Version classiqueVersion mobile

Filles du peuple ?

 | 
Romain Benini

Première partie. De la chanson aux chansons dites populaires pendant la IIe République : constitution d’un objet

Chapitre 3

Approche lexicale et discursive : représentations du peuple

Texte intégral

Le peuple et le populaire (au xixe siècle)

L’adjectif populaire

1On a vu comment, de la fin du xviiie siècle à 1848, l’idée d’une chanson populaire devenait courante, et comment celle-ci pouvait avoir différentes réalités. Si l’on a donné une définition de la chanson et tâché d’observer les objets qui pouvaient être désignés par ce syntagme de chanson populaire, on n’a pas questionné précisément l’usage de cet adjectif. Il reste en effet à penser la spécificité du populaire au xixe siècle, et plus particulièrement autour de la IIe République.

  • 1 Cette précaution a quatre raisons principales : d’une part, étant donné l’ampleur du travail lexic (...)

2On essaiera de le faire dans un premier temps à travers l’analyse de définitions données dans différents dictionnaires du xixe siècle. La production des définitions lexicographiques et leur représentativité culturelle étant difficilement quantifiables et assignables à une période précise, on a choisi de prendre un échantillon qui couvre la partie centrale du siècle, c’est-à-dire les années 1830 à 1870, une période qui s’étend donc d’environ vingt ans avant la révolution de Février à environ vingt ans après la fin de la République1. Les dictionnaires concernés sont, dans l’ordre chronologique de publication, ceux de François Raymond (1832), de l’Académie (6e édition, 1835), de Charles Nodier et Victor Verger (1835), François Noël et Carpentier (1839), Charles Martin (1841), Pierre Boiste (1851), Prosper Poitevin (1855), Pierre Larousse (1856), Louis-Nicolas Bescherelle (1856), Pierre Larousse (1874) et Émile Littré (1873-1874).

  • 2 L’adjectif populaire est un emprunt au latin popularis, lui-même dérivé suffixal du substantif lat (...)
  • 3 À l’instar de Marie-France Piguet, on entend ici par mot « le signifiant linguistique dans son uni (...)
  • 4 Geneviève Bollème proposait elle une répartition plus fine en trois ou cinq acceptions, qu’elle co (...)

3Les premiers traits définitoires de l’adjectif populaire2 sont quasi identiques dans toutes les définitions : « qui est du peuple, qui concerne le peuple, qui appartient au peuple ». On trouve cette exacte succession chez Raymond, l’Académie, Nodier, Poitevin, Bescherelle et Littré. Les auteurs restants proposent d’autres juxtapositions, adjoignant notamment à l’appartenance au peuple la tension vers le peuple, à l’instar de Larousse, qui, en 1856, ajoute à « qui est du peuple » et à « qui concerne le peuple » le troisième terme « qui se concilie l’affection du peuple ». En 1874, le même Larousse rectifie : « Populaire […] : qui appartient, qui a rapport au peuple ; qui lui convient, lui est favorable ». Les différents sens du mot3 populaire peuvent donc se diviser d’abord en deux grands groupes : d’un côté ce qui vient du peuple (ce dont le peuple est l’origine, ce qui appartient au peuple), et de l’autre ce qui est dirigé vers le peuple (ce qui le concerne, ce qui lui est favorable). Ces deux ensembles sémantiques se modulent selon l’entité dont il est question, que ce soit une idée, un objet, un individu, un gouvernement, etc.4

4Un dernier élément sémantique fréquent dans les ouvrages étudiés et que Nodier et Verger mentionnent les premiers est la recherche de l’assentiment du peuple, c’est-à-dire une tension vers lui qui attend la confirmation par lui d’une appartenance à l’ensemble peuple, en faisant finalement se répondre les deux grandes aires sémantiques de l’adjectif populaire. Nodier et Verger l’évoquent ainsi : « – Qui cherche à s’attirer la bienveillance du peuple. Se rendre populaire ». Il y a bien, dans cet élément, l’idée d’une transformation au terme de laquelle on accède au populaire comme de l’extérieur : ce qui « cherche à s’attirer la bienveillance du peuple » n’est pas nécessairement du peuple a priori, mais vise à accéder à cette appartenance. En un mot, ce dernier trait sémantique correspond au devenir peuple, quand les autres composantes renvoyaient plutôt à un être peuple et à un être pour le peuple.

  • 5 Voir par exemple la définition donnée en B par le TLFi : « 1. Qui concerne l’ensemble d’une collec (...)

5Une seule définition, celle de Boiste, propose une acception quelque peu divergente de l’adjectif populaire, à propos de l’expression « vérité populaire », pourtant prise en compte par plusieurs des ouvrages recensés. Quand, par exemple, Raymond, Poitevin et Bescherelle glosent « vérité populaire » ou « cette vérité est populaire » par « [vérité] répandue même / jusque dans le peuple », Boiste propose, lui, brièvement : « très-répandu ». Cette acception divergente est l’une des plus courantes à partir du xxe siècle, dans la mesure où, notamment pour les chanteurs et les artistes de tous genres, la qualification de populaire signifie très généralement « à succès », « renommé » ou plus simplement « connu du plus grand nombre »5. La définition du populaire par le peuple, qui peut sembler être une conséquence sémantique logique de la dérivation affixale, n’est donc pas une évidence, et il existait déjà au xixe siècle une possibilité d’emploi qui ne nécessitait pas la référence au peuple, même si cet emploi semble extrêmement minoritaire, du moins pour les lexicologues de l’époque. Il n’en reste pas moins qu’à l’étude de toutes ces définitions, malgré tout, l’usage dix-neuviémiste de l’adjectif populaire reste dépendant de l’idée de peuple : le substantif peuple est omniprésent, et la catégorie du populaire ne semble pas vraiment, au milieu du xixe siècle, pouvoir se définir autrement que par un rapport avec l’entité qu’il désigne. C’est pourquoi, afin de penser le populaire et les représentations qu’il suppose à cette époque, il est nécessaire de penser le peuple.

Le substantif peuple en question

  • 6 Le « discours social » est ainsi défini par Marc Angenot : « Tout ce qui se dit et s’écrit dans un (...)
  • 7 Marie-France Piguet, Classes, ouvr. cité, p. 21.
  • 8 Alain Pessin, « Le mythe du peuple au xixe siècle », Le peuple. Figures et concepts, entre identit (...)

6Durant toute la période centrale du siècle, le discours social6 est saturé de références au peuple. Les penseurs d’alors, écrivains, historiens, scientifiques ou hommes politiques, tentent tous de comprendre cette notion et le référent qu’elle désigne, et le xxe siècle a redécouvert cette problématique, en essayant a posteriori de comprendre le phénomène. D’un point de vue historique, la notion de peuple devient un point d’articulation majeur de la pensée sociale et politique à partir de la Révolution française. Marie-France Piguet explique ainsi qu’elle a trouvé, entre 1789 et 1799, plus de 2 700 occurrences du mot dans la base de données Frantext, contre 478 pour celui de classe(s)7. La Restauration connaît une baisse d’emploi du mot, mais celui-ci revient au premier plan avec les Trois Glorieuses, où il s’impose pour plusieurs décennies comme correspondant à une réalité primordiale et indispensable à la pensée du contemporain. Cet apogée est atteint avec l’avènement de la IIe République, puisque, comme l’explique Alain Pessin, « la révolution de 1848 apparaît comme le triomphe de la pensée populiste, son moment le plus fort, le plus dense, le plus ardent »8.

  • 9 Maurice Tournier, « Le mot “Peuple” en 1848 : désignant social ou instrument politique ? », Le peu (...)

7Les traces de la prépondérance du peuple sont omniprésentes dans les sources écrites, à commencer par les multiples périodiques qui présentent le mot dans leur titre : Proudhon crée Le Peuple en 1848, tandis que Lamennais dirige Le Peuple constituant, que Sallières lance Le Peuple souverain,… « Peuple s’affirme comme la forme lexicale majeure de la Révolution de 1848 », écrit Maurice Tournier au début de son analyse quantitative de la lexicographie de l’époque9. Le mot reste prédominant jusqu’à la Commune de 1871 qui marque le début de sa disparition progressive dans les discours sociaux et politiques.

  • 10 Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du (...)
  • 11 Jacques Le Goff, « Préface » à Geneviève Bollème, Le peuple par écrit, ouvr. cité, p. 7.
  • 12 Dominique Kalifa, « Les historiens français et le "populaire" », Peuple, populaire, populisme, P.  (...)

8D’un point de vue historiographique, après la grande période des historiens du peuple au milieu du xixe siècle (Michelet, Quinet), le questionnement sur la notion est ravivé, après l’ouvrage pionnier de Louis Chevalier (1958)10, par les courants de l’histoire marxiste et de l’histoire sociale. Jacques Le Goff affirme ainsi en 1986 : « Depuis une vingtaine d’années, le “populaire” est à la mode »11. Dominique Kalifa étudie en 2005 les évolutions historiographiques du questionnement sur le peuple, comme le fait à nouveau Jean-Claude Caron en 2013 à propos, plus précisément, du peuple de Paris12 : si la notion a été au centre des préoccupations scientifiques du début des années 1960 à la fin des années 1980, elle est finalement écartée, à cause de sa complexité et des présupposés qui l’accompagnent.

9Des deux traditions, historique et historiographique, un premier constat ressort : il est très délicat de délimiter l’extension du mot peuple et il semble impossible de produire un consensus autour des éléments que ce nom recouvre. L’immense majorité des auteurs qui s’y sont attachés expriment cette difficulté, à commencer par Jaucourt, qui ouvre son article de l’Encyclopédie par ces mots : « nom collectif difficile à définir, parce qu’on s’en forme des idées différentes dans les divers lieux, dans les divers temps, et selon la nature des gouvernements ». Gérard Fritz a montré combien les acceptions de peuple ont pu varier au fil des siècles, même si certains traits sémantiques restent toujours prépondérants. Lorsque au xxe siècle les chercheurs ont à nouveau tenté de proposer des définitions, elles s’avéraient toujours insuffisantes, et ce, alors même qu’elles essayaient de se fonder sur des critères quantitatifs et sociaux précisément définis en synchronie. L’aboutissement de ce processus est l’abandon de la notion, puisque, comme l’explique Bruno Péquignot, celle-ci n’est jamais parvenue à sortir de l’instabilité sémantique :

  • 13 Bruno Péquignot, « La notion de populaire en sociologie de la littérature », Figures du peuple, n(...)

Peuple, populaire, ces termes posent une vraie question au sociologue pour lequel ils ne renvoient à aucune catégorie sociologiquement validée par sa tradition disciplinaire. Les sociologues pensent plutôt en termes de classes, de catégories sociales, de C.S.P. [catégories socioprofessionnelles], voire de couches sociales. De fait, catégorie sociale dont le sociologue a à rendre compte effectivement, le « populaire » désigne un espace social particulier, aux contours d’ailleurs flous, défini d’abord par ce qu’il n’est pas et surtout par ceux qui n’en sont pas.13

10La méthode de Péquignot ressortissant dans ce texte à la sociologie de la littérature, il fait du peuple une « catégorie sociale », mais cette affirmation elle-même n’est pas nécessairement recevable, et dès lors que l’on s’écarte de la synchronie et du champ littéraire, le peuple et le populaire peuvent désigner des ensembles qui ne sauraient se réduire à des catégories sociales, si l’on entend par cette expression des groupes sociaux déterminés à l’intérieur d’une société donnée.

Un mot sans définition

  • 14 Blanqui, Lettre à Maillard, 6 juin 1852, cité par Geneviève Bollème, Le peuple par écrit, ouvr. ci (...)
  • 15 Michel de Certeau, « La beauté du mort », art. cité ; Pierre Bourdieu, « Vous avez dit "populaire" (...)

11Le peuple est en fait un de ces « mots sans définition » dont parlait Blanqui et qui sont pour lui « l’instrument des intrigants »14. L’absence de définition stable du peuple est due à son statut hautement idéologisé. En effet, comme l’ont démontré Certeau et Bourdieu, ou encore Tournier15, l’emploi du mot peuple a moins pour fonction de désigner une partie de la population définie par des critères fixes quoique variables d’un groupe à l’autre que de faire état d’une répartition de la société, de manière à instrumentaliser cette répartition à des fins politiques. C’est ainsi que, d’usage en usage, le sens de la notion évolue et devient multiple, et que ses emplois peuvent prendre des significations radicalement différentes, voire opposées. Le mot, d’unité lexicale, devient un lieu de discours multiples, il acquiert une valeur sémantique qui relève du symbole, et prend place dans un réseau d’éléments lexicaux fonctionnels du même type (dont la liste varie en fonction des périodes, mais qui contiendrait en 1848, entre autres mais au premier chef, république, ouvriers, prolétaires, riches, pauvres, pouvoir, démocratie, suffrage, etc.), qui, ensemble, fondent ce qu’après Roland Barthes et Philippe Hamon on pourrait appeler une « structure idéologique ».

  • 16 Roland Barthes, Comment vivre ensemble : simulations romanesques de quelques espaces quotidiens. N (...)
  • 17 Philippe Hamon, Texte et idéologie. Valeurs, hiérarchies et évaluations dans l’œuvre littéraire, P (...)
  • 18 Marc Angenot, « Que peut la littérature ? Sociocritique littéraire et critique du discours social  (...)
  • 19 Éric Bordas, « Style ». Un mot et des discours, Paris, Kimé, 2008, p. 12 et 19.

12En effet, la structure est d’après Barthes « une constellation […] de lieux fonctionnels »16. Si l’on considère que les lieux fonctionnels sont dans le discours les différents éléments linguistiques saillants en termes de portée sémantique et pragmatique, alors l’identification de ces éléments entraîne une configuration discursive que l’on peut appeler « structure ». L’idéologie, quant à elle, a été définie par Philippe Hamon, d’un point de vue textuel, comme « tout système de valeurs, partiellement implicite, institutionnalisé dans l’extra-texte, et formant le présupposé global du texte »17. La dimension morale, historique, politique, sociale, etc., que peut recouvrir l’emploi du mot peuple, en fait nécessairement un véhicule lexical de présupposé extratextuel : puisque ce substantif n’a pas de référent précis et admis par tous, son emploi repose sur un présupposé, au moins définitionnel, plus important que celui qui existe pour d’autres termes. Il appartient donc au domaine de l’idéologie telle qu’elle est entendue chez Hamon, même si la définition de l’idéologie par le système pose problème, comme le rappelle Marc Angenot : pour lui, les idéologies « ne sont pas des “systèmes” […] ou ne le sont que par l’apparence de leur rhétorique d’autolégitimation ; elles sont, de toute nécessité, des collages hétérogènes dont, encore une fois, la rhétorique superficielle s’efforce ordinairement de cacher les coutures et les raccords »18. Ainsi l’idée de peuple peut-elle être une composante idéologique du discours, mais elle ne fait pas nécessairement du discours la manifestation d’un système sous-jacent. C’est pourquoi il semble plus juste de parler de structure que de système, la structure étant plus lâche que le système dont la cohésion rend les éléments relativement inamovibles et interdépendants. Le mot peuple étant un élément structurant du discours, il appartient, pour le milieu du xixe siècle, à cet ensemble des « mots-repères » qui, selon Éric Bordas, se situent « à l’entrecroisement de pratiques discursives dont la diversité et la dispersion font sens et valeur »19.

  • 20 Hélène Desbrousses, Bernard Peloille et Gérard Rauler éd., Le peuple. Figures et concepts, entre i (...)

13Le flou sémantique du mot peuple est ainsi propice à son rôle structurant dans le discours idéologique, si bien que les spécialistes de sciences politiques ont pu parler de « la polysémie du mot peuple, d’une imprécision presque constitutive qui pourrait lui interdire de prétendre au plein statut conceptuel et favoriserait en outre l’instrumentalisation, voire la mythification de la notion ou de son référent »20. Néanmoins, si l’imprécision sémantique du terme semble irréductible, elle ne signifie pas pour autant que ses différents emplois ne connaissent certaines constantes, qui permettent de dégager quelques grandes acceptions.

Peuple dans le discours lexicographique

  • 21 Sans oublier que « même une entrée de dictionnaire s’inscrit à l’intérieur de discours, généraux ( (...)

14La plupart des auteurs des xxe et xxie siècles qui pensent le mot autour de 1848 le font à partir des grands penseurs ou acteurs qui parlent du peuple au xixe siècle (Michelet, Quinet, Proudhon, Blanqui, Hugo, Sand…). Mais pour tenter d’observer les constantes sémantiques, de manière générale et synchronique (pour la période qui va de 1830 à 1870, correspondant historiquement, comme on l’a vu, à l’expansion majeure des emplois du mot peuple), il peut être utile d’étudier les définitions données par les différents dictionnaires cités plus haut21 – ces définitions, adjointes aux analyses déjà existantes concernant le mot peuple au xixe siècle, conduiront à plusieurs remarques générales sur les acceptions et les emplois qui en sont alors faits.

15Les dictionnaires, toutes approches confondues, donnent à lire une définition du mot peuple qui se décline en huit grandes aires sémantiques, correspondant chacune à un point de vue différent. Des plus partagés aux plus rares, ces types d’acceptions sont les suivants : ethnographique, politique, sociale, nationale, culturelle, religieuse, géographique et morale.

  • 22 « Le mot peuple en est venu à désigner une classe sociale particulière, la classe des deshérités d (...)

16La définition ethnographique du peuple, que l’on désigne par ce nom en reprenant une analyse de Larousse22, est celle qui consiste à rattacher les individus dont est fait le peuple à un lieu (géographique) commun. La plupart des définitions commencent ainsi par les éléments « Multitude d’hommes d’un même pays » (Raymond ; Académie, édition de 1835 ; Boiste ; Poitevin ; Larousse, 1856 et 1874 ; Bescherelle ; Littré) ou « multitude de familles réunies sur quelque lieu commun » (Nodier et Verger). À ces traits s’ajoutent parfois l’idée d’exhaustivité des gens qui occupent le territoire en question (« tout le peuple », chez Noël et Carpentier), et celle d’origine (Poitevin ; Larousse, 1874 ; Littré ; Académie, édition de 1835). En première instance, le peuple est donc l’ensemble des individus dont le quotidien se situe dans une ère géographique déterminée comme étant unie et exclusive. Le pluriel, souvent commenté, permet d’évoquer l’existence de différents peuples qui ont tous en commun les caractéristiques en question. L’Empire romain, quoique unifié par un même gouvernement, est ainsi composé de différents peuples, comme le signale Littré.

  • 23 Charles Nodier et Victor Verger, Dictionnaire universel de la langue française, rédigé d’après le (...)

17La définition politique, explicitée par Nodier et Verger23, consiste à faire du peuple un groupe circonscrit par sa ou ses fonctions politiques. Le peuple est dans cette perspective largement considéré comme l’ensemble des sujets (chez Raymond, Bescherelle, ou Larousse en 1874) par opposition au prince (Raymond), au souverain (Bescherelle), au gouvernement d’un roi (Littré) ou encore à l’« autorité souveraine » (Nodier). Plus largement, le groupe politique peut l’être sans référence à une autorité quelconque : « il se dit d’une partie de la nation considérée sous les rapports politiques » ou « sous des rapports politiques » pour Poitevin et l’Académie. Il peut aussi, plus tardivement, être compris comme le peuple ethnographique en tant qu’il détient le pouvoir politique. C’est ce que note Littré : « le peuple, considéré dans les républiques comme le souverain ». Le peuple, dans son acception politique, est donc constitué non pas d’individus qui ont les mêmes opinions politiques ou qui sont du même parti, mais d’individus qui ont tous la même fonction politique, qui sont objets d’une même sujétion ou sujets d’un même mode d’expression politique. On trouve une exception à cette idée avec la définition de Boiste, qui mentionne le caractère « séditieux » du peuple.

18La considération sociale du peuple en fait le résultat d’une division de la société en différents groupes. Plusieurs lexicographes s’accordent pour dire qu’il est la « partie la plus nombreuse » (Raymond, Bescherelle, Larousse en 1856 et 1874), et que cette partie se distingue par son infériorité (« partie la plus nombreuse, mais la moins distinguée » pour Bescherelle) « la moins distinguée par ses richesses » (Raymond), « la moins notable » (Larousse, en 1856), « la moins riche ou la moins privilégiée de la population d’un État » (Larousse, en 1874), ce en quoi ils sont rejoints par tous les autres dictionnaires, pour qui le peuple est une « classe inférieure » et « peu fortunée » (Boiste), la « partie la moins notable […] considérée sous le rapport […] de la fortune » (Académie), ou « partie de la nation considérée par opposition aux classes où il y a […] plus d’aisance » (Littré). À ce titre, le peuple est glosé en « bas peuple » et « menu peuple » à plusieurs reprises, mais aussi en « populace » (Martin, Boiste). Chez Bescherelle et Boiste, il est composé de « prolétaires », d’« ouvriers » et de « journaliers », ce qui conduit à la seule exception à la définition par l’infériorité (ou le manque) : la définition par le travail, chez Boiste, puisque d’après lui le peuple peut être « la partie la plus laborieuse ». Pour tous les auteurs, donc, une interprétation du mot peuple le distingue avant tout par son infériorité (financière et sociale) d’où découle la seule chose qu’il ait en surcroît : son travail.

19Le point de vue social, à l’intérieur des définitions, est souvent associé au point de vue culturel : les classes sociales admises à l’époque semblent être perçues comme plus ou moins homogènes d’un point de vue culturel, et à l’infériorité sociale du peuple correspond son déficit de connaissances. L’acception la moins négative de ce point de vue est celle indiquée par Noël et Carpentier ainsi que Bescherelle à propos de l’expression un homme du peuple qu’ils glosent par « un homme du commun » : les individus qui composent le peuple ne sont pas nécessairement positivement ignorants, mais ils sont simplement au même rang que la plupart des gens qui les entourent dans la société, et ils ne font donc pas partie d’une élite qui les mettrait au-dessus du commun. Néanmoins, Bescherelle ajoute la définition suivante : « classe du public la moins instruite, la moins éclairée », ce qu’affirment également la plupart de ses homologues, puisque Littré écrit : « partie de la nation, considérée par opposition aux classes où il y a soit plus d’aisance, soit plus d’instruction », alliant ainsi explicitement le culturel et le social. L’Académie fait du peuple la « partie la moins notable […] considérée sous le rapport de l’instruction ». Nodier, plus radical, parle de « gens sans esprit, sans instruction », tandis que Boiste parle de « partie la plus ignorante », et Nodier et Bescherelle s’accordent pour dire que le peuple est plus soumis que les autres à la force des « préjugés ». Boiste parle également de la partie la plus « grossière ». Seul Larousse, en 1874, diffère des autres lexicographes, en faisant de tous les signes d’inculture la marque du « petit peuple, menu peuple, bas peuple », montrant ainsi que pour lui le peuple se définit par des critères sociaux plus que culturels. Quoi qu’il en soit, on voit que pour la plupart des dictionnaires, celui-ci se caractérise par son infériorité culturelle, qui peut, souvent, être appelée « ignorance ».

  • 24 Le Dictionnaire universel de Boiste a été publié pour la première fois en 1800. Il a été réédité 1 (...)

20Les quatre acceptions restantes sont moins importantes, parce que moins partagées, ou moins appuyées. La première consiste à faire de peuple le synonyme de nation (notamment chez Martin, Boiste, Larousse…), prolongeant ainsi l’acception ethnographique avec la pensée nationale, c’est-à-dire, au sens fort, avec une communauté dont l’un des points communs est la volonté de vivre ensemble. L’acception religieuse se situe également dans la continuité de la conception ethnographique, en lui soustrayant le critère topographique : un peuple peut ne pas avoir de territoire d’existence partagé s’il est unifié par la croyance en un dieu qui vaut comme origine. Les Juifs, par exemple, sont considérés chez Boiste, Larousse (en 1874), Poitevin et Littré comme un peuple dans cette perspective. L’acception géographique de peuple en fait le désignateur des habitants d’une ville ou d’un village (chez Raymond, Boiste, Poitevin et Littré), agrandissant ainsi l’échelle de définition qui est généralement celle de l’ensemble d’une société, mais l’Académie explique que cet emploi du terme est « peu usité ». Reste la caractérisation morale du peuple, que l’on trouve dans un seul dictionnaire, celui de Boiste24, chez qui on trouvait déjà la seule acception positive du peuple liée au travail, et pour lequel l’aspect « séditieux » pouvait être un élément discriminant : dans sa définition, le peuple est aussi d’après un exemple la « partie la plus vertueuse », et alors les individus qui le composent ne se distinguent plus seulement par une infériorité sociale ou culturelle, ils peuvent aussi être caractérisés par une supériorité morale. La vertu est définie dans le même ouvrage comme une « habitude, disposition habituelle de l’âme, qui porte à faire le bien et à fuir le mal » (édition de 1851, p. 742). On voit donc apparaître avec la mention de « partie la plus vertueuse » la possibilité d’une entité peuple considérée comme intrinsèquement valorisée : tandis que les définitions qui font du peuple un sous-ensemble de la population le distinguent quasi toujours en lui attribuant des caractéristiques négatives, le « Pan-lexique » de Boiste et Nodier montre qu’il est possible de l’envisager comme une classe non pas sociale mais morale, dont la caractéristique première serait l’aptitude naturelle au bien. Cependant cette acception ne peut pas être considérée comme courante, puisqu’elle n’apparaît qu’une fois dans tous les dictionnaires consultés.

Le peuple du populaire

21Si l’on reprend toutes les remarques qui précèdent, et les différents traits présentés par les définitions des dictionnaires entre 1830 et 1870, deux éléments semblent toujours attachés à la représentation du peuple : le premier, et le plus évident, est ce qui est appelé « multitude » chez tous les auteurs. Le peuple est composé d’un grand nombre d’individus et le mot peuple est, comme le rappellent Noël et Carpentier, à l’instar du latin populus, un mot « collectif », sauf dans son emploi adjectival qui en fait un synonyme de vulgaire (notamment dans l’expression « un air peuple »). Le second est le lien avec une origine commune : que celle-ci soit religieuse, géographique, ethnologique ou sociale, le peuple semble se définir par ce dont il provient, qui l’unifie malgré les potentielles différences individuelles. Malgré ces points communs, un élément permet néanmoins de diviser toutes les acceptions en deux grandes aires sémantiques : celui qui a trait à l’infériorité.

  • 25 Gérard Fritz, L’idée de peuple en France, ouvr. cité, particulièrement p. 133 et suiv.

22L’infériorité sociale et culturelle qui est attachée à la représentation du peuple dans l’ensemble des articles lexicographiques manifeste une pensée du mot peuple qui se construit à deux niveaux : un niveau synthétique, réunissant l’ensemble des membres d’une société, et un niveau analytique, dans lequel les membres d’une société sont divisés en différentes « parties », ou « classes », selon les auteurs. On retrouve alors la bipartition très souvent commentée des représentations du peuple, et on reprendra ici les deux appellations proposées par Gérard Fritz, à savoir « peuple-nation » et « peuple-classe », le peuple-nation se situant au niveau de l’ensemble, et le peuple-classe se situant au niveau du sous-ensemble25. Les deux grands pôles se rejoignent en partie dans certains traits des acceptions ethnographique et politique, puisque l’origine commune des individus peut être sociale, et donc connaître plusieurs réalités à l’intérieur d’une même société, et que la dimension « séditieuse » mentionnée par Boiste est plus proche du « peuple-classe » que du « peuple-nation ».

23Dès lors, pour l’adjectif populaire, un constat s’impose : dans toutes les définitions qui ont pu en être données, il n’est jamais question d’un peuple, mais toujours du peuple, c’est-à-dire du sous-ensemble social qui est unifié, à l’intérieur d’une société donnée identifiée par le locuteur, au moyen de son infériorité. Le populaire serait donc toujours d’abord ce qui est propre aux inférieurs, même si l’on sait qu’au xixe siècle en France on a tendu à faire de ce populaire l’expression d’une origine commune à l’ensemble de la nation.

  • 26 Alain Pessin, Le mythe du peuple et la société française du xixe siècle, Paris, Presses universita (...)

24Quoi qu’il en soit, durant toute la période, que ce soit pour signifier du peuple, pour le peuple ou par le peuple selon les trois acceptions majeures que l’on a pu identifier, l’adjectif populaire est alors le seul disponible dans la langue, et il ne semble pas y avoir de raison impérieuse d’employer un autre mot pour désigner ce qui a trait au « mythe du peuple ». Alain Pessin choisit de parler de « populisme » pour engager sa recherche, « dans la France du xixe siècle, d’un fait collectif, d’un savoir social qui ne peut être saisi que dans la dialectique du conscient et de l’inconscient », et selon lui, « pour malheureux qu’il soit, ce terme reste le seul possible puisqu’il indique le mieux la tension vers le peuple et la valorisation du peuple dont nous constatons une inflation significative au xixe siècle »26. Cependant il semble au contraire que, concernant un corpus de textes du milieu du siècle, il est préférable de ne pas annexer le populaire au populisme, pour éviter de donner par là même à l’objet une signification politique et une tension sociologiquement hiérarchisante propres entre autres à une étude clairement située dans l’a posteriori.

25Si la chanson se revendique du peuple, pour le peuple et par le peuple, que ces revendications soient légitimes ou non, si pour ces trois raisons elle s’appelle elle-même « populaire » comme le discours de son époque le lui permet, et si ce discours qui se construit dans la « tension vers le peuple et la valorisation du peuple » fait d’elle un corpus relativement spécifique et situable, alors il n’y a pas de raison de lui appliquer un autre adjectif que celui qu’elle emploie. Le peuple et le populaire n’ayant pas de définition valable et stable, mais étant malgré tout les mots les plus importants et les plus spécifiques au corpus chansonnier de la IIe République, on ne tentera pas d’en donner une définition nouvelle au risque de les idéologiser à nouveau : la réponse que l’on peut apporter au manque de définition et à l’absence de signification stable devra être palliée par une contextualisation discursive. Loin de chercher ce que la chanson a de véritablement populaire en démontrant sa conformité avec une nouvelle définition du populaire, on tentera de comprendre comment, dans cette chanson, se dit le populaire, ce qu’il signifie, et quels sont les enjeux de son énonciation.

La chanson et le peuple

Chanson, populaire et scène d’énonciation

  • 27 Augustin de Piis, Chansons patriotiques, par le citoyen Piis (de Seine et Oise), chantées tant à l (...)

26Le populaire auquel se réfèrent les spécialistes de la chanson à la fin du xixe siècle est probablement celui qui est issu des recherches sur la tradition orale. Pourtant, entre la fin du xviiie siècle et celle du xixe siècle, il s’effectue une évolution des représentations de la chanson de tradition non orale, qui s’inscrit de plus en plus dans la perspective d’une chanson populaire, et qui n’en passe cependant pas par la conception folkloriste, comme le chapitre 1 l’a montré. C’est ainsi qu’un chansonnier comme le chevalier de Piis écrit dans la première chanson de son recueil de l’an II : « S’il est un genre populaire / C’est bien celui de la chanson »27. La dimension populaire de l’expression chansonnière est affirmée dès la fin du xviiie siècle, dans la tradition du vaudeville (la chanson de Piis s’intitule Les Vœux du vaudeville républicain), et elle s’affirme peu à peu à partir du xixe siècle comme une évidence, au point que l’expression chanson populaire devient une co-occurrence tout à fait admise. On a vu que les goguettes avaient probablement joué un rôle dans cette évolution, et il s’agit ici d’observer comment de l’acception large, du genre populaire qu’est la chanson, c’est-à-dire de l’idée d’un genre qui circule parmi le plus grand nombre, on a pu arriver progressivement à l’idée d’une chanson populaire, qui se définit précisément par les notions de peuple et de populaire dont les chansons sont saturées pendant la IIe République.

27Les traces de l’émergence d’une chanson populaire sont probablement à chercher dans ce que Dominique Maingueneau appelle la « scène d’énonciation » :

  • 28 Dominique Maingueneau, Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, A. Colin, (...)

en parlant de situation de communication on considère le processus de communication en quelque sorte « de l’extérieur », d’un point de vue sociologique. En revanche, quand on parle de scène d’énonciation, on le considère « de l’intérieur », à travers la situation que la parole prétend définir, le cadre qu’elle montre (au sens pragmatique) dans le mouvement même où elle se déploie. Un texte est en effet la trace d’un discours où la parole est mise en scène.28

28La scène d’énonciation désigne moins les conditions historiques et socio-économiques de la production et de l’échange que les représentations de l’énonciation en tant qu’elles sont définies par l’énonciation elle-même – de manière consciente ou inconsciente, l’énoncé peut porter les marques de ce qu’il rend nécessaire à sa propre existence. Les conditions de compréhension et d’identification de l’énoncé peuvent ainsi être contenues et affichées par lui, ce qui rend par ailleurs cet énoncé interprétable en dehors des conditions matérielles et positives qui ont permis son existence en premier lieu. Et Dominique Maingueneau précise, à propos de la « scénographie », qui est le produit de l’interaction entre la situation de communication et la scène d’énonciation :

  • 29 Dominique Maingueneau, Le contexte de l’œuvre littéraire. Énonciation, écrivain, société, Paris, D (...)

à décrire de l’extérieur le mode de consommation de l’œuvre on capte un comportement social, on n’accède pas à la situation à travers laquelle une œuvre singulière pose son énonciation, celle qui la rend légitime et qu’elle légitime en retour.29

29La spécificité d’une production langagière (« son énonciation ») est nécessairement comprise, au moins en partie, dans sa scène d’énonciation, c’est-à-dire dans ce que la production affiche elle-même comme étant nécessaire à la perception de sa signification. Le statut de l’énonciateur et du co-énonciateur, et les objets langagiers à partir desquels ces instances se situent dans les chansons elles-mêmes sont l’un des éléments majeurs de ce qui constitue ces chansons dans leur singularité. Or le mot peuple et le mot populaire sont probablement les lieux les plus structurants de la scène d’énonciation de la chanson imprimée à Paris pendant la IIe République.

Le peuple de la chanson

  • 30 Voir Albert Cim, Le chansonnier Émile Debraux, ouvr. cité, et surtout Jean Touchard, La gloire de (...)
  • 31 « Il affectait de faire précéder son nom, au bas de ses productions, de ces mots un peu prétentieu (...)

30Dans le corpus défini plus haut (607 chansons écrites par 31 auteurs différents), le substantif peuple est, de loin, le nom collectif le plus employé. La somme totale des occurrences de la séquence peuple s’élève à près de 750 occurrences. Si l’on supprime les doublons, les notes, et ce qui n’appartient pas aux chansons à proprement parler (notamment les indications éditoriales), elle est d’environ 530 occurrences. Dans cet ensemble, on compte 29 occurrences du mot dans les titres de chansons, 7 dans les indications d’air (timbres), et un peu moins de 500 dans le corps des œuvres. Seuls deux auteurs sur les trente et un n’emploient jamais le mot sous aucune de ses formes : Gustave Devieu et Damaris-Florentin Noël. Si l’on ajoute au nombre d’occurrences de peuple celui de populaire (qui s’élève à 39 sur l’ensemble du corpus), il ne reste que Noël pour qui aucun des deux mots n’est attesté. Le substantif peuple(s) est ainsi absolument majoritaire dans le corpus, et si l’on applique une recherche simple sur l’ensemble des textes (paratexte compris), il arrive en tête devant les séquences France (470 occurrences), république (350), homme (265), ouvrier (110), citoyen (79), travailleur (45), et prolétaire (38) : le peuple et le populaire sont bien les notions autour desquelles se construit la représentation sociale des chansonniers du corpus, et elles sont si centrales et nécessaires chez les chansonniers de l’après-1830 qu’ils tendent à se distinguer de leurs inspirateurs en fonction d’elles. C’est ainsi que Debraux est revalorisé vis-à-vis de celui qui est considéré comme le plus grand des chansonniers à travers l’expression de « Béranger du peuple »30, et que Louis Festeau décide de signer ses chansons « Le chansonnier du peuple » pour se distinguer de Béranger qui était selon lui le chansonnier de la bourgeoisie31.

31À partir des différents constats concernant les auteurs du premier xixe siècle, on peut revenir au corpus de la IIe République, et à la question de la définition du peuple et du populaire, non plus à partir des seules définitions disponibles en synchronie, mais à l’intérieur des textes eux-mêmes. Étant donné le nombre d’occurrences recensées, il semble inutile de vouloir prétendre à l’exhaustivité, et pour tenter de circonscrire les différentes représentations du peuple et les caractéristiques et valeurs qui lui sont attribuées, on prendra comme échantillon les syntagmes attributifs contenant le substantif peuple et le verbe être (être [conjugué] + peuple ou peuple + être [conjugué]) et les occurrences de peuple caractérisées par un adjectif épithète ou un complément de nom, de manière à obtenir un échantillon qui contienne un maximum d’éléments définitionnels.

32La première remarque que l’on peut faire à propos de la portée sémantique du mot peuple, c’est que son extension est très large. La signification commune semble assez logiquement être celle de peuple au sens collectif : la quasi-totalité des emplois, mis à part certaines expressions tropiques, envisagent le peuple comme un ensemble d’individus. C’est ce que l’on voit de manière très claire dans un vers de L. C., lorsqu’il affirme : « Les rois sont seuls… le peuple est par milliers ! » (Le Prophète de la liberté). En faisant dépendre le syntagme prépositionnel par milliers, généralement associé à des verbes de mouvement ou d’action au pluriel, du verbe être au singulier, le chansonnier fait d’une caractéristique plurielle l’attribut (en construction indirecte) d’un sujet singulier, et l’attelage grammatical, par l’impropriété, fait de la relation singulier-pluriel un élément saillant. La multiplicité est ainsi présentée comme étant constitutive du peuple, qui est par essence un ensemble singulier composé d’une pluralité d’individus que certaines caractéristiques réunissent. Les différentes significations de peuple dépendent des critères qui conditionnent l’association des individus en question.

33Une première catégorie d’emplois dans la chanson, catégorie qui peut être identifiée assez aisément, est celle de peuple au sens ethnographique. Ce sont généralement les emplois du mot au pluriel, ou ceux qui font succéder au substantif un adjectif dérivé d’un nom désignant une aire géographique (par exemple « peuple romain », chez Arnould, dans Un héros cosmopolite, ou chez Gille, dans Avec un brevet du commissaire). Les emplois de peuple au pluriel sont environ 60 dans l’ensemble du corpus et ils désignent toujours des groupes définis par leur origine géographique. Il est ainsi question de « peuples sarmates » chez Alais (Le Canon de la démocratie), de « peuples de la terre », avec un tour biblique, chez Gille (Italie), Guigue (L’Évangile du peuple ou les Frères en Jésus-Christ) et L. C. (Le Banquet de l’Hôtel-de-ville), et surtout, à deux reprises, les chansonniers parlent de « peuples épars » (Alais, dans Le Canon de la démocratie, et Rabineau dans À M. Petin. La Navigation aérienne) : ces peuples au pluriel sont des groupes d’individus que réunit leur lieu de vie à une échelle assez réduite.

34Les peuples mentionnés sont le plus souvent européens, et il leur est fait référence pour deux raisons : leur souffrance supposée et leur capacité politique. C’est ainsi que dans Le Rêve du prisonnier d’Adrien Delaire, le « bon génie » dit au chansonnier :

Vois sous le joug la Pologne héroïque

Et sur le Rhin ces peuples attristés !

35Plusieurs peuples sont associés à la Pologne, ce qui permet de comprendre que la Pologne est un peuple au même titre que ceux auxquels elle est coordonnée. Les peuples évoqués proviennent d’aires géographiques différentes, ces aires formant leurs caractéristiques distinctives. Or si ces peuples sont mentionnés, ce n’est pas uniquement en tant que groupes d’individus répartis en des espaces précis et unifiés, c’est en tant qu’ils éprouvent de la tristesse. La tristesse des Rhénans et l’héroïsme de la Pologne sont ainsi probablement liés dans la représentation des peuples, comme si la négativité de la douleur morale était la condition de l’héroïsme. Cette bipartition souffrance/héroïsme est absolument fondamentale dans la conception chansonnière. Ainsi, les peuples sont dits souffrants à plusieurs reprises dans le corpus :

Ce cri franchira la frontière

Il ira troubler les tyrans

Qui laissent aux peuples souffrants

Subir leur monarchie altière.

(Baillet, Le Cri des Français)

 

Servons les cœurs de rois

En sauce à la Tartare ;

Profitons de nos droits,

Au moins pour cette fois.

Ils sont tous des tyrans,

Et leur glaive barbare

Décime encore les rangs

De leurs peuples souffrants.

(Basière, Le Cuisinier de l’enfer)

 

Le flambeau de la France

Vient de frapper tous les peuples souffrants.

(Guingand, La Garde mobile)

 

             La guerre !

C’est le cri des peuples souffrants […].

(Rabineau, Les Vieux Tambours)

36Les peuples sont aussi décrits comme « courbés » et « outragés » chez Alais (Vive la République), ou gémissants (« peuples qui gémissez ») chez Delaire (Le Réveil des peuples). Si les individus qui composent les peuples sont avant tout considérés comme formant un ensemble en fonction de leur origine géographique, ils sont également considérés comme unis dans la mesure où ils subissent un sort commun, qui est un sort malheureux.

  • 32 Voir par exemple : « Le rabais d’une insolence / Réunit deux peuples forts » (Dalès et Demanet, La (...)

37À l’opposé de cette caractérisation des peuples comme groupes soumis, on trouve la représentation des peuples comme « héroïques » ou « forts » (voir par exemple Alais, Vive la République ; Durand et Leroy, France et Pologne ; Leroy, Les Vainqueurs et les vaincus). Cette force des peuples est liée à leur pouvoir politique, et ils sont représentés alors comme en lutte (victorieuse le plus souvent) contre un autre pouvoir négatif – celui de « tyran(s) » ou de « roi(s) »32. Les peuples ont ainsi une triple définition, qui passe par la souffrance, l’héroïsme, et une volonté politique qui les oppose aux rois. Ils sont des sous-ensembles de l’ensemble ethnographique de départ, parce qu’ils sont le groupe ethnographique en tant qu’il répond aux conditions susmentionnées. Dès lors dans tous les cas, souffrance, héroïsme et rôle politique, on voit poindre une nouvelle détermination du populaire, qui n’était pas présente dans les définitions vues jusqu’ici : le peuple ne se définit plus de l’extérieur, à partir de critères socio-politiques, il se définit de l’intérieur, à partir de critères psychologiques, à partir d’un être au monde moralement et politiquement déterminé.

  • 33 « Cette propension à confondre les deux termes de la comparaison pour en faire naître une réalité (...)
  • 34 Laurent Jenny, « L’objet singulier de la stylistique », Désir et détours, no 89 de Littérature, 19 (...)
  • 35 Voir Alain Pessin, Le mythe du peuple, ouvr. cité, et « Le mythe du peuple au xixe siècle », art. (...)
  • 36 L’image du « peuple océan » se trouve à plusieurs reprises dans les chansons, où elle s’inscrit da (...)

38On retrouve cette configuration à propos des emplois de peuple au singulier. Les caractérisations du peuple se divisent ainsi en deux grandes classes : celles qui désignent sa faiblesse, et celles qui désignent sa puissance, chacune de ces grandes classes étant divisée elle-même en fonction du champ d’observation de la faiblesse ou de la puissance en question. Le peuple est dit successivement « affamé » (Alais, Aux riches), « esclave » (Guilbert, Le Chant des instituteurs démocrates ; L. C., Fête du Champ-de-Mars), « malade » (L. C., Monte-Cristo à Paris, en 1848), « martyr » (L. C., Le Réveil de Brutus), « impuissant » et « famélique » (Rabineau, La République sociale et Voici l’hiver), etc., mais il est dit également et plus encore « armé », « grand », « souverain », « libre », « hardi », « vaillant », « géant », etc. Les emplois les plus frappants de peuple sont ceux qui font d’un nom l’attribut d’un autre nom, en une métaphore, connue pour ses emplois chez Victor Hugo, que Pierre Albouy33 et Laurent Jenny après lui34 appellent métaphore maxima : l’expression « peuple roi », avec ou sans tiret, apparaît ainsi à sept reprises et semble, avec « peuple souverain » (dans lequel « souverain » est un adjectif), être un des éléments les plus importants de la représentation du peuple par les chansonniers de 1848. La métaphore participe pleinement de la « création mythologique » étudiée par Albouy chez Hugo et dont le peuple est l’objet dans les chansons, illustrant ainsi le « mythe du peuple » qu’évoque Pessin35. Elle fonctionne comme un oxymore, dans lequel le peuple, à la fois figure collective et entité traditionnellement dominée et écartée du pouvoir politique, est associé à la figure de domination prototypique qu’est le souverain. Outre le peuple roi, Dupont parle de « peuple océan »36 (Le Chant du pain) et Gille de « peuple enfant » devenu un « peuple d’hommes » (Guttemberg [sic] ou la Fête des imprimeurs) : avec ces métaphores, le peuple est magnifié, les deux noms associés le montrent au sommet de sa puissance et de son innocence.

  • 37 « Ô qu’il est grand dans son mâle courage / Ce Peuple saint combattant pour ses droits » (Guérin, (...)
  • 38 « Noble et clergé, oubliez vos rancunes ; / Le peuple est bon, n’attaquez plus ses droits » (Guilb (...)
  • 39 « Le Christ a dit », suivi d’un commandement, se retrouve chez Catala – L’Espoir d’un niais ou le (...)

39La bipartition des représentations du peuple (entre faiblesse et puissance) n’est cependant pas paradoxale : elle s’inscrit en fait dans une pensée qui, comme on l’a entrevu plus haut, fait dépendre la puissance de la faiblesse initiale. Les représentations du peuple des chansonniers sont construites sur une logique de l’avènement : un avènement révolutionnaire, puisque ce qui était politiquement inexistant acquiert le pouvoir de gouverner, mais également un avènement social et moral, puisque ce qui était faible et souffrant devient fort, ce qui était soumis devient « magnanime » (Durand, Le Songe), et ce qui était « diabolique » et « faquin » dans la bouche des rois et de leurs ministres (Dalès, La Pipe à Philippe) devient « saint »37, « bon »38, etc. Dans cette perspective, il semble que la faiblesse sociale du peuple soit la condition de sa victoire et de l’acceptabilité de son règne, puisqu’elle est la preuve de son innocence. Cette interdépendance de la pauvreté et de la santé morale est visible notamment dans le portrait de L’Homme du peuple donné par Demanet, qui lie explicitement dans le refrain (« Je suis du peuple et cède à mon penchant ») le fait d’être du peuple et le fait de se comporter d’une manière naturellement désintéressée, en opposition totale avec d’autres individus, qui, ne faisant pas partie du peuple, sont calculateurs. La logique de l’avènement qui préside à la représentation du peuple dans les chansons, évidemment tributaire des événements révolutionnaires de février 1848, trouve ainsi son expression la plus explicite dans la référence au Christ, omniprésente dans l’ensemble du corpus. Le Christ est par excellence le faible devenu fort, le martyr soumis à la justice des tyrans devenu roi des cieux, et il est mobilisé à de nombreuses reprises, soit en tant que caution morale39, soit en tant que figure analogique comme dans Le Peuple et le Christ d’Alexandre Guérin, dont le refrain dit :

Comme le Christ, peuple, marche au Calvaire,

Le ciel aussi s’entr’ouvrira pour toi.

  • 40 Pierre Dupont écrit par exemple dans Le Chant du vote : « Le scrutin est la voix de Dieu », et Arn (...)

40L’analogie trouve son expression paroxystique chez Charles Dubuisson, qui, dans une nouvelle métaphore maxima, évoque le « peuple Christ » (dans Napoléon républicain), établissant dans cette image, par-delà les citations et les analogies, l’identité entre le Christ et le peuple, et faisant de ce dernier l’innocence même et la divinité, ce qui, par ailleurs, n’est pas étranger au reste du corpus, puisque la pensée du peuple comme puissance divine est à l’œuvre dans les chansons, à travers la remotivation de la formule dont il a déjà été question, « la voix du peuple est la voix de Dieu » (vox populi, vox dei)40.

  • 41 Chansonnier révolutionnaire, Paris, Gallimard, 1989.

41Cette logique de l’avènement, liée à une forme de religion du peuple (dont l’association peuple-Christ n’est qu’une manifestation), distingue la chanson de la IIe République de la chanson révolutionnaire de la fin du xviiie siècle. En effet, le peuple est également très présent dans la chanson révolutionnaire. Dans le Chansonnier révolutionnaire édité par Michel Delon et Paul-Édouard Levayer41, sur 121 chansons, on trouve 78 occurrences du mot peuple. Néanmoins, un certain nombre de critères permettent de distinguer le peuple de la chanson révolutionnaire de celui de la IIe République, la chanson nationale du premier xixe siècle formant une sorte de transition entre les deux. Dans la chanson révolutionnaire, le peuple est également souverain (dans Le Chant du départ de Chénier et Méhul, réédité de nombreuses fois en 1848, on chante au premier couplet « le peuple souverain s’avance »), mais aucun développement ne porte sur sa nature, et très peu de chansons prennent pour objet le peuple ou un individu caractérisé par son appartenance au peuple, comme c’est le cas chez les chansonniers du corpus républicain – il suffit pour s’en convaincre de regarder les titres des chansons comprenant le substantif peuple : La Joie du peuple républicain, Le Réveil du peuple et Le Vrai Réveil du peuple au xviiie siècle, contre La Voix du peuple, Appel au peuple, La Lyre du peuple, Peuple que j’aime, L’Homme du peuple, L’Enfant du peuple, etc. au milieu du xixe siècle. Si le peuple est le vecteur du bouleversement politique dans la chanson révolutionnaire, il est, dans la chanson de la IIe République, l’élément à travers lequel tout est compris et pensé, d’un point de vue politique, mais aussi social, moral et historique.

  • 42 Ibid., p. 122 et 188-189 : « Défiez-vous, peuple français » (Aristide Valcour, Le Contre-poison, v (...)

42Il y a des adresses au peuple dans la chanson révolutionnaire42, mais elles sont nettement moins nombreuses que dans la chanson populaire du xixe siècle, et surtout le peuple ne s’y retrouve pas à tous les niveaux de l’énonciation chansonnière : dans le corpus de la IIe République, il est compris dans le groupe des énonciateurs, à la première personne du singulier (« Moi, peuple roi » dans Le Peuple de Valladier), ou du pluriel :

Nous, les fils d’un peuple vaillant,

Attendrons-nous qu’on nous divise ?

(Basière, Moustache, ex-troupier du p’tit)

 

Pour subvenir à ces riches bâtisses,

Un lourd impôt sur le peuple est jeté,

Continuez, et par nécessité,

Ces monuments nous serviront d’hospices […].

(Dalès, La Lyre du peuple)

 

Fils du peuple, pauvres abeilles,

Pour qui donc usons-nous nos bras ?

(Gille, Les Mineurs d’Utzel)

 

Le Dieu qui nous contemple

Nous donne pour exemple,

Aux Peuples d’outre-mer.

(Guingand, La Parisienne de 1848)

 

Le noble en vain veut nous humilier !

L’honneur du peuple est encore quelque chose,

Pour le chanter, moi, je reste ouvrier !!!

(Leroy, L’Ouvrier)

 

C’est à nous, grand peuple magnanime,

De récolter le fruit de nos succès […].

(Robequin, L’Écho du peuple)

43Dans tous ces passages, le nous connaît trois configurations : il peut être identifié au peuple (par exemple au moyen d’une apposition comme chez Robequin), inclus dans le peuple (les « fils du peuple » de Basière et Gille sont nécessairement, l’inverse n’étant pas précisé en contexte, une composante du peuple), ou encore substitué au peuple dans un jeu de désignateurs réunis par la référence anaphorique. Ainsi, chez Dalès, l’impôt jeté sur le peuple conduit le nous à l’hospice, et dès lors, ce qui concerne le peuple a pour conséquence le devenir du nous : peuple et nous sont interchangeables dans cette strophe, comme ils le sont dans l’extrait de L’Ouvrier de Leroy, où aux humiliations du nous est opposé « l’honneur du peuple ».

  • 43 « Peuple, entends ma prière, / Je quitte la lumière, / Mais mon âme est bien fière, / Si je meurs, (...)

44Le peuple est également, à de multiples reprises, l’énonciataire de la chanson43. Le cas le plus évident est offert par le texte de Dalès, Peuple que j’aime, dont le refrain sur un seul vers comporte une adresse au peuple, ouverte par un vocatif : « Peuple que j’aime, accueille mes chansons ». La chanson est offerte explicitement dans ce refrain au peuple, et la scène d’énonciation chansonnière est clairement posée : le chansonnier (je) s’adresse au peuple (tu). Le peuple est, on l’a vu, l’objet de nombreuses chansons, et il est présenté à de nombreuses reprises dans les différentes caractéristiques qui le définissent et font sa spécificité aux yeux des chansonniers. Ces caractéristiques, le plus souvent psychologiques ou sociales, peuvent être présentes dans la chanson révolutionnaire, mais elles sont évidentes dans la chanson de la IIe République : le peuple n’y est pas simplement l’expression de la souveraineté politique du plus grand nombre ou de la volonté générale, il est présenté comme ayant également un être individuel, auquel on peut s’adresser à la deuxième personne du singulier, dans une sorte d’intimité énonciative, et il est défini par son statut social de travailleur pauvre, autant que par sa capacité à souffrir et à se révolter. C’est ainsi qu’Alexandre Pister demande à Pierre Lachambeaudie :

Jette un baume sur la souffrance

Du pauvre peuple travailleur […].

(Pister, Hommage à Pierre Lachambeaudie)

45Et que Victor Rabineau écrit :

Les Malthusiens ! quelle est donc cette engeance

Dit en riant le peuple travailleur ?

(Rabineau, Les Malthusiens)

46L’expression « peuple travailleur » donne au peuple une caractéristique sociale que l’on retrouve tout au long du corpus, et qui se rencontre dans des expressions parallèles comme « grand peuple ouvrier » chez Demanet (Le Vieux Démocrate). La représentation du peuple n’est pas simplement politique au milieu du xixe siècle, elle est associée à un labeur et à une souffrance qui justifient, en plus du nombre, la prise de pouvoir politique – un phénomène déjà observé à travers ce que l’on a appelé la logique de l’avènement.

47Enfin, l’une des spécificités les plus importantes du corpus de l’après-1830 est la revendication d’appartenance au peuple. On a vu avec la première personne du pluriel les jeux d’inclusion et de substitution que le nous suppose dans l’expression de l’identité chansonnière, et le refrain de Gustave Leroy, « Pour le [le peuple] chanter, moi je reste ouvrier !!! » est une déclaration d’appartenance sociale doublée d’une détermination éthique et poétique : non seulement le chansonnier est du peuple, mais il doit en outre ne pas quitter son statut d’ouvrier pour pouvoir le chanter, comme si le travail de l’ouvrier et son statut social étaient une condition de compréhension et d’expression populaire. Cette idée d’un chansonnier qui s’adresse au peuple parce qu’il en est une partie est très proche de celle qu’avaient à la même époque les poètes ouvriers qui tentaient de créer une nouvelle poésie en essayant de rester authentiquement ouvriers pour ne pas trahir ce qu’ils avaient de propre dans leur expression littéraire, et faire de leur différence (avec les poètes établis) le lieu d’une poéticité accrue parce que plus originelle. Mais dans le corpus chansonnier, le lien dépasse la simple appartenance sociale, c’est une véritable adhésion morale et poétique, et les chansons présentent leur propre scène d’énonciation comme allant du peuple au peuple via le chansonnier.

48Ce processus est particulièrement visible dans la chanson d’Alexis Dalès La Lyre du peuple dont le refrain est :

Ô vérité ! prête-moi ton appui,

Je suis du peuple et ma lyre est à lui !

  • 44 « Pour chanter l’amour et l’espérance / Toujours le peuple a besoin de chansons » (Durand, Oiseaux (...)

49Comme chez Gustave Leroy, l’expression chansonnière (« ma lyre ») est liée à l’identité, et les deux tours attributifs être de (« je suis du ») et être à (« est à lui »), se répondant l’un l’autre, désignent la provenance, la destination, mais aussi la propriété : tout se passe comme si, pour les chansonniers, les chansons appartenaient de droit au peuple parce qu’il est la condition essentielle de leur existence. Pour cette même raison, lorsque la chanson est mentionnée dans le corpus, elle l’est très souvent en association avec le peuple : celui-ci chante sans cesse44 et le chant du peuple permet de lire sa continuité historique, puisque Romain Valladier fait dire à Homère dans Le Mystère des fleurs :

Du Cithéron, quand j’éveillais la cime,

Un peuple-enfant répétait mes accords.

Chante le peuple, il est encor sublime,

Sa source est pure et cache des trésors.

50Les chansonniers sont interdépendants du peuple, ils se doivent de l’accompagner de leurs chants, et on lit, toujours chez Valladier :

Un peuple entier se lève, il faut chanter.

                 Sur notre rime

                 Il prend sa dîme,

Et, dans sa course, il ne peut s’arrêter.

(Valladier, Ode à mes confrères)

51Mais comme le rappelle Gustave Leroy, les chansonniers doivent écrire pour le peuple, dans son intérêt :

Que la chanson au peuple soit utile,

Faites surgir ses nobles sentiments.

(Leroy, Les Vainqueurs et les vaincus, ou Républicains et royalistes)

52La chanson, qui se nourrit du peuple et qui ne peut exister vraiment qu’en émergeant de lui, doit en retour guider le peuple et lui apporter son soutien. Pour les chansonniers de la IIe République, le peuple est l’origine et la fin de la chanson et celle-ci n’a de sens que dans son rapport au peuple. Si la chanson populaire désigne aussi bien à partir du xixe siècle des productions de la tradition orale que des compositions proprement dix-neuviémistes, il semble que la chanson qui naît après juillet 1830, et qui trouve son apogée pendant la IIe République, se définit, elle, au moment même où elle est produite, comme populaire. Lorsque Durand, lui-même chansonnier du corpus, publie en 1849 le deuxième volume de La Voix du peuple, on lit, sur la première page qui donne une chanson de Baillet, en caractères ombrés : « La Voix du peuple », puis, séparé par une ligne, en gras : « Les Chansonniers populaires », et en dessous, toujours en gras, mais plus petit : « Au peuple ». C’est signifier très fortement la revendication des chansonniers qui ont rassemblé leurs compositions dans ce recueil : la scène d’énonciation de la chanson de la IIe République en fait une chanson du peuple, qui s’adresse au peuple et qui parle du peuple. Destinateur, destinataire, objet, représentations : cette chanson s’énonce comme populaire en construisant une représentation d’elle-même saturée par le peuple et ses incarnations.

53En cherchant à étudier une chanson populaire du xixe siècle, on a pu voir que les approches historique et bibliographique convergeaient pour faire des chansons imprimées pendant la IIe République un lieu privilégié d’analyse, ce qui a occasionné la sélection d’un corpus tiré de cette production. Si l’approche historique et l’approche lexicale ne permettent pas comme on l’a vu de délimiter précisément ce que seraient le peuple et le populaire qui en procède, elles permettent en revanche de comprendre l’aspect structurant de ces notions pour les représentations contemporaines, et l’approche discursive montre qu’effectivement les auteurs de la IIe République se construisent par le discours comme porteurs d’une chanson populaire, d’un art qui se pense avant tout dans son rapport à l’entité protéiforme qu’ils nomment « peuple ». Il convient d’étudier à présent les formes de cette chanson et ses logiques de production et de signification.

Notes

1 Cette précaution a quatre raisons principales : d’une part, étant donné l’ampleur du travail lexicographique, l’écriture d’un dictionnaire se fait nécessairement sur un temps relativement long (plusieurs années) ; d’autre part, les définitions proposées ont généralement pour objectif, outre d’être des références consultables, d’enregistrer le ou les traits sémantiques attachés aux mots à une période donnée, période qui peut être antécédente (voire même dépassée) au moment de la publication ; troisièmement, il est possible que les définitions données par les dictionnaires enregistrent des usages nouveaux ou influent sur les usages de leur temps, et dès lors, les informations lexicographiques peuvent correspondent à une période qui excède la date de publication. Enfin, le choix des bornes chronologiques 1830-1870 a des justifications historiques qui sont exposées infra.

2 L’adjectif populaire est un emprunt au latin popularis, lui-même dérivé suffixal du substantif latin populus, le peuple. En français, la forme populaire a pu être employée en tant que substantif pour désigner d’après Littré : « Le commun des hommes, le vulgaire, la foule » (Dictionnaire de la langue française, Paris, Hachette, 1873-1874, p. 1213), et le TLFi précise que cet emploi dans la langue « moderne » est « péjoratif ». Le substantif populaire désignant un ensemble de caractéristiques culturelles qui se distingueraient d’autres caractéristiques dites savantes est probablement récent et relève d’un usage scientifique contemporain (comme l’illustre le titre de l’ouvrage classique de Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Seuil, 1989).

3 À l’instar de Marie-France Piguet, on entend ici par mot « le signifiant linguistique dans son unité lexicale, tel qu’il se réalise dans les textes : à la fois autonome et porteur d’un contenu sémantique identifiable, et, en même temps, intégré dans les contraintes (syntaxiques, paradigmatiques, syntagmatiques, pragmatiques…) du discours qui rendent chaque occurrence unique » (Marie France Piguet, Classes. Histoire du mot et genèse du concept, des physiocrates aux historiens de la Restauration, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1996, p. 6).

4 Geneviève Bollème proposait elle une répartition plus fine en trois ou cinq acceptions, qu’elle commentait ainsi : « L’unanimité des acceptions, malgré leurs divergences manifestes, semble se faire sur l’appartenance [au peuple], puisque tous les dictionnaires la mentionnent en premier. […] À la première acception se trouve […], de proche en proche, ajouté et mêlé ce qui est séparément attribué à chacune des autres » (Le peuple par écrit, ouvr. cité, p. 52).

5 Voir par exemple la définition donnée en B par le TLFi : « 1. Qui concerne l’ensemble d’une collectivité, la majorité, la plus grande partie d’une population. […] 2. Qui a la faveur du peuple, de l’opinion publique ; qui est connu, aimé, apprécié du plus grand nombre ». En ligne : [http://www.cnrtl.fr/definition/populaire].

6 Le « discours social » est ainsi défini par Marc Angenot : « Tout ce qui se dit et s’écrit dans un état de société ; tout ce qui s’imprime, tout ce qui se parle publiquement ou se représente aujourd’hui dans les médias électroniques » (1889. Un état du discours social, Québec, Éditions du Préambule, 1989, p. 13).

7 Marie-France Piguet, Classes, ouvr. cité, p. 21.

8 Alain Pessin, « Le mythe du peuple au xixe siècle », Le peuple. Figures et concepts, entre identité et souveraineté, H. Desbrousses, B. Peloille et G. Rauler éd., Paris, F.-X. de Guibert, 2003, p. 88.

9 Maurice Tournier, « Le mot “Peuple” en 1848 : désignant social ou instrument politique ? », Le peuple, M. Crouzet éd., no 9 de Romantisme, 1975, p. 6, italiques dans l’original ; voir aussi Maurice Tournier, Des mots sur la grève, t. 1, Propos d’étymologie sociale, Paris, Klincksieck, 1992.

10 Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xixe siècle, Paris, Plon, 1958.

11 Jacques Le Goff, « Préface » à Geneviève Bollème, Le peuple par écrit, ouvr. cité, p. 7.

12 Dominique Kalifa, « Les historiens français et le "populaire" », Peuple, populaire, populisme, P. Durand et M. Lits éd., no 42 de Hermès, 2005, p. 54-59 ; Jean-Claude Caron, « Le peuple (parisien) n’existe pas. Réflexions sur la notion de catégorie en histoire », Le peuple parisien au xixe siècle, N. Preiss, J.-M. Privat et J.-C. Yon éd., ouvr. cité, p. 207-222.

13 Bruno Péquignot, « La notion de populaire en sociologie de la littérature », Figures du peuple, no 48 de Cahiers pour l’analyse concrète, 2001, p. 57.

14 Blanqui, Lettre à Maillard, 6 juin 1852, cité par Geneviève Bollème, Le peuple par écrit, ouvr. cité, p. 28.

15 Michel de Certeau, « La beauté du mort », art. cité ; Pierre Bourdieu, « Vous avez dit "populaire" ? », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 46, 1983, p. 98-105 ; Maurice Tournier, « Le mot “Peuple” en 1848 : désignant social ou instrument politique ? », art. cité, p. 6‑20.

16 Roland Barthes, Comment vivre ensemble : simulations romanesques de quelques espaces quotidiens. Notes de cours et de séminaires au Collège de France, 1976-1977, Paris, Seuil, 2002, p. 89.

17 Philippe Hamon, Texte et idéologie. Valeurs, hiérarchies et évaluations dans l’œuvre littéraire, Paris, Presses universitaires de France, 1984, p. 223, note 64.

18 Marc Angenot, « Que peut la littérature ? Sociocritique littéraire et critique du discours social », La politique du texte : enjeux sociocritiques. Pour Claude Duchet, J. Neefs et M.-C. Ropars éd.,Lille, Presses universitaires de Lille, 1992, p. 20-21.

19 Éric Bordas, « Style ». Un mot et des discours, Paris, Kimé, 2008, p. 12 et 19.

20 Hélène Desbrousses, Bernard Peloille et Gérard Rauler éd., Le peuple. Figures et concepts, entre identité et souveraineté, Paris, F.-X. de Guibert, 2003, p. 14.

21 Sans oublier que « même une entrée de dictionnaire s’inscrit à l’intérieur de discours, généraux (le discours lexicographique conceptualisant et idéologisant, correspondant aux références d’une époque), et particulier (le discours de l’auteur de l’ouvrage, avec ses partis pris, son histoire) » (Éric Bordas, « Style », ouvr. cité, p. 11). Maurice Tournier rappelle lui aussi les problèmes posés par le discours lexicographique : « Sous couvert de sémantismes fondateurs du dialogue, les dictionnaires dressent la liste des “représentations sociales”, voire des “stéréotypes” qui façonnent l’ordre existant. […] le vocabulaire, de par ses acceptions normées, est mis, que le lexicographe le veuille ou non, au service des mythes idéologiques… » (Des mots sur la grève, ouvr. cité, p. 10-11).

22 « Le mot peuple en est venu à désigner une classe sociale particulière, la classe des deshérités de la fortune et du privilège. Avant de prendre ces deux significations, les mots grecs et latin cités ci-dessus avaient eu le sens ethnographique, que le mot peuple a également conservé […] ». Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, français, historique, géographique, mythologique, bibliographique..., Paris, Administration du grand Dictionnaire universel, 1874, t. 12, p. 1092.

23 Charles Nodier et Victor Verger, Dictionnaire universel de la langue française, rédigé d’après le dictionnaire de l’Académie, Paris, Librairie classique élémentaire de Belin-Mandar, 1835, t. 2, p. 251 : « Dans un sens politique ».

24 Le Dictionnaire universel de Boiste a été publié pour la première fois en 1800. Il a été réédité 14 fois jusqu’en 1857 et l’édition de 1851 (Paris, Firmin Didot frères) est l’avant-dernière. Cette « longévité exceptionnelle » est due notamment à Charles Nodier et Louis Barré qui l’ont défendu et valorisé. Boiste est mort en 1824, et c’est à Nodier que l’on doit la 8e édition « revue, corrigée et considérablement augmentée » qui paraît en 1834 et qui est reprise par les éditions suivantes (voir Jacques Philippe Saint-Gérand, « Le statut des Exemples dans le Dictionnaire académique et ses entours : transitions du xviiie au xixe siècle », Le « dictionnaire de l’Académie française » et la lexicographie institutionnelle européenne, B. Quemada et J. Pruvost éd., Paris, H. Champion, 1998, p. 272).

25 Gérard Fritz, L’idée de peuple en France, ouvr. cité, particulièrement p. 133 et suiv.

26 Alain Pessin, Le mythe du peuple et la société française du xixe siècle, Paris, Presses universitaires de France, 1992, p. 13.

27 Augustin de Piis, Chansons patriotiques, par le citoyen Piis (de Seine et Oise), chantées tant à la section des Tuileries, que sur le théâtre du Vaudeville, Paris, an II [1794], p. 4.

28 Dominique Maingueneau, Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, A. Colin, 2004, p. 191.

29 Dominique Maingueneau, Le contexte de l’œuvre littéraire. Énonciation, écrivain, société, Paris, Dunod, 1993, p. 122.

30 Voir Albert Cim, Le chansonnier Émile Debraux, ouvr. cité, et surtout Jean Touchard, La gloire de Béranger, ouvr. cité, t. 1, p. 245 et suiv.

31 « Il affectait de faire précéder son nom, au bas de ses productions, de ces mots un peu prétentieux : le chansonnier du Peuple. Il expliquait cette innocente toquade par la nécessité de se distinguer de Béranger, qui, suivant lui, n’était que le chansonnier de la bourgeoisie » (Eugène Imbert, La goguette et les goguettiers, ouvr. cité, p. 96).

32 Voir par exemple : « Le rabais d’une insolence / Réunit deux peuples forts » (Dalès et Demanet, La Boule de neige) ; « Les peuples sont pour nous des frères / Et les tyrans des ennemis » (Dupont, Le Chant des soldats) ; « On apprend qu’au Sud, au Nord, / Peuples et rois sont en lutte » (Festeau, L’Obéissance passive).

33 « Cette propension à confondre les deux termes de la comparaison pour en faire naître une réalité nouvelle, mythique, trouvera son aboutissement dans la figure de style, propre à Hugo, que l’on a appelée la métaphore maxima : le “pâtre promontoire” des Contemplations […] » (Pierre Albouy, La création mythologique chez Victor Hugo, Paris, J. Corti, 1963, p. 145).

34 Laurent Jenny, « L’objet singulier de la stylistique », Désir et détours, no 89 de Littérature, 1993, p. 122.

35 Voir Alain Pessin, Le mythe du peuple, ouvr. cité, et « Le mythe du peuple au xixe siècle », art. cité.

36 L’image du « peuple océan » se trouve à plusieurs reprises dans les chansons, où elle s’inscrit dans la logique de l’avènement étudiée ci-dessous avec le motif du cours d’eau qui devient océan et qui brise les digues (voir Le Vieux Démocrate de Demanet, Le Chant du vote de Dupont et Grrrande pêche au goujon électoral de L. C.). Cette image est également omniprésente chez Hugo sous différentes formes. Peut-être est-elle en tant que métaphore maxima chez Dupont un souvenir du vers d’Hernani (IV, 2, v. 1537) : « – Ah ! le peuple ! – Océan ! – onde sans cesse émue ! ». Cependant, la forme achevée de la métaphore maxima (dans laquelle les deux substantifs forment un seul syntagme nominal et non une succession d’exclamations elliptiques) n’apparaît chez Hugo qu’à partir des Contemplations avec ce vers de Melancholia : « Peuple océan jetant l’écume populace » (Œuvres poétiques, t. 2, Paris, Gallimard, 1957, p. 575).

37 « Ô qu’il est grand dans son mâle courage / Ce Peuple saint combattant pour ses droits » (Guérin, Le Soleil s’est levé !…).

38 « Noble et clergé, oubliez vos rancunes ; / Le peuple est bon, n’attaquez plus ses droits » (Guilbert, Le Dix de mars 1850). Voir aussi Dalès, Garde à vous ! ; Delaire, Le Chant des martyrs de juin ; Gille, L’impôt des boissons, etc.

39 « Le Christ a dit », suivi d’un commandement, se retrouve chez Catala – L’Espoir d’un niais ou le Neveu d’un grand homme –, Delaire – Le Réveil des peuples –, Guigue – L’Évangile du peuple – et Guilbert – Le Chant des instituteurs démocrates ; on lit également chez Guigue : « Aimons aussi les sublimes doctrines / Que Jésus-Christ nous légua en mourant ».

40 Pierre Dupont écrit par exemple dans Le Chant du vote : « Le scrutin est la voix de Dieu », et Arnould évoque dans Ma chambre Hégésippe Moreau et Debraux qui tous deux « chantaient le Peuple et Dieu », les deux substantifs comportant une majuscule et semblant participer d’une même divinité.

41 Chansonnier révolutionnaire, Paris, Gallimard, 1989.

42 Ibid., p. 122 et 188-189 : « Défiez-vous, peuple français » (Aristide Valcour, Le Contre-poison, v. 1) ; « Peuple français, peuple de frères, / Peux-tu voir sans frémir d’horreur / Le crime arborer les bannières / Du carnage et de la terreur ? […] Hâte-toi, peuple souverain » (Jean-Marie Souriguière, Le Réveil du peuple).

43 « Peuple, entends ma prière, / Je quitte la lumière, / Mais mon âme est bien fière, / Si je meurs, c’est pour toi » (Arnould, Le Prisonnier politique) ; « Peuple géant des barricades, / Apôtre de l’humanité, / Toi qui, bravant les fusillades, / Succombe en criant : Liberté !… » (Dalès, Garde à vous ! ou le Danger de la réaction) ; « Toi qu’ils voulaient écraser dans la boue, / Relève-toi, pauvre peuple martyr ! » (L. C., Le Réveil de Brutus) ; « Peuple, quand l’émeute se rue / Sur le fer d’un démon puissant, / Est-il pavé d’une rue / Sans une goutte de ton sang » (Leroy, La Carte d’électeur) ; « O, peuple roi, ta cause est magnifique, / Sache donc bien la défendre en ce jour » (Serre, Plus de tyrans, chant national).

44 « Pour chanter l’amour et l’espérance / Toujours le peuple a besoin de chansons » (Durand, Oiseaux de Béranger). Chez Arnould, le dernier affront que le peuple fait au roi est de chanter (Louis-Philippe ou le Roi d’Yvetot de Juillet), chez Delaire, quand on brime le peuple, il doit cesser de chanter son courage (La Réaction), chez Demanet, l’ouvrière, « fille du peuple », doit « chante[r] toujours, toujours en travaillant » (L’Ouvrière), et dans Les Héros de la chanson, « le peuple est fier et chante à l’unisson / Salut, salut, héros de la chanson »…

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search