Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Français à l’extrême droite, un mot habité*

Texte intégral

  • * Communication au colloque de l’Université de Lyon 2, "L’idée de nation", 17-19 mars 1994, parue dan (...)

"Pour être populaire, il faut être élémentaire"
Jacques Séguéla

1Un texte politique peut être examiné, lorsqu’on s’intéresse à ses sens et aux processus qui y conduisent, selon deux perspectives : en amont et en aval, dans son émission et dans sa réception. Les décalages constatés, qui peuvent aller jusqu’à la contradiction entre l’émis et le reçu, font alors l’objet d’interrogations du type : a-t-on affaire à un message raté, qui s’est trompé de cible, ou bien à un message trop bien réussi, grâce au jeu même de sa perversion sémantique ?

2Certains processus avaient pourtant des airs d’analogie, échos de l’émis dans le reçu. L’un d’entre eux est assez caractéristique du message de propagande : la répétition.

    • 1 Cité par J. Driencourt, La propagande, nouvelle force politique, Paris, A.Colin, 1950, p. 97.
    • 2 Nous avons défini au laboratoire de Saint-Cloud la "sloganisation" comme une "maintenance de réseau (...)

    En amont, il est souvent évident que le sens d’un discours public est déterminé par les systèmes de redondance mis en place et dont la pointe visible extrême serait le slogan ou le mot d’ordre. Hitler conseillait à ce propos dans Mein Kampf : "Aucune diversité ne doit, en aucun cas, modifier la teneur de ce qui fait l’objet de la Propagande. On doit toujours en fin de compte redire la même chose... Le mot d’ordre peut bien être éclairé de différents côtés, mais le but de tout exposé doit se ramener toujours à la même formule. C’est ainsi seulement que la propagande peut et doit agir avec esprit de suite et organisation"1. Sans en arriver au slogan lui-même, la plupart du temps un message politique s’insère dans un tissu de redondances organisées. Au Laboratoire de Saint-Cloud nous appelons "sloganisation" l’ensemble des moments où le discours revient sur lui-même et pratique le déjà-dit, se durcissant ainsi en martellements verbaux qui constituent comme l’expression primaire du message à délivrer2.

    • 3 On trouvera des aperçus et résumés d’expériences portant au moins sur la mémoire immédiate dans F. (...)
    • 4 cf. "Texte propagandiste et cooccurrences. Hypothèses et méthodes pour l’étude de la sloganisation" (...)

    En aval, on constate que le sens perçu repose sur une rétention mémorielle tributaire, elle aussi, des effets d’accumuladon. Toutes les analyses de la réception montrent l’importance des répétitions sur la mémorisation3. Le message est d’abord reconstitué, dans une cohérence propre au récepteur, sur les traces de rythmes qu’il enregistre. Et il n’y a pas forcément concordance entre ce qui a cru être dit et ce qu’on croit avoir compris, le message retenu n’étant qu’une part, d’ailleurs fabulée et fantasmée, de ce qui a été prononcé. D’où vient ce divorce du sens qui, à la limite, pourrait nous persuader de ce qui n’a jamais été explicitement affirmé ? Peut-être, dans notre cerveau, du cumul des percepts enregistrés et affects ressentis, impression du reçu dans le déjà-là de souvenirs enchevêtrés voire fusionnés : les rythmes déclenchent des échos dont nous n’avons pas immédiatement la maitrise. Nous pourrions caractériser, par un mot-valise symbolique, cette construction primaire d’un sens associatif : le "mémoirage"4, puisqu’il résulte de moirages de mémoire.

3Analogie : "sloganisation" énoncée et "mémoirage" impressionné sont deux aspects parallèles, côté émetteur et côté récepteur, de l’effet "propagandiste" du discours. On pourrait parler à leur propos de persuasion par imprégnation, pas encore d’argumentation et moins encore, évidemment, de démonstration. Une acceptation passive, guidée par les rythmes perçus et les échos déclenchés (et par les pré-requis de ces rythmes et de ces échos), est mise en oeuvre, hors esprit critique voire hors lien syntaxique explicite, par des processus d’association inconscients. On pourrait définir le "propagandisme" comme la volonté d’un pouvoir de parole d’atteindre le déjà-là du récepteur, en court-circuitant ses défenses intellectuelles. Dans le plaisir des paroles attendues et réalisées, rencontrer le rêve de l’autre et le prolonger à son profit, d’écho en écho, jusqu’au geste...

4Comment la sloganisation correspond-elle à cette stratégie de l’investissement par la répétition ? Et par quels moyens statistiques rendre compte des processus de cette stratégie ?

FRANÇAIS, UNE MUSIQUE IDENTITAIRE

5Aux automatismes d’un texte de propagande, il faut répondre par un repérage systématique, non de la logique grammaticalisée dans laquelle les mots viennent s’inscrire, mais plus simplement de leur mise en séquence et en redondance au sein de propositions homogènes. Comment les formes prennent-elles l’habitude de se suivre à la trace dans l’énoncé ?

  • 5 Corpus de douze chapitres comprenant 55 820 occurrences de formes, enregistré informatiquement par (...)

6A titre d’exemple, prenons l’ouvrage Les Français d’abord. Paru en 1984, à la veille des élections européennes, il est à la fois un plaidoyer pro domo et une présentation des idées de Le Pen et de son parti, le Front national5.

7L’importance stratégique de la forme français (substantif et adjectif, singulier et pluriel confondus) se signale non seulement par le fait d’une prééminence constituant le titre même du livre, mais par sa prédominance, sous forme d’une reprise qui s’échelonne tout au long des chapitres. Du point de vue des fréquences, Français arrive en tête de toutes les formes dites "pleines", une fois mis à part les mots-outils et les auxiliaires usuels (Si l’on pratiquait une lemmatisation, en ajoutant les féminins singulier et pluriel, le terme ne ferait que renforcer cette première place). Quelques comparaisons montrent d’ailleurs que tout discours contemporain sur la France et les nations fait ressortir à peu près les mêmes priorités et dans un ordre quasi semblable (voir Tableau 1) :

  • 6 Le dépouillement du "Face à face" Mitterrand-Chirac de 1988 est dû à Dominique Labbé. (cf. aussi, p (...)

TABLEAU 1 : DÉSIGNANTS NATIONAUX MAJEURS DE QUELQUES CORPUS POLITIQUES (les dix plus fréquents)6

TABLEAU 1 : DÉSIGNANTS NATIONAUX MAJEURS DE QUELQUES CORPUS POLITIQUES (les dix plus fréquents)6

8Priorité des priorités est conférée au thème français-France. Le forme pays peut venir se glisser jusqu’au sein de ce duo, suivie par Etat et la famille nationale, à laquelle se mêlent république puis patrie. Cette hiérarchie est relativement stable au 20e siècle (à ce niveau de fréquence, signalons toutefois l’absence de république chez Pétain et Le Pen et la présence de patrie chez les seuls Pétain, Chirac et Le Pen).

9Prenons-la donc par son sommet : voyons français d’abord, chez Le Pen. Mais parmi ses pairs. On peut, par exemple, envisager le thème "français-France" à travers les enchainements qu’il constitue avec les autres familles-thèmes, en particulier celles de "national-nation" et de "patrie-patriotique", à la recherche de tous les types de répétition séquentielle. Le relevé des séquences phraséologiques, cycliques ou linéaires, qui contiennent ces thèmes nous donne les résultats suivants :

101- Enchainements cycliques :

11Thème France-français

  • la nationalité française pour les gens nés en France

  • la France, c’est l’espace historique du peuple français

  • la France qui compte moins de cinquante millions de français

  • j’aime mieux la France et les français

  • le corps politique français, il faut redonner à la France une droite

  • l’image qui symbolise le mieux la France, c’est un drapeau français à la poupe

  • trouver en France une place que les français ne trouvent pas

  • travail en France [...] en priorité réservé aux français

  • les français ont une priorité à recevoir des emplois en France

  • si vous ne faites pas l’Algérie française, vous aurez la France algérienne

  • les communistes faisaient en France la guerre à la France

  • élan de dévouement des français pour les français

  • je suis français, j’aime mieux les français

  • à l’Etat français, au gouvernement français

  • nous allons nous occuper des français d’abord, de ces français qui sont chez eux

  • dans les crèches [...] 5 % de français, dans les écoles publiques 20 % de français

  • priorité d’adoption pour les enfants français, [...] justice fiscale pour les familles françaises

  • respectueux de la tradition française et des lois françaises

  • droits [...] des français et a fortiori des hommes politiques français

  • je suis français et catholique. A bas le racisme anti-français !

  • chaque français et chaque française doivent savoir

  • le peuple français était entièrement favorable à l’Algérie française

  • l’imagination des françaises et des français

  • plutôt breton que français, plutôt français qu’européen

  • les français et les françaises qui trouvent que Le Pen dit tout haut

  • la chevalerie française, [...] le chevalier français

12Thème nation-national

  • garantir l’intérêt national, [...] assurer l’indépendance de la nation

  • le programme national du Front national

  • la solidarité nationale [...] gagée dans notre pays par un patrimoine national

  • le Front national sous les couleurs de la droite [...] nationale

  • le Front national [...] entreprend [...] la renaissance nationale

  • le Front national [...] en mouvement de droite nationale, d’opposition nationale

  • le Front national n’a pas besoin de modifier ses thèmes nationaux

  • ce qui est à la base du Front national : l’intérêt national

132 - Enchainements linéaires (trois exemples au maximum par cas) :

14Thème national -> thème français -> thème patriote

  • nous incluons dans notre communauté nationale tous les français qui ont l’amour de leur patrie

  • l’étranger peut entrer dans la nation par un acte artificiel : la naturalisation ; il ne peut s’intégrer à la patrie que par un acte sacrificiel : l’effusion de sang ; il est alors français, [...] quand son corps se mêlera à la terre de France, ses fils et ses filles auront ici leur patrie

15Thème patriote -> thème national -> thème français

16– la patrie commune, la nation française

17Thème national -> thème français

  • la défense nationale de la France

  • le patrimoine national est la propriété des français

  • vivifier la nation en rapprochant les centres de décision des français

18Thème français -> thème national

  • nous ne sommes que des français [...] fidèles aux traditions nationales

  • comme s’il était possible que l’Etat français diffusât une autre éducation que nationale

19Thème français -> thème patriote

  • ces français qui sont chez eux dans leur patrie

  • fraternité entre les français [...] une passion viscérale : l’amour de la patrie

  • un général français, patriote, anti-communiste

20Thème patriote -> thème français

21– notre patrie, la France

22Thème national -> thème patriote

  • la droite nationale attachée à la patrie

  • le sentiment national, le sentiment patriotique

  • cellule de base de la nation [...] quand la famille est affaiblie, la patrie est menacée

23Certes presque toutes les combinaisons d’enchainements sont représentées ; mais que de différences dans les fréquences ! Alors que la séquence NATION -> FRANCE possède au moins 12 occurrences, la séquence inverse n’en a que 3. De même aux 6 occurrences de la séquence FRANCE -> PATRIE répondent deux occurrences en sens contraire. De même encore, la séquence à 6 occurrences de NATION -> PATRIE n’est payée en retour que par une seule occurrence de PATRIE -> NATION. Il semble bien qu’un schéma fondamental soit à l’oeuvre dans toute cette combinatoire. Celui-ci partirait de Nation-national, passerait par le point nodal France-français pour aboutir (si mérité) à Patrie-patriotique, balisage présent en filigrane tout au long du manifeste lepéniste.

TABLEAU 2 : SCHÉMA DES SUCCESSIVITÉS THÉMATIQUES

TABLEAU 2 : SCHÉMA DES SUCCESSIVITÉS THÉMATIQUES

24Le thème France-français apparait donc comme le pivot d’autodéfinitions, inconscientes pour la plupart, qui pérégrinent de terme à terme, quand elles ne sont pas simplement prises dans un circuit tautologique. Consciemment cela donne la phrase clé : "Nous incluons dans notre communauté nationale tous les Français qui ont l’amour de leur patrie". Pivot identitaire, à l’évidence : la nation, terme juridique, est française, terme définitoire, mais n’est vraiment aboutie que dans l’assomption de patrie, terme affectif. La naturalisation de l’étranger ne doit-elle pas se doubler de l’épreuve du sang ?

25Ce pivot donne aussi le "la" de la chanson nationaliste, dont le texte semble parfois se bercer : "Ce qui est à la base du raisonnement du Front national : l’intérêt national des français". Mise en musique d’une identification, où vient s’intégrer, on le sent, le nom même du parti (Fr comme français renforcé de national). Des échos circulent... Mais allons plus avant dans l’analyse systématique de ce confusionnisme scripturaire et musical.

PROLONGEMENTS ET ÉCHOS

  • 7 cf. André Salem, Pratique des segments répétés. Essai de statistique textuelle, Paris, INaLF-Klinck (...)

26A automatismes de texte aussi, automatismes d’outil. Pour rendre compte des phénomènes de sloganisation, le Laboratoire de l’ENS de Saint-Cloud a mis en oeuvre diverses méthodes d’analyse textuelle par ordinateur qui étudient les associations de formes selon certaines conditions de répétition, les unes chargées de mettre en évidence et quantifier toutes les chaines de mots contigus qui se répètent dans un texte7, les autres aptes à saisir et probabiliser les phénomènes de cooccurrence et d’enchainement de cooccurrences, y compris à distance.

  • 8 cf. Pierre Lafon, Dépouillements et statistiques en lexicométrie, Genève-Paris, Slatkine-Champion, (...)

27Un logiciel de Pierre Lafon répond à cette seconde perspective de recherche8. Il part des constats de co-fréquence (cf) qui caractérisent deux formes (A et B) se répétant ensemble au sein des mêmes phrases. Sont systématiquement relevées toutes leurs rencontres qui constituent des "couples" (paires de formes répétées et orientées A->B ou B->A), quel que soit le nombre de mots interposés entre les constituants A et B de chaque couple (une mesure D de distance moyenne tient compte de ces interpositions). Les co-fréquences de couple sont ensuite appréciées en probabilité (p) grâce à un calcul hypergéométrique prenant en compte la taille du corpus et le nombre de ses phrases, la co-fréquence (cf) du couple et les fréquences (F) de chacun de ses constituants. Le modèle est, on le devine, complexe. Son intérêt est d’obtenir des probabilisations systématiques et un classement hiérarchique pour tous les couples retenus (à cf > 2 et p < 5 %, règles minimales de cooccurrence).

28Lorsqu’un couple de formes lexicales, A->B par exemple, dépasse la cofréquence de 2 au sein des mêmes phrases et qu’un tel évènement est jugé statistiquement exceptionnel (c’est-à-dire d’une probabilité inférieure à 5 %), on dira que A "attire" B sur sa droite et que B fait de même sur sa gauche avec A. Les sorties-machine fournissent au chercheur qui va travailler sur ces données une double liste alphabétique d’"attirances statistiques" du type A->B ou B->A, avec indication des paramètres utiles à leur interprétation, F(A), F(B) et cf, p et D de chaque couple. L’interrogation qualitative sur les processus d’investissement par la répétition est ainsi remplacée par un inventaire quantitatif automatisé et exhaustif des micro-systèmes d’"attirances statistiques".

  • 9 Pour la définition de ces termes (mais sur un programme antérieur), cf. Des tracts en Mai 68. Mesur (...)

29L’ordinateur permet d’abord la construction d’un "lexicogramme" autour d’un "pôle de cooccurrence"9. Etablissons celui de français à partir des données fournies par la machine. Le tableau 3 ci-après livre tous les couples qui résistent aux règles d’élimination imposées.

TABLEAU 3 : COUPLES CONSTRUITS AVEC français (Le Pen 1984)

301 - Cooccurrences gauches de français

312 - Cooccurrences droites de français

  • 10 Parmi les règles de sélection des cooccurrents, nous utilisons une liste arbitraire de 333 formes f (...)

32A la recherche du noyau le plus dur des cooccurrents que le pôle français attire sur sa gauche et sur sa droite, imposons à son lexicogramme les restrictions suivantes : p < 5 %, F et cf > 3, D < 20, avec élimination des "formes fonctionnelles"10.

33Le lexicogramme "direct" de français, classé dans l’ordre inverse des probabilités, peut se présenter alors sous la forme :

34Sommes-nous proches d’un sens ? Parlons plus prudemment d’habitudes de fonctionnement textuel. Des liaisons d’association (positives, négatives, d’équivalence ou d’opposition - c’est la chair des phrases qui le dit) entourent l’apparition de français dans le discours. Elles en sont tout proches, comme peuple, ou lointaines comme solidarité. Chacune à sa manière cependant, elles font le siège du pôle français. Son occurrence passe à travers elles avant de parvenir à effectuation, ou bien, à l’inverse, français est l’un des lieux obligés par lequel doit passer l’occurrence des formes qui le suivent (étrangers, immigrés). Hors toute analyse syntaxique, on peut dire qu’une part du "sens" et de la connotation du pôle dépend de ces associations renouvelées. Elles font partie de la saisie primaire du réseau des contacts de phrase. Ainsi les mots s’écoutent et se lisent d’abord les uns à travers les autres.

35Mais l’attirance statistique est un phénomène plus complexe. Qui a rencontré peuple avant d’atteindre français a rencontré aussi, sans le savoir, le réseau tissé par peuple lui-même dans l’épaisseur de l’énoncé (et dans notre habitude de le lire). Aux mêmes règles de construction, le lexicogramme de ce nouveau pôle s’établit ainsi :

36Des règles sévères laissent peu de cooccurrents sur le tamis. Avec des corpus qui atteignent le million d’occurrences (tel le corpus syndical actuellement étudié à Saint-Cloud), la matière est autrement plus riche. Remarquons cependant ici qu’avant d’arriver à peuple, un chemin de mémoire passe par France. Cette forme s’accompagne elle-même de ses propres co-fonctionnements, dont peuple reçoit les échos. Les voici chez Le Pen (toujours aux mêmes règles de sélection) :

37Certaines formes reviennent dans plusieurs lexicogrammes. On remarque, par exemple, qu’immigrés et étrangers figuraient déjà dans le réseau qui se dégageait autour de français. La perception de ces deux pôles, France et français, ne serait-elle pas inconsciemment sollicitée par ces deux cooccurrents, qui circulent autour d’eux dans les habitudes discursives. Disons plus nettement : dans l’épaisseur des emplois, France et français, n’auraient-ils pas tendance à être marqués, chez Le Pen, par immigrés et étrangers, partie prenante, d’une certaine façon de leurs valeurs ? Il en est de même pour pays, infesté d’étrangers (12 occurrences dans son entourage proche), dont voici le lexicogramme :

38Pays, surveillé ainsi que peuple par le possessif notre (propre), semble, bien plus que lui, soumis aux échos significatifs que dégagent les entourages habituels d’immigrés et d’étrangers. Mais quelles sont, à leur tour, les attirances propres à ces pôles ? L’inventaire mécanique des cooccurrences continue :

39Trois remarques viennent à l’esprit à propos de ces lexicogrammes. Ils parlent et ils mentent ; ils font sens. Les interpréter sans un recours incessant au contexte complet et à la situation dénonciation nous ferait présumer d’un "droit des immigrés" qui n’existe pas ou d’un syntagme "pays étrangers" qui n’est pas prononcé. Prudence donc. Observons que la distance entre droit et immigrés est en moyenne de 12,2 mots et que celle entre pays et étrangers est de 18,2. Le lacis des associations statistiques recouvre des relations discursives mêlées (il s’agit du "droit des français" et des rapports de "notre pays" avec les étrangers).

40Mais les lexicogrammes parlent aussi : ils font remarquer, par exemple, que dans le texte de Le Pen immigrés a tendance à se faire précéder, à petite distance, par chômeurs, tandis qu’étrangers semble préférer dans ce rôle le mot travailleurs. Immigrés serait-il inconsciemment, chez Le Pen, plus marqué négativement qu’étrangers ? Tendrait-il à désigner ceux qui cherchent à trop s’installer ? D’autres analyses sur d’autres corpus ont pu faire le même constat.

41Enfin, nous commençons à entrevoir ce qu’une sélection d’"attirances statistiques" peut apporter à la question du sens. Ce dernier ne fonctionne pas à l’individuel, au cas par cas, mais en grappes et en grappe de grappes, en réseau. Lorsque le mot apparait, toute une entrée en résonance, à la fois textuelle et mémorielle, se produit. Nous n’en possédons pas les clés immédiates, mais un graphe des attirances d’attirances pourrait, en partie, rendre compte de cet univers syncrétique de perception.

  • 11 On peut appeler "connexion" tout enchainement d’attirances obtenu par la mise en relation statistiq (...)

42Cela signifie, sur le plan de la méthode, que la recherche se poursuit à partir de chaque cooccurrent pris à son tour comme source de graphe déterminant sa propre arborescence. Cela signifie, sur le plan langagier, qu’un mot n’existe pas par lui-même ; il est lu et entendu à travers les mots qui ont l’habitude de coexister avec lui dans le discours, mots eux-mêmes perçus à travers ceux qui les entourent, eux-mêmes perçus à travers d’autres, etc.. Cet engendrement d’échos sur échos suscite autour du thème prononcé comme une sorte de sens par ricochets, chaque ricochet déclenchant son système d’ondes concentriques qui se mêlent. Clore la recherche sur un corpus isolé, comme Les Français d’abord, mutile bien entendu l’appréhension que nous pourrions avoir de ce phénomène, mais cela n’interdit pas d’en avoir une idée. On peut alors dessiner, selon des règles de cooccurrence et de connexion11 posées au départ, un graphe de chaines et de cycles d’attirances à prolonger jusqu’à saturation, de palier en palier. Ce faisant, quiconque reprenant les mêmes règles de sélection aboutirait à un résultat absolument identique.

GRAPHE ET PRÉ-SENS

43Voici le lexicogramme "indirect" obtenu pour français, en suivant toutes les itérations possibles à partir des règles énoncées plus haut, auxquelles on a ajouté, comme restriction imposée au pullulement des "branches", la nécessité d’une fréquence supérieure ou égale à 10 pour que l’itération ait le droit de repartir du "sommet" atteint :

- voir le graphe ci-après -

  • 12 Pour éviter les ambigüités au plan de la méthode, la recherche utilise le plus possible les descrip (...)

44Plusieurs remarques peuvent être faites sur les réseaux de ce type, sur leur amplitude, leurs arborescences, chemins, circuits, impasses, sous-graphes de transmetteurs particuliers avec leurs prédécesseurs et leurs successeurs, etc.12. Nous nous en tiendrons ici à l’examen de la position statistique des cinq désignants nationaux dans le graphe de français, puis à la recherche des pôles principaux de connexion.

45Peuple apparait dès le premier palier de cooccurrence, directement attiré. Il n’y a pas d’autre peuple que français dans ce texte. Viennent au second palier : France et pays, aux fortes fréquences, puis communauté (toujours nationale chez Le Pen) ; Etat et patrie sont au palier 4 ; nation n’arrive qu’au sixième palier, et sans attirance directe pour française. "Populisme" de Le Pen ? Les termes qui circulent à proximité de français concernent la solidarité entre français, le droit des français, les travailleurs français, bref on aime mieux les français. Peuple fait partie de cette circulation affective qui vient d’abord.

46Mais, alors que français et France sont, avec pays, les formes lexicales les plus fréquentes du corpus, elles se découvrent dépassées du point de vue des couples engendrés dans ce graphe par deux termes inattendus, défense et droite. Nous appelons ces sommets solliciteurs de cooccurrence des "noeuds" de sloganisation. Ils peuvent être définis par le nombre d’arcs qui, au niveau des règles de construction adoptées, les concerne en tant que sommet d’origine ou d’aboutissement de couples.

Graphe de français (Le Pen 1984)

Graphe de français (Le Pen 1984)

47Voici la liste des "noeuds" dont le nombre d’arcs est ici égal ou supérieur à 5 :

48Au coeur de ce réseau très sloganisé français se commente, s’antécède ou se prolonge par :

49Droite. A l’exception de l’étiquette "extrême-droite" rejetée comme abusive ("mot [...] sous lequel sont rangés <par la gauche> pêle-mêle sans aucune référence doctrinale tous ceux qui critiquent vigoureusement le marxisme"), le terme droite se trouve au centre d’un lacis de cooccurrences étroitement lié à la déclinaison de national (et donc de Front national, ce "porte-parole de la droite nationale"). Ce réseau est très fortement mélioratif, à de nombreux pas du texte : "le plus beau mot de la langue française", "Droite, c’est droiture" etc. (par opposition bien entendu à gauche, qui est, "dans notre langue, un synonyme de maladresse, de déloyal"). Le Pen désire visiblement inscrire son discours et sa représentation au coeur même de la "droite digne d’elle-même", loin des "centristes-ventristes" courtisans de minorités peu recommandables ; il en martelle l’affirmation. Volonté manifeste de redresser un mot, de se l’annexer, de l’"occuper", puis de se faire identifier à lui.

50Sur ce pôle est branchée la valse "nationale" que nous avons vu plus haut tourner autour du thème "France". Y contribuent comme noeuds de connexion : nationale, national, front, populaire, sociale et les grappes de cooccurrents qui les accompagnent de près ou de loin dans le discours.

51Défense. Cette première stratégie lexicale est accordée à une seconde, de même ampleur à ce niveau de règles mais beaucoup plus inattendue : munies de 11 et 8 arcs, les sommets défense et guerre constituent des noeuds connexionnels majeurs. Et cela n’est pas seulement dû au fait que Le Pen a été, au moment du poujadisme, rapporteur du budget de la défense : des liens très forts existent aussi entre défense et police, justice, civile, générale, diplomatie et accuse. Il ne s’agit pas seulement de la guerre d’Algérie ou de l’obsessionnelle deuxième guerre mondiale : le mot guerre attire également à sa suite les adjectifs civile, nucléaire, biologique, chimique et, hors graphe, n.b.c. (sigle technique qui concentre les trois termes précédents).

  • 13 Voir pourtant menace et menacée dans le graphe. Sur cet aspect catastrophiste du discours lepéniste (...)

52Ennemis. Dans le réseau complexe qui se reflète, de plus ou moins loin, sur les occurrences des mots-sources, se trouvent les dénominations des adversaires : gauche, parti, gouvernement, immigrés, étrangers, immigration étrangère, deux millions de chômeurs, explosion démographique du Tiers-Monde, Union soviétique... Toute une connotation d’hostilité les accompagne. En effet, à l’arrière-plan de ces désignants eux-mêmes engrappés, comme par un effet de choeur s’égrène une litanie de menaces, dont le présent graphe, d’une construction trop exigeante, ne rend guère compte13. Ils forment l’ombre menaçante, secondaire, qui, dans ce discours, colle à l’envers de français.

53Faut. Seul verbe conjugué (être et avoir faisant partie des mots-outils éliminés par construction), "il faut" est l’une des clés du discours lepéniste de cette époque. Si on compare sa fréquence dans Les Français d’abord à celle du corpus de même longueur réuni sur la presse de droite, on constate un décrochement très visible :

54A cela s’ajoutent d’autres formes insérées dans le graphe, doit, doivent et devoir, avec les mêmes décrochements de rang dans le corpus Droite. La rhétorique de l’obligation, caractéristique des discours de droite, est donc surinvestie par Le Pen.

55Ainsi le réseau des attirances statistiques tiré par la maille français fait apparaitre les six postulations les plus enkystées de répétitions qui caractérisent le discours lepéniste, six noeuds majeurs de sloganisation : le chant patriotique, l’identification à la Droite "digne d’elle-même", les valeurs d’obligation, un trait thématique occasionnel : l’Europe, le rejet des non-français ou mauvais français, immigrés et gauche (en particulier communistes), enfin, inattendues à ce niveau de connexion, la guerre et la menace par autrui, permanentes.

***

56Y-a-t-il là énonciation d’un "sens" de français ? Peut-être (les mots sont "habités", disait Bakhtine), mais il se situerait à l’arrière-plan des significations reconnues. Dans la mémorisation finale, une fois le discours clos et "oublié", seuls subsistent, en effet, les grands martellements des rencontres formelles, que viennent revivifier les discours suivants. Tout texte politique peut ainsi être considéré comme porteur de deux messages, celui du sens linéaire, articulé sur ses liaisons syntaxiques et phraséologiques, propre à l’acte de convaincre ou de persuader, et celui de ce "pré-sens", "para-sens" ou "sub-sens", comme on voudra, dont l’effectivité syncrétique et les résonances ne sont saisissables qu’en pratiquant cet écrasement du texte sur lui-même qu’est la quête fréquentielle, à la recherche des attirances statistiques internes et des associations de mots-valeurs. Nous n’en sortons ni rationnellement convaincus ni consciemment persuadés ; nous avons été plus que cela : imprégnés, investis malgré nous (espère l’énonciateur) par les amis de la "vraie droite", dont nous rapprochent nos droits et devoirs, et les ennemis pullulants suggérés à nos peurs. Français est habité de fantômes.

Notes

1 Cité par J. Driencourt, La propagande, nouvelle force politique, Paris, A.Colin, 1950, p. 97.

2 Nous avons défini au laboratoire de Saint-Cloud la "sloganisation" comme une "maintenance de réseaux à redondances uniformisées" (cf. Des tracts en Mai 68. Mesures de vocabulaire et de contenu, Paris, Presses de la FNSP, 1975, p. 287).

3 On trouvera des aperçus et résumés d’expériences portant au moins sur la mémoire immédiate dans F. Richaudeau, Le langage efficace, Paris, Marabout, 1979.

4 cf. "Texte propagandiste et cooccurrences. Hypothèses et méthodes pour l’étude de la sloganisation", Mots, 11, octobre 1985, p. 155-187.

5 Corpus de douze chapitres comprenant 55 820 occurrences de formes, enregistré informatiquement par Evelyne Schilz à l’Université Macquarie, Australie. Cf. E. Schilz, M. Tournier : "Récurrence segmentale et cooccurrentielle dans un texte politique (Le Pen 1984) ", intervention au colloque "Le Nombre et le Texte", Liège, mai 1987.

6 Le dépouillement du "Face à face" Mitterrand-Chirac de 1988 est dû à Dominique Labbé. (cf. aussi, pour Mitterrand, D. Labbé, Le vocabulaire de François Mitterrand, Paris, Presses de la FNSP, 1990, p. 212-312). Les deux inventaires suivants ont été dressés au Laboratoire de Saint-Cloud (le corpus intitulé "Presse Droite" repose sur 8 échantillons d’éditoriaux appartenant à un éventail de journaux. Cf. Mots 10, mars 1985, p. 147-165). Quant aux discours de De Gaulle et de Pétain, les données sont tirées de : Jean-Marie Cotteret, René Moreau, Le vocabulaire du général De Gaulle, Paris, A. Colin, 1969, p. 129-24, et Gérard Miller, Les pousse-au-jouir du maréchal Pétain, Paris, Le Seuil, 1975, p. 85-86.

7 cf. André Salem, Pratique des segments répétés. Essai de statistique textuelle, Paris, INaLF-Klincksieck, 1987 (Coll. "Saint-Cloud").

8 cf. Pierre Lafon, Dépouillements et statistiques en lexicométrie, Genève-Paris, Slatkine-Champion, 1984 (Coll. "Travaux de linguistique quantitative").

9 Pour la définition de ces termes (mais sur un programme antérieur), cf. Des tracts en Mai 68. Mesures de vocabulaire et de contenu, Paris, Presses de la FNSP, 1975 (rééd. 1978, Champ Libre), p. 191-192.

10 Parmi les règles de sélection des cooccurrents, nous utilisons une liste arbitraire de 333 formes fonctionnelles (ou mots-outils) de forte fréquence à exclure, liste qui permet de ne retenir autour de chaque pôle examiné que les formes à sémantisme "plein".

11 On peut appeler "connexion" tout enchainement d’attirances obtenu par la mise en relation statistique de deux couples : cooccurrence de cooccurrences. Dans le graphe ci-après, autant les arcs indiqués sont établis automatiquement en machine, autant la position des mots dans l’espace de la feuille a d’abord pour objet la lisibilité du graphique.

12 Pour éviter les ambigüités au plan de la méthode, la recherche utilise le plus possible les descripteurs mis au point par la "Théorie des graphes". Cf. Des tracts en Mai 68. Mesures de vocabulaire et de contenu, p. 191, note.

13 Voir pourtant menace et menacée dans le graphe. Sur cet aspect catastrophiste du discours lepéniste, nous renvoyons à L. Chetouani et M. Tournier, "La catastrophe, mythe scientifique d’aujourdhui", Lieux communs, topoï, stéréotypes, clichés, Paris, Editions Kimé, 1993, p. 218-230. Voir plus haut.

Notes de fin

* Communication au colloque de l’Université de Lyon 2, "L’idée de nation", 17-19 mars 1994, parue dans Les mots de la nation, sous la dir. de Sylvianne Rémi-Giraud et Pierre Rétat, PUL, 1996, p. 65-81.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1 : DÉSIGNANTS NATIONAUX MAJEURS DE QUELQUES CORPUS POLITIQUES (les dix plus fréquents)6
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1719/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre TABLEAU 2 : SCHÉMA DES SUCCESSIVITÉS THÉMATIQUES
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1719/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1719/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1719/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1719/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1719/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1719/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1719/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1719/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1719/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Graphe de français (Le Pen 1984)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1719/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1719/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1719/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9k

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540