Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Un partage sans partageux*

Texte intégral

  • * Chronique parue sous une autre forme et sous le titre "Un partage à partager", dans Mots, 42, mars (...)

"Partage ton pain avec l’affamé" (Isaïe, 58,7)

1Partage a reconquis, surtout depuis la controverse de 1992 sur le "partage du travail", plus que droit de cité dans le discours politique ; le mot a failli devenir l’une de ces clés généreuses qu’on sème chaleureusement. Mais qu’offre-t-on à "partager" aujourdhui et quelles sont les parts ? Sous le signe de l’égalité, le mot se conjugue au mythe de la redistribution égalitaire des richesses ; sous celui de la solidarité, il pose la question d’une réorganisation du travail (le débat de 1992), à moins qu’il ne se contente de l’ouverture pour l’hiver de quelques locaux vides dans le Paris de la purification paupériste ; sous celui de l’équité, enfin, il étend le travail de nuit, du dimanche, en horaires flexibles, à la carte... du patronat.

  • 1 "Ne se contentant pas de partager également les terres [...] il ôta à ses concitoyens la propriété (...)

2Politiquement, partage est né chez Babeuf et les "égaux" de la Révolution de 1793 et a grandi avec les prémices de celle de 1848. Sa valeur égalitaire (la part à laquelle chacun a droit, de nature) avait partie liée, sous la bannière du babouvisme, avec suffisance, besoins, et, bien sûr, égalité. Ce trio trouve son modèle dans le mythe de Lycurgue relancé par Mably1 :

"L’égalité de fait n’est pas une chimère [...] il était parvenu à instituer ce système admirable, où les charges et les avantages de la société étaient également répartis, où la suffisance était le partage imperdable de tous et où personne ne pouvait atteindre le superflu [...]. Tout ce qu’un membre du corps social a au-dessous de la suffisance de ses besoins [...] est le résultat d’une spoliation [...]. Tout ce qu’un membre du corps social a au-dessus de la suffisance de ses besoins [...] est le résultat d’un vol [...]. Marchons franchement à l’égalité" (Babeuf, Manifeste des Plébéiens, 1795).

3Dans le débat sur la "question sociale" des années 1840, la famille de partage se charge d’affectivité. Les chansonniers quarante-huitards rivalisent dans les rues : à ceux qui, tel Lachambaudie, chantent l’utopie ("Tous les produits à tous seront communs"), les anti-communistes de l’époque répondent : "Le fainéant veut le partage", ce qui s’interprète ainsi : le gréviste révolutionnaire imposera l’égalité absolue. Partageur, vieux mot du 16e siècle sans visées sociales mais devenu, semble-t-il, repoussoir, s’applique, chez Michelet, au bon docteur Cabet lui-même, théoricien de l’Icarie, malgré la distinction, que ce dernier fait sienne en 1842, entre Communistes unitaires (prônant le mariage) et Communistes égalitaires, qui vont jusqu’au "partage amiable et religieux en amour" (Fourier). Plus populaire, c’est le nom de partageux qui se transforme dès 1848 en une insulte politique généralisée. Dans son Histoire de la révolution de 1848, L. Gallois en porte témoignage :

  • 2 Histoire de la révolution de 1848, Paris, Naud, 1851, tome 2, p. 393.

"Les cris de fureur poussés à Paris par les réactionnaires contre les communistes retentirent dans les départements les plus éloignés de la capitale et on y invente, pour les républicains en général, le mot de partageux"2.

4Bref, le mot fait peur aux propriétaires. Le spectre de la "Loi agraire" s’agite en coulisse. Le poète ouvrier Landragin chante sous Napoléon 3 :

Nous tremblons de peur sans pareille
De voir un jour les partageux
Venir nous couper les oreilles.
C’est bien nous les plus malheureux !"
("La Romance des propriétaires", Chansons d’un homme libre)

5A l’issue d’un siècle d’histoire, qui traversera la Commune, les dénommés égalitaristes, communistes, anarchistes et autres partageux parviendront jusqu’à nous marqués à l’extrême gauche, en rouge ou en noir, tel le Macquart de Zola qui rêve de "partager avec les riches" (La Fortune des Rougon, 1871). On ne s’étonnera donc pas qu’après l’opprobre dont ils furent victimes, un siècle durant, les termes du partage (égal) aient disparu des discours de gauche.

6Les voici de retour en politique, de nos jours, si l’on en croit les motions du congrès socialiste de Rennes (mars 1990). Egalité, le nom du journal de Guesde (1877) sert de titre à l’une des contributions de courant. Partage l’accompagne dans la plupart de ces textes, où les deux mots se trouvent associés ensemble à solidarité, voire à l’expression de "nouvelles solidarités", diffusée par la CFDT ; mais il s’agit de "partage de la croissance", "partage des fruits de la croissance". Rares dans ces textes, les occurrences de la formule partage du travail. (Le Ministère du temps libre était pourtant une initiative socialiste)...

7Cette formule ne date pas d’aujourdhui. Elle porte la marque des temps du paupérisme où elle est née. De lointains ancêtres, corporatistes, l’avaient définie techniquement, au début du 19e siècle, entrainant le mot très loin des utopies égalitaires. Examinons, par exemple, cette pétition des chapeliers lyonnais adressée au préfet du Rhône :

"Ils vous supplient de faire agréer le partage du travail qui se fait dans chaque fabrique par toute la masse des ouvriers fouleurs, sans que cette augmentation double le prix du salaire. C’est à dire, un maitre occupe seulement trois ouvriers : eh bien, six feront cet ouvrage et ne retireront que ce qui revient aux trois parce que ceux-ci diviseront le produit" (pétition des ouvriers fouleurs, 3 décembre 1817).

8Notre partage, on le voit, a des ancêtres assez contradictoires. C’est pourquoi il peut confondre de nos jours plusieurs modes et traditions de pensée.

9D’une part, le mot garde, à l’extrême-gauche, un reste des connotations révolutionnaires héritées de Babeuf, des utopistes, des quarante-huitards et des communards. Ecoutons, par exemple, Ariette Laguiller répondant à la télévision sur ce qu’elle voit dans l’avenir : "On peut, bien sûr, avoir la barbarie et non une société communiste, au sens de communautaire, du partage" (L’heure de vérité, 16 mars 1995). Robert Hue lui fait écho, à l’émission Carnet de campagne : "Je vais vous dire ce qu’il y a derrière le mot de communisme : il y a le mot de partage, le mot Commune" (31 mars 1995).

  • 3 En Mai 68, le père J. Wresinski, fondateur d"’ATD quart-monde", apostrophait en son nom les étudia (...)

10D’autre part, au sens économiste, d’origine corporatiste, est venue se mêler une vision syndicalo-chrétienne3, qui a lancé dans notre société moderne un énorme débat sur le partage du travail. Le "plan intérimaire" de M. Rocard pour 1982-83 y participait : "Le partage du travail passe par une réduction programmée du temps de travail, mais il suppose aussi de réduire les inégalités devant l’emploi et d’accroitre la solidarité devant le chômage". Après murissement lors de nombreuses confrontations, dans le cadre, par exemple, de l’association et du mensuel Partage (M. Pagat), nés dans les années 80, celui-ci s’est cristallisé en 1992. La discussion menée alors entre syndicalistes, socialistes et écologistes (G. Aznar, P. Larrouturou, A. Lipietz, D. Mothé...) a percé plus loin que les voeux pieux ; certains à droite se sont même emparés du terme, jusqu’à reprendre au vol le slogan des "32 heures" et la formule de la "semaine de quatre jours" (J. Y. Chamard, G. De Robien). Partage peut même se retrouver en très curieuse compagnie dans certains discours à la Minc...

11Tour à tour donc révolutionnaire puis utopiste, réaliste mais évangélique, ce mot-carrefour s’est enrichi d’ambigüités. Qui dit "partage" prône-t-il la redistribution des biens dans l’ensemble de la société ou se résout-il seulement à répartir entre un plus grand nombre de travailleurs le salaire de quelques-uns ? Fait-il du "partage" une obligation morale envers les démunis ou une simple technique anti-chômage sans dommage pour les profits ? Pense-t-il faire payer l’effort de solidarité aux seuls salaires ou à tous les revenus (avec pour thème associé : justice et transparence dans les impôts) ? Attention aux mots qui lui font la cour ! Partage n’accompagne pas tout à fait égalité dans sa relance discursive. Il n’est que nostalgiquement communiste. Il ne se trouve pas encore mobilisé dans la mouvance de la nouvelle équité. Deviendra-t-il un mot de la "deuxième gauche" ?

12Laissons-le au seuil de ces aventures politiques. Elles sont loin d’être achevées. Car le terme peut autoriser, on le devine, tous les glissements. Bien des néo-libéraux en effet le guettent, prêts à entrer en campagne sous sa bénédiction, les frayeurs propriétaires des paysans du siècle dernier s’étant apaisées. Nous le retrouverons peut-être bientôt... quoiqu’il paraisse engager, pour l’instant du moins, plus loin qu’on ne le voudrait, sous le sourcil vigilant de l’abbé Pierre. Jusqu’à présent, ni E. Balladur (pas plus dans son Dictionnaire de la réforme que dans sa déclaration de candidature) ni J. Chirac (dans La France pour tous, 1er volume) n’y ont eu vraiment recours. A votre bon coeur, pourtant...

Notes

1 "Ne se contentant pas de partager également les terres [...] il ôta à ses concitoyens la propriété de leurs terres" (Mably, De la législation, 1776). Prédécesseur, Jean Bodin : "Agis voulut proceder à un nouveau partage des terres afin d’egaler les biens, comme Lycurgue avoit fait" (Republique, 1577).

2 Histoire de la révolution de 1848, Paris, Naud, 1851, tome 2, p. 393.

3 En Mai 68, le père J. Wresinski, fondateur d"’ATD quart-monde", apostrophait en son nom les étudiants en révolte : "Allez donc partager votre savoir dans la rue, allez à la rencontre du savoir de ceux dont l’Université est dans la rue !" ; d’où, la "semaine de l’avenir partagé" (cité dans Feuille de route quart-monde, 221, mai-juin 1993, p. 1).

Notes de fin

* Chronique parue sous une autre forme et sous le titre "Un partage à partager", dans Mots, 42, mars 1995, p. 110-112.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540