre, l’"Independant Labour Party" ne date que du Congrès de Bradford (1892). Cf. E. Halévy, Histoire du socialisme européen, Paris, Gallimard, 1974, p. 195, 234-235, 248-249, 266-267.

45 Cf. la discussion sur la "discipline" rapportée ainsi par Blum : "Il y a, disait le Comité, deux disciplines bien distinctes : la discipline autoritaire et la discipline démocratique". Et le comité, accusait Jules Guesde, n’ayant pu imposer à son profit la discipline autoritaire, d’avoir manqué à la discipline démocratique [en faisant scission à Saint-Etienne en 1882]. Cf. Blum, Les congrès ouvriers et socialistes français, dans L’oeuvre de Léon Blum, Paris, A. Michel, 1954, tome 1, p. 428, [COSF].

46 C. Willard, Socialisme et Communisme Français, Paris, A. Colin, 1967, p. 51 [SCF].

47 "L’homme opiniâtre qui lui avait donné son nom [au guesdisme] l’avait aussi soumis à une sorte de discipline caporaliste" (Mermeix, Le Syndicalisme contre le socialisme, Paris, Ollendorf, 1907, p. 90).
"Caporalistes" semble avoir servi quelques années plus tôt à se moquer des boulangistes, "gens pour qui le caporalisme est le dernier mot du progrès et qui sont toujours prêts à se ruer derrière un cheval noir surmonté d’un galonné" (PO, 5 mars 1898). "Caporalisme", lui, existait déjà en 1833.

48 "Cette dernière forme de bourgeoisisme [...] ces idées ennemies qui, sous leur ancien nom de fédéralisme, sous leurs noms nouveaux de communalisme et d’autonomie, hantent encore un certain nombre de cerveaux ouvriers" (L’Egalité, décembre 1881).

49 Congrès de Marseille, 20-31 octobre 1879. Cf. Blum, COSF p. 391-491. Le congrès de Marseille propose "la formation d’un parti ouvrier dont l’organisation doit se faire par la fédération des chambres syndicales, des groupes d’études sociales, de consommation et de production, à la condition qu’ils soient exclusivement ouvriers" (cité par M. Perrot et A. Kriegel, Le socialisme français et le pouvoir, Paris, EDI, 1966, p. 18 [SFP]).

50 Congrès National des Syndicats Ouvriers, compte-rendu officiel, Lyon, Imprimerie nouvelle, 1887, p. 59.

51 Cité par B. Malon, Oeuvres complètes, Le Nouveau Parti, Paris, Derveaux, tome 1, 1881, p. 101 [NP].

52 Le vieil autonomisme ouvrier antipolitique et cette valeur sociale de "parti" s’exprimeront encore, la veille de la guerre, dans cette intervention de tribune en mai 1913 : "[Dumoulin] déclare qu’en fait de politique il ne voit pas de partis et qu’il n’en connait qu’un, c’est le parti ouvrier organisé dans la C.G.T. et que les patrons, à quelques partis qu’ils appartiennent, sont toujours et avant tout des patrons et qu’on ne peut pas marcher avec eux sur les listes électorales". (Cité par R. Cazals, Avec les ouvriers de Mazamet, Paris, Maspéro, 1978, p. 297). Remarquons le singulier opposé au pluriel marquant les deux jeux du mot. Le schéma d’emboitement se retrouve ici : C.G.T. (= organisation du) —> Parti —> Ouvrier.

53 NP, p. 18. - Les socialistes "travaillent à la formation d’un parti des exploités distinct des partis des exploitants" (NP, p. 43). L’opposition singulier/pluriel était déjà là, en 1881.

54 Lequel parle plutôt de "parti révolutionnaire" (Cf. NP, p. 86).

55 "Puisque nous sommes venus pour organiser le grand parti du travail, dit Fournière, ami de Malon, au Congrès de Marseille, creusons l’abime déjà si large [...] qui existe entre la bourgeoisie [...] et le prolétariat" (1879), dans Blum, COSF, p. 407.

56 Cité par E. Dolléans, Histoire du Mouvement ouvrier, Paris, A. Colin, 1957, tome 1, p. 360 [HMO].

57 Blum, COSF, p. 424.

58 Et pourtant, c’est dès le Congrès de Lyon (1878) que l’appellation "Parti Socialiste Ouvrier" avait été officiellement utilisée (Cf. Blum, COSF, p. 400). Si Malon d’ailleurs hésite entre les étiquettes, c’est toujours le collectif parti qu’il met en avant : "On trouve trop exclusive l’appellation du ‘ parti ouvrier ’ [...]. Si, maintenant, les mandataires du prolétariat décidaient dans un Congrès que, pour mettre fin à certains malentendus, on s’appellera désormais ‘ parti socialiste ’, nous n’y verrions aucun inconvénient, pourvu qu’il restât bien entendu que l’on continuera à faire de la politique de classe" (NP, p. 108).

59 En fait, un flou entre les deux acceptions (classe volontariste et organisation de classe) existe dans le Nouveau Parti de Malon, lequel fait dériver "la socialisation" d’une "action révolutionnaire du prolétariat organisé en parti de classe" (p. 70). Parti est dans le même temps collectif organisateur (classe) et collectif fabriqué (organisation).

60 "Les allemanistes décidèrent que le titre ancien, devenu sous-titre, ‘ reprendrait la place qu’il n’aurait jamais dû abandonner. Quant à l’organisation intérieure du Parti, elle poussait à sa dernière limite le fédéralisme et l’autonomie ’" (Blum, COSF, p. 453-454).

61 "Cette société, sans être secrète, est suffisamment fermée pour rejeter le terme de ‘ parti ’ et renoncer à la tenue de congrès" (Cf. C. Willard, SCF, p. 57).

62 Le groupe de l’ "Alliance communiste" créé en 1896 (Déjeante).

63 Dénommée d’abord "Fédération des socialistes indépendants" (Cf. PO, 5 novembre 1894) alors qu’elle n’existait qu’en pointillés, cette confédération politique, très représentative en 1899, est partie prenante du Congrès Japy et du "Comité général" qui en sort et déjà de la réunion Vantier en 1898, en même temps que la "Coalition révolutionnaire" de Briand. Principaux indépendants confédérés : Jaurès, Millerand, Viviani, puis Briand.

64 La lexie "Comité central" prise dans la mouvance blanquiste puis guesdiste est connotée par les thèmes centralistes. A son origine, elle désignait simplement le coeur d’une organisation ouvrière : "Nous donnerons à cette association [...] une tête qui pense, une volonté intelligente et ferme qui imprime l’action et dirige le mouvement [...] le comité central de notre Association" (EFRAHEM, De l’association des ouvriers de tous les corps d’Etat, 1833. Cf. E. Dolléans, HMO, tome 1, p. 88).

65 Une exception, confirmant la règle : les anarchistes, opposés à la construction d’un parti, forment enfin en 1913 la "Fédération communiste révolutionnaire anarchiste". Observation caractéristique : le parti anti-parti s’appelle fédération.

66 Parmi les "six régions autonomes" qui constituent en 1879 la "Fédération du Parti des Travailleurs socialistes", la plus importante est celle de Paris ou "Union fédérative du Centre" ("Centre" signifie ici région parisienne !). A cette U.F.C. s’oppose en 1882 une "Fédération du Centre (guesdiste) qui rejoint le P.O.F. C’est de cette Union fédérative (J. Allemane) et de la Fédération des Ardennes (J.-B. Clément), appuyées sur le journal Le Parti ouvrier, que nait le P.O.S.R. en 1890-1891.

67 Voir dans la suite de cet article l’étude du vocabulaire syndical. - Précisons aussi que huit "fédérations autonomes" demeureront en dehors de tout regroupement partisan (Cf. RR ?, p. 56).

68 Avec le "Parti socialiste" unifié S.O.I.F. de Jauges et de Guesde (avril 1905, Congrès du Globe), issu du P.S.F., du P.S. de F., du P.O.S.R. et des fédérations autonomes hervéistes.

69 La revue de Lagardelle s’appelle Le Mouvement Socialiste. Le Mouvement Social est le périodique de l’"Action populaire" (1909). Amureras évoque le "mouvement Ferrer" et le "mouvement Dreyfus" (AF, 16 décembre 1912). Le terme semble convenir à un certain spontanéisme et ne déborde guère à cette époque sur le plan politique : "Il serait dangereux de faire tête baissée un mouvement mené par des gens qui, hier, déclaraient ne pouvoir suivre aucune concession au socialisme" (PO, 22 janvier 1898).

70 Le groupe des députés socialistes allemands est tout naturellement désigné, en traduction, par la dénomination de "fraction du Reichtag" (Cf. J. Bourdeau, Le Socialisme allemand et le nihilisme russe, Paris, Alcan, 1892, p. 128).

71 Cf. Say et Chailley, Supplément au Nouveau Dictionnaire d’économie politique, 1897, p. 14-15. - Most ne faisait d’ailleurs que reprendre une image de Netchaiev qui, à l’automne 1869, mit sur pied plusieurs "cellules" à Moscou et Saint-Petersbourg. Cf. M. Slonim, La Revue Universelle, n° 12, 15 septembre 1935, p. 692.

72 "Art. 7 : les sections sont ainsi organisées : un président et un vice-président, un secrétaire [...] Art. 8 : le vote des sectionnaires [...] se fait par écrit et sur bulletin secret". (Cf. PO, 11 novembre 1894). "Citoyens [...] unissez-vous, constituez vous en section [...] Le peuple est à créer. Seules les sections communales en constitueront les molécules" (Allemane, PO, 29 janvier 1898). - Dès 1882, le P.O.F. était organisé en "sections" dans le Nord et dans l’Aube. Mimétisme ? : L’Action Française voudra disposer elle aussi de "section" ; la Ligue des Patriotes, ainsi que d’autres, repose sur une organisation de "sections" appelées aussi "comités" (Cf. DR, p. 107). - Analogie avec les 48 "sections" de Paris instituées le 22 juin 1790.

73 Cf.PO, 28 octobre 1894.

74 Tel le "Groupe d’études sociales des ouvriers et employés des chemins de fer" qui intervient dans les élections (PO, 18 décembre 1894).

75 Cf. PO, 28 octobre 1894.

76 Ainsi dans le "projet d’organisation unitaire" de Guesde et Vaillant : "Les groupes d’une même commune forment une section du Parti". (Cité par Lagardelle, MS, 1900, p. 686).

77 Le "Comité général exécutif" de la Fédération socialiste de 1879, sans pouvoir de contrôle suffisant, sera remplacé, à la demande de Brousse et Malon, par un "Comité national" permanent en 1881. (Cf. Blum, COSF, p. 422-423).

78 A ne pas confondre avec le "Comité d’entente" de novembre 1898 qui lie des socialistes et des républicains.

79 Tant à gauche qu’à droite d’ailleurs. Ex. : "Notre parti entreprend de renfermer dans son sein l’ensemble des forces ouvrières : fédérations, syndicats, groupes corporatifs, comités électoraux ouvriers et cercles d’études sociales" (PO, 2 décembre 1894) ; "Reprise de l’opinion [...] par la formation intellectuelle (cercles d’études) [...] Reprise du pouvoir [...] par la formation immédiate de comités dans toutes les communes [...] et fédération de tous les groupes" (LP, 2 novembre 1896). Même vocabulaire organisationnel aux deux extrêmes.

80 Blum, COSF, p. 406. - Des universités populaires se sont dénommées "cercles laïques" (à Beauvais, à Bourg, par exemple). En 1886 se crée un "Cercle Vallès" que chante E. Pottier (Cf. Oeuvres Complètes, Paris, Maspéro, 1966, p. 169).

81 PO, 9 novembre 1894. Extension métonymique de "cercle".

82 Drumont, LP., 8 novembre 1894. Autre son de cloche : "On a crié "Vive Esterhazy !" C’est la conséquence du cri poussé par les Cercles Catholiques "A bas Zola !" (PO, 12 février 1898). -Mentionnons aussi le "Cercle Tradition et Progrès" fondé en 1897 par La Tour Du Pin.

83 Valois et certains membres de l’Action française fondent en janvier 1912 les "Cahiers du Cercle Proudhon" (Cf. J. Touchard, La gauche en France depuis 1900, p. 36). Sur le "Cercle Proudhon", créé le 16 décembre 1911, cf. Z. Sternhell, La Droite révolutionnaire (1885-1914), Paris, Seuil, 1978, p. 84-400 [DR].

84 On trouve encore en 1897 un projet de "Parti agraire" d’extrême-droite : "Le Parti agraire d’extrême-droite : Le Parti agraire National se recrutera parmi les seuls Français d’origine catholique" (Comte d’Hugues, LP, 17 juillet 1897). A. Prost a remarqué d’ailleurs que, dans les proclamations électorales de 1885, les mots "parti" et "comité", comme "député" et "élire" ne semblent appartenir, du point de vue fréquentiel, à aucune tendance. (VPE, p. 54).

85 Cf. D. Riazanof, Introduction historique au Manifeste Communiste, Paris, Costes, 1953, p. 1-39.

86 Bakounine fonde alors son "Alliance internationale de la Démocratie socialiste" (1868). Cf. E. Halévy, Histoire du Socialisme européen, p. 210-211.

87 Dès 1887, Cambon félicite Ferry : "Votre crânerie [...] vous vaudra une sorte de popularité qui permettra d’organiser une ligue des gens sensés contre la ligue des radicaux" (cité par P. Barrai, F3R, p. 146).

88 La "Ligue des Droits de l’Homme" a été précédée, dix ans auparavant, par une "Association (ou "Société") des Droits de l’Homme et du Citoyen".

89 Fondée le 18 mai 1882 "dans la plus parfaite orthodoxie républicaine" (Z. Sternhell), la Ligue fut honnie au départ par l’extrême-droite (Cf. les foudres de Cassagnac contre les républicains fauteurs de guerre et celles de Trochu contre les "braillards de patriotisme").

90 M. Rebérioux, RR ?, p. 21-22.

91 Une confusion semble apparaitre chez H. Guillemin entre "Ligue des Patriotes" (Déroulède) et "Ligue de la Patrie française" (Lemaitre). Cf. NN, p. 36. Distinction bien faite, au contraire, dans Z. Sternhell, Barrès et le nationalisme français, Paris, Presses de la FNSP, p. 67-75 et p. 338-346. Cf. aussi, du même auteur, La Droite Révolutionnaire, chapitre 2 : "Analyse d’un mouvement de masse la ligue des patriotes", p. 77-145. - Il existe aussi, en 1894, une "Ligue patriotique des intérêts français".

92 "Le ‘ Congrès antisémite ’ de Lyon (1896) prône l’organisation de ligues populaires "(LP, 1er novembre 1896) et Drumont est nommé président d’honneur de la "Ligue antisémite de France" (LP, 28 novembre 1897) ; ligue reconstituée en 1898.

93 Cf. C. Amureras, Dictionnaire politique et critique, Paris, Cité des Livres, tome 1, 1932, p. 6-7. Remarquons qu’à droite "fédération" suit "ligue" dans son essor, jusqu’à la "Fédération des Camelots du Roi" d’octobre 1910, les royalistes jouant la décentralisation.

94 Et aux "bonapartistes des ligues plébiscitaires", comme le dit Barrès dans L’Appel au Soldat (1900). - Existait aussi à la fin du siècle la "Ligue de la jeunesse royaliste". Toutes ligues poursuivies en avril 1899 au "Procès des Ligues" intenté par Dupuy (Cf. J.-P. Machelon, La République contre les Libertés ?, Paris, Presses de la FNSP, 1976, p. 224-246).

95 "L’égoïsme des partis étant collectif et féroce, toute la générosité des personnes y est mise en commun et toute leur malice est tournée contre l’adversaire" (Maurras, AF, 24 aout 1912). "Les organisations confédérées" n’ont pas, pour le Congrès d’Amiens, "à se préoccuper des partis et des sectes" (Cf. E. Dolléans, HMO, tome 2, p. 135-136.

96 Des "Ligues Anti-Maçonniques" publient en 1904 des listes de maçons.

97 Guérin parle du "Syndicat des Pétroleurs" qui pratique "l’accaparement du pétrole" (LP, 18 novembre 1896). En 1902, Caillaux avouera qu’"aucune des tentatives faites pour secouer le joug du syndicat n’a réussi" (Cf. L. Blum, "Les Monopoles", dans La Petite République, 14 décembre 1902).

98 Delahaye stigmatise "tout un syndicat politique sur qui pèse l’opprobre de la vénalité" (21 novembre 1892). Cité dans J.-M. Mayeur, D3R, p. 206. - Drumont annonce la venue d’"un syndicat de corruption permanent" (LP, 19 décembre 1894).

99 P. Miquel, Histoire de la France, Verviers, Marabout, tome 2, 1979, p. 108-109.

100 Le premier, semble-t-il, Castelin dénonce à la Chambre, le 18 novembre 1896, les machinations d’un "syndicat Dreyfus" (Cf. M. Rebérioux, RR ?, p. 7. - Il s’agit de la veille, La Libre Parole rendant compte le 17 novembre de "l’interpellation Castelin et le Syndicat Dreyfus"). A partir de cette date, la lexie fait fortune : Dupuy s’élève à la fois contre les "lois scélérates" et "les audacieuses manoeuvres du syndicat Dreyfus" (LP, 23 novembre 1897). Les socialistes aussi doivent se méfier du "syndicat Dreyfus" dit La Justice, journal anglais (PO, 26 février 1898). - On avait parlé auparavant de "syndicat israélite" : "Dreyfus n’a été que l’instrument d’une sorte de syndicat israélite" (LP, 8 novembre 1894) et de "syndicat d’évasion (Monniot, LP, 26 octobre 1896).

101 Zola, relevant le défi du mot, intitule ainsi son article du Figaro du 1er décembre 1897 qu’il termine par : "De ce syndicat, ah !, oui, j’en suis !" (La vérité en marche, Paris, Fasquelle, 1929, p. 12-13).

102 Le protestant Scheurer-Kestner, vice-président du Sénat "a la tête classique des vieux ligueurs huguenots. Ces ligueurs, du reste, s’appellent maintenant des syndicataires" (LP, 11 janvier 1898).

103 PO, 19 février 1898.

104 LP, 9 novembre 1894.

105 PO, 19 novembre 1896.

106 PO, 9 novembre 1894. Il s’agit du clergé. Cf. ce voeu collectif : "Les membres du Groupe d’études sociales de Lisieux [...] affirment associer dans un commun éloignement les chefs de l’armée et la bande noire du clergé, abrutisseurs des peuples [...]. Ils émettent le voeu de la séparation prochaine des Eglises et de l’Etat" (PO, 26 février 1898). On dit aussi la "clique noire" ou la "noire clique" (cf. Léo Taxil, La Marseillaise anticléricale, 1881).

107 "Les chambres brulent ce qu’elles ont adoré : Etat-major, Cavaignac, Dupuy, Mercier, Méline et la bande militaro-jésuitique" (PO, 25 mars 1900). - Même liaison sabre-goupillon dans certains emplois des mots "clique, "secte", "coalition" et "alliance" : "La clique clérico-militaire est, en France, aujourdhui plus puissante que jamais" (PO, 12 mars 1898) ; "De nombreux chefs de corps, affiliés à la secte noire, préparent un coup d’Etat contre la République" (PO, 5 mars 1898). En 1901, l’Alliance Républicaine démocratique se définit dans son manifeste contre la "coalition clériconationaliste" (M. Rebérioux, RR ?, p. 54). - "Bande" et "clique" sont les collectifs préférés dE. Pouget et du Père Peinard, la fameuse feuille anarcho-syndicaliste qui entend "faire front à la clique cafardeuse et militarienne" (PP, 30 octobre 1898). - "Les groupes socialistes révolutionnaires" de Sceaux "flétrissent les menées liberticides de la Sainte Alliance du sabre et du goupdlon" (PO, 26 février 1898). Lavaud stigmatise "la dégoutante alliance de la calotte et des culs-rouges" (PO, 5 mars 1898).

108 Allemane, PO, 5 février 1898.

109 Exemple : PO, 9 janvier 1898.

110 "Moins de chapelles en istes, qui désorientent les ouvriers" (Briand à Lafargue, 11 janvier 1892).

111 "La horde (le ‘ vieux parti républicain ’) a mis la main sur les emplois, sur les profits" (Maurras, Le Soleil, 8 janvier 1896) ; "Une horde d’agitateurs, captateurs du suffrage populaire" (Maurras, Dictateur et Roi, aout 1899) ; "Dreyfusiens" et "Esterhaziens" sont "deux hordes de fripouilles" (E. Pouget, PP, 23 janvier 1898).

112 Lexie lancée par Challemel-Lacour en 1893 contre les "terroristes", en prélude aux "lois scélérates".

113 PO, 16 décembre 1894. - Gambetta utilisait "faction" pour désigner le "cléricalisme" : "ce qu’il faut, c’est signaler, dénoncer, sous le masque transparent des querelles religieuses, l’action politique d’une faction politique" (4 mai 1875) (Cité par Azéma, Winock, La 3e République, p. 112). - "Faction" n’est pas forcément péjoratif. A l’enterrement de Jaurès, Jouhaux proclame qu’il avait rapproché socialisme et syndicalisme : "Il était le lien entre nos deux factions".

114 "Pour qu’il y ait des partis politiques, il faut que la liberté donne aux populations le moyen d’arriver à leur fin sans employer la violence [...]. Lorsque la fraction [de population] qui désire le changement veut l’obtenir à tout prix et que le but lui semble sanctifier les moyens, elle cesse d’être un parti pour devenir une faction" (M. Block, Dictionnaire Général de la Politique, tome 2, 1874, p. 507).

115 Phalange peut désigner aussi la Franc-Maçonnerie. Pottier souhaitait en 1875 devenir "un des compagnons de cette phalange laborieuse".

116 C’est en novembre 1925 que la métaphore se muera en collectif politique avec le "Faisceau" du monarchiste Valois (Cf. J. Rabaut, Tout est possible. Les "gauchistes" français, Paris, Denoël, 1974, p. 173.

117 Le calque est purement nominal. Les "Knights of Labour", qui comptaient 700 000 membres en 1886, seront la source directe de l’A.F.L., alors que la "Chevalerie du Travail", malgré Pelloutier, restera une alliance politique secrète, sans grande importance au-delà de 1898. Cf. M. Dommanget, La Chevalerie du Travail française, 1893-1911, Paris, Rencontre, 1967.

118 Société secrète active jusqu’en 1877 qui s’est fondue dans le P.O.F. de Guesde. Cf. Theodor Zeldin, Histoire des passions françaises, Oxford, Recherches, 1979, t. 4, p. 440 [HPF].

119 Cf. M. Rebérioux, RR ?, p. 43. - Signalons encore la tentadve de Guérin pour rebaptiser sa ligue le "Grand Occident de France" (LAnrijuif, mars 1899), qui se terminera avec l’aventure du Fort Chabrol (Cf. DR, p. 227).

120 Par exemple dans l’amendement Majot, "les éléments constituants de la C.G.T. devront se tenir en dehors de toutes les écoles politiques". Diverses nominations étaient en concurrence en 1895. Keufer proposait Confédération nationale ou Confédération française. On trouve encore le sigle C.G.D.T. en 1904 à la place de C.G.T. (Compte rendu du Congrès de 1904, p. 61 et 105).

121 Cf. Compte rendu du Congrès de 1906, p. 170-171.

122 On a préféré dire "L’Internationale" à l’"A.I.T.". Blum, Jaurès, comme Malon, disent parfois "Parti Ouvrier" pour désigner le P.O.F. et d’autres fois appliquent cette lexie à tout le camp socialiste français. D’où des confusions : quand les "socialistes révolutionnaires" sont-ils ceux du P.O.S.R. ou ceux du P.S.R., ceux des deux partis, ceux de l’U.S.R. ?

123 Signalons une ambigüité (faite exprès ?) à propos de F.F., qui peut désigner en 1896 aussi bien Félix Faure que les Francs maçons.

124 Le syndicalisme contre le Socialisme, Paris, Ollendorf, 1907, p. 299-300.

125 Cf. Catalogue analytique de 1904, p. 88-91, p. 160-167, et le 12e Cahier de la 5e série, mars 1904 (F. Challaye, p. 62-85).

126 M. Leclercq, E. Girod de Fléaux, Ces Messieurs de la C.G.T., Paris, Ollendorf, 1908.

127 A l’époque se répandaient d’autres dérivés sur sigles analytiques, tels técéfiste (membre du Touring Club de France) ou uvéfiste (membre de l’Union vélocipédique de France). Cf. K. E. M. George, "La siglaison et les dérivés de sigles en français contemporain". Le Français moderne, 1978, p. 33-42.

128 La bataille syndicaliste, 21 juillet 1914.

129 Les Annales politiques et littéraires, 7 octobre 1900, p. 230.

130 Cf. les textes cités par M. Rebérioux, Jaurès. La classe ouvrière, Paris, Maspero, 1976, p. 127-128, p. 145 et ss.

Notes de fin

* Des extraits de ce texte ont paru dans le tome 14 de l’Histoire de la langue française, chapitre "Les mots du pouvoir", Paris, éd. du CNRS, 1985, p. 41-98.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540