Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Grammaire de la dénomination des partis au début de la 3e République*

Texte intégral

  • * Cf. Mots, 2, mars 1981, p. 51-72.

1Les commencements de la République enfin républicaine - période cruciale que l’on peut encadrer par les dates de 1879 et de 1905 - constituent le creuset de nos modernes partis et syndicats, leur lieu de naissance officielle et titrée. Dresser la liste des lexies usitées à l’époque est une première étape, aisée à commenter par l’histoire des créations, de la Fédération des Bourses du travail en 1892 et de la CGT en 1895, de la Ligue des droits de l’homme en 1898, de l’Action française en 1899, du Parti radical et radical-socialiste en 1901, du Parti socialiste enfin, tout éclaté en 1879 puis tout unifié en 1905, pour ne citer que les dénominations les plus connues.

  • 1 Plusieurs dénominations sont rebelles aux thèses avancées ici. Il s’agit en particulier du registr (...)
  • 2 Socialisme et communisme français, Paris, A. Colin, 1967, p. 51.

2Une seconde étape consiste à s’interroger sur cette liste fort longue. Si l’histoire, enquêtant sur les sources et les responsables des appellations choisies, fournit des pistes pour les valeurs sémantiques, les conditions et les connotations d’emploi, elle ne permet pas l’accès à une structure qui les éclairerait d’un bloc. Or des évidences structurelles apparaissent dans les habitudes nominatives. La plus simple fera notre point de départ : une séquence de base préside à l’élaboration de la majorité des noms1. Elle se présente sous la forme : Substantif collectif organisationnel + Qualifiant désignant + Qualifiant localisant. Nous distinguerons ces trois phases par les lettres A + B + C. Exemple : A pour Parti, B pour Ouvrier, C pour Français. Tel est l’intitulé du "premier parti français de type moderne", au dire de C. Willard2, que fondent en 1882 Guesde et Lafargue, après la scission de Saint-Etienne.

3Cette même séquence ternaire ordonne par exemple, des blanquistes aux jauressiens, les dénominations suivantes :

4et bien d’autres, telles que, pour puiser dans un autre répertoire, l’Union régionaliste bretonne de 1898 ou le Parti nationaliste breton de 1911. Pourquoi ce moule ABC s’est-il imposé comme une évidence de construction ? Sans doute par l’aisance du fonctionnement qu’il présente en surface, le jeu que ses modulations permet, et peut-être aussi un générativisme sous-jacent assez généralement partagé.

ANALYSE DE DISTRIBUTIONS

5Sans vouloir à toute force inscrire les hypothèses qui vont suivre dans des théories harrisiennes du discours ou chomskyennes de la langue, on peut avoir utilement recours à des techniques d’analyse et de présentation qui les rappelleront en partie. En effet, des règles de réécriture semblent commander le fonctionnement de la séquence de base ABC. Leur application, plus ou moins cumulée, peut rendre compte des multiples variantes dont l’activité politique et sociale entraine la création entre 1879 et 1905. Citons, avant de détailler : le déplacement d’une phase dans la séquence, son dédoublement en plusieurs termes, son effacement (ou son absence), les glissements de fonction ou de valeur qui accompagnent ces processus, l’agglutination des termes, le redoublement d’une phase (voire son triplement), la hiérarchisation des noeuds de rattachement, l’emboitement de plusieurs dénominations, les systèmes de simplification. Illustrons ces règles par des exemples et des graphes.

Le déplacement

6Un changement de place dans la séquence affecte peu la phase A. Certes, sous la Seconde République, on trouvait couramment, pour désigner des associations ouvrières, des lexies inversées BA du genre : les Libraires unis, les Selliers réunis, les Travailleurs associés, les Sages-femmes unies.... alignées sur l’adjectivation en unioned, united, amalgamated, pratiquée par les Trade-Unions anglais. Mais cette habitude s’est un peu perdue.

7C’est surtout la permutation des phases B et C qui peut se produire. Ainsi, dans les appellations suivantes à séquence ACB :

8C’est en fait une constante du français qui s’applique ici, la tendance à la séquence progressive : le localisant, adjectivé, vient coller au collectif, lorsque la phase B use de préposition et s’annonce trop longue.

Le dédoublement

9Une phase peut donner naissance à deux termes de nature et/ou de fonction différentes.

10Le collectif A se réécrit alors : Al (collectif nominal) + A2 (collectif qualifiant), dans des constructions du type :

11Le dédoublement, redondant voire pléonastique (cf. Confédération générale), joue la plupart du temps en faveur d’une spécification organisationnelle : une Union peut être amicale, fédérative, mutuelle, professionnelle, syndicale, coopérative, corporative, etc.

12Un déplacement est possible, dans la lignée quarante-huitarde de la Société des Devoirs Réunis, un terme de type A2 qualifiant non seulement le premier terme mais aussi le dernier. On signale l’existence pour le collectif A de l’enchainement :

  • 3 Histoire économique et sociale de la France, tome 4,1er vol. (1880-1914), Paris, PUF, 1979, p. 524

Note 33

13La phase B, elle, se dédouble très fréquemment en désignants à rôle très spécifique. B peut ainsi se réécrire en B1 (terme d’ordre social) + B2 (terme d’ordre idéologique). Tel est le cas de :

14L’ordre inverse (B2 + B1) existe également, moins fréquent. C’est le cas pour :

15Souvent aussi, la phase B est de construction plus complexe encore, car résultant de la transformation - comme nous le verrons - d’une phrase syntaxique profonde. B se réécrit alors :

16B0 (formant actif d’origine verbale) + B1/B2 (anciens sujets ou objets) :

17La phase C fait l’objet d’une segmentation avec déplacement, quand elle distribue plusieurs termes localisants dans la séquence. Ainsi pour :

  • 4 Sur le thème (boulangiste entre autres) du travail français, du travail national, cf. M. Perrot, L (...)

18Pourquoi ce dédoublement, à première vue inutile ? Pléonasme ? Voire. La duplication du localisant n’est jamais innocente. Elle pourrait s’inscrire, pour les deux cas cités, dans le thème du travail français, dans l’effort xénophobe pour éliminer les mineurs non français ou distinguer des jaunes nationalistes, qui se vantent de l’être, les jaunes du péril du même nom dont on parle à l’époque (les syndicats rouges pratiquaient l’amalgame des deux, puisqu’ils permettaient tous deux au patronat de briser les grèves)4. Dans les dénominations précédentes, Nationale et de France jouent à l’intérieur des deux paradigmes différents, le premier s’opposant à régional, départemental ou local, le second refusant toute syndicalisation à étrangers, italiens, juifs et autres cosmopolites...

L’effacement

19La phase C est relativement optionnelle. De très nombreuses lexies n’éprouvent, en effet, pas le besoin d’être localisées. Les deux fonctions A et B forment seules la dénomination dans certaines appellations nationales :

20L’effacement de B, moins optionnel, est beaucoup plus significatif. Eviter de se désigner idéologiquement ou socialement, n’est-ce pas un processus de dissimulation ou d’euphémisation ? On le constaterait pour des lexies de type C aussi diverses que :

21Des gambettistes aux ligueurs, en passant par les allemanistes et les guesdistes, plusieurs groupes pratiquent ainsi la dépolitisation de leur dénomination. Mais cela est-il efficace ? National est bien près de nationaliste, par exemple, spécialement à l’époque.

  • 5 Cf. Pouget, Le Pire Peinard, octobre 1894.
  • 6 Jauris, l’esprit du socialisme, Paris, Gonthier-PUF, 1964, p. 182-183 (discours des 14 et 24 janvi (...)

22L’effacement d’un A primordial est, quant à lui, un processus traditionnel aux incidences linguistiquement intéressantes. On le trouverait déjà dans toutes les lexies issues de association fraternelle, société mutuelle, société amicale, etc., qui s’étaient raccourcies en La Fraternelle, l’Amicale, La Mutuelle, etc., par apocope du collectif nominal et substantivation du qualifiant. Sous la Troisième République, une extension au politique se produit : comme on disait depuis 1848 La Sociale pour la République (démocratique et) Sociale, on dit couramment à l’époque La Syndicale pour chambre Syndicale5, La Laïque pour l’Ecole Laïque6 et, bien sûr, L’Internationale pour l’Association Internationale des Travailleurs. Glissement de phase ?

23C’est peut-être un processus du même genre qui explique l’extension, depuis la Révolution, des qualifications spatiales dans le domaine des dénominations politiques : les marqueurs parlementaires gauche, droite, centre, extrême-gauche, etc., ont pris une place vacante de collectif et, à leur tour, ils ont vu provigner autour d’eux des désignants spécifiques. Tels ces groupes du parlement républicain :

La Gauche radicale 1879
La gauche républicaine 1880
La Droite constitutionnelle 1890
La Gauche démocratique 1891, 1900
La Droite républicaine 1893

24Ce phénomène d’effacement ou de vacance d’un collectif nominal de phase A s’accompagne, on le voit, de transferts de fonction. Se produisent aussi des glissements de valeurs.

Les glissements de fonction ou de valeurs

25Les exemples relevés illustrent surtout deux types de contamination :

26a) La contamination des qualifiants par la fonction des collectifs. C’est ainsi qu’en reprenant les exemples précédents on voit que :

  • A2 assume Al - c’est le cas d’Association mutuelle réécrit La Mutuelle (puis Une mutuelle, la substantivation s’achevant sur une lexicalisation).
  • B assume Al - c’est le cas de République sociale dite La Sociale ou de Gauche radicale pour Groupe de la gauche radicale.
  • C assume Al - c’est le cas de l’AIT appelée L’Internationale.

27b) La contamination des collectifs par les valeurs et les connotations des qualifiants. Il serait faux de croire que, sous la Troisième République, comme dans les dictionnaires de langue, les collectifs parti, fédération, ligue, comité, cercle... sont objectifs, interchangeables, et donc politiquement neutres. Ils deviennent vite lourds d’histoire. Surtout au pluriel : les partis affrontent les ligues (Maurras, en bout de ligne, dénoncera le "régime des partis", alors que Dupuy et Combes traquent "les ligues"). Les socialistes illustrent leurs tendances écartelées dans la querelle de fédération et de parti, où décentralisateurs et caporalistes s’opposent, querelle vite rendue confuse par l’universalisation de l’emploi de parti au plan national et de fédération aux plans locaux (ou dans l’aire syndicale).

28Une preuve de cette contamination idéo-sociale des collectifs est donnée par les désignants qui en dérivent. Ils sont marqués dès leur naissance, les ligueurs (nationalistes puis antisémites), les cercleux (de droite), les comitards (de gauche ou de loge), les fédéralistes (anti-autoritaires), les unionistes (socialistes indépendants), les alliancistes (communards de l’Alliance républicaine socialiste / bakouniniens de l’Alliance de la Démocratie socialiste), les syndicaux (congressistes ouvriers modérés), les syndicataires (accusés d’être du Syndicat Dreyfus), les blocards (partisans du Bloc des gauches), etc. Les collectifs et leurs dérivés prennent la couleur de la lexie nominative majeure sous laquelle on les range habituellement ; ils rentrent ainsi - le temps d’un affrontement parfois -dans le lot des systèmes d’opposition.

L’agglutination

  • 7 Cette agglutination, très ancienne (Comité central est attesté en 1833) et qui n’est pas propre à (...)
  • 8 Plus lexicalisés paraissent être cercle d’études ou comité de vigilance utilisés à droite comme à (...)

29A force de vivre ensemble, deux termes peuvent former un couple peu à peu indissociable, qu’ils soient de même phase (A1 + A2 : chambre syndicale, syndicat professionnel, B + B : radical-socialiste, socialiste indépendant) ou de phases différentes (A + B : comité d’action, comité de défense). Mais, alors que les couples de même phase se lexicalisent à l’époque7, il semble que les couples de phases différentes soient plus lents à se souder : on trouve encore rarement un comité d’action dans les textes consultés (action s’agglutine plutôt à ce qui suit, comme nous le verrons8.

Le redoublement

30On dira qu’une phase se redouble lorsqu’elle s’exprime à l’aide de plusieurs termes ayant mêmes nature et fonction.

31Des cas de phase A redoublée seront examinés en détail plus loin. Il s’agit, la plupart du temps, d’emboitements de deux types de collectifs.

32La phase B, elle, se prête à de nombreux redoublements du même type. Chaque aspect idéologique ou social d’une formation politique peut, grâce à ce procédé, se voir détaillé avec précision. Les fusions de courants différents peuvent s’opérer ainsi. Exemples de redoublements de B :

33Mais suffit-il d’égrener les qualifiants l’un après l’autre en les étiquetant pour rendre compte de telles lexies ?

La hiérarchisation

34Loin d’être des séquences plates dont la successivité serait le seul axe de lecture, les dénominations socio-politiques doivent s’appréhender comme une série de dérivations ; chacune se caractérise par des noeuds hiérarchisés de rattachement des phases et donc des termes situés à des niveaux structuraux différents. Ainsi pour l’organisation d’Allemane :

35Une véritable échelle de spécifiants politiques se construit ainsi, les noeuds de rattachement opérant un classement plus significatif que l’ordre même des termes. Le chef-d’oeuvre en est la solide appellation du parti radical unifié que l’on peut figurer ainsi :

  • 9 Cf. M. Rebérioux, La République radicale ? (1898-1914), Paris, Seuil, 1975, p. 48. Deux étiquettes (...)
  • 10 C’est en 1881 que socialiste vient renforcer radical pour retirer ce dernier terme du guêpier de l (...)

36Chaque redoublement de la phase B2 est historiquement explicable. Républicain, le "nom de famille"9 est d’abord distingué de la spécification politique radicale, qui marque à gauche, puis celle-ci est elle-même l’objet d’une distinction entre deux courants (deux groupes parlementaires existant à l’époque) dont les étiquettes reconnues sont radical et radical-socialiste ; enfin le second courant affiche ses deux composantes lexicales, dont l’histoire serait aussi à conter10. La connaissance en épaisseur d’une dénomination rejoint tout simplement le savoir historique. Tout intitulé est une résultante. Et, par là, tout intitulé est, plus ou moins, une structure hiérarchisée motivée.

L’emboîtement

37Une autre sorte d’épaisseur est donnée par l’emboitement des dénominations. Deux cas peuvent se présenter, l’inclusion progressive qui va du plus petit collectif au plus grand, l’inclusion régressive qui va du plus grand au plus petit. Des parenthésages pourraient en rendre compte.

38- Exemples d’inclusion régressive (A(A)) :

39(Union (des Chambres syndicales du Commerce et de l’Industrie)) 1881

40(Fédération nationale (des Syndicats ouvriers)) 1886

41(Fédération (des Bourses du Travail)) 1892

42(Union (des Groupes socialistes et révolutionnaires du cinquième)) 1899

43(Union (des Syndicats patronaux des Industries textiles de France)) 1900

44(Bloc (des gauches)) 1902

45(Fédération (des syndicats d’instituteurs)) 1905

46- Exemples d’inclusion progressive ((A) A) :

47((Comité) de l’Avant-garde Socialiste (du 17e arrondissement)) 1899

48((Section française) de l’Internationale Ouvrière) 1905

49L’emboitement peut atteindre plus de deux paliers. Il en est ainsi pour la (Fédération française (des Unions (de Syndicats professionnels féminins))). L’organisation linguistique des inclusions reproduit la hiérarchie de l’organisation communautaire. C’est la structure d’aujourdhui.

Les systèmes de simplification

50Ainsi dédoublées, hiérarchisées, emboitées, certaines dénominations tendent vers l’inflation. Il est impossible dans un écrit et plus encore lors d’une prestation orale de les répéter plusieurs fois de suite. Aussi des substituts autres que les pronominaux, trop générateurs d’ambigüités, se mettent-ils en place dans le discours. Plusieurs systèmes de simplification se surimposent aux dénominations officielles dans l’usage courant.

  • 11 Cf. G. Lefranc, Le mouvement socialiste sous la Troisième République, Paris, Petite Bibliothèque P (...)

51Il y a bien sûr l’effacement partiel, dont nous avons parlé plus haut, mais appliqué cette fois à des lexies existantes, senties trop longues et abrégeables. L’usage de raccourcis nominaux se répand. C’est ainsi que Jaurès opère pour la CGT, dont il simplifie le nom en Confédération du Travail et, avec bien d’autres, pour la FPTS (PSOR) qui s’affirme comme Fédération des Travailleurs Socialistes en 188411 et pour le POF qui était et redevient dans le discours commun le "Parti Ouvrier". Nous avons vu la chute usuelle du collectif, qui fait dire à Pouget "la syndicale" pour la chambre (ou l’organisation) syndicale.

  • 12 En particulier dans les fascicules 6 et 7 de la Bibliothèque socialiste (1901) consacrés aux Congr (...)

52Un second procédé consiste à remplacer la dénomination officielle par un dérivé pluriel du nom propre de son leader. C’est ce que fait Blum12 qui parle de guesdistes, barberétistes, allemanistes, broussistes, évitant, comme Jaurès jusqu’en 1908, les sigles, trop peu littéraires, inélégants.

53Car, si une mode se diffuse amplement à l’époque dans le domaine politique, c’est bien celle du sigle. Dès le congrès de Limoges en 1895, le sigle CGT apparait. On avait depuis longtemps RF au fronton des monuments, mais POF, FTS, POSR, PSR, AC ne font vraiment irruption à la tribune, dans la presse et sur les pancartes qu’à partir du congrès de la salle Wagram de 1900. L’habitude parisienne de sigler les dénominations politiques nait et se généralise avec le siècle.

54Nous constatons donc qu’entre 1879 et 1905 un appareil à engendrer les appellations de groupes pour tous usages existe en bonne place, au coeur des communications politiques. Mais ce qui transparait en surface ne procéderait-il pas lui-même de processus génératifs plus secrets et moins mécaniques que ceux que nous avons tenté de décrire ?

ANALYSE DE GÉNÉRATIONS

55En détaillant la phase B propre aux qualifiants socio-idéologiques, nous avons aperçu des traces d’action verbale : défense des droits de l’homme, action pour les réformes républicaines, vigilance, l’Egalité, etc. On pourrait imaginer, derrière l’intitulé de surface et sa linéarité, l’implicite présence de phases déclaratives du type : "Nous défendons les droits de l’homme", "Nous voulons des réformes républicaines", "Nous veillons (au socialisme républicain)", "(Nous luttons pour) l’égalité", etc. Cet arrière-plan programmatique, dont la plupart du temps une part seulement reste apparente, constitue comme un commentaire permanent non dit accompagnant l’énoncé de surface.

56Cette hypothèse n’est pas sans efficacité. Elle permet en particulier de rendre compte de différences rationnelles profondes entre les termes alignés. Action Française ne fonctionne ni comme Action catholique ni comme Action populaire. Une désambigüisation des fonctions adjectivales est possible. Expliquons-nous.

57Retrouver une phrase syntaxique au fond d’un énoncé, c’est dégager des éléments d’agents ou Sujets, d’action Verbale, d’agis ou, plus largement, de Compléments. En appliquant ce modèle SVC traditionnel aux lexies ambigües, on constate trois cas de transformation possibles :

  1. un sujet profond devient le qualifiant B ;
  2. un complément profond devient le qualifiant ;
  3. modèle mixte : le(s) qualifiant(s) résulte(nt) à la fois d’un agent et d’un complément.

58Le premier cas est assez bien illustré par la lexie Action catholique :

59Le second cas est celui d’Action populaire (1890) :

  • 13 J. Piou, son fondateur, voulait éviter l’emploi de l’étiquette catholique en politique ("ne faison (...)

60Le troisième cas présente un mixte des deux précédents, que les qualifiants soient juxtaposés ou fondus en un seul. Pour la dénomination d’Action libérale populaire (1898,1902), par exemple, le recours à l’hypothèse transformationnelle rend clair un fonctionnement profond radicalement différent. Il s’agit d’une action de ralliés d’idéologie (catholique) libérale (conservatrice)13, ouverte à la démocratie politique et à un programme social. Le schéma en serait :

  • 14 Une des premières attestations d’une lexie autonome Action française se trouve dans L’Eclair du 19 (...)
  • 15 Il ne s’agit pas de pure imagination. Les règles de fondation de l’association et de la ligue appu (...)

61Plus complexe est l’exemple d’Action française14, car un unique qualifiant y porte les deux traces de l’agent et de l’agi profonds15 :

62On peut étendre ces hypothèses de génération aux autres lexies de type B. On s’aperçoit ainsi que Concentration républicaine (1883) et Défense républicaine (1899) n’ont pas les mêmes fonctionnements profonds :

63Et pourquoi ne pas étendre ce générativisme à la phase A elle-même et à toute la séquence ?

  • 16 Concentration fonctionne comme collectif. Exemple : la Concentration républicaine socialiste du 3e (...)
  • 17 Oeuvre peut aussi fonctionner comme collectif. Cf. L’Oeuvre des Cercles catholiques d’ouvriers, d’ (...)

64En ce qui concerne la phase A, une remarque s’impose d’emblée. La plupart des collectifs utilisés dérivent d’un substrat verbal. De même que pour les termes actifs de la sous-phase Bo dont nous venons de parler (action, concentration, défense, mais aussi restauration, lutte, etc.), ils proviennent de suffixations en -ation, en -ment ou de déverbaux. Citons : association, fédération, confédération, organisation, coalition, corporation, coordination, fondation, concentration16, groupement, regroupement, rassemblement, mouvement... D’autres collectifs évoquent dans leur ombre proche soit un verbe pronominal, à l’image des termes déjà cités, soit une forme verbale factitive : groupe <— se grouper, syndicat <— se syndiquer, société <— s’associer, ligue <— se liguer, union <— s’unir, réunion <— se réunir, unité <— s’unifier, entente <— s’entendre, alliance <— s’allier, faire alliance, cercle <— faire cercle, bloc <— faire bloc, corps <— faire corps, oeuvre <— faire oeuvre17... Passages de l’acte de créer à l’état d’exister. La substantivation de A est la trace linguistique du vécu d’une naissance politique.

  • 18 Le Parti ouvrier, 5 janvier 1895.

65Des contextes ambigus ménagent dans la compréhension une marge entre l’acte et l’état, rendant tangibles les élaborations parfois difficiles des groupes organisés ou de leur union. Le journal allemaniste Le Parti ouvrier rapporte ainsi des propos d’A. Briand : "S’attachant à démontrer à son auditoire les bienfaits de la Fédération des ouvriers, l’orateur, à l’appui de sa thèse, cite l’exemple des ouvriers et des ouvrières des manufactures de tabac et d’allumettes de France..."18. Quelle acception donner ici au collectif à majuscule ? En fait, il s’agit encore de l’acte mais déjà de l’état et, quel que soit l’élargissement du contexte, l’ambigüité demeure ; elle fait sens. La dénomination porte en soi l’effort dont elle vient. Toute union reste projet d’unification.

  • 19 A propos de deux syndicats du textile qui ont décidé de faire "cause commune", la Voix du peuple d (...)

66Il se produit pourtant une perte dans le dynamisme des mots. Une fois achevée la fixation groupale et linguistique, le besoin se fait sentir de retrouver, au niveau des termes immobilisés, le sens de l’activité créatrice. De là viendrait la série des néologismes où le suffixe substantif est relayé ou renforcé par un nouveau suffixe verbal : fédéralisation 1796, confédéralisation 190919, unification 1842, groupage 1866, syndicalisation 1951...

67Posons donc un thème verbal en profondeur, et la distinction des phases de la séquence de base s’éclaire en théorie. A étant considérée comme la trace substantive de l’action verbale, B résulterait de transformations du sujet ou du complément profonds et C rendrait compte, éventuellement, de circonstants de lieu. Mais un intitulé comme Ligue d’action française ferait appel, lui, à deux substrats actifs : "des Français agissent pour la France", où SVC —> B, puis "ces Français se sont ligués (pour agir pour la France)", où V —> A. Double transformation par substantivations et enchâssement des propositions, que l’on peut figurer ainsi :

  • 20 Française ne dépend évidemment pas de Ligue. On trouve des Comités (masc. pl.) d’action française (...)

Note 2020

68Mais que faire des collectifs qui résistent à toute verbalisation, en sens inverse ? Le mot parti, tout spécialement, pour lequel n’existe aucun verbe en synchronie et qui, malgré ce handicap, devient un collectif quasi-universel dans le champ de l’organisation politique, précisément dans ces années de République renaissante, contredit-il à nos hypothèses ?

  • 21 "Union de plusieurs personnes contre d’autres qui ont un intérêt, une opinion contraires" (Littré, (...)

69La Troisième République saisit parti au confluent de l’usage ancien21, qui persiste aujourdhui (prendre le parti de), et de sa fonction moderne de collectif dénotant un groupe politique de niveau national structuré de bas en haut, tenant des assises à tous niveaux et souvent réglementé par des textes de fondation. Entre le parti Blanqui de 1848, agrégat autour d’un club, et le PSR de 1898 : cinquante années d’une évolution du blanquisme qui fut aussi celle du mot parti.

70A la fin du siècle, on appelait encore parti toutes sortes de regroupements d’intérêts ou de doctrine, aux frontières socio-politiques peu définies, forces au pouvoir (tel le "parti opportuniste") ou clans occultes (tel le "parti de l’étranger"). Dans le même temps ou, pour certaines traditions d’emploi, avec plus ou moins de décalage, parti s’imprègne du sens moderne (organisationnel) avec la série des POF, POSR, PSR, PRRS, PSF, et PS de F. Comment est-on passé insensiblement d’une étape à l’autre ? Par deux transformations : glissement de fonction et de valeur puis de phase, effacement d’un collectif. Le fait que soient mal saisis ici les substrats et leur mutation sémantique vient de la simultanéité de ces processus. Lorsque le film de l’évolution ralentit, une perception nous en est donnée.

  • 22 Textes-commentaires : le congrès de Marseille propose l’organisation d’ "un parti ouvrier" par "la (...)
  • 23 Cité par R. Cazals, op. cit., p. 297.

71Depuis longtemps, par exemple, existe un parti national, clan inorganisé qui va de Rochefort à Déroulède. En 1888, se fonde un officiel Comité du Parti national, organisant les boulangistes. Doit-on parler d’un redoublement de la phase A ? La même question se pose pour l’étonnante dénomination adoptée à Marseille en 1879 par les délégués ouvriers et socialistes réunis : Fédération du Parti des travailleurs socialistes de France22. Cette apparente réduplication du collectif (sans qu’il puisse être question d’un emboitement, les deux collectifs se situant au même niveau national) se retrouve de loin en loin dans certains textes syndicaux, où les acceptions semblent évoluer moins vite qu’en politique. Témoin, cette intervention de Dumoulin à la CGT en mai 1913, ainsi retransmise : "En fait de politique [...] il ne voit pas de partis [...] il n’en connait qu’un, c’est le parti ouvrier organisé dans la CGT"23. Il faut reconnaitre que, dans ce texte, parti garde son acception ancienne. Parti ouvrier signifie encore simplement "classe ouvrière".

72En analyse profonde, parti viendrait d’un sujet et non d’un verbe :

  • 24 A parti socialiste ouvrier, lexie de 1877 (2e congrès ouvrier de Lyon, cf. L. Blum, op. cit., p. 4 (...)

73Il n’y a donc pas eu redoublement de la phase A et substantivation d’un verbe (inexistant) qui aurait donné parti en surface, mais réécriture d’un agent profond en phase B, puis glissement vers la phase A, assumant la fonction de collectif organisationnel. Symptomatiques, les titre et sous-titre issus de Marseille, où se retrouvent, à des niveaux différents, les deux valeurs de Parti : Fédération du Parti des TSF et Parti ouvrier socialiste révolutionnaire24. Significatif surtout le fait qu’à la suite des congrès de Saint-Etienne et de Roanne (1882) les broussistes, possibilistes et fédéralistes, aient gardé l’appellation de Fédération (la FTS) et les guesdistes, marxistes centralisateurs, aient pris celle de Parti (le POF).

  • 25 Aux facteurs d’évolution interne à la société française et à ses usages linguistiques se sont ajou (...)

74Le glissement de parti de B à A sur le plan structural, visible chez les socialistes en 1879, a donc eu pour corollaire, sinon pour conséquence25, sur le plan sémantique son glissement de "classe ouvrière s’organisant" à "organisation politique de la classe ouvrière" (cf. le syntagme déjà chez Malon de parti de classe). Voilà pourquoi ce terme, réfractaire, en apparence à l’hypothèse générativiste, corrobore en définitive nos analyses de façon parfaite.

75Les hypothèses risquées dans cette étude sur les dénominations en faveur au début de la Troisième République se résument à quatre propositions principalement :

  • les dénominations socio-politiques reposent sur une séquence de base qui se généralise à l’époque ;
  • les variations de surface peuvent s’expliquer par l’application et le cumul d’une dizaine de règles simples ;
  • toute dénomination est aussi une structure hiérarchisée et parfois imbriquée ;
  • des traces de schémas syntaxiques actifs permettent d’envisager des structures profondes qui restituent la genèse ou le programme des groupes désignés.

76L’intérêt de ces propositions ne réside pas, bien évidemment, en elles-mêmes. Il consiste à faire prendre conscience qu’une dénomination socio-politique n’est ni un hasard historique ni l’imposition banale d’un moule ; une dénomination est la résultante d’une ou de plusieurs phrases latentes transformées en structure substantive raccourcie qui obéit à une séquence-modèle et à des règles combinatoires nécessitant une lecture hiérarchisée. Plus largement, toute lexie socio-politique est incorporée non seulement à l’histoire mais à un univers structurant particulier qu’il faut s’efforcer aussi de décrypter pour accéder aux valeurs profondes de sa naissance. Toute désignation, même la plus gommée, demeure une signification.

Notes

1 Plusieurs dénominations sont rebelles aux thèses avancées ici. Il s’agit en particulier du registre des images politisées, très ancienne tradition nominative que l’on retrouve dans le Sillon, les Jeunes Gardes, la Chevalerie du Travail, les Rose-Croix, le Grand Occident de France, la Marianne et autres clubs, les noms des Loges ou ceux des Universités populaires (La Semaille, Germinal...).

2 Socialisme et communisme français, Paris, A. Colin, 1967, p. 51.

3 Histoire économique et sociale de la France, tome 4,1er vol. (1880-1914), Paris, PUF, 1979, p. 524.

4 Sur le thème (boulangiste entre autres) du travail français, du travail national, cf. M. Perrot, Les Ouvriers en grive, tome 1, Paris-La Haye, Mouton, 1974, p. 175-179. Dès 1883, certains syndicats rajoutent français ou/et national à leurs dénominations. La localisation devient idéologique.

5 Cf. Pouget, Le Pire Peinard, octobre 1894.

6 Jauris, l’esprit du socialisme, Paris, Gonthier-PUF, 1964, p. 182-183 (discours des 14 et 24 janvier 1910). On dit aussi La Maternelle. (Le roman de Léon Frapié date de 1904).

7 Cette agglutination, très ancienne (Comité central est attesté en 1833) et qui n’est pas propre à la lexie nominative, va jusqu’à la fusion formelle des termes par trait d’union (socialiste-révolutionnaire apparaît) ou même sans trait d’union (socialdémocrate sur le modèle allemand).

8 Plus lexicalisés paraissent être cercle d’études ou comité de vigilance utilisés à droite comme à gauche (neutralisés ?).

9 Cf. M. Rebérioux, La République radicale ? (1898-1914), Paris, Seuil, 1975, p. 48. Deux étiquettes au rôle social occulte semblent, à l’articulation des deux siècles départager les partis de gauche : il y a ceux qui s’appuient primordialement sur républicain, comme les radicaux, et ceux qui s’appuient à l’origine sur un formant social, ouvrier ou travailleurs, comme le POF ou la FTS. Antimonarchisme versus anticapitalisme ? Il a fallu toute la pesée de Jaurès pour que défense républicaine soit un mot d’ordre socialiste.

10 C’est en 1881 que socialiste vient renforcer radical pour retirer ce dernier terme du guêpier de l’opportunisme. Clemenceau, Tony-Réveillon sont soutenus aux élections par des comités radicaux-socialistes antiopportunistes (cf. J.-M. Mayeur, Les débuts de la Troisième République (1871-1898), Paris, Seuil, 1973, p. 97, et A. Prost, Vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885 et 1889, Paris, PUF, 1974, p. 32).

11 Cf. G. Lefranc, Le mouvement socialiste sous la Troisième République, Paris, Petite Bibliothèque Payot, tome 1, 1977, p. 60.

12 En particulier dans les fascicules 6 et 7 de la Bibliothèque socialiste (1901) consacrés aux Congrès ouvriers et socialistes français (in Oeuvres de Léon Blum, Paris, A. Michel, 1954, p. 391-491).

13 J. Piou, son fondateur, voulait éviter l’emploi de l’étiquette catholique en politique ("ne faisons pas de la religion l’enseigne d’un parti" (1905) disait-il contre la démocratie chrétienne naissante). Quant à l’étiquette conservatrice, elle n’est plus de mise depuis la disparition de l’Union conservatrice, que l’Alliance libérale populaire a d’ailleurs relayée. Cf. G. Weill, Histoire du catholicisme libéral en France (1828-1908), Paris, F. Alcan, 1909, p. 224-225. "Effacements"....

14 Une des premières attestations d’une lexie autonome Action française se trouve dans L’Eclair du 19 septembre 1898. L’association, elle, a été créée officiellement par H. Vaugeois sous le nom d’Action française l’année suivante autour de la Revue d’Action française. Le recours aux collectifs a précédé et suivi : Comités d’action française à la fin du siècle, Groupe puis Fédération des étudiants d’Action française (1903), Ligue d’Action française (1905), Institut d’Action française (1906), Congrès de l’Action française (1907). D’après le Dictionnaire politique et critique de Ch. Maurras, Paris, A la Cité des livres, t. 1, 1932, p. 6-7.

15 Il ne s’agit pas de pure imagination. Les règles de fondation de l’association et de la ligue appuient fortement cette hypothèse : "Un vrai nationaliste [agent] place la Patrie [agi] avant tout" (1899) ; "Français de naissance et de coeur [agent], [...] il faut rendre à la France [agi] un régime qui soit français [agi]" (1905).

16 Concentration fonctionne comme collectif. Exemple : la Concentration républicaine socialiste du 3e arrondissement agissant à Paris en 1899. "Tous les jours, écrit Le Drapeau, les "groupes", les "concentrations", les "réveils", les "fédérations", les "comités de vigilance" convoquent leurs adhérents" (16 avril 1899).

17 Oeuvre peut aussi fonctionner comme collectif. Cf. L’Oeuvre des Cercles catholiques d’ouvriers, d’A. de Mun.

18 Le Parti ouvrier, 5 janvier 1895.

19 A propos de deux syndicats du textile qui ont décidé de faire "cause commune", la Voix du peuple du 14 février 1909 annonce leur entrée dans la Confédération (la CGT) et ajoute : "Leur confédéralisation n’est plus, je crois, qu’une question de jours". Cité dans R. Cazals, Avec les ouvriers de Mazamet, Paris, Maspero, 1978, p. 92.

20 Française ne dépend évidemment pas de Ligue. On trouve des Comités (masc. pl.) d’action française (fém. sing.)

21 "Union de plusieurs personnes contre d’autres qui ont un intérêt, une opinion contraires" (Littré, 1877).

22 Textes-commentaires : le congrès de Marseille propose l’organisation d’ "un parti ouvrier" par "la fédération des chambres syndicales, des cercles d’études sociales, etc." (cité par M. Perrot, dans Le Socialisme français et le pouvoir, Paris, EDI, 1966, p. 18). De son côté, la Commission provisoire de 1879 avait pris la résolution suivante : "Les citoyens soussignés, tous membres du parti ouvrier socialiste, décident de constituer un groupe" (cité par B. Malon, Le Nouveau parti, dans Oeuvres complètes, Paris, Derveaux, tome 1, 1881, p. 101). Le nouveau parti de Malon, c’est l’ancien sens dans son propre renouvellement sémantique... La notion d’un parti postérieur à l’acte de fédération s’oppose, on le voit, à celle d’un parti antérieur à l’état de fédération. Le terme joue bien sur les deux tableaux du sens moderne et du sens ancien. Lorsque Fournière s’écrie à Marseille : "Nous sommes venus organiser le grand parti du travail", les deux valeurs sont en jeu aussi bien dans parti que dans organiser. On organise l’un (on le rend cohérent) en organisant l’autre (en le créant) : le parti doit devenir un parti. A un moment de son compte rendu, Blum, si sensible au jeu des mots, se fait l’écho d’un regret : "Depuis longtemps, si le parti [ensemble social] avait eu une doctrine, la doctrine aurait eu un parti [organisation structurée]" (op. cit, p. 410).

23 Cité par R. Cazals, op. cit., p. 297.

24 A parti socialiste ouvrier, lexie de 1877 (2e congrès ouvrier de Lyon, cf. L. Blum, op. cit., p. 400), s’ajoute le qualifiant révolutionnaire, après inversion des deux adjectifs précédents, ce qui facilitera le figement de la lexie socialiste révolutionnaire. Mais le changement le plus important concerne le sémantisme de parti et ne se voit pas.

25 Aux facteurs d’évolution interne à la société française et à ses usages linguistiques se sont ajoutées des influences étrangères ; le Socialdemokratische Arbeiterpartei de Bebel et Liebknecht (1869), le Parti ouvrier socialiste flamand belge (1878) et le Partido socialista obrero (1879) ont précédé le POF. (Cf. E. Halévy, Histoire du socialisme européen, Paris, Gallimard, 1974, p. 195, 234-235, 266-267). La grammaire des dénominations esquissée ici serait-elle générale ?

Notes de fin

* Cf. Mots, 2, mars 1981, p. 51-72.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Note 33
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,9k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Note 2020
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1729/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search