Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Des exclus sans exclusivité*

Texte intégral

  • * Chronique parue dans Mots, 46, mars 1996.

1Par formation populaire, le verbe esclore vient du latin excludere (ex + claudere, fermer dehors, de la racine I.E. °clau, la clé) et signifie refuser l’entrée ou chasser. "De totes partz les unt esclos" (Wace, Roman de Brut, 1155 : "Ils les ont chassés de partout"). "Exclude dolorem" (chasse la douleur) se traduit par "esclou dolor" au 13e siècle (Dialogue de l’Ame et de la Raison). Sens "politique" au 14e, avec le retour d’un x de relatinisation : "Ja soit ce que nuls ne fust exclus dudit suffrage ou assentement" (Bersuire, 1355). Dès cette époque, on le voit, le verbe est suivi de la préposition de. Les rejetés le sont toujours de quelque part.

2Dans le théâtre classique, nombreux en sont les exemples, qu’il s’agisse d’homme, de femme ou d’enfants :

  • 1 On remarquera le féminin "excluse", qui durera, dit Littré, "jusque dans le courant du 18e siècle" (...)

"Exclu du consulat" (Corneille, Sertorius, acte 4, scène 3)
"Pourquoi de ce conseil moi seule suis-je excluse" (Racine, Bajazet, acte 3, scène 3)1
"Ses enfants, de ton partage exclus" (Racine, Athalie, acte 4, scène 3).

  • 2 L’exclusivisme ne partage pas. Proudhon préférait l’"exclusivisme conjugal" au "polytypage matrimo (...)

3Mais le rejet peut venir d’une incompatibilité naturelle ou logique. "Les contraires s’excluent", dit-on. Cf. Pascal : "Croyant que l’aveu de l’une [vérité] enferme l’exclusion de l’autre". Exclu a alors à voir avec exclusif ou exclusiviste ; il en est comme l’envers consubstantiel, mais passif, nié. Une passion "exclusive" chasse tout autre objet d’intérêt possible..., même si les causes d’exclusivisme peuvent varier, et donc les exclus. Marcel Proust écrit à propos des passions politiques : "La génération même qui les a éprouvées change, éprouve des passions politiques qui, n’étant pas exactement calquées sur les précédentes, réhabilitent une partie des exclus, la cause d’exclusivisme2 ayant changé" (La prisonnière, 1922).

4D’où le double sens d’exclusion, et cela dès le 13e siècle : esclusion désigne chez G. de Coincy soit l’action de mettre "en dehors de", soit l’action de juger "incompatible avec". On peut être ainsi exclu par nature, de condition : "Cette haute alliance / dont vous aurait exclu le défaut de naissance" (Corneille, Nicomède, acte 1, scène 2).

5L’"exclu" sera donc à l’époque classique, de par ses origines langagières, à la fois le rejeté et l’incompatible, c’est-à-dire l’inassimilé, voire l’inassimilable...

  • 3 Institut national de la langue française, CNRS, Nancy.

6Malgré la perception, chez certains Révolutionnaires, de l’existence d’un "quatrième ordre" (Dufourny de Villiers, 1789), le "triste ordre des patards" (Babeuf, 1790), les exclus, en tant que substantif pluriel, n’apparaissent pourtant qu’au siècle suivant. Des attestations fournies par la base Frantext3 la première date pourtant de 1731 : "On leur déclara que ces fautes étant connues et prouvées, feroient perdre l’écharpe aux coupables [...] et que les exclus ne pourraient être rétablis qu’au renouvellement d’une initiation dont ils subiraient toute la longueur" (abbé Terrasson, Sethos, histoire d’une vie). L’exclusion est, on le voit, un acte particulier, objet d’un jugement spécifique. Cela reste vrai même lorsqu’il s’agit d’une part de l’humanité : "Dureté de Dante pour les exclus", note Michelet dans son Journal à la date de mai 1854 (il s’agit, bien sûr, des exclus du Paradis). Cet acte de type sélectif inspire encore les sens répertoriés par Littré, ainsi que l’exemple de substantif pluriel qu’il donne : "On a admis de nouveau les exclus", 1863.

  • 4 "La folie et la société". Dits et écrits, Paris, Gallimard, tome 2, p. 129.

7Les premiers des rejetés sous ce nom, pour cause d’inassimilation ou d’inassimilabilité générales, mais toujours sous le couperet d’une sorte de condamnation, furent les fous enfermés à l’asile, les exclus reclus ("sens médical", dit l’Encyclopaedia universalis). "La folie de tout temps a été exclue" écrit Michel Foucault (1961), qui évoque les systèmes d’exclusion dont le fou est victime : exclusion de la production, de la sexualité, du jeu, du discours4 Le substantif pluriel est aussi appliqué, par la loi militaire, aux condamnés renvoyés chez eux pour outrage à l’armée : "Les dispositions pénales édictées contre les déserteurs de l’armée et les insoumis sont applicables aux exclus" (1928). La même valeur spécialisée fonctionne aussi en politique ; il s’agit des exclus des partis : "Les intellectuels ont le gout des dissidents [...] Seulement, en politique, les dissidents ce sont les exclus" (Malraux, L’espoir, 1937).

  • 5 Cité dans le Trésor de la langue française, CNRS, 1980, tome 8, p. 410.

8Cependant, dans une perspective moins spécifique, voici les exclus clairement rassemblés dans la catégorie élargie des miséreux, des parqués à part, sans qu’aucun jugement de rejet ne soit forcément intervenu : "J’ai pensé que c’était là le gémissement de tous les captifs, de tous les exclus, de tous ceux qu’on abandonne" (Léon Bloy, La femme pauvre, 1897)5

9Nous trouvons déjà là, semble-t-il, les valeurs modernes du mot :

  1. L’exclu n’est plus seulement le honni ou le banni d’un lieu, d’un groupe, d’un droit, d’un mérite, d’une fonction6, bien déterminés ; il devient le rejeté de l’ensemble de la société, à la limite un non-humain.
  2. L’exclu n’est plus en lui-même une exception, un cas particulier (sémantisme que possèdent encore le nom exclusivité, l’adverbe exclusivement et l’expression à l’exclusion de) ; il rejoint l’innombrable cohorte des laissés pour compte ou des non pris en compte. (Bloy parle à son propos du "cri d’agonie du monde" : "sa plainte remplissait la terre".)
  3. Les exclus ne sont plus nécessairement victimes d’exclusives proférées, d’une sentence d’expulsion ou d’un constat d’incompatibilité. Ils se trouvent rejetés de facto, tout tranquillement, naturellement, "par la force des choses"...
  4. Ni ostracisés, ni exceptionnels, ni condamnés, les exclus deviennent banals. Ils reconstituent un monde à part, gommant d’une certaine manière l’ancienne "lutte des classes" aux antagonismes aigus, pour en revenir à la vision paupériste des humanitaristes apitoyés du 19e siècle. Cest ce que constate B. Poirot-Delpech :
  • 7 "Crottes de chiens et langue française". Le Monde, 20 mai 1992, p. 17.

"Prolétaires et exploitation donnaient au capital (pardon : au marché) une mauvaise conscience fâcheuse pour la sainte croissance. Exclus et exclusion dédramatisent, déculpabilisent. La faillite du soviétisme a eu pour conséquence-aubaine que la misère n’est plus imputable à personne ; c’est la faute-à-pas-de-chance. La nature des choses est redevenue la grande excuse passe-partout des puissants, de même que le sociologique et le culturel masquent à merveille le scandale économique"7.

  • 8 Cité dans La revue du MAUSS, 13, 1991, p. 17.

10N’est-ce pas ce qu’en termes moins polémiques mais plus discutables Alain Touraine théorise dans son article d’Esprit intitulé "Face à l’exclusion"8 :

"Nous vivons en ce moment le passage d’une société verticale que nous avons pris l’habitude d’appeler une société de classes avec des gens en haut et des gens en bas, à une société horizontale où l’important est de savoir si l’on est au centre ou à la périphérie".

  • 9 L’opposition élus/exclus, se trouve déjà, mais avec un sens spécifique (il s’agit du salon de Mme (...)
  • 10 Gunnel Engwall, Vocabulaire du roman français (1962-1968). Dictionnaire des fréquences, Stockholm, (...)

11Malgré l’existence d’une réalité inégalitaire très ancienne et la nécessité d’un substantif pouvant en rendre compte, qui partageraient aujourdhui "l’humanité en deux camps, les élus et les exclus" (F. Mauriac, Ecrits intimes, 1932)9, les exclus sociaux ne seront jugés dignes d’une rubrique ni dans le Robert de 1977, ni dans le TLF de 1980, ni dans le récent Robert historique (1992). Ils n’apparaissaient d’ailleurs dans aucun des romans français des années soixante dépouillés par G. Engwall10. Ils n’ont pas fait l’objet d’une promotion particulière en Mai 68. Est-ce à dire que la valeur collective et généralisée d’exclus soit d’usage trop récent pour qu’elle ait atteint les auteurs de dictionnaires, les romanciers et les soixante-huitards ?

  • 11 L’expression de quart-monde était déjà courante en 1969 (cf. l’ouvrage Le quart monde. La conditio (...)

12Il s’en faut de peu. En fait, le quart-monde des nouveaux pauvres proliférant avec la multiplication des sans-travail, des mal logés ou sans-abri puis des sans-domicile-fixe11, il semble que ce soit au début des années soixante-dix que s’opère vraiment une prise en compte de cette entité sociale et de sa désignation générique. Dans la conscience générale du phénomène de l’"exclusion", l’Italie semble avoir d’ailleurs précédé la France, avec ses emarginati de toutes provenances, chômeurs, étudiants sans débouché, femmes coupées de la vie professionnelle, mais aussi gauchistes et mouvement des "autonomes". Les voici entrés, par équivalence, dans un dictionnaire de journaliste :

  • 12 "Dictionnaire 1977-1978", Libération, 3 janvier 1978, p. 12.

"Exclus : le mouvement des emarginatis italiens. On les appelle les exclus, parce que la société de production et de consommation n’a pas de travail à leur donner et qu’en conséquence ils n’ont pas les moyens de consommer. Plus de deux millions de chômeurs, cinq millions de gens travaillant au noir : les étudiants qui sortent de l’université italienne n’ont pas d’autres perspectives que d’aller gonfler à leur tour ces deux contingents. Comme des milliers de gauchistes s’étaient volontairement exclus de la société en refusant d’en subir les normes et que les femmes, pour des raisons idéologiques et économiques, sont également exclues des cycles de production et invitées à assurer le bon fonctionnement des familles, l’ensemble a fait un mélange rapidement explosif..."12.

  • 13 R. Lenoir range dans la catégorie des "exclus" les personnes âgées, les handicapés et les "inadapt (...)
  • 14 "Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales" (Aix-en-Provenc (...)

13Ce rapprochement des exclus, volontaires ou non, et du sous-prolétariat, de la marginalité et du rejet semble promu, ces années-là, comme l’un des thèmes majeurs du débat social. Il est, en effet, illustré dans des titres, comme celui du livre de René Lenoir, Les exclus (1974), qui relance le mot13, ou celui de l’ouvrage de M. C. Ribeaud paru en 1976, Les enfants des exclus (Paris, Stock) ou encore celui d’un colloque universitaire en 197814. Il semble bien aussi que l’usage substantif et pluriel du terme se soit répandu à l’époque dans des discours revendicatifs.

14Serait-ce un mot syndical ? Carrément absent, dans les années soixante, des résolutions votées en congrès national par les confédérations ouvrières, il apparait seulement dans le discours de la CFTC, qui l’utilise deux fois dans les textes de ses congrès de 1977 et de 1979 et, chaque fois, entre guillemets, comme pour un mot à la mode et venu d’ailleurs. Un bilan des emplois dans ce type de documents n’est pas sans enseignement sur les lieux et moments de sa circulation :

Emplois de la forme exclus dans les résolutions confédérales

Emplois de la forme exclus dans les résolutions confédérales

15Très rares, dans ces occurrences syndicales de la forme, sont les emplois de type social ("les exclus" de la société). Seules la CFTC, dès 1977, et la CFDT, à partir de son congrès de 1985, utilisent l’expression dans leur parole officielle et sur les vingt années de congrès balayées par cette recherche. Ce terme garderait-il, vu l’origine commune de ces deux confédérations, une certaine connotation chrétienne ?

  • 15 Cf. J. Klaufer, L’exclusion sociale. Etude de la marginalité dans les sociétés occidentales, Paris (...)
  • 16 "Marginal, subst. : personne vivant ou se situant en marge d’un groupe social déterminé ou, plus g (...)

16Depuis le début des années quatre-vingt, le mouvement de néopaupérisation ne cessant de s’amplifier, le terme, abondamment répandu, n’a cessé de s’élargir dans ses acceptions et ses référents, à tel point que les notions mêmes d’exclusion et de marginalité se sont mises à bouger. On dirait qu’exclus s’écarte peu à peu de marginaux, mot avec lequel il est encore souvent confondu15 mais qui tend à le remplacer dans son premier rôle, spécifique16. La catégorie des "exclus" en perd son originalité, voire tout folklore. Rentrerait-elle, en les modifiant, dans les habitudes de penser, jusqu’à faire, aujourdhui, partie de la norme ?

Notes

1 On remarquera le féminin "excluse", qui durera, dit Littré, "jusque dans le courant du 18e siècle" (encore dans Féraud, 1768, et dans Académie, 1798).

2 L’exclusivisme ne partage pas. Proudhon préférait l’"exclusivisme conjugal" au "polytypage matrimonial" des phalanstériens (Avertissement aux propriétaires, Paris, Gantier, 1848, p. 81 - le éd. 1842).

3 Institut national de la langue française, CNRS, Nancy.

4 "La folie et la société". Dits et écrits, Paris, Gallimard, tome 2, p. 129.

5 Cité dans le Trésor de la langue française, CNRS, 1980, tome 8, p. 410.

6 "Le mot exclusion rappelle le fait d’interdire à certaines personnes certains droits ou certaines fonctions" (Dictionnaire de la conversation et de la lecture, Paris, Didot, 186S, tome 9, p. 191).

7 "Crottes de chiens et langue française". Le Monde, 20 mai 1992, p. 17.

8 Cité dans La revue du MAUSS, 13, 1991, p. 17.

9 L’opposition élus/exclus, se trouve déjà, mais avec un sens spécifique (il s’agit du salon de Mme de Guermantes), chez Proust : "Les exclus pouvaient avec une quasi certitude nommer les élus..." (1921). - Plus récent est le système oppositif exclus/inclus : cf. les questions posées à Robert Castel par François Ewald : "Est-ce que dans la montée actuelle de la notion d’exclusion, de la grande opposition entre inclus et exclus, il n’y a pas la nostalgie des grands partages entre classes sociales ? Croyez-vous à l’idée d’une fracture sociale ?" ; "Peut-on dire que la société française serait divisée selon un partage massif entre inclus et exclus ?" (Magazine littéraire, 334, juillet-aout 1995, p. 19). Sur le mode de la dérision, Claire Brétecher dessine, elle, sous le nom d’inclus, les petits bourgeois qui collent aux clichés à la mode (cf. Agripine et les inclus, Barcelone, 1995).

10 Gunnel Engwall, Vocabulaire du roman français (1962-1968). Dictionnaire des fréquences, Stockholm, Almqvist et Wiksell, 1984.

11 L’expression de quart-monde était déjà courante en 1969 (cf. l’ouvrage Le quart monde. La condition sous-prolétarienne, 1969). Elle sera mise en corrélation directe avec exclus (cf. le dossier "Quart monde : deux millions et demi d’exclus", Différences (MRAP), 71, octobre 1987). - L’expression nouveaux pauvres apparait en 1971 (L’Express, 22 novembre 1971). - L’expression sans-travail est plus que séculaire (1848, au moins). - Les expressions mal logés et sans-abri datent au moins de l’hiver 1954. - L’expression de sans domicile fixe est apparue dans une loi de 1969 et désignait alors les nomades (d’après L’Express, 17 mars 1969). Auparavant, en 1957, Germaine Tillon avait décrit les processus de la "clochardisation".

12 "Dictionnaire 1977-1978", Libération, 3 janvier 1978, p. 12.

13 R. Lenoir range dans la catégorie des "exclus" les personnes âgées, les handicapés et les "inadaptés sociaux" (marginaux). Cette définition, extrêmement restrictive, ne semble pas avoir changé en 1995 dans l’esprit de ce chargé de mission auprès du président de la République (voir son entretien, dans La vie, « 100 idées contre l’exclusion", 2622, 30 novembre 1995, p. 60-61).

14 "Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales" (Aix-en-Provence, 1978).

15 Cf. J. Klaufer, L’exclusion sociale. Etude de la marginalité dans les sociétés occidentales, Paris, Science et service, 1985.

16 "Marginal, subst. : personne vivant ou se situant en marge d’un groupe social déterminé ou, plus généralement, de la société dans laquelle elle vit" (TLF, CNRS, 1985, tome 11, p. 391).

Notes de fin

* Chronique parue dans Mots, 46, mars 1996.

Table des illustrations

Titre Emplois de la forme exclus dans les résolutions confédérales
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1716/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540