Version classiqueVersion mobile

« Parler librement »

 | 
Isabelle Moreau
, 
Grégoire Holtz

Seconde partie : Expérimentations idéologiques

Médisance et liberté de parole : l’œuvre menacée de Théophile

Benjamin Dupas

Texte intégral

  • 1 F. Lachèvre, Le Procès du poète Théophile de Viau [1909-1928], Genève, Slatkine reprints, 1968, 2 v (...)
  • 2 A. Adam, Théophile de Viau et la libre pensée française en 1620 [1935], Genève, Slatkine reprints, (...)

1Historiens et critiques s’accordent généralement à montrer l’exemplarité du procès fait à Théophile de Viau en tant que figure de proue du « libertinage », et qui lui a valu deux ans d’emprisonnement à la Conciergerie, de septembre 1623 à septembre 1625. Mais il ne s’agit plus seulement d’en faire un symbole de la juste cause de l’Église1 ou au contraire de son fanatisme répressif2. Le procès de Théophile semble aujourd’hui avoir été avant tout exemplaire du rapport de force entre autorités (royale et religieuse, en l’occurrence parlement de Paris et Compagnie de Jésus) et auteur ; rapport défavorable à ce dernier, au point que beaucoup d’auteurs et d’éditeurs en ont été effrayés pour de nombreuses années.

2Il me semble intéressant de garder en tête cette idée de peur – de peur pour sa vie –, au moment d’aborder le procès de Théophile dans la perspective d’une réflexion sur la liberté de parole, pour constater en particulier que le résultat de cette violente action éditoriale et judiciaire contre Théophile ressemble fort à une rétractation. Rétractation certes moins « visible » et connue que celle de Galilée, qui a lieu dix ans plus tard (1633), mais qui me semble capitale pour la réflexion sur la liberté de parole d’un point de vue idéologique et politique. C’est donc sous cet angle de la rétractation qu’on tentera d’analyser ici, non seulement le déroulement du procès de Théophile, mais plus largement, l’ensemble chronologique des publications imprimées de l’œuvre du poète, entre 1621 et 1626.

Quelques éléments chronologiques3

  • 3 A. Adam, ibid. ; G. Saba, Théophile de Viau : un poète rebelle, Paris, PUF, 1999.
  • 4 C. Jouhaud, Les pouvoirs de la littérature : histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000.

3Théophile s’est voulu poète de cour, il a toujours cherché à entrer dans les milieux aristocratiques, avec un succès que Christian Jouhaud4 analyse comme à la fois réel et toujours fragile.

4Succès réel d’abord : au service du comte de Candale, fils du duc d’Épernon, depuis 1614, il se rapproche ensuite du marquis de Liancourt et de son cercle de jeunes nobles, tous intimes de Louis XIII, avant d’entrer au service du duc de Montmorency, un des plus grands seigneurs du royaume, et d’y rester jusqu’à sa mort.

5Succès fragile ensuite : si la faveur de Théophile, pourtant protestant, est ascendante jusqu’en 1619, il est ensuite brutalement exilé sur ordre du roi en juin 1619, pour avoir écrit des vers « sales » et impies, selon le Mercure francais, mais en réalité sans doute parce qu’on le soupçonne d’avoir écrit des libelles contre le duc de Luynes, favori qui a succédé à Concini.

6Il rentre en grâce (et au service de Luynes) au printemps 1620, et sa carrière de cour atteint alors son apogée. Mais il se trouve de nouveau en mauvaise posture après la mort de Luynes (décembre 1621) et surtout la parution, en novembre 1622, du Parnasse satyrique, « coup » éditorial qui présente en première page un sonnet scandaleux « par le sieur Théophile » – le fameux « Sonnet à Phillis », qui se termine sur une profession de sodomie.

7Or Théophile était déjà connu pour d’autres écrits licencieux ou subversifs, et également pour son mode de vie que la rumeur disait débauché et « libertin ». Le « Sonnet à Phillis » constitue sans doute l’écart de trop, pour Garasse, qui lance alors une machine censoriale monumentale, dont l’efficacité sera remarquable : le jésuite entame la rédaction de la Doctrine curieuse des beaux esprits de ce temps, plus de mille pages d’accusations contre Théophile et ses semblables qu’il nomme « libertins », et, soutenu par le cardinal de La Rochefoucauld, il entreprend dans le même temps des tractations auprès du parlement de Paris, chargé des affaires de blasphème.

8Cette attaque en règle aboutit le 11 juillet 1623 à l’ordre d’arrestation de Théophile (qui s’enfuit), le 18 août à la condamnation du poète à mort par contumace, le 17 septembre à son arrestation sur dénonciation à la frontière du royaume, et à son incarcération immédiate.

9Théophile, on l’a souvent dit, sort presque victorieux du long procès qui s’ensuit, compte tenu des circonstances et des forces rassemblées contre lui : sa condamnation à mort est muée en bannissement, atténué ensuite puisque le roi tolérera sa présence à Paris jusqu’à sa mort.

10Mais au plan du discours, et des publications imprimées, il me paraît intéressant de montrer à quel prix cette « libération » de Théophile a pu avoir lieu.

Première édition des œuvres de Théophile (1621) : se défendre contre quoi ?

11Le premier recueil imprimé des œuvres en vers de Théophile paraît en mars 1621, alors que Théophile est revenu en faveur depuis un an. Il réunit des pièces écrites depuis 1617, dont certaines avaient circulé sous forme manuscrite, et d’autres étaient parues anonymement dans des recueils collectifs imprimés, comme le Cabinet des délices de 1619. Il est à noter, comme le montre Antoine Adam, que nombre de ces poèmes ont été revus et « adoucis », en vue d’une publication imprimée.

12La première chose qui frappe, à la lecture de cette édition – qui, contrairement à ce que l’on a cru un moment, est « organisée » et pensée par Théophile –, c’est l’épître au lecteur, qui situe ce premier recueil des Œuvres du sieur Théophile dans le contexte d’une renommée déjà établie, mais en mal, autrement dit d’une mauvaise réputation. L’épître commence ainsi :

  • 5 Théophile de Viau, Œuvres poétiques, G. Saba éd., Paris, Bordas, 1990, p. 3 et suiv.

Puisque ma conversation est publique et que mon nom ne se peut cacher, je suis bien aise de faire publier mes écrits, qui se trouveront assez conformes à ma vie et très éloignés du bruit qu’on a fait courir de moi. Je sais bien que dans l’aveugle confusion d’une réputation ignorante on a parlé de moi comme d’un homme à périr pour exemple, sans que jamais l’Église ni le Palais aient repris ni mon discours ni mes actions.5

13Ce qui frappe dans cet incipit, quand on connaît un peu l’œuvre de Théophile, c’est son caractère à la fois parfaitement synthétique de la logique de réhabilitation qui va dominer toutes les publications imprimées de Théophile, et étonnamment prophétique de ce qui se passera à peine deux ans plus tard (« l’Église » et « le Palais », « périr pour exemple »).

  • 6 H. Merlin, L’excentricité académique : littérature, institution, société, Paris, Les Belles Lettres (...)

14D’emblée, au moment même où elle se rend publique et s’unifie sous un nom d’auteur, l’œuvre de Théophile est présentée comme une réaction à la calomnie. L’œuvre, qui est le miroir de la vie « privée », vient au secours de la vie « publique », pour reprendre les analyses d’Hélène Merlin, qui ne manque pas de noter la particularité de ce premier seuil de l’œuvre imprimée de Théophile : « [...] dès cette première édition, la publication de ses textes [...] apparaît comme hantée et motivée par le bannissement. » « Investi d’une haute valeur symbolique qui s’autorise d’antécédents illustres – celui d’Ovide notamment –, le bannissement semble constituer une véritable matrice poétique. »6

15Cependant, la menace qui plane sur Théophile, et dont il témoigne par son épître au lecteur, peut sembler n’être pas contenue entièrement dans la notion de « bannissement ». Voyons la suite du texte :

Tous ceux qui parlent mal de moi ne sont ni de ma conversation ni de ma connaissance. Je me puis vanter d’avoir assez de vertu pour imputer à l’envie les médisances qui m’ont persécuté.

16« Parlent mal », « médisances » : termes forts qui reprennent et précisent la mention initiale du « bruit qu’on a fait courir ». « Médisance », serait-ce l’instrument de la menace qui plane sur Théophile ? Celui-ci poursuit en mentionnant effectivement son bannissement, mais comme une période révolue, une infortune passée :

Je sais que les injures de ma fortune ont fait celles de ma réputation. En mon bannissement j’étais infâme et criminel ; depuis mon rappel, innocent et homme de bien.

17Si Théophile sent le besoin de se défendre et de se justifier, ce n’est pas, me semble-t-il, pour se prémunir d’un revers de la faveur royale, ou d’un ordre de bannissement : toute son épître témoigne de la présence dans l’ombre d’autres instances de jugement qui pourraient lui être défavorables. Ces juges, ces censeurs, ce ne sont pas les suiveurs de l’opinion royale, qui le jugent « homme de bien » depuis son rappel. Lisons la fin de l’épître :

Dans ce rebours de toutes choses, j’ai de l’obligation à mes infamies qui, au vrai sens, se doivent appeler des faveurs de la renommée. Sur cette foi je ne changerai ni mon nom ni mes pensées ; et veux sortir sans masque devant les plus rigoureux censeurs des écoles les plus chrétiennes. […] et cette publication est plutôt de l’humilité de mon âme, que de la vanité de mon esprit.

18Ainsi, ceux à qui Théophile présente ses œuvres au premier chef ne sont pas les politiques, ceux qui font et défont les faveurs et les bannissements, mais les censeurs d’école, ceux qui jugent les propos sur des critères théologiques et moraux. Voilà donc que resurgissent en fin d’épître ceux qui y étaient convoqués dès le début d’une manière que je disais un peu légèrement « prophétique », mais qui semble bien plutôt apotropaïque : « sans que jamais l’Église ni le Palais aient repris ni mon discours ni mes actions ».

19Quand on offense le roi, on est banni ; quand on offense la religion, on est brûlé, jugement autrement plus effrayant… En 1621, la menace d’une action de justice pèse déjà sans doute plus ou moins sur Théophile, à cause de sa réputation grandissante d’impie et de débauché, bref, de libertin. Et Théophile en a visiblement conscience ; mais ce qu’il croit être un remède, à savoir la publication « officielle » des vers qui sont le miroir de « l’humilité de son âme » (tournure qui montre l’enjeu moral de la publication), va se retourner contre lui : Garasse et Molé puiseront dans cette édition de 1621, pourtant « adoucie » par Théophile, des preuves textuelles de son libertinage.

L’œuvre imprimée de Théophile : un combat incessant et perdu contre la médisance ?

20Si l’étude de ce premier acte de publication par Théophile méritait qu’on s’y arrête, c’est que tous les suivants reprennent les mêmes éléments, en précisant la menace « médisante » et censoriale sans cesse accrue, et l’intention toujours plus nette de Théophile de publier pour défendre sa vie.

21Au printemps 1623, la menace liée à la « mauvaise réputation » vient de franchir un cap décisif : Théophile sait que Garasse rédige contre lui son réquisitoire monumental, et que la procédure judiciaire prend forme. Deux mois à peine après la parution de la nouvelle version de ses Œuvres, et quelques jours après la fuite de Théophile, on ordonne son arrestation.

22Observons maintenant l’épître au lecteur de la Seconde partie des œuvres du sieur Théophile. Elle commence ainsi, en une redite amplifiée et inquiète de la première :

  • 7 Œuvres poétiques, p. 187 et suiv.

Ceux qui veulent ma perte en font courir de si grands bruits que j’ai besoin de me montrer publiquement, si je veux qu’on sache que je suis au monde. Je ne produis point ici l’impression d’un travail si petit et si désavantageux à ma mémoire afin qu’on le voie, mais afin qu’il fasse voir que Dieu veut que je vive, et que le Roi souffre que je sois à la Cour.7

23Théophile se dit donc dans l’obligation de publier pour survivre. Ses ennemis, à l’entendre, ne sont pas le Roi ou la Cour, mais, encore une fois, les « censeurs », tels qu’il les nomme quelques lignes plus bas :

  • 8 Le terme « prélat » me semble ici désigner avant tout le cardinal de La Rochefoucauld – qui finalem (...)

Ces calomniateurs, qui sont des gens presque inconnus et de la lie du monde, ont voulu persuader leur imposture à des saints personnages de qui je veux éviter la haine, […] et j’espère que l’envie travaillera inutilement à séduire la charité de ces prélats8 qui connaissent trop bien le visage de l’erreur et savent que toutes les médisances sont suspectes de fausseté.

24Toujours la rumeur, l’imposture, la calomnie : toutes formes de « médisance », « vaste machine » de censure insidieuse, que Théophile semble bien considérer comme l’instrument le plus dangereux au service de ses adversaires.

25Au fil des années, le danger pour la vie, que représente l’association de la censure et de la médisance, semble prendre le pas sur le risque de bannissement : si celui-ci a pu constituer une « matrice poétique » pour quelques odes de 1619, le danger de mort provoque pour sa part un basculement d’un régime d’écriture à un autre, d’une œuvre à une autre, et d’une liberté à une autre.

Une œuvre pour une autre

26En conséquence, la publication est à la fois toujours précipitée et toujours en retard : en retard, puisqu’elle vient toujours après la rumeur défavorable qu’elle entend battre en brèche ; précipitée, par l’urgence vitale de la situation, qui met en demeure de publier, sans pouvoir prendre soin de produire un beau et bon travail (voir supra « travail si petit et si désavantageux à ma mémoire »). Apparaît donc dans cette épître au lecteur un motif qui me paraît capital chez Théophile, et qui vient s’inscrire au sein d’une dialectique de la parole et du silence qui sous-tend toute l’épître : celui de l’œuvre non souhaitée, non souhaitable, « imprimé de survie », qui se substitue par la force de la nécessité à une autre œuvre, celle qui aurait pu faire pleinement honneur au talent de Théophile, et répondre à d’autres nécessités. Voici la fin de l’épître de 1623 :

Ce petit ramas de mes dernières fantaisies que je présente aujourd’hui, moins pour l’ambition d’accroître mon honneur que pour la nécessité de le sauver, est une matière assez ample aux critiques ; mais, puisque ce n’est pas un crime que de faire des mauvais vers, je suis déjà tout consolé de la honte des miens. Si Dieu me faisait jamais la grâce de traiter des matières saintes, comme mon emploi serait plus digne, mon travail serait plus soigneux, et, quoi qui me puisse aujourd’hui réussir de favorable pour un ouvrage si peu étudié, je ne m’en flatterai pas beaucoup : car je sais bien qu’un jour je me repentirai de ce loisir que je devais donner à quelque chose de meilleur, et, d’une raison plus mûre considérant les folies de ma jeunesse, je serai bien aise d’avoir mal travaillé en un ouvrage superflu, et de m’être mal acquitté d’une occupation nuisible.

27Il y a presque de l’ironie tragique dans cette habile captatio benevolentiæ : tout en redisant la crainte qui le pousse à publier, Théophile plaisante de façon ambiguë sur son statut « d’abandonné » de Dieu, et nous donne sans le savoir une préfiguration de l’œuvre de pénitence forcée qu’il va produire deux ans plus tard, dans son cachot. Voici quelques vers de La Pénitence de Théophile, où il affirme suivre en son âme le chemin de saint Augustin :

  • 9 Œuvres poétiques, p. 263, v. 67 et suiv.

Je maudis mes jours débauchés,
Et dans l’horreur de mes péchés,
Bénissant mille fois l’orage
Qui m’en donne le repentir,
Je trouve encore en mon courage
Quelque espoir de m’en garantir.9

28Nous sommes ici dans la dernière période de l’œuvre imprimée de Théophile, celle des écrits de prison, qui ont été publiés au fur et à mesure sur le Pont-Neuf, puis recueillis en volume en 1625, sous le titre de Recueil de toutes les pièces de Théophile depuis sa prise jusqu’à présent.

  • 10 S. Van Damme, Théophile de Viau et les jésuites, mémoire de l’EHESS sous la direction de R. Chartie (...)

29La parole du poète s’est transformée. Ainsi que l’analyse Stéphane Van Damme10, Théophile abandonne sa confiance dans la vertu probatoire de sa poésie lyrique, et ne compose plus que des adresses directes, des écrits d’action : majoritairement des suppliques et des louanges en vers, mais également deux pamphlets en prose, Theophilus in carcere et l’Apologie de Théophile.

30Cette dernière est dirigée directement contre Garasse : Théophile y dénonce les procédés du jésuite, ses insultes, ses impertinences, ses médisances, ses interprétations abusives des textes (visant à étayer et à relayer les rumeurs de libertinage de mœurs), mais aussi sa façon d’accaparer la sphère des imprimés par ses gros volumes. Théophile voudrait contre-attaquer, mais il a conscience de ne pas être en position de le faire efficacement, faute d’avoir la liberté d’écrire, ou plutôt faute d’écrire en liberté, puisqu’il s’agit ici du sens le plus concret du terme :

  • 11 Théophile de Viau, Œuvres complètes, G. Saba éd., Paris, Champion, 1999, t. II.

Si nous écrivions tous les deux en même liberté, peut-être vous mettrais-je aux termes de vous défendre au lieu de m’attaquer. Il faut que je subisse la nécessité du temps qui vous favorise.11

31Théophile, incarcéré dans le cachot de Ravaillac, n’a donc rien d’autre à faire que de préparer sa défense, en devançant tous les pièges que lui tendront ses juges lors des interrogatoires qui commencent au milieu de l’année 1624. Sa stratégie est simple : arguer de sa bonne foi chaque fois qu’on le confrontera à des extraits ambigus de ses œuvres, en se référant à des Pères de l’Église si possible, et nier tout ce qui est « indéfendable ».

  • 12 Voir F. Lachèvre, Le Procès de Théophile de Viau.

32À lire ce qu’en dit Théophile dans son Apologie au Roi, rédigée peu après sa libération à l’automne 1625, le procès semble n’avoir été fait que d’accusations fausses et vicieuses, aisément récusées. Mais une rapide lecture des minutes du procès, souvent rédigées de la main même du procureur Molé12, incite à réviser ce jugement. En réalité, Théophile a passé son temps à nier qu’il ait été l’auteur des vers ou des phrases incriminés, et ce aussi bien pour des passages extraits de pièces à l’attribution douteuse, comme les poèmes du Parnasse satyrique, que pour nombre de pièces figurant dans les éditions de 1621 et 1623 de ses Œuvres, éditions préfacées et signées par lui. Il se borne alors à dire que ses ennemis ont glissé des vers apocryphes partout sans qu’il y prenne garde, et il évite ainsi habilement d’avoir à se justifier sur des points de théologie, en ce qui concerne en particulier tous les passages qui témoignent de son « naturalisme » inspiré de Giordano Bruno et de Vanini. En bref, là où Bruno et Vanini ont persisté jusqu’au bûcher, Théophile emprunte la voie que prendra Galilée après lui : celle de la rétractation.

33Les instruments de cette rétractation auront été la force, certes, avec les deux années d’incarcération dans des conditions horribles, mais aussi l’entreprise de dénigrement systématique, de médisance et de calomnie, qui a convaincu Théophile qu’il n’aurait aucun soutien extérieur, du fait même de sa mauvaise réputation, qui devient un crime à elle seule :

  • 13 Œuvres poétiques, p. 255, « Plainte de Théophile à son ami Tircis », v. 100 et suiv.

Tout le crime que j’ai, c’est d’être trop connu.
Que, malgré ma bonté, cette gloire légère
D’avoir un peu de bruit, m’a causé de misère !13

  • 14 Œuvres complètes, p. 255-256, Apologie au Roi.

[…] l’auteur de la Doctrine curieuse, […] dont les crimes n’ont trouvé de l’impunité qu’en la faveur de cette animosité publique qui autorise tout ce qui me peut injurier. Le rapport de l’erreur populaire à ces génies malins, et certaine conformité des envieux et des ignorants, m’avait suscité une haine si générale, et tellement altéré les sentiments des gens de bien, que chacun avait intérêt à me déshonorer.14

Conclusion : que s’est-il passé au fil de cette rétractation ?

34Les critiques s’accordent à dire que les textes de prison de Théophile sont beaucoup moins intéressants, puissants et originaux que ceux du temps de sa liberté. Il est facile de comprendre pourquoi : on est passé de la revendication à la supplique, de la satire à la louange – louange au roi, au Parlement, aux « Poètes de ce temps », avec tous les « excès » codés du genre encomiastique.

35Par rapport aux premiers poèmes manuscrits ou publiés anonymement, la parution imprimée des œuvres de Théophile opère progressivement un changement complet de régime de publication. De l’anonymat, l’insouciance et la transgression (voir le « Sonnet à Phillis »), marques d’une période où œuvre poétique et vie dans les lieux publics étaient associées sous le signe de la liberté – en actes comme en paroles, ce que symbolise la poésie d’ivresse –, on est passé à des écrits imprimés pour la « survie », dans lesquels l’amalgame entre l’œuvre et la vie est tout aussi total, mais sous le signe de la contrainte et de la menace :

  • 15 Œuvres poétiques, p. 265, « Requête de Théophile au Roi », v. 107 et suiv.

Qu’on ne connaissait point de vice
Où mon âme ne s’adonnât,
Et quelque trait que j’écrivisse
C’était pis qu’un assassinat.15

  • 16 Ibid., p. 296, « Remontrance de Théophile à Monsieur de Vertamont », v. 35-36.

36Autrement dit, on a basculé d’une liberté à une autre, d’une liberté de parole à une parole pour la liberté la plus minimale, la liberté de vivre, même en proscrit : « Et me faites au moins la grâce / Que le ciel fait aux serpents. »16

37Les premières œuvres vantaient la liberté et la « franchise » des esprits forts, « le libre train que la nature prescrit » (Satire première) : « Heureux, tandis qu’il est vivant, / Celui qui va toujours suivant / Le grand maître de la nature » (Ode XVII, 1621). Franchise et naturel qui s’accompagnaient en outre d’une « liberté à reprendre les fautes d’autrui » (Au lecteur, 1623).

  • 17 Ibid., p. 265, « Requête de Théophile au Roi », v. 306 et suiv.

38À l’opposé, quand Théophile supplie le roi de le libérer, c’est pour l’assurer qu’il n’usera de sa libération que pour le louer : « Encore aujourd’hui je ne veux / Ravoir ma liberté première / Que pour la mettre en ce devoir. »17

39Au terme de cette rétractation manifeste, et à voir la succession des œuvres imprimées de Théophile, il me semble qu’on assiste presque à une disparition de « l’œuvre libertine », disparition sous la contrainte, orchestrée par le poète lui-même, qui rejouerait de manière maximisée l’autocensure que Théophile avait déjà opérée sur ses vers avant de les faire paraître en 1621. Cette disparition serait produite par la conjonction de plusieurs strates de « négation » de l’œuvre.

40Théophile évoque à plusieurs reprises l’œuvre qu’il aurait pu écrire si les circonstances avaient été autres, une œuvre du plaisir, libérée de la médisance, l’œuvre d’un ailleurs heureux, de la Garonne natale par exemple :

  • 18 Ibid., p. 255, « Plainte de Théophile à son ami Tircis », v. 117 et suiv.

Là, tous ces médisants, à qui je suis en proie,
N’eussent point envié, ni censuré ma joie :
J’aurais suivi partout l’objet de mes désirs,
J’aurais pu consacrer ma plume à mes plaisirs.18

41Lors du procès, il nie être l’auteur de la majeure partie des vers qu’on lui reproche : il disqualifie ainsi lui-même une grande partie des œuvres qu’il avait tout de même eu le « loisir » d’écrire.

42Il répète qu’il « perd la voix » lorsque sa liberté est « choquée », et le fait qu’il utilise les mêmes tournures pour évoquer ce silence forcé dans son bannissement et pour parler de son incarcération m’incite à y voir plus qu’une convention d’écriture. Le silence est la mort, Théophile est dans l’obligation d’écrire pour montrer qu’il vit : il fait même une grève de la faim pour obtenir une plume et du papier.

43Enfin, une fois libéré, il conclut son Apologie au Roi par cette résolution :

  • 19 Œuvres complètes, p. 266, Apologie au Roi.

Ma première occupation, s’il plaît à votre Majesté d’agréer que je vive et que j’écrive, se donnera à corriger tout ce que les théologiens les plus exacts trouveront de licencieux dans ces livres qu’on a imprimés si souvent en mon nom et avec tant de désordre.19

44Un regard synoptique sur l’œuvre imprimée de Théophile nous conduirait donc à voir, au-delà de la parole autorisée par le fait d’avoir été bannie, décrite par Hélène Merlin à propos des œuvres de 1621 et 1623, une parole « interdite », sans cesse plus menacée d’être « capturée » et discréditée par la médisance, et qui finit par se nier elle-même, depuis la prison et le tribunal.

  • 20 Œuvres poétiques, p. 255 et suiv., « Plainte de Théophile à son ami Tircis », v. 72.

45Pour finir, et à en croire le poète, c’est Théophile lui-même qui a disparu : « À force de médire ils m’ont débaptisé. »20 Même la première publication, celle du nom de baptême (et nom d’auteur choisi par le poète), a été détournée par la médisance. Reste à savoir quel est le Théophile qui a disparu, le libertin que chacun voit en lui, ou le martyr chrétien qu’il proclame :

  • 21 Œuvres complètes, p. 256, Apologie au Roi.

Je suis l’exemple de la plus longue et de la plus dure calamité de notre siècle […].21

Notes

1 F. Lachèvre, Le Procès du poète Théophile de Viau [1909-1928], Genève, Slatkine reprints, 1968, 2 volumes.

2 A. Adam, Théophile de Viau et la libre pensée française en 1620 [1935], Genève, Slatkine reprints, 1965.

3 A. Adam, ibid. ; G. Saba, Théophile de Viau : un poète rebelle, Paris, PUF, 1999.

4 C. Jouhaud, Les pouvoirs de la littérature : histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000.

5 Théophile de Viau, Œuvres poétiques, G. Saba éd., Paris, Bordas, 1990, p. 3 et suiv.

6 H. Merlin, L’excentricité académique : littérature, institution, société, Paris, Les Belles Lettres, 2001, p. 75 et p. 82.

7 Œuvres poétiques, p. 187 et suiv.

8 Le terme « prélat » me semble ici désigner avant tout le cardinal de La Rochefoucauld – qui finalement rallie la cause des jésuites contre Théophile.

9 Œuvres poétiques, p. 263, v. 67 et suiv.

10 S. Van Damme, Théophile de Viau et les jésuites, mémoire de l’EHESS sous la direction de R. Chartier, 1994.

11 Théophile de Viau, Œuvres complètes, G. Saba éd., Paris, Champion, 1999, t. II.

12 Voir F. Lachèvre, Le Procès de Théophile de Viau.

13 Œuvres poétiques, p. 255, « Plainte de Théophile à son ami Tircis », v. 100 et suiv.

14 Œuvres complètes, p. 255-256, Apologie au Roi.

15 Œuvres poétiques, p. 265, « Requête de Théophile au Roi », v. 107 et suiv.

16 Ibid., p. 296, « Remontrance de Théophile à Monsieur de Vertamont », v. 35-36.

17 Ibid., p. 265, « Requête de Théophile au Roi », v. 306 et suiv.

18 Ibid., p. 255, « Plainte de Théophile à son ami Tircis », v. 117 et suiv.

19 Œuvres complètes, p. 266, Apologie au Roi.

20 Œuvres poétiques, p. 255 et suiv., « Plainte de Théophile à son ami Tircis », v. 72.

21 Œuvres complètes, p. 256, Apologie au Roi.

Auteur

Allocataire moniteur et membre du CERHAC à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, où il achève une thèse sur la médisance en procès dans le premier xviie siècle français.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search