Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Origines et contextes de langue de bois*

Texte intégral

  • * Article (rédigé en collaboration avec Carmen Pineira) paru, en grande partie, dans Mots, 21, décem (...)

1Le mardi 30 octobre 1984 date avec certitude l’époque où les journalistes politiques en viennent à s’interroger sur une expression dont ils aperçoivent eux-mêmes l’intrusion grandissante dans leurs articles. A cette date en effet, Jean-Paul Kauffmann, désireux d’en parler nous avait fixé rendez-vous à la Maison des Sciences de l’Homme, le directeur de L’Evènement, Jean-François Kahn, lui ayant demandé de "faire un papier" sur le sujet. Celui-ci s’était intéressé au langage "stalinien" de droite comme de gauche, sans citer une seule fois l’expression langue de bois dans sa Guerre civile (1982). Elle semblait donc s’être répandue sous la plume des journalistes entre ces deux bornes, 1982 et 1984, avec suffisamment d’abondance pour qu’ils ressentent le besoin de lui faire un sort. La discussion a montré notre embarras devant ce phénomène désignatif. "La langue de bois, c’est toujours la langue des autres", constatait Patrick Sériot ; "Mais de quoi dit-on qu’elle est faite ? Qu’est-ce que ce bois ?", s’interrogeait l’un d’entre nous. Et notre interlocuteur demeurait perplexe, face à la langue de bois des linguistes pris au piège d’un mot.

  • 1 Séminaire de Lexicologie et lexicométrie politique à l’Université de Paris3 (exposés d’Agata Niewi (...)

2Quelques mois plus tard, le laboratoire de Saint-Cloud organisait un séminaire sur le discours de propagande et la "langue de bois"1. Jean-Paul Kauffmann, lui, servait déjà d’otage au Liban. Le 14 juin suivant, nous manifestions tous dans la rue parisienne pour sa libération. Devant nous, porte de bois.

LES MOTS DU BOIS

3Si le début des années 80 parait avoir compté dans une nouvelle vague de diffusion de l’expression, il est non moins certain qu’il faut remonter plusieurs dizaines d’années en arrière pour assister à l’arrivée en France de la première vague.

  • 2 Olivier Reboul, Langage et idéologie, Paris, PUF, 1980, p. 182 et P. Sériot, "Langue de bois et di (...)

41978 a été une datation proposée. Venue de Pologne, selon O. Reboul et P. Sériot, où elle existait sous la forme attestée de Dretwa mowa2 - certains Polonais pensent avoir entendu aussi Drewniana mowa - et où elle a été discutée, quoiqu’assimilée souvent au Newspeak orwélien et à son calque de Nowomowa, au cours de plusieurs séminaires ou colloques inspirés par Solidarnosc et organisés dans les Universités de Varsovie (octobre 1978 et avril 1981) et de Cracovie (janvier 1981), la lexie langue de bois fait, à la même époque, de fréquentes apparitions dans la presse française. Témoin cette citation du Nouvel Observateur en date du 5 juin 1978 : "Dans son Catéchisme du révolutionnaire, Netchaiev a mis définitivement en place les canons de l’organisation : primat de l’efficacité, nudité volontaire du vocabulaire (la langue de bois), bannissement de tout sentiment" (p. 67, c. 1).

  • 3 Signalé par Franz J. Hausmann, "Langue de bois. Etude sur la naissance d’un néologisme", in A. Bar (...)
  • 4 D’après P. Sériot ("Langue de bois et discours de vent", p. 7), le Dictionnaire de l’Académie polo (...)
  • 5 Il s’agit de l’article de J. L. Houdebine, "Avere uno Stalin sulla lingua" paru dans A. Verdiglion (...)
  • 6 Au sein de l’Institut national de la Langue française, une équipe basée à l’Université de Villetan (...)

5Toujours en 1978, un roman de Jurek Becker en Allemagne de l’Est évoque la "hölzerne Sprache"3. L’expression serait-elle passée par l’allemand avant d’atteindre le français ? Une certaine inadéquation de traduction apparait en effet aussi bien en français qu’en allemand : mowa est traduit par Sprache et par langue. Or mowa, c’est la parole ; mowicz, c’est "parler". La langue se dit jèzyk en polonais et, en effet, on trouve aussi, quoique moins populaires, des expressions comme jèzyk propagandy, langue de propagande, et jèzyk drzewny4, langue d’arbre. Même remarque pour la lingua di legno italienne, attestée deux ans plus tôt, d’après P. Sériot, dans la traduction italienne d’un article français5. Il fallait donc à tout prix remonter plus haut dans les années soixante-dix. C’est ce que nous avons fait en recourant aux trésors accumulés dans les fichiers de l’Institut national de la langue française (INaLF), à Villetaneuse, Besançon et Nancy6.

6Les plus anciennes attestations françaises recensées dans ces fichiers datent, en fait, des années 1950 puis des années 1970. La première vague se borne aux deux exemples que voici :

"La superposition de matérialisme (chiffres, objets, production) et d’idéalisme (nominalisme fonctionnel, ‘ langue de bois ’) [...] c’est l’expérience quotidienne" (F. Fortini, "La vision du monde chez Lucien Goldmann", Arguments, 3, avril-mai 1957, p. 30)
"La langue de bois utilisée [en Chine] par le parti traduit, comme toute langue rituelle, un refus ou une impuissance à formuler la réalités des faits" (Edgar Morin, Arguments, 23, 1961)

  • 7 Alain Besançon, Court taité de soviétologie à l’usage des autorités civiles, militaires er religie (...)
  • 8 A. Besançon, Les origines intellectuelles du léninisme, Paris, Calmann-Lévy, 1977.

7La seconde vague, plus tardive de vingt ans, montre que l’expression a fait son chemin dans les esprits Les journalistes politiques semblent tous la connaitre, Alain Besançon, par exemple, auteur de deux ouvrages très commentés à l’époque : Court traité de soviétologie..7 et Les origines intellectuelles du léninisme8. Il ressort de ces ouvrages que l’origine de la "langue de bois" communiste doit être recherchée chez Lénine et jusque chez les théoriciens révolutionnaires des années soixante du 19e siècle. On retrouve ici Netchaiev et ses projets d’attentats :

"Dans le Catéchisme, il se veut secret, écrit A. Besançon [...]. Il ne sera parlé que de ‘ tâches ’. C’est introduire ainsi un langage convenu, d’emploi obligatoire. Son emploi désigne une communauté d’adhésion à la doctrine. C’est dans ces cercles que se forge la future langue de bois. Elle forme le milieu et le lien des membres, occupant, si l’on peut dire, une fonction ‘ religieuse ’" (Les origines intellectuelles du léninisme, 1977, p. 134)

8Rien n’est dit sur la locution elle-même, sauf peut-être cette glose qui porte sur le mot logocratie, le pouvoir par le verbe... ou sur le verbe :

"Dans ce pays où le pouvoir est ‘ au bout de la langue ’, l’indice d’extension de la ‘ langue de bois ’ est l’indice le plus sûr de l’extension du pouvoir [...]. La logocratie assure une cohérence plus pure et plus lisse encore que l’idéocratie [...]. La première des treize censures par lesquelles doit passer, au dire d’Etkind, n’importe quel texte est une censure stylistique. Le redaktor rewrite le texte pour le rendre conforme aux usages rhétoriques de la langue de bois" (Court traité de soviétologie, 1976, pp. 35, 39, 51)

9L’oreille tinte : n’a-t-on pas déjà rencontré ce terme quelque part, avec le même contexte de censure politique ? Il apparait, en effet, dans un article du Nouvel Observateur, dû à Emmanuel Le Roy Ladurie, en date du 1er avril 1974 :

"La nouvelle classe [...] impose un langage spécifique qui n’a pas de valeur universelle mais dont les prétentions à l’universalité, si abusives qu’elles soient, sont étayées, bon gré mal gré, par un milliard d’hommes. Ce langage qu’on appelle aussi langue de bois ou logocratie s’est diffusé, non sans variations, dans les divers pays que gouvernent les partis communistes"(p. 48, c. 3).

  • 9 C. Milosz, La pensée captive. Essai sur les loogocraties populaires, Paris, Gallimard, 1953.

10Mais remontons plus haut dans le temps en tirant le même fil : logocratie n’est-il pas un néologisme propre à l’écrivain polono-français C. Milosz, qui l’a introduit dans le sous-titre de son ouvrage La pensée captive9, traduit du polonais par l’auteur lui-même en 1953 ? La lecture en est édifiante. Tous les termes accusateurs de cette logocratie sont là : la "Doctrine", la "Nouvelle Foi", la "Méthode" du "Diamat" (ou Matérialisme dialectique), le "Ketman", etc. Certes, aucune langue de bois ne figure en toutes lettres dans ce livre mais... arrivé à "C. ou l’esclave de l’histoire", chapitre consacré à un écrivain qui a vendu son âme à l’Etat, Milosz prend à son compte la réflexion suivante :

"Il aura, dans son appartement luxueux, cinq tables de travail, avec, sur chacune, un roman commencé, et il hurlera de désespoir, parce qu’il sait que ce qu’il écrit, c’est du bois !"

111953, la Pologne déjà...

12Vingt ans plus tard, plus que logocratie, qui n’a pas "pris", c’est langue de bois qui fait florès. Mentionnons deux derniers exemples. Claude Roy utilise, comme Le Roy Ladurie, la locution dans un sous-titre puis, en italique, à l’intérieur d’une parenthèse :

"Le rédacteur en chef de YAvante, qui vient de reparaitre au grand jour (un premier numéro hebdomadaire, hélas désolant de platitude, de langue de bois, de clichés dogmatiques et de mises en garde sommaires contre le sabotage par les grèves) dément, dans le Diario de Noticias, avoir dit qu’il est contre la grève"(p. 101, c. 1)

  • 10 Gilles Martinet, Les cinq communismes. Russe, yougoslave, chinois, tchèque, cubain, Paris, éd. du (...)

13Dans le livre de Gilles Martinet, analysé par E. Le Roy Ladurie, Les cinq communismes, réédité justement en 197410, c’est le guillemettage qui s’impose. La consultation de l’édition originale nous a permis de relever l’occurrence suivante :

"Les problèmes de vocabulaire ne sont pas pour autant négligeables. Il est assurément facile d’exprimer en termes simples et compréhensibles ce qui est généralement formulé en ‘ basic communist ’, l’affreuse ‘ langue de bois ’ des apparatchiki qui rappelle le jargon des médecins de Molière. Mais il est pratiquement impossible de ne pas utiliser certaines expressions qui supposent la connaissance des données conceptuelles du marxisme : le ‘ produit social ’, le travail ‘ socialement nécessaire ’, la ‘ valeur ’, le ‘ surproduit ’, la ‘ plus-value ’, etc." (p. 13)

14Langue de bois est donc une lexie sentie comme figée, à la fois allant de soi et mise à part. Elle n’est ni glosée ni reprise dans le cours du livre. Seule indication d’origine, italiquée en tant que terme étranger, les apparatchiki soviétiques. S’agirait-il d’une locution empruntée par G. Martinet directement au russe ? Il ne semble pas. Son arrivée dans le texte parait couler de source, comme si le lecteur était supposé déjà affranchi.

15On s’aperçoit aussi que, dans toutes ces attestations comme c’était le cas chez Edgar Morin en 1954, c’est non seulement la parole d’Etat soviétique ou polonaise mais tout le mouvement communiste qui se trouve concerné. Un entretien de Philippe Robrieux avec des journalistes du Nouvel Observateur abonde dans ce sens en attribuant cette fois la langue de bois au Parti communiste français :

"Duclos a proposé que 25 membres du comité central ne soient pas réélus. La plupart sont de glorieux anciens résistants, des anciens d’Espagne et aussi ceux que l’on nomme, dans la langue de bois du Parti, les ‘ hommes de masse ’, c’est-à-dire les hommes populaires" (26 mai 1975, p. 114, c. 2).

16C’est de la "bureaucratie soviétique" qu’il s’agit chez François Furet (Nouvel Observateur du 30 aout 1976, p. 49, c. 2) et de la Chine populaire puis de tous les pays de "despotisme bureaucratique" qu’il est question chez C. Roy (Nouvel Observateur du 25 avril 1977, p. 80, c. 2 et du 19 décembre 1977, p. 66, c. 2).

17Sur la vingtaine d’attestations recueillies dans les fichiers de l’INaLF et dans celui du Laboratoire de Saint-Cloud pour les années antérieures à 1980, on peut faire les observations suivantes :

  1. Il ne s’agit pas seulement de la Pologne mais, la plupart du temps, soit de l’URSS, soit du bolchevisme, soit de toutes les démocraties populaires, soit du Parti communiste français ;
  2. La lexie est, quasi chaque fois, mise typographiquement en valeur ou en retrait dans le texte, à l’aide de guillemets, de parenthèses ou par l’italique, comme pour une locution dont on désirerait pointer en passant l’étrangeté, l’originalité ou la spécificité ;
  3. En revanche, aucune de ces attestations ne se veut néologique : elles évoquent toutes une expression qui s’est dite ailleurs mais dont le premier émetteur reste anonyme ("on appelle", "on nomme", "elle se forge"). La locution est livrée toute faite, même chez G. Martinet en 1971 ;
  4. Les allusions françaises à George Orwell (entretien avec A. Besançon dans L’Express du 12 décembre 1978, p. 207, c. 1) n’arrivent qu’en 1978 et une référence directement polonaise qu’en 1979 (article de M. Lucbert dans Le Monde du 16 décembre 1979, p. 1, c. 4).
  5. Dès 1978, la zone d’usage où se meut l’expression commence à excéder le domaine communiste, par mimétisme. Témoin Georges Suffert, dans Le Point du 16 octobre 1978 :

"Les réunions de chrétiens prendront de faux airs de réunions de cellule : une langue de bois des militants catholiques viendra prendre le relais de la langue de bois communiste"( p. 237, c. 3).

18Aussi, malgré l’allusion à l’écriture de bois chez Milosz en 1953, est-il justifié de trouver dans le calque ou la traduction d’une locution polonaise, préexistante mais non attestée, l’introduction en français de langue de bois, si introduction il y a eu.

  • 11 P. Sériot, op. cit, p. 8.

19Une expression antérieure en russe aurait pu servir de premier patron. P. Sériot signale à ce propos un dictionnaire soviétique datant de 1957, où l’expression est commentée entre autres par "bureaucratique" ; il y mentionne également des variantes du type "langue de chêne", "langue taillée à la hache", "langue noueuse"11. Mais, toujours selon lui, aucune de ces formules, à la glose citée près, ne s’applique au discours d’Etat. Il y aurait donc décalage au niveau de l’emploi entre le russe et le français comme il pourrait y avoir déplacement au niveau de la forme entre le polonais et le français. Mais faut-il croire les dictionnaires, eux-mêmes officiels et idéologiques ?

  • 12 F. J. Hausmann, op. cit., p. 93.
  • 13 Sophie Huet, Philippe Langenieux-Villard, La communication politique, Paris, PUF, 1982, p. 148, 15 (...)
  • 14 "Je trouve que le parti communiste est loin d’être le seul à avoir une langue de bois [...]. J’est (...)

20La filiation avec une expression déjà répandue dans les Pays de l’Est est pourtant acceptée comme une évidence dans nos propres dictionnaires. Le Larousse encyclopédique cite la "langue de bois" dès aout 1981. F. J. Hausmann y a repéré la définition suivante : "Phraséologie stéréotypée utilisée par certains partis communistes et par les médias de divers Etats où ils sont au pouvoir", définition reprise par le Petit Larousse illustré de 198212. S. Huet et P. Langenieux réservent eux aussi l’usage du terme au discours d’Etat polonais et à ceux du PCF et de la CGT13 ; mais M. Massenet, à la même date, l’utilise consciemment au-delà de cette sphère d’emploi en évoquant une langue de bois libérale14. F. J. Hausmann remarque que, restreinte en effet dans ses premières apparitions au langage communiste, l’expression s’est élargie à "toute manière rigide de s’exprimer qui use de stéréotypes et de formules figées", ainsi que l’atteste la définition qu’en donne le Grand dictionnaire encyclopédique Larousse de 1984.

21Nous voilà revenus à notre date de départ, l’année Orwell, qui voit Denis Buican effectuer de premières variations à propos du "lyssenkisme français" ("Langue de bois, pensée de bois", Le Figaro, 7 février 1984), Michel Tatu parler du "camarade Tchernenko" comme d’un "menuisier du verbe" béat d’optimisme ("Cette langue de bois n’est pas venimeuse", Le Monde, 19 février 1984) et Jacques de Montalais stigmatiser à son tour "La langue de bois et ses abus" (Le Mon de, 4 avril 1984).

  • 15 Références : FRANTEXT (base de données textuelles de l’INaLF, Nancy), qui cite d’une part E. Garci (...)

22En fait, langue de bois existait en français depuis plus de soixante ans, mais pour de tout autres types d’emploi et avec de tout autres sémandsmes. C’est le cas en menuiserie (la métaphore porte alors sur la première partie de l’expression, puisqu’il s’agit d’une poignée résultant d’un évidement foré dans une pièce de bois) et en médecine vétérinaire (et la métaphore porte sur la seconde partie de l’expression, lorsque la langue d’un animal devient rigide au toucher)15. Aucun passage n’a été jusqu’à présent mis en évidence entre ces "langues de bois" techniques qui remontent au moins à 1921 et la métaphorisation complète de la "langue de bois" politique. Ce qui nous étonne, malgré cela, est l’aisance avec laquelle le calque, si calque il y a, même à tort, s’est glissé dans l’usage français.

  • 16 P. Sériot, ibid., p. 35, note 3.
  • 17 Pantagruel, Paris, La Renaissance du livre, s. d., tome 3, p. 161

23La formule y a rencontré en effet de multiples locutions, dont C. Duneton et P. Sériot ont donné quelques exemples : les "trompettes de bois" (inaudibles), les "heures de bois" (non payées), à l’instar de nos modernes "chèques en bois" non payables16. On peut leur adjoindre des expressions verbales comme "rester de bois" (sans réaction), "déménager à la cloche de bois (sans avertir ni payer), "trouver visage de bois" ou "porte de bois" (sans réponse, porte close) ou des lexies nominales comme "tête de bois" (insensible), "gueule de bois" (abruti), "dieux de bois" et "idoles de bois" (faux dieux), "croix de bois" (anonymes ou presque). La connotation possède, dans tous ces cas, la même valeur péjorative : "de bois" image tout manque de résonance, toute absence d’écho, à la fois incompréhension, voire insensibilité, incapacité ou refus de discuter et, dans ses conséquences, fausseté, mensonge, illusions ou, à tout le moins, infidélité de l’information. C’était déjà le cas pour le Panurge de Rabelais, qui parle de "serment de bois" à propos des voeux prononcés par le frère Fredon, adepte du monosyllabisme mais non de la monogamie : "Par ledit serment de bois qu’avez faict [célibat], quelle est la saison de l’année quand plus laschement le faites [l’amour] ?-Aoust"17.

  • 18 Serge Tchakhotine, Le viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1952.

24Faut-il alors, avec P. Sériot, conclure à une autonomie sémantique française de langue de bois ? L’antériorité (16e siècle, on le voit) des sèmes majeurs de l’expression à l’intérieur du complément déterminatif "de bois" explique pourquoi elle a pu se couler dans la polémique sur le discours politique avec une telle facilité, quasi à notre insu, que sa présence a dû sembler, à l’origine, naturelle et que personne n’en a signalé l’apparition. C’est la trop grande fréquence d’emploi atteinte au début des années quatre-vingts qui a attiré l’attention sur elle. Dans Le Monde du 30 décembre 1983, Michel Heller remarquait à propos du "novlangue" : "Les Français, ces derniers temps, ont coutume de l’appeler ‘ langue de bois ’, expression traduite du polonais dans les années 50". Hors l’allusion de Milosz et l’occurrence, au pluriel, de Fortini, nous n’avons rien trouvé dans les années 50, même dans la dernière édition de l’ouvrage fameux de Tchakhotine18. Contentons-nous donc, pour illustrer l’emploi du terme, de 1988 et de la cinquantaine d’attestations que nous avons pu rassembler dans la presse française de cette année-là.

LE BOIS DES MOTS

  • 19 Sigles utilisés pour les journaux inventoriés : NO = Nouvel Observateur, M = Le Monde, L = Libérat (...)

25Pour tenter de préciser les caractères attribués à cette "langue de bois", tellement vide par elle-même, il faut questionner les mots de l’entourage. Nous avons choisi dans un corpus de presse de l’année 198819 quatre sortes de cooccurrents en relation directe avec la locution : ses synonymes et apparentés, ses antonymes et adversaires, ses qualifications et déterminations, ses zones d’usage, lesquels formeront quatre réseaux sémantiques qui nous permettront de cerner l’expression de l’extérieur, la prenant au piège de ses manigances. De quel bois s’y chauffe-t-on ?

26Le relevé de ces éléments de contexte met en relief les réactions les plus fortes des commentateurs à un certain type de discours. Par là-même la lecture qu’ils en donnent est polémique, voire caricaturante, et elle apparait souvent excessive, puisque réduisant le discours de l’Autre à un aspect entièrement négatif, objet de rejet en tant qu’expression d’un Pouvoir mis en cause.

Synonymes et apparentés

27La langue de bois s’identifie et s’apparente le plus fréquemment à un paradigme où l’on trouve : "le langage officiel", "la langue officielle des politiques", "la campagne officielle", "un personnage officiel", "l’exposé officiel", "l’humour officiel" ou, pour la cerner avec plus de précision sur son terrain majeur, la politique, "le métalangage des hommes d’appareil" (Po, 25.2.1988) ou "des apparatchiks de la presse (M, 25.10). On peut cependant souligner que les formules et les analyses en usage dans des sphères aussi variées que l’état-major de la SNCF, la télévision, voire le monde de la critique littéraire et artistique, peuvent se trouver englobées dans la même accusation d’être "de bois" : la philosophie française est dite "affranchie des idéologies dominatrices tombées en quenouille les unes après les autres, dégagée depuis 1968 de sa langue de bois universitaire, débarrassée des maitres-penseurs et de leur diktats impériaux" (E, 8.9) ; "un artiste a laissé au vestiaire sa langue de bois et l’humour officiel" (Po, 7.10) ; "Mme le Recteur ne déteste pas les discussions byzantines [...] mais elle traque la langue de bois et les théories fumeuses [...] Elle sait ce que sont les barrières de la langue" (J, 14.10). Faut-il voir là l’effet d’une confusion entre ce qui est institutionalisé, ce qui se réfère à une idéologie et enfin ce qui peut contribuer à asseoir une domination ? Cette extension du qualificatif "de bois" conduit à s’interroger sur la possibilité qui reste à un énoncé politique, même s’il parle avec raison de "lutte de classe" (Po, 14.10), de ne pas se trouver pris dans le champ envahissant de la langue de bois...

  • 20 Annie Geffoy, "Les dictionnaires socio-politiques. 1770-1815", dans Dictionnaires des usages socio (...)

28Une autre acception usuelle de l’expression renvoie à la notion d’incompréhension. Qu’il s’agisse de codes spécialisés, dont le mode d’emploi n’est pas diffusé afin de préserver un corps, ou de charabias déconnectés de la réalité commune, c’est ici une "contre-langue"20 qui est critiquée parce qu’elle interdit la communication en établissant "un dialogue de sourds" (E, 12.5 et 18.8), un "non-sens unique" (Po, 7.10) du locuteur au récepteur. L’idéologie révolutionnaire du début du siècle est montrée en exemple d’une vision sans doute sincère mais filtrée et déformante du réel ; l’usage de langue de bois, à ce propos, est fait par analogie avec la rhétorique artificielle qui traverse les discours politiciens, argumentaires immobiles, analyses inamovibles, attitudes diplomatiques figées, etc. : "Pessoa s’amuse manifestement de la langue révolutionnaire de ce début de siècle (déjà de bois), de l’idéologie volontariste de son héros" (L, 3.8).

  • 21 Patrick Champagne, "Le cercle politique", Actes de la recherche en sciences sociales, 71-72, mars (...)

29Un troisième usage consiste à qualifier de langue de bois les expressions stéréotypées, "langage convenu" fait de "petites phrases à la mode" (Edmond Maire, Congrès confédéral de la CFDT, 25.11.1988) propres à certains milieux, slogans et mots d’ordre qu’on répète, clichés télévisuels dont on ressort "repus" et "saoulé" (M, 2.5), "articles sans vie, vides de sens, plats et insipides" (M, 18.10), peut-être parce qu’ils ont perdu tout contenu sémantique : les hommes politiques, interrogés à la télévision, se voient par exemple accusés d’utiliser un code préfabriqué, sans innovation, donc "ennuyeux"21.

30Ces trois usages principaux et bien attestés se trouvent réunis dans toute critique ayant trait au discours communiste : le référent princeps est, bien entendu, le langage "de bois" soviétique ou pro-soviétique, rigide, indéformable :

  • 22 Denis Peschanski, Et pourtant ils tournent. Vocabulaire et stratégie du PCF (1934-1936), Paris, Kl (...)

"Un vocabulaire de bois ? Qu’il faille décrire le discours communiste ancien ou actuel, d’opposition ou de pouvoir, et l’expression ‘ langue de bois ’ semble tout résumer. Dans la mesure où cette caractérisation ne peut s’expliquer uniquement par l’idéologie, il nous faut savoir où elle se nourrit : dans les stéréotypes lexicaux ou syntaxiques, dans la répétition des formules ou le figement des structures argumentatives ?"22

31Mais l’usage de langue de bois va plus loin ; il désigne indifféremment ce discours de Pouvoir et sa rigidité rhétorique, toute absence de nuance et de compromis que gèlent des formules toutes faites, l’"état monolithique du camp gouvernemental" (L, 23.8), voire sa méthode de pensée ("l’esprit de bois", M, 15.12) qui fait qu’un Bilak "fait figure de fossile, enferré dans sa langue de bois, [...] incapable de s’adapter à la nouvelle ère" (L, 16.12). La langue de bois réside, bien sûr, dans le discours, mais elle est pourchassée jusque dans la pensée elle-même.

Qualifications et déterminations

32Ce qui frappe tout d’abord dans les qualités associées à langue de bois, c’est qu’il s’agit le plus souvent d’images : images de lutte contre une pathologie physique, morale, intellectuelle ; images hypertrophiées d’un axe des temps raccourci, sur lequel notre modernité côtoie une langue "archaïque" (M, 12.10), qualificatif qui n’appelle pas à la nuance. Ainsi le "laminage chiraquien" est appelé "langue de bois antédiluvienne", après des assertions aussi abusives que "les socialistes n’ont pas changé" et "le collectivisme est aux portes" (L, 14.3). Autres images, doublant l’effet de la métaphore boisée : os, gangue, béton, bronze, masques, etc.

"Le discours politique traditionnel est comme ossifié dans une gangue de mots spécialisés" (Po, 25.2)
"Après décembre 1981, un véritable concours de langue de bois stalinienne s’est déroulé dans le camp gouvernemental. On observe aujourdhui tout le contraire : des gens de l’appareil, même ceux qui tombent traditionnellement d’accord avec le béton du parti multiplient des déclarations pleines de libéralisme antistalinien" (L, 23.8).

33Deuxième remarque : l’emploi de langue de bois est toujours inscrit dans un jugement négatif très marqué. Elle "rebute" (E, 12.5) ; elle "brouille les cartes" (P, 15.8) ; elle "rappelle fâcheusement certains souvenirs" (L, 20.8) ; on "la supporte de plus en plus mal" (M, 18.10) ; elle "est frappée au chapitre de la sexualité d’un handicap constitutif (Po, 25.2) ; ses "tabous commencent à tomber" (M, 25.10). Cet aspect d’humeur est au fond paradoxal, puisque les observateurs, qui se veulent indépendants, ne font pas montre dans ces textes d’une critique bien "scientifique". L’emploi de langue de bois dans un jugement négatif revient, en effet, à pratiquer une contre-censure de surface, puisqu’il signifie qu’on se refuse à discuter l’argumentaire du discours. L’expression n’est plus associée à la discussion ; son emploi au sein d’une satire dégage lui-même une valeur "de bois", aussi fermée que ce qu’elle dénonce.

Antonymes et adversaires

34A l’inverse de ses équivalents et de ses qualifications, les antonymes de langue de bois ne sont pas placés sur le même plan. Par exemple, on observe que lui sont opposés la "langue du coeur qui parle" (André Sainjon : "C’est la langue du coeur contre la langue de bois", Po, 14.10) ou encore "l’humour noir, sans retenue" et le pouvoir de "dire uniquement ce qu’on pense" (Po, 7.10), le "langage populaire" ou la "grivoiserie comme facteur de complicité" (Po, 25.2), "le bouillonnement" et "les langues engourdies" qui "se délient" (M, 25.10), "le trublion de l’institutionnel" et "le professionnel au style direct" (R. Meynard, Po, 14.10), "le parler vrai" (Po, 14.10 ; M, 18.10), "l’heure de vérité" (M, 28.7), "perestroïka et glasnost soviétiques" ou "souffle de renouveau venant de l’Est" (M, 27.7), "nouveau langage soviétique version glasnost" (M, 12.10), décrispation, dégel, ouverture du dialogue, masques qui tombent, innovation, etc. "Mais ce que la Une nous prête obligeamment, le soir au fond des bois, c’est du faux rire de vrai bois, comme on dit de la langue qu’on cause aux électeurs" (E, 27.10).

35Il en résulte que "parler librement" consiste à "exprimer ses impulsions, ses désirs, ses plaisirs" (E, 27.10) ; c’est parler de manière imprévisible, incontrôlée, sentimentale, voire individuelle ou conviviale, bref "dialoguer avec les autres" (France-Inter, 27.10). L’antonyme de langue de bois se situe ainsi à l’opposé de la rigidité. Face à un discours bloqué, il y aurait un langage non rigide parce que non pré-constitué, capable de "faire feu de tout bois" (E, 8.9) : "Les plumes s’allègent, la langue de bois est encore usitée. Mais elle est rabotée et bientôt sera polie" (M, 25.10).

36Cependant, pour spontanée et immédiatement compréhensible que soit une telle antonymie, on ne sait pas si l’opposition entre un langage établi et un langage qui ne l’est pas se situe au plan argumentatif, lexical ou rhétorique, ou au plan des modes de communication.

37Au plan argumentatif, l’antonyme de langue de bois est soit "l’usage d’une parole confisquée" (M, 25.10) ou la "culture accessible à tous" (J, 11.12), soit "la liberté d’informer" (Po, 14.10), soit le "doute" (P, 15.18) ou encore les "audaces intellectuelles" (M, 27.7). C’est l’antagonisme qui existe entre la censure et la liberté d’expression et de pensée.

38Au plan lexical et rhétorique, la langue de bois est incompatible avec un "lexique sexuel, érotique ou charnel" ; elle se heurte au style direct, au "ton qui tranche", voire à la "paillardise". On oppose en somme deux styles de langage, contraste de simple présentation, pourrait-on penser.

39Ce n’est pas le cas au plan de la communication : il existe une opposition profonde, quoiqu’elle reste difficile à cerner avec précision. Ce qui est valorisé s’étend, on l’a vu de la "langue du coeur" au fait de "rigoler", à "l’humour", à la "grivoiserie", à "l’air du temps, l’air de rien, l’air intelligent, l’air d’opéra" (E, 8.9), qui vont jusqu’à prendre, dans leur légèreté, "le risque du concret".

40A travers tous ces adversaires, la langue de bois est assimilée à un agent de blocage de toute espèce de communication sociale. Son contraire dans ce cas est très flou ; cela peut-être n’importe quoi du moment qu’on se trouve "tous unis contre" (L, 9.3). L’expression langue de bois devient un slogan lancé contre tous les pouvoirs qui sont censés l’utiliser. Antonyme négatif, utopique, et non pas positif, constructif.

Zones d’usage

41Les zones de son emploi ont, elles aussi, en commun cette idée que la langue de bois est la langue de ceux qui détiennent un pouvoir - l’autorité politique, l’institution scolaire et universitaire, l’administration, etc. - même s’il s’agit de pouvoirs symboliques, tels que pouvoir télévisuel, intellectuel, artistique, etc.

42Toutes les valeurs que nous avons dégagées sont applicables aux caractéristiques venues de l’Est. On peut remarquer que l’adjectif le plus fréquent est "stalinien" et que, face à lui, apparait en antonyme, relativement fréquent en 1988, l’adjectif "gorbatchévien". C’est rester dans le même cadre. Le langage politique est ainsi vu comme une extension, y compris dans son renversement, du modèle discursif des pays de l’Est. A sa suite viennent tous les langages quasi officiels, ceux des "prétendants" au pouvoir (comme les corporations), ceux des para-pouvoirs (tels les clans universitaires) ou des pseudo-pouvoirs (ainsi des modes intellectuelles).

Le sème de l’échec

43L’analyse de la cinquantaine d’extraits de presse de 1988 aboutit, on le voit, à un échec définitoire : l’objet désigné glisse entre les doigts, s’appliquant à tout et à rien selon les besoins de la polémique. Il en est toujours ainsi avec les outils idéologiques. Le bois n’est pas dans la langue mais dans l’usage dénoncé qu’on en fait. Ce que nous avons au passage reconnu comme un objet n’est qu’une parole systématisée, une rhétorique, par ailleurs très facile à caractériser puisque caricaturale.

44Pour premier trait, elle a d’être assimilable à un jargon, nécessitant une sorte de décodage, c’est-à-dire à un langage technique, spécialisé, archi-normalisé, catéchisé même, et qui reste froid et sans prise affective sur un auditoire qui ne se sent pas concerné.

  • 23 Lénine, Sur la phrase révolutionnaire, Moscou, éd. du Progrès, 1971, p. 26.

45En deuxième lieu, la langue de bois est vécue comme un "ronron" de par son aspect stéréotypé, mécanique, ultra-répétitif parfois, qui rend impossible toute évolution y compris tactique et toute adaptation au réel. C’est alors une litanie sans racine et surtout sans présent, hors temps. Lénine disait cela à propos de la "phrase révolutionnaire", qui tend selon lui à "la répétition de mots d’ordre sans égard aux circonstances objectives"23.

46Un troisième caractère universellement dégagé montre la langue de bois ressentie comme "intox", une volonté d’illusionnement par le discours. Elle est dénoncée en tant que langage en trompe-l’oeil, inauthentique, procédant par affirmations péremptoires, voire contre-vérités, qui lui confèrent une fonction de propagande. Mais cette fonction, la remplit-elle ?

47La critique des discours faits de ce bois conduit à voir les effets et les cibles visés se réduire à des monologues qui seraient destinés à des sourds. La question de leur efficacité réelle est donc posée.

48Résumons les griefs : troubles de la référence (parler pour ne rien dire), rabâchage (réciter des formules toutes faites), incompréhension de l’auditoire (parler chinois, parler dans le vent), absence de toute possibilité dialogale et critique. Chargée de caractériser un certain discours politique, l’expression langue de bois ne veut-elle pas marquer, tout simplement aujourdhui, l’échec même du discours ?

Notes

1 Séminaire de Lexicologie et lexicométrie politique à l’Université de Paris3 (exposés d’Agata Niewiarowska, de Patrick Sériot et de Maurice Tournier). Cette discussion sur la notion et l’expression de "langue de bois" s’est poursuivie dans la revue Mots (numéros 11, octobre 1985 et 13, octobre 1986).

2 Olivier Reboul, Langage et idéologie, Paris, PUF, 1980, p. 182 et P. Sériot, "Langue de bois et discours de vent", Essais sur le discours soviétique, revue de l’Université Grenoble 3, n° 2, p. 5-39. Voir aussi, de P. Sériot, le compte rendu du dictionnaire sur la "langue politique soviétique" de Ilya Zemstov (1986) dans Mots, 17, octobre 1988, p. 248-251.

3 Signalé par Franz J. Hausmann, "Langue de bois. Etude sur la naissance d’un néologisme", in A. Barrera-Vidal, H. Kleineidam, M. Raupach éd., Französische Sprachlehre und Bon Usage, Festschrift fur Hans-Wilhelm Klein zum 75, München, Hüber, 1986, p. 91-102.

4 D’après P. Sériot ("Langue de bois et discours de vent", p. 7), le Dictionnaire de l’Académie polonaise de 1960, en plaçant Dretwa mowa à l’entrée Dretwy avec le sens de "langue figée", fait dériver l’expression du verbe Dretwicz ("se figer") et non pas de Drzewo (arbre), d’où viendrait Jèzyk drzewny, ni de Drewno (bois mort), d’où viendrait Drewniana mowa. Confusion étymologique, en polonais même, pour dretwy, par analogie phono-sémantique ? Confusion de traducteur ? Double confusion ?

5 Il s’agit de l’article de J. L. Houdebine, "Avere uno Stalin sulla lingua" paru dans A. Verdiglione éd., Sessualità e potere, Venezia, Marsilio, 1976 (dans P. Sériot, op. cit., p. 8). Nous devons à la vérité de dire que tous les locuteurs italiens interrogés, bien qu’attentifs au discours politique, ignorent la lexie lingua di legno : celle-ci serait un pur calque du traducteur... sur le français.

6 Au sein de l’Institut national de la Langue française, une équipe basée à l’Université de Villetaneuse a pour tâche de recenser les néogismes parus de nos jours dans certains organes de presse (Archives du français contemporain). Certaines attestations sont déjà accessibles à travers la base BORNEO de l’INaLF. Nous remercions tout particulièrement Marta Trégouet pour les recherches qu’elle a effectuées dans les fichiers de l’INaLF à notre intention, ainsi que Pierre Enckell, Christiane Têtet et Patrick Sériot pour les attestations les plus anciennes communiquées par eux.

7 Alain Besançon, Court taité de soviétologie à l’usage des autorités civiles, militaires er religieuses, Paris, Hachette, 1976.

8 A. Besançon, Les origines intellectuelles du léninisme, Paris, Calmann-Lévy, 1977.

9 C. Milosz, La pensée captive. Essai sur les loogocraties populaires, Paris, Gallimard, 1953.

10 Gilles Martinet, Les cinq communismes. Russe, yougoslave, chinois, tchèque, cubain, Paris, éd. du Seuil, rééd. 1974 (1ère édit 1971 ; B N, cote : 16°G.3658).

11 P. Sériot, op. cit, p. 8.

12 F. J. Hausmann, op. cit., p. 93.

13 Sophie Huet, Philippe Langenieux-Villard, La communication politique, Paris, PUF, 1982, p. 148, 154.

14 "Je trouve que le parti communiste est loin d’être le seul à avoir une langue de bois [...]. J’estime que nos dirigeants libéraux ont parlé une langue de bois" ("Table ronde sur le langage politique", dans Lu, 17, mars 1982, p. 16).

15 Références : FRANTEXT (base de données textuelles de l’INaLF, Nancy), qui cite d’une part E. Garcin, Guide vétérinaire, 1944, et d’autre part J. de Pesquidoux, Chez nous, tome 2, 1923 : "Dans la masse de la boule est creusée une poignée : un trou où passer le pouce, une brèche où introduire les autres doigts, qu’une courte pièce de prise, qui n’est que la langue de bois laissée par le forage, relie". (texte de mai 1921).

16 P. Sériot, ibid., p. 35, note 3.

17 Pantagruel, Paris, La Renaissance du livre, s. d., tome 3, p. 161

18 Serge Tchakhotine, Le viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1952.

19 Sigles utilisés pour les journaux inventoriés : NO = Nouvel Observateur, M = Le Monde, L = Libération, P = Le Point, Po = Politis, J = Le Journal du dimanche, E = L’Evénement du Jeudi.

20 Annie Geffoy, "Les dictionnaires socio-politiques. 1770-1815", dans Dictionnaires des usages socio-politiques. 1770-1815, Paris, Klincksieck, p. 28 (coll. Saint-Cloud).

21 Patrick Champagne, "Le cercle politique", Actes de la recherche en sciences sociales, 71-72, mars 1988, p. 87.

22 Denis Peschanski, Et pourtant ils tournent. Vocabulaire et stratégie du PCF (1934-1936), Paris, Klincksieck, 1988, p. 145 (coll. Saint-Cloud).

23 Lénine, Sur la phrase révolutionnaire, Moscou, éd. du Progrès, 1971, p. 26.

Notes de fin

* Article (rédigé en collaboration avec Carmen Pineira) paru, en grande partie, dans Mots, 21, décembre 1989, p. 5-19.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540