Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Des otages mis en demeure*

Texte intégral

  • * Chronique parue dans Mots, 25, décembre 1990, p. 95-98, sous le titre : "D’hôte à otage, comment e (...)

"Samedi pour la première fois, le mot otages jusqu’ici tabou a été prononcé par l’ambassadeur américain à l’ONU [...]. Le Quai d’Orsay recommandait aux journalistes il y a quelques jours de ne pas employer le mot otages, qui a une connotation émotionnelle trop forte [...]. Les Irakiens s’évertuent également à ne pas employer le mot otages et Saddam Hussein, dans sa dernière déclaration radio-télévisée d’hier, a évoqué ces étrangers retenus en tant qu’invités" (Libération, 20 aout 1990).

"M. Le Pen, quant à lui, [...] est contraint de tenter un repli en bon ordre, en s’étonnant soudain que les ressortissants étrangers de sexe masculin, retenus en Irak, n’aient pas la faculté de quitter le pays, alors que les femmes et les enfants sont libérés. Le président du Front national amorce ainsi un virage vers la reconnaissance de la condition d’otages faite par M. Saddam Hussein à ses hôtes" (Le Monde, 12 septembre 1990).

1Si l’origine du mot hôte n’a guère été mise en question (il s’agit de la famille latine d’hostem, hospitem), celle d’otage en revanche fait encore aujourdhui l’objet de controverses. Une tradition, maintenue dans les dictionnaires anglais, quoique devenue douteuse, rattache ce dernier terme à la famille d’obsidem, porteuse des valeurs "gage", "caution", par l’entremise d’une forme non attestée qui aurait pu être *obsidàticum. Parmi les critiques émises, trois battent fortement en brèche une telle hypothèse : le fait de devoir passer par une forme inventée, le sème de l’hébergement, constatable dans les premiers emplois médiévaux, et la phonétique historique, laquelle s’oppose au passage qu’il faudrait accepter d’un d sonore originel à un t sourd d’aboutissement, et cela à l’initiale d’une syllabe accentuée ("On devrait avoir odage", observait pertinemment Albert Dauzat).

  • 1 G. Gougenheim, Etudes de grammaire et de vocabulaire français, Paris, Picard, 1970, p. 226-228.

2Une seconde tradition, inaugurée au 18e siècle par Le Duchat, reprise par W. Meyer-Lùbke et O. Bloch et instituée par les dictionnaires étymologiques français, penche plutôt vers l’idée d’une source identique pour hôte et pour otage (un hospitagium dérivé d’hospitem existerait en latin médiéval). Faut-il alors, en dépit des anciennes gloses latin-français, laisser obsidem sans postérité française et conclure en faveur de la seule source hospitem, qui serait porteuse dès l’origine d’une ambigüité d’emploi ? Ou bien, ainsi que le rappelle Georges Gougenheim1 entre autres hypothèses, deux mots différents se seraient-ils confondus pendant le haut Moyen-Age, le transfert du h d’hoste à hostage comme la transformation du d en t étant les signes de cette confusion ?

3La première hypothèse est de loin la plus simple et la plus satisfaisante. Oui, l’ambivalence était originelle. En latin, l’hôte s’est dit hostis, hostem (l’étranger) puis hospes, hospitem (formé par hostis + pets) où se marquent pouvoirs et devoirs du maitre de maison envers l’étranger reçu chez lui et considéré comme son égal. Le trait le plus caractéristique de la série, au dire d’Emile Benveniste, réside dans cette égalité de l’accueillant et de l’accueilli et dans la réciprocité des dons qui s’ensuit. Festus reconnait aux hostes "les mêmes droits qu’au peuple romain". Aussi l’hôte est-il, en latin comme en français, en même temps que l’invitant, un étranger bienvenu, pourvu d’un statut particulier fait d’égalité et de réciprocité (l’hostia, à la différence de la victima, n’est-elle pas une compensation rituelle offerte aux dieux ?)

4Il arrive que ce statut protecteur soit violé, ou nié (l’histoire passant du clan à la nation, suggère E. Benveniste) ; la série prend alors deux voies divergentes, la voie traditionnelle qui maintient les règles de l’hospitalité appliquées tant à l’hôtel ou l’hostellerie qu’à l’hôpital ou à l’hospice, maisons d’accueil aujourdhui diversifiées, et celle, toute contraire, de l’étranger-ennemi, d’où viennent hostile, hostilité et sans doute otage... Se retrouvent chez Cicéron aussi bien l’expression d "hospes meus" (mon invité) que celle d"’hostis suorum" (l’ennemi de la famille).

5La difficulté est sémantique. Car voilà un terme, otage, qui, tout en faisant partie de la lignée restée xénophile, puisqu’issue d’hospes, s’est retourné contre elle. L’hôte accueilli est devenu prisonnier marchandé.

6L’ostage ou hostage apparait dans la Chanson de Roland (1100) à plusieurs reprises. En analysant chaque occurrence, G. Gougenheim est conduit à ré-apparier deux valeurs du mot, celle de "accueil, demeure" (hostagier a d’abord signifié loger quelqu’un) et celle d’"échange, caution". Le roman d’Eneas (1160), au héros bien accueilli, donne un exemple du premier sens, avec la reine de Carthage "qui molt lui faisoit bel ostage" (lui ouvrait les bras). La Chanson de Roland illustre surtout le second, ainsi qu’il apparait dans l’histoire de ces garants (les "pièges") que Thierri et Pinabel doivent, l’un et l’autre, livrer à Charlemagne, avant de s’affronter en combat singulier. En échange de trente parents retenus en gage, Charlemagne rend à chacun son gant ("Li emperere li recreit par hostage" : "L’empereur le lui rend moyennant un otage", traduit Gougenheim). Pinabel, le champion de Ganelon, ayant été vaincu par Thierri, ses garants "en ostage rendu" (en caution) furent considérés par les Francs comme solidaires de la faute et passés au fil de l’épée. Dans ces deux "ostages" d’Enéas et de Roland, il ne faudrait donc pas voir deux termes d’origine différente, ainsi que le font encore certains dictionnaires d’ancien français à la suite du Godefroy, mais au contraire être attentif à leur lien originel très fort, celui de la détention pour garantie. "Ce qui caractérise l’otage et le différencie des autres gages, écrit G. Gougenheim, c’est qu’il doit être logé par son détenteur." Il y aurait eu glissement métonymique, du contenant (la demeure) à l’acte (la détention) et au contenu (le détenu).

7L’histoire latine se reproduit, on le voit : l’hôte reçu tombe sous la loi et au pouvoir de l’hôte invitant. Il peut y trouver sa sauvegarde (droit d’hospitalité) autant que son malheur (soumission du prisonnier à la règle des violences réciproques). Logique du don et du contre-don.

8Le Roman de la Rose de Jean Renart (1227) illustre le côté loyal de cette logique en décrivant ces chevaliers qui accourent auprès de Guillaume de Dole pour racheter leurs compagnons d’armes ("raiembre") ou s’offrir en échange ("ostagier"). Côté tragique, dans Les Juifves de Robert Garnier (1583), le choeur des reines s’élève contre la violence que leur fait le roi en séquestrant leurs enfants :

Le prévost : "Il veut, pour s’asseurer, des hostages avoir

Les roynes : "Las ! que tout autre cas plustost il nous commande,
Retienne le royaume et nous-mesmes, plustost
Que prendre nos enfans en hostager dépost !"

  • 2 J. Pauchan, P. Masfrand, Oradour sur Glane, vision d’épouvante, Limoges-Paris, Charles-Lavauzelle, (...)

9Les jeux d’aujourdhui renouvellent ceux d’hier. Avec toutefois, pendant l’occupation nazie, une différence de taille : la rafle d’otages pouvait se produire après l’évènement. Ont souvent été appelés otages des condamnés d’avance, en vertu de faits déjà accomplis par d’autres. Les otages ne sont plus retenus pour caution mais fusillés en représailles. Il n’y a même plus "mise en demeure" : c’est la vengeance pure comme une punition collective. Le TLF fournit cette citation d’Eisa Triolet : "Les Boches [...] ont encore pris dix otages à cause du train qui a sauté dans le voisinage"(1945). L’otage est pris entre ces représailles et la menace que fait peser alentour l’exemplarité de sa mort : à Oradour sur Glane, "partout des otages sont massacrés"2. Le terme, signe d’un objet de contrat devenu objet de chantage, irait-il jusqu’à nier la notion de marchandage, même cynique ? On passerait alors, en poursuivant cette évolution, de l’hostia à la victima et de la caution au talion.

10Mais le mot tient bon à la duplicité de ses origines. Les jeux de donnant-donnant pratiqués au Moyen-Orient sur des hôtes-otages nous le prouvent. Le glissement a repris de l’un à l’autre : l’"invité" retenu sert à faire chanter, double sens de sa "mise en demeure". L’histoire n’en finira donc jamais de jouer avec les mots et avec les gens !

Notes

1 G. Gougenheim, Etudes de grammaire et de vocabulaire français, Paris, Picard, 1970, p. 226-228.

2 J. Pauchan, P. Masfrand, Oradour sur Glane, vision d’épouvante, Limoges-Paris, Charles-Lavauzelle, 1945, p. 141.

Notes de fin

* Chronique parue dans Mots, 25, décembre 1990, p. 95-98, sous le titre : "D’hôte à otage, comment en est-on venu là ?".

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540