Version classiqueVersion mobile

La France d’Antonio Gramsci

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Claude Zancarini

Une source française de la pensée économique de Gramsci

L’Histoire des doctrines économiques de Charles Gide et Charles Rist dans les Cahiers de prison

Giuliano Guzzone

Texte intégral

Je désire remercier Roberto Marchionatti, pour ses observations précieuses sur la fortune italienne de l’Histoire, Fabio Frosini, qui m’a soumis l’hypothèse que je discute dans ce texte et m’a permis de citer un travail encore inédit, et enfin Jean-Claude Zancarini, qui m’a incité à approfondir ultérieurement les textes du cahier 8 sur Machiavel, me conduisant aux résultats que j’expose dans la cinquième partie de l’article.

Considérations préliminaires

  • 1 C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, P (...)

1Que l’Histoire des doctrines économiques – écrite en collaboration par deux économistes français1, Charles Gide (1847-1932) et Charles Rist (1874-1955), et publiée en 1909 – soit à inclure dans la liste des sources de la réflexion de Gramsci sur l’économie politique classique et la critique de l’économie politique dans ses années d’incarcération, est maintenant généralement accepté par la critique. Toutefois, il n’y a pas d’unanimité parmi les chercheurs quant aux termes exacts de cette inclusion.

  • 2 Voir NT, p. 2802.
  • 3 Voir l’« Indice delle opere citate nei Quaderni. Libri e opuscoli di autori conosciuti », dans QC, (...)
  • 4 G. Mastroianni, « Gramsci e Pastore », Vico e la Rivoluzione. Gramsci e il Diamat, Pise, ETS, 1979, (...)
  • 5 F. Frosini, Gramsci e la filosofia. Saggio sui «Quaderni del carcere», Rome, Carocci, 2003, p. 146, (...)
  • 6 Sur les difficultés matérielles rencontrées pour dresser une liste exhaustive des livres consultés (...)

2Il y a fondamentalement trois positions en jeu. D’abord, la position de Valentino Gerratana, que l’on retrouve dans ses Notes sur le texte de son édition critique des Cahiers de prison (1975), est marquée par une grande prudence, car il considère l’Histoire comme un texte que Gramsci « pouvait avoir connu »2, sans préciser si cette connaissance venait des souvenirs du prisonnier ou d’une présence sur sa « table de travail ». Selon Giovanni Mastroianni, au contraire, l’absence de références à l’Histoire dans l’inventaire du Fonds Gramsci3 oblige à considérer que le prisonnier, lorsqu’il qualifiait la « méthode de Ricardo » en termes de « supposons que » (supposto che) dans le § 216 du cahier 8 (mars 1932), évoquait, sur la base de médiations non spécifiées, une lecture plus ancienne, effectuée dans les années 19204. Enfin, selon Fabio Frosini, qui s’est saisi de la question près d’un quart de siècle plus tard, l’Histoire doit être considérée comme la source effective et proche du § 216, car « Gramsci a pu le consulter à Turi »5 ; ce qui signifie que l’absence de l’exemplaire possédé par Gramsci est due à d’autres circonstances, telles que la perte possible du volume au cours des différentes vicissitudes subies par les livres de la prison ou sa cession, par l’auteur des Cahiers, à un codétenu intéressé par l’histoire des doctrines économiques6.

3Si, par ailleurs, on procède à un recensement systématique des occurrences du titre de l’Histoire, ou d’une partie de celle-ci, et des noms des économistes qui en sont les auteurs, les résultats peuvent paraître à première vue plutôt décevants, ou du moins insuffisants pour justifier une enquête plus approfondie. En fait, les noms de Gide et Rist ne sont mentionnés ensemble que dans trois notes : premièrement, le § 42 du cahier 7, écrit en novembre 1931 et consacré à l’interprétation par Croce de la loi de la valeur de Marx comme « comparaison elliptique » ; deuxièmement, le § 166 du cahier 8, simplement intitulé Graziadei, qui inaugure, à courte distance de la rédaction du texte précédent, la troisième série des Notes de philosophie ; troisièmement, le § 41 (VI) du cahier 10 (II), seconde rédaction du premier texte cité, à situer entre août et décembre 1932.

  • 7 Pour toutes les considérations relatives à la datation des Cahiers de prison, je me fonde sur la ch (...)

4Du point de vue chronologique, la présence de l’Histoire sur « le bureau » de Gramsci semble coïncider avec la phase la plus féconde et la plus originale de sa méditation sur l’économie ; si, en revanche, on garde à l’esprit que le § 41 du cahier 10 (II) reproduit fidèlement les termes de la première rédaction, au moins en ce qui concerne la référence à l’Histoire, il semble qu’on puisse limiter sa présence à une période allant de novembre 1931 à mars 19327.

5Si on les considère synoptiquement, les textes cités semblent témoigner d’un usage à la fois circonscrit et « créatif » de l’Histoire par Gramsci ; d’une part, il semble s’en tenir au caractère de manuel et « d’ouvrage de consultation » du livre de Gide et Rist ; d’autre part, il valorise les idées qui en découlent de manière fortement constructive et innovante.

  • 8 Voir B. Croce, Materialismo storico ed economia marxistica, Bari, Laterza, 1921, p. XIII, p. 32 et (...)
  • 9 Voir A. Graziadei, Sindacati e salari, Milan, L. Trevisini, 1929, p. 16 : « La théorie de la plus-v (...)
  • 10 QC 7, § 42, p. 890-891.

6En particulier, dans le texte le plus ancien du point de vue de la chronologie, le § 42 du cahier 7, Gramsci – après avoir, contre l’interprétation faite par Croce de la théorie marxiste de la plus-value comme résultat d’une « comparaison elliptique »8, utilisé l’observation d’Antonio Graziadei sur la filiation ricardienne de cette théorie et sur la compatibilité du principe du travail contenu avec une analyse scientifique sans implications critiques, pratiques et transformatrices9 – souligne que cette observation ne peut être considérée comme « satisfaisante en tout et pour tout ». Elle accentue en effet l’aspect de la continuité entre Ricardo et Marx, mais néglige la différence qui se produit pourtant dans et par cette continuité (différence qui ne consiste cependant pas dans l’arbitraire de la « comparaison elliptique », comme Croce le soutient). L’auteur des Cahiers corrige donc l’approche de Graziadei à la lumière de l’affirmation, attribuée avec une certaine certitude au manuel de Gide et Rist, selon laquelle la « théorie de la valeur-travail » – qui dans la formulation donnée par Ricardo et les « autres classiques » ne « représentait aucun danger car elle était et apparaissait comme une affirmation purement objective » – acquiert « avec Marx » une « valeur polémique, sans perdre pour autant son objectivité »10.

  • 11 C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, c (...)
  • 12 Ibid., p. 555-556.
  • 13 Ibid., p. 163-164 : « On pourrait penser qu’au préalable il serait indispensable d’exposer la théor (...)

7En ce qui concerne cette attribution, il convient de noter que dans le chapitre de l’Histoire sur Ricardo (rédigé par Gide), nous lisons exactement le contraire : « Ricardo ne fut pas très satisfait de cette explication qui consiste à ramener le capital au travail. Et en effet, pour un gros capitaliste comme l’était Ricardo, c’est une thèse qui devait le troubler singulièrement »11. Les deux auteurs reconnaissent la filiation Ricardo-Marx12, mais soutiennent aussi que la fonction de la théorie de la valeur-travail de Ricardo ne consistait pas à fonder les lois de la distribution, mais à les résumer et à les illustrer, d’ailleurs de manière imparfaite et, à la limite, aporétique13.

  • 14 G. Mastroianni, Vico e la Rivoluzione. Gramsci e il Diamat, ouvr. cité, p. 100.
  • 15 Il me l’a soumise au cours d’un échange de courrier.
  • 16 Voir C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jou (...)
  • 17 Dans lequel la référence est reproposée fidèlement et sans hésitation : voir QC 10 II, 41 VI, p. 13 (...)

8Cette absence de correspondances dans le chapitre de l’Histoire sur Ricardo peut amener14 à conclure que les citations des Cahiers étaient dues à l’évocation d’une lecture ancienne ou à la médiation de sources non identifiées. Une différente explication a été récemment avancée par Fabio Frosini15 : il a émis l’hypothèse que Gramsci, en rédigeant le § 42, a attribué par erreur au rapport Ricardo-Marx les termes utilisés par Rist pour définir le rapport Smith-Marx. C’est en effet un passage du chapitre consacré à l’économiste écossais qui situe la genèse de l’égalité entre valeur et effort dans le cadre d’une vision objective « optimiste » et « concordiste » de la société civile moderne16. Selon cette hypothèse, la rédaction du § 42 suit étroitement la lecture du chapitre sur Smith, ce qui pourrait expliquer que la formulation de la référence ne soit aucunement dubitative. Il est également plausible que Gramsci, bien qu’ayant l’Histoire avec lui à Turi, ne l’ait pas eue concrètement sur son bureau au moment de la rédaction du § 42, ce qui l’aurait empêché de vérifier l’exactitude de la référence et de reporter la citation exacte. Il ne ressent pas non plus la nécessité de contrôler la référence au moment de la réécriture du § 42 dans le cahier 1017.

9Si l’hypothèse discutée ici est correcte, Gramsci a saisi un point fondamental de l’argumentation de Gide et Rist sur la théorie classique de la valeur, à savoir la fonction catégoriquement « critique » et la connotation « pessimiste » que le principe du travail incorporé acquiert progressivement dans le passage de sa formulation originale (avec ses oscillations terminologiques ; travail comme « fondement », « cause » ou « mesure », en tant qu’expressions qui ne coïncident pas entre elles) à celle de Marx.

  • 18 QC 8, § 166, p. 1040-1041. Voir C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les P (...)

10La critique du révisionnisme de Graziadei engagée dans le § 42 du cahier 7 se poursuit au § 166 du cahier 8, dans lequel Gramsci pose comme hypothèse, sur la base d’une page du chapitre de l’Histoire sur le socialisme d’État (écrit par Rist), que la théorie de Graziadei sur le capital technique producteur de valeur dérive de Rodbertus et, à travers lui, de Saint-Simon, en identifiant donc ses racines dans la culture positiviste et dans le socialisme utopique18.

  • 19 Voir C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jou (...)
  • 20 Voir P. Jannaccone, « Scienza, critica e realtà economica », La Riforma Sociale, vol. 41, 1930, p.  (...)
  • 21 QC 8, § 216, p. 1076-1077 : « les économistes classiques ne doivent pas s’être beaucoup préoccupés (...)

11Au § 216 du cahier 8, enfin, Gramsci met en corrélation le « supposons que » – à l’origine relié par Charles Gide à la méthodologie hypothético-déductive et à la stratégie argumentative de Ricardo (le corrélat du « supposons que… » serait le « … il s’ensuit alors »19) – avec le concept de « marché déterminé », introduit par Pasquale Jannaccone dans le cadre d’une reconsidération d’un point de vue pragmatique et instrumentaliste des hypothèses de concurrence parfaite et de monopole absolu20. En effet, il les traduit tous deux dans les termes d’une théorie hégémonique de l’économie qui considère l’objectivité du fait économique comme l’effet de permanence ou de nécessité relative (auquel correspond un effet de connaissance : la constitution de l’économie politique comme savoir scientifique) de ce postulat efficace qu’est l’hégémonie réalisée, c’est-à-dire le succès obtenu par une classe dans la structuration des rapports sociaux selon un projet idéologique déterminé21.

  • 22 QC 8, § 128, p. 1018 : « La “critique” de la science économique part du concept de “l’historicité” (...)

12Les trois textes sont dès lors placés dans un horizon dominé par la critique (et l’historicisation) du révisionnisme (de Croce et de Graziadei), par la focalisation naissante de la notion d’« économie classique » et par la clarification progressive des relations entre la critique marxiste de l’économie politique et son « objet ». Le résultat obtenu par Gramsci peut être résumé comme suit : Marx a suivi les classiques en considérant l’automatisme économique comme une conséquence de certaines prémisses efficaces (la « structure fondamentale de la société », le « monopole “légal” de la propriété », les « rapports de forces »), mais, en s’en écartant, il a nié le caractère « naturel » et « éternel » de ces prémisses et il les a étudiées comme pouvant virtuellement être modifiées et dépassées par les éléments de nouveauté, variabilité et développement qui se produisent et s’accumulent dans le « marché déterminé » capitaliste22.

  • 23 Dans une récente contribution, Fabio Frosini a nommé « marqueterie » la modalité d’interaction et d (...)

13Sur la base de cette reconnaissance textuelle préliminaire, il semble possible d’établir que Gramsci a certainement entretenu un rapport direct et étroit avec sa « source », quoique dans un laps de temps circonscrit, en lien avec des sujets bien délimités et en conjonction avec d’autres sources, selon le mode de la « marqueterie »23.

14Cette première conclusion provisoire soulève au moins trois questions : d’abord, par quels canaux Gramsci a-t-il « rencontré » l’Histoire et quels aspects de celle-ci ont attiré son attention ? Ensuite, à côté des références explicites, peut-on retrouver, de façon complètement conjecturale, des références implicites à l’Histoire dans d’autres notes portant sur l’économie ? Enfin, la disparition de l’œuvre de la liste des sources qui alimentent la réflexion économique de Gramsci peut-elle être attribuée à des raisons qui, d’une part, seraient internes à l’œuvre elle-même (à ses caractéristiques qui deviennent, à un certain point, des limites) et qui, d’autre part, seraient liées à la façon dont cette réflexion est menée ? Dans les pages qui suivent, je me propose de répondre à ces trois questions.

Un « rendez-vous manqué » ? Gide et Rist en Italie dans les années 1920

  • 24 Sur la biographie et la pensée de Gide, voir J. Maitron dir., « Gide, Charles », Dictionnaire biogr (...)
  • 25 C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, o (...)
  • 26 Pour la bibliographie complète de Gide, voir G. Bourgin et G. Gaussel, « Contribution à la bibliogr (...)
  • 27 Sur l’orientation hétérodoxe de la Revue d’économie politique, voir R. Marchionatti, Economic Theor (...)
  • 28 Les informations biographiques et bibliographiques sur Rist sont tirées de W. E. Rappard, « Charles (...)
  • 29 Voir C. Gide, « Il regno della carta monetata » [1918], « La situazione finanziaria e monetaria » [ (...)
  • 30 Voir R. Michels, « Di alcune critiche mosse all’impiego dell’oro come base della circolazione e di (...)
  • 31 Voir G. Prato, « I disfattisti della lira », La Riforma Sociale, vol. 36, 1925, p. 1-17, en particu (...)

15Avant d’aborder ces questions, il peut être utile et opportun de s’attarder brièvement sur la biographie de Gide et Rist et sur la diffusion italienne de leurs œuvres, en particulier de l’Histoire, dans les année 1920. Il y a quelques différences biographiques entre le profil de Gide et celui de Rist. Charles Gide, issu d’une famille protestante, a étudié et enseigné l’économie politique après avoir reçu une formation juridique. On se souvient de lui aujourd’hui parce qu’il a animé, avec Auguste Fabre et Édouard De Boyve, le mouvement coopératif connu sous le nom d’École de Nîmes, visant à promouvoir et à encourager les coopératives de consommation, et parce qu’il a affirmé à diverses reprises le caractère central du moment associatif dans la vie économique et la nécessité de prendre les rapports établis volontairement par les hommes comme objet d’une discipline formelle distincte de – mais non incompatible avec – l’économie pure d’orientation walrassienne. Le moment pratique et le moment théorique de l’économie sociale de Gide se rejoignent sur le terrain d’une analyse particulière de la société, fondée sur la double hypothèse de l’imprévisibilité des formes institutionnelles et organisationnelles à travers lesquelles se réalise la coopération entre les hommes et de la complexité croissante qui caractérise l’évolution de la coexistence humaine dans le temps. De cette philosophie évolutive, non téléologique et non constructiviste de l’histoire, découle l’impossibilité de réaliser des transformations de l’ordre social selon des plans préétablis, dérivés de doctrines a priori, et la nécessité de choisir, parmi les institutions qui naissent spontanément de l’interaction entre les besoins sociaux et les actions des acteurs individuels, celles qui, lorsqu’on les encourage opportunément, sont susceptibles de faire progresser la société dans le sens souhaité24. À ces idées – qui, selon Gide, constituent une sorte de « troisième voie » entre le marxisme et le libéralisme – sont consacrées des pages du chapitre de l’Histoire sur Les solidaristes – qui font le point sur les distinctions entre le coopérativisme de Nîmes et d’autres courants du solidarisme français, à savoir l’aspiration à une transformation radicale et progressive, mais pacifique, de l’ordre social25 – et un grand nombre d’écrits journalistiques et de conférences26. Outre ces ouvrages, Gide est l’auteur d’un traité, les Principes d’économie politique (1883), et d’un Cours d’économie politique (1909), dont l’importance pour l’enseignement de l’économie politique, au-delà des appréciations divergentes des « spécialistes » variés, est confirmée par ses nombreuses rééditions et traductions. Enfin, il est le fondateur d’une revue économique importante et ancienne, la Revue d’économie politique (1887), dont la direction est revenue, après la mort de Gide, à Charles Rist27. Ce dernier, plus jeune que Gide d’une génération, a en commun avec lui de descendre d’une famille protestante et d’avoir eu une formation essentiellement juridique. Son parcours académique se déroule principalement dans les universités de Montpellier et de Paris. Dans les années 1920, sa compétence acquise dans le domaine monétaire l’amène à être nommé au Comité des experts de la Banque de France, dont il devient sous-gouverneur en 1926. Dans le domaine institutionnel, il s’est distingué, sur le versant pratique, par sa contribution à la stabilisation du franc (1928) par la restauration de l’étalon-or, la mise en place de contraintes quantitatives sur la circulation monétaire et la réalisation d’un budget à l’équilibre ; sur le versant théorique, par son refus ferme de la monnaie fiduciaire et par sa défense de la primauté de l’or, ainsi que par la façon dont il considère la déflation comme une condition nécessaire (réalisable par différentes méthodes) mais insuffisante pour l’assainissement de la situation monétaire (qui exige l’augmentation de la production et l’équilibre financier). L’orientation de Rist en matière monétaire, son aversion pour toute forme de « monnaie manipulée » et sa fermeture à la soi-disant « révolution keynésienne » sont attestées par son œuvre la plus connue, l’Histoire des doctrines relatives au crédit et à la monnaie depuis John Law jusqu’à nos jours (1938) et par les deux éditions de l’Histoire des doctrines économiques dont il est l’éditeur dans le second après-guerre, après la mort de Gide28. Différemment, dans les textes que Gide écrit après la Première Guerre mondiale – dont certains sont rassemblés dans un volume que Gramsci possédait : L’Europa di domani (1922) –, on trouve non seulement une aversion pour les mesures déflationnistes, mais aussi une certaine ouverture envers les systèmes fondés sur la monnaie fiduciaire29. Cette divergence est à l’origine de leur « fortune » inégale dans les débats italiens sur la crise et sur la stabilisation de la lire : Gide est en effet évoqué, avec Cassel et Knapp, parmi les défenseurs du chartalisme30 ; l’analyse de Rist se joue, au contraire, à la fois contre le « mythe de la déflation bénéfique » et contre les idées keynésiennes sur l’abandon de l’étalon-or, dans un moment où ces idées semblaient exercer sur les opinions publiques une influence croissante et menaçante31.

  • 32 Font exception certaines allusions fugaces, comme celle qui figure dans les Tesi di Lione (Thèses d (...)
  • 33 Les grandes lignes du débat – dans lequel s’opposent les économistes libéraux italiens, généralemen (...)

16L’absence d’écrits d’avant la prison expressément consacrés à la question monétaire32 empêche de reconstituer précisément les opinions de Gramsci sur la question, ou son évaluation politique des différentes options en jeu33. On peut seulement être certain qu’il n’ignorait pas les débats en cours ; par ailleurs, il n’y a aucune raison de penser que, dans ce contexte, les positions de Gide et de Rist auraient pu lui paraître plus importantes que celles de Cassel et de Keynes, d’Einaudi et de Cabiati, de Rosselli et de Griziotti. Il semble donc qu’en ce qui concerne la première moitié des années 1920, la rencontre entre Gramsci et les deux économistes français fut, dans une large mesure, un « rendez-vous manqué ».

La rencontre possible dans les années de prison : le rôle des revues économiques

  • 34 Voir L. L. Price, « Review to C. Gide, Cours d’économie politique. C. Gide et C. Rist, Histoire des (...)
  • 35 Voir V. Pareto, « Le mie idee » [1910], Scritti politici, G. Busino éd., Turin, UTET, 1974, vol. 2, (...)
  • 36 Voir V. Pareto, Trattato di sociologia generale, N. Bobbio éd., Milan, Edizioni di Comunità, 1964, (...)
  • 37 Voir M. S., « Recensione a C. Gide, C. Rist, Histoire des doctrines économiques », Giornale degli e (...)

17Les déclarations faites à la fin du paragraphe précédent peuvent être corroborées en citant un autre fait, à savoir le peu d’attention accordée par les revues économiques italiennes à l’Histoire des doctrines économiques. Si, entre 1909 et 1911, le volume écrit conjointement par Gide et Rist a eu des comptes rendus dans certaines des plus importantes revues économiques britanniques et étatsuniennes (comme l’Economic Journal et l’American Economic Review)34, en Italie, on ne trouve pas de recension dans des périodiques comme La Riforma Sociale ou le Giornale degli economisti. En 1910 Vilfredo Pareto engage, dans Il divenire sociale, une discussion avec Enrico Leone, qui aboutit à une critique sévère de l’Histoire et en particulier de l’inclusion de son œuvre dans une des deux tendances du courant hédoniste (l’école mathématique dans laquelle, outre Léon Walras, sont aussi classés Jevons, Marshall, Edgeworth, Gossen, Barone, Fisher et Bortkiewicz, l’autre tendance étant l’approche psychologique autrichienne)35. Cette critique, reprise par Pareto dans le Traité de sociologie (1916)36, est vraisemblablement évoquée dans la brève note par laquelle le Giornale degli economisti indique la deuxième édition de l’ouvrage, en rappelant la controverse qu’elle avait suscitée à son apparition et en se plaignant d’une certaine influence des « tendances théoriques » des deux auteurs sur leur reconstruction historique37. L’intervention de Pareto peut avoir contribué à limiter la circulation d’une œuvre telle que l’Histoire, qui offrait une vision de synthèse de l’économie moderne, ou néoclassique, en mettant en évidence l’unité des méthodes et des résultats plus que les spécifications et les différenciations internes, et en atténuant considérablement la discontinuité par rapport au paradigme classique.

  • 38 La revue Nuovi studi di politica, economia e diritto (Nouvelles études de politique, économie et dr (...)

18Dans la seconde moitié des années 1920, le débat économique italien enregistre quelques faits nouveaux : d’une part, les théoriciens, propagandistes et partisans du corporatisme fasciste, entreprennent un examen critique systématique de la soi-disant « économie libérale », en dénonçant ses présupposés idéologiques non dits et son incapacité structurelle à comprendre et à diriger les changements en cours dans l’économie mondiale (passage du libéralisme à l’intervention étatique, de la concurrence au monopole, de l’individualisme au contrôle social) ; d’autre part, les économistes universitaires italiens ne se limitent pas à réaffirmer le caractère « pur », c’est-à-dire apolitique, de la discipline qu’ils cultivent, mais ils se tournent vers une reconsidération de son histoire, en cherchant dans les classiques les outils nécessaires à une étude rigoureuse des aspects sociaux et institutionnels de la vie économique, en s’efforçant de ramener au sein de la tradition la « nouveauté » dont la critique corporatiste entend être le porteur et le promoteur. Deux moments de cette opposition théorique et politique méritent d’être soulignés : en premier lieu, la réponse d’Umberto Ricci à l’essai qu’Ugo Spirito avait consacré à Vilfredo Pareto, en considérant sa conversion à la sociologie comme la preuve du caractère insoutenable de son approche de l’étude scientifique du phénomène économique ; en second lieu, la réponse de Luigi Einaudi à l’article dans lequel Rodolfo Benini avait soutenu la thèse de la répugnance des économistes à l’égard du concept d’État. Ces deux discussions sont importantes parce qu’elles ont eu lieu, respectivement en 1927-1928 et 1930, dans les pages d’une revue suivie assidûment par Gramsci, les Nuovi studi di politica, economia e diritto38, et qu’elles montrent une certaine familiarité des économistes universitaires italiens avec l’Histoire des doctrines économiques, malgré l’absence de recension et de discussion dans les revues.

  • 39 U. Ricci, « La scienza e la vita », Nuovi studi di diritto, economia e politica, vol. 1, 1927-1928, (...)
  • 40 L. Einaudi, « Se esista, storicamente, la pretesa repugnanza degli economisti verso il concetto del (...)
  • 41 L’Histoire est considérée exemplaire pour l’entrelacement de la pensée économique avec la critique (...)
  • 42 L. Einaudi, « Se esista, storicamente, la pretesa repugnanza degli economisti verso il concetto del (...)
  • 43 Ibid.
  • 44 Ibid., p. 311-312.

19Voyons cela de plus près : Ricci, dans son intervention, invite son interlocuteur à lire l’Histoire, un ouvrage certainement peu suspect d’orthodoxie et de conformisme, de sorte que les pages consacrées par Gide et Rist aux physiocrates, à Smith et à Ricardo, le conduisent à revoir l’accusation de « dogmatisme » qu’il adresse aux classiques39. Einaudi, dans sa tentative de démontrer, textes en main, le caractère indéfendable de la thèse de Benini, observe au contraire que le préjugé relatif à l’anti-Étatisme des classiques a été encouragé par la tendance à représenter l’histoire des doctrines économiques comme « un champ de bataille où, tout à tour, triomphent les interventionnistes-mercantilistes, partisans de l’intervention de l’État, puis les physiocrates et les Smithiens – également appelés optimistes – opposés à l’État et aimant la liberté, eux-mêmes combattus d’abord par les différentes sectes socialistes, puis battus en brèche par les historicistes à nouveau favorables à une intervention plus ou moins intense de l’État »40. La note rédigée par Einaudi fait, de toute évidence, référence au mouvement pour ainsi dire « binaire » donné par Gide et Rist à leur reconstruction historique : le premier des cinq livres qui composent le volume traite des « fondateurs », en distinguant les physiocrates et Smith des « pessimistes » Malthus et Ricardo ; le second est consacré aux « adversaires » des classiques, c’est-à-dire aux différentes tendances socialistes de la première moitié du xixe siècle, de Sismondi et Proudhon en passant par Saint-Simon, Fourier, Owen, Blanc et List ; le troisième et le quatrième opposent les apologistes post-ricardiens du libéralisme (Bastiat, Carey, Mill) à quatre écoles dissidentes (l’école historique, le socialisme d’État, le marxisme, le christianisme social) ; le cinquième examine les doctrines récentes (hédonisme, théories de la rente différentielle, solidarisme et anarchisme). En se contentant de parcourir le sommaire du volume, on peut sentir la centralité et l’omniprésence du conflit, qui se manifeste sous différentes formes : non seulement sur le terrain des conceptions politiques générales (libéralisme/socialisme), mais aussi sur celui du jugement sur les perspectives de long terme du processus économique (optimisme/pessimisme), de la politique économique (laissez-faire/interventionnisme étatique), de la méthodologie d’investigation (abstraction/historicisme), de la conception éthique (individualisme/solidarisme)41. Selon Einaudi, une telle approche ne conduit pas à une « histoire des doctrines économiques ou de la pensée des économistes en tant que tels », mais à une « histoire des relations entre philosophie et économie politique, entre théorie politique et théorie économique, entre l’histoire en général et le comportement concret des économistes »42. Des historiens comme Gide et Rist, poursuit l’économiste piémontais, « ont imaginé qu’ils faisaient une histoire des doctrines économiques et ils ont plutôt écrit une histoire de l’influence que les idées philosophiques courantes et les circonstances politiques, économiques et sociales ont exercée sur la pensée des économistes »43. Selon Einaudi, une histoire des doctrines économiques au sens propre devrait viser à reconstruire le « processus laborieux qui a conduit à l’édifice scientifique tel qu’il existe aujourd’hui : comment, à partir de très rares théorèmes décousus […], on a réussi […] à former un schéma de plus en plus compact, cohérent et logique ». Une telle histoire n’inclurait pas « protectionnistes et libéraux, mercantilistes et physiocrates, optimistes et pessimistes, individualistes et socialistes », mais pourraient y obtenir la citoyenneté les soi-disant « hérétiques », c’est-à-dire ceux qui « en niant, en critiquant ou en blâmant les économistes de leur temps, proposèrent, par leur critique, un perfectionnement des théorèmes acceptés »44.

  • 45 L. Einaudi, « Del modo di scrivere la storia del dogma economico », La Riforma Sociale, vol. 43, 19 (...)
  • 46 Je me contenterai de rappeler que c’est avec cet article d’Einaudi que commence la rédaction du § 4 (...)

20Les interventions de Ricci et d’Einaudi font donc apparaître la caractéristique de l’Histoire qui, plus que toute autre, pouvait susciter l’intérêt de l’auteur des Cahiers : la sensibilité pour les corrélations entre philosophie, politique et économie. Cette sensibilité distingue résolument l’œuvre de Gide et Rist de l’idéal avancé par Einaudi d’une histoire des seuls « principes désormais reconnus comme vrais »45, se refusant aux excursus extra-économiques et ne s’intéressant ni aux erreurs ni aux conflits ; en outre, elle met l’Histoire en accord avec la réflexion gramscienne sur la traductibilité des langages philosophiques et scientifiques46, et elle la rend particulièrement utile dans la perspective d’un possible approfondissement des idées économiques et philosophiques des classiques et des rapports entre ces derniers et Marx (un problème qui s’était posé à Gramsci à la suite d’une relecture, au cours de l’année 1931, des essais contenus dans Matérialisme historique et économie marxiste de Croce).

  • 47 La revue Economia a vu le jour en juin 1923, avec pour sous-titre Rassegna mensile di politica econ (...)
  • 48 Voir « Opinioni degli economisti. Albert Aftalion, Mario Alberti, André Andréades, Maurice Ansiaux, (...)
  • 49 Ibid., p. 297-306.
  • 50 G. Arias, « La crisi e i giudizi degli economisti », Economia, vol. 7, 1931, p. 315-326. Voir QC 6, (...)
  • 51 Je me réfère à la conception de la crise comme une « époque de bouleversements sociaux », suggérée (...)
  • 52 Voir A. De Pietri Tonelli, « Recensione a C. Gide, Le coopérativisme », Rivista di politica economi (...)

21À côté de ces médiations possibles, il convient de mentionner la participation de Charles Gide au questionnaire sur les causes de la crise préparé par le périodique Economia47 et soumis à un groupe d’économistes italiens et étrangers. La réponse de Gide n’est pas particulièrement complexe : il souligne surtout les obstacles à la libre circulation des marchandises, des capitaux et des personnes48. Et, de fait, Gramsci n’y consacre pas autant d’attention qu’à la réponse de Jannaccone49 et au commentaire final de Gino Arias50. Cependant, on ne peut exclure que le « scepticisme » déclaré par Gide sur « l’existence d’une “loi de la crise” et la possibilité de formuler une théorie de la crise » ait encouragé l’auteur des Cahiers dans sa tentative de problématiser et de surmonter le concept de « crise » déduit d’une lecture orthodoxe du matérialisme historique et qu’il utilise encore dans la première série des Notes de philosophie51. Enfin, il convient de signaler une série de comptes rendus que La Riforma Sociale et la Rivista di politica economica ont consacré, entre 1928 et 1931, à certains ouvrages, récents ou récemment réédités, de Gide et Rist, sans toutefois mentionner leur travail commun d’historiens des doctrines économiques52.

L’utilisation « implicite » de l’Histoire dans les Cahiers : caractères et évolutions de l’économie classique

22Pour en venir enfin à l’utilisation implicite possible de l’Histoire par Gramsci, je voudrais m’attarder sur trois notes, écrites entre mai et juin 1932 : dans cet ordre, § 32 du cahier 9 et § 9 et 23 du cahier 10 (II).

  • 53 QC 9, § 32, p. 1115 : « Toute l’activité économique d’un pays ne peut être jugée que par rapport au (...)

23Le § 32 n’est pas parmi les plus fréquemment analysés : il a pour objet, d’une part, la critique du « nationalisme économique » fasciste et de la planification corporative, considérés comme des formes de néo-mercantilisme, pour leur prétention à restreindre les importations et à favoriser l’accumulation de réserves d’or ou de devises étrangères ; d’autre part, la réaffirmation de la théorie du commerce extérieur de Ricardo, fondée sur les coûts comparés, qui reflète au contraire la réalité d’une mondialisation toujours plus intégrée et plus interdépendante53.

  • 54 QC 9, § 99, p. 1161.

24Pour résumer, Gramsci soutient qu’un « “bilan” purement national de l’économie », indépendamment de l’ensemble des rapports économiques internationaux, est impossible ; au contraire, ce sont ces rapports qui définissent les conditions de possibilité et les prémisses réalistes de la programmation économique : « La personnalité nationale (comme la personnalité individuelle), souligne Gramsci dans un texte chronologiquement proche, est une abstraction en dehors du lien international (et social). La personnalité nationale exprime un “distinct” de l’ensemble international, donc elle est liée aux rapports internationaux »54.

  • 55 Voir R. Bachi, « Effetti delle fluttuazioni nel potere d’acquisto dell’oro sulla vita economica del (...)
  • 56 Sur les deux théories classiques, celle de Smith et celle de Ricardo, du commerce international, vo (...)
  • 57 Par exemple, à travers la littérature libérale : voir U. Ricci, « La scienza economica e il protezi (...)
  • 58 QC 9, § 32, p. 1115-1116 : « Si le blé dans un pays est produit à un prix élevé, les marchandises i (...)

25Si l’assimilation de la politique économique du fascisme au mercantilisme est redevable à la critique libérale et social-démocrate55, le cadre de la théorie du commerce extérieur de Ricardo est vraisemblablement transmis par les pages de Gide et Rist56, même si on ne peut exclure que Gramsci ait déjà connu les grandes lignes de cette théorie avant même de lire l’Histoire, par d’autres sources57. Il est vrai que, dans ce texte, l’auteur des Cahiers parle d’« excédent exporté », en évitant de peu la rechute dans une perspective proche de celles du mercantilisme et des smithiens. Toutefois, l’exemple du blé qu’il donne à la fin du paragraphe58 montre qu’il a bien à l’esprit le principe selon lequel le coût relatif de production détermine ce que l’on produit à l’intérieur, même en plus grande quantité que les besoins de la consommation, et ce qu’en revanche on importe de l’étranger. De ce point de vue, ce que nous voyons au § 32 est une relecture de la théorie ricardienne à la lumière de l’analyse des rapports de forces nationales et internationales.

  • 59 QC 10 II, § 9, p. 1246-1248. Pour un commentaire particulièrement proche de ce texte, attentif au t (...)
  • 60 Voir F. Frosini, « Leggi di tendenza », Dizionario Gramsciano. 1926-1937, G. Liguori et P. Voza éd. (...)
  • 61 Voir A. Smith, La ricchezza delle nazioni, A. Biagiotti et T. Biagiotti éd., Turin, UTET, 1996, p.  (...)
  • 62 Voir J. S. Mill, « Sulla definizione di economia politica e sul metodo d’indagine ad essa appropria (...)

26Contrairement au § 32 du cahier 9, commenté jusqu’à présent, le § 9 du cahier 10 (II) est peut-être l’un des plus débattus par la critique : dans ces lignes, d’une part, un « nouveau concept d’immanence » est défini, sur la base de la célèbre équation « philosophie de la praxis = Hegel + David Ricardo » ; et d’autre part apparaît l’identification de la « loi de tendance », du « marché déterminé » et de « l’homo-oeconomicus », concepts fondamentaux des sciences économiques, riches de significations philosophique et méthodologique59. Dans ce texte donc, la redéfinition du statut de la philosophie et la pensée de la nécessité économique comme nécessité relative (à travers le réseau marché déterminé – « supposons que » – loi de tendance) se tiennent et s’éclairent mutuellement. Ce sur quoi nous devons insister ici, c’est le rapprochement, réalisé par Gramsci, entre l’économie politique classique et le concept d’homo oeconomicus : à la différence, en effet, du rapprochement du nom de Ricardo aux concepts de « loi de tendance » et de « marché déterminé », qui trouve un précédent chronologique et logique au § 216 du cahier 860, la corrélation entre économie classique et homo oeconomicus est fortement novatrice. Elle n’est pourtant pas sans fondement : bien que l’introduction de l’expression latine soit postérieure, le concept est implicite dans le motif smithien du self-interest61, et explicite dans la célèbre définition que donne John Stuart Mill de l’économie politique62.

  • 63 U. Spirito, « Prime linee di una storia delle dottrine economiche », Nuovi studi di diritto, econom (...)
  • 64 C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, o (...)
  • 65 QC 10 II, § 15, p. 1253-1254.

27À mon avis, on peut identifier deux sources de cette association : d’une part, l’essai Prime linee di una storia delle dottrine economiche d’Ugo Spirito, dans laquelle l’homo oeconomicus, compris comme représentation schématique de l’individu utilitaire et égoïste, est au centre d’une relecture hyper-continuiste des rapports entre classiques et post-classiques63 ; d’autre part, l’Histoire, qui souligne la traductibilité mutuelle entre le self-interest classique et le principe hédoniste néoclassique, tout en rejetant à plusieurs reprises son assimilation au pur et simple égoïsme et en acceptant sa qualification dans les termes smithiens de la prudence64. Il convient de noter, pour éviter tout malentendu, que Gramsci n’accepte de ces textes que l’hypothèse continuiste, et non le contenu attribué à la catégorie d’homo oeconomicus : à son avis, en effet, cette catégorie ne découle pas d’un discours sur la plus ou moins grande complexité de la nature humaine, mais de l’abstraction et de la formalisation des comportements économiques individuels qui prévalent dans une disposition déterminée des rapports sociaux : dans cette perspective, elle devient un concept coextensif à celui de « marché déterminé »65.

28C’est dans la même direction, c’est-à-dire dans le sens d’une solution continuiste du problème des relations entre école classique et paradigmes post-classiques, que va le § 23, dont voici le passage qui nous intéresse au premier chef :

  • 66 QC 10 II, § 23, p. 1261.

Pour l’économie classique, en revanche, ce qui est important n’est pas le concept abstrait et scientifique de valeur (qu’elle tente d’atteindre par une autre voie, mais seulement à des fins formelles, d’un système harmonique logiquement-verbalement, et qu’elle atteint, ou croit atteindre, à travers des recherches psychologiques, avec l’utilité marginale), mais le concept concret et plus immédiat de profit individuel ou d’entreprise ; voilà pourquoi a de l’importance l’étude de la dynamique du « travail socialement nécessaire » qui adopte différentes approches théoriques – la théorie des coûts comparés, l’équilibre économique statique et dynamique. Pour l’économie critique, le problème intéressant commence après que le « travail socialement nécessaire » a déjà été établi dans une formule mathématique ; pour l’économie classique au contraire, tout l’intérêt est dans la phase dynamique de la formation du « travail socialement nécessaire » local, national et international et dans les problèmes que les différences des « travaux analytiques » posent dans les différentes phases de ce travail. C’est le coût comparé, c’est-à-dire la comparaison du travail « particulier » cristallisé dans les différentes marchandises, qui intéresse l’économie classique.66

  • 67 Voir NT, p. 2875 : « Gramsci utilise généralement le terme “économie classique” dans un sens très l (...)
  • 68 Sur la connaissance par Gramsci des Principii di economia pura de Pantaleoni malgré l’absence de ré (...)
  • 69 Voir M. Pantaleoni, Principii di economia pura, Milan, Fratelli Treves, 1931, p. 192, note 1 : « Le (...)
  • 70 Voir C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jou (...)
  • 71 Voir U. Spirito, « Prime linee di una storia delle dottrine economiche », art. cité, p. 22, p. 23-2 (...)
  • 72 L. Einaudi, « Costo di produzione, leghe operaie e produzione di nuovi beni per eliminare la disocc (...)

29Il est évident, même à une lecture superficielle, que dans ce texte, Gramsci travaille avec une notion assez large et presque « éclectique »67 de « l’économie classique », dans laquelle on peut reconnaître différents paradigmes : la political economy de Ricardo, l’économie pure de Pantaleoni et l’équilibre économique général (dans la formulation due à Pareto). Leur dénominateur commun, selon ces lignes, est constitué par le couple profit-utilité, dans le domaine duquel le travail figure comme un élément de coût ou de sacrifice à minimiser. Gramsci a probablement été amené à cette conclusion par différentes sources. En premier lieu par les Principii di economia pura de Maffeo Pantaleoni,68 où est formulée l’« identité substantielle » entre la théorie ricardienne des coûts comparatifs et la théorie pure de la valeur d’échange fondée sur la comparaison entre les degrés finaux d’utilité69. En deuxième lieu, par l’Histoire70 et par l’essai de Spirito déjà mentionné, les Prime linee di una storia delle dottrine economiche71, qui, comme dit précédemment, soulignent, avec des accents différents, la continuité entre self-interest et principe hédoniste. En troisième lieu, par Einaudi, qui, dans un essai de 1932, donne une interprétation du coût de production en termes d’évaluations subjectives : « le coût de production est […] “le coût auquel un homme pense qu’il vaut la peine de produire une marchandise” » ; il peut être réduit à « une succession de profits dont bénéficient les producteurs de nourriture, de matières premières et d’instruments, dont la quantité dépend des désirs ou des nécessités imaginaires des diverses classes de travailleurs »72.

  • 73 C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, o (...)

30L’approche hyper-continuiste issue de cette imbrication des sources est cependant problématique car l’écart entre l’école classique et la soi-disant « révolution néoclassique » ne concerne pas seulement le lexique et l’appareil catégoriel, mais aussi et surtout l’usage de l’abstraction : c’est là un point dont Gide et Rist ont l’intuition – en parlant, à propos de la reprise de l’homo oeconomicus, de la généralisation et simplification des hypothèses classiques de la part des « hédonistes »73 – mais qu’ils n’explicitent pas. Ce caractère problématique ne tarde pas à attirer l’attention de Gramsci, en le poussant à approfondir, dans les semaines suivantes, les rapports historiques et logiques existant entre économie classique, économie critique et économie pure, avec des résultats qui, à mon avis, sont condensés dans une variante apportée au § 128 du cahier 8 lors de sa réécriture dans le cahier 11, fin 1932 :

  • 74 QC 11, § 52, p. 1477-1478 (je souligne).

Le savant [de l’économie politique] a, comme hypothèse, rendu absolu l’automatisme lui-même, il a isolé les faits purement économiques des combinaisons plus ou moins importantes dans lesquelles ils se présentent réellement, il a établi des relations de cause à effet, de prémisse et de conséquence et ainsi il a donné un schéma abstrait d’une société économique déterminée (à cette construction scientifique réaliste et concrète est venue par la suite se surajouter une nouvelle abstraction plus généralisée de « l’homme » comme tel, « anhistorique », générique, abstraction qui est apparue comme la « vraie » science économique).74

31En d’autres termes, les économistes classiques ont étudié les faits économiques correspondant à une forme donnée de société, en la considérant comme naturelle, éternelle et immuable ; les économistes purs ont fait un pas de plus, en incluant les besoins et les actes économiques correspondants, propres à cette société déterminée, dans le cadre des activités et des actions que « l’homme en général » réalise en tout lieu et de tout temps pour sa propre conservation.

  • 75 NT, p. 2875.

32Pour conclure ce bref examen, je crois que l’on peut affirmer, avec de bons fondements, que l’usage implicite de l’Histoire dans les Cahiers, si elle a effectivement lieu, concerne surtout l’approfondissement des idées économiques et philosophiques des classiques. Gramsci se propose, d’une part, de les soustraire à la critique de matrice corporatiste et de réaffirmer ainsi leur inspiration historiciste, reprise et développée par la Critique de l’économie politique ; d’autre part, de résoudre en sens continuiste le problème des relations entre école classique et paradigmes postclassiques. En ce cas aussi, l’Histoire n’est pas la source exclusive, mais un élément, qui est loin d’être secondaire, de l’entrelacement des sources que Gramsci utilise dans sa méditation économique. D’ailleurs, l’auteur des Cahiers expérimente, dans les textes commentés jusqu’à présent, la difficulté d’inclure, dans la notion d’« économie classique » qu’il a mise au point dans le cahier 8, les développements post-ricardiens de la science économique. Il n’est donc pas surprenant que l’option continuiste explorée en mai-juin 1932 ait rapidement été abandonnée au profit d’une étude rapprochée et différentielle de l’économie critique et de l’économie pure, considérées dans leurs relations de continuité et de discontinuité avec l’économie classique. Il n’est pas non plus surprenant que, parallèlement à cet abandon, on assiste à l’éclipse progressive de l’Histoire et à l’émergence de nouvelles sources (les Principes d’économie pure de Pantaleoni déjà mentionnés ; le Précis d’économie politique de Lapidus et Ostrovitianov, cité pour la première fois justement au § 2375).

Une limite de l’Histoire : l’incompréhension de la physiocratie

  • 76 Voir G. Arias, « Il pensiero economico di Niccolò Machiavelli », Annali di economia, vol. 4, 1928, (...)

33À côté de cette raison interne au déroulement de la méditation de Gramsci sur l’économie, la disparition progressive de l’Histoire de la « table de travail » de Gramsci a aussi, à mon avis, une raison interne à l’œuvre elle-même, qui peut être clarifiée en se tournant vers la lecture d’un texte du cahier 8, § 78 (mars 1932). C’est un texte très célèbre : Gramsci réfléchit, à partir d’un article de Gino Arias dont il n’a encore qu’une connaissance indirecte76, sur les idées économiques de Machiavel, en se demandant si sa formulation « militaire » du « programme » et de la « tendance » à relier ville et campagne présupposait un horizon encore mercantiliste ou si son jacobinisme précoce impliquait une anticipation d’aspects physiocratiques. Au sujet du lien entre école physiocratique et jacobinisme, Gramsci écrit :

  • 77 QC 8, § 78, p. 985.

Il ne me paraît pas juste d’affirmer que les physiocrates ont représenté les purs et simples intérêts agricoles : ils représentaient la bourgeoisie dans une phase déjà développée et plus encore comme organisatrice d’une société future bien plus complexe que celle de l’époque : ils ne représentaient certainement pas le système corporatif et mercantiliste, etc. Historiquement, les physiocrates représentent justement la rupture avec le corporatisme et l’élargissement à la campagne de l’activité économique capitaliste : leur « langage » est lié au temps, et exprime le contraste immédiat entre ville et campagne.77

  • 78 Voir C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jou (...)
  • 79 K. Marx, Histoire des doctrines économiques, K. Kautsky éd., J. Molitor trad., vol. I : Depuis les (...)

34La thèse critiquée par Gramsci, relative au lien entre la physiocratie et les intérêts agricoles, n’est pas présente dans les deux sources dont il tire vraisemblablement la nouvelle de la publication de l’essai d’Arias et les informations sur son contenu : le compte rendu de Ferri dans I libri del giorno et la recension des essais machiavéliens rédigée par Battaglia pour Nuovi studi. Il est en revanche probable que l’auteur des Cahiers la déduise des pages initiales de l’Histoire des doctrines économiques. Dans le premier chapitre du premier livre, en effet, on retrouve à la fois la distinction entre les idées physiocratiques et celles de Rousseau (en ce qui concerne l’ordre dit « naturel ») et l’affirmation selon laquelle « les Physiocrates ont fortement défendu la propriété foncière »78. À cette interprétation, Gramsci semble opposer une lecture convaincue du système physiocratique comme représentation de la « nouvelle société capitaliste s’installant dans le cadre de la société féodale » et dans le contexte d’un « pays surtout agricole »79. De plus, il souligne la correspondance entre les idées économiques des Physiocrates et la pensée politique de Rousseau, aussi bien que leur importance pour la formation du mouvement jacobin. Si, d’autre part, Gramsci apparaît, dans ce texte, encore assez sceptique quant à la capacité de Machiavel à transcender l’horizon du mercantilisme, la note suivante, § 162 (avril 1932) semble défaire le nœud, puisqu’il écrit :

  • 80 QC 8, § 162, p. 1039.

Si l’on prouve que Machiavel tendait à susciter des liens entre ville et campagne et à élargir la fonction des classes urbaines au point de leur demander de se dépouiller de certains privilèges féodaux-corporatifs vis-à-vis de la campagne, afin d’incorporer les classes rurales dans l’État, on démontrera aussi que Machiavel a implicitement dépassé en idée la phase mercantiliste et a déjà des aspects de caractère « physiocratique », c’est-à-dire qu’il pense à un environnement politico-social qui est celui qui est présupposé par l’économie classique.80

  • 81 GSL, p. 990. Dans sa lettre à Gramsci, Tania retranscrit fidèlement, comme en d’autres circonstance (...)
  • 82 NT, p. 2716, p. 2791-2792, p. 2807 ; G. Arias, « Il pensiero economico di Niccolò Machiavelli », ar (...)
  • 83 Une référence à l’étude de Tangorra se trouve dans la lettre de Tania Schucht du 27 avril 1932 et d (...)
  • 84 Voir GSL, p. 992-994.
  • 85 Au § 162, Gramsci insère l’annotation suivante : « Il semble que Chabod, dans certains de ses écrit (...)
  • 86 Voir G. Arias, « Politica ed economia in Niccolò Machiavelli », Educazione fascista, vol. 7, 1929, (...)
  • 87 Voir L. Einaudi, « Di un quesito intorno alla nascita della scienza economica », La Riforma Sociale(...)
  • 88 QC 8, § 162, p. 1038 : « le mercantilisme est une [pure et simple] politique économique, puisqu’il (...)
  • 89 Voir QC 8, § 216, p. 1076-1078 ; QC 8, § 128, p. 1018.
  • 90 Sur ce point, voir L. Calabi, « Gramsci e i classici dell’economia », art. cité, p. 162.
  • 91 QC 13, § 13, p. 1575-1576.
  • 92 K. Marx, Histoire des doctrine économiques, vol. I, ouvr. cité, p. 54-56.
  • 93 C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, o (...)

35Il est important d’observer que, selon Gerratana, Gramsci, au moment de la rédaction du § 162, a déjà reçu et lu le tiré à part de l’essai d’Arias, envoi dont Tania Schucht l’avait averti par sa lettre du 27 avril 193281 : de ce point de vue, Gerratana considère comme symptomatique le fait que Gramsci fasse référence à la contribution de Vincenzo Tangorra, qui constitue l’antécédent historique et le principal interlocuteur d’Arias82. Toutefois, ni cette référence83 ni la réponse de Gramsci, du 2 mai 193284, ne peuvent attester, de manière incontestable, que le tiré à part est arrivé avant la rédaction du § 162 : il y a même des raisons de supposer le contraire et de croire que, à la base de la rédaction du § 162, il existe une troisième source, non encore identifiée85. En tout cas, la lecture de l’essai d’Arias (ou de sa refonte, publiée dans Educazione fascista86) n’est pas décisive pour la conclusion à laquelle Gramsci est parvenu au § 162 : en fait, il n’entend pas affirmer que les idées économiques de Machiavel peuvent être qualifiées de « physiocratiques », mais que sa pensée politico-militaire (fondée sur le rapprochement entre ville et campagne) peut et doit trouver sa traduction dans le langage économique du système physiocratique (dans la mesure où il a pour objet la production et la reproduction d’un surplus). Cette conclusion est soutenue, d’une part, par les essais d’Einaudi et de Ruini (M. R. Buccella), qui attirent l’attention, respectivement, sur l’impossibilité d’identifier Botero, malgré son « énonciation » de la « théorie de la richesse-travail », comme l’initiateur de la science économique moderne (comprise, à la façon de Smith, comme recherche sur la nature et les causes de la richesse)87 et sur le caractère de « politique économique » du mercantilisme en général88 ; d’autre part, par la mise au point du concept de « marché déterminé »89 à partir duquel il est possible de penser la « fusion »90 de la pensée économique dans la pensée politique générale, c’est-à-dire la traductibilité entre une idéologie politiquement expansive et efficace, qui a démontré sa propre vérité en révolutionnant les rapport sociaux, et la science qui traduit en lois et en concepts abstraits ses effets historiques qui font époque (la généralisation de l’activité économique finalisée à la production d’un surplus). Ce n’est pas un hasard si, en transcrivant le § 78 dans le cahier 13 (après mai 1932), Gramsci s’écarte en premier lieu de la trace suivie par Arias dans son essai (qu’il a probablement lu à cette date), en écrivant que son but n’est pas de recenser les idées économiques de Machiavel, mais de vérifier si son « langage essentiellement politique » peut « se traduire » dans les termes d’un « système économique » déterminé. Il explicite en second lieu sa propre interprétation de la physiocratie comme « phase » préparatoire de l’économie classique, en ajoutant, par rapport à la première rédaction, une référence à l’incompatibilité entre la formule du laissez faire, laissez passer et la défense des intérêts de la propriété foncière91, non sans accord avec les pages de l’Histoire des doctrines économiques92 de Marx sur le système physiocratique, mais en prenant absolument ses distances avec la déclaration selon laquelle « le libéralisme des Physiocrates est inspiré par l’intérêt de l’agriculture »93. Un examen attentif des textes consacrés à Machiavel, premier jacobin italien, et à la constellation mercantilisme-physiocratie-économie classique révèle, à mon avis, que dès le printemps 1932, Gramsci a perçu une limite de l’Histoire des doctrines économiques, à savoir l’incompréhension de la physiocratie. Cette limite incite probablement Gramsci à ne plus avoir recours au manuel français. Mais c’est, selon toute probabilité, l’insuffisance du chapitre consacré par Gide à Marx – chapitre dans lequel ne sont traitées de façon approfondie ni la théorie de la valeur ni la loi de la baisse tendancielle du taux de profit – qui détermine, après juin 1932, son oubli définitif. De ce point de vue, il ne fait aucun doute que l’Histoire des doctrines économiques a inclus Marx dans une histoire économique au prix d’une exposition réellement réductrice et partielle de sa pensée.

Observations finales

36L’enquête réalisée dans les pages précédentes peut être résumée en quelques points de conclusion. En premier lieu, on ne peut exclure de façon indiscutable la possibilité d’une lecture gramscienne de l’Histoire dans les années 1920, avant son arrestation ; toutefois, si une telle lecture a eu lieu, elle n’a par ailleurs laissé aucune trace qui nous permettrait de la documenter de façon tout aussi irréfutable. En second lieu, on peut supposer que Gramsci est entré en contact avec le volume controversé pendant ses années d’emprisonnement grâce aux revues, mais l’exactitude et la précision de la référence présente dans le § 166 du cahier 8 nous poussent à croire, avec une certaine vraisemblance, qu’il s’est agi d’une rencontre « directe », c’est-à-dire que Gramsci avait effectivement avec lui à Turi le volume de Gide et Rist, même si l’exemplaire qu’il a utilisé ne figure pas aujourd’hui parmi les livres de prison. En troisième lieu, on peut limiter à la période comprise entre novembre 1931 et juin 1932 l’utilisation par Gramsci de l’Histoire, qui est presque toujours valorisée en synergie avec d’autres sources. En quatrième lieu, on peut établir, avec une certaine fiabilité, que Gramsci avait déjà développé des doutes sur l’Histoire au printemps 1932 ; cependant, c’est le cours de sa réflexion économique à partir de juin 1932 qui explique la mise de côté progressive de l’Histoire et la recherche de nouvelles « sources ». En résumé, il semblerait que l’Histoire ait été une source parmi bien d’autres, utile dans une période caractérisée par le cadrage laborieux de la notion d’« économie classique », mais décisive pour la rédaction de deux textes seulement, l’un et l’autre dans le cahier 8 : le § 78, dans lequel elle semble cependant faire l’objet de critiques, et le crucial § 216 d’où la présente enquête est partie et auquel il semble opportun de revenir pour fermer le cercle.

Notes

1 C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, Paris, Librairie de la Société du Recueil Sirey et du Journal du Palais, 1909. Les chapitres de l’Histoire ont été rédigés séparément par les deux auteurs sur la base d’une division des tâches qui n’a pas empêché une singulière cohérence des résultats, comme cela a été souligné par W. E. Rappard, « Charles Rist (in memoriam) », Kyklos, vol. 7, no 4, 1954, p. 317-322, voir en particulier p. 318-319. L’ouvrage a connu une ample fortune éditoriale, et pas seulement en France. Il a été réédité six fois (quatre fois entre 1913 et 1926, du vivant des deux auteurs ; deux fois après la mort de Gide, en 1945 et 1947) ; il a été traduit en russe, en anglais, en allemand, en thèque, en polonais et en serbe, de 1910 à 1921.

2 Voir NT, p. 2802.

3 Voir l’« Indice delle opere citate nei Quaderni. Libri e opuscoli di autori conosciuti », dans QC, p. 3052 ; G. Carbone, « I libri del carcere di Antonio Gramsci », Movimento operaio, vol. 4, 1952, p. 640-689, voir en particulier p. 651-681. L’inventaire du Fonds Gramsci est également disponible en ligne ; pour les monographies, voir la page suivante : http://www.fondazionegramsci.org/categoria/agmono/?ap=a.

4 G. Mastroianni, « Gramsci e Pastore », Vico e la Rivoluzione. Gramsci e il Diamat, Pise, ETS, 1979, p. 93-115, voir en particulier p. 98-100.

5 F. Frosini, Gramsci e la filosofia. Saggio sui «Quaderni del carcere», Rome, Carocci, 2003, p. 146, note 58 ; P. Thomas, The Gramscian Moment. Philosophy, Hegemony and Marxism, Boston / Leyde, Brill, 2009, p. 357.

6 Sur les difficultés matérielles rencontrées pour dresser une liste exhaustive des livres consultés par Gramsci en prison, voir G. Carbone, « I libri del carcere di Antonio Gramsci », art. cité, p. 648-650.

7 Pour toutes les considérations relatives à la datation des Cahiers de prison, je me fonde sur la chronologie esquissée par Francioni et perfectionnée par Cospito : voir G. Cospito, « Verso l’edizione critica e integrale dei Quaderni del carcere », Studi Storici, vol. 52, 2011, p. 881-904, en particulier p. 896-904 ; G. Francioni, L’officina gramsciana. Ipotesi sulla struttura dei «Quaderni del carcere», Naples, Bibliopolis, 1984, p. 140-146.

8 Voir B. Croce, Materialismo storico ed economia marxistica, Bari, Laterza, 1921, p. XIII, p. 32 et note 1, p. 68-71, p. 111, p. 142.

9 Voir A. Graziadei, Sindacati e salari, Milan, L. Trevisini, 1929, p. 16 : « La théorie de la plus-value de Marx constitue une déduction rigoureuse de la théorie de la valeur de Ricardo » ; « le grand économiste anglais, du fait de sa qualité de banquier, de sa classe sociale à laquelle il resta toujours lié, et aussi de l’époque où il écrivit, n’a jamais pensé et ne pouvait penser à une société différente de celle dans laquelle il vivait. Pour Ricardo, l’économie capitaliste […] se présentait comme la seule économie rationnelle et possible ».

10 QC 7, § 42, p. 890-891.

11 C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, cinquième édition revue et corrigée, Paris, Librairie du Recueil Sirey (Société anonyme), 1926 (nouveau tirage du 1929).

12 Ibid., p. 555-556.

13 Ibid., p. 163-164 : « On pourrait penser qu’au préalable il serait indispensable d’exposer la théorie de la valeur dans Ricardo, d’autant plus que cette théorie de la “valeur-travail” a pris une grande place dans l’histoire de la valeur et a préparé la voie à la théorie marxiste de la plus-value, base de tout le socialisme contemporain. Néanmoins nous nous contenterons de parler de sa théorie de la valeur incidemment là où elle se lie aux lois de la répartition. Et en cela nous nous autoriserons de Ricardo lui-même, car il dit : “Après tout, la grande question de la rente, du salaire et du profit doit être élucidée par les proportions dans lesquelles le produit total est partagé entre le propriétaire, les capitalistes et les travailleurs et qui ne sont pas nécessairement liées à la doctrine de la valeur”. Ricardo n’a nullement commencé par élaborer une doctrine de la valeur pour en déduire les lois de la répartition, mais c’est seulement après avoir découvert ou cru découvrir ces lois de la répartition qu’il a cherché à les synthétiser dans une théorie de la valeur. L’idée qui l’a hanté toute sa vie, celle de la terre exigeant un travail croissant, lui a sans doute suggéré celle que le travail était “le fondement” ou “la cause” ou “la mesure” – il hésite sans cesse entre ces trois expressions qui sont bien loin d’être concordantes – de la valeur. Il faut avouer d’ailleurs que la théorie de la valeur de Ricardo est loin d’être celle qui donne le mieux sa mesure : en face de cette terrible question ce vigoureux esprit n’a pas été plus heureux que ses prédécesseurs. Il a déclaré à diverses reprises, et a reconnu lui-même peu de temps avant sa mort avec une candeur qui lui fait honneur, qu’il avait échoué dans ses tentatives pour expliquer la valeur ».

14 G. Mastroianni, Vico e la Rivoluzione. Gramsci e il Diamat, ouvr. cité, p. 100.

15 Il me l’a soumise au cours d’un échange de courrier.

16 Voir C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, ouvr. cité, p. 88-89 : « Il lui semble impossible que ces fluctuations perpétuelles traduisent la valeur vraie de la marchandise. Cette valeur ne saurait varier d’un instant à l’autre ou d’un endroit à l’autre. Il s’agit donc de découvrir, sous la mobilité des prix, de marché, un autre prix, que Smith appellera tantôt le prix “réel”, tantôt le prix “naturel”. […] La première hypothèse à laquelle Smith s’arrête, c’est que la valeur vraie d’une marchandise est déterminée par le travail, par l’effort qu’elle a coûté à produire. […] Ainsi le travail, c’est-à-dire la peine consacrée à la production d’un objet, est à la fois l’origine et la mesure de sa valeur d’échange. Voilà donc formulée par le “père de l’économie politique” la théorie qui voit dans le travail, dans l’effort humain, la cause de la valeur (comme si l’on pouvait parler d’une “cause de la valeur !”) et qui va fournir à Karl Marx ses arguments les plus décisifs contre le capitalisme ».

17 Dans lequel la référence est reproposée fidèlement et sans hésitation : voir QC 10 II, 41 VI, p. 1311.

18 QC 8, § 166, p. 1040-1041. Voir C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, ouvr. cité, p. 504, note 2 ; comme l’a noté Gerratana (NT, p. 2809), la référence contenue dans cette note est la plus précise et la plus complète, car elle indique l’édition, la réimpression et le nombre de pages. Gramsci était déjà allé dans cette direction au moment de la rédaction du premier cahier : QC 1, § 63, p. 74-75.

19 Voir C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, ouvr. cité, p. 161 : « Sa méthode hypothétique, avec les “supposons que…” qui reviennent sans cesse et sont comme sa marque de fabrique, rendent la lecture très fatigante. Cette méthode abstraite a cependant donné à la science une impulsion prolongée et revit aujourd’hui dans l’école mathématique ».

20 Voir P. Jannaccone, « Scienza, critica e realtà economica », La Riforma Sociale, vol. 41, 1930, p. 521-528, en particulier p. 524 : « dans la science économique, les deux expressions de libre concurrence et de monopole ne sont que deux formules pour désigner synthétiquement le concours d’un certain nombre de conditions, dont la présence rend le marché déterminé ».

21 QC 8, § 216, p. 1076-1077 : « les économistes classiques ne doivent pas s’être beaucoup préoccupés de la question “métaphysique” du déterminisme et toutes leurs déductions et calculs sont basés sur l’hypothèse du “supposons que”. Qu’est-ce que ce “supposons que” ? Jannaccone, en faisant dans la Riforma Sociale la recension du livre de Spirito, définit le “supposons que” comme un “marché déterminé”, ce qui est juste selon le langage des économistes classiques. Mais qu’est-ce que le “marché déterminé” et par quoi est-il précisément déterminé ? Il sera déterminé par la structure fondamentale de la société en question et alors il faudra analyser cette structure et identifier les éléments [relativement] constants qui déterminent le marché etc., et les autres, “variables et en développement”, qui déterminent les crises économiques jusqu’à ce que les éléments [relativement] constants soient eux aussi modifiés et qu’il y ait une crise organique ». Pour le passage de la question du rapport entre les prémisses et les conséquences d’une procédure hypothético-déductive à la méditation sur les prémisses réelles et institutionnelles du fait économique (et de la science qui l’étudie) voir avant tout K. Marx, Misère de la philosophie. Réponse à la Philosophie de la misère de M. Proudhon [1847], Œuvres. Économie I, M. Rubel éd., Paris, Gallimard, 1963, p. 1-136, en particulier p. 25 : « Ricardo prend son point de départ dans la société actuelle, pour nous démontrer comment elle constitue la valeur » ; p. 123 : « Ricardo, après avoir supposé la production bourgeoise comme nécessaire pour déterminer la rente, l’applique néanmoins à la propriété foncière de toutes les époques et de tous les pays. Ce sont là les erreurs de tous les économistes, qui représentent les rapports de la production bourgeoise comme des catégories éternelles » (je souligne). Gramsci lisait ces extraits dans K. Marx, Miseria della filosofia. Risposta alla Filosofia della miseria del Sig. Proudhon, dans K. Marx, F. Engels et F. Lassalle, Opere, I, Milan, Avanti!, 1922, p. 30, p. 107.

22 QC 8, § 128, p. 1018 : « La “critique” de la science économique part du concept de “l’historicité” du “marché déterminé” et de son “automatisme”, tandis que les “économistes” purs posent ces éléments comme “éternels”, “naturels” ; elle analyse les rapports de forces qui “déterminent” le marché, elle évalue leurs “possibilités de modification” liées à l’apparition de facteurs nouveaux et à leur renforcement et elle présente “la caducité” et la “substituabilité” de la “science” critiquée : elle l’étudie comme “vie” mais aussi comme “mort”, et trouve dans sa réalité intime les éléments de son dépassement inévitable par un “héritier” qui sera “présumé” jusqu’à ce qu’il ait donné des preuves manifestes de vitalité, etc. ». J’ai soutenu ailleurs qu’en parlant de « purisme », Gramsci se réfère, dans ce texte, non à l’hédonisme de Pantaleoni mais à un caractère de l’économie classique (son historicisme insuffisant), par rapport auquel il définit l’historicisme rigoureux de la critique de l’économie politique. En effet, à cette époque, il ne s’est pas encore focalisé sur l’économie pure comme paradigme distinct de l’économie classique (en ce qui concerne les catégories économiques et l’usage de l’abstraction). Voir G. Guzzone, Gramsci e la critica dell’economia politica. Dal dibattito sul liberismo al paradigma della «traducibilità», Rome, Viella, 2018, p. 145-159, en particulier p. 157-158.

23 Dans une récente contribution, Fabio Frosini a nommé « marqueterie » la modalité d’interaction et de combinaison de sources hétérogènes que Gramsci adopte systématiquement afin de provoquer un contraste réciproque, une clarification mutuelle ou le renforcement de chacune de leur fonctionnalité heuristique. Voir F. Frosini, « Lo scrittoio di Gramsci. Tre “intarsi” di fonti per la “filosofia della praxis” », à paraître, p. 1-17, en particulier p. 1-2.

24 Sur la biographie et la pensée de Gide, voir J. Maitron dir., « Gide, Charles », Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, troisième partie, t. 12, Paris, Éditions ouvrières, 1974, p. 276-277 ; A. Daudé-Bancel, « Charles Gide. L’homme : sa vie, sa personnalité », Revue d’économie politique, vol. 46, 1932, p. 1681-1689 ; M. E. Garnsey, « Charles Gide », The American Economic Review, vol. 22, 1932, p. 692-693 ; M. Pénin, Charles Gide 1847-1932. L’esprit critique, Paris / Montréal, L’Harmattan, 1998 ; M. Pénin, « Charles Gide est-il toujours d’actualité ? », Revue internationale de l’économie sociale, vol. 301, 2006, p. 65-81, p. 66-69, p. 74-79 ; C. Rist, « Charles Gide. L’économiste », Revue d’économie politique, vol. 46, 1932, p. 1705-1718.

25 C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, ouvr. cité, p. 715-716, note 3.

26 Pour la bibliographie complète de Gide, voir G. Bourgin et G. Gaussel, « Contribution à la bibliographie de Charles Gide », Revue d’économie politique, vol. 46, 1932, p. 1823-1837.

27 Sur l’orientation hétérodoxe de la Revue d’économie politique, voir R. Marchionatti, Economic Theory in the Twentieth Century. An Intellectual History. Volume I. 1890-1918. Economics in the Golden Age of Capitalism, Cham, Palgrave MacMillan, 2020, p. 214.

28 Les informations biographiques et bibliographiques sur Rist sont tirées de W. E. Rappard, « Charles Rist (in memoriam) », art. cité ; R. Dehem, « Rist, Charles », The New Palgrave. A dictionary of Economics, J. Eatwell, M. Milgate et P. Newman éd., Londres, Macmillan, 1988, vol. 4, p. 206. Sur l’anti-keynésianisme de Rist, on peut lire les analyses développées par deux contemporains proches des positions de Keynes : G. Fuà, « Punti di vista di vista sulle teorie economiche », Comunità, vol. 3, no 4, 1949, p. 17-19 ; D. Dillard, « Review to C. Gide, C. Rist, A History of Economic Doctrines from the Time of the Physiocrats to the Present Day », The Journal of Economic History, vol. 9, 1949, p. 123-124.

29 Voir C. Gide, « Il regno della carta monetata » [1918], « La situazione finanziaria e monetaria » [1920], dans L’Europa di domani, Rome, Casa editrice Rassegna internazionale, 1922, p. 21-41, p. 165-177. En plus des écrits sur les questions monétaires et financières, ce recueil comprend des discours consacrés au mouvement coopératif et une série d’articles sur le budget de la Grande Guerre et sur les problèmes politiques internationaux de l’après-guerre. Aucun d’entre eux ne semble avoir laissé de traces dans les écrits gramsciens de 1923-1926. Sur la présence de ce volume dans la bibliothèque de Gramsci, voir « Libri e opuscoli del Fondo Gramsci non citati nei Quaderni », QC, p. 3130.

30 Voir R. Michels, « Di alcune critiche mosse all’impiego dell’oro come base della circolazione e di alcune progetti per la sua sostituzione », La Riforma Sociale, vol. 34, 1923, p. 308-320, en particulier p. 310-311.

31 Voir G. Prato, « I disfattisti della lira », La Riforma Sociale, vol. 36, 1925, p. 1-17, en particulier p. 8 ; F. A. Repaci, « Recensione a C. Rist, La déflation en pratique », La Riforma Sociale, vol. 36, 1925, p. 184-185.

32 Font exception certaines allusions fugaces, comme celle qui figure dans les Tesi di Lione (Thèses du congrès de Lyon du Parti communiste d’Italie, 1926) ; il faut cependant noter que l’interprétation de la réévaluation de la lire en tant que choix politique conforme au programme de la ploutocratie, formulée dans ces Thèses, est modifiée de manière significative dans les Cahiers de prison, puisque dans l’intervalle avait eu lieu la discussion bien connue entre Tasca et Sraffa qui avait mis en évidence la fonctionnalité de la politique monétaire de la « cote 90 » pour les intérêts de la petite bourgeoisie (la « cote 90 » indiquait un objectif de réévaluation de la lire ; 90 lires pour une livre sterling). Voir « La situazione italiana e i compiti del PCI » [1926], CPC, p. 488-513, en particulier p. 497 ; QC 3, § 160, p. 412 ; A. Tasca, « La rivalutazione della lira e la crisi della economia italiana », Lo Stato operaio, vol. 1, 1927, p. 667-692 ; P. Sraffa et A. Tasca, « Il vero significato della “Quota 90” », Il capitalismo italiano del Novecento, L. Villari éd., Bari, Laterza, 1972, p. 180-191, voir en particulier p. 181.

33 Les grandes lignes du débat – dans lequel s’opposent les économistes libéraux italiens, généralement d’accord pour souhaiter le rétablissement de la convertibilité en or de la lire, mais en désaccord sur la manière d’y parvenir, et certains économistes socialistes (comme Griziotti et Loria) qui défendent l’hypothèse de la déflation – sont résumées, non sans quelque simplification, par C. Rosselli, « Rivalutazione e stabilizzazione della lira », La Riforma Sociale, vol. 37, 1926, p. 157-170.

34 Voir L. L. Price, « Review to C. Gide, Cours d’économie politique. C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques », The Economic Journal, vol. 19, 1909, p. 416-422 ; J. Bonar, « Review to C. Gide, C. Rist, Histoire des doctrines économiques », The American Economic Review, vol. 1, 1911, p. 306-309.

35 Voir V. Pareto, « Le mie idee » [1910], Scritti politici, G. Busino éd., Turin, UTET, 1974, vol. 2, p. 480-483, en particulier p. 482 : « Gide me place parmi les hédonistes. Ce monsieur ne comprend vraiment rien ».

36 Voir V. Pareto, Trattato di sociologia generale, N. Bobbio éd., Milan, Edizioni di Comunità, 1964, vol. 1, p. 48-49, note 3.

37 Voir M. S., « Recensione a C. Gide, C. Rist, Histoire des doctrines économiques », Giornale degli economisti e Rivista di statistica, troisième série, vol. 24, 1913, p. 552.

38 La revue Nuovi studi di politica, economia e diritto (Nouvelles études de politique, économie et droit) a été dirigée pendant toute sa durée (1927-1935) par Ugo Spirito et Arnaldo Volpicelli, partisans de la théorie du « corporatisme intégral », fondée sur l’identité spéculative de l’individu et de l’État et sur le caractère central des questions de la corporation propriétaire et de l’économie programmatique. La tendance représentée par Nuovi studi et ses directeurs a déjà subi un coup d’arrêt lors de la deuxième conférence d’études syndicales et corporatives (tenue à Ferrare du 5 au 8 mai 1932), quand Giuseppe Bottai l’accuse de crypto-socialisme. Voir A. Canziani, « L’economia programmatica nel pensiero di Ugo Spirito », Il pensiero di Ugo Spirito, Rome, Fondazione Ugo Spirito e Istituto della Enciclopedia Italiana, 1990, vol. II, p. 437-469 ; M. Finoia, « Ugo Spirito e la “riforma” della scienza economica », Il pensiero di Ugo Spirito, Rome, Fondazione Ugo Spirito e Istituto della Enciclopedia Italiana, 1990, vol. II, p. 481-493 ; A. Tarquini, « Ugo Spirito », Il contributo italiano alla storia del pensiero. Filosofia, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 2012, p. 668-673, voir en particulier p. 670.

39 U. Ricci, « La scienza e la vita », Nuovi studi di diritto, economia e politica, vol. 1, 1927-1928, p. 220-225, voir en particulier p. 220-221 : « Je ne prétends pas que vous méditiez, page par page, sur le chef-d’œuvre [La richesse des nations] du père de la science économique, mais, si vous voulez jeter un coup d’œil au chapitre qui lui est consacré dans un manuel très populaire comme L’Histoire des doctrines économiques de Charles Gide et Charles Rist, vous comprendrez votre erreur et vous vous convaincrez aussitôt qu’Adam Smith n’est pas un dogmatique ». Précédemment, l’économiste libéral italien avait défini l’Histoire comme un livre « plutôt chaotique » ; il avait aussi déploré l’inefficacité du traitement de la contribution italienne à l’économie politique ; voir U. Ricci, Sulla opportunità di una storia dell’economia politica italiana, Bari, Laterza, 1917, p. 4-5. Sur le « dogmatisme » des classiques, voir U. Spirito, « Vilfredo Pareto (parte prima) », Nuovi studi di diritto, economia e politica, vol. 1, 1927, p. 24-35, voir en particulier p. 25-26.

40 L. Einaudi, « Se esista, storicamente, la pretesa repugnanza degli economisti verso il concetto dello Stato produttore », Nuovi studi di diritto, economia e politica, vol. 3, 1930, p. 302-314, voir en particulier p. 308. R. Benini, « L’ordinamento corporativo della Nazione e l’insegnamento dell’Economia politica (Lettera aperta al prof. Ugo Spirito) », Nuovi studi di diritto, economia e politica, vol. 3, 1930, p. 45-50, voir en particulier p. 46.

41 L’Histoire est considérée exemplaire pour l’entrelacement de la pensée économique avec la critique et la théorie socialiste : voir L. Michelini, « Marginalismo e socialismo nell’Italia liberale (1870-1925) », Marginalismo e socialismo nell’Italia liberale (1870-1925), M. E. L. Guidi et L. Michelini éd., Milan, Feltrinelli, 2001, p. XLI-CXXXI, en particulier p. L-LI.

42 L. Einaudi, « Se esista, storicamente, la pretesa repugnanza degli economisti verso il concetto dello Stato produttore », art. cité, p. 309.

43 Ibid.

44 Ibid., p. 311-312.

45 L. Einaudi, « Del modo di scrivere la storia del dogma economico », La Riforma Sociale, vol. 43, 1932, p. 207-219, voir en particulier p. 209.

46 Je me contenterai de rappeler que c’est avec cet article d’Einaudi que commence la rédaction du § 42 du cahier 4, dans lequel Gramsci met au point la notion de « traductibilité » déjà apparue dans le premier cahier ; voir QC 4, § 42, p. 467-469.

47 La revue Economia a vu le jour en juin 1923, avec pour sous-titre Rassegna mensile di politica economica, sous la direction de Vittorio Fresco et Livio Livi. Entre 1930 et 1938 elle fut dirigée conjointement par Fresco, Livi, Enzo Casalini et Gino Arias ; dans cette période, elle est devenue porteuse d’une interprétation différente du corporatisme par rapport à celle que défendait Ugo Spirito dans Nuovi studi, dans la mesure où elle insistait sur la réforme du mobile de l’action économique (l’affectio societatis ou « conscience corporative » au lieu de l’hédonisme) plutôt que sur l’identité spéculative de l’individu et de l’État, en trouvant ses références dans la doctrine catholique et dans la tradition aristotélico-thomiste plutôt que dans la philosophie idéaliste et néo-idéaliste. Après avoir changé son sous-titre en Rivista mensile di politica economica e di scienze sociali, elle prend le titre définitif de Rivista di economia corporativa e di scienze sociali, à partir de la seconde moitié de 1931. Voir O. Ottonelli, Gino Arias (1879-1940). Dalla storia delle istituzioni al corporativismo fascista, Florence, Firenze Univeristy Press, 2012, p. 34, p. 133, p. 240-250 et p. 264.

48 Voir « Opinioni degli economisti. Albert Aftalion, Mario Alberti, André Andréades, Maurice Ansiaux, Georges De Leener, Charles Gide, Pasquale Jannaccone, F. W. Taussig, C. A. Versijn Stuart », Economia, vol. 7, 1931, p. 263-313, p. 295-296.

49 Ibid., p. 297-306.

50 G. Arias, « La crisi e i giudizi degli economisti », Economia, vol. 7, 1931, p. 315-326. Voir QC 6, § 123, p. 792-793. Gramsci évoque le lien entre crise et limitations de la circulation, mais sans nommer Gide, en QC 14, § 57, p. 1715-1716.

51 Je me réfère à la conception de la crise comme une « époque de bouleversements sociaux », suggérée par la Préface marxiste de 1859 à Pour la critique de l’économie politique, qui, dans le cahier 4, fait référence à la fois à un reste de conception stadialiste (de l’histoire et de la crise) et à une traduction naissante en termes de dynamique conflictuelle des rapports de forces ; voir QC 4, § 38, p. 455-465 ; F. Frosini, « Crisi », Dizionario Gramsciano. 1926-1937, G. Liguori et P. Voza éd., Rome, Carocci, 2009, p. 175-179.

52 Voir A. De Pietri Tonelli, « Recensione a C. Gide, Le coopérativisme », Rivista di politica economica, vol. 20, 1930, p. 331 ; A. De Pietri Tonelli, « Recensione a C. Gide, Communist and cooperative colonies », Rivista di politica economica, vol. 20, 1930, p. 1011-1012 ; A. De Pietri Tonelli, « Recensione a C. Rist, I movimenti dell’oro », Rivista di politica economica, vol. 21, 1931, p. 905-906 ; C. Pagni, « Recensione a G. Pirou, Doctrines sociales et science économique », La Riforma Sociale, vol. 41, 1930, p. 597-599, voir en particulier p. 598 ; F. A. Repaci, « La guerra mondiale e gli effetti economici, finanziari e sociali in Francia secondo gli economisti francesi », La Riforma Sociale, vol. 40, 1929, p. 81-93.

53 QC 9, § 32, p. 1115 : « Toute l’activité économique d’un pays ne peut être jugée que par rapport au marché international, elle “existe” et doit être évaluée en tant qu’elle est insérée dans une unité internationale. D’où l’importance du principe des coûts comparés et la fermeté que maintiennent les théorèmes fondamentaux de l’économie classique contre les critiques verbales des théoriciens de toute nouvelle forme de mercantilisme (protectionnisme, économie directe, corporatisme, etc.). Il n’existe pas de “bilan” purement national de l’économie, ni dans son ensemble ni pour une activité particulière. Tout l’ensemble économique national se projette dans l’excédent qui est exporté en échange d’une importation correspondante, et si dans l’ensemble économique national une marchandise quelconque ou un service sont trop coûteux, ou sont produits de manière anti-économique, cette perte se reflète dans l’excédent exporté, devient un “don” que le pays fait à l’étranger, ou du moins (car on ne peut pas toujours parler de “don”) une perte sèche du pays, par rapport à l’étranger, dans l’évaluation de sa position relative et absolue dans le monde économique international ». Sur la programmation corporative comme « bilan préventif » des « forces que possède la Nation », voir U. Spirito, « Economia programmatica », Nuovi studi di diritto, economia e politica, vol. 5, 1932, p. 145-153, en particulier p. 148-149 ; sur la critique corporative de l’« idole » ricardienne des « coûts comparés », voir G. Arias, « La difesa doganale. Problemi economici e politici », Gerarchia, vol. 11, 1931, p. 987-994, en particulier p. 988, p. 990 ; G. Arias, « Pregiudizi economicistici e verità economiche », Gerarchia, vol. 12, 1932, p. 175-176, voir en particulier p. 176. Gramsci, qui s’était auparavant intéressé au programme corporatiste d’une « économie planifiée […] à l’échelle mondiale » (QC 8, § 216, p. 1077), entrevoit maintenant nettement les implications isolationnistes et autarciques de la planification corporatiste et du nationalisme économique fasciste ; par la suite, il se demandera si l’imbrication du nationalisme et de l’internationalisme qui caractérise le corporatisme ne traduit pas l’aspiration vers un « impérialisme » de type « économico-financier » ; et si l’Italie fasciste, bien loin de pouvoir réaliser une telle aspiration, ne va pas retomber dans la revendication rhétorique et anachronique d’une « primauté civile », c’est-à-dire d’une hégémonie « politico-intellectuelle ». Voir QC 9, § 132, p. 1192-1193 ; QC 14, § 57, p. 1716.

54 QC 9, § 99, p. 1161.

55 Voir R. Bachi, « Effetti delle fluttuazioni nel potere d’acquisto dell’oro sulla vita economica delle nazioni », La Riforma Sociale, vol. 42, 1931, p. 241-276, en particulier p. 274 : « Le mercantilisme ressuscité a malheureusement répandu dans le monde entier la croyance que c’est une bonne chose en général pour un pays “de regorger d’or”, “de recevoir de l’or de l’étranger” et qu’il est malheureux “d’envoyer de l’or à l’étranger”. Cet esprit mercantiliste signifie, par rapport à de nombreuses opinions économiques désormais courantes, une régression d’environ deux siècles » ; M. R. Buccella [Bartolomeo (Meuccio) Ruini], « Il mercantilismo come fase della vita storica europea », La nuova Italia, vol. 3, 1932, p. 43-51, voir en particulier p. 51 : « ceux qui évoquent le mercantilisme éprouvent pour lui une immense sympathie ; et au fond, presque tous, tendent à reconnaître comme indispensable et à exalter l’interventionnisme économique de l’État. Ils voudraient revenir, avec les mercantilistes, à la primauté de la politique sur l’économie. […] la solidarité cosmopolite […] ne viendrait pas d’un pur et simple individualisme et libéralisme économique […] ; elle viendrait d’accords […] entre États, représentants et architectes des économies nationales ».

56 Sur les deux théories classiques, celle de Smith et celle de Ricardo, du commerce international, voir C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, ouvr. cité, p. 114-118, p. 191-193.

57 Par exemple, à travers la littérature libérale : voir U. Ricci, « La scienza economica e il protezionismo » (L’Unità, 1917), « Il mito dell’indipendenza economica » (La Riforma Sociale, 1918), dans l’ouvrage du même auteur Protezionisti e liberisti italiani, Bari, Laterza, 1920, p. 5-12, en particulier p. 5-6, p. 55-92, en particulier p. 84-85. Le second de ces deux articles a également été recensé par Togliatti dans Il Grido del Popolo, 1918. On peut lire maintenant cette recension dans P. Togliatti, La politica nel pensiero e nell’azione. Scritti e discorsi 1917-1964, M. Ciliberto et G. Vacca éd., Milan, Bompiani, 2014, p. 1215-1219.

58 QC 9, § 32, p. 1115-1116 : « Si le blé dans un pays est produit à un prix élevé, les marchandises industrielles exportées et produites par les travailleurs alimentés avec ce blé, à prix égal avec le produit étranger équivalent, contiennent une plus grande quantité de travail national figé, une plus grande quantité de sacrifices que n’en contient la même marchandise étrangère. On travaille pour “l’étranger” par sacrifice ; les sacrifices sont faits pour l’étranger, pas pour son propre pays. Les classes qui, à l’intérieur, bénéficient de tels sacrifices ne sont pas la “nation” mais représentent une exploitation exercée par des “étrangers” sur les forces réellement nationales, etc. ».

59 QC 10 II, § 9, p. 1246-1248. Pour un commentaire particulièrement proche de ce texte, attentif au thème de la traduction réciproque de l’économie et de la philosophie et à l’adoption de Ricardo comme point de référence dans la définition de l’immanence historiciste et réaliste, voir F. Frosini, La religione dell’uomo moderno. Politica e verità nei «Quaderni del carcere» di Antonio Gramsci, Rome, Carocci, 2010, p. 142-144.

60 Voir F. Frosini, « Leggi di tendenza », Dizionario Gramsciano. 1926-1937, G. Liguori et P. Voza éd., Rome, Carocci, 2009, p. 455-456, en particulier p. 455. Sur la définition que donne Mill des lois économiques comme « énoncé des tendances économiques », voir C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, ouvr. cité, p. 467.

61 Voir A. Smith, La ricchezza delle nazioni, A. Biagiotti et T. Biagiotti éd., Turin, UTET, 1996, p. 92-93.

62 Voir J. S. Mill, « Sulla definizione di economia politica e sul metodo d’indagine ad essa appropriato » [1836], Saggi su alcuni problemi insoluti dell’economia politica, S. Parrinello éd., Milan, Isedi, 1976, p. 103-134, en particulier p. 117.

63 U. Spirito, « Prime linee di una storia delle dottrine economiche », Nuovi studi di diritto, economia e politica, vol. 5, 1932, p. 12-28.

64 C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, ouvr. cité, p. 100-102, p. 419-420, p. 468-470, p. 616-617.

65 QC 10 II, § 15, p. 1253-1254.

66 QC 10 II, § 23, p. 1261.

67 Voir NT, p. 2875 : « Gramsci utilise généralement le terme “économie classique” dans un sens très large, en y incluant toutes les théories économiques pré-marxistes et post-marxistes, par opposition à l’économie marxiste définie comme “économie critique” ». Si l’observation de Gerratana – qui peut certainement être partagée concernant le § 23 – était valable pour l’ensemble des Cahiers, on ne comprendrait pas l’émergence de la notion d’« économie pure », comme le signale L. Calabi, « Gramsci e i classici dell’economia », Critica marxista, vol. 26, 1988, p. 147-173, voir en particulier p. 167. Sur la complexité de la notion gramscienne d’économie classique, voir J.-P. Potier, « Antonio Gramsci lettore degli economisti. Alcune riflessioni dei Quaderni del carcere sulla storia del pensiero economico », Modern times. Gramsci e la critica all’americanismo, G. Baratta et A. Catone éd., Milan, Cooperativa Diffusioni, 1989, p. 113-125, en particulier p. 117-121.

68 Sur la connaissance par Gramsci des Principii di economia pura de Pantaleoni malgré l’absence de références dans l’inventaire du Fonds Gramsci, voir NT, p. 2840. La référence à la « relecture » au § 30 du cahier 10 (II) permet de supposer que Gramsci avait lu les Principii avant son incarcération, ou bien qu’il avait eu la possibilité de faire diverses lectures en prison.

69 Voir M. Pantaleoni, Principii di economia pura, Milan, Fratelli Treves, 1931, p. 192, note 1 : « Le lecteur qui connaît déjà la théorie des coûts comparatifs de Ricardo peut immédiatement voir son analogie avec celle des degrés comparés d’utilité. En effet, les deux théories sont fondamentalement identiques ». Cette source a déjà été signalée dans A. Gramsci, Scritti di economia politica, F. Consiglio et F. Frosini éd., introduction de G. Lunghini, Turin, 1994, p. 188, note 63.

70 Voir C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, ouvr. cité, p. 616-621.

71 Voir U. Spirito, « Prime linee di una storia delle dottrine economiche », art. cité, p. 22, p. 23-25.

72 L. Einaudi, « Costo di produzione, leghe operaie e produzione di nuovi beni per eliminare la disoccupazione tecnica », La Riforma Sociale, vol. 43, 1932, p. 61-73, voir en particulier p. 65.

73 C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, ouvr. cité, p. 617.

74 QC 11, § 52, p. 1477-1478 (je souligne).

75 NT, p. 2875.

76 Voir G. Arias, « Il pensiero economico di Niccolò Machiavelli », Annali di economia, vol. 4, 1928, p. 1-30. Gramsci prend note de cet article dans QC 6, § 66, p. 735 (décembre 1930-mars 1931). Il avait eu connaissance de son contenu – le rapport entre inégalités économiques et « inégalités civiles », la critique des rentes improductives et oisives, le lien entre industrie et propriété et entre politique et économie – par diverses recensions, dont l’une déjà signalée par Gerratana (NT, p. 2716) : voir F. Battaglia, « Studi sulla politica di Machiavelli (III) », Nuovi studi di diritto, economia e politica, vol. 1, 1927-1928, p. 376-384, en particulier p. 381-384 ; C. E. Ferri, « Recensione a G. Arias, Il pensiero economico di Niccolò Machiavelli », I libri del giorno, vol. 11, 1928, p. 560. Dans sa lettre du 14 mars 1932, Gramsci demande à sa belle-sœur Tania Schucht de trouver l’extrait par l’intermédiaire de Sraffa : voir GSL, p. 946-948, en particulier p. 947.

77 QC 8, § 78, p. 985.

78 Voir C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, ouvr. cité, p. 8 et p. 29.

79 K. Marx, Histoire des doctrines économiques, K. Kautsky éd., J. Molitor trad., vol. I : Depuis les origines de la théorie de la plus-value jusqu’à Adam Smith, Paris, Costes, 1924, p. 41-61, voir en particulier p. 51. Gramsci possédait cette édition avant son emprisonnement. Il avait demandé, sans l’obtenir, de recevoir les huit volumes en prison. Voir la lettre de Gramsci à Tania Schucht du 25 mars 1929, dans GSL, p. 331-338, en particulier p. 332.

80 QC 8, § 162, p. 1039.

81 GSL, p. 990. Dans sa lettre à Gramsci, Tania retranscrit fidèlement, comme en d’autres circonstances, le contenu d’une lettre qui lui avait été envoyée par Sraffa : voir P. Sraffa, Lettere a Tania per Gramsci, V. Gerratana éd., Rome, Editori Riuniti, 1991, p. 58-59.

82 NT, p. 2716, p. 2791-2792, p. 2807 ; G. Arias, « Il pensiero economico di Niccolò Machiavelli », art. cité, p. 2, note 2.

83 Une référence à l’étude de Tangorra se trouve dans la lettre de Tania Schucht du 27 avril 1932 et dans les recensions de Battaglia et de Ferri mentionnées ci-dessus.

84 Voir GSL, p. 992-994.

85 Au § 162, Gramsci insère l’annotation suivante : « Il semble que Chabod, dans certains de ses écrits sur Machiavel, désigne une faiblesse du Florentin, en comparaison, par exemple, de Botero, dans la quasi-absence de références économiques dans ses écrits ». La citation doit être considérée comme indirecte, car Gramsci l’introduit dubitativement, sans en rapporter les termes exacts ni la référence précise. Elle ne provient ni de l’essai d’Arias, ni des recensions de Ferri ou de Battaglia. Ce dernier fait référence seulement au livre de Chabod Del « Principe » di Niccolò Machiavelli (1926), mais non à la comparaison Machiavelli-Botero ; voir F. Battaglia, « Studi sulla politica di Machiavelli (I) », Nuovi studi di diritto, economia e politica, vol. 1, 1927-1928, p. 36-47, en particulier p. 42-43. La citation doit donc avoir été suggérée par une troisième source, inconnue à ce jour, qui a probablement contribué à permettre la rédaction du § 162. L’écrit sur Machiavel de Chabod dans lequel est énoncée la comparaison mentionnée par Gramsci a été signalée par C. Donzelli dans A. Gramsci, Il moderno principe. Il partito e la lotta per l’egemonia. Quaderno 13. Noterelle sulla politica del Machiavelli, Rome, Donzelli, 2012, p. 85-86, note 1 : il s’agit de F. Chabod, « Sulla composizione de Il Principe di Niccolò Machiavelli » [Archivium Romanicum, 1927], Scritti su Machiavelli, Turin, Einaudi, 1964, p. 137-193, voir en particulier p. 151 : « Un auteur d’une époque plus tardive, Botero lui-même par exemple, allait par la suite s’intéresser aussi à l’organisation économique, financière, etc., d’un pays ; Machiavel, qui reste si éloigné des problèmes qui ne sont pas purement politico-militaires, dès qu’il aura résolu la question des milices, se consacrera, lui qui garde le regard fixé sur la vertu du Prince, à mettre en évidence les diverses exigences personnelles indispensables pour un chef de gouvernement ». Mais un jugement analogue – qui, par ailleurs, ramène la pluralité des intérêts de Botero à une certaine mutabilité et volubilité de l’homme, ainsi qu’à l’absence de caractère systématique et à la faible créativité du penseur – se trouve dans F. Chabod, « Giovanni Botero (Parte II) », Nuovi studi di diritto, economia e politica, vol. 4, 1931, p. 341-368, voir en particulier p. 342 : « À la différence de Machiavel, qui avait tiré le caractère incisif, unilatéral mais puissant, de sa pensée en se concentrant sur le seul amour de la politique, Botero avait un esprit trop peu créatif pour s’en tenir fermement à une préoccupation fondamentale : son âme, il lui fallait la consacrer à plus d’un amour ; et de même que l’homme se laissait aller aux impressions du moment et changeait au fil du temps, le penseur se laissait prendre par ses curiosités successives. Heureux défaut, d’ailleurs, puisqu’il lui permettait de voir ce que Machiavel, tout pris par sa seule passion, n’avait pas vu, lui faisait sentir, à côté de l’action politique, la vie économique des nations, et lui permit de concevoir, d’écrire et de publier les Causes de la grandeur des villes ». Il n’est pas possible, pour l’instant, d’établir les raisons qui ont empêché Gramsci de prendre en compte ce deuxième texte, publié dans une revue qu’il lisait régulièrement (et dans un fascicule qu’il avait effectivement reçu) ; en outre, il est peu probable que le prisonnier ait considéré le passage en question comme une autocitation de Chabod lui-même, puisque ce dernier ne mentionne pas, même de manière générique, ses précédentes recherches machiavéliennes.

86 Voir G. Arias, « Politica ed economia in Niccolò Machiavelli », Educazione fascista, vol. 7, 1929, p. 465-476, p. 526-541.

87 Voir L. Einaudi, « Di un quesito intorno alla nascita della scienza economica », La Riforma Sociale, vol. 43, 1932, p. 219-225, en particulier p. 223-224 : « puisque la notion de bien économique est le point de départ de la science, il semble que ce soit Cantillon et non Botero qui a accompli le pas décisif ». Le texte d’Einaudi passe en revue une série d’études consacrées à Botero par Mario De Bernardi. Sur le compagnonnage Einaudi-De Bernardi, en particulier en ce qui concerne leur intérêt commun pour Botero, voir F. Mornati, « Mario De Bernardi. Uno studioso einaudiano della storia del pensiero economico », La scuola di economia di Torino. Co-protagonisti ed epigoni, R. Marchionatti éd., Florence, Olschki, 2009, p. 389-418, en particulier p. 396-402.

88 QC 8, § 162, p. 1038 : « le mercantilisme est une [pure et simple] politique économique, puisqu’il ne peut présupposer un “marché déterminé” et l’existence d’un “automatisme économique” préformé, dont les éléments ne se forment historiquement qu’à un certain degré de développement du marché mondial » ; voir M. R. Buccella, « Il mercantilismo come fase della vita storica europea », art. cité, p. 43 : « Les mercantilistes, plutôt qu’une école et qu’une véritable théorie, furent une politique économique, ils s’occupèrent des faits et des nécessités contingentes, et ils ne cherchèrent pas à établir des lois et des principes universels » ; p. 49 : « L’économie politique naît, comme recherche et comme science en soi, au moment précis de révélation de l’existence d’une économie mondiale ».

89 Voir QC 8, § 216, p. 1076-1078 ; QC 8, § 128, p. 1018.

90 Sur ce point, voir L. Calabi, « Gramsci e i classici dell’economia », art. cité, p. 162.

91 QC 13, § 13, p. 1575-1576.

92 K. Marx, Histoire des doctrine économiques, vol. I, ouvr. cité, p. 54-56.

93 C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, ouvr. cité, p. 114.

Auteur

Fondazione Giuseppe di Vagno, Conversano, Turino

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search