Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Du bourg au faubourg*

Volltext

  • * Une première version de cette chronique a paru dans Mots, 18, mars 1989, p. 108-109.

1A l’origine pour nous français-francs, il y avait le bourg. Du germanique °burgs, d’où viennent aussi bien le latin burgus que l’arabe bordj, et qu’on apparente à berg, le mont, ou à bergan, abriter (cf. héberger, auberge). Au-delà, s’agit-il d’une racine indo-européenne °b.rg- proche de p.l-/p.r- ? Certes E. Benveniste évoque la "citadelle" et identifie sous ce même sémantisme le grec polis et le védique pur. Mais ni lui ni R. L. Wagner n’ont émis l’hypothèse d’une racine à variantes plus étendues d’où viendraient aussi bien polis que berg ou bergan et burg. J’imaginerais plutôt, quant à moi, le poste militaire que la position élevée. Mais les deux images sont superposables : les premiers burgi étaient des fortins. Alors les mots...

2La muraille (bollwerk, boulevard) sépare cet intérieur "domestiqué" (domi : « chez nous"), qu’est devenu le bourg, d’un extérieur bien moins hospitalier, le bourg de fors (deffors, dehors, formes renforcées qui suppléeront l’ancien français fors (du latin foris) - "Tout est perdu fors l’honneur", disait-on encore à la Renaissance). Cette racine, qui a donné l’ancienne expression du 10e siècle foers de, « hors de" (Sermon sur Jonas), s’est concrétisée dans la désignation latine fores, la grande porte à deux battants qui permet le passage du clos vers l’extérieur. Mais on pourrait dire tout aussi bien que cette porte a battu dans les deux sens, vers le lieu ouvert à l’intérieur (d’où le forum ou le "for intérieur") et vers le lieu ouvert à l’extérieur (d’où la silva forestis, foresta, le dehors sauvage, le forest, la forêt). E. Benveniste rappelle opportunément à ce propos l’italien forestiere qui signifie "l’étranger".

3Nous avons hérité du latin tardif des mots comme foranus, foraneus (le "forain" français, le "foreign" anglais... ou encore le "horsain" normand). Fors atone ne s’étant plus trouvé qu’en position de préfixe dès le Moyen-Age, une longue série de termes en conserve la valeur, tels hormis (mis dehors), forban (rejeté du ban social), forclore (fermer en laissant dehors, au contraire d’enclore), forcené (hors du sens), forfait, forfaiture (actes hors la loi), fourbu (qui a bu hors des limites), fourvoyé (en dehors de la voie), farouche (de forasticus, non civilisé), faux-fuyant (le chemin pour s’échapper), se faufiler... et faubourg.

4Car la cité donnait deux choix à l’homme : le bourg interne et protégé et le °for-bourg, progressivement urbanisé mais senti proche des lieux hantés de loups, de fées et de brigands. Le faubourg n’est donc pas un falsus burgus, « faux" bourg des anciens amateurs d’analogies, qui n’ont fait qu’imposer au terme leur orthographe erronée. Il est le bourg "du dehors", bon pour les étrangers (forains, forestiers), ceux qui s’excluent (forbans) et, peut-être, les rejetés (forsaires-forçats).

5Vint la démolition des remparts, transformés en avenues plantées d’arbres. Ceux de Paris hérités de Charles S ont gardé à la fin du 17e siècle leur nom de boulevard ainsi que certaines de leurs portes (ou des arcs triomphaux qui les ont remplacées sous Louis 14). Voilà pourquoi les portes Saint-Denis et Saint-Martin se plantent encore au beau milieu des grands boulevards, à la jonction d’une rue "du bourg" et d’une rue "du faubourg". Symbolique, cette immobilité d’un passé de pierres protectrices au coeur des flux croisés des voitures d’aujourdhui, qui nient et suivent le tracé des anciennes murailles. C’est ainsi que le langage et ses mots est lieu de rencontre, consensus et conflit, des deux dimensions contradictoires du socio-politique : la préservation (appuyée sur le passé) et la circulation (ouverte à l’avenir).

Endnoten

* Une première version de cette chronique a paru dans Mots, 18, mars 1989, p. 108-109.

© ENS Éditions, 2002

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540