Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 1

 | 
Maurice Tournier

Petit aparté prototypique sur la grève1

Texte intégral

  • 1 Note inédite.
  • 2 Georges KLEIBER, “Prototype, stéréotype, un air de famille”, DRLAV revue de linguistique, 38, 1988, (...)
  • 3 Ces locutions nominales trouvent leur origine au 19ème siècle et au début du 20ème siècle : c’est a (...)

1Si l’on appelle “prototype”2 un ensemble de traits sémantiques majoritaires mais non obligatoires qui donnent aux expressions un air de famille, qu’il soit ou non incarné par un exemplaire meilleur que les autres, les locutions construites dans l’expansion droite du mot grève peuvent faire l’objet de recherches protypiques sur leur signification. Simplifions le problème en interrogeant les lexies nominales à l’initiale desquelles le mot peut apparaitre encore aujourdhui3 et posons une simple question : quel modèle, quels traits modélisants rendent le mieux compte de leurs principales valeurs ?

2La consultation des dictionnaires contemporains nous apprend que la grève est une “interruption concertée du travail” (Petit Larousse), une “cessation volontaire et collective du travail décidée par des salariés pour obtenir des avantages matériels ou moraux” (Le Robert), “la coalition des ouvriers d’un atelier, d’une profession, qui s’entendent pour cesser leur travail jusqu’à ce qu’ils aient obtenu une augmentation de salaire ou certains autres avantages” (Académie) etc. Les dictionnaires font parfois suivre ces définitions d’une liste de lexies d’usage, où le terme s’est soudé à un entourage spécifiant. Ainsi le Petit Larousse de 1979 cite successivement, à la suite de sa définition les lexies nominales suivantes : “grève de la faim”, “grève sauvage”, “grève surprise”, “grève sur le tas”, “grève tournante” et “grève du zèle” ; Le Robert de 1977, quant à lui, évoque grèves “de solidarité”, “partielle”, “générale”, “perlée”, “tournante”, “sur le tas”, “des bras croisés”, “avec occupation d’usines”, et “par ext." grèves “du lait”, du “gaz”, “de l’impot”,… “de la faim”.

3A ces traits standardisés et lexicalisés viennent s’ajouter, au vu des contextes d’emploi syndicalistes que nous avons pu consulter pendant ces vingt dernières années, d’autres sèmes caractérisants. C’est ainsi que le Trésor de la Langue française (tome 9, 1981) ajoute aux définitions précédentes les notions de concertation, de préavis, de durée déterminée et préfère enfin la locution “revendications professionnelles” à “avantages” ou “avantages matériels et moraux”.

4Pour cette tentative d’accès à un “prototype” de grève, nous avons en définitive sélectionné les 13 critères suivants, qui se retrouvent peu ou prou dans toute lexie dont grève est le pivot :

n°1 : activité non remplie ou cessée,

n°2 : abandon ou absence des lieux où se pratique cette activité,

n°3 : le milieu professionnel est concerné,

n°4 : action synchronique,

n°5 : action collective,

n°6 : action non-violente,

n°7 : mouvement concerté à l’avance,

n°8 : moyen de pression, de chantage ou de sanction,

n°9 : volonté de porter atteinte à la production ou à la vie économique,

n°10 : dans un but de conquète, amélioration, sauvegarde ou défense de certaines conditions de vie et de travail (y compris le salaire),

n°11 : recherche de discussions et négociations,

n°12 : au nom de droits acquis ou à acquérir,

n°13 : réaction conflictuelle de l’inférieur envers le supérieur.

  • 4 Le signe x indique une réponse positive pour un sème jugé quasi indispensable ; le signe (x) une ré (...)

5Ces 13 traits sémantiques constituent une grille à travers laquelle nous allons faire passer 22 lexies d’usage courant aux 19 et 20èmes siècles. Simple simulation d’une recherche à faire, à considérer comme un jeu et non comme une analyse, il ne s’agit ici que d’un coup de sonde inspiré par notre fichier d’attestations. Voici les réponses que nous pensons pouvoir trouver majoritairement aujourdhui au croisement des traits et des locutions4 :

Ce tableau peut ètre commenté verticalement et horizontalement.

6A la verticale des critères, il permet de regrouper plusieurs traits sémantiques selon leur fréquence d’apparition. Deux ensembles nettement séparables d’après ce critère peuvent ètre construits :

  • les sèmes “principaux” sont présents dans plus des quatre cinquièmes des instances : c’est le cas des sèmes 1, 8, 5, 4, 6, 7, 11, cités entre 21 et 19 fois ;

  • des sèmes “secondaires” sont présents seulement dans moins des trois quarts des instances : cas des sèmes 10, 3, 13, 12, 2, 9, respectivement présents de 14 à 11 reprises ;

  • les sèmes inhérents à chaque lexie particulière (corporatisme, massivité, spontanéité, non-controle, etc..) sont absents de ce tableau.

7Remarques :

  • Aucun trait n’est verticalement présent partout.

  • Si on réunit les traits principaux dans un faisceau définitoire, on obtient une séquence comme : “mouvement collectif, concerté et non-violent de cessation durable d’une activité, servant de moyen de pression sur un pouvoir pour obtenir de lui des négociations”. Serait-ce cela le prototype contemporain de la “grève” ?

  • Nous sommes relativement éloignés des dictionnaires. En comparant aux définitions données par ces derniers, on observe qu’ils opèrent différemment, en postulant un sens premier “professionnel”, héritier historique, à partir duquel il y aurait des “extensions” d’emploi ou des “analogies” de sens, voire des “dénominations littéralement impropres”, comme pour “grève de la faim” dans le TLF.

  • 5 Robert DE LA VILLEHERVE, La Grève des écoliers, Paris, Lesot, 1911. Cité dans Emilien CARASSUS, Les (...)

8On observera en particulier que l’atteinte à la production (trait n°9) n’est plus du tout jugée indispensable au sémantisme-noyau, non plus que la localisation professionnelle (trait n°3). Cela est ancien. Mème si grève garde l’image des bras croisés du travailleur dans la représentation ouvrière, on trouve, avec ou sans désir de polémique sur le mot, “grève des loyers” dans le Cri du Peuple de J. Vallès, “grève de conscrits” dans les Mémoires de Louise Michel (1886), “grève des écoliers”, comme titre d’une saynette en 19115 etc. A l’inverse, le sème de la non-violence (trait n°6), que comporte en théorie l’image des bras croisés, semble aujourdhui beaucoup plus important qu’il ne l’était du temps des mineurs de Zola ou de celui des luddistes du début du 19ème siècle.

9Un parcours horizontal comparant les traits obtenus par les différentes locutions permet lui aussi de les distribuer statistiquement entre plusieurs familles :

  • Il y a d’abord les lexies qui comprennent les 7 traits sémantiques “principaux” et correspondent donc, théoriquement, le mieux au prototype dégagé. Il s’agit de : grève corporative, grève sur le tas, grève générale, grève politique, grève de solidarité, grève des examens, grève des soins, grève des impots, grève des urnes, grève des achats, grève des loyers.

  • A l’inverse, trois lexies ne dépassent pas 4 des traits sémantiques “principaux” : grève sauvage, grève révolutionnaire, grève des bisous.

10La confrontation de ces deux listes laisse perplexe l’historien de la langue. Les grèves qui touchent les examens, les impots, les urnes, les loyers et les achats seraient-elles davantage de vraies grèves que les grèves sauvages ou révolutionnaires qui attaquent le patronat de plein fouet ? Et pourquoi pas, si l’on fait abstraction de l’histoire ?..

11Conclusion provisoire de cette pure simulation : seule une définition prototypique, établie à partir des réponses faites à un questionnaire sociolinguistique, serait vraiment synchroniste, donc structuraliste. Une véritable enquète interrogeant un panel représentatif de la population française adulte est seule légitimée à apporter ces réponses. Elle ferait peut-ètre apparaitre qu’aujourdhui la grève est ressentie comme un phénomène plus général et moins spécialisé qu’autrefois. Elle montrerait sans doute aussi le flou des significations qui préside à l’usage des mots… Seule elle nous permettrait de savoir où les Français en sont avec leur langue, c’est-à-dire où en est leur langue.

Notes

1 Note inédite.

2 Georges KLEIBER, “Prototype, stéréotype, un air de famille”, DRLAV revue de linguistique, 38, 1988, p. 1-61.

3 Ces locutions nominales trouvent leur origine au 19ème siècle et au début du 20ème siècle : c’est ainsi que “grève générale” est courant en 1848 (au niveau d’un métier) et dès 1851 (au niveau de tous les métiers), “grève des loyers” en 1871 (J. Vallès), “grève de solidarité” (ou “sympathique”) en 1898 (A. Briand), “grève sauvage” et “grève spontanée” en 1901 (cf. J. HURET, Enquète sur la grève), “grève-tampon” en 1907, “grève générale révolutionnaire” en 1908 (CGT, Congrès de Marseille), “grève politique” en 1908 (G. Sorel), “grève perlée” en 1946, “grève de la faim” en 1949…

4 Le signe x indique une réponse positive pour un sème jugé quasi indispensable ; le signe (x) une réponse positive relative ou intermittente ; l’absence de signe, une absence de nécessité ou, plus rarement, une réponse négative (sème rejeté).

5 Robert DE LA VILLEHERVE, La Grève des écoliers, Paris, Lesot, 1911. Cité dans Emilien CARASSUS, Les grèves imaginaires, Paris, éd. du CNRS, 1982, p. 46.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1688/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Ce tableau peut ètre commenté verticalement et horizontalement.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1688/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540