Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Naissance du vocabulaire fasciste en France (1914-1945)*

Texte intégral

  • * Texte paru en partie dans le chapitre "Chronique lexicale des évènements politiques" (écrit en col (...)
  • 1 Voir la bibliographie en fin d’article.

1De quels termes est tissé le discours réactionnaire, au lendemain de la première guerre mondiale et comment sa trame évolue-t-elle jusqu’à la fin de la seconde ? Ces questions se compliquent non pas du fait de la profusion des termes mais parce que des forces antagonistes, jouant avec les mêmes expressions, ne cessent, comme bien des hommes, d’hésiter entre les camps, de voyager d’un bord au bord opposé, de se masquer ou de se parer des mots des autres. Et qu’est-ce que "les mots des autres" ? Même étrangers, ils ont toujours en France quelque complice chargé d’histoire... En outre, jamais désignants et slogans n’ont circulé avec une telle vitesse ; jamais une telle ampleur dans la diffusion et la mobilisation n’avait été jusqu’alors atteinte par la Propagande. Aux mains des fascismes en particulier, celle-ci devient un rouage essentiel de l’Etat, digne d’un ministère ("Elle se range parmi les arts qui servent à gouverner un peuple et sa place est au premier rang" proclame Goebbels au Congrès de Nuremberg, le 6 septembre 1934) : journaux, tracts (mais 4 millions de tracts n’avaient-ils pas déjà été jetés sur les tranchées allemandes pendant le seul mois d’aout 1918 ?), affiches, films, cérémonies, uniformes et chants, radio surtout, que Goebbels appelait "la grande institutrice des peuples" (On assistera à la première guerre des ondes). "L’âge de la propagande, c’est le 20e siècle", conclut J. Driencourt1.

2Parmi les forces qui s’affrontent dans ce champ, on voudrait, en simplifiant, mettre au clair les doubles jeux de la tradition droitiste qui dans le même temps se prête et se refuse aux innovations de langage. Mots de tradition, mots retournés, mots à double trame.

DES MOTS À L’ENDROIT

3Ce serait, évidemment, une erreur de réduire au maurrassisme les courants très divers qui, dans les années vingt à quarante, se réclament du nationalisme, y compris républicain, de la monarchie, de l’autoritarisme et d’un antisémitisme encore tout vibrant d’une affaire Dreyfus non oubliée. Pourtant le discours de l’"Action française" est central, car il constitue, au coeur de l’extrême-droite, une organisation lexicale fortement structurée. Citant les grands fascismes, R. Brasillach écrit : "J’ai appris à lire dans Maurras" (Je suis partout, 7 novembre 1936).

4Nation est le terme positif de ce système ("Nation d’abord !" s’écriait C. Maurras). Bien qu’il s’en soit défendu en invoquant l’usage de M. Barrès justifié par Bossuet, n’est-ce pas l’ancien désignant patriotique de la Révolution française que Maurras reprendrait à son compte ? Il entend avec lui séparer une "tradition nationale" saine, du socialisme politique vu comme internationaliste et du libéralisme économique qui n’a, lui non plus, pas de patrie : "Dans l’ordre des réalités, il y a d’abord les nations. Les nations avant les classes. Les nations avant les affaires." (AF, 26 aout 1932). Deux caractères principaux définissent la nation. D’une part, comme la famille, elle est lieu de naissance (Le nationalisme ? : "disant nation, il dit natio, il dit naissance". AF, 19 aout 1918). La nation pré-existe ; on n’y adhère pas ; elle est donnée d’emblée, en tant qu’appartenance à une société : "On se met d’un parti, on nait d’une nation" (AF, 8 avril 1915) ; "La nationalité dérive de la nature humaine affectée et multipliée par la société" (AF, 23 juillet 1916). D’autre part, elle est unification et permanence à soi, concordance des intérêts des uns et des autres selon la règle : "Une nation a besoin de se tenir et de concorder dans le temps" ; en vertu de quoi un principe vivant d’unité lui est indispensable. Nation implique Roi, source plus encore qu’expression de la Nation : "Personnalité, responsabilité, volonté, conscience, le Roi, c’est l’Un. La nation, ce n’est pas l’Un puisque c’est le nombre." (AF, 24 février 1916). Il y a donc contradiction entre la Nation et la République, marquée, elle, par l’"esprit de parti" et la prédominance de l’"étatisme" sur l’Etat : "Impossible de rendre l’union nationale plus étroite sans relâcher en même temps l’union républicaine [...]. La réconciliation nationale ne menace pas seulement les idées et les passions des partis, elle est funeste à leurs intérêts". (AF, 18 avril 1914).

5Groupées autour de ce pôle qui assume l’Histoire ("Peuple engage, mais Nation évoque...") et que renforcent "patrie" et ses dérivés, des lexies amplifient ces commentaires : "communauté nationale", "esprit national", "sentiment national", "les nationaux", "Monarchie nationaliste", "nationalisme intégral", terme de 1900 ("Le royalisme [...] est lui-même le nationalisme intégral"). Maurras explicite incessamment ce mot-clé de sa doctrine : "Nationalisme dira désormais fidélité, au service de la nation [...]. Nous y ajoutons une épithète : intégral. Ce qui veut dire que tout ce que désire, recherche, souhaite et peut raisonnablement exiger un nationalisme français se trouve réalisé par la monarchie" (AF, 26 mai 1930).

6Un ensemble de "vertus françaises" enrobe ce nationalisme maurrassien. On y retrouve certains des termes les plus classiques du royalisme : Monarchie, écrit parfois Mon-archie, Roi, droit historique, hérédité, autorité, coutume, devoir, famille, grandeur et honneur, mots-valeurs de Maurras comme de Valois ou de Bernanos (et de Pétain), terre paternelle, vertus de la race, ordre, Sang et sol... : "La tradition rassemble les forces du sol et du sang" ; "Une seule force au monde peut limiter l’argent et même rendre à l’Intelligence asservie quelque liberté. C’est le Sang, c’est l’hérédité aristocratique et royale" (AF, 22 mai 1928). Quant à l’Ordre, c’est en son nom que se justifieront les ralliements à la capitulation des généraux en juin 1940 : "Même vaincue, l’armée, avec sa hiérarchie, signifiait encore un ordre, incarnait l’ordre, l’ordre français" (Maurras, De la colère à la justice, 1942) (cf. H. Guillemin).

7Parmi les mots les plus fréquents des Appels et Messages du Maréchal (cf. G. Miller), apparaissent, en compagnie de révolution et redressement, les dénominations singulières de la France. Les voici, hiérarchiquement classées, en regard des mêmes dénominations décomptées dans des allocutions ultérieures de C. De Gaulle (cf. J-M. Cotteret, R. Moreau) :

8Surprise. Ces deux listes obéissent, en dépit du décalage des époques, à une hiérarchie quasi identique. On y remarque en particulier l’importance prise par le mot pays. Deux différences : la descente en rang de nation et patrie chez De Gaulle et surtout l’absence, chez Pétain, de république pour désigner la France. Rien d’étonnant quant à la ressemblance : l’un comme l’autre ont eu Maurras pour maitre. Ces vieux mots du discours d’ordre ne marquent donc pas, par eux seuls, de territoires politiques. Leurs différences d’emploi viennent-elles de la trame cooccurrentielle ? Il faudrait voir ces désignants à l’oeuvre dans l’association entretenue, par exemple chez Pétain, entre intérêts et pays, autorité et Etat, unité et nation, salut et patrie (cf. G. Miller). Il faudrait surtout les voir à l’oeuvre, mêlés à leurs antagonistes.

9Car ce n’est pas dans le vocabulaire "national" mais dans son opposé, celui de la dénonciation, qu’il faut chercher les différences. Tous les termes que nous allons citer sont, en effet, présents dans la presse pétainiste et absents de la presse gaulliste. Apparaissaient, chez Maurras par exemple, les habituels collectifs de la dérision ("L’Etranger", "le cosmopolitisme", "la Maçonnerie", "le Capital", "la ploutocratie", "l’oligarchie régnante", "les mercantis"...), les injures racistes et xénophobes ("La juiverie", "le Juif, la "Judée", "le Boche", "les Tudesques", "les métèques", "la métèquerie") et les dénominations antirépublicaines et antiparlementaires ("la canaille", "la racaille", "les politiciens" et "politicards", "cette politiciennerie qu’on devrait écrire politichiennerie", "la crapule", les "parasites", "profiteurs" et autres "pickpockets politiques", "la cacocratie", "la démocrassouille"...), ainsi que les séquences ou compositions en enfilade qui pullulaient dans la presse polémique de la fin du 19e siècle, tels la secte opportuno-socialo-radicale, l’anarchie républico-démocratique, la Foule-reine et le Nombre-Dieu, démoploutocratie, démoploutocratique (Drieu préfère la construction plouto-démocratique, plouto-anarchiste), la dégénérescence démocratique et républicaine, un radotage historico-économico-financier, le mensonge historico-politique, la canaille judéo-démocratico-chrétienne, le citoyen-électeur-contribuable et administré français, votre jargon juridico-révolutionnaire, la flambée bonaparto-révolutionnaire, une "loi" historico-psycho-philosophique, le cléricalisme démocrate-chrétien, bakounino-marxiste, les anarcho-communo-démocrates....

10Bien d’autres désignants servent la polémique d’extrême-droite. Les années qui précèdent la seconde guerre mondiale puisent au registre traditionnel de l’invective : "communistes", "maçons" et "youtrerie" réunis sont dénoncés comme "fauteurs de guerre", "bellicistes", "stalino-bellicistes", "ennemi intérieur", "Anti-France", "Parti de la trahison" ou "de la guerre", "racaille marxiste" etc. Vieille habitude de la néologie politique aussi, que la suffixation sur base de nom propre et la préfixation en anti-. Quelques exemples, tirés du seul Maurras et suivis d’une date d’attestation. On assiste avec eux, sur trente ans, au défilé des exécrations de l’Action française : babélisme (1931), bergsonien, bergsonisme (1914), bismarckisme (1930), briandiste (1930), briandisme (1931), britannite (1933) et antibritannisme (1927), brunetièresque (1926), caillautiste (1929), chateaubrianisme (1933), dreyfusien (1923 mais déjà 1910), dreyfusianisme (1908 mais déjà 1897), européanisme (1932), flamandisé (1922), gambettisme, gambettiste (1933), gaulliste (1942), guesdiste (1917), hugolesque (1924), hugolisme (1933), ibsénien (1912), jeanjacquiste (1933 mais déjà 1911) et la série roussien, rousseauiste (1912), roussisme, antiroussien (1925), néo-roussien (déjà 1898), kantisme, kantiste (1914), kantien et antikantien (1925), post-kantien (1914), locarniste (1929), moscoutaire (1924), moscovite (1921), poincariste (1928), poincarisme (1933), soviétisme (1931), verlainerie (1912), wilsonien (1920), zolien (1911), tolstoïte (1912), etc.

11Le mot-clé politique organisateur de ces lexiques dénonciateurs est démocratie. Cinq accusations sont accrochées à ses basques. Maurras la définit tour à tour comme : 1 - "règne de la quantité et du nombre", donc de la "médiocrité". Ex. : "Dans le cas du gouvernement d’un seul, la tête prévaut. Dans le gouvernement de tous, les pieds" (AF, 19 mars 1919). 2 - "égalité", "nivellement" et "fringale anarchico-révolutionnaire" : "Démocratiser une organisation, c’est y introduire la désorganisation. Organiser signifie différencier, c’est-à-dire créer des inégalités utiles ; démocratiser, c’est égaliser, c’est établir à la place des différences, des inégalités et des organisations, l’égalité qui est stérile et même mortelle" (La démocratie religieuse, 1921). 3 - "règne de l’or", "prime à la cupidité" et "immoralité démocratique" : "Démocratie vaut ploutocratie, gouvernement du peuple signifie gouvernement de l’or" (AF, 30 juillet 1914). 4 - "bureaucratie" et "panfonctionnariat" : "Démocratie suppose Bureaucratie" (AF, 11 janvier 1916). Enfin 5 - "météquisme" et "règne de l’étranger" : "Des étrangers groupés en familles [...]. Ils tiennent le pays légal [...]. Les Quatre Etats confédérés : juif, protestant, maçon, métèque [...] quatre groupements antinationaux" (AF, 12 juin 1914) ; "Stavisky est un métèque juif. La République est le règne de l’étranger" (AF, 7 janvier 1934). Constellation de médisances qui fait poids. Même pris seul mais si souvent répété, démocratie est un mot lourd.

12Il en est d’autres, aux longs échos sinistres. "Je meurs antisémite", écrit Drieu dans son Testament de 1939. L’Occupation va voir le retour, le déferlement du verbalisme raciste le plus "naturel". A la différence du temps des Toussenel et Drumont, ce n’est pas dans l’invention polémique que ce discours s’exprime le plus (à l’exception des plumitifs obsédés comme Céline) ; mais dans l’expansion de tout un lexique pseudo-scientifique.

13Celui-ci sert d’appui aux mots trop simples de race, juif, sang. Ma race, leur race. "Oh ! races, races. Il y a des races, j’ai une race !" jubile le Gilles de Drieu, retrouvant ses racines (mythiques) (Gilles, 1939). Un pogrom : "Je humais la revanche de ma race", écrit Rebatet (Les Décombres, 1942) et Brasillach décrit "le jeune fasciste appuyé sur sa race et sur sa nation" (Notre avant-guerre, 1941). Pour Pétain, la mission de la famille est de "perpétuer la race française" (20 novembre 1938). Exacerbation de l’axiologie, "la Race" est noble en soi. Il ne s’agit plus, dans cette expression, des "Princes à fleurs de lys", qu’évoque encore son usage chez Maurras ("Maintenir la France [...] c’est le métier de la Race", AF, 15 juin 1933), mais bien de l’ensemble du Peuple : sa "race" doit se garder pure, pour l’"Union française de défense de la race" (Darquier de Pellepoix). Celle des autres, à l’inverse, est une injure : "Le juif forme son esprit, son âme, son caractère selon sa race [...] une race qui ne peut s’intégrer à aucune terre" (J. Gattino, Essai sur la Révolution nationale, 1942). On le voit, juif en français se définit par race. La loi de Vichy a même tenu à remplacer le critère de "religion" par celui de "race", puisqu’on est passé de l’ordonnance de 27 septembre 1940 (où sont appelés "juifs" "ceux qui appartiennent ou appartenaient à la religion juive") au Statut des Juifs du 3 octobre 1940, où l’on peut lire : "Est regardé comme juif, pour l’application de la présente loi, toute personne issue de trois grands-parents de race juive, de deux grands-parents de la même race si son conjoint lui-même est juif. Race majuscule ou race minuscule, le terme est définitivement axiologisé.

14Quant au sang, signe de la race, nous l’avons aperçu chez Maurras, avec sa valeur royale ou aristocratique traditionnelle. Il existe aussi le sang religieux, la limpieza de sangre du 15e siècle qui distinguait les vieux chrétiens des "conversos" et des "marranos". Dans l’Allemagne pré-nazie, le "sang" (das Blut) est devenu signe de ralliement pour les révolutionnaires conservateurs de tendance "völkisch" (le "Mouvement du sang et du sol", Blut und Boden Bewegung). Le voici, organiciste et physiologique, chez Hitler, disciple de Von Liebenfels, qui arborait la croix gammée dès le début du siècle : "Une cause entre toutes présente une importance fondamentale : celle du maintien de la race dans l’organisme social. C’est dans le sang seul que réside la force ou la faiblesse de l’homme" ; "Le péché contre le sang et la race est le péché originel de ce monde" (Mein Kampf, 1924). Quel impact en France du mythe du "sang nordique" (H. Gunther, A. Rosenberg) ? Chez les racistes français, les dosages sémantiques sont divers, souvent contradictoires et indécidables. Il peut arriver que, dans les discours sur le "Sang", le sélectionisme biologiste (G. Vacher de Lapouge traduit en 1926 le Déclin de la Grande Race de l’eugéniste M. Grant) prenne le pas sur l’élitisme social du maurrassisme comme sur le marquage religieux et rejoigne les valeurs hitlériennes dans l’héritage "anthropologique" de Gunther.

15Parmi les termes organisateurs du discours raciste à allure scientifique, citons ethnie, authentique, eugénique et euthanasie. Ethnie (culturelle) double Race (biologique) de plus en plus fréquemment. P. Ory signale les titres de G. Montandon (Ethnie française, Ethnie juive ou ethnie putain), lequel faillit occuper, à la Sorbonne, une chaire d"’Etudes raciales". Authentique sert à dédouaner la purification linguistique : des linguistes ont cru distinguer des langues "authentiques", comme la lituanienne, et des langues "artificielles", comme la polonaise ou la tchèque (1944). Quant à eugénisme,-iste,-ique, la série donne un label scientifique aux théories national-socialistes. C’est l’année (1935) où le Reich promulgue ses "Lois pour la protection de la santé héréditaire du peuple allemand" qu’A. Carrel publie L’Homme, cet inconnu, où il écrit notamment : "Pour la perpétuation d’une élite, l’eugénisme est indispensable. Il est évident qu’une race doit reproduire ses meilleurs éléments". Montandon se fait le traducteur d’O. von Verschuer, le maitre de Mengelé, avec son Manuel d’eugénique et d’hérédité humaine (1943), et A. Fabre-Luce de rapprocher d’Hitler l’"anti-raciste" J. Rostand en affirmant : "Tous deux sont eugénistes" (Journal de la France, 1942). Pris dans cette logique, un vieux terme savant du 18e siècle, euthanasie, réfère désormais non plus seulement à la mort douce, par "gaz appropriés", mais "au dessein de détruire les sujets tarés et de purger ainsi ce qu’ils [les nazis] appelaient improprement la race" (Duhamel).

16Peu de néologismes, au demeurant, dans ce vieux discours, si ce n’est des dérivés comme racique (1939, R. Gontier) ou euthanasique (1935, A. Carrel), des composés à la Janvion (cf. Sternhell), tels judéophilissime (1927, Maurras), judéo-britannique (1931, Maurras), judéo-maçonnisme (1936, P. Ferdonnet), judéo-marxiste (1936, H. de Jouvenel), judéo-maçonnerie (officiel en 1941), judéo-négroïde (1943, M. Sicard), judéo-démocratique, judéo-communiste (1943, Drieu) et judéo-français : "La France est une république judéo-française" (Drieu, Journal, 7 mai 1940). L’héritage du siècle précédent est lourd, de ce point de vue. Ce qui est nouveau est peut-être l’alliance justement de race et d’ethnie. Dans des composés comme ethno-racisme, -iste (Montandon), ethno-racial (1941, cf. Sézille et son "Institut d’étude des questions juives et ethno-raciales"), etc. Alliance contre-nature au départ, car ethnie n’a aucune des charges affectives que charrie désormais race ; on désignera en effet la Brigade nord-africaine ou la Légion (Bezen) bretonne du nom de "milices ethniques". Bref, ethnie s’efforce de civiliser race. Depuis Le Bon et Lapouge, ne parle-t-on pas de "race historique" par désespoir des "races naturelles" ? Le mot race est pipé.

DES MOTS À L’ENVERS

  • 2 Voir plus loin l’article consacré à intellectuels.

17Sur nombre de ces points, le maurrassisme prend à revers le vocabulaire républicain. Il retourne contre la "gueuse pendue" ses propres mots d’ordre : héritière des Lumières et anti-cléricale, telle est la "République obscurantiste" ; créatrice de l’école publique pour tous, c’est l’"ignare démocratie" ; pourfendeuse de libertaires à coups de "lois scélérates", c’est l’"anarchie républico-démocratique" ; l’"esprit républicain", "la haine et le mépris du peuple" ; le "catéchisme démocratique", un acte de foi en la néfaste égalité... On s’approprie aussi à droite l’usage de certains marqueurs de la gauche. Deux exemples illustrent cette stratégie du retournement : intellectuel2 et populaire.

18Evoquons ici le cas de populaire. Le terme était "de gauche" au début des années vingt, avec Le Populaire de L. Blum (on disait déjà "Le Popu"). Mais il suffit d’ajouter "national" en antéposition, selon le modèle d’Outre-Rhin repris par P. Clémenti et son parti "national-collectiviste", pour reconvertir les termes : Drieu parlera de la "Russie stalinienne nationale-communiste" (Journal, 16 septembre 1943). On obtient ainsi le National populaire, hebdomadaire lancé par M. Déat en 1942, après le congrès du "Rassemblement national-populaire" de juin 1941. Au demeurant, le "populisme" est une tradition xénophobe d’extrême-droite : témoin le PPF (Parti Populaire Français) de J. Doriot (juin 1936). Les valeurs racistes de Völkisch ne sont pas loin (cf. J.-P. Faye).

  • 3 Cahiers universitaires, 28, septembre-octobre 1966, cité dans P.-A. Taguieff, Sur la nouvelle droi (...)

19Il n’est pas jusqu’à certains slogans qui ne passent de gauche à droite avec le siècle. "Le cléricalisme, voilà l’ennemi !" des anciens radicaux devient "L’idéalisme républicain, voilà l’ennemi ! (1924, Maurras), "Le communisme, voilà l’ennemi !" (1927, A. Sarraut) puis "Le judéo-maçonnisme, voilà l’ennemi !" (1936, Ferdonnet)..., en attendant Alain de Benoist : "L’idéalisme, voilà l’ennemi !"3. Le schème s’est définitivement droitisé.

20L’exemple le plus évident de retournement est l’usage à l’extrême-droite du "droit des peuples à disposer d’eux-mêmes". Nouvel avatar pour certains du "droit des nationalités" du 19e siècle mais déjà présent en 1913 chez Péguy, qui le tire de la logique des Droits de l’Homme (L’Argent, suite), ce slogan wilsonien est paré de tous les prestiges d’une SDN, ancêtre de l’ONU, rêvée justicière ; il est diffusé en France par la propagande socialiste... et dénoncé par Maurras ("Les socialistes ont élu pour pivot de leur pensée comme de leur action le ‘ droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ’", AF, 10 aout 1917). Faudrait-il appliquer "cette nuée wilsonienne", cette "idéologie romantique" à l’Alsace-Lorraine ? Or, trois ans plus tard, la voilà transformée en arme idéologique aux mains d’Hitler, dont le Programme en 25 points de 1920 proclame que la Grande Allemagne rassemblera "tous les Allemands sur la base du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes". Et les "rattachistes" d’Autriche d’applaudir la Ligue des Droits de l’Homme, dont Maurras cite cette proclamation : "Attendu que de tout temps elle a considéré le droit à la libre disposition des peuples par eux-mêmes comme la stricte application des droits de l’homme aux droits des peuples, [...] la Ligue reconnait hautement le droit de l’Autriche à demander son rattachement à l’Allemagne" (AF, 12 novembre 1928). Conjuguez un tel principe aux slogans de la "place au soleil" et de l’"Espace vital" (calque de Lebensraum), des "races inférieures", du "danger bolchevique", de l’"Ordre européen", ajoutez les mots magiques de Nation, Chef, Guide, Peuple, Elite, Race pure, Français de souche (adaptation d’Allemand intégral), Redressement, Révolution (nationale, populaire, conservatrice) et vous aurez, dans sa version française, le système nazi de guerre psychologique...

21On ne sait plus où en sont les mots. Ainsi de la lexie anticapitaliste des "deux-cents familles", qui circule d’un camp à l’autre, pour les besoins de la polémique. Lointain souvenir de Thiers ("Deux ou trois centaines de familles", 1848), l’expression, aux centaines non encore fixées, est diffusée à l’extrême-droite par Junius dès 1914 ("les 500 familles" propriétaires de la République, Echo de Paris), commentée ainsi par Maurras : "Elles sont plus de cinq cents et plus de cinq mille, et leur droit de propriété n’est pas d’hier" (AF, 12 juin 1914). Ne s’agit-il pas, pour Maurras, des "Quatre Etats Confédérés maitres de la République" ? Cette inflation se retrouve aux temps du Front populaire : "Et dire que, chez nous [une garenne à lapins], les 200 familles, elles sont au moins 2000 !" (Caricature de J. Pruvost, L’Oeuvre, 4 mai 1936).

22Voici le slogan repris par G. Bernanos, mais dans sa version réduite, de gauche : "Les deux-cents familles ?... Hé bien oui, mon gros !" (Les grands cimetières sous la lune, 1938) comme par A. Hamon ("la République des banquiers", Maitres de la France, 1936-38). Car c’est la gauche qui s’est emparée à l’époque de la formule, à partir du fameux "Deux cents familles sont maitresses de l’économie" lancé par E. Daladier au congrès radical de Nantes (28 octobre 1934) et orchestré dans La Flèche par le néo-radical G. Bergery. On la trouve, toujours réduite au chiffre de 200, chez les socialistes et les communistes : "’Déclarer la guerre aux deux-cents familles qui ruinent la France’ c’est, avant tout, leur imposer la nationalisation" (L’Ecole Emancipée, 15 décembre 1935, H. Legrand). "Nous travaillons à l’union de la nation française contre les deux cents familles et leurs mercenaires", proclame M. Thorez avant les élections d’avril 1936. Le Figaro commente : "Les intentions du parti communiste : expropriation des deux cents familles, épuration de l’armée" (6 mai 1936). L’Humanité accuse : "A qui la faute ? A l’égoïsme borné des 200 familles !" (5 juin 1936) et L’Intransigeant explique, sous la plume de Vincent Auriol, alors ministre des finances, s’adressant à Ernest Mallet, doyen des régents de la Banque de France : "Vous n’ignorez pas que, sauf les deux cents plus forts actionnaires dont vous êtes, vos collègues et vous, [...] les 41.000 actionnaires n’ont aucun droit" (2 aout 1936). En commentaire, la même année, le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes publie une brochure anticapitaliste d’un grand retentissement, La banque de France aux mains des deux cents familles. Et c’est au tour du colonel de La Rocque de s’entendre traiter d"’agent des deux-cents familles et des trusts" (Affray et al., proclamation du 16 mars 1937).

23Ainsi donc, jusque dans sa créativité lexicale, en positif autour de nation comme en dépréciatif autour de démocratie, dans l’appropriation de mots et de slogans nés ou circulant aussi dans l’autre camp, le discours de l’Action française des années vingt et trente et celui de ses épigones sont souvent un discours républicain et socialiste d’avant-guerre inversé. "Charles Maurras est un homme de 93 [...]. La mystique du nationalisme intégral aboutit à la dictature du salut public", écrit G. Bernanos (Scandale de la vérité, 1938) ; ce que G. Valois certifiait déjà, mais pour le fascisme : "Le fascisme est exactement dans le fil du mouvement de 1789" (Nouveau Siècle, 14 juillet 1926). En vertu de quoi, M. Déat verra Robespierre tendre la main à Hitler (conférence, 18 décembre 1943) et Le Matin comparera la Milice aux "Volontaires de l’an 2" (24 mars 1944). Curieuse attirance de schèmes républicains, au delà des mots.

24L’emprunt aux registres de gauche peut se faire par captation-perversion des valeurs de la Révolution, des Républiques, voire de la Commune : Révolution nationale, salut public, intérêt général, peuple français, patriotes, Raison française, club (relancé par Valois en 1927), L’Insurgé de l’antisémite J.-P. Maxence (1937), Le Cri du Peuple, quotidien doriotiste de 1940, ou Germinal de C. Jamet(1944).

25L’emprunt peut aussi répondre à une volonté de provocation systématique. N’est-ce pas elle qui préside aux destinées de L’Ami du Peuple, le journal à deux sous du richissime F. Coty lancé en 1928, ou aux slogans de janvier et février 1934, quand les Camelots du roi descendent le boulevard St-Germain aux cris de "Ça ira ! Les députés à la lanterne !" et que le tract des Jeunesses patriotes de Taittinger proclame "La Patrie en danger" ? A cette même date, Henri Bordeaux appelle de ses voeux "la Révolution des honnêtes gens" et Ybarnegaray "le grand soir des honnêtes gens"... Revanches verbalement prises, par delà le siècle.

26Nouveauté ? Dans cette ligne, et bien que Maurras lui-même n’aime pas le mot, il se produit comme un infléchissement "social" du vocabulaire de l’extrême-droite. Perceptible avant 1914 (L’AF, faisant écho au Barrès du "socialisme national", ne célébrait-elle pas les "antidémocrates d’extrême-gauche" en 1902, les "socialistes antidémocratiques" en 1907 ? Le "Cercle Proudhon" démarre en 1911), cet infléchissement va s’amplifiant après la guerre : Maurras, qui appliquait en 1900 à La Tour du Pin les liaisons dangereuses de "monarchie sociale" et de "monarchiste-socialiste", risque lui-même les synthèses symboliques, dirait Z. Sternhell, de "protectionnisme social" et de "socialisme nationaliste" et finira par écrire "Un socialisme libéré de l’élément démocratique et cosmopolite peut aller au Nationalisme comme un gant très bien fait à une belle main" (AF, 18 juillet 1933). Valois réanime le vocabulaire des "traditionalistes sociaux" de la "monarchie corporative" (F. Bacconnier) en lançant le corporatisme, cette "fin de l’individualisme civique et économique" (1923). De son côté, G. Hervé crée dès aout 1919 un parti "socialiste national". Préfascisme de l’extrême-droite ? Avec ces quatre adjectifs désormais liés au coeur du discours, nationaliste, antidémocratique, antisémite et socialiste, le terrain lexical semble prêt.

UNE FASCISATION À DOUBLE TRAME

  • 4 Cf. ci-dessus l’article "De- et re- dans le même bateau".

27Les lamentations en de-4 si nombreuses à l’époque se faisaient souvent au nom d’un ordre mythique, pré-révolutionnaire, d’une "ancienne France" : "L’expérience de la France de 1789 montre que la République politique est la dégression et la décadence" (AF, 11 décembre 1924). Pourtant, s’il était la trace d’un fatalisme chez Gobineau ou Taine, ce mythe nostalgiste ne l’est nullement chez Barrès, Maurras ou Déat, admirateurs des hommes énergiques. Certains socialistes ("volontaristes") vont leur apporter la mode "néo-". Ainsi le "planiste" H. De Man, qui dans L’Idée socialiste (1935) se veut témoin de "l’effondrement d’un monde décrépit" mais affirme : "Il y a un vieux monde qui meurt et un nouveau monde qui nait" (Considérant disait déjà cela en 1848). D’importants ouvrages s’intitulent "Au delà de", depuis Au delà du marxisme (De Man, 1927) à Au delà du nationalisme (T. Maulnier, 1938). Les formations en "néo-" se multiplient : néo-socialisme 1930, néo-cartelliste (P.-E. Flandrin, 1933), néo-marxisme (G. Roditi, 1935), néo-réformisme (Valois, 1935), néo-nationalisme (Maulnier, 1935), néo-maurrassisme et néo-réalisme (Bernanos, 1939), néo-nationalisme et néo-nationalisme-national-socialiste (Maulnier, 1938), néo-boulangisme (Fabre-Luce, 1942), néo-paganisme 1944, etc. L’organe du "Faisceau" (1925) de G. Valois, Le Nouveau Siècle, célèbre, contre "le vieil ordre des choses" (NS, 5 juin 1927), la "cité nouvelle" et l’établissement d’un "ordre nouveau" (NS, 24 avril 1927). Valois édite son Nouvel âge, ainsi que L’Ordre nouveau de C. Albert. Paraissent en 1933 L’Ordre nouveau, la revue des "intellectuels" non-conformistes et antiparlementaires, et en 1934 les mensuels extrémistes L’Homme nouveau, L’Age nouveau, et le bulletin Néo de Montagnon. Le slogan, purement traditionaliste de Déat et des néo-socialistes (on disait "les néos"), "Ordre, Autorité, Nation" (1933), s’assortit aussi de la célébration d’un "Ordre nouveau" (février 1934). Et Pétain pourra proclamer : "L’ordre nouveau est une nécessité française" (11 octobre 1940). Ce calque de l’italien (mais, avant d’être en 1960 le nom d’un parti français néo-fasciste, "Ordine nuovo" était, quarante ans plus tôt, le cri de ralliement des syndicalistes pro-communistes d’A. Gramsci...) signe l’influence étrangère sur le "nouveau" discours d’extrême-droite. Un bilan des calques, des emprunts directs, des mixages sémantiques s’impose dans ce domaine.

28Les calques l’emporteraient à L’Action française (Maurras préfère citer "son combat" que Mein Kampf, dire chef ou guide que Führer ou Duce, traduire les xénismes : avec Faisceaux, Casque d’acier, allemanité, italianité, de Papen, la démocratie sociale allemande, et décliner la série Bochie, bochisme, Proboches, philoboche, philobochie...), si néologismes et reprises directes ne cernaient abondamment l’Allemagne, bête noire de Maurras, chez qui on trouve mêlés au début des années trente aussi bien des termes anciens comme : bismarckisme, bismarckien, néo-bismarckien, kronprinz, kaiser, kommandantur, Reich, Reichtag, germanisme(-iste), pangermanisme(-iste), germanomanie, germanophilie, germanisé, germanisant, germanisation, germanisateur, Islam germain, progermanisme, antigermanie, prussianisme, etc., que des termes récents, tels le juif allemand Blum, hitlérisme, prohitlérisme, Islam hitlérien, oligarchie hitlérienne, diktat, junkers, nazis, nazisme... Ainsi, à propos des "chefs civils et militaires", "dépositaires du germanisme", Maurras écrit : "L’on se tromperait grossièrement si l’on se figurait qu’ils tiennent les ficelles dont le nazisme et le chef des nazis seraient les pantins" (AF, 25 septembre 1933). En outre, Maurras ne disait-il pas que ce qui fait la langue ce n’est pas les mots mais l’ordre des mots ? En vertu de quoi c’est sans doute de façon amusée qu’il parle de "la bonté des Allemands social-démocrates" (AF, 21 mai 1915), de "la vertu du progrès social-démocratique" (5 janvier 1933), qu’il invente "impérial-socialiste" à propos de Müller (1er janvier 1933) ou qu’il écrit dans le "bon" ordre furor teutonicus aussi bien que, dans l’ordre inverse, culturkampf, sozialdémokratie, national-socialisme, nationaux-socialistes ou Mittel-Europa, traces dans son discours du "folk-lore" germanique.

  • 5 La première attestation de fascisme dans un dictionnaire français a été relevée dans le Larousse m (...)

29C’est autour du "Faisceau" de Valois, en rupture de maurrassisme, et d’un écrivain comme Drieu la Rochelle qu’il conviendrait le mieux d’apprécier l’impact des vocabulaires fasciste et nazi. Les étiquettes se cherchent d’abord : reprendra-ton l’ancienne formule de Morès, "socialisme national", comme le font successivement Barrès puis Maurras puis Déat ; suivra-t-on l’allemand dans l’inversion des termes, mais en respectant une lexicalisation française (avec l’expression de nationalisme social lancée par le Nouveau Siècle, 26 janvier 1926) ou en coordonnant deux adjectifs : Drieu parle en 1934 du "parti national et socialiste et A. Fabre-Luce nommera encore en 1942 le fascisme européen dans ces termes : "L’Europe ne pourra s’organiser d’une façon durable qu’en s’inspirant de la doctrine nationale et sociale" (Anthologie de la nouvelle Europe) ? Tentatives de francisation vaines : dès les années 30, le bloc lexical allemand "national-socialisme" est officiellement entré en scène avec C. Jeantet, ex-camelot du roi délégué en 1936 à Nuremberg par Je suis partout et qualifié en 1940 de "premier national-socialiste français". Bien que présenté comme "un produit français", ce courant emprunte à l’étranger toute une gamme "moderne" de bases et de dérivés : Fascisme, fasciste (répandus entre 1920 et 1927, en particulier par Valois)5, catholiques fascistes (1927, Maurras), Etat fasciste (1929, Maurras), Balila (1929, Maurras), mussolinien (1929, Maurras), anti-fascisme (daté par Drieu de 1930), anti-fasciste (1930, P. Morand), milices fascistes (1932, Maurras), nazi, nazisme (1933, Maurras), Mussolinisme (1933, Maurras), Socialisme fasciste (titre de Drieu, 1934), fascisation de l’Etat (1934), national-socialisme totalitaire (1935, Maulnier), Révolution nationale-socialiste (1936, Jeantet), pré-fasciste (1940, Drieu), semi-fascisme (1942, Drieu), pré-hitlérisme, anti-hitlérien, anti-nazi (1942, Fabre-Luce), antinazi (1943, Drieu), fascistisé (1943, Drieu), pseudo-fasciste (1944, Drieu)... Il en va de même pour le gout des clameurs de clan : "Croire, obéir, servir" crient les uns, "En avant [Avanti !], Jacques Doriot", les autres et celui des signes visibles : cérémonies para-militaires, chemise foncée (Valois), grise (Marquet), bleue (Bucard), verte (Dorgères), ruban noir, insigne à la boutonnière, au fanion (le faisceau du licteur, le bélier, symbole de la force, la Main bleue), puis salut à la romaine, bras tendu, en attendant le salut hitlérien, les francisques du Grand Occident et de la Légion, la croix parenthésée de la LVF et les gammas noirs (bélier stylisé) du SOL (sigle de Service d’Ordre Légionnaire... et terme maurrassien) puis de la Milice. On copie.

30La propagande devant porter au delà des frontières, il se produit une sorte d’internationalisation polylinguistique de certains signes idéologiques. Cela est constatable pour des symboles graphiques tels le fascio de Brutus ou la svastika, croix gammée, contrée dans toute l’Europe par les trois flèches socialistes, la faucille et le marteau communistes (cf. Tchakhotine), ou le V de la Victoire, lequel, datant de 1941, n’a pas attendu la fin de la guerre pour marquer la résistance au "nazisme".

  • 6 Lancée par Doriot en zone nord, la L V.F. est reconnue d’utilité publique par le gouvernement en f (...)

31Cette internationalité est visible aussi dans une bonne part des dénominations-images, anciennes et modernes, qui permettent de faire le tour des "mouvements" droitistes français. On passe ainsi des "ligues" des années vingt et trente (dissoutes en 1936) aux partis et rassemblements de l’Occupation, d’un groupuscule comme L’Assaut (1924) ou de la foison des Légions d’A. Rédier (1924) et d’H. d’Humières (1925), à celles qui réoccuperont le terme après 1940, prenant modèle à la fois sur la "Légion étrangère" et sur les "légionnaires" de Mussolini : la Légion française des Combattants (23 aout 1940), la Légion des Volontaires Français contre le bolchevisme ou LVF (1941)6 et les Groupes légionnaires d’entreprise (syndicalistes adeptes de la "Charte du Travail" - calque elle-même de la Carta di Lavoro mussolinienne) ; on va des anciens Camelots du Roi (1908), des Croix de Feu (1928) et autres Briscards à Rex (de "Christus-Rex") et aux rexistes belges de L. Degrelle (1936), aux Gardes français, à la Garde civique (1940), à la Croisade française ; des Jeunesses patriotes (1924) et de leurs Phalanges universitaires (1926) aux Chantiers de Jeunesse (1940), Compagnons de France (1941) et surtout aux Jeunesses nationales populaires (doriotistes), des lecteurs du Téméraire aux Chevaliers de Notre Dame (Lyon, 1943), du Francisme de 1933, phalange mussolinienne, à celui de 1941, police supplétive, de la Cagoule, surnom de l’OSARN (1937), à la Milice (1943), etc. Quid de Mussolini, d’Hitler, de Franco, de Salazar ou bien des vieux nationalismes français, derrière ces dénominations ? Le brouillage est d’autant plus fort que toutes ces dénominations, souvent pittoresques, s’accompagnent d’un lexique héroïque et de modèles historiques mêlés qui les justifient : chefs, combattants, légionnaires, soldats, preux, croisés, gardes, compagnons (Volkgenossen ?), missions, messages, division Charlemagne, Cadets de l’Alcazar, chevaliers, etc. La LVF : "une chevalerie nouvelle », selon le cardinal Baudrillart. Pétain demande aux Français d’être "chevaliers d’un même idéal" (15 aout 1941).

32Evoquons à ce propos deux séries de désignants sociopolitiques : les modèles empruntés à l’étranger, les mots formellement "français". Nous verrons quelle intrication complexe d’emprunts et d’héritages procède au lancement des premiers comme des seconds.

  • 7 Cf. Des mots sur la grève. Propos d’étymologie sociale 1, Paris, Klincksieck, 1992, p. 181-205.

33L’emprunt majeur vient d’Italie, on l’a vu. La famille fascisme, -iste semble arriver tout droit des seuls Fasci italiens de 1919. Mais n’existait-il pas, au siècle précédent, du côté socialiste, un Fascio Operaio ("faisceau ouvrier", 1871), terme-image réoccupé en 1892-94 aussi bien en Sicile par des Fasci syndicalistes qu’en France par Morès dans sa doctrine antisémite du "Faisceau" ? En 1902 déjà, au banquet des "Jaunes"7, Lanoir n’avait-il pas proclamé sa détermination d’unir en "faisceau" les travailleurs autour du slogan prémonitoire "Patrie, famille, travail" ? Quant à la fonction désignative ! Les mots, revenus d’Italie, ont très vite recouvert toutes les extrêmes-droites autoritaires. Dès 1927, Victor Serge appliquait le terme à la Chine, en parlant du danger d’"un Etat aidé de formations fascistes". Et Drieu écrira : "Je parle ici du fascisme au sens large, mais il y a peut-être eu des différences fondamentales entre fascistes italiens et hitlériens" (Journal, 18 février 1945). Les mots se trouvent d’ailleurs associés à tout l’éventail des étiquettes "rouges" : fascisme populaire (1928, Valois), fascisme socialiste (1932, Maulnier), socialisme fasciste (1934, Jouvenel), fascisme bolchevik et fascisme socialisant (1934, Drieu), fascisme de gauche (1936, Maulnier), fascistes rouges opposés à fascistes blancs (Drieu) etc. L’éventail de ces étiquettes montre l’énorme confusion sémantique, la volonté de confusion des années trente. Les mêmes mots reviennent, mêlant de préférence des adjectifs "de gauche" (populaire, révolutionnaire, socialiste) à des substantifs "de droite" (Nation, ordre, Etat). Ex. : "L’ordre est aujourdhui une notion révolutionnaire" (1934, Montagnon). L’oxymore n’est-elle pas la figure la plus efficace dans le brouillage des cartes ?

  • 8 Cf. Léo Spitzer, "La vie du mot nazi en français", Le français moderne, tome 2, 1934, p. 263-269.

34Plus encore que fasciste, le désignant nazi est le type même de l’emprunt dont la diffusion excède la naissance. Créé en allemand sur le modèle de sozi (abréviation ironique de sozialist) et peut-être de spezi (camarade), doublé dans son arrivée en langue par un "Natzi" pré-existant (hypocoristique bavarois)8, il est devenu un désignant raccourci du parti "national-sozialist". Pris plutôt en bonne part, mais dans ses rangs et avant 1933, puis rejeté, il peut être objectif dans son passage au français, où la construction "national-socialiste" est mal reçue. Prononcés d’abord "nadzi" et écrits parfois "nazzi", en 1932-33, les adjectifs -inexistants en allemand - permettent de désigner le "gouvernement nazi", les "députés nazis", l’"insigne nazi", les "journaux nazis clandestins" voire les "feuilles nazistes imprimées clandestinement en Autriche" (Le Temps, 30 janvier 1932) sans péjoration évidente. Les substantifs s’accompagnent plus volontiers de valeurs dépréciatives : les nazis, le nazisme. Ainsi dans "Les nazzis désignent leur coup d’état du nom usurpé de révolution" (NRF, 1er février 1934) ; Hitler connait par coeur "les nombreux lieux communs sur la mission du nazisme" (Le Temps, 24 février 1934). A plus forte raison à partir de 1939 ! Les termes circulent ainsi, coupés de leur racines affectives (sobriquet amical ou railleur) proprement allemandes, reconnotés à la française au fil de l’histoire, des "agents communazistes de Staline" (A. Bayet, 1939) aux "hordes nazies" (Témoignage chrétien, 25 novembre 1944).

35On pourrait signaler quelques autres emprunts directs : Waffen SS et SS, gestapiste, Schupo (Schutzpolizei), Sipo (Sicherheitspolizei) (cf. P. Ory), mais, au bout du compte, cela ferait peu de termes. La plupart des nouveaux désignants de l’extrême-droite ont une double naissance, une trouble naissance : ils sonnent français d’origine mais s’imprègnent de valeurs nouvelles. A quelles raisons tiennent les choix qui les ont conduits au rôle historique qu’ils tiennent à cette époque ? Calques souvent, mais jusqu’à quel point ? Tradition, et laquelle ? Imitation, de qui ?

  • 9 Service d’Ordre Légionnaire, S.O.L. (émanation de la Légion française des combattants, rassembleme (...)

36Le plus célèbre de ces noms : la Milice française de J. Darnand (Journal Officiel, 30 décembre 1942). Issus du SOL9, les miliciens prêtent le même serment : "Je jure de lutter contre la démocratie, la lèpre juive, la dissidence gaulliste". Le mot même de milicien, ancien terme socio-militaire, aussi bien adjectif (on parle de la "communauté milicienne", du "salut milicien") que substantif, calque les miliciens italiens, corps paramilitaire créé en 1922. La Milice, pourtant, ne puise pas à ce seul modèle ; elle unifie les virtualités symboliques et langagières de groupes déjà cités et des petites "milices" de parti déjà existantes : signes de reconnaissance (le béret de chasseur, la cravate de deuil, le gamma), héroïsation et hiérarchisation (aspirants, miliciens, avant-gardes, francs-gardes ; Phalange africaine, etc.). Le nom s’amalgame aussi, dans la pensée des uns comme des autres, à fascisme et à national-socialisme : "La Milice, l’organisation fasciste vichyssoise" (Combat, 44, 15 mai 1943), "L’union des nationaux-socialistes français ne peut avoir qu’une forme et qu’un nom, la Milice" (Rebatet, JSP, 24 juin 1943). Retournement inattendu : en janvier 1944, le CNR (Conseil national de la Résistance) suscitera des "milices patriotiques" pour seconder les résistants FFI, preuve qu’il n’est pas de mot tabou.

37Aucun tabou non plus à la naissance de Front. Ce terme-image ("faire front" ensemble face à l’adversaire) a les origines les plus contradictoires. Transposé de la grande Guerre, c’est un terme politique français dès la fin des hostilités : les socialistes français refusent le "front unique" proposé par les communistes en 1923 (cf. Compère-Morel). Le mot vient d’URSS et du Komintern, dont les premières thèses sur le "Front unique à la base" datent de 1922. Mais son modèle est aussi allemand, avec le "Front national uni" (1928) de l’extrême-droite réunie à Harzburgh par Hugenberg contre le chancelier Brünig en 1931, avec son opposé le "Front d’airain" des sociaux-démocrates de 1932 (calque d’Eiserne Front), puis avec le "Front du Travail", dirigé par Ley, qui met les syndicats sous la tutelle du parti nazi en 1933 etc. D’où, en France, la présence du mot, au cours des années trente, aussi bien d’une part à l’extrême-droite, chez les "Frontistes" (Le Front commun du radical G. Bergery(1933) a vite perdu sa mission antifasciste. Désavoué par la gauche, il se mue en "Front social"), le "Front paysan", "Alliance rurale" ou "Comités de défense paysanne" de Dorgères, le "Front commun national" (1934, Gringoire) ou le "Front de la liberté face au communisme "(1937, Doriot), que d’autre part dans les Fronts de gauche, "uni à la base", "unique" (1923), "français" puis "Front populaire", des années 1932-38 ou des revues comme Front mondial de Barbusse (1933-35). Amalgame ? G. Izard décrit en 1935 l’éventail qui va "du Front populaire au front des Français" (La Flèche, 13 mars). Viendront en 1940, avec le "Front franc" de Boissel (restauré en aout), le "Front de la Jeunesse" (M. Augier), le "Jeune Front" (R. Hersant), le "Front social du Travail" (Desphelippon). De son côté, Bernanos adjure les Français de ne pas rompre "le front de la conscience nationale" et les catholiques "le front de la chrétienté" (Ecrits de combat, 1944). A quel "front" se vouer ? Dans le même temps deux rassemblements antagoniques ne s’étiquètent-ils pas "Front national" ? L’un est pro-fasciste, l’autre, "le vrai" comme disent ses promoteurs, appelle à la résistance (c’est le "Front national de lutte pour l’indépendance de la France", cf. L’Humanité du 14 juillet 1941)... Sans oublier que ce terme "internationaliste" est également fédérateur sous d’autres cieux, en Espagne par exemple (le "Frente Popular" de 1936, qui devient "Frente Crapular" dans L’Echo de Paris)...

38On peut se poser des questions identiques à propos de Force(s). S’agit-il aussi d’un militarisme, d’un germanisme, d’un hispanisme, d’un italianisme... ou d’un vieux mot-thème français ? Ce terme caractérise la Collaboration, avec Forces de l’Axe, forces nouvelles - Chateaubriant intitule son apologie d’Hitler en 1937 "Gerbe de forces" - autant que la Résistance avec Forces alliées et, bien sûr, FFL et FFI, voire avec COFORCES (Conférence des Forces culturelles, économiques et sociales, 1946). Mot vide ou trop plein ? Le fascisme fait "la part large aux forces de la vie, de la santé, du sang", écrit Drieu (Chronique politique, 1934-42).

39Mot-culte au singulier, en tous cas : "L'unique droit des peuples est celui de la force", s’exclame Chateaubriant à la salle Pleyel, le 14 novembre 1942, retrouvant non seulement l’éloge de Macht ou de Kraft et celui de "Forza" (le faisceau est, pour Mussolini, "symbole de la force"), mais sans doute aussi certains accents maurrassiens : "La force nue est par elle-même un bien" (AF, 29 septembre 1916). Des qualifiants particuliers accompagnent la fascisation du mot, viril par exemple : "Le fascisme [...] c’est la direction du siècle. A nous de lier en lui ces trois forces éparses : le socialisme, la religion et l’esprit viril" (Drieu, Gilles, 1939). Enfin n’oublions pas l’ancien rapport eugéniste entre la force et la race : "La race ne peut être améliorée que par le plus grand développement des forts", écrit A. Carrel en 1935. Ceux qui chantent ainsi la Force sont loin de faire la distinction opérée par Bernanos entre le "moyen" et la "fin" : "Ce n’est pas l’usage de la force qui me parait condamnable, mais sa mystique ; la religion de la Force mise au service de l’Etat totalitaire, de la dictature du Salut Public, considérée non comme un moyen mais comme une fin" (Les grands cimetières sous la lune, 1938).

40Il en va de même pour Chef, vieux monosyllabe de la droite autoritaire (rappelons-nous Boulanger !), qui, rencontrant le "Führer princip", se dévoue au culte du maréchal. Les valeurs se mélangent alors dans l’emploi du terme. Valeurs paternelles et militaires, on passe du Père au Chef : "Je vous ai tenu jusqu’ici le langage d’un Père, dit Pétain. Je vous tiens aujourdhui le langage du Chef. Suivez-moi !" (30 octobre 1940). Valeurs autoritaires et élitaires : "Chaque profession, chaque métier aura son élite" (Pétain, 15 aout 1941) ; "Plus haut ! [...] Ce cri est celui des élites" (Pétain, 22 septembre 1941). Au sommet de la "sélection des chefs", le "Maréchal" à sept étoiles, qui commande. Certes le Chef est le "résonateur de l’âme collective" (Hitler), "la conscience de l’inconscient" (Rosenberg), valeur nazie, mais surtout, dans la mentalité de l’Etat français, il s’est mis à la place de la "Famille-Chef", pour parler comme Maurras (AF, 15 juin 1933). Ce mot n’était pas innocent : "Le droit des familles est antérieur et supérieur à celui de l’Etat", écrit Pétain (15 septembre 1940). Ambiguïté de l’"Etat français", plus familialiste sans doute que totalitaire dans son culte du Chef...

41Plus cyniquement, d’autres termes deviennent pendant la guerre clairement identifiables et identifiants. Avec deux d’entre eux on atteint le coeur du vichysme fascisé, et pourtant que de complexité à nouveau dans l’élaboration de leurs valeurs de sens !

42Collaboration semble commencer sa carrière politique avec le vieux mot d’ordre de "collaboration des classes" (cf. Sternhell). "Nous sommes de ceux qui exigent la bonne harmonie entre le capital et le travail", écrit Doriot (Refaire la France, 1938). Tel est le principe de la "solidarité nationale" et de la "paix sociale" que mettent en avant les "nationaux". La Flèche parodie le Manifeste de Marx : "Français de toutes les classes, unissez-vous !" (3 mars 1939). Terme de Biétry, l’ancien leader de la Confédération des syndicats jaunes, le mot collaboration est annexé par Doriot, qui prône "la collaboration vivante des producteurs, ouvriers, techniciens et patrons" (Refaire la France). Le PPF aura pour doctrine : "la collaboration des trois facteurs de la production : capital, création, travail" (Loustau, Notre doctrine).

43Le terme a glissé vers un usage autre, mélangé d’abord au premier : c’est pendant l’hiver 1938-39 que le syndicaliste "fédéral" Belin fait paraitre ses Propos sur la collaboration et en 1941 que Compère-Morel, socialiste devenu proche des néos, publie son livre Collaboration ! Jeu de mots conscient : alors que, dans le journal syndical vichyste, Au travail, Bertin prend soin de faire suivre collaboration par "sociale", "des classes", "du travail et du capital", "ouvrière et patronale", chez son concurrent parisien pro-nazi, L’Atelier, Dumoulin pratique le mélange des deux formules, "collaboration entre les classes" et "collaboration franco-allemande", et se justifie par "la nécessité de faire aller de pair la collaboration sur le plan extérieur avec la collaboration sur le plan social" (25 janvier 1941).

44Car il s’agit cette fois de "collaboration" entre la France et l’occupant. Le groupe qui s’intitule justement Collaboration est installé par voie officielle dès l’automne 1940 et répand partout ses "sous-comités" ; on en comptera 29 dans la zone nord et 33 dans la zone sud en septembre 1943. O. Abetz et la Propaganda Staffel s’appuieront sur eux. "Pas de révolution possible sans collaboration franco-allemande et, inversement, pas de collaboration sans révolution", écrit La France socialiste (1er novembre 1941). Les mots se parent même d’une évidence désignadve ; substantif et verbe n’ont aucun besoin du complément indirect pour signifier politiquement : "Si la France ‘ collabore ’, toute l’Europe collaborera" (Fabre-Luce, 1942). "Nous collaborons, écrit Drieu, et cela est une garantie de vie" (La Gerbe, 10 octobre 1940), puis il avouera : "Je ne crois plus à la collaboration" (Journal, 22 avril 1942) et finira par mettre dans le même lot "Collaborateurs, attentistes et gaullistes" (3 mars 1943). Le même auteur opposait les antagonistes au même niveau d’honneur : "Il y a si peu de collaborationnistes vrais et de gaullistes vrais" (Journal, 29 décembre 1941) ; "Soyez fidèles à l’orgueil de la Résistance comme je suis fidèle à l’orgueil de la Collaboration" (Exorde, 1945). En même temps monte en France l’emploi négatif de collaboration, collaborateur et de la troncation injurieuse collabo, "cette chose, écrit Drieu, la collaboration" (Exorde), dont il se justifie ainsi : "J’ai eu des bouffées de passion patriotique. Sans quoi je n’aurais pas été collabo" (Journal, juin 1944). Que dire des mots en dehors des hommes ?

45Total, formellement français, est, lui, un calque sémantique de l’allemand, un emprunt à l’idéologie de l’Homme total et de l’Etat total, calques de "Totaler Mensch" et de "Totaler Staat" (1934, Freisler). Mais le thème fut d’abord gentilien et mussolinien : "Tout est dans l’Etat, rien contre l’Etat, rien en dehors de l’Etat", lançait le Duce à la Scala de Milan en 1925. Sa formule du "Stato totalitario" a fait résonner le tombeau d’Auguste le 22 juin 1925 (cf. J.-P. Faye), formule hispanisée à son tour en aout 1938. L’adjectif se substitue, dans le discours "nationaliste" français, à intégral, qui le traduit mal et est abandonné. Par quel canal passe cette substitution ? Est-ce le mot ou l’idée qui s’intègre ? En 1938 Déat se défiait du "bloc" des "pays totalitaires", mais en 1941 Brasillach se félicite des exaltations offertes aux jeunes par les "régimes totalitaires". Doriot souhaite la formation d’un "pays totalitaire" au congrès du PPF de 1942 : "Nous voulons faire de la France un pays totalitaire. Dans nos conditions spécifiques, cela signifie : national, socialiste, impérialiste, européen, autoritaire" (Cri du Peuple, 6 novembre 1942). Les doriotistes se nommeront les "totalitaires". Si, en mai 1940, Drieu n’ose encore "souhaiter la victoire des totalitaires [les Allemands]", en décembre 1942 il croit à la "nécessité" du totalitarisme nazi : "Nous avons beau nous débattre, nous ne pouvons pas échapper à la nécessité du national-socialisme, du totalitarisme" (Idées) ; deux ans plus tard, ce sera celle du totalitarisme total du communisme : "Ce qui est profondément nécessaire dans le socialisme intégral, le communisme, c’est le retour de l’humanité au totalitarisme total. Tant pis, si cette théocratie a la tête en bas" (Journal, 6 décembre 1944). On comprend que ces néologismes se muent aussitôt, dans le discours adverse, en étiquettes négatives visant toute "statocratie" ou régime dictatorial de masse (Simone Weil en découvre des incarnations dans l’Empire romain puis dans l’Eglise, 1942), voire toute imposition idéologique : "La tradition française nous gardera heureusement de tout totalitarisme spirituel", prévient Jean Lacroix (Esprit, novembre 1940). Le procès parait clos avec ces rejets. Pourtant, qui dira la part, variable évidemment selon l’usager, entre la tradition et l’influence : qu’en est-il en fait de la filiation entre intégral et total, de l’apparentement entre l’Etat fort selon Maurras ou Déat, l’Etat totalitaire selon G. Gentile et l’"autorité de l’Etat" selon Pétain ? La linguistique n’a pas les armes pour répondre.

46Doubles trames des discours, double jeu des mots. Dans leur origine : quel exemple mythifié patronne réellement faisceau, phalange, légion, garde, charte, milice, front, forces, Chef, voire Etat ? Dans leur emploi : quelle valeur, glorifiante ou dépréciative, les marque lorsqu’on les manie dans l’affrontement des contraires ou lorsqu’on arrache les insignes à l’heure de la défaite et que l’orgueil des mots s’efface sous la honte de les avoir arborés ? Dans leur reprise assortie de préfixes qui plagient les termes, les retournent ou les disqualifient : néo-, anti-, pseudo- (le fascisme : pseudo-humanisme, pseudo-spiritualisme, pour E. Mounier en 1933) ? Dans leur composition : péjorante avec judéo- ou plouto-, naturalisante avec social- ou national- ? Dans leurs alliances douteuses : national et social, ethnique et racial, révolution et restauration, collaboration des classes et/ou des nations ?

47Les mots autoritaires - et peut-être tous les mots en usage politique sont-ils ainsi - vivent de ces zones d’ombre. Lorsqu’on pénètre leur sémantisme, la notion même de langue disparait. Que signifient le Sang, la Race, que l’on célèbre ou honnit ? Quelle part de modèles étrangers dans chef et dans total ! Quels dieux ou quels démons habitent forces, légions, milices ou phalanges ! A l’inverse, fascisme, nazis, réels emprunts, n’éveillent-ils pas d’autres échos que ceux venus d’Italie ou d’Allemagne ? En outre, autant de parentés que de divergences traversent les frontières pour infester les mots. Dès lors, devant ces problèmes insolubles, personne ne s’étonnera qu’aucun dictionnaire dit "de langue" ne soit apte à rendre compte des réactualisations de l’héritage sémantique et de la complexité de leur mariage avec les apports de l’évènement et de l’étranger ? Les mots sociopolitiques sont, dans leur usage, culturellement polyglottes.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Maurice Agulhon, André Nouschi, Ralph Schor, La France de 1914 à 1940, Paris, Nathan-Université, 1993, 283 p.

Jean-Jacques Becker, Serge Berstein, Victoires et frustrations, 1914-1929, Paris, éditions du Seuil, "Points", 1990,461 p.

Georges Bernanos, Scandale de la vérité, suivi de Nous autres, Français, Paris, Gallimard, "Points", 1984, 311 p.

Simone Bonnafous, Jean-Paul Honoré, Maurice Tournier, La désignation socio-politique en France, de 1879 à 1914, Saint-Cloud, brochure polycopiée, mai 1980, 223 p.

Danièle Bonnaud-Lamotte, Jean-Luc Rispail éd., Intellectuel(s) des années trente, entre le rêve et l’action, Paris, éditions du CNRS, "Esthétique et politique", 1989, 280 p.

D. Bonnaud-Lamotte, J.-L. Rispail, Politique, poétique, polémique. Le Surréalisme des années trente à l’épreuve de l’ordinateur, Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1991, 369p.

Jean-Paul Brunet, Michel Launay, D’une guerre à l’autre, 1914-1945, Paris, Hachette-Université, 1974, 289 p.

Pierre Chardon éd., Charles Maurras. Dictionnaire politique et critique, Paris, A la cité des livres, 1932-1934,5 vol.

Compère-Morel, Grand Dictionnaire socialiste, Paris, Publications sociales, 1924, 1050 p.

Jean-Marie Cotteret, René Moreau, Le vocabulaire du général De Gaulle, Paris, Armand Colin, "Fondation nationale des sciences politiques", 1969,249 p.

Gil Delannoy, Pierre-André Taguieff éd., Théories du nationalisme, Paris, éditions Kimé, 1991,324 p.

Jacques Driencourt, La propagande, nouvelle force politique, Paris, librairie Armand Colin, 1950, 285 p.

Pierre Drieu la Rochelle, Journal, 1939-1945, Paris. Gallimard, "Témoins", 1992, 521 p.

Alfred Fabre-Luce, Journal de la France (mars 1939 - avril 1942), Paris, tome 1, éditions de la Toison d’or, 1942, 351 p. ; tome 2, Imprimerie J.E.P., 1942, 318p.

François Goguel, La politique des partis sous la 3ème République, Paris, éditions du Seuil, "Esprit", 1946, (rééd. 1988), 570 p.

Henri Guillemin, Nationalistes et nationaux (1870-1940), Paris, Gallimard, "Idées", 1974, 476 p.

Michel Launay, Le syndicalisme en Europe, 2ème Partie (1914-1945), Paris, Imprimerie nationale, 1990, p. 171-330.

Gérard Miller, Les pousse-au-jouir du maréchal Pétain, Paris, éditions du Seuil, 238 p.

Pascal Ory, Les collaborateurs (1940-1945), Paris, éditions du Seuil, "Points", 1976, 336 p.

Jean Pérus, A la recherche d’une esthétique socialiste (1917-1934), Paris, éditions du CNRS, 1987, 272 p.

Denis Peschanski, Jean-Louis Robert éd., Les ouvriers en France pendant la seconde guerre mondiale (Colloque CNRS, 1992), Paris, Institut d’Histoire du Temps présent, 1992, 511 p.

Zeev Sternhell, La droite révolutionnaire (1885-1914). Les origines françaises du fascisme, Paris, éditions du Seuil, 1978, 444 p.

Z. Sternhell, Ni droite ni gauche. L’idéologie fasciste en France, Paris, éditions du Seuil, 1983,412 p.

Serge Tchakhotine, Le viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1952, rééd. 1968, 605 p.

Jean Touchard, Histoire des idées politiques, tome 2, Paris, PUF, rééd. 1970, 870 p.

Notes

1 Voir la bibliographie en fin d’article.

2 Voir plus loin l’article consacré à intellectuels.

3 Cahiers universitaires, 28, septembre-octobre 1966, cité dans P.-A. Taguieff, Sur la nouvelle droite, Paris, Descartes et Cie, 1994, p. 140.

4 Cf. ci-dessus l’article "De- et re- dans le même bateau".

5 La première attestation de fascisme dans un dictionnaire français a été relevée dans le Larousse mensuel illustré de février 1923. En voici la définition : "Mouvement d’idées et parti politique visant à unir tous les Italiens pour la lutte contre les forces de désorganisation sociale (contre le bolchevisme en particulier) et pour la pleine réalisation de la victoire" (n° 192,1923, cité dans Domenico d’Oria, Dictionnaire et idéologie, Fasano-Paris, Schena-Nizet, 1988, p. 193).

6 Lancée par Doriot en zone nord, la L V.F. est reconnue d’utilité publique par le gouvernement en février 1943. En zone sud, pour lui faire pendant, Laval crée, en juillet 1942, la Légion tricolore, sous autorité française : "Tous les chefs de corps et tous les commandants d’unités ont reçu du général Bridoux, ministre de la guerre, l’ordre de rassembler leurs hommes pour les engager à s’enrôler dans la légion antibolchévique (La légion feldgrau qui veut se faire passer pour tricolore)" (Combat, juillet 1942).

7 Cf. Des mots sur la grève. Propos d’étymologie sociale 1, Paris, Klincksieck, 1992, p. 181-205.

8 Cf. Léo Spitzer, "La vie du mot nazi en français", Le français moderne, tome 2, 1934, p. 263-269.

9 Service d’Ordre Légionnaire, S.O.L. (émanation de la Légion française des combattants, rassemblement officiel d’anciens combattants et de notables)

Notes de fin

* Texte paru en partie dans le chapitre "Chronique lexicale des évènements politiques" (écrit en collaboration avec Nicole Arnold et Françoise Dougnac), dans Gérald Antoine, Robert Martin éd., Histoire de la langue française (1914-1945). Paris, CNRS-Editions, 1995, p. 207-267.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1718/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540