Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 1

 | 
Maurice Tournier

Aux sources du sens, l’étymologie sociale1

Texte intégral

  • 1 Une première version de cet article a paru dans les Cahiers de praxématique, “Règlage et dérègleme (...)

“1) L’étymologie, dans une de ses acceptions – la plus répandue – a pour objet l’étude des genèses formelles [...] 2) Il faudrait un autre mot pour désigner des propriétés et des actes qui concernent, cette fois, non plus la forme d’un signifiant mais le signifié en vertu duquel on emploie celui-ci hic et nunc dans une phrase. [...] 3) Enfin, faute de mieux, on désigne aussi par le mot d’étymologie l’étude des opérations de langue qui aboutissent à créer – dans un état de synchronie donné (les moyens variant avec les états) – un signe nouveau, signifiant et signifié”.
R.-L. Wagner, Les vocabulaires français, Paris, Didier, 1970, vol. 2, p. 39-40.

1Il est une large catégorie de mots et d’expressions qui rendent plus manifeste que d’autres la carence des dictionnaires de définitions. Ce sont ceux et celles qui se trouvent dans leur emploi soumis sans recours aux situations d’hétérogénéité, c’est-à-dire aux conflits de pouvoir qu’elles recèlent, et aux différentes stratégies, c’est-à-dire aux processus symboliques mis en oeuvre dans ces conflits. Ces termes sociaux ne possèdent ni l’angle vif des désignants de choses concrètes ni l’arète sùre des signes scientifiques. Ils sont des espèces d’espaces sémantiques, flous, fluents et fluctuants, où viennent s’inscrire les actes qu’ils servent.

2Pour reprendre une distinction issue de Bakhtine, on pourrait dire que chez eux le “sens” thématique et les valeurs d’“accentuation” en discours l’emportent de très loin sur la “signification” théorique. La permanence d’un contenu n’est pas leur lot, tout juste leur apparence. Ils sont là pour gérer, en les suscitant, l’antagonisme et l’ambigüité. C’est ainsi que la moindre confrontation de plusieurs discours politiques montre qu’un mot comme liberté n’a pas de signification. Il prend sens à partir d’un très vague noyau consensuel sur le terrain sociopolitique où on l’égrenne à dessein ; il prend des sens, en fait, pluriels et contradictoires (dans l’irréconciliation originelle de la liberté économique et de la liberté démocratique, par exemple), et ce sont ces sens qui se révèlent intéressants ; c’est le travail sur ces sens ou sur leur perversion qui apporte à la connaissance de l’homme.

3Autant dire, pour en venir à mon propos, que la lexicologie classique n’est, en ce qui concerne ce type de mots, que d’un intérèt secondaire. Pour cerner leurs valeurs, il faut recourir à l’étude en profondeur des contextes et des situations d’emploi. La linguistique ne peut faire l’économie du social, sous peine de manquer tel ou tel message de ces symboles qui, d’un bord à l’autre, font signe.

4Afin d’illustrer ce propos, examinons le cas à la fois le plus patent et le plus inattendu où cette dépendance sociale peut s’observer, celui de l’étymologie du sens.

5On pourrait avantageusement ajouter, sinon substituer, aux questions de filiation formelle et aux réponses structurales de la phonétique dite historique, des interrogations du genre : quand et pourquoi ce mot a-t-il “pris” ? dans quel contexte ? à qui et à quoi servait-il ? quels accents dominants ou minoritaires porte-t-il à telle époque ? Dans quel réseau est-il efficient, duquel est-il exclu ? Quelles représentations ou quels collectifs désigne-t-il ? Dans quelles stabilisations ou déstabilisations de l’usage s’est-il compromis ? etc. Ces questions induisent trois réflexions, peut-ètre impertinentes, mais qui peuvent éclairer la notion d’étymologie sociale :

  • Les sens ne sortent pas des mots mais des nécessités sociales de consensus ou de dominance ;
  • Les mots ne naissent pas des évènements ; ils viennent du fond des relations humaines ;
  • Tout est histoire dans l’arbitraire des signes, y compris leur histoire transformationnelle.

6Dire que les sens ne sortent pas des mots est une boutade à première lecture. Mais cette boutade vise la vision idéaliste de l’auto-engendrement linguistique. Les formes du français que nous écrivons “viennent” du latin, par raccourcis populaires ou ponctions érudites, on le sait, mème si l’on appelle parfois latin ce qui est du celte ou du germain latinisés, et tout est dit. Mais que penser des sens “portés” par ces formes ?

7Ils viennent du latin, eux aussi, semble une réponse sereine d’évidence. Personne pourtant ne l’avance plus aujourdhui. Synchroniques, les dictionnaires ne mentent pas à son propos ; ils se taisent. Et leur rubrique historique se réduit en général à sa plus simple expression – sauf pour certains traitements, tel celui de PEUPLE dans le TLF, où le cadre imposé craque sous des remarques, des reprises et des citations qui n’en peuvent mais.

8Disons-le brutalement, quitte à nuancer par la suite. Non, un mot ne porte pas son sens comme un escargot sa maison. Quand il migre d’une langue à l’autre, sa maison ne suit pas forcément. On la lui rebàtit dans chaque situation où on l’emploie. Dans le discours ordinaire il n’obéit pas à la loi de la fidélité à l’origine mais à celle de l’adaptation au contemporain.

  • 2 Si grande est l’illusion autonomiste des linguistes que, selon Arsène Darmesteter, le binome popul (...)

9Pourtant populum et peuple se ressemblent, objectera-t-on, autrement que par leur filiation phonétique attestée2. Ce n’est pas impossible : les parentés de sens dépendent des parentés de situation, en entendant par là les représentations sociales à l’oeuvre dans le discours. Si ces représentations se transmettent, s’immobilisent ou se généralisent, pourquoi le mot ne garderait-il pas la marque de ces parentés ?

10Si, à l’inverse, le site d’emploi se décale ou se renouvelle, les mots, disconvenants et déstabilisés, deviennent le lieu mème du décalage ou du renouvellement. Non par reflet d’une socialité qui serait indépendante d’eux, mais par assumation, construction de cette socialité, pour laquelle le mot est fonction et lieu de restructuration. Car il est bien certain que les mots font le social puisqu’ils sont seuls à le penser. Dès ce moment-là, l’étymon sémantique n’est plus en vérité l’héritage latin, inadéquat ou trahi, mais ce qui a pris sens dans la situation nouvelle où la forme se trouve réinvestie. Il se produit donc un divorce originel entre la source de la forme (qui est empruntée) et la source du sens (qui est recréée). Chez Alain Chartier, lequel se couvre pourtant ostensiblement du modèle latin, le Peuple, face au Chevalier et au Clergé, désigne la paysannerie médiévale et déjà le Tiers-état.

11Or il arrive, plus souvent qu’on ne croit, qu’il y ait solution de continuité dans le domaine sociopolitique lorsqu’il y a transplantation dans un autre lieu ou un autre temps, solution de continuité donc entre le terme pris pour source et son avatar sémantique français. Et dans le cas où le modèle antique se trouve continué, voire réactivé – ce qui a pu ètre celui de peuple pendant la Révolution française –, l’intérèt est autant de décrire ce modèle que de montrer par quels procédés mythiques transite cette continuation ou cette réactivation, à quelle nécessité idéologique l’une ou l’autre répondent. Les sens ne sortent pas des mots, comme on presse un fruit pour en tirer le jus. Ils s’élaborent avec les causes sociales de leur mise en usage. Leur valeur originelle réside dans leur raison d’ètre.

12La recherche des raisons d’ètre des mots pose le problème du conflit et du consensus. J. Dubois distinguait deux sortes de documents, le texte polémique et le texte didactique. Sa distinction reste utile, mais prise ainsi : la polémique porte et exacerbe le conflit au niveau verbal, le didactisme, lui, un dictionnaire par exemple, est là pour faire la paix ; il est dévolu au consensus. L’un autant que l’autre, ces deux types de discours jouent donc un role actif au sein des usages, le premier par déstabilisation des valeurs concurrentes, le second par imposition d’une norme crue au-dessus de la mèlée. Or qu’est-ce que cette norme ?

13Equilibration au sein d’une société policée ou terme symbolique d’un conflit ? Si vous optez, à la suite de P. Bourdieu, pour la seconde hypothèse, illustrez le conflit initial et ses résultantes linguistiques, norme provisoirement imposée et/ou ambigüité irréductible, et vous aurez l’origine du sens.

14Reprenons l’exemple de peuple, à un moment précis de notre histoire où il règne sans conteste au coeur du débat politique. Quelles sont les sources de cet emploi majeur pendant les quatre mois de la Révolution de 1848 ? Le latin n’a rien à répondre à une telle question. En revanche, c’est l’examen des sites d’emploi les plus caractéristiques qui peut fournir des éléments de réponse.

15On s’aperçoit ainsi que la plupart des discours concurrents en 1848 s’organisent soit autour de peuple soit autour d’ouvriers et de travailleurs, suscitant une dichotomie d’usages entre émetteurs “politiques” et émetteurs “populaires”, cette dichotomie elle-mème ne recouvrant pas l’affrontement des divers sens assumés par peuple à cette époque, puisque les émetteurs les plus antagonistes (Lamartine et Blanqui, dans l’échantillonnage réalisé) sont aussi ceux qui emploient ce terme le plus fréquemment. Peuple se déchire au moins entre deux clans de porte-paroles : deux acceptions, l’incluante lorsqu’il s’identifie en permanence à la nation citoyenne (Lamartine), surveillé dans ce role par la cooccurrence non moins permanente de “tout entier” ou de “français”, l’incluse lorsque, dans la nation globalisante, peuple spécifie la classe ouvrière en lutte contre ses “ennemis” (Blanqui).

16Que disent les lexicologues du temps ? Le plus respecté d’entre eux, spécialiste du vocabulaire politique, Francis Wey, fait partie du clan lexical lamartinien, celui des “honnètes gens”, non subversif ; il veut la paix du dictionnaire (“Le peuple et la paix, c’est un mème mot”, disait Lamartine). Voici avec quelle assurance de linguiste F. Wey affirme le bon sens de peuple et en quels termes il admoneste G. Sand coupable de fautes de français dans ses Lettres au Peuple :

“Quand on saura se servir de ce mot sans méprise, la République sera inébranlable, parce que les moeurs auront achevé leur éducation. Le peuple, c’est l’ensemble des citoyens ; ceux-là seuls ne font pas partie du peuple, qui prétendent se tenir hors des droits ou des devoirs communs des citoyens. Chacun, au mème titre et dans la proportion d’une égalité parfaite, fait partie du peuple, à l’exception des prétendants au trone, et des criminels [...].
Pour les gens légers, aux yeux de qui l’habit fait le moine, le peuple, c’est la réunion des gens qui portent une blouse avec une casquette, au lieu d’un paletot et d’un tromblon de castor ou de soie [...]. L’idée réactionnaire impliquée par ces distinctions, dont le substantif peuple est l’objet, est un germe de division et d’erreur [...]. Alors, parlez français...” (L’Illustration, n° 266, 1er avril 1848).

“Quelque estime que nous ayons pour le caractère et le talent de Madame George Sand, nous ne pouvons nous empècher de protester contre le sens qu’elle donne au mot peuple. Ce mot n’a plus, ne doit plus avoir la signification avec laquelle elle l’employe. La république n’est pas la démagogie. C’est le gouvernement de tous par tous, et non le despotisme d’une classe de la société [...]. Persister à appeler peuple la classe laborieuse, c’est commettre un anachronisme...” (L’illustration, n° 264, 18 mars 1848).

17Le débat semble tranché ; mais nous sommes aux extrèmes d’un sémantisme stratégiquement contradictoire. En fait, l’échange le plus courant est le moins aigu ; il confère à peuple des valeurs beaucoup moins tranchées. Voici quelques exemples parmi une foule d’autres :

“Le candidat du Peuple, ouvrier, devra sacrifier les intérèts des travailleurs de l’industrie à ceux de la patrie entière [...]. Il devra subordonner les besoins d’une portion du peuple à ceux du peuple entier.” (L’Atelier, 26 mars 1848).

“Je ne comprends pas qu’on ait peur du peuple souverain ; le peuple c’est nous tous !”
(Hugo, discours, Le Moniteur, 30 mars 1848).

“Il n’y a plus seulement la détresse de cette portion de la population qu’on appelle plus spécialement le peuple ; il y a la détresse générale de tout le reste de la nation”.
(Hugo, discours, Le Moniteur, 20 juin 1848).

“Vous ètes tous des hommes du peuple, et c’est précisément parce que vous ètes des hommes du peuple que, si l’on venait dire à l’un d’entre vous : c’est vous qui faites le malheur du peuple ; c’est vous qui ètes responsables de sa misère [...]. il n’y a pas un seul d’entre vous qui n’eùt le coeur profondément attristé, et celui qui n’aurait pas senti en lui de grandes angoisses, n’aurait pas été un homme du peuple.” (Louis Blanc, discours à l’Assemblée, 10 mai 1848).

“Ces mots sacrés qui brillent sur nos étendards, ils ont toujours vécu dans le coeur du peuple”. (Pétition ouvrière, 3 avril 1848).

“Les ouvriers apporteront à l’assemblée constituante l’intelligence juste des faits, l’aspiration sainte, toujours vivante au coeur du peuple”. (Pétition ouvrière, 13 mars 1848).

18Référents divergents jusqu’à la contradiction (dans L’Atelier et chez Hugo), jeu entretenu du flou chez Louis Blanc et dans les pétitions ouvrières, l’indécidable sémantique est universel à l’époque. Telle est la fonction mème de peuple. Et que dire des lexies “peuple-roi”, “souveraineté du peuple”, “volonté du peuple” ? Leurs valeurs dépendent du qui et du pourquoi de leur emploi. Or de ce jeu, de cet indécidable et de cette dépendance, pas un mot dans les dictionnaires ! Ils sont obligés de faire comme si le flou n’existait pas. Chez eux la langue devient une abstraction.

19Revenons à notre propos : la situation conflictuelle qui explique les sens de peuple en 1848 aboutit à un consensus de signification instable, puisqu’il peut s’agir soit d’une norme abstraite, hors (d’)usage, ou marquée par la dominance (voir Wey), soit d’une résultante totalement ambigüe et jugée indigne du dictionnaire. Dans les trois cas, malgré Darmesteter, son origine sémantique n’est pas à chercher dans le latin mais dans l’histoire et les antagonismes originaires.

20Il ne faudrait pas se méprendre sur cette conclusion ; elle ne concerne les évènements que, pour ainsi dire, indirectement. Ce serait une erreur de confondre le site d’emploi, que nous avons construit pour pièger les sens à l’aide d’un échantillonnage quarantehuitard, avec les évènements visibles qui ont marqué l’époque et qui, dit-on, font l’histoire. Les mots ne naissent pas des évènements, comme sortis tout droit d’un chapeau anecdotique. Ils prennent source dans des antécédances imaginaires. Peuple en 1848 en est un bon exemple, si latin et si relatinisé sur l’image de la république romaine et sur celle d’une révolution française non moins mythifiée. Il apporte avec lui les imaginaires manipulés qui l’habitent. On pourrait gloser là-dessus. Mais je prendrai, pour varier, un autre exemple de désignant sociopolitique : quelle est l’origine de jaune pris au sens de “briseur de grève” ?

21La tradition étymologique se fait ici événementielle. Il est avéré qu’on a appelé jaunes les “renégats” patronaux et les “étrangers” nouvellement embauchés qui ont poursuivi ou repris le travail abandonné par les mineurs lors des grèves de 1899-1900. Une explication, avancée par le leader des syndicats “indépendants” mais publiée par lui seulement en 1906 dans Le Socialisme et les Jaunes, évoque les vitres d’un café brisées à coups de pierres par les “rouges” et que les anti-grévistes assiégés auraient remplacées par “des feuilles de papier jaune dont ils avaient un stock” : “Depuis cette époque, nos organisations se parent orgueilleusement de l’épithète décochée en pleine bataille”, écrit Biétry. Tel est l’étymon principal que répercutent les dictionnaires. Il est à la fois précis et insuffisant.

22Outre le fait que l’on trouve quelques (rares) applications de la couleur infàmante à des briseurs de grève antérieures à 1899, le terme venait en concurrence de beaucoup d’autres à l’époque. Citons la série ancienne des moutons, mouchards, renégats, brùleurs, renards, rats, sarrazins, ou la série plus récente des barbares, piémontais, macaronis, christos, belges, flamands, borains et autres kroumirs. La plupart de ces termes avaient bien plus de chances que jaune de s’imposer dans un usage où ils règnaient déjà, soit par l’entremise de l’argot populaire (mouton, mouchard), soit par celle du lexique compagnonnique ou corporatif (renégat, brùleur, rat, renard, sarrazin), soit encore parce qu’ils dénotaient ou connotaient la véritable immigration ouvrière de l’époque, belges et italiens en tète, qui servait au patronat à faire pièce aux grévistes. Et si l’évènement a tant de poids en lui-mème, pourquoi ne serait-ce pas saucisson, tellement plus moqueur, qu’on aurait gardé, vu que les “faux-frères” du Creusot, assiégés dans l’usine et ravitaillés par des paniers de charcuterie, s’étaient d’abord trouvés affublés de ce terme ?

23Or c’est la moins légitime de ces appellations, en apparence, qui s’est transmise dans tout l’occident latin et jusqu’à nos jours (les coolies et les cigariers chinois ne menaçaient à l’époque que les “blancs” de Californie).

24Quatre raisons principales expliquent, à mon avis, cette réussite langagière (sinon sociale, car l’échec de Biétry a été complet en milieu ouvrier). Jaune a “réussi” en langue d’une part en vertu du vieux fantasme para-religieux de l’exclusion dont il est, au moins depuis l’Inquisition, avec renégat, pilori et judas, une marque persistante, et d’autre part à la suite d’un fantasme socio-raciste lié à la concurrence sans merci pratiquée sur le marché du travail, qui s’est trouvé amplifié quelques années plus tard par le récit des atrocités tonkinoises et la peur fabriquée du “péril jaune” (1895).

25Il a pu en outre s’imposer grace à deux processus de facilitation qui se sont mèlés à l’activation des ces fantasmes. Dès les années 1880 le “jaune” se trouve, en effet, introduit dans le discours militant et plus particulièrement socialiste par la mise en exergue des réactions ouvrières américaines : “A bas les hommes jaunes !” s’écrie J. Guesde (1882). Enfin il est évident que la couleur entre avec aisance dans le système des symboles politiques, puisqu’à l’époque se battaient déjà syndicats “rouges”, anarchistes ou socialistes, et syndicats “blancs”, monarchistes. Le jaune présentait l’intérèt de ne s’afficher ni d’un coté ni de l’autre ; et si les biétristes de la “Fondation nationale des jaunes” ont délibérément assumé l’étiquette qu’on leur avait jetée dessus, malgré l’opprobre qui l’accompagnait, c’est parce qu’elle leur permettait de se prétendre “indépendants”.

26Cet exemple montre que la vraie question de l’étymologie sociale n’est pas “d’où sort le mot ?” mais “pourquoi a-t-il ‘pris’ ?”. L’anecdote, certainement réelle, des vitres remplacées par du papier de couleur ou du papier huilé (variante socialiste), n’est au maximum que l’occasion, au minimum qu’une illustration de la néologie sémantique ; elle jalonne parmi cent autres l’histoire métaphorique du jaune, avec la rouelle, l’étoile, le drapeau, le genèt et bien d’autres symboles. Un phyllum maléfique pénétrerait-il l’inconscient collectif ?

27Ce qui importe est de rendre compte des processus sociaux d’implantation du néologisme : comment un terme vient se sourcer dans les représentations ou les mythes d’une culture, y prendre force et permanence et, intégré à un micro-système, fonctionner à son tour comme créateur de stéréotype. La source du sens est ici à chercher dans le “greffage” d’un néo-emploi sur les prérequis de fantasmes porteurs.

  • 3 M. TOURNIER, “Autour de Politique : bourg et faubourg” in Mots, n° 18, mars 1989, p. 108-109.

28D’où la force de ce qu’on appelle l'“étymologie populaire”. Celle-ci ne s’explique pas seulement, à mon avis, par le besoin ou la paresse qui présiderait au rattachement d’un signe démotivé à une série en pleine production ; elle peut aussi trouver la raison de son ralliement à cette série dans les pulsions affectives qui gouvernent les signes à notre insu. Si faubourg s’écrit comme faux et non comme forèt, contrairement à ses vraies origines philologiques3, c’est peut-ètre au fond que, les “vrais” bourgeois habitant dans le bourg, les ouvriers des faubourgs, exclus du pouvoir par les mots, n’étaient d’abord que des non-citoyens... D’où l’erreur “naturelle” d’une étymologie par falsus burgus dans les textes médiévaux. Mais cela n’est dit nulle part tel quel. Les signes d’exclusion sont décidément bien dissimulés, à l’abri des mutismes de la langue.

29La citation de R.-L. Wagner mise en exergue à cette étude traçait à l’étymologie un programme en trois points. Nous avons entrechoqué les deux premiers, afin de rendre aux sources sociales des néo-emplois leur importance proprement sémantique. Cette réflexion sur l’efficience de l’histoire, entendue non comme événementielle mais comme jeu de rapports mythifiés, doit se continuer sur le plan des “opérations de langue”. Là encore, l’arbitraire du signe s’incline devant des raisons historiques.

  • 4 M. TOURNIER, “Vers une grammaire des dénominations socio-politiques au début de la Troisième Répub (...)

30Prenons l’exemple des noms de courant politique et des désignants qui en découlent4. Rien de plus évident que la différence, voire l’opposition, entre un radical socialiste et un socialiste radical. L’ordre qui préside à la séquence est une hiérarchie. Pour de tels exemples, la grammaire invoquera celle du substantif suivi par l’adjectif ; mais elle ne dira pas l’essentiel : ici le radical substantif du premier cas a évolué vers tant de modération depuis Blanqui qu’on a éprouvé le besoin de faire surveiller son activité politique par un adjectif qui le contraigne, alors que le radical adjectif du second cas, resté intègre, joue à son tour le role purificateur, par rapport au nom socialiste tenté par le modérantisme. Les substantifs porteurs d’étiquettes s’useraient-ils plus vite que les adjectifs, au rythme des hommes qu’ils désignent ?

31Evident aussi le fait que cette hiérarchie grammaticale doublée, on le voit, de hiérarchies d’accentuation se justifie historiquement. Le radical-socialiste, surtout trait-d’unioné, est postérieur au radical tout court. Et que dire de la séquence ultra-adjectivée que constitue le nom du “Parti républicain radical et radical-socialiste” ? Dans cette longue séquence s’inscrit toute une chronique de groupes parlementaires et de fusions, que l’on peut repérer en figurant l’arbre dérivationnel de ses emboitements successifs. Avec lui on descend l’histoire.

1830 “parti républicain” désigne ceux qui ne veulent plus de la monarchie
1835 “radical” assume la suppléance de “républicain”, interdit dans la presse
1860 “radical” = encore néo-jacobin, juxtaposé renforçatif de “républicain”
1873 “radical” = modéré. Gambetta prone la “république radicale et loyale”
1880 Union républicaine (radicale)
1881 élection de “vrais” radicaux, “intransigeants”, anti-opportunistes
1901 unification des groupes radicaux, au Congrès de Paris, création du PRRR-S

32On peut également faire appel à des thèmes transformationnels pour rendre compte des processus d’engendrement lexicaux et sémantiques ; mais de la mème manière ils ne se légitiment qu’en référence à l’histoire sociopolitique. Quelle est l’étymologie sociale de lexies comme action catholique, action populaire ou action française ? Elles prennent source et sens dans des structures profondes, actives dans le discours et sur lesquelles sont passées des nominalisations.

33Dans action catholique, le premier terme nominalise le verbe agir et le second présente le sujet qui fait l’action : les catholiques agissent. Dans action populaire, le sujet est effacé, le deuxième adjectif a valeur de localisation et de fin de l’action ; on pourrait traduire la séquence par l’énoncé suivant : “nous agissons pour le peuple”. Dans action catholique ouvrière, les deux structures sont présentes ; traduisons : “ce sont les catholiques qui agissent pour et dans le monde ouvrier”. La hiérarchie des composants lisse ainsi à la surface des fonctionnements profonds, on le voit, très différents. Tout un jeu de l’implicite social est sous-jacent aux dénominations. Jeu dont on devrait retrouver l’explicitation dans les discours antérieurs.

34Examinons plus particulèrement le cas d’action française. Ne s’agit-il pas d’une double structure profonde, qu’on pourrait gloser par les deux énoncés suivants (où française prend les deux statuts d’agent et d’agi) :

  1. agent : “les (vrais) Français agissent”,
  2. agi : “il faut agir (uniquement, surtout, d’abord) pour la France” ; ce qui s’origine dans une phrase-noyau du type : “les Français agissent pour la France”.

35Cela n’est pas une vue de l’esprit ! L’histoire et les textes peuvent servir ici de commentaires. Attestée dans la presse en 1898, l’expression “action française” est à prendre au sens b (une action pour la France) ; dans la création par H. Vaugeois de la première association à porter ce titre l’année suivante, il faut plutot entendre résonner le sens a (les vrais Français se regroupent pour agir). Enfin, voici une citation typique des statuts fondateurs de la Ligue datant de 1905, où les deux sens se trouvent réunis : “Français de naissance et de coeur (agent), [...] il faut rendre (action) à la France (agi) un régime qui soit français (agi)”.

36Puis, au fil du temps de tels distingos deviennent vains. Que signifient action française pour l’“Institut d’Action française” fondé en 1906 ou dans le “Congrès d’Action française” qui se tient en 1907 ? En soi rien de bien subtil désormais. Le bloc figé Action française est devenu, à l’instar du PRRR-S, une simple étiquette employée comme telle, le désignant d’un courant politique déterminé. Ainsi l’histoire s’efface des nominalisations.

37Revenir aux sites d’origine des mots et des lexies de type sociopolitique nous met en présence de phénomènes mixtes dont on a trop pris l’habitude, linguistes comme historiens, de ne voir qu’une face. Regarder les deux, l’une après l’autre, n’est pas une solution. C’est l’interaction complexe de la structure dynamique de la langue et du jeu-conflit des forces et de leurs masques qui est source du sens et, ainsi qu’on vient de le voir, de certaines formulations. Quand un pouvoir est en cause – ce qui est la définition mème du politique, hors guerre, les armes faisant place au discours – le tout premier sens à trouver est l’enjeu à partir duquel les porte-paroles diffractent les valeurs sémantiques et affectives de leurs mots.

38Or cet étymon-enjeu, quand on peut l’atteindre, s’observe souvent à travers des processus d’exclusion et d’inclusion sociale. Jusqu’où va la liberté... de l’autre ? Qui fait partie du peuple et qui n’en est pas ? Quel opprobre exclut l’autre dans la lutte Rouges/Jaunes ? Où s’arrète la vraie ville pour le citoyen ? Qui regrouper d’authentique chez les radicaux ? A quoi reconnait-on un vrai français ? Oui, il y a toujours une frontière quelque part. D’une culture à l’autre et, plus encore, d’un temps à l’autre, cette frontière bouge, sinon dans la réalité – c’est un autre débat – du moins dans nos imaginaires. Avouons-le : ce ne sont pas les mots qui vivent par eux-mèmes, ce n’est peut-ètre pas la société qui change en soi, c’est le système de nos représentations sociales verbalisées qui est perpétuellement en restructuration, avec ses pesanteurs fantasmées et ses révolutions non moins permanentes.

Notes

1 Une première version de cet article a paru dans les Cahiers de praxématique, “Règlage et dérèglement du sens”, Montpellier, 12, 1989, p. 9-20. Les exemples cités ont été développés dans quelques unes des études précédentes.

2 Si grande est l’illusion autonomiste des linguistes que, selon Arsène Darmesteter, le binome populum-peuple fait partie de ces “mots qui n’ont point modifié leur signification première de l’époque latine à nos jours” (cf. La vie des mots étudiée dans leurs significations, Paris, rééd. Champ libre, 1979, p. 36 et p. 158). Pour A. Darmesteter, les “mots historiques” seraient donc ceux qui n’ont plus d’histoire (Ibid., p. 132-133).

3 M. TOURNIER, “Autour de Politique : bourg et faubourg” in Mots, n° 18, mars 1989, p. 108-109.

4 M. TOURNIER, “Vers une grammaire des dénominations socio-politiques au début de la Troisième République (1879-1905)”, in Mots, n°2, mars 1981, p. 51-72.

Table des illustrations

Légende 1830 “parti républicain” désigne ceux qui ne veulent plus de la monarchie1835 “radical” assume la suppléance de “républicain”, interdit dans la presse1860 “radical” = encore néo-jacobin, juxtaposé renforçatif de “républicain”1873 “radical” = modéré. Gambetta prone la “république radicale et loyale”1880 Union républicaine (radicale)1881 élection de “vrais” radicaux, “intransigeants”, anti-opportunistes1901 unification des groupes radicaux, au Congrès de Paris, création du PRRR-S
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1689/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540