Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

Métaphores autour de l’assiette au beurre*

Texte intégral

  • * Chronique parue dans Mots, 19, juin 1989, p. 98-101. Les dates entre parenthèses ne signalent pas (...)

1Le Parlement français, au cours des vingt dernières années du 19e siècle, devient le lieu géométrique d’une étrange cuisine. L’irrespect monarchiste et anarchiste s’en donne à coeur joie, suscitant des réponses républicaines de la même veine. Deux mouvements métaphoriques se développent autour de l’"Aquarium", ce "Palais Bourbeux" (1890) où s’agitent batraciens radicaux et grenouilles possibilistes, morues nationalistes, poissons bleus interlopes, sans compter les caméléons de toutes provenances et les crocodiles sénatoriaux. Mais laissons les images aquatiques pour filer la métaphore de ce que Le Triboulet du 28 octobre 1883 appelle la "cuisine parlementaire".

  • 1 Rappelons "Le Ventru" de Béranger chanté en 1818. F. Brunot signale que le Marais révolutionnaire (...)
  • 2 Caricature de Bertall, *La Revue Comique*, 1849, p. 247.
  • 3 Caricature de Bertall, in Ouriel Reshef, Guerre, mythes et caricature, Paris, Presses de la Fondat (...)

2Ce n’est pas une innovation. On connaissait déjà le "ventre législatif de Daumier (1834)1 et tous les "ventrus", "goulus" couronnés ou non, "pansus" bourgeois et "carotteurs" électoraux moqués en 1848 ; Proudhon fait sauter la propriété à la sauce Robert2 ; le marmiton Thiers fera cuire Paris dans son jus3.

  • 4 Emile Pouget, Le Père Peinard, 17 avril 1898.
  • 5 Dans Le Livre d’or de l’Assiette au beurre, éd. J. C. Simoën, t. 2, 1978, p. 5.

3Leur suite remue les ustensiles ou les ingrédients les plus divers autour de "l’écuelle du pouvoir" (1881). Côté républicain, grouillent les élus, qui ont "décroché la timballe" (1898), les "banqueteux gouvernementeux" (J. B. Clément, 1897), les "casseroles" franc-maçonnes (nom des loges et des logés), les "suifards" de l’"Assiette au beurre" (1893), et les "orateurs fin-de-banquet" (1895). Tous les "bouffe-galettes" (1893) s’y donnent rendez-vous pour des prébendes post-électorales, les socialos, en passe de devenir le "Parti du ventre" (1912), qui "font leur beurre" sans en beurrer les "épinards du populo"4, et bien sûr les "radis" (ces radicaux "rouges à l’extérieur, blancs à l’intérieur, et toujours dans l’assiette au beurre")5.

4"Dans l’Aquarium" lui-même, bien qu’ils "défendent leurs oignons", tous ces "bouffe-galettes" montrent des "gueules d’affamés" et "se mangent le nez" (1878), à l’instar des Dreyfusiens et Esterhaziens qui "se bouffent le lard" (1898). Des "épluchures humaines" concluait Léon Bloy (1885) ; "Mille marmites !", "Cré petites marmites !" jure le Père Peinard (1893).

  • 6 Zo d’Axa, De Mazas à Jérusalem (1895), in J. P. Courty (dir.), Endehors, Paris, Editions Champ Lib (...)
  • 7 En Suisse, le monopole de l’alccol permet de pratiquer la "pomme de terre électorale" (Droz, Essai (...)
  • 8 E.Pouget, Le Père Peinard, 30 octobre 1898.

5En 1904, l’affaire des fiches chauffera la "cuisine" du ministère de la Guerre, tant que le général André demeurera assis à l’enseigne du "Bon beurre ministériel"6. Les républicains "budgétivores" (1893), "rats" de budget (1880) ou "pot-de-viniers" (1904), en attendant d’être traités de "betteraviers" à là tribune en juin l9077, mènent une vie "de bombances et de patachonnades" : "Ces bougres-là ont attrapé la queue de la poële gouvernementale, écrit E. Pouget, et, dès qu’ils ont eu mis un doigt dans l’assiette au beurre, ils n’ont eu qu’un dada, conserver l’Empire"8. "Ceux-là ont les dents longues", chante la Ravachole.

  • 9 Zo d’Axa, La Feuille (1898), ibid., p. 224.
  • 10 E. Pouget, Le Père Peinard, 23 janvier 1898, et Almanach du Père Peinard pour 1899, p. 24.

6Le populo, "ventre-creux" lui, "poireaute" (1898) et "avale des couleuvres" (1893) ou "la pillule" (1900), rêvant de la "croustille" (1889) mais tout juste bon pour la "mouise" (la soupe) ou la "purée noire" (1897), se contentant "de ronger patiemment l’os sans moëlle qu’on lui a jeté, l’os du suffrage universel"9. "Heureusement, ajoute le Père Peinard, "il a les pieds nickelés", il ne "marche pas" !10 Comment s’étonner après tout cela que la voterie tourne en "eau de boudin" (1894).

  • 11 Georges Darien, La belle France (1900), Paris, Collection 10/18, 1978, p. 80.
  • 12 Sur ce terme, cf. "Casseurs et trublions, mots de rejet". Des mots sur la grive, Paris, Klincksiec (...)
  • 13 Aparté sinistre : l’évocation de la cuisine n’est pas seulement parlementaire ; en 1898, on trouve (...)

7A droite, après la "Boulange" (1887) et sa cour de "boulangeards" (1892), résonnent comme tonnerre toutes les zingueries attachées à Rochefort et, bien entendu, à "Gamelle", surnom du prétendant monarchiste qui la ramassera, "Gamelle l’ordure", au dire de Darien11, autour duquel les "trublions"12 font le tintamarre. Ils veulent une France bien "balayée", ces "bouffe-youpins"13, cette "clique bouffe-youpine" (1899). Ils en oublient que la France des "cannibales de l’Etat-Major" et de la "vermine noire", qui ne manque pas de "galette" (1892), est aussi celle des héritiers "chefs de cuisine" (1883), des "grosses légumes" (1889) et des "avale-tout-cru du capitalisme" (1878), "charognards de la Haute" (1893) ou "sangsues de l’Etat" (1898).

  • 14 Le Parti ouvrier, 1er mars 1892 et 1er mai 1898.
  • 15 Jules Guesde, Le Socialisme, 17 novembre 1907.
  • 16 Paul Avenel, "La vache à Gambon", dans Chants et chansons, Paris, Quantin, 1895, p. 98.

8Ententes, compromissions ? Les "socialos pur jus" et les "collectos pur jus de chique" (1898) - à ne pas confondre avec ceux qui ne sont qu’au "jus de betterave" (1882) ! - accusent Carnot de "popoter avec la réaction" et Maruejols d’en "pincer pour la pâtée capitaliste" (Le Parti ouvrier, 1er mars 1892 et 1er mai 189814). J. Guesde s’excusera du terme en dénonçant les mêmes agissements : "Aucune cuisine commune - qu’on me passe l’expression - n’est admissible avec les partis bourgeois"15. Bref, rien n’est moins prisé autour de l’Assiette au beurre que de "manger à tous les rateliers"16.

Notes

1 Rappelons "Le Ventru" de Béranger chanté en 1818. F. Brunot signale que le Marais révolutionnaire était aussi nommé le "Ventre".

2 Caricature de Bertall, *La Revue Comique*, 1849, p. 247.

3 Caricature de Bertall, in Ouriel Reshef, Guerre, mythes et caricature, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1984, p. 114.

4 Emile Pouget, Le Père Peinard, 17 avril 1898.

5 Dans Le Livre d’or de l’Assiette au beurre, éd. J. C. Simoën, t. 2, 1978, p. 5.

6 Zo d’Axa, De Mazas à Jérusalem (1895), in J. P. Courty (dir.), Endehors, Paris, Editions Champ Libre, 1974, p. 124.

7 En Suisse, le monopole de l’alccol permet de pratiquer la "pomme de terre électorale" (Droz, Essais économiques, 1896).

8 E.Pouget, Le Père Peinard, 30 octobre 1898.

9 Zo d’Axa, La Feuille (1898), ibid., p. 224.

10 E. Pouget, Le Père Peinard, 23 janvier 1898, et Almanach du Père Peinard pour 1899, p. 24.

11 Georges Darien, La belle France (1900), Paris, Collection 10/18, 1978, p. 80.

12 Sur ce terme, cf. "Casseurs et trublions, mots de rejet". Des mots sur la grive, Paris, Klincksieck, coll. "Saint-cloud", 1992, p. 207-210.

13 Aparté sinistre : l’évocation de la cuisine n’est pas seulement parlementaire ; en 1898, on trouve dans la liste des donateurs anonymes en faveur de la veuve du colonel Henry, le faussaire accusateur de Dreyfus, des mentions comme : "Une cuisinière qui jubilerait de tenir les youpins dans ses fourneaux", "un commerçant antisémite de Boulogne-sur-Mer qui espère voir tous les youpins passer à la casserole"... (dans Raoul Girardet, Le nationalisme français, Paris, Seuil, 1963, p. 179.)

14 Le Parti ouvrier, 1er mars 1892 et 1er mai 1898.

15 Jules Guesde, Le Socialisme, 17 novembre 1907.

16 Paul Avenel, "La vache à Gambon", dans Chants et chansons, Paris, Quantin, 1895, p. 98.

Notes de fin

* Chronique parue dans Mots, 19, juin 1989, p. 98-101. Les dates entre parenthèses ne signalent pas une première datation mais renvoient à l’une des attestations d’un fichier constitué au Laboratoire de Saint-Cloud sur le vocabulaire politique de l’époque.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540