Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

La bourse, un contenant qui court après son contenu*

Texte intégral

  • * Chronique parue dans Mots, 41, décembre 1994, p. 196-200.

1Où les grippe-sous d’autrefois serraient-ils leur "monnaie courante" ? Dans une bourse, un boursicaud, une boursette, voire une bougette, une aumônière, un escars, voire une escarcelle. Pour les plus riches, l’or s’est mis à dormir en tas, laissant le "cours" aux billets puis aux chèques ; les mots de la petite thésaurisation ont alors disparu. Seule est restée la Bourse, drainant vers elle les économies des autres. L’art de tirer l’argent des poches.

2Des poches grèques, par exemple. C’est la bursa, l’outre de peau, chose et terme repris en basse latinité. Il s’agit encore, dans le 12e siècle français, d’un sac de cuir fermé d’une cordelette, comme chez le poète Colin Muset, qui l’avait léger sur le dos.

M’aumosnière est mal garnie
Et ma borse mal farsie.
……
Quant vois borse desgarnie
Ma femme ne me rit mie.

3Pour d’autres, la bourse se délie plus souvent ; Marot la préférait "avec grosse aposthume". On voit, dès le 14e siècle, "la monnoye courant en bourse". C’est le début des métonymies françaises, du contenant au contenu, de l’état à l’acte, de l’opération au résultat et au comportement, par élargissements successifs. Bourse : transaction, lieu et actant de la transaction. Elle "monte", elle "descend", elle "stagne". Le Constitutionnel de 1822 publie régulièrement un "Bulletin de la bourse d’aujourdhui". Le numéro du dimanche 29 décembre met, par exemple, en scène un "spéculateur à la baisse", un "joueur à la hausse" et un troisième intervenant "qui a des primes" et reste dans l’expectative. "Comment la bourse s’est-elle comportée ? Quels sont les cours ?", interroge de nos jours le commentateur des médias.

  • 1 "In una borsa gialla vidi azzurro
    Che d’un leone avea faccia e contegno".
    (Cité dans Jacques Le Goff (...)

4La bourse a couru tout au long du Moyen-Age avec l’usurier. Au terme des condamnations religieuses contre les prêteurs ("De tous les marchands le plus maudit est l’usurier", aurait dit Jean-Chrysostome), la bourse est déjà le symbole de la banque. N’est-ce pas elle, jaune et marquée du ciel et du lion vénitiens, que Dante aperçoit à l’extrême chevet du septième cercle de l’Enfer1 ? Elle court aussi avec le collégien du 15e siècle ; le mot indique la pension qui lui est attribuée. Le voilà boursier, empruntant ce nom à l’artisan fabricant de bourses en cuir ou toile, tel qu’il apparaissait dans le Livre de mestiers d’Etienne Boileau, deux siècles plus tôt. Sous Louis 11, cet artisan boursier porte bannière à la "montre" des métiers, côte à côte avec le ceinturier et le mégissier, ses confrères, derrière le tanneur et le corroyeur et devant le gantier et le pareur de peaux (ordonnance de 1467).

5Le boursier de collège, lui, court vers l’âge adulte ; mais ce n’est qu’au 18e siècle, profitant de la montée du capitalisme financier en Europe, qu’il s’intéressera vraiment à la Bourse, au sens moderne. Il pourra devenir boursicotier ou boursicoteur, termes issus du vieux verbe boursicoter, qui signifiait "faire des économies", du temps où l’on se contentait de thésauriser petitement dans le boursicaud (borseco au 13e s.). Vallès, dans L’insurgé, évoque encore en 1885 le "boursicot de la République", qu’il feint de prendre pour un âne, et dans Le Cri du Peuple, en 1892, "l’oligarchie bourgeoise et boursicotière". Ces termes ont fait florès au 19e siècle, sous la plume de Proudhon par exemple : "Comme idée, Napoléon III a beau faire [...] Compère des boursicotiers et des bancocrates, il est une contradiction vivante" (De la justice dans la Révolution et dans l’Eglise, note de 1860).

  • 2 Certains invoquent encore à l’origine de Bourse (cf. Le Monde, 18 octobre 1994, p. VIII, "Ephéméri (...)

6Retour au contenant et à ceux qui s’y disputent les pouvoirs de l’argent : c’est aux Pays-Bas, au tout début du siècle précédent, que s’est établi le premier grand centre des transactions financières, la Bourse de Bruges2, qu’avait précédée celle d’Anvers (1460, 1531). Le mot a remplacé Loge et Change, dont on ne connait plus, tant à Lyon qu’à Paris, que les ponts. On sait que Law, en 1719, lancera la Bourse de Paris qui deviendra officielle en 1724.

  • 3 Le roi interdit aux compagnons imprimeurs de Lyon "d’exiger argent pour faire bourse commune, de l (...)

7Entre la prise en compte des intérêts du capital et celle des intérêts des travailleurs, entre la bourse des valeurs et celle du travail, s’écoulent plusieurs siècles. Et pourtant... Depuis le Moyen Age, les compagnons des différents "Devoirs" pratiquent à la cayenne, leur maison, la bourse commune, où chacun verse sa contribution et ses amendes. Le mot fait partie de leur vocabulaire, au même titre que boite ou boëte. On met en bourse l’argent collecté. Il pourra servir en cas de grève3...

  • 4 Cf. Peter Schöttler, Naissance des bourses du travail, Paris, PUF, 1985, p. 35-48 et 67-94. P. Sch (...)

8C’est plutôt de cette traditionnelle mise en commun ouvrière que de l’exemple d’accaparement donné par les bourses financières que se revendiquent les réformateurs sociaux qui parlent de Bourses pour les ouvriers dans le début des années 1840. Que devaient-elles contenir ? On doit au socialiste Leullier (1846) l’idée de bourse publique centralisant les bureaux de placement, des salles de réunion ouvrière, la formation professionnelle et les caisses de secours et autres aides mutuelles. On doit à l’économiste libéral Molinari la création à Bruxelles, en 1846, de la première Bourse du travail, lieu privé des transactions de l’emploi. La Révolution de 1848 voit les projets et les ébauches de réalisation se bousculer, sous les noms les plus divers, Grève centrale (Leullier), dénoncé comme "marché aux travaux" par L’Atelier, Maison du Peuple (L. Blanc), Agence centrale du travail (E. Blanc), Bourse des travailleurs (Ducoux), etc. Pourtant, une véritable Bourse du travail, qui soit autre qu’un simple "local abrité pour l’embauchage" (Molinari), ne sera construite à Paris qu’entre 1886 et 1892, à la suite du rapport de Mesureur, inspiré par l’ancien communard Amouroux4. Mais, là, plus de boursier. Le joueur à la bourse du 19e siècle ne fréquente pas de tels lieux, prolétariens. De leur côté, les syndicalistes tendent le poing vers les boursicoteurs. Les désignants ne se mélangent plus.

  • 5 Ou sarrazinoises (en soie). Des "boursiers de soie" (ou "boursiers en lac") et des "faiseuses d’au (...)

9La bourse a eu sa boursette (14e s.). Même joliment brodée et fixée à la taille des dames, celle-ci a disparu. L’aumônière5, plus chiche encore, lui a survécu jusqu’au début de notre siècle (les communiantes en portaient encore sous Pétain, toujours brodées mais vides, pour l’apparat). Quant à Yescars (ancien français du Nord) et à l’escarcelle, grandes bourses suspendues à la ceinture par des cordons, elles devaient peu s’ouvrir au mendiant. Ne dériveraient-elles pas de l’italien scarso qui signifie "avare", par l’entremise du mot scarcella, qui désigne la bourse, la petite avare ? (d’où le sens des termes anglais scarce, insuffisant, et scarcely, rarement).

  • 6 Cela n’a d’ailleurs pas empêché la disparition ultérieure de l’s implosif (cf. école, écrit, épée, (...)
  • 7 P. Favier, M. Martin-Rolland, La décennie Mitterrand, p. 546.

10A l’origine de cette famille internationale on trouve le verbe latin carpere, "prendre, cueillir, recueillir" et son dérivé excarptus (bas latin scarpsus), "ce qui est arraché, recueilli". A la différence de ses cousins étymologiques qui font dans la déchirure (charpie, écharper, escarpe), escarcelle s’entend à rassembler tout ce qui est de bon aloi. Le i-é prosthétique, apparu au 2e siècle, s’est chargé, devant certains groupes consonantiques (eschole, escrit, espèce, espée, es table, estage, estroit, estude), de conserver l’articulation de l’s, à un moment où celle-ci était menacée6. L’usage sérieux du mot, lui, ne s’est pas conservé. Il n’y a plus d’escarcelle aujourdhui qu’humoristique ou métaphorique : "Le porte-parole français doit affronter les questions, l’escarcelle vide"7.

11Toutes ces bourses baladeuses ont laissé loin derrière elles dans notre souvenir la bougette, anciennement boulgette, dont l’origine serait plutôt celte (cf. l’irlandais bolg, sac). Les Romains l’ont, en effet, vue aux mains des Gaulois, d’où le latin tardif bulga et ses avatars (on trouve encore boge dans certains patois, au sens de sac de blé). Bouge a désigné jusqu’au 17e siècle un grand sac de cuir propre au transport. Le voyageur emportait avec soi ses bouges et ses malles. Elle n’est pas forcément pleine. Villon, dans son Testament, va jusqu’à léguer "l’envers de [ses] bouges".

12Bougette, comme boursette et escarcelle, est un diminutif. La chose était si petite que le terme a servi à caractériser, non sans ironie on s’en doute, le sac du Trésorier de Paris, puis, sous le nom de budget, celui du Trésorier d’Angleterre. Ironie du sort des mots. Voilà la bougette du voyage féminin établie au rang d’état comparatif des recettes et dépenses du royaume. On sait ce que son avatar anglais, repris tel quel au 18e siècle par des admirateurs du libre-échange, sous condition de prononcer /ü/ sa voyelle accentuée et de perdre l’articulation de son t final, est devenu dans les mains de nos modernes ministres du budget. Appliquant à la lettre la loi Toubon, leur faudra-t-il s’appeler désormais "ministres de la bougette" ?

Notes

1 "In una borsa gialla vidi azzurro
Che d’un leone avea faccia e contegno".
(Cité dans Jacques Le Goff, La bourse et la vie, Paris, Hachette, 1986, p. 102).

2 Certains invoquent encore à l’origine de Bourse (cf. Le Monde, 18 octobre 1994, p. VIII, "Ephéméride") une famille Van Der Burse, de Bruges, installée dans un palais de banquiers vénitiens (les Della Borsa). Le Dictionnaire historique de la langue française (Paris, Le Robert, 1992) n’évoque plus cette étymologie qu’à titre d’hypothèse. Il vaut mieux, en effet, admettre que les patronymes ont été des sobriquets tirés du nom commun borsa plutôt que l’inverse.

3 Le roi interdit aux compagnons imprimeurs de Lyon "d’exiger argent pour faire bourse commune, de laisser l’oeuvre commencée, de faire aucun tric" (Procureur du roi, milieu du 16e siècle, cité dans Emile Coornaert, Les compagnonnages en France du Moyen Age à nos jours, Paris, Les Editions ouvrières, 1966, p. 39). Sur ce lien entre bourse et tric ou cloque (cessation du travail), voir M. Tournier, Des mots sur la grève, Paris, Klincksieck, 1992, p. 45-50. Voir aussi Jean-Pierre Bayard, Le compagnonnage en France, Paris, Payot, 1977, p. 244.

4 Cf. Peter Schöttler, Naissance des bourses du travail, Paris, PUF, 1985, p. 35-48 et 67-94. P. Schöttler rappelle opportunément l’existence antérieure de la Bourse des pauvres, suite à une loi promulguée par Charles Quint en 1531 (ibid., p. 31).

5 Ou sarrazinoises (en soie). Des "boursiers de soie" (ou "boursiers en lac") et des "faiseuses d’aumosnières" les fabriquaient.

6 Cela n’a d’ailleurs pas empêché la disparition ultérieure de l’s implosif (cf. école, écrit, épée, étable, étage, étroit, étude), sauf justement dans escarcelle et plusieurs cas en sp : espace, espèce, espérer, esprit). La menace disparue avec la généralisation du français du roi, à partir du 13e siècle, des relatinisations ou des emprunts ont réapprovisionné notre langue en groupes consonantiques avec s à l’initial : scolaire, scripteur, spatule, stable, stage, strict, studieux...

7 P. Favier, M. Martin-Rolland, La décennie Mitterrand, p. 546.

Notes de fin

* Chronique parue dans Mots, 41, décembre 1994, p. 196-200.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540