Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Fanatisme, de la fête à la fête*

Texte intégral

  • * Article publié dans 10, Médium, médiatisation et fanatisme, 2, 1992, p. 161-164.

1Les philosophes sont comme Ballanche ; ils aiment à broder sur les significations dites étymologiques et construire des systèmes à travers les mots. Fanatisme se prête aisément à ce jeu ; on pourrait en tirer les fils sémantiques les plus incongrus, si l’on oubliait que la matière (phonique et graphique) d’un mot n’a que peu à voir avec les sens en situation, en histoire...

  • 1 J. Picoche, Nouveau dictionnaire étymologique du français, Paris, Hachette-Tchou, 1971, p. 301.

2Remontant par delà le temple romain (le "fanum"), la philologie a rencontré la racine italique "à valeur religieuse" *fes, fas1. *Fes est attestée dans le latin archaïque sous la forme plurielle de fesiae, "jours de fête consacrés au repos". Les Latins en ont fait les feriae, dont le christianisme a tiré le substantif feria (d’où viennent la foire et les jours fériés) et l’adjectif festus (d’où viennent festin et festival).

3Mais la fête demande aussi une permission. Elle est accordée ou refusée par les dieux ; c’est le fas (et son interdiction, le nefas). D’où ces jours fastes et néfastes, selon qu’ils sont bénis ou maudits par les dieux.

4Fanatisme serait donc cousin germain de la festivité et de la permissivité. Il ferait partie des jours étymologiquement "heureux".

5Plus proche de nous que les anciennes fesiae, il y a le fanum (de *fasnom, le "lieu consacré") ou maison des oracles. On ne s’étonnera pas de voir le fanaticus, serviteur du temple à l’origine, se muer, dès la latinité, en inspiré des dieux. A opposer, avec sacer, au pro-fanus, qui reste en dehors du temple, face à lui. Le fanatique, étymologiquement, est l’inverse du pro-fanateur. Approchons-nous ?

6Oui, mais à reculons, car, dès l’ancienne langue latine, le vieux verbe fanare, à supin fanum (consacrer) trouve son envers, qui rit de lui, dans le déponent fanari, également à supin fanum (extravaguer). Leur racine commune, fari, signifie parler, donc, en religion, célébrer et prédire ("Fabor", annonce Properce : je chanterai ; "fabor", prévient Virgile : je révèlerai). Cela nous amène au participe fatus ("Sic fatus", chez Virgile : ayant ainsi parlé) ; puis à fatum : ce qui a été dit, ce qui sort de la parole, l’oracle, mais aussi le destin, la fatalité. Avec, en coulisse, toujours cet inverse, critique et sceptique, ironique ou ridicule, qui s’exprimera dans fatuor et fatuus, divaguer et extravagant. Fanatisme serait à relier à cette double famille fanum-fatum,fanaticus-fatuus, entre la prophétie et la divagation.

7Ce serait oublier l’histoire. Les mots ne se transmettent pas de la main à la main, d’une civilisation à l’autre. Il faut les resituer. Le temple romain n’a pas été l’ancêtre de l’Eglise. Le "fanatique" qui prédisait dans ce temple était rejeté de la communauté des chrétiens, tel le pire des impies, adorateur convaincu qu’il était des idoles. Voilà pourquoi, dès ses premiers emplois en français, le fanatisme est un mal-vu de l’Occident. Le fanatisme, c’est d’abord la religion de l’Autre.

  • 2 Citations ou références dans Le Robert et le TLF.

8Les toutes premières attestations des mots fanatique et fanatisme recensées dans les dictionnaires français2 sont, à l’évidence, péjoratives. Comme si elle leur était originelle, la dérision les habite. Rabelais s’amuse du "cerveau phanatique de Bacchus" (1564) et Montaigne, dans l’Apologie de Raimond Sebond (1588), use de fanatique non en latiniste mais en sceptique, ironisant sur les imaginations des hommes qui leur tiennent lieu de certitudes : "Ce sont tous songes et fanatiques folies. Que ne plaist-il un jour à nature nous ouvrir son sein et nous faire voir au propre les moyens et la conduicte de ses mouvements et y preparer nos yeux ! O Dieu, quels abus, quels mescontes nous trouverions en nostre pauvre science !" Le terme possède déjà, on le voit, sa valeur d’aujourdhui : le fanatique est celui qui prend et fait prendre des inventions pour des révélations.

9Côté religieux, la dénonciation des illuminés est de mise. Ecoutons Bossuet décrivant les quakers : "Les trembleurs, gens fanatiques qui croient que toutes leurs rêveries leur sont inspirées" (1688). Plus largement, les protestants "prennent pour directeur, dit Bossuet, celui qu’ils croient agité par un semblable transport : ce qui est pur fanatisme". Saint-Simon, le Duc, fait chorus : "On leur avait donné ce nom (de "Fanatiques") parce que chaque troupe considérable de ces protestants révoltés avaient avec eux quelque prétendu prophète ou prophétesse".

10Retournement anti-catholique, avec une valeur identique, chez le curé Meslier : "Le christianisme n’était dans son commencement qu’un pur fanatisme" (1720). La prière de Mahomet, chez Voltaire, commence par l’aveu : "Dieu que j’ai fait servir au malheur des humains..." (Le fanatisme ou Mahomet le prophète, 1741). Fanatisme et mauvais prophètes sont liés.

11Ainsi, à la différence des usages antiques, où fanaticus est loin d’être péjoratif, l’usage français, dès le départ des deux termes aux 16e et 17e siècles, est un usage ridiculisant, réprobateur, voire injurieux. Au 18e, apparaissent bien quelques emplois où la dénonciation s’efface au profit du style hyperbolique : Voltaire se moque des "fanatiques de Corneille" (1764) et Lamotte Le Vayer montre Romulus poussant la témérité "jusqu’au fanatisme", tout en prenant soin d’ajouter : "Qu’on me permette ce terme pour exprimer l’excès de confiance"(1730). Mais il s’agit encore d’attitudes dont on réprouve l’exagération. L’enthousiasme a d’autres mots.

  • 3 En lire la tradition dans N. Cohn, Les fanatiques de l’Apocalypse, Paris, Payot, 1983.

12Avec le romantisme, le fanatisme peut pourtant changer de camp. Tandis que Hugo, dans son W. Shakespeare (1864) dénonce avec le mot la fermeture sociale ("Rien n’égale la puissance de surdité volontaire des fanatismes"), Delacroix voit une force de création dans "ce fanatisme presque toujours aveugle qui nous pousse tous à l’imitation des grands maitres". Négatif ou positif, sectaire ou passionné, le diable guette toujours derrière la porte du mot. Tenace, la connotation mystique perdure3.

  • 4 L. M. Pellerin, Bloc agraire et comportement paysan. Les réactions aux inventaires en Loire inféri (...)

13Dans l’usage social dominant, ce vocabulaire en reste à la désignation de l’adversaire, accusé d’intransigeance et rejeté pour non-acceptation de la loi royale ou républicaine. Vêtement politico-religieux, fanatique a habillé le protestant, le janséniste, le prêtre réfractaire, dans la France d’Ancien Régime et pendant la Révolution. Au tournant des deux derniers siècles, le voici, par tous les journaux proches du "Bloc des gauches" au pouvoir, officiellement lancé contre l’église catholique elle-même. Son refus d’être séparée de l’Etat l’a désignée pour cible. Les descendants des "philosophes" des Lumières se sont mués en républicains laïques, majoritaires au Parlement. Ecoutons, dans le pays nantais en 1906, par exemple, se propager l’écho de ces mots qui dénoncent les opposants à l’inventaire des biens ecclésiastiques : "fanatisme" à La Chapelle-sur-Erdre de fidèles armés de gourdins reconquérant leur église, à Joué paysans "fanatisés" par les nobles et le clergé, "manifestations fanatiques" à Guérande, Sainte Pazanne, Pannecé, Missillac, Drefféac, dans la Grande Brière et le pays de Retz, avec faux, fourches et casseroles tintamarrantes4. A croire que le diable s’agite dans le bénitier.

  • 5 Emission "Salut les copains", Europe n°l, 1964, cité dans H. Hotier, Le vocabulaire du cirque et d (...)

14C’est de nos jours seulement qu’il arrive au mot fanatique, plus particulièrement dans sa troncation héritée de l’anglo-américain, de franchir la limite entre dénonciation et admiration : des supporters fanatiques, les fanas de jazz, "tous les fans de Johnny, écrit-on, vont être comblés"5. Malgré les intégrismes qui remontrent les griffes et leurs prophètes de malheur, le fanatisme peut aujourdhui désigner, parfois et trop souvent, un enthousiasme de fans compréhensible, juvénile, une ferveur laïque ou à la limite d’un culte. Retour, non pas philologique mais historique, à la fête collective originelle ? Mais peut-être n’est-ce que l’apocope qui a coupé la queue du diable...

Notes

1 J. Picoche, Nouveau dictionnaire étymologique du français, Paris, Hachette-Tchou, 1971, p. 301.

2 Citations ou références dans Le Robert et le TLF.

3 En lire la tradition dans N. Cohn, Les fanatiques de l’Apocalypse, Paris, Payot, 1983.

4 L. M. Pellerin, Bloc agraire et comportement paysan. Les réactions aux inventaires en Loire inférieure (février-mars 1906), Université de Nantes, Centre de Recherche politique, vol. 5, 1976. "A bas les casseroles !" signifiait "A bas les francs-maçons !"

5 Emission "Salut les copains", Europe n°l, 1964, cité dans H. Hotier, Le vocabulaire du cirque et du music-hall en France, Université de Lille 1, 1973, p. 106. "Fan : jeunes mondains, 1958. Snob spécialisé" (ibid. p. 142).

Notes de fin

* Article publié dans 10, Médium, médiatisation et fanatisme, 2, 1992, p. 161-164.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540