Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

D’arbicot à beur : des mots tordus*

Texte intégral

  • * Chronique parue, sous le titre "De quelques avatars d’arabe en langue française", dans Mots, 30, m (...)
  • 1 Pef, Les belles lisses poires du prince de Motordu, Paris, Gallimard, s.d.

1Le prince de Motordu prenait un terme pour un autre1, mais cela ne gênait en aucune façon ses interlocuteurs. Surprenant pouvoir de l’analogie ! Et si certains mots étaient comme ça, des à-peu-près qui se font, entre eux et entre nous, des signes de connivence ?... Arabe est de ceux-là. On peut faire tourner le mot en bourrique ou en bique, le couper, au début ou à la fin, le faire marcher à l’envers, si chosifié qu’on en mangerait, le coupler à d’autres ; il reste ce qu’il est, intangible dans l’image raciste où certains aiment à l’enfermer.

  • 2 Pour Jean Marouzeau, la forme d’origine est arbicot : "De arbicot, déformation de arabe, on a tiré (...)
  • 3 Antoine Camus, Les Bohêmes du drapeau, Paris, Brunet, 1863. - Dans la citation donnée par le TLF, (...)
  • 4 Cette réflexion, en passant, de Fabre d’Olivet au début du 19e siècle : "Le mot hebri, dont nous a (...)
  • 5 Chanson de Roland : "Mult ben i fierent Franceis e Arrabit" (1100). Arrabit est manifestement sent (...)
  • 6 Le Père Peinard, 14 avril 1889, p. 7-8.
  • 7 L’Almanach du Père Peinard pour 1894, an 102, Paris, Papyrus éd., 1984, p. 42.

2A-t-on d’abord parlé d’arbi ou d’arbicot au 19e siècle ?2 Pour ces insultes orales anciennes, les attestations écrites manquent cruellement. Les deux mots ont été pourtant repérés par Antoine Camus en 18633. Sans doute l’arbi d’origine4, ce singulier d’arab - lequel est un pluriel5 - s’est-il directement transmis au jargon militaire français dès la conquête d’Alger : Antoine Camus le glosait par "arabe et tirailleur algérien". Emile Pouget reprend le terme, bien qu’à l’envers quant à ses valeurs sociales, dans ce double écho du Père Peinard de 1889 : "Bravo les Arbis ! [...] Bravo les arbicots !"6. "Les Arbis", pluriel français, est en effet au siècle dernier un désignant raciste généralisé, aussi banal que "les négros". Témoin encore, l’humour noir de Pouget : "Biribi a ça de bon, c’est qu’on n’est pas exposé à massacrer ses amis [...] Comme compensation, on a des chances d’étriper les Négrots ou les Arbis, avec les armes nouvelles et perfectionnées qui feront merveille aux Ricamaries et aux Fourmies de l’avenir"7.

  • 8 Sur ces termes, cf. P. Guiraud, Dictionnaire des étymologies obscures, Paris, Payot, 1982, p. 108- (...)

3A cet arbi de la coloniale serait venue s’ajouter, on l’imagine trop facilement, l’image du bourricot (mot espagnol) ou celle de la bique, qui lui va si bien... Arbicot : mot-valise, composé de arbi + bicot ? Cela sent la refonte sémantique après coup, oeuvre de ce qu’on appelle l’"étymologie populaire", tellement plus intéressante sociologiquement que la vraie. L’obstacle est que bicot, le petit de la bique, n’est pas attesté, lui, avant 1892. A moins qu’il ne s’agisse du bico provençal ou bigot, le piocheton de la vigne, de la biche, petit nom de la sauterelle, de bigot, le boiteux, ou encore du bigus latin, attelage de mauvais chevaux, tous objets ou êtres qui vont de travers8...

  • 9 Roland Bacri, Trésors des racines pataouètes, Paris, Belin, 1983, p. 38.
  • 10 "Alger"(1881), in Maupassant au Maghreb, Paris, Le Sycomore, 1982, p. 138.

4Peu sûr de tels antécédants, le mot a, semble-t-il, d’abord été écrit sans "t" final. Or il faut savoir que l’adjectif arabique se dit en italien arabico et en espagnol arabigo, entendu arabico par R. Bacri9, comme s’est dit aussi morisco (qui a pu donner moricaud ou moricault dès le 15e siècle). Les deux termes se font écho chez Maupassant, qui raconte en 1881 dans le récit d’un voyage en Alger : "Comme j’étais assis devant un café, un jeune mauricaud s’empara, de force, de mes pieds et se mit à les cirer avec une énergie furieuse [...] Je lui donnai deux sous. Il prononça ‘ méci mossieu ’, mais ne se releva pas. [...] Je lui dis : ‘ Va-t’en donc, arbico ! ’"10

5Il reste enfin plausible qu’arbicot vienne tout simplement de l’adjectif latin (Pline le Jeune disait "arabicus", traduit par "arabique" pour la gomme au 13e siècle et par "arrabic" pour le langage par Ogier d’Anglure au 14e). Le traitement populaire d’arabique aurait suivi la vieille loi de l’amuissement des voyelles prétoniques internes (*latrocinio > larrecin > larcin ; *paradisio > *parevis > parvis, *sacramento > sairement > serment) et la syllabe tonique munie du b explosif aurait ensuite capté tout l’acte de phonation aux dépens de la syllabe initiale, victime d’aphérèse. Qu’on en juge, en comparant l’évolution parallèle qui aurait conduit à "boche" (après substitution de suffixe) comme à "bicot" :

  • allemand (*allemanche) > *allemoche > alboche11 > boche
  • arabique > *arabico > arbico > bico > bic

6Je préfère, quant à moi, pour ces mots tordus la source directe, l’arabe arbi devenu singulier, et sans doute son croisement avec le français arabique, l’hispano-pataouète ou mieux encore l’italien arabico, croisement d’où viendrait l"’arbico" fusionnel de Maupassant.

  • 12 Bicot : "aphérèse de arbicot, tirailleur algérien, forme diminutive de Arbi" (Grand Larousse de la (...)

7Deux ajouts sont enfin possibles pour expliquer le "ot" final. Vient-il d’un simple diminutif en -ot12 ou bien, ainsi qu’on l’a déjà entrevu, serait-il le produit d’un métissage ultérieur avec "bicot" ? Les deux sans doute, mais l’un après l’autre. - Les attestations, quant à elles, n’avouent rien. -

8Malmené avec mépris, un tel mot se prête sans défense, chez les coupeurs de tête, à la troncation de sa syllabe initiale. L’ensemble du mot arabe disparait alors, à l’exception du "b" qui survit seul au terme originel. C’est pourtant lui et ses valeurs acquises qui perdurent ; personne ne s’y trompe ; tous les locuteurs l’identifient sans conteste : bicot, bic ou bique, c’est toujours ce même Arabe, bêlant et de guingois. L’Arabe est devenu sa chèvre ou sa pioche. Entendez rire en coulisse le bon peuple.

  • 13 Christian Bachmann, Luc Basier, "Le verlan : argot d’école ou langue des Keums", Mots, 8, mars 198 (...)
  • 14 "Rebeus" : arabes, "renois" : noirs, "meuf" : femme. Jouer sur la répétition des consonnes initial (...)

9Cette première série, héritée du 19e siècle colonisateur, s’est récemment fait relayer par une seconde série, dont on connait mieux l’histoire philologique et sociale. Les analystes du verlan13 ont montré comment a pu s’effectuer l’inversion du terme "arabe" à partir de son squelette consonantique. La racine devenue bilitère en français R.B. a commencé par s’énoncer sans inversion : "C’était les rebeus contre les renois", dit un "black" à propos d’une bagarre pour une "meuf"14. Inversée, la racine donne B.R. Une voyelle d’appui (le e muet, mais labialisé, du "be" d’arabe) se glisse entre les deux consonnes interverties : on obtient beur sur les terrains vagues et dans les ascenseurs en panne.

  • 15 Le Nouvel Observateur, 25 novembre 1983 (Cité par S. Bonnafous, L’immigration prise aux mots, Pari (...)
  • 16 Cf. Jacques Cellard, "Racisme des mots", Le Monde Dimanche, 27 juillet 1980. - Beur a attendu 1987 (...)
  • 17 Libération parle de "la nouvelle communauté Beur" (31 octobre 1984, p. 17). La même année, chez Ar (...)
  • 18 "C’est dans l’armée de terre qu’atterrissent 80% des appelés beurs" (Libération, 23 juillet 1990). (...)
  • 19 Cf. Marie-France Etchégoin, Le Nouvel Observateur, 22 novembre 1990, p. 84. - D’autres termes, non (...)

10Nom propre puis nom commun, le substantif s’affiche presque aussitôt : Radio-Beur date de 1982 : "De Nanterre à Nancy, de Montbéliard à Aubervilliers, une floppée d’associations de quartier sont nées ces deux dernières années : [...] Association Beurs [...] Radio-Beur..."15. Malgré la réticence des lexicographes à accueillir les termes racistes16, on officialise le mot en dictionnaire ; il étiquette une communauté, une association, un théâtre17 ; il se pluralise, témoin la "marche des beurs" de 1983, puis s’adjective : la "musique beur/beure", les "appelés beurs", des "énarques beurs"18. On peut même greffer sur lui affixes ou bases, signe manifeste d’entrée dans la langue. C’est le cas de beurette et de beurgeois. Un exemple : "Les grosses associations, comme France-Plus ou SOS-Racisme, sont à 10 000 kilomètres d’eux [...] Elles représentent les beurgeois, une autre planète"19.

  • 20 Les jeux de mots sont très nombreux. G. Pierquin fait paraitre en 1987 son roman policier, Le Beur (...)

11Mais le jeu du rejet commence, lui aussi, et le terme, échappant au verlan originel, trouve dans certains discours de vieilles valeurs péjoratives, tant l’analogie avec notre beurre, dont les émigrés couvrent leurs tartines, est évidente20. L’analogie avec les "huiles" gouvernementales semble aussi évidente pour Minute : le 10 décembre 1983, on y trouvait déjà en titre d’article : "Le petit Beur protégé par les huiles". Plaisanterie qui aura la vie dure. Lors d’une discussion sur l’immigration, au congrès national de la CFTC en 1987 à Versailles, n’avons nous pas entendu l’un des délégués syndicaux s’écrier au milieu des rires : "Après nous avoir fait bouffer du bougnoule, on veut nous faire bouffer des petits beurs" ?

  • 21 Le Monde, "Beurs en bleu, blanc, rouge", 19 septembre 1990, p. 11.
  • 22 Lors d’une prestation télévisée, au premier tour de l’élection présidentielle, avril 1988.
  • 23 "Plutôt sages et discrètes, les adolescentes d’origine maghrébine défrayent rarement la chronique" (...)
  • 24 "A Hourtin, on attendait [...] davantage de participants. Un certain nombre de beurettes ont-elles (...)

12Le terme en arrive à douter de lui-même : "Faut-il parler de beurs ? Employé par commodité, faute de mieux, le mot est loin de faire l’unanimité à France-Plus, qui regroupe aussi bien des enfants de harkis que des jeunes issus de l’immigration. Après avoir beaucoup milité pour l’intégration, les animateurs du mouvement estiment que ce terme ne s’applique pas à eux"21. Le Pen guillemette son emploi : "Trente pour cent de la population pénitentiaire est d’origine étrangère et trente pour cent supplémentaires sont en quelque sorte des "beurs", des Français d’origine étrangère devenus français par le système du code de la nationalité"22. Pour leur part, les "fragiles beurettes", sages et discrètes au départ23 et victimes d’interdictions parentales24, sont en passe de devenir la source de plaisanteries salaces.

13Le prince de Motordu était sans méchanceté, lui : n’a-t-il pas réussi à convertir en mariage la rencontre avec sa puriste d’institutrice ? Chez les mots métis greffés sur le terme et l’image de l’Arabe en francophonie profonde, l’innocence n’est plus au rendez-vous.

Notes

1 Pef, Les belles lisses poires du prince de Motordu, Paris, Gallimard, s.d.

2 Pour Jean Marouzeau, la forme d’origine est arbicot : "De arbicot, déformation de arabe, on a tiré d’une part arbi et d’autre part bicot" (Aspects du français, Paris, Masson, 1950, p. 95.) Ce qui est aller un peu vite en besogne.

3 Antoine Camus, Les Bohêmes du drapeau, Paris, Brunet, 1863. - Dans la citation donnée par le TLF, c’est un "zéphyr" qui prononce le mot "arbi", c’est-à-dire un "Bat’d’Af" (soldat des Bataillons d’Afrique). Cf. Trésor de la langue française, Paris, éd. du CNRS, 1974, tome 3, p. 389, et tome 4, p. 466.

4 Cette réflexion, en passant, de Fabre d’Olivet au début du 19e siècle : "Le mot hebri, dont nous avons fait hébreu, signifie transporté, déporté, expatrié, passé au-delà. Il a la même racine que le mot harbi, un Arabe..." (Cité dans La linguistique fantastique, Paris, Denoël, 1985, p. 180). Hebri, Harbi : émigrants, immigrés... Lire en contrepoint la chronique de F. Cheriguen, "Arabe entre la philologie et l’histoire", Mots, 30, p. 106-109.

5 Chanson de Roland : "Mult ben i fierent Franceis e Arrabit" (1100). Arrabit est manifestement senti ici comme un pluriel étranger. Au 19e siècle, le s du pluriel français s’est généralisé : "Il y a plus d’un demi-siècle que la France a envahi l’Algérie et on n’a encore réussi qu’à voler, violer et massacrer les arbis" (Le Père Peinard, 26 février 1889, p. 2).

6 Le Père Peinard, 14 avril 1889, p. 7-8.

7 L’Almanach du Père Peinard pour 1894, an 102, Paris, Papyrus éd., 1984, p. 42.

8 Sur ces termes, cf. P. Guiraud, Dictionnaire des étymologies obscures, Paris, Payot, 1982, p. 108-112 et 118-119.

9 Roland Bacri, Trésors des racines pataouètes, Paris, Belin, 1983, p. 38.

10 "Alger"(1881), in Maupassant au Maghreb, Paris, Le Sycomore, 1982, p. 138.

11 "Hardi, les Alboches !", article d’E. Pouget, Le Père Peinard, 15 décembre 1889. Alboche est mentionné avant 1870 et boche au sens d’allemand en 1886 (TLF).

12 Bicot : "aphérèse de arbicot, tirailleur algérien, forme diminutive de Arbi" (Grand Larousse de la langue française, 1971, tome 1, p. 427). - On trouve une formation identique (par analogie ?) dans franchicot : cf. citation Arnoux, 1944, dans le TLF.

13 Christian Bachmann, Luc Basier, "Le verlan : argot d’école ou langue des Keums", Mots, 8, mars 1984, p. 169-187 : "Des mécanismes semblables produisent, pour « arabe », à la fois « rebeu » et « beur »..." (p. 176). - Le verlan se prète à de nombreux désignants ethniques : naisa pour "asian" (Politis, 25 janvier 1990, p. 4), feuj pour "juif" (Libération, 12 octobre 1988, p. 34).

14 "Rebeus" : arabes, "renois" : noirs, "meuf" : femme. Jouer sur la répétition des consonnes initiales justifie la préférence pour rebeus ou pour beurs : on a ici, "rebeus et renois", alors qu’au début de l’article on avait : "blacks, beurs et blancs" (Libération, 24 janvier 1989). Fonction ludique de ces termes...

15 Le Nouvel Observateur, 25 novembre 1983 (Cité par S. Bonnafous, L’immigration prise aux mots, Paris, Kimé, 1991, p. 82.)

16 Cf. Jacques Cellard, "Racisme des mots", Le Monde Dimanche, 27 juillet 1980. - Beur a attendu 1987 pour entrer dans le "Dournon", mais comme invariable, sans indication de genre (Dictionnaire d’orthographe et des difficultés du Français, Paris, Livre de Poche, éd. revue 1987, p. 74.

17 Libération parle de "la nouvelle communauté Beur" (31 octobre 1984, p. 17). La même année, chez Arcantère, Chérif Chikh et Ahsène Zehraoui font paraître Le théâtre beur. L’association des "Nanas Beurs" a été fondée en 1985.

18 "C’est dans l’armée de terre qu’atterrissent 80% des appelés beurs" (Libération, 23 juillet 1990). "Tels sont les slogans repris par les beurs de ce stage, qui réclament des... énarques beurs" (Le Monde, article "Jeunes beurs créateurs d’entreprises", 12 décembre 1990).

19 Cf. Marie-France Etchégoin, Le Nouvel Observateur, 22 novembre 1990, p. 84. - D’autres termes, non argotiques, naissent aussi d’un couplage de plusieurs mots : ainsi le francarabe ou frarabe, mixte du français et de l’arabe (cf. Langue et culture arabe, Paris, Institut du Monde arabe, Expo-Langues 1983, p. 3).

20 Les jeux de mots sont très nombreux. G. Pierquin fait paraitre en 1987 son roman policier, Le Beur et l’argent du beur. A la même date, mentionnons un article de M. Kaddouni, dans Arabies n° 5, intitulé "Les petits beurs brisés".

21 Le Monde, "Beurs en bleu, blanc, rouge", 19 septembre 1990, p. 11.

22 Lors d’une prestation télévisée, au premier tour de l’élection présidentielle, avril 1988.

23 "Plutôt sages et discrètes, les adolescentes d’origine maghrébine défrayent rarement la chronique", écrit Robert Solé, Le Monde, 17 mars 1989, p. 23 (article "Fragiles beurettes", repris dans Le Monde. Dossiers et documents, n°168, juillet-aout 1989, p. 6).

24 "A Hourtin, on attendait [...] davantage de participants. Un certain nombre de beurettes ont-elles été interdites de voyage par leur famille ? Sans doute" (Le Monde, 19 septembre 1990, p. 11).

Notes de fin

* Chronique parue, sous le titre "De quelques avatars d’arabe en langue française", dans Mots, 30, mars 1992, p. 110-114.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search