Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

L’effet de serre en proie aux stratégies politiques ?*

Texte intégral

  • * Extrait du rapport de L. Chetouani, M. Tournier, Analyse du discours politique autour de l’effet de (...)
  • 1 Pour une présentation détaillée du corpus, cf. le rapport précité, vol. 1, p. 53-60.

1Cette recherche a pour objet d’éclairer non pas le phénomène de l’effet de serre lui-même mais, dans le court extrait présenté ici, les fonctions que le terme remplit et les valeurs qu’il prend dans la discussion publique en France (en 1989-1990). Pour en avoir une idée, nous avons réuni en corpus dix textes provenant de locuteurs variés mais assez représentatifs de trois champs distincts : le débat politique, le discours scientifique, l’intervention écologiste. Le premier est représenté par des textes issus du Parti socialiste (SOC), des Partis de droite (RPR-UDF), du Parti communiste (PCF), ainsi que de Brice Lalonde, à l’époque ministre de l’Environnement. Le second champ tient compte de rapports scientifiques : celui de l’Académie des sciences (ACAD), celui du Groupe interministériel dirigé par Yves Martin, dit "rapport Martin" (MART), celui des responsables de l’Agence française pour la maitrise de l’énergie (AFME). Le troisième champ rend compte de diverses sensibilités écologistes : textes dus à l’ONG "Les Amis de la Terre" (ATER), à la mouvance écologiste qui s’intitulait alors "Les Verts" (VERT) et à une personnalité originale par ses positions sur la question, Haroun Tazieff (TAZF). Ce corpus homogène présente l’avantage d’être composé de textes de longueur équilibrée, centrés sur la thématique "effet de serre" et appartenant à la même époque1. Son hétérogénéité discursive n’en ressortira que mieux. Comment la lexie effet de serre y prend-elle sens ?

2Parmi les termes les plus fréquents et, relativement à leur fréquence, les mieux répartis chez les locuteurs, on trouve, accompagnée de réchauffement, la lexie effet de serre. Située au coeur du thème, elle balaye tout le corpus. Voici le tableau des fréquences recueillies par les substantifs qui la composent :

3Le projet initial était de travailler sur l’ensemble des quelque 280 contextes immédiats fournis par le corpus. Mais cette recherche s’est avérée plus difficile que prévu, parce que ces contextes manquaient de stabilité. On aurait dit que la lexie se promenait dans les discours en épousant une multiplicité de rôles et surtout en s’attribuant des valeurs différentes au sein même de ses définitions. Elle se situe en effet tantôt à l’initiale, tantôt dans la conséquence d’un processus qu’elle est également chargée de représenter dans sa totalité.

Effet de serre : une lexie fluctuante

4La raison de ces difficultés d’analyse tient d’abord, semble-t-il, à la lexie en soi. "Effet de serre" est une expression dont le retentissement est atténué dans le discours par sa constitution même : celle-ci résulte de l’union de deux noms à incidences contraires, à un abstrait à large spectre d’emploi et un concret très situé et très précis. "Effet" peut revêtir toutes les formes et convenir à de multiples situations : on dit "effet Galton" ou "effet Zipf", comme on dit "un effet boeuf, "un effet de sa bonté", "le meilleur effet", en effet... La "serre", à l’inverse, porte en soi une évocation jardinière concrète, dont elle a du mal à se départir tant elle reste évidente pour l’esprit. L’"effet de serre", processus abstrait-concret, fait difficilement image. Il exige souvent du lecteur moyen une seconde de réflexion de l’ordre de l’interprétation d’une métaphore. Il exige parfois du locuteur des tournures compliquées : celui-ci parlera, par exemple, des "résultats de l’action de l’effet de serre sur le climat".

5Evoquons pourtant certains des jeux discursifs du terme. S’il s’est avéré de sens fluctuant, c’est que ces jeux ne sont pas tous innocents. Pour les rendre plus clairs, imaginons les processus décrits dans les textes du corpus sous la forme de deux chaines, celle des causes et des conséquences de l’effet de serre et une chaine renversée illustrant la lutte contre le réchauffement terrestre.

LA CHAINE DES CAUSES ET DES CONSÉQUENCES

6Effet de serre se situe de manière variée, et parfois avec difficulté, dans la chaine des causes et des conséquences, chaine que l’on pourrait résumer dans les 8 étapes suivantes, partant de l’action de l’homme pour aboutir à l’action sur l’homme :

  1. Notre société actuelle utilise beaucoup de produits transformés (société de consommation)

  2. Les activités de transformation sont exigeantes en énergie (suremploi croissant d’énergie)

  3. La fabrication et l’utilisation de cette énergie émettent des gaz à effet de serre (phénomène anthropogénique)

  4. Ces gaz absorbent et retiennent des rayons infrarouges réémis par la terre (absorption additionnelle)

  5. Ces infrarouges piégés empirent le réchauffement de l’atmosphère (d’où un réchauffement croissant)

  6. Ce réchauffement est à la source de changements de climat (en sus des variations naturelles)

  7. Ces variations ont des conséquences physiques sur la terre (montée des mers, fonte des glaces, inondations et submersions, forêt, sécheresse...)

  8. Ces conséquences aboutiront à des conséquences humaines (famines, migrations, épidémies, conflits...)

7Comment se situent dans la suite de ces phases les jeux du sens ?

8— Premier jeu : l’"effet de serre" est la dénomination d’un processus global (qui recouvre plus ou moins les phases 3 à 7 dégagées ci-dessus). Quelques observations rendent ce sens évident et premier :

  • La lexie sert de titre, de sous-titre, de tête de paragraphe à des textes qui évoquent ces diverses opérations (presque chez tous les locuteurs). Elle peut opérer aussi comme le résumé de l’ensemble de ces opérations : "S’agissant de l’effet de serre et du changement climatique" (SOC) ; "Nucléaire ou effet de serre ? " (VERTS). Un linguiste parlerait à son propos de fonction hyperonymique (dominante).

  • Elle est toujours au singulier, telle une entité globale, à prendre dans sa totalité. En vertu de quoi elle se trouve souvent accompagnée par un nom abstrait totalisant, déterminé par elle : "le problème de l’effet de serre" (ATER, RPR) ; "beaucoup d’écologistes voient maintenant l’effet de serre comme le problème numéro un" (ATER) ; "l’énergie nucléaire [...] est l’une des réponses, sinon la réponse, au problème de l’effet de serre" (PCF) ; "les prédictions apocalyptiques engendrées par le concept ‘ effet de serre ’ " (TAZF).

  • En revanche, on suppose la multiplicité des opérations que recouvre la lexie dans des expressions comme "mécanisme de l’effet de serre" (ATER), qui peut se pluraliser : "les mécanismes de l’effet de serre" (RPR). La notion de complexité accompagne son ampleur : "un phénomène très complexe" ; "L’effet de serre justifierait par sa gravité et sa complexité qu’une étude de l’Office lui soit consacrée" (RPR).

  • Elle est enfin considérée comme le lieu englobant où se passent ces phénomènes multiples : "chaque molécule de CFC est environ 10 000 fois plus active dans l’effet de serre qu’une molécule de C02" (ATER) ; "leur rôle (des CFC) dans l’effet de serre additionnel" (RPR).

9— Second jeu discursif : la lexie effet de serre peut être présentée, hors processus enclenché, en tant que potentialité interne à un objet et jouer par là un rôle d’adjectivation déterminative : "gaz à effet de serre" (tous locuteurs). Ex. : "l’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre" (RPR). Ce type d’emploi se situe plutôt dans les phases 3 et 4.

10— Troisième jeu : l’effet de serre est un produit, donc la conséquence d’autre chose. Il joue par là un rôle d’Objet. Cette production de l’effet de serre peut concerner :

  • soit les phases 2 et 3 (la lexie se situe alors, la plupart du temps, en fin de phrase, comme un aboutissement de processus antérieurs) : "la contribution du méthane à l’effet de serre" (ATER) ; "les CFC contribuent à l’effet de serre additionnel" (RPR) ; "suppression des CFC, produits qui contribuent de manière dramatique à l’effet de serre" (SOC) ; "la participation de la combustion des combustibles fossiles à l’émission de gaz à effet de serre" (AFME) ; "les CFC contribuent [...] à l’accentuation de l’effet de serre" (LAL).

  • soit la mise en relation directe des phases 1-2 et 5-6 : "l’effet de serre nous place face à un autre défi : celui de notre niveau de consommation et de notre puissance énergétique" (VERTS).

  • soit la mise en relation des phases 2-3 et 5-6 : "l’effet de serre est produit par la combustion d’énergies fossiles" (RPR) ; "les émissions de CFC contribuent plus que celles de C02 fossile à l’effet de serre en France" (MART) ; " [dans le cas de la France], le C02 représente moins du quart de l’effet de serre généré par les activités humaines" (AFME).

11— Quatrième jeu : on insiste sur son caractère de cause. L’effet de serre est, à son tour, producteur de conséquences ; il joue dans la phrase un rôle d’agent : "un doublement de l’effet de serre entrainerait... " (ATER) ; "le réchauffement à un doublement de l’effet de serre" (ATER) ; "le réchauffement atmosphérique par l’effet de serre" (RPR), "le réchauffement de la planète [...] : la conséquence de l’effet de serre ? " (VERTS), "l’impact de l’effet de serre sur... " (MART), "la mer réchauffée par l’effet de serre" (PCF). Une locution elle-même peut mimer la suite causale : "les conséquences du changement climatique lié à l’augmentation de la teneur atmosphérique en gaz à effet de serre" (ACAD). Ce sont les phases 4 à 7 qui se trouvent, dans ce cas, activées.

12— Cinquième jeu : effet de serre est borné à la désignation d’un moment opératoire très précis du processus.

  • Phase 4 pure, c’est son sens le plus réduit : "ils (les gaz) ne créent pas l’effet de serre, qui est un phénomène naturel, piégeant transitoirement de l’énergie solaire dans notre atmosphère" (VERTS) ; "l’effet de serre dépend de la composition chimique de l’atmosphère. L’absorption atmosphérique du rayonnement infrarouge émis par la terre sera d’autant plus importante que la concentration en gaz à effet de serre sera elle-même plus importante" (ACAD). L’effet de serre est ici nettement distingué du "réchauffement" qu’il produit (pour preuves aussi toutes les citations du jeu causal précédent). Les deux termes ne commutent pas.

  • Phase 5, identifiant au contraire effet de serre et réchauffement : "une espèce d’effet de serre existe ; il concerne le pouvoir qu’ont, depuis la création du monde, vapeur d’eau, nuages, gaz carbonique, méthane, ozone, etc. de retenir dans la basse atmosphère une partie de la chaleur qui tombe du soleil" (TAZF) ; B. Lalonde parle tantôt de "lutte contre le réchauffement", tantôt de "lutte contre l’effet de serre", sans distinction. Les deux termes commutent.

  • Phases 4 et 5 prises ensemble : "une partie de ces rayons infrarouges est réfléchie vers le sol par les molécules de certains gaz et chauffe à nouveau la terre. C’est ce qu’on appelle l’effet de serre" (ATER) ; "l’effet de serre devient tangible [...] Le principe physico-chimique est relativement simple : certains gaz ont la propriété d’absorber le rayonnement infrarouge, qui est calorigène, une atmosphère enrichie en CO2 retient davantage de rayons d’origine solaire et se réchauffe" (VERTS) ; "les gaz à effet de serre sont les gaz qui ont le pouvoir d’absorber les rayonnements infrarouges, émis par la terre et donc de réchauffer l’atmosphère" (MART) ; "rejetés massivement dans l’atmosphère, ils (les gaz) constituent une barrière qui piège le rayonnement infrarouge réémis par la terre et, de ce fait, contribuent au réchauffement sensible de la planète. C’est ce qu’on appelle l’effet de serre" (PCF) ; "selon les experts réunis à Genève, l’effet de serre - une accumulation dans l’atmosphère de gaz qui laissent passer les rayons solaires mais empêchent la chaleur de se dissiper provoquant ainsi le réchauffement du climat - aurait à court terme des conséquences directes" (PCF).

13On voit dans ces exemples la lexie effet de serre se promener sur la chaine des causes et des conséquences, entre un sens généralisant (c’est le premier jeu) et un sens spécifique (c’est le dernier jeu). Ainsi, alors que "problème" globalisait toutes les opérations de la seconde à la huitième phases, "phénomène" peut centrer le terme sur sa seule phase 4 : "tout n’a pas été élucidé sur l’effet de serre : la connaissance scientifique du phénomène... " (SOC) ; "le risque est une augmentation de l’effet de serre, ce phénomène par lequel l’atmosphère et en particulier les nuages retiennent une partie du rayonnement renvoyé par la terre" (PCF). Il reste enfin le jeu du flou. Où en est-on exactement lorsqu’on parle sans autre précision du "phénomène de l’effet de serre" (RPR, PCF) : dans sa totalité ou dans sa spécificité ?

14Cette chaine des causes et des conséquences est, on a pu l’apercevoir dans certains des exemples cités, susceptible de raccourcis, de passages d’une phase de début à une phase de fin en sautant telle ou telle étape intermédiaire. La polémique trouve là bien des facilités.

15Exemples :

16Petit saut de la phase 3 à la phase 5 : "les émissions de gaz qui ont pour conséquence le réchauffement de la planète, phénomène connu sous le nom d’effet de serre" (PCF).

17Grand saut des phases finales à la phase initiale : "l’effet de serre qui est le produit, dans nos sociétés occidentales, d’un accroissement spectaculaire de la surmobilité des individus et des marchandises" (VERTS).

18Haroun Tazieff ne tire-t-il pas l’essence de la satire des "savants alarmistes", qu’il met en scène, de ces raccourcis dramatisants sur lesquels il ironise : "Lorsque je dis, parlant de l’effet de serre, ‘ pour autant qu’il existe ’, j’entends effet de serre dans la signification alarmiste que [...] l’on attribue à cette expression. Elle rend responsables quelques gaz rares [...] de changer les climats, de faire fondre les glaciers et de faire ainsi monter le niveau des mers jusqu’à l’engloutissement de cent mille cités côtières" (TAZF). C’est un des procédés du tragique comme du comique que de sauter les phases intermédiaires dans un processus argumentatif : et voilà des gaz rares qui engloutissent des villes...

LA CONTRE-CHAINE DE LA LUTTE ANTI-"EFFET DE SERRE"

19La suite des causes et des conséquences suscite son double inversé dans les textes analysés, lequel répond à la question : que faire ? Les processus argumentatifs opèrent sur cette contre-chaine, que nous pouvons résumer, autour de la locution "il faut éviter", avec les six maillons logiques suivants :

  1. Pour éviter les changements climatiques et leurs graves conséquences (phases 6-8 de la chaine précédente).

  2. Il faut éviter l’effet de serre additionnel et le réchauffement dû à des gaz polluants (phases 4-5).

  3. Pour cela il faut éviter de produire ces gaz, les remplacer, combattre la pollution (phase 3).

  4. Pour cela il faut éviter les énergies polluantes, leur substituer des énergies propres (phase 3).

  5. Et surtout éviter la sur-consommation d’énergie, maîtriser productions et déchets (phase 2).

  6. Mais pour cela il faut renoncer à la "société de consommation", donc changer de mode de vie (phase 1).

20Chaque locuteur situe sa réflexion et son action à un maillon particulier de cet enchaînement et, selon qu’il attaquera le problème au début ou à la fin de ce contre-processus, il marquera son discours, qu’il le veuille ou non, d’une certaine façon de voir la société, la vie et l’univers, disons d’une certaine idéologie.

21C’est ainsi qu’insister sur les niveaux 1 et 2 de cette contre-chaine débouche sur un discours relativement catastrophiste : "les gaz à effet de serre déjà émis sont [...] des bombes à retardement", "les conséquences d’un net accroissement de l’effet de serre pourraient être catastrophiques" (ATER).

22De nombreux développements dans les discours visent le maillon 3 : "toutes les mesures visant à diminuer la pollution automobile limiteront aussi l’effet de serre" (ATER) ; "stabilisation et réduction des émissions de C02" (AFME), etc. Mais ils n’en constituent jamais l’essentiel, car le politique comme le scientifique se doivent d’aller plus loin que le remplacement des CFC par des HCFC moins polluants (RPR, ACAD, AFME), la protection des forêts captrices de carbone (MART, AFME), les "raffineries vertes" (AFME) ou la lutte contre la pollution généralisée (TAZF, LAL).

23La recherche de l’énergie "propre", en revanche, est un point central pour certains locuteurs, le PCF et le RPR par exemple, défenseurs avec les Socialistes du nucléaire, ou encore les Verts, bien que sans trop d’illusion sur les possibilités actuelles des "énergies de remplacement" (solaire, éolienne, géothermique....).

24Pour les Socialistes, le rapport Martin, l’AFME et B. Lalonde, le terme majeur est "maitrise de l’énergie (et de l’environnement) " (SOC), "politique volontariste" (MART, AFME) ou "politique de l’environnement" (LAL). C’est faire du maillon 5 le pivot de la réflexion : "avec l’hypothèse d’une croissance économique forte [...] un scénario maitrise de l’énergie forte" (AFME), "les principaux [moyens de ralentir le réchauffement] sont la maitrise des consommations d’énergie et le reboisement" (LAL)...

25D’autres enfin vont un pas plus loin. Barnier : "La maitrise et la résorption de l’effet de serre viendront d’abord d’un autre comportement des industriels et des consommateurs d’énergie du Nord" (RPR). Les Verts, ayant constaté que "nous vivons au dessus de nos moyens", parlent de "gaspillage économique" et prêchent en faveur d’"une société sobre", d’"une civilisation de sobriété" (maillon 6). Le raccourci qui s’opère chez eux entre le maillon 1 et le maillon 6 est le signe même de leur thème profond.

26A tous les niveaux, "l’effet de serre vient ainsi questionner les choix de politique énergétique" (AFME). Alors que la chaine des causes et des conséquences de l’effet de serre permettait de dévoiler certaines stratégies de raccourcis, la contre-chaine de la lutte anti-"effet de serre" se fait révélatrice de différences idéologiques. Le mot le plus technique peut ainsi se prêter, tout innocemment en apparence, à des systèmes d’argumentation qui débouche sur des options politiques et des choix de vie. Clair à première vue, son sens en devient opaque et fluctuant ou, plus exactement, son rôle dans la sémantisation générale du discours.

Notes

1 Pour une présentation détaillée du corpus, cf. le rapport précité, vol. 1, p. 53-60.

Notes de fin

* Extrait du rapport de L. Chetouani, M. Tournier, Analyse du discours politique autour de l’effet de serre (1989-1990), AFME-ENS, Saint-Cloud, juin 1992, vol. 1, p. 69-77 (rédigé en collaboration avec L. Chetouani).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1714/img-1.jpg
Fichier image/, 9,1k

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540