Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

À propos du livre de Francesco Siccardo, “intégriste” e “intégrisme” : stratigrafia di due vocaboli francesi*

Texte intégral

  • * Genova, Facoltà di Scienza Politiche, 1979,127 pages. Le compte rendu de cet ouvrage a paru dans M (...)

1Ces mots ont eu et gardent des usages beaucoup plus complexes qu’il ne semble, propres aux confusions comme aux retournements. Extrême intransigeance d’une religion qui cherche à imposer ses règles à toute une société et cela jusqu’au sommet du pouvoir, en voulant régenter la vie de chacun sur le territoire conquis, tel était le sens originel, venu d’Espagne à la fin du siècle dernier, avec la traduction en 1887 du livre de Felice Sarda, Le libéralisme est un péché. Cette domination du politique par le religieux, propagée par l’Union Catolica (créée en 1881) et marquée par les lexies "integrismo catolico", "integrismo espanol" en 1885, voyait dans tout pouvoir un serviteur de l’Eglise. Le "Partido integrista" de Ramon Nocedal a pris, lui, pour programme "la unidad catolica, integra, pura" et pour devise le célèbre "Solo Dios basta" (1892). Le pape ne réfutait pas alors ces positions, bien au contraire. C’était l’époque du Syllabus.

2Cet usage est toujours de mise, au moins dans les accusations de ses adversaires. Il s’est même étendu aux autres religions : Le Monde parle d’un "intégrisme révolutionnaire islamique" (26 juillet 1977) et d’un "intégrisme juif" (30 mars 1979). En même temps, on peut faire état d’un renversement complet des perspectives : c’est le politique qui deviendrait lui-même religieux, poussé par un désir égal d’absolu dans la domination. On situe alors, aux deux extrêmes, un "intégralisme de type fasciste" au début des années 1930 au Brésil (Vargas), un noyau "irréductiblement intégraliste" au PCI (1977) et de "tendance intégriste dans le PCF" (1978). Dans les deux cas, fanatisme et totalitarisme sont montrés au bout du chemin.

3Mais tout n’est pas si simple, et le petit livre de Francesco Siccardo, merveilleux d’érudition en toutes langues, montre comment les valeurs d’intégrisme, -iste se mélangent à celles apportées par intégral, -isme, -iste et ne sont pas toutes filles du fanatisme totalitaire.

4Ces termes peuvent avoir, par exemple, un emploi exclusivement religieux, lorsqu’ils servent, au tout début du siècle, à caractériser l’opposition au modernisme exégétique (de l’abbé Loisy) ou philosophique (du père Laberthonnière) : "Il y aura toujours dans l’Eglise des intégristes et des modernistes" (A. Dansette, 1957). Un usage commun réduira cet intégrisme interne à l’Eglise romaine à une sorte de "mauvais traditionalisme" (J. Daniélou, 1974).

5Ces termes peuvent aussi s’employer dans un sens purement politique. Cela est valable aussi bien pour le "socialisme intégral" de B. Malon (1890), qui cite Yintégralisme de Fourier, que pour le "nationalisme intégral" de C. Maurras ou le Rexisme de L. Degrelle, 1930, (où royalisme, Etat fort, Dictature utilisent les ressorts du religieux).

6Emplois littéraires et artistiques, sans débordement, au début de notre siècle : intégralisme sert, par exemple, à nommer une école poétique qui "exprime la vie humaine en fonction de l’humanité tout entière" (A. Lacuzon, 1902). Emploi humaniste chez J. Maritain, où intégral prend ses valeurs positives dans une éthique de l’"intégrité" : tel est l’"Humanisme intégral" de J. Maritain (1936). Déjà, trente ans plus tôt, des catholiques de gauche revendiquaient l’appellation d’intégraux (G. Goyau), voire d’intégristes (E. Duthoit) pour dire un christianisme totalement vécu. Elargissement jusqu’à l’universel chez Teilhard de Chardin, pour lequel intégrisme signifiait volonté d’authenticité et d’universalité christiques (1919). Nous voilà bien loin du totalitarisme politico-religieux.

7Une histoire des rapports confus entre intégrisme et intégralisme est tentée au pas à pas de leurs affrontements avec des adversaires successifs plus ou moins communs : modernisme, laïcisme, libéralisme, progressisme, socialisme, communisme, démocratie, gauche, gauchisme, révolution, etc. Cette histoire est contée par F. Siccardo avec précision, sans que jamais ne soit perdu de vue le fait qu’il s’agit d’approfondir l’emploi des mots et non les thèmes des querelles. On se bat autour de "catholicisme intégral". La confusion des emplois est telle que des prélats romains sont conduits à délimiter ainsi l’emploi des mots : "Certaine presse tâche d’introduire une confusion entre les mots intégral, intégralité, et les mots intégriste ou intégraliste [...]. Nous devons repousser cette confusion insidieuse. ‘ Intégriste, intégrisme ’, ce sont des termes qui appellent l’idée d’un parti comme ceux de monarchiste, socialiste, anarchiste, etc. Le catholicisme romain intégral n’est que le catholicisme intégralement romain" (Mgr. Benigni, 19 juin 1913).

8En a-t-on fini avec le mélange du profane et du sacré ? Non, car tout se complique par des liaisons entre termes adverses, déjà avec le "caractère intégraliste du socialisme" selon Malon ou renseignement intégral" prôné par les laïques, puis avec les jeux politico-religieux de l’athée Maurras sur "intégral"... et ceux de Benigni lui-même, avec Maritain pour qui la "position intégraliste et progressive" est une "position chrétienne pure" (1936), avec aussi le "socialisme intégral" incarné par le "totalitarisme total" du communisme ("théocratie qui a la tête en bas") tel qu’imaginé par Drieu La Rochelle (1944), avec encore "l’intégralisme de la démocratie chrétienne" (1970), les "intégralistes de gauche" (1970), "l’intégralisme gauchiste" (1976), la "thèse des intégristes" qui serait défendue au PCF par Etienne Fajon (Le Monde, 2 avril 1978), avec enfin "l’idéologie islamique intégriste" venue d’Iran (Le Monde, 22 mars 1979).

9Une tentative de reprendre les rênes de ce lexique fait l’objet des deux derniers chapitres. A l’inverse du souhait des "catholiques intégraux", il semble qu’en français intégriste soit aujourdhui plus religieux qu’intégraliste (R. Solé, 1976) et surtout que, dans ses intrusions politiques ou ses prétentions dominatrices, il ne soit plus pris qu’en mauvaise part. N’était-il pas catégoriquement rejeté par Mgr Lefèvre lui-même, sur qui l’on avait projeté l’étiquette de "chef de file des intégristes" (1976) ? Grâce à l’abondance de tous ces repères, l’étude de F. Siccardo, écrite dans un italien transparent, permet de s’y retrouver enfin, dans un jeu clérico-politique ou politico-religieux particulièrement pipé.

Notes de fin

* Genova, Facoltà di Scienza Politiche, 1979,127 pages. Le compte rendu de cet ouvrage a paru dans Mots, 38, mars 1994, p. 108-111.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540