Version classiqueVersion mobile

La France d’Antonio Gramsci

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Claude Zancarini

À partir de l’Action française

L’activité de l’irrationnel dans l’histoire

Natalia Gaboardi

Texte intégral

  • 1 G. W. F. Hegel, Principes de la philosophie du droit [1820], R. Derathé éd., Paris, Vrin, 1990, p.  (...)
  • 2 Je souligne.

1Plusieurs paragraphes que Gramsci consacre à l’Action française dans les Cahiers de prison, importants pour comprendre son interprétation du couple structure-superstructure, engagent une réflexion sur le rôle de l’irrationnel dans l’histoire. Gramsci inaugure cette réflexion par le § 10 du cahier 6 (écrit entre novembre et décembre 1930) qui propose une sorte de commentaire complexe faisant contrepoint au célèbre adage hégélien « ce qui est rationnel est réel, ce qui est réel est rationnel »1. Dans cette page des Cahiers de prison, le penseur sarde écrit en effet qu’« à chaque instant de l’histoire in fieri il y a une lutte entre rationnel et irrationnel, irrationnel étant ce qui ne triomphera pas en dernière analyse, ne deviendra jamais histoire effective, mais qui en réalité est aussi rationnel car est nécessairement lié au rationnel, en est un moment essentiel »2. Ce dernier thème est d’une importance fondamentale pour l’analyse de la notion d’idéologie dans les Cahiers de prison. Le statut spécifique que Gramsci accorde à l’irrationnel semble se fonder sur sa réflexion sur le langage. Il constitue une déclinaison de la taxonomie du niveau des superstructures, proposée au § 19 du cahier 7, dans lequel Gramsci distingue les idéologies historiquement organiques des idéologies rationalistes, arbitraires, « voulues ». Enfin, reconnaître une forme d’activité à ce qui apparaît en dernière instance historiquement transitoire permet de mieux comprendre la réflexion gnoséologique que Gramsci élabore à partir de la réforme du concept d’idéologie, réflexion qui conduit le penseur sarde à compter parmi les superstructures le sens commun, la religion et le folklore. Cette considération sur l’activité de l’irrationnel et sur l’impossibilité pour Gramsci de ne pas y faire face nous permet de réfléchir à l’actualité de sa réflexion et des stratégies qu’elle offre pour analyser (et donc « maîtriser » politiquement) des conceptions du monde archaïques et rétrogrades, contraste qui réapparaît dans l’analyse du parti monarchique (Action française) dans un système politique républicain (la France contemporaine de Gramsci).

L’Action française dans les Cahiers de prison

  • 3 Les sutures et réélaborations s’inscrivent dans la droite ligne de la notion de « rapport de force  (...)

2Gramsci consacre un grand nombre de paragraphes du cahier 1 au mouvement de Charles Maurras, l’Action française : il s’agit des § 18, 48, 49, 53, 54, 106, 131 (écrits entre juillet 1929 et mars 1930), tous réélaborés dans le cahier 13 (composé entre mai 1932 et novembre 1933). Les § 37 et 38 du cahier 13, qui reprennent les textes du cahier 1, réélaborent en profondeur les paragraphes écrits entre 1929 et 1930 : Gramsci, en effet, assemble en un discours unique et articulé presque toutes les réflexions sur l’Action française du cahier 13.

  • 4 Les informations sur l’Action française me sont fournies par l’article d’A. Werth, « Charles Maurra (...)
  • 5 QC 1, § 48, p. 61.
  • 6 QC 13, § 37, p. 1643.

3Le mouvement est né autour de la revue homonyme, fondée en 1899, sous la forme d’une revue mensuelle : il s’agissait au départ de l’une des nombreuses revues anti-dreyfusardes et nationalistes nées de la controverse qui avait divisé l’opinion publique française à la fin du xixe siècle4. À partir de 1908, l’Action française devient un quotidien dans lequel Charles Maurras, Léon Daudet et Jacques Bainville définissent ce que Gramsci appelle « un programme “idéologique” extrêmement minutieux [minuziosissimo] »5. La référence à l’idéologie, insérée entre guillemets, disparaîtra dans la réécriture du § 37 du cahier 13, devenant significativement « une conception du monde extrêmement “minutieuse” [minuziossima] »6.

  • 7 QC 1, § 48, p. 65.

4Mais afin de comprendre pourquoi Gramsci identifie une convergence entre l’idéologie et la vision du monde, il faut revenir en arrière et s’interroger sur les raisons pour lesquelles il s’est intéressé à l’Action française, un mouvement idéologique qui, dans une perspective gramscienne, ne pouvait représenter qu’un moment régressif dans la « sphère de la culture ». En effet, Gramsci déclare : « La défaite de Maurras est certaine : sa conception est fausse du fait de sa trop grande perfection logique »7.

  • 8 A. G[ramsci], « Repubblica e proletariato in Francia », Il Grido del Popolo, 20 avril 1918, CF, p.  (...)
  • 9 « Misteri della cultura e della poesia », Il Grido del Popolo, 19 octobre 1918, NM, p. 346-351.

5L’intérêt gramscien pour l’Action française remonte à l’époque du Grido del Popolo : parmi les nombreuses références, les plus pertinentes sont contenues dans deux articles de 1918, intitulés « République prolétarienne en France »8 et « Mystères de la culture et de la poésie »9. Dans la première de ces deux interventions, Gramsci propose une analyse fine de la société française dans laquelle l’Action française continue d’étendre son influence. Le parti monarchiste français suscite l’adhésion en promettant à chaque combattant pour la cause de la monarchie de devenir propriétaire, car, pour Maurras et ses proches, c’est la propriété qui rend l’homme libre. Dans l’article intitulé « Mystères de la culture et de la poésie » Gramsci, avec la vis polemica qui caractérise son style de journaliste, décrit l’étrange alliance engagée par la position théorique de l’Action française entre catholicisme et positivisme. Le positivisme est adopté conformément à la tradition française des Lumières, mais cette réception reste superficielle et n’inclut pas la radicalité démocratique propre à certains représentants des Lumières. Le catholicisme est défendu par respect pour l’histoire de la monarchie en France comme instrument pour impliquer les masses populaires.

  • 10 Note de la traductrice (Marie Lucas) : l’expression « libro giallo » employée dans la lettre à Bert (...)

6D’importantes références sont également présentes dans la correspondance de Gramsci en prison : en particulier sa lettre à Giuseppe Berti du 30 janvier 1928 dans laquelle, énumérant ses dernières lectures, il résume le contenu d’un recueil d’écrits de Maurras et Daudet intitulé Le Vatican et l’Action française. Il demande d’ailleurs ce dernier à Tania, dans la lettre du 3 octobre 1927 (la réception de l’ouvrage en prison est confirmée par la lettre du 14 novembre 1927). Défini comme « le “livre jaune” de l’Action française »10, le recueil est constitué d’articles, de discours et de circulaires dont Gramsci avait déjà pris connaissance dans le quotidien du mouvement en 1926, année où Pie XI prononça son interdiction pour les catholiques de rejoindre le mouvement de Maurras et Daudet et de lire leur quotidien. Gramsci propose à son camarade l’analyse suivante de la décision du pontife :

  • 11 LC, p. 153 (traduction française par H. Albani, C. Depuyer et G. Saro, Lettres de prison, Paris, Ga (...)

toutes les forces catholiques étaient exposées aux contrecoups des aventures de Maurras et Daudet qui, en 1926, avaient déjà tout prêt un gouvernement provisoire à hisser au pouvoir en cas de crise. Le Vatican, qui prévoyait au contraire une nouvelle vague de lois anticléricales du type de celles de Combes, a choisi ostensiblement de rompre avec l’Act. Franç. et d’œuvrer à l’organisation d’un parti catholique démocrate de masse qui puisse faire fonction de Centre parlementaire, selon la politique Briand-Poincaré. – Dans l’Act. Franç., pour des raisons évidentes, ne sortaient que les articles à demi déférents et modérés.11

  • 12 Ibid.

7Cette interprétation, bien que formulée à un stade de sa détention où Gramsci affirme que, pour lui, « même la lecture devient de plus en plus indifférente »12, est confirmée en avril 1930 lorsque, ayant depuis plus d’un an obtenu la permission de garder du matériel pour écrire dans sa cellule et ayant probablement consulté le livre en question pour la rédaction des notes du cahier 1, il écrit à sa belle-sœur :

  • 13 Ibid., p. 323-324 (Lettres de prison, ouvr. cité, p. 238). Dans les Cahiers, on trouve une référenc (...)

Même le livre sur L’Action française et le Vatican est aujourd’hui dépassé : ce n’est que le premier volume d’une série qui continue peut-être encore, car Daudet et Maurras ne se lassent pas de servir les mêmes choses à des sauces différentes : mais c’est justement pour cette raison que ce livre, en tant qu’exposé des principes, peut encore être intéressant. Je ne sais pas si tu as réussi à saisir toute l’importance historique que le conflit entre le Vatican et les monarchistes français a pour la France : il correspond, dans une certaine mesure, à la réconciliation italienne. C’est la forme française d’une conciliation profonde entre l’Église et l’État : les catholiques français, en tant que masse organisée dans l’Action catholique française, se séparent de la minorité monarchique. […] Cela a été significatif en 1926, pendant la crise parlementaire française : tandis que l’Action française annonçait un coup de force et publiait les noms des futurs ministres qui devaient constituer le gouvernement provisoire qui aurait rappelé le prétendant Jean IV d’Orléans, le chef des catholiques acceptait de faire partie d’un gouvernement de coalition républicaine. La fureur de Daudet et de Maurras contre le cardinal Gasparri et le nonce apostolique de Paris vient précisément de ce qu’ils ont pris conscience d’être désormais diminués politiquement de 90 % au moins.13

8Dans la note de Gerratana au § 18 du cahier 1, on apprend que Gramsci possédait une série d’ouvrages dans le dépôt de la prison de Turi, au-delà du volume qu’il cite plusieurs fois : l’Almanach de l’Action française et l’essai de Nicolas Fontaine Saint-Siège, « Action française » et « Catholiques intégraux ».

  • 14 QC 1, § 48, p. 63.

9L’intérêt pour ce mouvement – dont le succès en France dans les années 1920 est indéniable mais destiné, selon Gramsci, au déclin – repose donc sur la capacité de Maurras et Daudet à faire de leur quotidien un organe de propagande incroyablement bien distribué et qui aurait été capable de jouer un rôle central dans la politique française si, comme Gramsci l’écrit à Berti, les monarchistes en 1926 avaient prévu « le gouvernement provisoire à élever au pouvoir en cas de renversement ». Ce projet est, en réalité, la conséquence directe de la « stupidité de croire que, en 1925, la République pourrait s’effondrer à cause d’une crise parlementaire (l’intellectualisme conduit à ces hallucinations monomaniaques) »14.

  • 15 Ibid., p. 61. Dans la réécriture du § 37 du cahier 13, on trouve les occurrences du terme d’« idéol (...)
  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid.

10Au § 48 du cahier 1 comme au § 37 du cahier 13, Gramsci compare l’attitude des monarchistes de Maurras aux jacobins de 1789. Bien que les choix de Maurras puissent sembler ultra-réalistes, le porte-parole des monarchistes français est en réalité pour le penseur sarde « un jacobin à l’envers » : en effet, « les jacobins recouraient à un certain langage, ils suivaient une certaine idéologie ; à leur époque ce langage et cette idéologie étaient ultra-réalistes, parce qu’ils réussirent à faire progresser les forces nécessaires à l’accomplissement des objectifs de la révolution et donnèrent le pouvoir à la classe révolutionnaire »15. Les formules fondées sur une abstraction de l’idéologie jacobine (qui fut une conception du monde progressiste puisqu’elle est parvenue à affirmer les objectifs de la révolution et à remettre le pouvoir entre les mains de la bourgeoisie, la classe révolutionnaire de l’époque) devinrent des « paroles vaines et inertes »16 auxquelles Maurras opposa ses propres formules constituant un « système logico-littéraire, formellement impeccable, mais dans le plus pur esprit des Lumières »17.

11L’analyse gramscienne reproche à Maurras son rationalisme :

  • 18 Ibid.

sa relative popularité tient précisément à cela, sa méthode plaît parce qu’elle est celle-là même de la raison raisonnante dont sont issus l’encyclopédisme, les Lumières et toute la culture franc-maçonne française.18

  • 19 Ibid., p. 62.

12La limite de Maurras et Daudet, « toujours d’accord, toujours solidaires politiquement et idéologiquement », est le caractère sectaire de leur mouvement : leur langage est devenu un jargon, une lasse répétition de formules vides qui, avec le temps, laisseront voir leur vacuité. La relative force de l’Action française vient de ce que sa base est constituée de « types sociaux sélectionnés intellectuellement, nobles, intellectuels, anciens officiers, étudiants, autrement dit une population encline à répéter comme des perroquets les formules de Maurras et même à en tirer un profit “snob” »19. Une telle base assurait à Maurras des ressources économiques, mais la rupture avec le Vatican en 1926 a retiré au mouvement monarchiste la possibilité d’étendre son influence aux autres acteurs sociaux.

13Le caractère totalisant de l’idéologie des monarchistes français, qui lui donne l’aspect d’une vision du monde et peut garantir au mouvement une certaine diffusion, ne peut, en régime républicain, qu’entraîner sur le long terme – précisément parce qu’elle est sans rapport avec le cours historique réel – la défaite et la disparition du parti monarchique.

L’irrationnel dans l’histoire

  • 20 Pour un commentaire sur le remaniement des paragraphes du cahier 1, voir supra note 2.
  • 21 Je reprends le § 68 déjà mentionné dans lequel Gramsci expose un jugement lapidaire : « la défaite (...)
  • 22 Je reprends l’expression que Gramsci lui-même utilise au § 24 du cahier 13 : bien qu’elle se réfère (...)

14L’attention portée par Gramsci à l’histoire de l’Action française (dont témoigne la réécriture des paragraphes du cahier 1 au cahier 1320) peut être reliée à une réflexion plus générale développée par certains passages des Cahiers de prison : ce que l’on peut définir comme l’activité de l’irrationnel dans l’histoire. Compte tenu du jugement de Gramsci sur l’Action française21, il semble évident que ce mouvement doive être considéré comme une illustration du concept d’« irrationnel » que le penseur sarde élabore dans certains passages de ses cahiers. C’est pourtant un élément irrationnel qui ne peut être ignoré en raison de la « concentration idéologique »22 qu’il a su créer. C’est ce pouvoir de diffusion qui suscite l’intérêt du penseur sarde et sur lequel il commence à travailler pour étendre son concept d’idéologie – auquel la réflexion sur l’Action française s’avère indissociablement liée –, de philosophie, et donc pour repenser les rapports internes à l’ensemble des superstructures.

15La première référence significative à la question de l’irrationalité se trouve au § 10 du cahier 6 (écrit approximativement entre novembre et décembre 1930) :

  • 23 QC 6, § 10, p. 689-690. Je souligne.

on oublie souvent (et quand le critique de l’histoire in fieri l’oublie, cela signifie qu’il n’est pas historien, mais homme politique en acte) qu’à chaque instant de l’histoire in fieri il y a lutte entre le rationnel et l’irrationnel, étant entendu par irrationnel ce qui ne triomphera pas en dernière analyse, ne deviendra jamais histoire effective, mais qui en réalité est rationnel aussi parce que nécessairement lié au rationnel, dont il est un moment essentiel ; dans l’histoire, si le général triomphe toujours, le « particulier » aussi lutte pour s’imposer et en dernière analyse s’impose aussi parce qu’il détermine un certain développement du général et non un autre. […] seule la lutte, par son issue, même quand cette issue n’est pas immédiate, mais par ce qui se manifeste lors d’une victoire permanente, dira ce qui est rationnel ou irrationnel, ce qui est « digne » de l’emporter en tant que continuation, à sa manière, et dépassement du passé.23

  • 24 QC 4, § 17, p. 438 (le paragraphe a été rédigé entre mai et août 1930).
  • 25 QC 7, § 26, p. 875.
  • 26 QC 6, § 10, p. 690. L’intérêt manifesté par Gramsci depuis le cahier 1 pour l’Action française et p (...)

16La définition particulière de l’« irrationnel » formulée dans ce passage (qui semble être une réélaboration approfondie du célèbre adage hégélien) permet de comprendre pourquoi, comme nous l’avons remarqué plus haut, Gramsci est si attentif à toute manifestation superstructurelle : même ce qui est transitoire trouve un moyen de « fonctionner historiquement » et laisse des marques sur le réel. Cette dernière proposition permet d’avancer une hypothèse interprétative sur le caractère « actif » de l’irrationnel. Cette « activité » (autrement dit la capacité d’action de ce qui est historiquement transitoire) semble présenter une analogie avec la métaphore gramscienne selon laquelle « la langue est une chose vivante et en même temps est un musée de fossiles de la vie passée »24. De même que chaque terme du langage a une histoire et acquiert d’une époque à l’autre des nuances lexicales particulières, tout en restant constitué de la même suite de lettres et de la même manière au niveau des superstructures (niveau qui sera défini au cahier 7, comme au cahier 3, « front idéologique »25), l’irrationnel continue paradoxalement de fonctionner même lorsqu’il a définitivement échoué, parce qu’il a imprimé sa marque sur le développement historique ultérieur, même s’il a été dépassé, parce qu’« en dernière analyse il s’impose lui aussi en ce qu’il détermine un certain développement du général et non un autre »26.

  • 27 G. Cospito propose pour le groupe de notes de 34 à 41 du cahier 7 une datation très ample : de févr (...)
  • 28 QC 7, § 36, p. 886.

17Pour compléter cette analogie entre le langage, le fonctionnement des idéologies-superstructures et le processus historique, il convient de relever quelques considérations sur le langage, proposées au § 36 du cahier 7 (composé en 193127), dans lequel le penseur sarde écrit que, dans le langage, se sédimentent « les significations idéologiques données aux mots pendant les périodes précédentes de civilisation »28. Dans le paragraphe suivant, Gramsci réitère l’impossibilité de libérer le langage de la stratification des idéologies antérieures, miroir des Weltanschauungen qui ont cessé d’exercer une fonction dans le processus historique :

  • 29 Ibid., p. 887.

Le langage se transforme à mesure que se transforme toute la civilisation et précisément reprend de façon métaphorique les mots des civilisations et cultures précédentes […]. Le nouveau sens métaphorique s’étend à mesure que s’étend la nouvelle culture, qui par ailleurs crée aussi des mots complètement neufs ou les emprunte à d’autres langues en un sens précis.29

18Le langage représente donc un « niveau conservateur » au sein des superstructures, en lui l’« ancien » ne meurt jamais complètement et continue d’influencer dialectiquement le « nouveau » : c’est de cette façon que l’irrationnel, qui ne disparaît jamais totalement dans le processus historique, semble fonctionner dans l’histoire. En ce sens, l’irrationnel, ou plutôt l’irrationnel qui se tient à l’intérieur du processus historique, est relativement conforme au processus historique dans son ensemble et avec les tendances qui lui sont inhérentes.

19Cette analogie entre langage, idéologies-superstructures et processus historique se poursuit à l’occasion de considérations décisives qui figurent dans la taxonomie fondamentale du niveau des superstructures au § 19 du cahier 7 (composé entre novembre 1930 et février 1931). Après une première partie de paragraphe consacrée à une reconstruction détaillée de la dynamique qui a conduit à l’affirmation du sens inférieur du terme « idéologie » (suite et approfondissement de l’analyse du terme proposée au § 35 du cahier 4), Gramsci affirme la nécessité d’introduire une distinction au sein des superstructures :

  • 30 QC 7, § 19, p. 868-869. Je souligne.

il faut donc distinguer entre les idéologies historiquement organiques, c’est-à-dire qui sont nécessaires à une certaine structure, et les idéologies arbitraires, rationalistes, « voulues ». En tant qu’elles sont historiquement nécessaires, elles ont une validité qui est validité « psychologique », elles « organisent » les masses humaines, elles forment le terrain sur lequel les hommes évoluent, prennent conscience de leur position, luttent, etc. En tant qu’elles sont « arbitraires », elles ne créent rien d’autre que des « mouvements » individuels, des polémiques, etc. (elles non plus ne sont pas complètement inutiles, car elles sont comme l’erreur qui s’oppose à la vérité et l’affirme).30

  • 31 En mai 1930, en même temps que le début du cahier 3, Gramsci poursuit la rédaction des notes du cah (...)
  • 32 Ibid.

20La première observation est presque évidente : le niveau des superstructures est caractérisé par une pluralité d’idéologies. À côté des idéologies historiquement organiques, c’est-à-dire étroitement liées à la structure actuelle et donc (à différents degrés) progressistes, Gramsci signale l’existence d’idéologies arbitraires, rationalistes, voulues, celles qui ont conduit à l’affirmation du sens négatif du terme. Les idéologies historiquement organiques constituent le terrain sur lequel les individus prennent conscience de leur situation dans le contexte économique et social où ils se trouvent, évidente référence à la Préface de 1859, dont on ne discutera pas ici l’importance pour la maturation de la réflexion sur l’idéologie31. Les idéologies arbitraires, quant à elles, constituent des mouvements individuels et des points de vue partiels, inadéquats et limités par rapport à la complexité de la situation historique et sociale existante. Le caractère « rationaliste », c’est-à-dire doté d’une rationalité au sens négatif, attribué aux idéologies arbitraires, est cohérent avec les caractères que Gramsci prête à l’Action française au cahier 1 : l’adhésion à une conception fausse car « d’une trop grande perfection logique » et le recours à ce que Gramsci appelle la « raison raisonnante », dont il fait dériver « l’encyclopédisme, les Lumières et toute la culture franc-maçonne française »32. Le lien entre l’arbitraire et le rationalisme excessif rend parfaitement compte de la nature du mouvement de Maurras et permet de saisir d’autant mieux l’affinité entre l’analyse gramscienne de l’Action française et la réflexion sur l’irrationalité et sur les idéologies arbitraires.

21Cependant, les idéologies arbitraires, rationalistes, voulues ne sont pas complètement « inutiles », écrit Gramsci : parallèlement à la définition de l’« irrationnel » au § 10 du cahier 6, il souligne, au niveau des superstructures, l’importance de ce qui s’avère être en dernière instance transitoire, à la lumière du développement historique. L’irrationnel et les idéologies arbitraires-rationalistes permettent de mieux comprendre les lignes de développement d’une période historique déterminée, tout comme les ombres permettent de percevoir la profondeur d’une figure picturale. En ce sens, le penseur sarde compare les idéologies arbitraires à l’erreur qui, en s’opposant à la vérité, l’affirme et fait ressortir ses traits caractéristiques.

22Cette réflexion est encore approfondie au § 24, dans lequel Gramsci écrit :

  • 33 QC 7, § 24, p. 873.

chaque phase historique réelle laisse sa trace sur les phases suivantes qui en deviennent d’une certaine façon le meilleur document. Le processus de développement historique est une unité dans le temps, par laquelle le présent contient tout le passé et par laquelle ne se réalise du passé dans le présent que ce qui est « essentiel », sans résidu d’un « inconnaissable » qui serait la véritable « essence ». Ce qui s’est « perdu », c’est-à-dire qui ne s’est pas transmis dialectiquement dans le processus historique, n’était pas pertinent en soi, c’était un « gaspillage » aléatoire et contingent, chronique et non histoire, épisode superficiel, négligeable, en dernière analyse.33

23Ce passage propose une réflexion sur le processus historique en termes de totalité dialectique dans laquelle, en dernière analyse seulement, il est possible d’indiquer ce qui n’est pas « significatif » : le critère de l’insignifiance est dans ce cas aussi – conformément à l’interprétation gramscienne des Thèses sur Feuerbach – l’inefficacité, bien que, comme Gramsci lui-même l’avait écrit à propos de l’« irrationnel », on ne puisse affirmer que ce qui s’avère en dernière instance complètement négligeable ne soit plus. La persistance de l’expression « en dernière analyse » nous aide à comprendre la complexité de la réflexion gramscienne sur le processus historique, son souci de fuir toute lecture mécaniste du cours historique et sa volonté de garder continuellement à l’esprit la nécessité de repenser les stratégies d’action à partir d’une analyse attentive du contexte.

  • 34 Ibid.
  • 35 Gramsci identifie l’adjectif « rationaliste » (propre à la « raison raisonnante ») à l’arbitraire a (...)

24L’impossibilité d’identifier l’insignifiance-irrationalité a priori avec une certitude apodictique (sous peine de tomber « dans un système logique et littéraire formellement impeccable, mais dans le plus pur esprit des Lumières »34) définit parfaitement le noyau de la réflexion de Gramsci sur les idéologies-superstructures, s’exprimant au § 12 du cahier 11 (composé en juin 1932). Dans ce paragraphe élaboré, qui se trouve au cœur de sa réflexion gnoséologique et politique (gnoséologique en tant que politique, pourrait-on dire, et politique en tant que gnoséologique), Gramsci écrit : « l’adhésion massive à une idéologie, ou la non-adhésion, est la manière dont se réalise la véritable critique de la rationalité et de l’historicité des modes de pensée ». Cette affirmation, loin de contredire les réflexions antérieures sur le caractère arbitraire de certaines idéologies, permet de trouver un nouveau critère de vérification de leur valeur historique : leur capacité à se diffuser parmi les masses et la nécessité pour les idéologies de se conformer aux besoins des masses (parfois même au détriment partiel de la rigueur logico-formelle de l’idéologie organique, qui toutefois ne constitue pas pour Gramsci une caractéristique fondamentale, comme nous l’avons vu précédemment35). Et Gramsci précise immédiatement ce critère en ajoutant que

  • 36 QC 11, § 12, p. 1393. Je souligne.

les constructions arbitraires sont plus ou moins rapidement éliminées de la compétition historique, même si parfois, en raison d’une combinaison de circonstances immédiates favorables, elles parviennent à jouir d’une certaine popularité, tandis que les constructions qui correspondent aux besoins d’une période historique complexe et organique finissent toujours par s’imposer et prévaloir même si elles traversent de nombreuses phases intermédiaires au cours desquelles elles ne s’affirment que par des combinaisons plus ou moins bizarres et hétéroclites.36

25Dans ce passage, cohérent avec les observations formulées jusqu’ici, les deux propositions concessives apparaissent décisives. Gramsci précise à travers elles les limites d’application historique des tendances identifiées, autrement dit le caractère transitoire des constructions arbitraires et l’affirmation des « constructions qui correspondent aux exigences d’une période historique complexe et organique ». En effet, une « combinaison de circonstances immédiates favorables » rend possible l’affirmation transitoire (mais il s’agit toujours d’une affirmation) des constructions arbitraires (compte tenu du succès relatif de l’Action française, mouvement monarchique en régime républicain). Dans la deuxième partie de la citation, la dissipation de l’ambiguïté est plus problématique : Gramsci semble suggérer que, toutes rigoureuses et mesurées que puissent être l’analyse du contexte historique et la formulation de propositions (et d’une conception du monde sous-jacente), les tenants des idéologies organiques historiques, pour les diffuser, doivent se confronter à ce qui les entoure et, malgré eux ou à leur insu, se laisser conditionner pour ouvrir la voie à une affirmation durable. On voit ici à l’œuvre « le critique des idées et l’historien du développement historique » (cahier 24, § 3) mais aussi « l’homme politique » entendu comme « historien praticien ».

26L’irrationalité apparaît donc comme l’élément inséparable du processus historique, irrationalité qui ne peut être déterminée qu’en dernière instance (selon la formule d’Engels, in letzter Instanz) et qui en tout cas ne met pas définitivement hors-jeu ce que le cours historique semblerait avoir disqualifié comme transitoire : à partir de l’analogie entre langage, idéologies et processus historique, on peut identifier la permanence (dans la stratification des sens des mots : choses vivantes et en même temps musées de fossiles de la vie passée) du passage des idéologies-mouvements arbitraires (pour les définir selon le schéma gramscien développé au § 19 du cahier 7). Mais le théoricien a aussi pour rôle de comprendre pourquoi l’irrationnel (au moins pendant une phase) crée si souvent son propre champ d’action et de diffusion contre toute « logique » et peut-être contre toute forme de « bon sens » ou alors, comme l’écrit Gramsci à propos de l’Action française, uniquement dans le « plus pur esprit des Lumières ». C’est encore Gramsci qui nous aide à formuler une réponse : l’élaboration d’une ligne de continuité (ascendante, puisqu’opérant toujours une distinction quantitative) entre les différents niveaux de connaissance. Cette opération est engagée par Gramsci pour l’analyse des rapports entre idéologie et philosophie. Au cahier 10, le penseur sarde écrira que :

  • 37 QC 10 II, § 2, p. 1242.

La distinction sera possible, mais seulement par degrés (quantitative) et non pas qualitativement. Les idéologies seront même la « vraie » philosophie, parce qu’elles s’avèreront être ces « vulgarisations » philosophiques qui entraînent les masses à l’action concrète, à la transformation de la réalité. Elles seront, autrement dit, l’aspect de masse de toute conception philosophique.37

  • 38 Comme l’a très justement écrit F. Fergnani : « le lien philosophico-idéologico-politique constitue (...)

27Dans le cahier 10, l’idéologie devient l’aspect de masse de toute conception philosophique appliquée à la « transformation de la réalité ». La relation qui s’établit entre philosophie-idéologie-action représente une reformulation de l’unité de la théorie et de la pratique : il semblerait même que l’idéologie constitue l’étape intermédiaire entre la conceptualisation théorique et l’activité pratique, ce qui rend la théorie raisonnable et la pratique lucide38.

  • 39 QC 11, § 12, p. 1375.
  • 40 La datation permet d’établir un rapport : le § 2 du cahier 10 II date de la première moitié d’avril (...)
  • 41 Cette affirmation est également présente au QC 8, § 204 (février-mars 1932) et au QC 10 II (juin 19 (...)

28Au § 12 du cahier 11, Gramsci tirera l’ultime conclusion de ces prémisses : le folklore, le sens commun, la religion, le bon sens, la science et la philosophie figurent tous parmi les superstructures (même s’ils ont des degrés distincts de complexité et se trouvent à la limite de l’irrationalité telle que la définit Gramsci, notamment le folklore destiné à recueillir les « débris » des couches idéologiques supérieures). Sur cette base, Gramsci propose une définition de la philosophie aussi large que possible, à partir de laquelle il peut affirmer que tous les hommes sont philosophes. En ce sens, aux yeux du critique des idées et de l’historien du développement historique, toutes les manifestations superstructurelles ont donc une égale dignité (mais une structuration et une élaboration différentes). Elles se distinguent en effet clairement du point de vue quantitatif, en termes d’organicité : elles vont de l’absence quasi totale de cohérence du folklore jusqu’à la structuration et l’élaboration intellectuelles accomplies de la philosophie au sens strict. En tout cas, Gramsci affirme clairement que tous les hommes sont des philosophes, « bien qu’à leur manière, inconsciemment »39. L’affirmation selon laquelle « tous les hommes sont philosophes », dans la réflexion de Gramsci, s’inscrit dans le prolongement de l’affirmation du § 2 du cahier 1040, selon laquelle il n’est pas possible de distinguer qualitativement entre philosophie et idéologie, puisqu’elles appartiennent toutes deux au niveau des superstructures. On peut dire en effet que si, d’une part, la philosophie au sens strict constitue l’un des nombreux niveaux où s’articulent les superstructures, d’autre part, la philosophie au sens large et l’idéologie atteignent dans la conception gramscienne une telle extension qu’elles peuvent être considérées comme équivalentes à la notion gramscienne de « superstructures ». Cette affirmation portant sur le caractère humainement universel de la philosophie est analysée par Gramsci dans une direction qui coïncide clairement avec la remise en question du rôle de l’irrationnel dans l’histoire41. Gramsci identifie tout particulièrement une philosophie spontanée

  • 42 QC 11, § 12, p. 1375.

contenue : 1) dans la langue elle-même, qui est un ensemble de notions et de concepts déterminés et non pas déjà et seulement de mots grammaticalement vides de contenu ; 2) dans le sens commun et le bon sens ; 3) dans la religion populaire et donc dans tout le système des croyances, superstitions, opinions, façons de voir et de faire qui apparaissent dans ce qu’on appelle généralement « folklore ».42

29C’est dans ce cadre de restructuration de l’ensemble du système des superstructures, de redéfinition des concepts d’« idéologie » et de « philosophie », que cette réflexion sur l’irrationalité s’inscrit et se distingue par son acuité.

  • 43 Lettre à sa mère (Giuseppina Marcias), 24 août 1931, LC, p. 446.

30Ces réflexions sur l’Action française et sur le rôle de l’irrationnel dans l’histoire peuvent s’appliquer à quiconque, comme Gramsci, engage une élaboration théorique en se considérant comme « un combattant qui n’a pas eu de chance dans la lutte immédiate »43 et se trouve confronté à l’avancée du fascisme – avancée qu’il essaie d’expliquer rationnellement, exactement comme il l’a fait avec la position des modérés dans l’histoire du Risorgimento italien. La vitalité de la pensée gramscienne sur la question du rôle et de la fortune (relative, en dernière analyse) de l’irrationnel peut nous stimuler dans l’étude de notre présent, où il arrive si souvent que « le tort » (qu’il corresponde à l’irrationnel ou au rationalisme qui pèche par une trop grande perfection logique) finisse par avoir raison.

Notes

1 G. W. F. Hegel, Principes de la philosophie du droit [1820], R. Derathé éd., Paris, Vrin, 1990, p. 54-56.

2 Je souligne.

3 Les sutures et réélaborations s’inscrivent dans la droite ligne de la notion de « rapport de force » développée aux § 2 et 17 du cahier 13 et des réflexions sur la structure des partis politiques aux § 23 et 33. Pour une analyse détaillée de ces thèmes au centre de la réflexion gramscienne, voir F. Antonini, « “Il vecchio muore e il nuovo non può nascere”: cesarismo ed egemonia nel contesto della crisi organica », International Gramsci Journal, vol. 2, no 1, 2016, p. 167-184 ; F. Antonini, « Fra “vecchia” e “nuova” politica: Stato, partito e burocrazia negli ultimi miscellanei », rapport présenté lors du séminaire Verso la nuova edizione critica dei «Quaderni del carcere» di Antonio Gramsci, université d’Urbino, 8-9 avril 2016 (je remercie l’auteure de m’avoir fourni le texte non publié de sa contribution). Si l’ordre de composition de chaque paragraphe du manuscrit reste impossible à reconstituer, G. Cospito propose, sur la base de plus de trente ans d’étude philologique du texte, l’hypothèse la plus récente de datation en annexe à sa contribution « Verso l’edizione critica e integrale dei Quaderni del carcere », Studi Storici, vol. 52, no 4, 2011, p. 881-904.

4 Les informations sur l’Action française me sont fournies par l’article d’A. Werth, « Charles Maurras and the Action française », publié le 22 juin 1939 dans la revue anglaise The Tablet. L’auteur souligne que les fondateurs, Charles Maurras et Léon Daudet, du mouvement alors en crise, inspirent les conceptions corporatistes en économie de tous les mouvements fascistes européens.

5 QC 1, § 48, p. 61.

6 QC 13, § 37, p. 1643.

7 QC 1, § 48, p. 65.

8 A. G[ramsci], « Repubblica e proletariato in Francia », Il Grido del Popolo, 20 avril 1918, CF, p. 836-843.

9 « Misteri della cultura e della poesia », Il Grido del Popolo, 19 octobre 1918, NM, p. 346-351.

10 Note de la traductrice (Marie Lucas) : l’expression « libro giallo » employée dans la lettre à Berti du 30 janvier 1928, désigne le recueil des documents rassemblés par l’Action française et préfacé par Maurras et Daudet en vue de reconstituer les événements et les responsabilités – notamment jésuites – à l’origine de la condamnation du mouvement monarchiste par l’Église en 1926 : Les pièces d’un procès. « L’Action française » et le Vatican, Paris, Flammarion, 1927. La Civiltà Cattolica réagit aussitôt à cette publication, qu’elle mentionne systématiquement comme « il “libro giallo” », entre guillemets et sans majuscules. La revue jésuite indique en note que l’expression est empruntée au journal de l’Action française ainsi qu’à l’avant-propos du recueil paru chez Flammarion qui précise : « C’est une sorte de Livre Jaune de ses démêlés avec le Saint-Siège, que l’Action française présente aujourd’hui à tous ceux qui veulent porter sur ce douloureux conflit un jugement éclairé », dans « Il “libro giallo” di una pretesa potenza. “L’Action française” et le Vatican », Civiltà Cattolica, 10 août 1927, III, fasc. 1852, note 1, p. 329. En recourant à l’expression « Livre Jaune », avec majuscules et en italique, l’avant-propos à L’« Action française » et le Vatican (art. cité, p. 18), fait probablement référence au Livre jaune de Philippe Berthelot paru en décembre 1914. Alors secrétaire général au Quai d’Orsay, Berthelot avait rassemblé sous une couverture jaune les dépêches reçues par les ministères des Affaires étrangères des pays en guerre afin d’établir la responsabilité de l’Allemagne dans la crise de juillet 1914. Ce dossier, comprenant un faux manifeste destiné à accabler l’Allemagne, eut peu d’influence sur le cours de la guerre mais en eut en revanche lors du traité de Versailles ; voir à ce sujet J.-J. Becker, « Le mensonge en histoire. Le télégramme no 118 du Livre jaune (décembre 1914) », Écrire l’histoire, vol. 10, 2012, p. 37-45. Le syntagme établit une analogie entre, d’une part, le Livre jaune de Berthelot, dossier à charge contre l’Allemagne, et d’autre part, le Livre jaune de l’Action française, dossier à charge contre les ennemis politiques de Maurras au sein de l’Église.

11 LC, p. 153 (traduction française par H. Albani, C. Depuyer et G. Saro, Lettres de prison, Paris, Gallimard, 1971, p. 127).

12 Ibid.

13 Ibid., p. 323-324 (Lettres de prison, ouvr. cité, p. 238). Dans les Cahiers, on trouve une référence claire à la crise parlementaire que connaît la France en 1925-1926, et à la volonté de l’Action française de participer à la formation du nouveau gouvernement (voir QC 1, § 48, p. 63). Plus d’un an après la signature des accords du Latran, Gramsci compare les relations complexes entre le monde catholique français organisé dans l’Action catholique française à la « réconciliation italienne » : selon cette perspective, la séparation de l’Église du parti monarchique de Maurras et de ses membres met en évidence la volonté des représentants du monde catholique d’entrer directement dans l’arène politique.

14 QC 1, § 48, p. 63.

15 Ibid., p. 61. Dans la réécriture du § 37 du cahier 13, on trouve les occurrences du terme d’« idéologie », inaltérées dans leur contenu : « Les jacobins utilisaient un certain langage, ils étaient des partisans convaincus d’une idéologie déterminée ; à l’époque et dans les circonstances données, ce langage et cette idéologie étaient ultra-réalistes, parce qu’ils réussirent à mettre en mouvement les énergies politiques nécessaires aux objectifs de la Révolution et pour consolider durablement l’accès au pouvoir de la classe révolutionnaire ».

16 Ibid.

17 Ibid.

18 Ibid.

19 Ibid., p. 62.

20 Pour un commentaire sur le remaniement des paragraphes du cahier 1, voir supra note 2.

21 Je reprends le § 68 déjà mentionné dans lequel Gramsci expose un jugement lapidaire : « la défaite de Maurras est certaine : sa conception est fausse du fait d’une trop grande perfection logique » (QC 1, § 68, p. 65).

22 Je reprends l’expression que Gramsci lui-même utilise au § 24 du cahier 13 : bien qu’elle se réfère aux effets attribués – selon une perspective déterministe – à l’élément économique immédiat, cette expression s’avère particulièrement appropriée concernant la capacité de l’irrationnel à faire cristalliser autour de lui un mouvement, une masse humaine plus ou moins vaste ; c’est cette spécificité même qui rend l’élément irrationnel intéressant pour Gramsci et digne d’être étudié.

23 QC 6, § 10, p. 689-690. Je souligne.

24 QC 4, § 17, p. 438 (le paragraphe a été rédigé entre mai et août 1930).

25 QC 7, § 26, p. 875.

26 QC 6, § 10, p. 690. L’intérêt manifesté par Gramsci depuis le cahier 1 pour l’Action française et pour tous les auteurs associés à la rubrique intitulée « Petits-enfants du Père Bresciani » est symptomatique de l’importance que le penseur sarde attache à tous les phénomènes superstructurels, même ceux qu’il juge lui-même marginaux.

27 G. Cospito propose pour le groupe de notes de 34 à 41 du cahier 7 une datation très ample : de février à novembre 1931.

28 QC 7, § 36, p. 886.

29 Ibid., p. 887.

30 QC 7, § 19, p. 868-869. Je souligne.

31 En mai 1930, en même temps que le début du cahier 3, Gramsci poursuit la rédaction des notes du cahier 2, commence la rédaction du cahier 4 et, sur les premières pages de ce qui deviendra le cahier 7, commence la traduction en allemand de quelques textes de Marx extraits de l’anthologie Löhnarbeit und Kapital. Zur Juderfrage und andere Schriften aus der Frühzeit. Il s’agit notamment des Thèses de Feuerbach, de la préface de 1859 à la Critique de l’économie politique, d’extraits du Manifeste du Parti communiste, du Travail salarié et capital, de la Question juive et du chapitre de la Sainte Famille consacré au matérialisme français. L’intensité du travail intellectuel de Gramsci incite à lire les paragraphes écrits entre mai et octobre 1930 dans chacun des trois cahiers qu’il compile comme des tesselles d’une seule et même mosaïque et à voir dans les traductions de l’anthologie marxienne la stimulation décisive pour le développement de la conception de l’idéologie et des superstructures.

32 Ibid.

33 QC 7, § 24, p. 873.

34 Ibid.

35 Gramsci identifie l’adjectif « rationaliste » (propre à la « raison raisonnante ») à l’arbitraire au § 19 du cahier 7.

36 QC 11, § 12, p. 1393. Je souligne.

37 QC 10 II, § 2, p. 1242.

38 Comme l’a très justement écrit F. Fergnani : « le lien philosophico-idéologico-politique constitue une “constellation” qui émerge avec une grande netteté de l’ensemble de la réflexion gramscienne telle qu’elle nous est offerte dans les notes qui composent les Cahiers de prison. Sans trop forcer l’interprétation du texte, on pourrait dire que l’idéologie sert de lieu ou d’élément de jonction entre philosophie et politique, entre philosophie et vie et donc entre philosophie et histoire réelle en acte. Ou plus précisément : puisque le lien global, dans sa formulation rendue explicite, inclut les duos “philosophie-idéologie” et “idéologie-politique”, l’idéologie devient le lieu contextuel, homogène aux deux duos, dans lequel philosophie et politique interagissent et communiquent » (F. Fergnani, La filosofia della prassi nei «Quaderni» di Gramsci, Milan, Unicopoli, 1976, p. 14-15). Il est intéressant de remarquer que Fergnani met en lumière la particularité du concept gramscien d’idéologie et son irréductibilité aux notions proto-marxienne et engelsienne. Chez Gramsci, en effet, « on a un concept d’idéologie […] qui s’en tient à la conception la plus large et qui identifie donc comme le trait distinctif de la manière d’être idéologique la fonctionnalité pratico-politique d’une position idéale, ou d’une vision du monde : en particulier dans la capacité à offrir un horizon intellectuel et moral dans lequel une action politique donnée est promue et légitimée, et les forces qui en sont les protagonistes, sont stimulées et idéalement unifiées. De fait, alors que le problème de l’idéologie n’est pas rigoureusement ni intégralement thématisé par Gramsci, qui reste assez loin de l’acception critique “classique” qu’il ne fait qu’effleurer, la problématique de l’idéologie dans son sens le plus large est assidûment développée et occupe une place fondamentale dans son œuvre » (ibid., p. 15). On ne s’appesantira pas ici sur la très riche réflexion sur l’idéologie que contient la production de Gramsci en prison : mais le lien entre cette dernière et le problème du rôle de l’irrationalité dans l’histoire ne fait aucun doute.

39 QC 11, § 12, p. 1375.

40 La datation permet d’établir un rapport : le § 2 du cahier 10 II date de la première moitié d’avril 1932, avant la correspondance avec Tatiana au sujet de la philosophie de Croce et avant le début de la rédaction du cahier 11. Le § 204 du cahier 8, première version du texte pour la première section du § 12, a très probablement été composé par Gramsci entre février et mars 1932 : on voit ainsi s’établir un rapport triangulaire, également pour cette réflexion gramscienne, entre les trois cahiers 8, 10 et 11 ; rapport qui s’est révélé être la considération essentielle que la philologie gramscienne fournit pour l’étude de ces trois cahiers.

41 Cette affirmation est également présente au QC 8, § 204 (février-mars 1932) et au QC 10 II (juin 1932), à l’occasion de réflexions sur le concept crocien de religion.

42 QC 11, § 12, p. 1375.

43 Lettre à sa mère (Giuseppina Marcias), 24 août 1931, LC, p. 446.

Auteur

Università degli Studi di Pavia

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search