Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Le parler vrai, néologisme politique*

Texte intégral

  • * Chronique parue dans Mots, 22, mars 1990, p. 97-100.

"Parler vrai. Si j’avais touché des droits d’auteur sur l’emploi de la formule, ma fortune serait faite [...]. J’ai voulu enrichir la politique d’une notion, mais c’est plutôt le vocabulaire qui s’est accru d’une expression. Elle est devenue rituelle et - paradoxe - figure parmi les stéréotypes qu’elle entendait combattre".
Michel Rocard, Le coeur à l’ouvrage, Paris, Seuil-Jacob, 1987, p. 292.

  • 1 F. J. Hausmann, "Langue de bois. Etude sur la naissance d’un néologisme", Französische Sprachlehre (...)
  • 2 Voici la citation : "Un certain style politique, ou un certain archaïsme politique, est condamné. (...)
  • 3 M. Rocard, Parler vrai, Paris, Seuil, 1979.

1Pour pointer un néologisme à l’oeuvre, il ne suffit pas de dire, comme F. J. Haussmann1, que l’expression parler vrai serait née au cours d’un entretien de Michel Rocard avec Jacques Julliard qui se serait tenu le 8 janvier 1979, et encore moins d’ergoter sur cette date, ainsi que je le fais à l’instant, en remarquant d’une part que la citation fournie à l’appui est en réalité tirée d’un texte antérieur, du 19 septembre 1978, et d’autre part qu’il ne s’agit dans cette citation ni de "parler vrai" (mais de "parler plus vrai"), ni de la locution nominale "le parler vrai" (mais d’une simple expression verbale)2. Bref et quoi qu’il en soit, pointons, pour dater le phénomène ou sa résurgence, l’an 1979, puisque c’est cette année-là qu’a paru justement en librairie l’ouvrage de M. Rocard intitulé Parler vrai3, et n’en parlons plus.

2Le vrai problème linguistique est ailleurs. Il concerne successivement l’adverbialisation d’un adjectif après le verbe parler, la collocation d’un verbe avant le terme vrai, puis la nominalisation de l’expression verbale ainsi formée et sa diffusion populaire. La création du néologisme vient s’inscrire dans ce moule, se muant à son tour en processus dynamique de transformation et de création : ce qui constitue le véritable acte néologique. Expliquons-nous.

3L’adverbialisation d’un adjectif à la suite d’un verbe d’action est un procédé très ancien du français ("Voire mais, dit le Picrochole de Rabelais, nous ne bûmes point frais"). Avec le verbe parler, les couplages sont nombreux. En voici quelques uns, tirés pour la plupart du TLF :

chez Chateaubriand : "parler clair" (1848)
chez le Vicomte de Voguë : "parler fort" (1899)
chez R. Bazin : "parler haut" (1907)
chez Colette : "parler gras" (1920)
chez P. Nizan : "parler gros" (1932)
chez G. Bernanos : "parler net" (1943) mais déjà La Fontaine !
chez J. Gaillot : "parler libre et vrai" (1989)

4De ce point de vue, la locution verbale parler vrai ne fait qu’ajouter une variante (au demeurant déjà rencontrée - chez Molière !) à un schème parfaitement intégré à la langue. L’invention néologique de Michel Rocard ne se situe donc pas là.

5Si l’on prend l’expression à rebrousse-poil en examinant les verbes associés et, aujourdhui, antéposés à vrai, adjectif adverbialisé, on découvre une autre série tout aussi ancienne : dire vrai, sonner vrai, faire vrai, jouer vrai, écrire vrai... Le Robert cite même, quoiqu’à la rubrique "nez", cette attestation de Diderot : "Veux-tu que je te parle vrai. On m’a pris pour une espèce de benêt qu’on se promettait de mener par le nez" (Jacques le Fataliste, 1773). Comme souvent, l’antéposition d’un adjectif invariable a précédé sa postposition. La locution à vrai dire a précédé à dire vrai. Le terme figé de franc-parler se trouve déjà recensé dans le dictionnaire de l’Académie de 1827. Du point de vue de l’adjectif adverbialisé non plus, le "parler vrai" rocardien n’est pas néologique.

6Il ne le devient - peut-être - qu’à la troisième étape : la nominalisation de l’expression. Mais là encore bien des exemples anciens préexistent, tel celui du franc-parler, justement. Diderot : "Je dis les choses comme elles me viennent... J’use en plein de mon franc parler" (Le Neveu de Rameau, 1762-73). Autre série : à l’imitation de franc-tireur (Acad. 1842), Le Franc-parleur fait le titre d’un journal ouvrier révolutionnaire diffusé à Saint-Quentin entre 1887 et 1889. Un grand-parleur (Flaubert), un beau-parleur (Zola) sont plus anciens encore - avec toutefois la possibilité d’une double marque du pluriel. Selon le TLF, le haut-parleur (anglais "loud-speaker", 1884) est attesté en français en 1898.

  • 4 Les citations datées de 1985-1986 sont extraites de l’article de F. J. Hausmann. op. cit.

7C’est donc surtout la productivité du modèle qui compte, sa capacité à susciter imitations et variantes, bref à s’incruster dans l’usage et, au-delà, à faire la langue. C’est ce dernier aspect qui intéresse un linguiste. Le champ socio-politique s’est ouvert en grand aux imitateurs-novateurs, une fois mis en vedette "le parler vrai" rocardien. Titre d’un livre sans l’article, ce qui laisse entendre qu’il s’agit encore de la locution verbale, Parler vrai devient la proie des journalistes, qui citent alors à qui mieux mieux "le parler vrai de Rocard". S’agit-il du livre lui-même, de son titre ou de ce qu’il représente, d’une présentation nominale de l’expression verbale ou n’est-ce pas déjà en soi la nominalisation d’une locution figée ? Les attestations des années 80 concluent en faveur de la troisième hypothèse4 :

"A force de prudence son propos est apparu bien conventionnel, parfois très approximatif. Le parler vrai, au gout du jour, a ses limites. M. Léotard l’a, semble-t-il, mesuré" (Le Monde, 8.5.1985).

"Il [L. Fabius] n’est pas un tueur pressé. [...] Le soin qu’il met à s’en tenir au parler vrai - comme son rival numéro un - en dépit des pressions électoralistes, signifie simplement, en l’occurrence, que ses intérêts personnels à moyen et long terme coïncident parfaitement avec ses intérêts politiques immédiats" (Le Monde, 16.6.1985).

"Les Américains ont compris qu’il y a deux manières complémentaires de lutter contre le cancer : la recherche médicale et le parler vrai" (Le Monde, 18.7.1985).

"Le couple parler vrai et langue de bois peut être considéré comme la réapparition de l’éternel antagonisme entre le devoir moral qu’a l’individu de dire la vérité et la vertu sociale du mensonge" (F. J. Hausmann, 1986).

"Les vents qui ont fait perdre la tête à la capitale portent des noms étranges : glasnost (la transparence, le parler vrai) et perestroïka (la reconstruction, la refonte)" (Nouvel Observateur, 24.7.1987).

"Son souhait [de M. Rocard] de concilier parler vrai, justice sociale et bonne gestion est louable, mais..." (Le Monde, 18.10.1988).

"Michael Dukakis a été accusé de manquer de charisme parce qu’il [...] pratiquait un parler vrai dont ses concitoyens ont complètement perdu l’habitude" (Politis, 4.11.1988).

"Ce matin j’ai pris une leçon de démocratie. Parce qu’on parle souvent du parler vrai, mais ce matin j’ai entendu des discussions sur cinq amendements et figurez-vous que pour une fois j’ai tout compris" (Jacques Delors, Carrefour des initiatives, Congrès CFDT, Strasbourg, 25.11.1988).

8Cette floraison de "parler-vrai" politiques, chez Rocard, Léotard, Fabius, Delors et autres, interprètes de Dukakis ou de Gorbatchev, va de pair avec une multiplication des variantes expressives, où résonne non sans ironie ou humour la connotation politique préenregistrée, qu’elle joue sur vrai, sur parler ou sur les deux :

"L’antivérité ou le vrai mentir" (libre opinion de Joseph Jacquet, responsable CGT, dans Le Matin du 1er octobre 1980).

"Parler vrai, c’est respecter la réalité.[...]. Au gouvernement il faut surtout agir vrai" (M. Rocard, L’Express, 17.5.1985).

"... penser clair, parler vrai, agir juste" (M. Rocard, A l’épreuve des faits, préface 1985).

"Le filmer vrai, de Méliès à Fellini. Le jeu du faux-semblant" (Le Monde, 23.3.1989).

J. P. Coffe, Le vrai vivre, 1989.

"N’allez pas croire que la langue de bois est une spécialité du premier venu. Loin de là ! Le parler-faux s’apprend. Le parler-creux s’étudie. Le parler-nul se cultive" (L’Echo des savanes, n° 71, 1989).

"La cène chez les apôtres du manger cru. [...]. Le maitre des lieux, G. C. Burger, professe le manger cru" (Libération, 6.4.1989)

  • 5 Le s du pluriel peut s’étendre de celui-ci à celui-là par analogie, et pourtant les parlers vrais (...)

9Du point de vue de l’histoire transformationnelle des termes, une remarque importante est à faire, bien qu’absente des dictionnaires et des grammaires. "Le parler vrai, franc, clair..." est produit au terme d’une séquence de transformations très différente de celle qui préside à des expressions comme "un parler incorrect, affecté, vulgaire...". Dans le premier cas, la nominalisation de parler vrai (au sens de discours de vérité) est postérieure à la construction de l’expression verbale ; dans le second à l’inverse, il s’agit d’une nominalisation très ancienne de parler au sens de "langage" (12e siècle) qui a été suivie d’un adjectif. Vrai est un adverbe, théoriquement invariable en nombre, dans le premier cas ; incorrect reste un adjectif qualifiant, donc variable, dans le second5.

10Le parler vrai, qu’il vienne de Rocard, de Mendès-France ou de Diderot, a eu, on le voit, de nombreux succédanés et avatars socio-politiques au cours de nos années 80 ; mais il a entrainé surtout une conséquence proprement linguistique : il a introduit un jeu dans le discours sociopolitique, jeu où tous les clins d’oeil sont permis entre journalistes et lecteurs. La preuve qu’il a "pris" réside dans ce fait d’essaimer les emplois et d’opérer à son tour en modèle combinatoire. La vraie datation néologique est celle de l’usage créatif.

Notes

1 F. J. Hausmann, "Langue de bois. Etude sur la naissance d’un néologisme", Französische Sprachlehre und Bon Usage, München, Hueber, 1986, p. 93.

2 Voici la citation : "Un certain style politique, ou un certain archaïsme politique, est condamné. Il faut probablement parler plus vrai, plus près des faits" (M. Rocard, A l’épreuve des faits. Textes politiques 1979-1985, Paris, Seuil, 1986, p. 166).

3 M. Rocard, Parler vrai, Paris, Seuil, 1979.

4 Les citations datées de 1985-1986 sont extraites de l’article de F. J. Hausmann. op. cit.

5 Le s du pluriel peut s’étendre de celui-ci à celui-là par analogie, et pourtant les parlers vrais ne sont pas des langages "véritables" mais des discours "pour dire la vérité".

Notes de fin

* Chronique parue dans Mots, 22, mars 1990, p. 97-100.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540