Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Quel baccalauréat, pour quel bachelier ?*

Texte intégral

  • * Chronique parue dans Mots, 29, décembre 1991, p. 101-105.
  • 1 Le "bachot" était une petite "bache", ou petit bac propre à passer le fleuve. Le jeu de mot est us (...)

1Afin de motiver nos potaches qui auront à franchir en fin d’année scolaire le Rubicon de la culture, il n’est pas inutile de s’interroger sur les origines linguistiques de ce fameux "bac" à lauréats, avant qu’il ne chavire1. Car les origines des mots qui l’ont façonné sont très diverses et fort hypothétiques...

2Officiellement, le baccalauréat est dû à François 1er, qui a institué sous ce nom un nouvel ordre de chevalerie, de type universitaire et non seigneurial, réservé aux hommes de lettres et de sciences méritants. Mais, derrière le terme, que de sources, d’analogies, de croisements possibles ! (Car telle est notre mémoire des mots : un fouillis qu’on appelle étymologie populaire, à la recherche des pourquoi de la langue).

  • 2 Etymologie encore reprise dans Pierre Guiraud, Dictionnaire des étymologies obscures, Paris, Payot (...)
  • 3 Bachelier : "propriétaire d’une baccalaria, sorte de métairie" ; "bachelier signifie littéralement (...)
  • 4 Eusèbe de Laurière, François Ragueau. Glossaire du Droit françois (1704), nouvelle édition publiée (...)
  • 5 Charles Dezobry, Théodore Bachelet, Dictionnaire général de biographie et d’histoire, Paris, Delag (...)
  • 6 Jean Batany, Français médiéval, Paris, Bordas, 1972, p. 157.

3Il y a d’abord eu le baccalarius du bas-latin, petit propriétaire foncier d’exploitations que l’on a dit viticoles afin de rattacher ces baccalaria au dieu Bacchus2, ou que l’on appelle "métairies" en faisant du bachelier un gardien de vaches3... En fait, il semble bien que le bacheler, puis le bachelier de l’Ancien français qui en est l’héritier direct, ait désigné en France pendant le haut Moyen-Age le possesseur de quelques maigres "bacelles" ou "bachelles" de terres, puis tout gentilhomme qui n’est pas sufffisamment pourvu de biens pour être dit "banneret" (digne de bannière)4 ou qui n’a pas encore été "armé chevalier". Quoique de bonne origine la plupart du temps, il a pour tout attribut un pennon en pointe5. Il n’est ni serf ni "vilain", mais pas d’avantage héritier d’un fief ; il pourrait être artisan. Dans Aucassin et Nicolette (13e s.), c’est un "cadet de très petite noblesse"6. Le terme restreint son champ d’application chez Froissart, qui le situe avec précision, dans la hiérarchie annoblissante, entre l’écuyer et le chevalier : "Autres sont les Chevaliers, autres les Bacheliers, autres les Ecuyers".

  • 7 J. Flori, "Qu’est-ce qu’un bacheler ?", Romania, n° 96, 1975, p. 289-314.
  • 8 Autre analogie et étymologie populaire : chez Adam de la Halle et Jean de Meung (13e siècle), une (...)

4Mais le nom avait aussi, dès la Chanson de Roland, un usage socialement plus étendu : Wace définit par bachelerie "l’ensemble des jeunes chevaliers" (Roman de Brut, 1155) et, pour Renaut, tout "jeune homme noble" peut être dit bacheler (Lai d’Ignaure, 13e s.). Le terme est universellement laudatif ; son sème majeur semble bien être la jeunesse7. Il a fini par désigner au Moyen-Age tout homme jeune et libre - donc aussi non marié. C’est ce dernier sème qui se perpétue dans bachelor en anglais, le célibataire, et dans bachelette en français, la fille à marier8.

  • 9 R. P. Jouvency, De la manière d’apprendre et d’enseigner, Paris, Hachette, 1892. (A l’inverse, la (...)

5Est-ce le même jeune homme de bonne famille qu’on a voulu récompenser, métaphoriquement et concrètement, en lui ceignant le front à la mode latine de baies de laurier ("bacca laurea" ou "bacca lauri") ? Les collèges de Jésuites, qui essaiment à partir du 16e siècle, reprennent ainsi cette coutume : "Quand, à la fin de l’année, les élèves passent dans une classe supérieure, s’ils se sont distingués [...], on inscrira leurs noms, que l’on fera imprimer, sur des tableaux couronnés de lauriers et on les suspendra aux portes de la classe"9. On imagine alors que le mot baccalarius, sous l’influence de ces couronnes, s’était transformé, dans le latin d’école, en baccalaureus puis, par rapprochement avec laureatus (le lauréat, le couronné) en baccalaureatus. A quel moment, pour quelle raison et comment s’est-il identifié au bachelier originel, lequel en a reçu, parfois dès le 14e siècle, le sens de gradué ou de maitre ?

  • 10 La Grande Encyclopédie (sous la dir. d’André Berthelot), Paris, Société de la Grande Encyclopédie, (...)
  • 11 Eusèbe de Laurière, op. cit., p. 54-56.

6Celui-ci a désigné en particulier l’étudiant ès arts qui a subi avec succès l’épreuve de la "déterminance", porte d’accès à la licence10. "Bacheliers : qui sont graduez et maîtres en quelque art", trouve-t-on au Styl du Châtelet de Paris imprimé en 1521. "Le nom passa ensuite dans les Ecoles, commente Laurière après Ragueau, où l’on appella Bacheliers ceux qui aspiroient au Doctorat" ; "Ceux qui ont obtenu és Universitez le premier degré és Facultez de Theologie, de Droit, ou Medecine, s’appellent Bacheliers"11. Et d’évoquer les témoignages recueillis par Du Cange sur les baccalarii-bacheliers et d’énumérer les divers degrés montés par les étudiants de théologie, appelés successivement "baccalarii cursores", "baccalarii Biblici", "baccalarii sententiarii" et, au bout de dix ans "baccalarii formati" ou "bacheliers formés".

  • 12 Sans fief (cf. Lexique historique du Moyen-Age, Paris, A. Colin, 1989, p. 22).

7La confusion des deux bacheliers, le vassal "non chasé"12 du 10e siècle et l’universitaire non docteur du 15e, s’était donc installée jusque dans l’esprit des philologues. Par la suite, avec l’évolution du baccalauréat, le nom de bachelier, perdant la signification de jeune homme libre qu’il laisse définitivement à célibataire, mot créé au 18e siècle, sort de la confusion pour reprendre sa seule vigueur universitaire. Certes il traine avec lui, jusqu’à la fin de ce 18e siècle, l’image médiévale de l’étudiant souvent pauvre mais toujours méritant (cf. Beaumarchais, Le Barbier de Séville). Mais une date précise va le réemployer dans un sens bien défini ; c’est le décret du 17 mars 1808, qui fonde l’Université impériale et institue un baccalauréat public à estampille nationale, dont la collation reste aux mains des professeurs des Facultés tout en sanctionnant les études secondaires (cf. A. Berthelot). Le bachelier deviendra celui qui réussit le baccalauréat napoléonien et peut accéder à l’université. Pourtant, tout n’est pas si clair, sur le plan des origines. Revenons-y.

8Plusieurs questions demeurent en suspens. Un baccalauréat en français n’a jamais été, en fait, un lauréat, un bachelier ; le mot français a servi à désigner le diplôme lui-même et non son possesseur. Aucune métonymie ne semble avoir suivi la métaphore. D’où vient donc la rencontre des deux termes et leur fusion sémantique ? Pourquoi aurait-on tenu à adultifier par un diplôme d’école un jeune homme de bonne famille aspirant à la chevalerie ? S’agirait-il là d’un calque de la hiérarchie nobiliaire (le bachelier est un "bas chevalier" glosait Lachâtre, après Du Cange) sur la hiérarchie universitaire (le baccalauréat étant son premier grade), ainsi que sur la hiérarchie professionnelle (jusqu’en 1789 un bachelier, maitre du métier, servait d’adjoint au syndic d’une corporation) : aspirant chevalier, aspirant docteur, aspirant syndic... Ce parallélisme des premiers degrés hiérarchiques entre une notion terrienne puis nobiliaire et une notion intellectuelle et sociale a-t-il été imposé par la proximité des mots, par la volonté des rois, par l’évolution des moeurs ? Simple analogie phonique, brouillage d’images devenues floues ou bien substitution des échelles de valeurs, accompagnant le glissement du féodalisme au bourgeoisisme ? On en reste aux interrogations.

9D’où provient enfin cette attraction analogique entre le serviteur de Bacchus, le paysan, le vacher et la couronne de laurier ? Il y a là comme la trace d’un maillon manquant, qui les aurait poussés à se réunir. Une nouvelle analogie ? En voici deux, à titre d’hypothèses.

  • 13 François Gueux, Histoire de l’instruction et de l’éducation, Paris-Lausanne, Alcan-Payot, 1913, p. (...)

10Les maitres et les étudiants "errants" du 15e siècle, les "scholastici vagantes", qui proposaient leurs services aux bourgeois des villes, étaient surnommés Bacchants (ou Goliards) : ne voilà-t-il pas Bacchus à l’Université ?13 De bacchant à bachelier, ou inversement, le trajet est court pour ceux qui font profession de jouer avec les mots... Mais les "bacchants" arrivent un peu tardivement dans l’histoire des bacheliers.

  • 14 Hypothèse d’A. Guillaume, The legacy of Islam (1931), reprise par Ebied et Young, Le Monde de l’Ed (...)

11Plus sérieusement, on pourrait supposer entre le vassal et l’universitaire l’entremise d’une coutume arabe, si l’on se rappelle que les premières universités d’Europe furent, exemplairement et dès le 9e siècle, celles de Cordoue et de Salamanque. Car le monde universitaire médiéval s’inspirait de deux cultures, celle dont on parle à l’école, la latino-grecque, celle dont on ne parle que chez les spécialistes, la culture scientifique arabe (d’où proviennent les mots et les choses : "alcali", "alchimie", "alcool", "algèbre", "algoritme", etc). Or il existait justement dans la transmission de cette culture, au moment où le jeune lettré passait de ses études au droit d’enseigner à son tour, le bihaqq al-riwaya (le droit de transmettre)14.

  • 15 ... même si le lycéen Jules Vallès était monté sur les barricades de 1848 au cri de "A bas le bacc (...)

12Car telle était bien la valeur nouvelle accordée au baccalarius du 15e siècle, glosé par "magister seu licentiatus" en latin médiéval. Simplement, la barre est descendue avec les siècles en dessous de la licence ("licentia docendi", la liberté d’enseigner), puis en dessous de la propédeutique ("antérieure à l’enseignement", elle-même allongée en DEUG), donc en dessous de l’université actuelle, à laquelle l’examen du baccalauréat se contente de donner accès depuis Napoléon15. Il est vrai que l’université médiévale recrutait à partir de l’âge de 15 ans et l’impériale de 16. Le passage à franchir, par une initiation de plus en plus sévère, pour atteindre les rives de l’âge adulte constitue dans tous les cas, on le voit encore, la fonction fondamentale du baccalauréat Celui qui (s’)échoue reste sur le sable...

Notes

1 Le "bachot" était une petite "bache", ou petit bac propre à passer le fleuve. Le jeu de mot est usuel en 1866 (témoin, A. Delvau, Dictionnaire de la langue verte).

2 Etymologie encore reprise dans Pierre Guiraud, Dictionnaire des étymologies obscures, Paris, Payot, 1982, p. 61.

3 Bachelier : "propriétaire d’une baccalaria, sorte de métairie" ; "bachelier signifie littéralement gardien de vache" (Larrivé et Fleury, Dictionnaire des mots et des choses, Paris, Chamerot, 1889, p. 107. Etymologie reprise dans l’Oxford Dictionary) - D’autres racines que bacchus ou vacca, très controversées elles aussi, ont été proposées pour ce mot : l’irlandais bachlach, berger, le gaulois bakkagno, paysan, le celtique bacaudae, les Bagaudes. Aucune n’est entièrement satisfaisante (cf. Trésor de la Langue française, Paris, éd. du CNRS, tome 3, 1974, p. 1190-1191).

4 Eusèbe de Laurière, François Ragueau. Glossaire du Droit françois (1704), nouvelle édition publiée par L. Favre, Genève, Slatkine reprints, 1969, p. 54-56. (Selon un Cérémonial cité par F. Ragueau, un chevalier banneret devait au moins possèder quatre "bacelles", soit quarante "meix" ou "mas de terre". Un bachelier en avait moins et marchait donc "sous la bannière d’autrui").

5 Charles Dezobry, Théodore Bachelet, Dictionnaire général de biographie et d’histoire, Paris, Delagrave, 1880, p. 197.

6 Jean Batany, Français médiéval, Paris, Bordas, 1972, p. 157.

7 J. Flori, "Qu’est-ce qu’un bacheler ?", Romania, n° 96, 1975, p. 289-314.

8 Autre analogie et étymologie populaire : chez Adam de la Halle et Jean de Meung (13e siècle), une baiselete ou baisselette est une jeune fille (une petite "bagasse" ?), devenue "bachelette" chez Villon.

9 R. P. Jouvency, De la manière d’apprendre et d’enseigner, Paris, Hachette, 1892. (A l’inverse, la punition morale s’incarnait dans le "banc de déshonneur" - appelé "Gémonies" - auquel étaient renvoyés les cancres de la classe).

10 La Grande Encyclopédie (sous la dir. d’André Berthelot), Paris, Société de la Grande Encyclopédie, tome 4, p. 1058-1064.

11 Eusèbe de Laurière, op. cit., p. 54-56.

12 Sans fief (cf. Lexique historique du Moyen-Age, Paris, A. Colin, 1989, p. 22).

13 François Gueux, Histoire de l’instruction et de l’éducation, Paris-Lausanne, Alcan-Payot, 1913, p. 58-59.

14 Hypothèse d’A. Guillaume, The legacy of Islam (1931), reprise par Ebied et Young, Le Monde de l’Education, n° 20, septembre 1976, p. 42.

15 ... même si le lycéen Jules Vallès était monté sur les barricades de 1848 au cri de "A bas le baccalauréat !" et si, à la fin du siècle dernier, certains pédagogues sérieux, à la suite de Cournot, projetaient de le supprimer, en lui rendant sa fonction de grade universitaire : "Tous les baccalauréats sont et demeurent supprimés. Le nom même du baccalauréat, si on tient à le conserver, servirait à désigner l’examen qui sera la sanction de la première année d’études dans les Universités" (Alexis Bertrand, Les études dans la démocratie, Paris, Alcan, 1900, p. 100 et 168)

Notes de fin

* Chronique parue dans Mots, 29, décembre 1991, p. 101-105.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540