Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Les sept plaies de la démagogie*

Texte intégral

  • * Note inédite, préparée pour Libération, 1995.
  • 1 Jacques Ellul, Histoire de la propagande, Paris, PUF (Coll. Que sais-je ?), 1967, p. 15.

1La série démagogie, démagogue, démagogique s’est souvent déclinée en français ces derniers temps, en particulier avant le premier tour de l’élection présidentielle, au point qu’il n’était plus discours de balladurien sans que l’un de ces mots ne surgît à l’adresse de qui vous savez. Cette famille puise, depuis le 14e siècle, aux bonnes sources grèques du verbe "agein", qui signifiait mener, agir sur. "Agogos" est celui qui tire ou pousse vers l’avant. Le pédagogue conduit l’enfant ; la synagogue convie les croyants à prier ensemble ; le démagogue, lui, chef de faction, manipule le peuple (lequel se disait "démos" chez les Grecs). Pour eux, la dém-agogie était un art de gouverner. Les tyrans puis les démocrates recherchaient l’appui des citoyens en flattant leur vanité nationale par un surenchérissement dans l’exploitation des mythes fondateurs, des jeux de cirque et des mises en scène grandioses et surtout, pour certains, dans la construction des temples. Le terrain propice était déjà la "cohésion sociale" (Jacques Ellul)1.

2L’une des premières démagogies fut donc celle du monument. A ce jeu F. Mitterrand ne se serait-il pas montré l’émule de Pisistrate et de Périclès ? Mais, comme les pyramides ou Versailles, les "grands travaux" visent à traverser le temps du pouvoir pour atteindre celui de l’histoire. Et vouloir séduire les générations futures, est-ce encore de la démagogie ?

3Flatter le peuple, dans l’immédiatement rentable, telle est la bonne vieille démagogie de l’encensement. Tout le monde y recourt : ne sommes-nous pas les meilleurs ? Témoin, cette petite phrase anodine, si gaullienne d’aspect qu’elle se glisse partout : "La France est un grand pays". Vous la trouverez chiraquienne page 97 de La France pour tous ; la retrouverez dans la déclaration de candidature d’E. Balladur et jusque dans les Propositions pour la France de L. Jospin, page 85. Peut-être même les auteurs n’ont-ils pas copié l’un sur l’autre. La grandeur française est si évidente.

  • 2 Cf. Gérard Miller, Les pousse-au-jouir du Maréchal Pétain, Paris, Seuil, 1975.
  • 3 Groupe Saint-Cloud, Présidentielle. Regards sur les discours télévisés, Paris, Nathan-INA (Coll. M (...)

4Il arrive, à l’inverse, que le discours démagogique s’évertue à la culpabilisation, et cela est d’autant plus redoutable qu’il touche ainsi, selon Freud, aux sources les plus profondes du pouvoir. Ph. Pétain, dans la position du père faisant le "don" de sa personne, reste l’exemple-type de cette activation perverse : "Français, vous avez vraiment la mémoire courte [...] N’oubliez pas que nous sommes vaincus [...] L’esprit de jouissance l’a emporté sur l’esprit de sacrifice"2. Souvenons-nous, dans la rencontre de l’instituteur Le Pen et de ses électeurs-potaches de 1988, de l’index admonitoire qu’il savait brandir à la télévision : "Français, si vous étiez sages..."3.

  • 4 Voir plus loin l’article sur popularité.

5Bien plus terre à terre est la démagogie des petits cadeaux. Le chef, dans l’Antiquité, faisait appel, afin d’assoir son pouvoir, aux techniques de la popularité. Encore un mot redoutable, où l’on retrouve le bon peuple ("populus" en latin). La "popularitas" était devenue, à Rome, un art de gouverner en cherchant à faire plaisir, art vite commué en celui de rassembler et d’activer une clientèle à coups de prébendes et de privilèges. Bons praticiens de cette attention "populaire" ont pu être, un temps, certains premiers ministres, dans leur promptitude à avancer ce qui plait ou à reculer ce qui déplait, à réserver à tel ou tel soit des parts de noyau dur, soit des postes dans la haute administration, à distribuer subsides, "facilités" ou réductions d’impôt aux paysans riches, aux bourgeois à bonnes, aux patrons de pêche, aux grands voituriers... Ces habitudes sont anciennes... et rentables, au point que le virage du sens de popularité est visible en français dès la fin du 18e siècle, celui-ci passant du geste du pouvoir vers le peuple au sentiment du peuple envers le pouvoir. La popularité, qui allait du haut vers le bas, a pris sous la Révolution (à la suite de l’anglais) le sens moderne, qui va du bas vers le haut. Est aimé celui qui donne4.

6Mais la popularité consistait aussi et s’incarne toujours dans la propension à se fondre dans le peuple, "faire peuple", s’activer à sa rencontre, serrer des mains innombrables, embrasser les enfants, décorer les anciens, voire parler comme on croit que le peuple parle. Tous les démagogues, voire les démocrates, sont un jour ou l’autre conduits à simuler la familiarité, même ceux qui ont la distanciation naturelle. Voyez nos candidats à la présidence : l’un avait parlé créole à la télévision, l’autre joué de l’accordéon, un autre est allé jusqu’à marcher à pied, un autre enfin, champion en populisme physique, n’a jamais dédaigné les allusions salaces, tous ont risqué, un jour ou l’autre, leur petit couplet. Convivialité, dirons-nous gentiment.

7La démagogie du bouc émissaire s’efforce, elle aussi, de flatter le peuple, mais dans le sens du poil le plus épais. Elle consiste, écrivait Péguy, à "lancer le populaire, préalablement entrainé, sur une minorité habilement circonscrite". Les Juifs ont longtemps servi d’exutoire de ce type. Malheurs, pesanteurs, échecs, famines, défaites, tous les ressentiments se font accusateurs : "Il fallait dévouer [sacrifier] ce maudit animal, ce pelé, ce galeux, d’où venait tout le mal", rimait La Fontaine. Aujourdhui, ce rôle de démagogue est tenu, de toute évidence, par ceux qui désignent pour cible au mécontentement populaire l’immigré, l’étranger, l’arabe, le maghrébin, le beur. Moins évident et moins grave, mais tout aussi populiste, est réapparu dans le discours d’un présidentiable un vieux démon, bien connu des Français, qui adorent se le voir offert en pâture : l’administration, la bureaucratie, technocrates de Bruxelles puis de Paris, voire énarques et élites, bref, pour prendre les deux extrêmes du vocabulaire de ce discours, la "technostructure" et la "paperasserie". Après tout, le SMIC-Jeunes n’était, avons-nous appris pendant le récent face-à-face, qu’"un mauvais fonctionnement de l’administration, ou de la technostructure comme on voudra".

8On le voit, les ressorts de la démagogie exploitent surtout ce qui, dans l’homme, est le plus étroit, le plus à fleur de peau ou le moins généreux : l’orgueil, le chauvinisme, la culpabilité, l’intérêt personnel, la connivence, les racismes de tous poils.

9Quant à la septième plaie démagogique, celle des promesses au peuple, nous avons commencé dès cette année à en percer les mystères. Que se cachait-il derrière le "changement" promis ? Démagogie : art de manipuler les besoins, les rancunes, les désirs et les rêves.

Notes

1 Jacques Ellul, Histoire de la propagande, Paris, PUF (Coll. Que sais-je ?), 1967, p. 15.

2 Cf. Gérard Miller, Les pousse-au-jouir du Maréchal Pétain, Paris, Seuil, 1975.

3 Groupe Saint-Cloud, Présidentielle. Regards sur les discours télévisés, Paris, Nathan-INA (Coll. Médias-Recherche), 1995.

4 Voir plus loin l’article sur popularité.

Notes de fin

* Note inédite, préparée pour Libération, 1995.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540