Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Des déficits au pluriel*

Texte intégral

  • * Chronique parue, sous le nom de Maurice Milan, dans Libération du 11 décembre 1990.

1Tout est susceptible de "déficit" aujourdhui, les budgets bien sûr, mais aussi l’audition, l’immunité, le militantisme, la démocratie, le talent, l’affection, les valeurs... Cette mode veut-elle dire que tout se traite désormais en termes économiques ? Ou ne serait-elle pas due à l’impression de sérieux que confère le jargon des technocrates (inflation, processus, bilan etc.) ? Décadence des moeurs ou scientificité du discours ? A moins qu’il ne s’agisse simplement d’une évolution des emplois...

2Ce mot des grimoires classiques était un verbe latin qui signifiait "il manque", "il fait défection" ou "il fait défaut". Il marquait ça et là, au long des colonnes d’un registre, tout objet dont l’absence devait être signalée. "Il y a plusieurs déficit [sic] dans cet inventaire" écrit l’Académie en 1798, laquelle, bien qu’ajoutant un accent aigu français sur le é, montrait ainsi qu’elle respectait le latin. Le pluriel en s n’obtient chez elle droit de cité qu’en incidente, dans l’édition de 1884 de son Dictionnaire : "Quelques uns écrivent au pluriel, Déficits", reconnait-elle. Avec la francisation des mots étrangers proposée par certaines des "rectifications" orthographiques recommandées en haut lieu, plus de problème : nous écrirons sans état d’âme "des déficits", comme tout le monde. Le sens du terme ne s’est-il pas lui-même pluralisé ?

3En globalisant d’abord les objets qu’il marquait. D’un absent à une somme d’absents, puis de cette somme à l’écart négatif qui peut s’établir entre les recettes et les dépenses, la comptabilité du 18e siècle finissant a franchi les pas : Necker se trouve placé, écrit-il, devant "un déficit de 24 millions" (1781). Absorbé par le jargon économiste, déficit s’est mis à disputer la place à bénéfice au pied des colonnes de profits et pertes : le père Grandet parlait savamment de "diminuer le chiffre du déficit". Un siècle plus tard, c’est à excédent que le terme s’oppose - et le Trésor de la Langue française d’invoquer De Gaulle à propos d’"excédent" et de "déficit de production". Devenu globalisant, le mot est ressorti des budgets et des comptes économiques où il s’était enfermé pour s’appliquer en tout domaine, biologique, psychologique, climatologique, littéraire... On lui adjoint l’adjectif déficitaire, comme lui d’abord financier avant d’être polyvalent (ne fait-il pas le D de SIDA ?) ; on le pluralise dans sa forme (un ouvrage sur l’arboriculture mentionne, en 1961, des "déficits pluviométriques") ; devant sa page blanche, Gide se sent "en retard, en dette, en déficit" (1929) ; à sa suite, Bachelard utilise le terme avec une valeur non-quantifiable, qualitative, bien éloignée des tracas financiers, quand il parle en 1957 de peintres "en déficit d’inspiration devant la nature",... retrouvant ainsi le sens originel du "déficit ratione" de Cicéron (à traduire par "il manque de raison"). Le latin est mort, vive le latin !

Notes de fin

* Chronique parue, sous le nom de Maurice Milan, dans Libération du 11 décembre 1990.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540