Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Gesticulation, retour aux sources de la comédie ?*

Texte intégral

  • * Chronique parue, sous le nom de Maurice Milan et le titre "De la gesticulation", dans Libération, (...)

1Lorsque Marie-France Garaud poussait à la guerre en écrivant au conditionnel : "Si les Américains n’intervenaient pas, leur comportement serait de la simple gesticulation" (Le Monde, 5 octobre 1990), savait-elle que la gesticulation aujourdhui n’est plus simple ? Certainement, puisqu’elle a eu besoin de cet adjectif pour rectifier son mot. Une comédie précéderait donc le tragique dans la mise en place des rapports de force. Gesticulation, mot choisi par les médias pour la décrire, désignerait-il un art de faire croire ?

2Les savants diront qu’un gesticulateur était, en latin, un histrion, amuseur public chargé de faire rire la compagnie par des imitations de postures et les jeux de corps, voire la danse, d’un clown muet. Montreuse de marionnettes humaines, aux figures mesurées et signifiantes - on est aussi dans la famille de gérer, gestion et, noblement, de la "Geste" romaine -, la gesticulation était l’art du mime, de la parodie et de la pantomime.

3Et puis l’art s’est perdu en route, même si les "gesticulations italiques" désignent chez Rabelais le langage à l’italienne d’une muette. Le gesticulateur en est le plus souvent réduit, en français, à multiplier de grands mouvements mal maitrisés, sans imiter personne ni mimer rien qui vaille, gesticulation dont se moquait déjà le puriste Henri Estienne, au temps de la Renaissance.

4Le sens qui s’est perdu est surtout celui de la mesure. Pinel décrivait en 1794 les "vaines gesticulations" des fous de Bicêtre. A parcourir les données de Frantext, la banque de textes de Nancy, on voit que le terme étend ce constat aux gens normaux : "grotesque gesticulation" (Gide), "gesticulation convulsive" (Bernanos), "gesticulation désordonnée" (Martin du Gard), "gesticulant de façon désordonnée" (Camus), "interminables gesticulateurs" (Céline), "gesticulades effrénées" (Faral), "gesticulements frénétiques" (Loti)... Passée du mutisme savant et drôle des mimes professionnels au bavardage mouvementé des énervés, la gesticulation s’accompagne de voix criardes, tels ces énergumènes que décrivait La Bruyère ("Us gesticulent, ils crient, ils s’agitent") ou ces "femmes en chemise" qui terrassent Carmen, "criant, hurlant, gesticulant, faisant un vacarme à ne pas entendre Dieu tonner" (Mérimée). De l’histrion antique il ne reste que "les soubresauts d’un pantin cassé", selon l’expression des Goncourt. Double évolution péjorative que ces grands gestes et ce vacarme, incompréhensibles.

  • 1 P. de Félice, Foules en délire, extases collectives, Paris, A. Michel, 1947.

5Qu’en est-il, dans le branle de notre monde ? Il semble qu’on en soit revenu au sens sinon à la mesure. Certes le vacarme n’a cessé de s’amplifier, mais les gestes miment à nouveau, ne serait-ce que la force. Il existait déjà un lien entre la propagande nazie et la "gesticulation poussée jusqu’à la frénésie" dont parlait De Félice1 en 1947. Dans "le Golfe", de part et d’autre, il s’agit aujourdhui de menacer sans casser, d’accompagner bruyamment une diplomatie secrète. Les adversaires "gesticulent" à bon escient, et l’ex-général J. Lacaze le sait bien, tout autant que M.-F. Garaud, quand il constate que "les Etats-Unis effectuent la gesticulation militaire la plus imposante depuis la Deuxième Guerre mondiale", en ajoutant : "Les risques de guerre sont réels" (Libération, 12 novembre 1990). Le tragique prendra-t-il la suite de la comédie ?

Notes

1 P. de Félice, Foules en délire, extases collectives, Paris, A. Michel, 1947.

Notes de fin

* Chronique parue, sous le nom de Maurice Milan et le titre "De la gesticulation", dans Libération, 13 décembre 1990, p. 13.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540