Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Égalité = équité ?*

Texte intégral

  • * Chronique parue dans Mots, 42, mars 1995, p. 102-109.
  • 1 Jacques Delors, L’unité d’un homme, Paris, Odile Jacob, 1994.

1"Les régimes de retraite comme les prestations familiales favorisent les hauts revenus. Il faudrait les rendre plus équitables", proposait en novembre 1994 un programme "deloriste" en cours de rédaction, qui se serait intitulé Une démocratie de participation. S’agissait-il du retour à un projet de redistribution égalitaire ? On aurait pu le croire : "L’égalité du droit à une retraite après avoir travaillé un minimum de temps est un des fondements de l’égalité", affirme L’unité d’un homme, p. 901. Pourtant, vous n’y êtes pas : "L’égalité des résultats est hors d’atteinte, ou alors elle aboutit à une société égalitariste où l’initiative, le mérite, la conscience professionnelle sont pénalisés", répond J. Delors à D. Wolton dans le même ouvrage (p. 79). Certes, dans ces phrases, il y a bien des modalisateurs et spécificateurs : "faudrait", "plus", "droit à une", "des résultats"... Les mots se mélangent pourtant. Se prendraient-ils l’un pour l’autre ? Equitable, égalitaire, équité, égalité..., que penser d’abord de leur signification propre (s’il en est une) ?

2Prenons ces mots à leur racine étymologique, qui est commune. C’est pour constater qu’une ambigüité est déjà là, dès le latin aequus. Le terme porte deux valeurs : celle du constat d’un niveau horizontal, du semblable ou de l’identique, et celle de la valeur morale attachée à l’idée de justice naturelle et à la volonté d’opérer un ajustement avec bienveillance. Traiter des gens sur un pied d’égalité (aequo jure, écrit Cicéron), c’est aussi les traiter en amis (aequi) en les opposant à des inégaux, traités en ennemis (iniqui). Sur ce terme à la valeur ambivalente ont été forgés plusieurs substantifs qui reflètent, plus ou moins, la double postulation : aequatio, la répartition égale, aequilibrium, le niveau identique des plateaux d’une balance mais aussi la loi du talion, et, pour en revenir à notre couple politique, aequitas, la symétrie et, en même temps, l’esprit de justice, et aequalis, aequalitas, qui désignent aussi bien les aspects similaires que les choses de mêmes niveau ou mesure.

3Certes, d’une langue à l’autre, les formes ne se transmettent pas creuses. On ne peut pourtant pas analyser aujourdhui le couple égalité-équité comme s’il venait directement et innocemment du latin. Il a subi une double histoire, dont le premier est sorti irrémédiablement marqué.

4Une histoire morphologique d’abord. De même qu’à la suite du traitement "populaire" de l’évolution des prononciations aqua a pu aboutir soit à aigue, soit à ive, soit à eau, de même aequalis et aequalitas ont abouti à au moins trois séries de noms, selon l’état de transformation atteint par le groupe consonantique qui le constituait. Résumons :

  • le qu (prononcé kw) perd entre voyelles sa gutturale et se sonorise en g : d’où la série igal, igauté, igalir ("Mors igalist touz", la mort rend les hommes égaux, écrivait Brunet Latin au 13e siècle) ;
  • le qu devient constrictif, voire semi-vocalique, d’où la série ivel, ewal, uwel, ivelté, iveler... ;
  • le qu se dissout dans les voyelles qui l’environnent, d’où la série des ial, uel, oel et oelté.
  • 2 "Egaler les biens" (Jean Bodin, Republique, 1577). Cf. E. Huguet, L’évolution des mots depuis le 1 (...)

5Ces termes des anciens dialectes ont disparu du français, sauf la série igal, egal, egaler2 (au sens d’égaliser), egalité (Jean de Meung). Montaigne a refait un equalité à partir du latin.

6Le nom equitas-équité, lui, n’a pas subi toutes ces épreuves. D’emploi moins ordinaire qu’égalité, il n’a pas échappé des mains des savants, qui ont soit conservé le groupe de consonnes kw (dans la fabrication d’équateur, équation, adéquat, équilatéral), soit simplifié (tardivement ?) la phonation, sans sonorisation ni autre avatar : tel est le cas d’équité (Jean de Meung). Au 13e siècle, on trouve donc, chez cet auteur, les deux formes égalité et équité, mais porteuses de deux valeurs différentes, semble-t-il : appréciation d’un niveau équivalent pour la première, juste proportion à respecter pour la seconde.

7Cette opposition du nivellement et de la proportionnalité se retrouve dans nos dictionnaires les plus récents. Ainsi, les définitions données par le TLF (Trésor de la Langue française), dans ses tomes 7 et 8, tournent pour égalité autour de la valeur "sans différence ni préférence" (égalité des fortunes et égalité des droits fonctionnent comme l’égalité des angles d’un triangle à deux droits) et pour équité autour de la valeur d’action juste, c’est-à-dire proportionnée dans le respect dû à chacun ("La justice proportionnelle, dit Jankélévitch, ou, mieux encore, l’équité"). Bref, jugeant un petit voleur et un assassin, si vous leur couper la main à tous deux, vous les traitez à égalité ; si vous employez l’un dans un travail d’utilité collective et tenez l’autre reclus pour des années, vous agissez avec équité. Ou le niveau uniformise, ou la proportion ajuste au "bon" niveau.

  • 3 Page de titre du Voyage en Icarie (1845) (rééd. Paris, Anthropos, 1970, p. xiv).

8En réalité, cela n’est pas si simple. Prenons différentes formules socialistes. "A chacun suivant sa capacité et à chaque capacité suivant ses oeuvres", le slogan saint-simonien sonne comme une maxime d’équité : il doit, affirme la justice, y avoir proportion entre le travail et la récompense. Le courant associationiste, après avoir hésité ("Les bénéfices seront partagés soit en proportion du travail de chacun, soit également", L’Atelier, 1841) se ralliera à la formule abrupte : A chacun non pas "selon la capacité" mais "selon les oeuvres" (L’Atelier, 1845). Au contraire, "à chacun selon ses besoins" ou "De chacun suivant ses forces à chacun suivant ses besoins", étant donné que tout homme a, de nature, les mêmes besoins, se réfèrent, chez Babeuf puis chez Cabet, à l’égalité. On comprend dès lors la différence entre la revendication d’un salaire équitable et celle du salaire égal : deux voies s’ouvrent pour la justice sociale. Mais que dire d’une formule comme "égalité devant l’impôt" ? Devons-nous tous payer le même impôt ? Cette égalité ne serait pas équitable. Voilà donc une égalité proportionnelle... Les termes pratiquent ainsi des alliances ambigües. Parmi les slogans de l’égalitarisme cabétien, on trouve celui de la "répartition équitable des produits"3. Voilà donc une équité égalitaire. A quel mot peut-on se fier ?

  • 4 "Il faut que les richesses soient communes entre les citoyens et que l’on apporte le plus grand so (...)

9A l’histoire morphologique et sémantique des mots s’est joint en effet le poids de l’Histoire proprement dite, sociale et politique. Faut-il remonter aux temps anciens, de la République de Platon4 à l’Utopie de Thomas More (1518, thème du partage égal des biens), aux anabaptistes et autres "niveleurs" à tout crin ? La tradition de l’égalitarisme communiste a de très lointaines racines. C’est au 18e siècle qu’elle se trouve réactivée, avec les termes qui nous occupent ici, par exemple dans le Discours sur l’origine de l’inégalité de Rousseau (1754) et l’ouvrage de Mably De la législation (1776). Egalité y a partie liée en négatif avec propriété et en positif avec droits et bonheur. Mais, si elle inscrit au sein de cette triade les traits principaux de sa signification, les "connotations" dont elle se charge - tout ce qui se rajoute au sens, le domaine d’usage, la valorisation comme la dévalorisation, les pesanteurs affectives, espoir ou crainte, les mythes et stéréotypes sociaux - ces connotations viennent, elles, du vécu révolutionnaire.

  • 5 Babeuf, Textes choisis, Paris, Editions sociales, 1965, p. 204-219.
  • 6 Mably, Sur la théorie du pouvoir politique, Paris, Editions sociales, 1975, p. 212.
  • 7 Babeuf, ibid., p. 209-210. Partage imperdable signifie ici : "ce qui de nature doit revenir à chaq (...)
  • 8 Le Tribun du Peuple, 24 février 1796.

10Bornons-nous à évoquer la Conspiration pour l’égalité, dite "de Babeuf, pour reprendre le titre du récit qu’en donnera Buonarotti en 1828. Il s’agit des égaliseurs (1793) puis des égaux (1796, S. Maréchal), qui voulaient renverser l’ordre social. Leur but : ce "bonheur commun", promis par les Jacobins, à mettre à la portée de tous, "c’est-à-dire, explique Babeuf dans son Manifeste des plébéiens (1795), le bonheur égal de tous les individus, qui naissent égaux en droits et en besoins". Logique et simple, la maxime qu’il prétend tirer de Rousseau : "Que chacun ait assez et aucun n’ait trop"5. Mably lui fournit l’exemple historique de Licurgue et de l’organisation Spartiate6, "système où les charges et les avantages de la société étaient également répartis, où la suffisance était le partage imperdable de tous et où personne ne pouvait atteindre le superflu"7. Telle est la pensée radicale du "système de l’égalité". Babeuf ne se contente pas des droits ; il veut une "égalité de fait", une démocratie qui aboutisse à la réelle, pure, parfaite égalité et qu’il appelle "système équitable". Revoilà nos deux termes : équitable, appel à la justice naturelle, fonde moralement égalité, distribution strictement répartie du nécessaire, sans dépassement au profit de quiconque. Les deux mots ne sont pas en concurrence. La vraie équité, pour les babouvistes, c’est d’établir l’égalité par la redistribution : "Il n’est que conforme à l’équité première, fondamentale et éternelle de prendre partout où il y a du superflu pour compléter partout où se trouvent des parts insuffisantes"8. Le niveau passe. Il faudra partager, jusqu’au bout et entre tous, les biens de ce monde.

  • 9 Marx, à cette époque, était évidemment ignoré en France. Communistes désignait les adeptes de la m (...)
  • 10 Cf. L. Gallois, Histoire de la révolution de 1848, Paris, Naud, 1851, tome 2, p. 393.
  • 11 Attestations dans Jean Dubois, Le vocabulaire politique et social en France de 1869 à 1872, Paris, (...)

11La peur a conduit ces égalitaires à la guillotine, on s’en doute ; mais leur état d’esprit continue encore aujourdhui d’imprégner les mots, en bien comme en mal. Les années qui ont précédé la révolution de 1848 ont vu apparaitre de nouvelles dénominations : communisme et communiste9 chez E. Cabet, socialisme et socialiste chez P. Leroux, égalitaires et inégalitaire chez C. Dezamy, héritier direct du babouvisme, "Communistes ou égalitaires. Secte nouvelle qui déborde les démagogues", définit le Dictionnaire politique de Ch. Bailleul dès 1842. Viendront partage et partageux, parmi les termes d’insultes échangés en 184810. Début d’une longue histoire linguistique, qui traversera la Commune11 et dont la famille d’égalité et égalitarisme (1870) parviendra jusqu’à nous marquée à l’extrême gauche.

  • 12 Série plus tardive (1869) ; mais on trouve collectisme en 1848 (chez Considérant).
  • 13 Cf. Pierre Muller, Jaurès, vocabulaire et rhétorique, Paris, Klincksieck, 1994, p. 309.
  • 14 Irait-il jusqu’à être déchargé de ses significations extrêmes ? Non. Lorsque E. Balladur utilise à (...)
  • 15 La France pour tous, Paris, Nil, 1994, p. 45-46.

12Egalité, serait-ce un terme propre au discours socialiste et communiste ? Question d"’école". Si le mot fait, en 1877, le titre du journal de Jules Guesde, celui des collectivistes12, on peut constater qu’il est quasi absent des textes de Jean Jaurès que rassemblent ses Etudes socialistes de 1901, à l’exception - mais elle est de taille - des articles regroupés sous le titre "De la propriété individuelle"13. Il en est de même de nos jours. Titre-choc de la "contribution" Fabius au congrès socialiste de Rennes (mars 1990), le terme, qui obtient 12 occurrences au sein de chacune des contributions Dray, Fabius et Rocard, est presque absent des autres ; mais on ne peut plus affirmer, à la lecture de ces textes, qu’il recouvre un clivage de fond. Ne jouerait-il pas le rôle d’une marque idéologique éprouvée dont certains chercheraient à se prévaloir ? Parmi les mots-valeurs surinvestis qui discriminent en fréquence les prestations officielles à la télévision de l’élection présidentielle de 1988, on trouve, pour F. Mitterrand, inégalité et Europe (en tête), puis loi, culture, solidarité et égalité, termes relativement mis en avant dans son discours par rapport à leur usage chez les autres présidentiables. L’emploi de la famille d’égalité est bien devenu marqueur ; on y recourt pour paraitre "de gauche"14. Elle est restée profondément populaire. En veut-on une preuve ? Voici les phrases-clés du programme chiraquien, version 1995 : "Une mode récente a promu la notion d’équité pour supplanter celle d’égalité, jugée vieillotte et chimérique [...] Je suis, pour ma part, attaché à ce mot - égalité - inscrit sur les frontons de nos édifices publics. [...] Je ne conçois la France qu’unie et solidaire, sans laissés pour compte ; toutes mes propositions s’inscrivent dans cette perspective"15.

  • 16 L’unité d’un homme, p. 379-380.

13C’est dans ce marché complexe des héritages lexicaux et idéologiques qu’il faut resituer les paroles de J. Delors. A D. Wolton qui lui pose la question : "Quelle est la valeur de gauche qui a été la plus ‘ écornée ’ ?", celui que l’on pensait présidentiable répond : "l’aspiration à l’égalité"16. Et son explication ne tient pas seulement compte du "trop d’exclus" ou du "trop de pauvres", elle tient compte également de l’évolution des objectifs d’un mouvement social, qui, avec l’évolution de l’histoire, a changé de cap. Une longue citation ravive le débat que nous venons d’esquisser avec ce voyage dans les mots ; tout y est :

"La gauche a vécu une bataille politique [explique J. Delors] entre ceux qui prônaient le principe "A chacun selon ses besoins" et ceux pour qui il fallait donner "A chacun selon ses mérites". Pendant longtemps, la gauche a mis l’accent sur la première devise, car la société était trop injuste et trop inégalitaire. Si l’on devait résumer en une formule l’orientation vers laquelle on devrait aller, c’est "à chacun selon ses besoins essentiels", qu’il s’agisse de l’éducation, de la santé, du droit à un travail, d’un revenu décent pour vivre. Mais aussi "à chacun selon ses mérites" dans l’effort qu’il accomplit pour contribuer au progrès de la société et à la solidarité vis-à-vis des autres."

  • 17 "République. Egalité ou équité ?", Le Monde, 9 décembre 1994.
  • 18 Cf. Alain Minc, "L’illusion égalitaire", Partage, 70, novembre-décembre 1991. Voir aussi d’A. Minc (...)
  • 19 Cf. John Rawls, Théorie de la justice, Paris, Le Seuil, 1988. L’ouvrage de Louise Marcil-Lacoste, (...)

14Synthèse à deux degrés de l’égalité et de l’équité ou relais de l’une pris par l’autre ? Certains découvrent là un traquenard pour la gauche. Marc Blondel17, secrétaire général de la confédération Force Ouvrière, averti des jeux d’Alain Minc18 sur les deux mots, qui s’inspireraient des théories de John Rawls, le philosophe de l’égalité19, s’inquiète de l’extension prise récemment par équité dans certains discours politiques, y compris socialistes, et conclut : "L’équité est à l’égalité ce que l’humanitaire spectacle est à la politique : un alibi pour ne pas s’attaquer aux vrais problèmes". Rawls n’est qu’un prétexte. Il faudrait, pour y voir clair, resituer les mots dans la filiation française de leurs usages. Car, derrière eux - et la réaction de FO contre Minc en est l’indice -, c’est peut-être un combat politique de fond qui se profile. Entre le libéralisme de l’"assurance" et de la retraite par capitalisation (équitables en théorie) et la "défense conservatrice" (selon Minc) de la "sécurité sociale" et de la retraite par répartition (égalitaires dans leur principe), quelle pratique ménageant efficacité et solidarité la gauche deloriste et rocardienne (même privée de ses leaders) saura-t-elle proposer à l’électorat ? Il y a bien là un piège.

15La thèse apparente d’A. Minc part d’une caricature de l’égalité : les remboursements identiques de la Sécurité sociale, les allocations familiales au même taux, la même école pour tous profitent davantage aux riches (qui se font davantage soigner, qui reçoivent les prestations en superflu, qui sont aidés chez eux et occupent seuls l’enseignement supérieur) qu’aux pauvres ; l’équité voudrait que le système des aides joue selon une proportionnalité dégressive systématique (plus on est favorisé, moins on devrait recevoir de la collectivité). La vraie équité irait donc plus loin que l’égalité.

16Il s’agit bien d’une caricature. C’est la vraie égalité qui exigerait le transfert des richesses au profit des "démunis" (le superflu est inacceptable tant que certains n’ont pas le nécessaire, ce fil moral court de Babeuf à Delors). La solution pour A. Minc : casser les "rigidités" des protections sociales. Que le développement serve nos démunis !

  • 20 Cité dans Dominique Desanti, Les socialistes de l’utopie, Paris, Payot, 1971, p. 285.

17Leurre, confusion entre la proportionnalité dégressive et la libéralisation du marché du travail. La seconde est loin d’entrainer la première ; il y faut un surcroit de réglementation. Bien faibles, en effet, rarissimes les proportionnalités de ce type ! Ne se mettent en place, dans les faits, une fois les dérégularisations acquises, que des proportionnalités progressives (à chacun selon ses "mérites" !) : le marché libéré du travail ne peut, dans sa logique concurrentielle, donc anti-solidariste, déboucher que sur une aggravation de l’inégalité. Tout le monde se doute bien, par exemple, que le "droit au temps de travail choisi" tournera vite à l’obligation pour la femme de travailler la nuit et pour tous d’en faire autant le dimanche... Saint-Simon disait : "La production réalisera l’égalité dans l’abondance"20. Nos saint-simoniens d’aujourdhui seraient-il victimes de cette illusion originelle ?

Notes

1 Jacques Delors, L’unité d’un homme, Paris, Odile Jacob, 1994.

2 "Egaler les biens" (Jean Bodin, Republique, 1577). Cf. E. Huguet, L’évolution des mots depuis le 16e siècle, Genève, Droz, 1967, p. 163.

3 Page de titre du Voyage en Icarie (1845) (rééd. Paris, Anthropos, 1970, p. xiv).

4 "Il faut que les richesses soient communes entre les citoyens et que l’on apporte le plus grand soin à retrancher du commerce de la vie jusqu’au nom de la propriété", Platon, cité par L. Reybaud, Etudes sur les réformateurs ou socialistes modernes, Bruxelles, Hauman, 1844, tome 2, p. 222.

5 Babeuf, Textes choisis, Paris, Editions sociales, 1965, p. 204-219.

6 Mably, Sur la théorie du pouvoir politique, Paris, Editions sociales, 1975, p. 212.

7 Babeuf, ibid., p. 209-210. Partage imperdable signifie ici : "ce qui de nature doit revenir à chaque individu".

8 Le Tribun du Peuple, 24 février 1796.

9 Marx, à cette époque, était évidemment ignoré en France. Communistes désignait les adeptes de la mise en commun totale des biens au sein d’une communauté globale (on a dit aussi communautarisme). L’utopie de Cabet représente ce courant (non révolutionnaire, axé sur le seul "prosélytisme").

10 Cf. L. Gallois, Histoire de la révolution de 1848, Paris, Naud, 1851, tome 2, p. 393.

11 Attestations dans Jean Dubois, Le vocabulaire politique et social en France de 1869 à 1872, Paris, Larousse, 1962, p. 365-366 et p. 291-292.

12 Série plus tardive (1869) ; mais on trouve collectisme en 1848 (chez Considérant).

13 Cf. Pierre Muller, Jaurès, vocabulaire et rhétorique, Paris, Klincksieck, 1994, p. 309.

14 Irait-il jusqu’à être déchargé de ses significations extrêmes ? Non. Lorsque E. Balladur utilise à son tour le mot dans son Dictionnaire de la réforme (1992), c’est à la fois pour lui reconnaître une valeur éthique (Egalité : "Exprime une aspiration morale") et pour le distinguer de justice, autre nomination de l’équité : "La justice est une chose, l’égalité en est une autre"... Suivons dans ce dictionnaire le renvoi à la rubrique "social" : il n’y est plus question d’égalité. Le problème est écarté. Dans sa déclaration de candidature du 18 janvier 1995, le présidentiable n’a prononcé ni égalité ni équité.

15 La France pour tous, Paris, Nil, 1994, p. 45-46.

16 L’unité d’un homme, p. 379-380.

17 "République. Egalité ou équité ?", Le Monde, 9 décembre 1994.

18 Cf. Alain Minc, "L’illusion égalitaire", Partage, 70, novembre-décembre 1991. Voir aussi d’A. Minc "Egalité ou équité". Le Monde, 5 janvier 1995, et, bien sûr, son rapport La France de l’an 2000, Paris, O. Jacob, 1994.

19 Cf. John Rawls, Théorie de la justice, Paris, Le Seuil, 1988. L’ouvrage de Louise Marcil-Lacoste, La thématique contemporaine de l’égalité, Presses de l’Université de Montréal, 1984, opère une remarquable synthèse des idéologies utilisatrices d’égalité, dont celle de Rawls, qui sépare des inégalités inéquitables celles qui sont justifiées par le développement économique et les bienfaits que celui-ci peut apporter aux défavorisés (sous condition d’une redistribution équitable).

20 Cité dans Dominique Desanti, Les socialistes de l’utopie, Paris, Payot, 1971, p. 285.

Notes de fin

* Chronique parue dans Mots, 42, mars 1995, p. 102-109.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540