Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Lien et/ou linkage*

Texte intégral

  • * Note inédite préparée pour Libération, 1991.

1Sous le signe du lien n’est pas seulement le titre du merveilleux bouquin de Boris Cyrulnik, c’est aussi une affaire de géopolitique. On le voit à propos de la guerre du Golfe : les "solutions arabes" présentent un inconvénient, écrivait le Nouvel Observateur, "elles établissent ce fameux ‘ lien ’ entre évacuation et conférence sur le Proche-Orient dont les Etats-Unis ne veulent pas entendre parler" (17 janvier 1991). Alors que F. Mitterrand tendait une dernière perche à S. Hussein en évoquant un "lien" en français, J. Baker refusait le terme "linkage" en anglais. Pour préciser la portée de l’arabe "rabt", d’autres expressions, dans les discours de S. Hussein ou leur traduction, alliaient "lien" et "solution globale" (Le Monde, 13 janvier) ou "linkage" et "package deal" (Libération, 16 janvier). Puis silence ; les armes parlent seules. Voici que les mots ressortent au moment d’organiser la paix, et M. Lindon agrafe ensemble les deux termes lien et linkage dans le Libération du 14 février dernier. Est-on certain qu’ils aient le même sens ?

2La même signification certainement, si l’on en croit les dictionnaires. L’Oxford glose le verbe par to connect, to join..., le Larousse par attacher, joindre... Mais faut-il croire les dictionnaires, qui s’imaginent que les mots existent en l’air, hors des situations d’emploi ? En fait les deux séries lexicales n’ont ni la même origine, ni surtout les mêmes connotations. Lier et lien contractent les latins ligare et ligamen, au sens fort de nouer et de bandage ; to link et linkage viennent, comme to tie, du vieux norrois et s’apparentent au suédois länk, le mot linkage désignant non le lien mais l’acte de le faire (on disait en vieux français liure et liement, remplacés par ligature). Qu’il existe dans les deux langues d’autres termes, concrets ou abstraits, tels joint ou obligation (ob-ligare, lier l’un contre l’autre), et derrière tout cela des racines indo-européennes identiques (joint, joug, jument, conjuguer, religion et yoga sont bien apparentés...) ne nous dit rien sur leurs valeurs présentes. Ce n’est pas l’étymon qui est responsable du sens, mais l’usage des mots dans les situations de l’histoire.

3De ce point de vue, il semble que linkage soit resté très technique dans ses emplois, alors que lien concerne un champ plus vaste et parfois plus relâché de relations, des "liens sacrés du mariage" aux "doux liens" de la préciosité, métaphore que linkage n’a, semble-t-il, jamais portée. Il semblait donc plus aisé, avant la bataille, de jouer sur lien, dont la souplesse n’entrainait rien d’absolument obligatoire, que sur linkage aux jonctions concrètes et plus résistantes. Mais le discours international, liant les termes en les forçant à s’intertraduire, ils posent aujourdhui de conserve le même problème israélien-palestinien : comment "obliger" (étymologiquement ob/lier !) deux frères ennemis, "quand les goélands planent à la pointe rocheuse"...

Notes de fin

* Note inédite préparée pour Libération, 1991.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540