Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Des intellectuels à propos de quelques livres récents*

Texte intégral

  • * Chronique parue dans Mots, 37, décembre 1993, p. 106-110.
  • 1 Cf. Danièle Bonnaud-Lamotte, Jean-Luc Rispail éd., Intellectuels des années trente, entre le rêve (...)

1L’"intellectuel"1 : le mal-vu de l’autre, une menace pour l’ordre social, un empêcheur de dominer sans témoin, bref la mauvaise conscience. Cela n’est pas une définition de dictionnaire, on s’en doute. Et pourtant... Ce terme, aussi abstrait qu’idée ou intellect, ne cesse d’être chargé des péchés du monde politique.

  • 2 Le premier manifeste des intellectuels dreyfusards a paru dans L’Aurore du 14 janvier 1898.
  • 3 Le terme serait né en tant que substantif dans son usage social vers 1888. Cf. Geneviève Idt, "Les (...)
  • 4 Cf. Pascal Ory, Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France, de l’Affaire Dreyfus à nos j (...)
  • 5 "Ces eunuques d’intellectuels", "un étudiant trop intelligent pour être intellectuel", "un univers (...)
  • 6 Ibid., p. 85.

2Le mot est socialement né avec l’Affaire Dreyfus et les 3000 signatures d’universitaires et étudiants, membres de professions libérales et hommes de lettres, recueillies par G. Clemenceau dans L’Aurore en janvier 18982, même s’il préexistait, déjà à titre de substantif, dès la fin des années 18803, puisqu’on le retrouve dans les colonnes du Journal (au moment du procès des anarchistes) employé en bonne part sous la plume de M. Barrès, son pourfendeur anti-dreyfusard, dans un article du 20 septembre 1894, "La question des intellectuels"4. L’usage, repris par L. Herr et L. Blum dans La Revue blanche, cadre le mot manifestement à gauche, jusqu’au début des années 1920, malgré les regrets de certains polémistes de droite : "Où sont les intellectuels ?" demandait R. Doumic en 1899. Intellectuels devient une insulte dans le discours anti-dreyfusard : on le voit sur les mentions qui accompagnent la souscription au "Monument Henry" (le faussaire suicidé)5. Le regroupement sous les présidences de M. Barrès et de F. Coppée d"’intellectuels d’Académie" (selon l’expression de J. Jaurès), au sein de la Ligue de la patrie française sera un échec. L’affaire Thalamas en 1904-1909 (l’historien avait osé parler d"’hallucinations auditives" au sujet de Jeanne d’Arc) voit les camelots se déchainer contre la Sorbonne républicaine et le "parti intellectuel". La guerre de 1914-18 fournit des sujets nombreux à l’affrontement des clercs, bellicistes contre pacifistes, mais, si un référendum du Canard Enchainé désigne Barrès et G. Hervé comme les "chefs de la tribu des bourreurs de crânes" (1917), le terme d’intellectuel sort des controverses sain et sauf. L’ancrage à gauche s’exprime encore sans doutes ni ambages dans la Déclaration de l’Indépendance de l’Esprit, lancée par R. Rolland en 1919 aux "intellectuels" ou "travailleurs de l’Esprit" et dans le Couteau entre les dents. Aux intellectuels, manifeste d’H. Barbusse de 1921, où les "intellectuels", "qui ont le don quasi divin d’appeler les choses par leur nom" sont décrits comme "détenteurs de la logique immanente"6

3A cette époque pourtant se manifestent quelques "intellectuels" classés à droite, dont à nouveau Barrès lui-même (cf. L’Appel du Rhin, 1919). Parait le manifeste nationaliste Les intellectuels aux côtés de la Patrie (Le Figaro, 7 juillet 1925). La mention restrictive "intellectuels de gauche" se répand alors, à propos de L’Appel aux travailleurs intellectuels, de Barbusse à nouveau (diffusé par L’Humanité du 2 juillet 1925) et du Devoir des intellectuels contre la guerre, de R. Rolland à nouveau, paru en 1927.

4Il s’agissait de la guerre du Maroc. Deux camps d"’intellectuels" se disputaient l’appellation, les uns se revendiquant plutôt de l’"Esprit" et de la "Pensée" et les autres, d’abord avec le mot Intelligence (cf. l’appel aux "intelligences" de Barrès dès 1899 et surtout L’Avenir de l’Intelligence, Maurras 1905), refusant de laisser "accaparer" l’"internationale de la pensée" (R. Rolland) par les "intellectuels bolchevistes" (H. Massis, Pour un parti de l’Intelligence, Le Figaro, 19 juillet 1919). Intellectuels devient dès lors une étiquette disputée entre "intellectuels de gauche" et "élite intellectuelle" (de droite). "L’élite intellectuelle a le sens de sa responsabilité sociale" écrit Massis.

5Dix ans plus tard, il s’agit du fascisme italien et de sa conquête éthiopienne. Même "responsabilité sociale" revendiquée à droite dans un Manifeste d’intellectuels français pour la défense de l’Occident (Le Temps, 4 octobre 1935) dû en grande partie à Massis : "A l’heure où l’on menace l’Italie de sanctions propres à déchainer une guerre sans précédent, nous, intellectuels français, tenons à déclarer..." La revue Monde répliquera en octobre à ces "intellectuels de droite" (J. Cassou) et Europe en fera de même en novembre envers les "intellectuels fascistes". Face au "Comité de vigilance des intellectuels antifascistes" créé en mars 1934, existe désormais un clan se revendiquant du même drapeau lexical. Epiques batailles de signatures entre "intellectuels" (Guerre d’Espagne, Munich, etc.). L’étiquette dans son usage bi-polaire est avalisée.

6Moyennant quoi, pendant les années trente, son usage ironique va s’amplifiant lui aussi ; on stigmatise à droite le "vieux monde gaga des intellectuels de gauche" (1934, Drieu) et, dans la presse pétainiste de l’été 40, "la responsabilité des intellectuels" ; on accuse à gauche "l’aristocratie intellectuelle, la caste des scribes" (1932, Barbusse), "la caste des intellectuels" (1934, Rolland), "un quarteron d’intellectuels" (1936, J.-R. Bloch), "l’intellectuel bourgeois" (P. Nizan, L’Humanité, 7 aout 1937) ou "petit-bourgeois" (1931, L. Werth), voire le "malin intellectualiste", "produit de la décomposition bourgeoise" (Werth).

7D’où une relève nécessaire des mots. Présent dans la presse française mais dans un contexte soviétique dès 1917-1918, le nom d’intelligentzia, non traduit ou traduit par intelligence : "D’un côté de la barricade, le gouvernement, - fleur raffinée de la bourgeoisie libérale et éclairée, suprême bouquet de ce que l’on appelle en Russie, l’‘ Intelligence ’" (Serge de Chessin, L’Illustration, 28 juillet 1917) ; "Plékhanof, mort [...] entouré des regrets d’une élite, l’Intelligentsia, les classes cultivées et le prolétariat éclairé" (L’Illustration, 7 septembre 1918), le terme russe se diffuse dans la gauche littéraire française au début des années trente, chez Rolland, Aragon, Bloch par exemple (orthographié intelligentzia chez Aragon en 1934). Auparavant on l’avait traduit par l’ancien terme de Maurras et de Massis, L’Intelligence (cf. L’Illustration du 17 aout 1918 : "Il y a, entre les 150 millions d’êtres qui constituent le peuple et ce que l’on appelle en Russie l’‘ Intelligence ’, un abime infranchissable"), calque repris en 1931 dans La Critique sociale de B. Souvarine.

8Sur l’autre bord, face aux "intellectuels avariés" (T. Maulnier), on essaye, après cette Intelligence, qui n’avait pas "pris", de lancer le collectif l’Intellectualité (Marcello-Fabri, L’Age nouveau, 1938), sans davantage de succès. Intellectuel reste le mot-pivot, douteux, des désignations : le journal pétainiste Au pilori écrit à propos de Drieu La Rochelle : "C’est un intellectuel, bien sûr, mais c’est un vrai".

  • 7 Cf. Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli, La guerre d’Algérie et les intellectuels français, (...)

9Dès la fin de la seconde guerre mondiale, les "intellectuels" seront de retour, notoirement ré-ancrés à gauche. La dénonciation de la "guerre d’Algérie" fera ressurgir l’intellectuel des manifestes et des manifestations, toujours aussi vert et aussi détesté du pouvoir7. Décidément, ce mot est un chiendent...

Notes

1 Cf. Danièle Bonnaud-Lamotte, Jean-Luc Rispail éd., Intellectuels des années trente, entre le rêve et l’action, Paris, éditions du CNRS, 1989,280 p.

2 Le premier manifeste des intellectuels dreyfusards a paru dans L’Aurore du 14 janvier 1898.

3 Le terme serait né en tant que substantif dans son usage social vers 1888. Cf. Geneviève Idt, "Les intellectuels avant l’affaire Dreyfus", Cahiers de lexicologie, 1968-2, p. 35-46.

4 Cf. Pascal Ory, Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France, de l’Affaire Dreyfus à nos jours, Paris, A. Colin, 1993, 272 p. Un hapax est signalé chez Renan dans un manuscrit de 1845-46 des Cahiers de jeunesse (Ibid. p. 7).

5 "Ces eunuques d’intellectuels", "un étudiant trop intelligent pour être intellectuel", "un universitaire, victime des intellectuels" (Ibid., p. 21).

6 Ibid., p. 85.

7 Cf. Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli, La guerre d’Algérie et les intellectuels français, Cahiers de l’IHTP, CNRS, n° 10, novembre 1988, 260 p.

Notes de fin

* Chronique parue dans Mots, 37, décembre 1993, p. 106-110.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540